l'amnesie d'un loup

 

Chapitres précédents l'amnesie d'un loup

 l-amnesie-d-un-loup.jpg

 

Chapitre 15

OoO

 

PDV BELLA

 

- Ça fait photo de charmes.

 

- Ah peut prêt, grimaçais je. Il faut vraiment faire attention aux photos publiées. Il faut rester dans le soft si tu veux être bien vu et garder tes contrats.

 

- Je comprends, dit elle en les rangeant. Même s'il ne comprends pas, je suis sûr que ça va réveiller une partie de son anatomie...

 

 

 

Je lui envoie une serviette au visage. Non seulement je suis gênée mais en plus ça chatouille mes hormones. Foutu amnésie, mais en même temps, s'il ne l'était pas, nous ne nous serions peut être jamais rencontrés. Nos plats arrivent, on mange en continuant de parler de Paul.

 

 

 

- Ne t'en fait pas Bella, me rassure mon amie. Ça ne va pas durer indéfiniment. Puis il se souvient de comment t'embrasser pour te faire tourner la tête alors, rappelle lui comment on s'en sert.

 

- J'y ai pensé figure toi mais je ne veux pas le brusquer et j'ai l'impression d'abuser de lui.

 

- Ouais mais au moins vous vous êtes imprégnés, moi ça ne m'arrivera jamais.

 

- Pourquoi, m'étonnais je

 

- Ils s'imprègnent pour se reproduire et perpétrer le gêne.

 

- Pourquoi cela ne pourrait pas t'arriver ?

 

 

 

Léah se tortille sur sa chaise, très gênée. Je découvre une autre facette de sa personnalité.

 

 

 

- Et Léah, je suis une fille, tu peux tout me dire, rien ne me choquera et à mon avis toi non plus vu ce que tu dois entendre dans la tête des garçons, dis je pour détendre l'atmosphère.

 

 

 

Et pour lui montrer mon soutien je resserre sa main.

 

 

 

- Mes règles sont irrégulières, très irrégulières, murmure t' elle.

 

 

 

Je la rassure en lui disant que son métabolisme doit être perturbé par ses transformations mais je suis sûr qu' elle pourra, si elle le veut avoir des enfants plus tard.

 

Le reste de notre journée se passe sur une note plus légère, comme le lendemain où à ma plus grande surprise Léah accepte de faire quelques photos avec moi à la fin de ma séance. D'ailleurs on s'amuse bien mais je suis pressée de faire le chemin de retour et revoir mon loup.

 

Le jour suivant je prépare quelques bagages pour la Push, j'aimerai emmener mon lit, c'est la seule chose importante dans cet appartement. On verra une autre fois, pour le moment je dois appeler mon frère et lui donner de mes nouvelles avant qu'il ne débarque.

 

 

 

- Tiens, une revenante ! J'ai cru que tu étais entrain de pourrir dans un trou, tuée par un de tes fans névrosés.

 

- Bonjour à toi aussi. Tu m'as manqué grand frère.

 

 

 

J'entends mon frère rire comme un idiot.

 

 

 

- Je suis passé plusieurs fois à ton appartement mais tu n'y étais pas, m'accuse t' il. Tu es partis avec ton mannequin ?

 

- Paul n'est pas mannequin mais oui, nous sommes partis là où il a grandi, dis je évasive.

 

- Et où ça ?

 

- En pleine forêt.

 

 

 

J'attends les remarques moqueuses de mon frère mais à la place, il n'y a plus aucun bruit.

 

 

 

- Josh ? L’appelais je inquiète.

 

 

 

Aucune réponse.

 

 

 

- Josh ! Criais je dans le téléphone.

 

- Pardon tite sœur, j'étais sous le choc. J'ai du mal à t'imaginer en pleine foret, toi qui est une citadine dans l'âme.

 

- Que veux tu, l'amour me fait faire des nouveaux trucs et tu sais quoi grand frère ? Je suis très bien là-bas.

 

 

 

J'entends un boum de l'autre coté du téléphone.

 

 

 

- Bordel, qui êtes vous et qu'avez vous fait de ma petite sœur ?

 

 

 

Je rigole.

 

 

 

- C'est toujours moi, je t'assure.

 

- Tu es vraiment heureuse avec lui ? Je veux dire, comme papa et maman ? Demande t' il d'une petite voix.

 

- Oui, répondis je sur le même ton. Il me rend pleinement heureuse. Là où il est, je suis bien et même si c'est au fin fond du pays et bien ça me va, dis je sincère.

 

- Très bien.

 

 

 

Avec ces deux mots, il accepte pleinement ma relation avec Paul.

 

 

 

- Merci, dis je émue.

 

- De rien.

 

- Tu sais que tu restes mon frère, quoi qu'il arrive.

 

- Je sais, il me faut juste du temps pour accepter qu'il y a un autre homme important dans ton cœur mais j'aurai du m'en douter quand je vous ai vu ensemble. Vous étiez si complémentaires... Par contre ne m'oublie pas.

 

- Comment pourrais je faire une telle chose ? Tu es beaucoup trop chiant et envahissant !

 

- Idiote !

 

- Béta !

 

- Téléphone moi plus souvent.

 

- Tu peux en faire autant !

 

- Ah bon, ça capte dans ton trou perdu ?

 

- Très drôle, dis je avant de raccrocher.

 

 

 

Je dois avoir un sourire idiot sur le visage.

 

 

 

- Qui étais ce ? Demande Léah d'une voix bizarre.

 

- Mon frère, pourquoi ?

 

- Pour rien, pour rien.

 

 

 

Je vois bien qu'elle me cache quelque chose mais j'attends d'être en voiture où elle ne pourra pas s'échapper pour lui en parler.

 

Normalement nous devions partir demain mais j'ai vraiment hâte de rentrer alors nous prenons la route dans l'après midi.

 

 

 

- Alors Léah la louve, que me caches tu ?

 

- Moi, rien, dit elle gênée.

 

- Menteuse.

 

- C'est un truc idiot.

 

- Et après ? Ce n'est pas une raison pour ne pas m'en parler. Tu sais, on peut se faire tes confidences de filles où se genre de truc. Tu sais moi non plus, les discutions entre filles je ne connais pas. Je n'ai jamais vraiment eu d'amies filles. Soit elles étaient avec moi pour ma popularité soit elles me détestaient...

 

- Désolée.

 

- Tu n'y es pour rien, dis je en haussant les épaules.

 

 

 

On reste quelques minutes en silence.

 

 

 

- Il s'est passé un truc bizarre quand j'ai entendu la voix de ton frère.

 

- Quoi ?

 

- Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer mais c'est comme si j'étais... Bien. C'est juste bizarre.

 

 

 

J'avoue être comme elle à ne pas savoir ce qui se passe, bien qu'au fond de moi, j'ai une petite idée mais je la garde pour moi.

 

On continue le voyage tranquillement, enfin, nous sommes tranquille, parce que ma Porche montre ce qu'elle a dans le ventre. J'ai hâte de le revoir.

 

Ces quelques jours loin de lui ont été horrible par le manque même si notre amitié avec Léah s'est solidifiée. J'ai hâte de passer la nuit dans ses bras, de poser mes lèvres sur les siennes, de le voir tout simplement.

 

 

 

- J'ai un mauvais pressentiment, me confie Léah alors que nous entrons dans la réserve.

 

- Hein ? Couinais je

 

 

 

Léah ricane. J'ai envie de la frapper mais pas de me faire mal alors je m'abstiens. Lorsque je me gare devant la maison de Paul, je vois Emily en sortir.

 

 

 

- C'est quoi ce bordel ? Qu'est ce qu'elle fout chez moi ?

 

- Je ne sais pas, mais on va vite le savoir.

 

 

 

Le plus rapidement possible je sors de la voiture et me précipite vers la porte d'entrée, en passant à coté d' Emily sans la voir. Mon entré est bloquée par Sam qui est dans l'embrasure de la porte, les bras croisés essayant de m'intimider ce qui ne marche absolument pas et me mets très en colère.

 

 

 

- Ne rentre pas, ordonne t' il.

 

- Pourquoi, grogne Léah dans mon dos.

 

 

 

Il fusille du regard son ex petite amie mais je n'y prête pas attention, un gémissement de douleur se fait entendre dans la maison. Je vais pour entrer mais Sam me recule relativement gentiment pour lui.

 

 

 

- Laisse moi passer !

 

- Non. Tu n'as pas besoin de voir ça.

 

- Je veux le voir !

 

 

 

Il va pour faire quelque chose de sûrement stupide mais il ne me fait pas peur. Je prends mon élan et lui décoche un magistral coup de pied dans son service trois pièces qui dieu merci le fait plier en deux.

 

 

 

- Ça c'est sensible chez tout le monde, dis je en le contournant.

 

 

 

Mais encore une fois je suis arrêtée par ce crétin de Jacob.

 

 

 

- Quoi ? Tu veux le même traitement que ton copain ? M'énervais je

 

 

 

Il s'écarte et je peux enfin me diriger vers le lit où mon loup est allongé, transpirant et souffrant le martyre. Je m'agenouille à coté du lit et lui prends délicatement la main. L'autre caresse sa joue brulante de fièvre. Il tourne doucement la tête dans ma direction même si je vois que ça le fait souffrir, ses yeux s'illuminent, je ne peux que faire un léger sourire, peu convainquant. Je n' arrive pas à demander à Quil, Jared et Embry ce qui s'est passé. Je suis trop bouleversée et inquiète. Léah le fait pour moi mais aucun ne répond.

 

 

 

- Alors ? gronde t' elle.

 

 

 

Toujours pas de réponse.

 

 

 

- Ne m'obliger pas à vous secouer pour obtenir des réponses.

 

 

 

Apparemment, les colères de Léah leurs font peur.

 

 

 

- On était en patrouille, commence Embry.

 

- Vous quoi ? Hurle Léah hors d'elle.

 

- Léah, calme toi, ordonne Sam de sa grosse voix de connard d' Alpha.

 

- La ferme Sam, bordel ferme là !

 

 

 

Je vois mon amie trembler de partout, prête à se transformer.

 

 

 

- Léah, s'il te plait, couinais je.

 

- Pardon. Continuez.

 

- On a croisé des vampires, rajoute Quil.

 

- Et ? Gronde la louve.

 

- Ils nous ont attaqué, complète Jacob avec un putain de mauvais sourire. Sauf que Paul s'est...

 

- Je vous avais dit qu'il n'était pas prêt pour les patrouilles et les rencontres avec les vampires. Il ne se souvient de rien ! Comment voulais tu, Sam, qu'il se défende !? Et arrête de sourire comme un enfoiré Jacob, explose Jared.

 

- C'est vrai, Jared a raison pour tout et te moquer de la douleur de Paul n'est vraiment pas sympa, Jacob, rajoute Embry.

 

 

 

Je fusille ce crétin de Sam et du coup, je ne regrette absolument pas le coup de pied bien placé, j'ai même envie de recommencer.

 

 

 

- Espèce de gros connard. C'est quoi le but de ça ? De vouloir tuer l'un des tiens ? Félicitation, tu as failli y arriver ! Explosais je

 

- Je ne te per...

 

- Me permettre ?

 

 

 

Je me lève et toise Sam de toute sa hauteur qui semble se ratatiner sur place.

 

 

 

- N'as tu rien retenu ? Tu aurais fait quoi si ton ami était mort ? Vous êtes plus qu'une meute, vous êtes sensés être des amis et vous soutenir quoi qu'il arrive. Pas à vous tirer dans les pattes et faire des coups bas, dis je en fusillant Jacob du regard. Se sont vos vies en jeu, ce n'est pas un simple amusement comme la plus part d'entre vous semble le croire, dis je en fusillant Jacob du regard. Ni une mauvaise rivalité. Il faut grandir un peu ! Jusqu'à présent vous avez eu de la chance mais avec le peu de solidarité que vous avez, les vampires finiront par passer et s'en prendront aux habitants de la Push. C'est ça que tu veux, Mr le grand Alpha ?

 

 

 

Je n'attends pas sa réponse et retourne prêt de Paul qui souffre. Mon pauvre petit loup, je souffre avec lui tout en étant en colère contre eux. Ces deux sentiments mélangés sont bizarre.

 

J'entends Sam et Emily partir. Finalement il va peut être réfléchir, ce qui ne serait pas du luxe...

 

 

 

- Paul doit retourner en patrouille et faire ce pourquoi il se transforme en loup, argument Jacob.

 

 

 

Pour la seconde fois je lâche la main de Paul et me plante devant ce petit con.

 

 

 

- Admettons, mais votre rôle est de le protéger.

 

- Il n'a pas besoin de protection !

 

- Oh mais bien sûr, c'est pour ça qu'il est dans cet état ! Il ne souvient de rien sombre crétin !

 

 

 

Heureusement qu'il baisse les yeux parce que sinon il avait droit au même traitement que son chef.

 

 

 

- Et ce n'est pas la première fois que l'un de vous se retrouve diminué, rajoutais je. Tant que vous n'agirez pas en groupe, des incidents comme celui là continueront ! Alors Jacob, au lieu d'aller sauter tout ce qui bouge, apprenez à travailler ensemble ! Maintenant sort de chez moi avant qu'il t'arrive des problèmes.

 

 

 

Ça doit être la journée de l'intelligence parce que comme ce crétin de Sam, il fait demi-tour et rentre sûrement chez lui. Je rejoins rapidement Paul qui gémit encore de douleur.

 

 

 

- Quand les louves ne sont pas là, les souris dansent mais lorsqu'elles sont de retour, les fessiers chauffent, commente Jared.

 

 

 

Après ses mots pour détendre l'atmosphère, on reste silencieux un certain temps. Je n'arrive pas à détacher le regard de mon loup.

 

 

 

- Quels sont les dégâts ?

 

 

 

OoO

 

A suivre...

 

Alors cette suite ? Pauvre petit Paul. Vous croyez que c'est grave ?

 

Je suis sûr que vous adorez Sam et Jacob...

 

bisous bisous

Chapitre 16

OoO



PDV BELLA

- Quand les louves ne sont pas là, les souris dansent mais lorsqu'elles sont de retour, les fessiers chauffent, commente Jared.

Après ses mots pour détendre l'atmosphère, on reste silencieux un certain temps. Je n'arrive pas à détacher le regard de mon loup.

- Quels sont les dégâts ?

 

- Il a plusieurs cotes de cassés, une épaule de déboitée, un bras, une jambe et comme tu peux le voir, une grosse balafre sur le torse et quelques unes plus légère qui se sont déjà résorbées. L'un d'entre eux, s'est servi d'une branche, trouvant ça amusant. On a réussi à remettre les os dans le bon sens pour qu'ils le réparent correctement.

- C'est arrivé quand ?

- Il y a quelques heures. Normalement demain il ira mieux, me rassure Jared. Ne pleure pas, il est fort.

 

Je ne me suis pas rendu compte que mes larmes coulaient.

 

- Que peut on faire pour lui ?

- Rien, la morphine et la cortisone n'ont aucun effet sur nous, il faut juste attendre.

 

Je m'allonge le plus proche de son corps sans lui faire mal.

 

- Vous ne comptiez pas nous le dire, n'est ce pas ? Commente Léah

- Sam et Jacob, sûrement pas. Normalement à votre retour, il devait déjà être sur pieds.

- Connards, grognais je.

- Enfoirés, rajoute mon amie.

 

Je caresse la joue de Paul, il a l'air de se calmer à mon contact.

 

- Personne n'était avec lui ?

- Si, moi, dit Jared, mais on s'est vite fait surprendre. J'ai pu le défendre au début mais quand ils ont compris qu'il était déboussolé et qu'il ne savait pas quoi faire, ils se sont mis à plusieurs, j'ai vite été dépassé, dit il d'une voix coupable.

- Et le temps que l'on arrive, ils avaient fait pas mal de dégâts, rajoute Quil. Pourtant nous n'étions pas loin.

- On est désolé, complète Embry.

- Ce n'est pas de votre faute, soupire Léah. Mais Bella a raison, cela devait bien arriver.

- Au moins, Paul a quand même réussi à arracher une jambe à l'un d'entre eux, sourit Quil.

 

J'ai envie de sourire mais je ne peux pas, pas quand mon loup souffre le martyre.

 

- Il y a un truc que je ne comprends pas. Paul ne respecte pas l'autorité de Sam, pourquoi est il venu avec vous ?

 

Je vois dans ma périphérie que les garçons baissent les yeux.

 

- Sam l'a provoqué. Il a dit que c'était mieux qu'il reste au chaud dans la maison à faire la cuisine vu que Bella portait ses couilles. Il l'a eu par fierté.

- Je vais le tuer, je vais le tuer... Mais avant je vais lui arracher sa paire de couilles et lui faire bouffer. Ensuite je vais...

- C'est bon on a compris, le coupe Quil frissonnant d'horreur.

- On va vous laisser, sauf si tu veux qu'on reste Bella ? Demande gentiment Jared.

- Non. Sortez.

 

Je n'imaginais pas passer ma soirée ainsi et en plus je suis épuisée par notre voyage. Je ne fais plus attention à mes amis qui ne m'en veulent pas de mon comportement.

 

- Au fait, jolie coupe de cheveux Léah, dit Embry.

- Merci, dit elle étonnée.

 

Rapidement, nous nous retrouvons tous le deux. Je pleure toujours e ferme les yeux pour me soustraire à la vision de mon loup qui souffre. J'entends un autre gémissement plus fort, mes paupières se ferment encore plus sauf que je les ouvre rapidement quand je sens son pouce qui essuie mes larmes. Son regard pétille quand nos regards se croisent.

J'embrasse la paume de sa main, il grimace quand il bouge.

 

- Chut, reste tranquille, allonge toi et repose toi. Dors un peu.

 

Il fait non de la tête. Je fronce le nez.

 

- Pourquoi ?

 

Il ouvre la bouche mais aucun son ne sort. Il semble déçu mais passe à autre chose et fait des gestes entre lui et moi.

 

- Je ne comprends pas.

 

Il montre son corps.

 

- Bien sûr que je suis inquiète.

 

Il fait non de la tête et son visage reflète la honte.

 

- Tu crois que je t'en veux d'être parti en patrouille ?

 

Il fait oui de la tête. Je me rapproche lui, il pose doucement son bras blessé sur ma taille.

 

- Non mon loup gris. Jamais je ne pourrais t'en vouloir. C'est à Sam et Jacob que j'en veux. Ils t'ont manipulé, ils se sont servi de ton amnésie pour faire ce qu'ils voulaient de toi alors que je suis sûr qu'en temps normal, tu ne te serais pas laissé faire.

 

Il soupire et enfouit son nez dans mes cheveux. Dans un reflex je pose ma main sur son torse mais il se recule brusquement en sifflant.

 

- Pardon, pardon !

 

Je l'oblige à s'allonger sur le dos et le découvre du draps pour voir son bandage de fortune. La blessure a un peu saigné. Je commence à me lever mais la main de Paul me retient.

 

- Je vais chercher de quoi soigner ta blessure. Ok ?

 

Je le laisse quelques minutes et revient avec tout ce dont j'ai besoin. Après plusieurs gestes maladroits de ma part j'arrive à refaire son bandage. J’inspecte tout son corps, je peux deviner ou étaient les fractures, il n'y a plus que des bleues qui changent de couleurs. Les garçons ont ils raison quand ils disent que demain il sera complètement rétabli ? J'ai un doute la dessus, comment est ce possible ?

Paul attrape ma main et même avec le peu de force qu'il a, il arrive à m'allonger contre lui. Épuisée, je m'endors mais je suis réveillée régulièrement par les gémissements de Paul. Je crois que c'est vers l'aube que j'arrive à dormir correctement.

 

Lorsque j'ouvre les yeux, le soleil est déjà haut de le ciel. Je tends le bras pour toucher Paul mais le lit est vide et froid. Je me tortille pour voir où est mon loup. Il n'est pas loin, assis dans un fauteuil prêt de la cheminée, regardant vers le lit, vers moi.

 

- Que fais tu ?

 

Il me fait un sourire en coin que je n'ai jamais vu chez lui mais ça lui va bien et le rend encore plus sexy. Et merde ! Je me rallonge sur le lit et met un oreiller sur ma tête.

La seconde suivante Paul a enlevé mon oreiller et me regarde inquiet. Je lui souris, heureuse de l'avoir à mes cotés et apparemment en bonne santé. D'ailleurs je me redresse et m'approche de mon chéri. Curieuse, je lui enlève son tee-shirt et observe son torse qui n'a plus aucune marque de blessures.

 

- Au moins nous avons la confirmation que tu n'es pas lesbienne, se moque Jared. Aie ! Kim, pourquoi tu me frappes ?!

- Ils se sont imprégnés, idiot. Tu n'as pas besoin de les voir et en plus tu connais Bella et Léah.

 

Je les regardes étonnée.

 

- De quoi parlez vous ?

 

Kim me tend un magasine où en couverture, il y a Léah et moi, au restaurant en train de nous tenir la main. Le titre est génial, la belle mannequin Isabella a une préférence pour les filles !

Je ne peux que rire. C'est tellement stupide. Par contre celle qui entre comme une furie dans la maison ne trouve pas ça drôle vu les menaces qu'elle débite.

 

- Et toi ça te fait rire ! S'énerve t' elle en me menaçant avec le magasine.

 

Paul se met entre nous et grogne méchamment. Je ne l'ai jamais vu autant en colère. Je sens qu'il faut calmer les choses, alors je me mets entre eux deux et embrasse mon loup qui au début ne répond pas mais il fini par se détendre et répond à mon baiser. Ses bras s'enroulent autour de ma taille pour me coller à lui.

 

- Je t'aime, murmurais je à bout de souffle.

 

Et pour me répondre, il frotte son nez contre le mien. On reste dans cette position je ne sais pas combien de temps.

 

- Bon, on va vous laisser, maintenant que tout est réglé, dit Jared gêné.

 

Ils se dirigent vers la porte mais son meilleur ami rajoute quelque chose.

 

- Oh Paul repose toi. De toute façon Sam et Jacob vont bouder pour quelques jours.

 

Dieu merci tout le monde sort. Pour le moment, je veux juste rester tranquille avec mon loup et vu son soupire de plaisir, il semble penser comme moi.

Pendant que je vais préparer mon petit déjeuner Paul retourne dans son fauteuil et continue ce qu'il faisait avant mon réveil. De nature curieuse, je m'avance derrière lui et regarde ce qu'il fait. Je m'attendais à beaucoup de chose mais ça, je reste sans voix. C'est juste parfait, magnifique.

Quand Paul voit que je regarde son travail, il le cache brusquement.

 

- Non. S'il te plaît, je peux voir ?

 

Il hésite.

 

- S'il te plaît ?

 

Doucement, il retourne la feuille et me la donne.

 

- C'est sublime. On dirait une photo... Tu n'as pas perdu ton coup de crayon.

 

Il rougit et caresse mon visage.

 

- Certes, je suis photogénique mais tu es très doué. Ne laisse personne te dire le contraire.

 

Je l'embrasse rapidement et accroche le dessin de moi endormie contre un mur. C'est à mon tour de lui montrer les photos de moi.

Son visage ne montre pas grand chose, ce qui m'inquiète un peu.

 

- Tu n'aimes pas ?

 

Il me regarde étonné.

 

- C'est mon travail, tu te souviens, tu étais venu une fois mais ces photos sont juste pour toi. Personne d'autre ne les verra. D'accord ?

 

Il fait oui de la tête et va les ranger dans son tiroir à dessin. Je pourrais être déçue de son comportement mais c'est mon loup amnésique et il ne comprend pas forcement tout.

Néanmoins, quelques jours plus tard, je le surprends à regarder les photos, il fait même glisser ses doigts sur le papier glacé.

 

L'affaire des journaux à scandales a vite été oublié par la meute surtout sous les menaces de Léah, moi je trouve que c'est drôle. C' est peut être parce que je suis habituée à ce genre de bêtises – pourtant on ne parle pas beaucoup de moi - mais je peux comprendre Léah qui a du mal entre son coté femme et son coté louve. Cela la met à rude épreuve, depuis elle est un peu morose.

 

Je lui propose donc de faire une soirée entre filles, ma première pour être précise. J'invite Kim et certaines de ses amies si elle le veut. Paul n'est pas d'accord pour me laisser seule. Depuis que je suis revenues, il est encore plus proche de moi, mais nous avons besoin d' un peu d'espace.

Jared a eu du mal à le faire venir chez lui, mon loup a cru qu'il le forçait à se transformer, j'ai eu peur que son ami soit blessé. Paul ne veut plus se transformer. Il m'a fait comprendre par des gestes qu'il avait souffert de ses blessures et il n'avait même écrit quelques mots me disant qu'il n'avait pas été rassuré de se retrouver en face des vampires, il s'est senti démuni.

Je crois même qu'il a eu peur et honte de lui. A ce moment, je me suis rendu compte que je voulais qu'il retrouve la mémoire afin qu'il soit de nouveau entier. Certes j'ai peur de savoir qui il était vraiment mais pour son bien, il doit redevenir lui. Au fond de moi, je sais que quoi qu'il arrive, il restera celui que j'aime, qu'importe ses actions passées.

 

- Je suis jalouse ! Me dit Kim en guise de bonjour.

- Parce que tu crois que tu es là seule ? Rajoute Léah qui arrive.

 

Je grimace et les laisse entrer. Claire est la seule amie en Kim a confiance. Après les brefs présentations, on s'installe près de la cheminée sur des coussins. On grignote des gâteaux et boit un peu. Kim et Léah commentent toutes mes dernières photos. Léah se moque gentiment de moi en prenant les même pose en les exagérant. Les filles la rejoignent et j'en profite pour les prendre en photos. Tellement prise dans leur jeu, elles vont même me piquer mes vêtements et s'habillent n'importe comment nous faisant toutes rires. Et malheureusement pour moi, j'y passe aussi, elles m'ont affublé d' habit qui ne vont pas ensemble. Au moins nous avons bien rit. Cela me permet de me vider la tête. J'ai un peu de mal à me sortir de la tête Paul souffrant.

 

Ma première soirée entre filles se passent plutôt bien. J'apprends quelques petites choses sur le passé de mon loup, on découvre que Claire a des vues sur Quil et nous avons même des détails croustillants sur ce qui se passe dans la tête des loups sans que Claire ne comprenne comment Léah a su ce genre de chose.

 

On fini par s'endormir les une sur les autres. C'est vrai, nous sommes peut être trop « vieilles » pour ça, mais autant profiter de ce genre de moment, on ne sait pas de quoi sera fait demain.

 

OoO

A suivre...

Alors cette suite ? Rassurée que Paul aille bien ?

Bisous

 Chapitre 17


OoO

 

 PDV BELLA

 

On fini par s'endormir les une sur les autres. C'est vrai, nous sommes peut être trop « vieilles » pour ça, mais autant profiter de ce genre de moment, on ne sait pas de quoi sera fait demain.

 

OoO

 

Mes photos sont parus et j'ai reçu mon chèque, tout pourrait bien aller, pourtant je suis assez morose et désagréable. Non pas que ma vie d'avant me manque, loin de là, c'est juste que lorsque je vois les autres couples imprégnés, je veux la même chose... Ok, je veux du sexe. J'ai un petit ami plus que canon et je ne peux rien faire avec lui, c'est frustrant, encore plus que lorsque j' étais célibataire. En plus voir tous ces couples, surtout Jared et Kim se faire des câlins post-orgasmes ne m'aide pas. Du coup, je suis à prendre avec des pincettes.

J'ai même essayé de me faire du bien moi même en prenant un bon bain et le résultat n'a pas été concluant. A peine quelques gémissements de plaisir et picotements qui soulagent. Sans parler de la fin quand Paul est arrivé plus tôt de sa ronde, qu'il a entendu mon cœur battre plus vite, ma respiration hachée et qu'il m'a sorti précipitamment de la baignoire. Dieu merci, j'ai eu le temps de retirer ma main d'entre mes cuisses. Je me voyais mal lui expliquer ce que j'étais en train de faire...

Du coup, je n'ai pas retenté l’expérience. Quelques fois, j'ai essayé lorsque nous nous embrassions de pousser un peu plus nos caresses... Résultat brillant... Une fois il a reculé mes mains et a froncé les sourcils comme si je l'avais insulté où un truc du genre. Une autre fois, il s'est mis à rire, j'ai appris que mon loup gris était chatouilleux...

J'ai demandé de l'aide à Kim, non pas que je veuille le faire avec Léah mais je ne veux pas qu'ils lisent dans sa tête et je l'imagine bien me donner des conseils comme « déguise toi en louve » mais mon amie Quilleute est comme moi, un peu perdu. Il faut dire que ni elle ni moi n'avons été confrontées à ce genre de problème.

Je me retrouve dans une impasse. J'ai même essayé les sous vêtements sexy... Bien sûr pour tout arranger, les autres loups m'ont vu dans sa tête. Paul qui ne voulait plus se transformer suite à l'incident avec le vampire, il s'est quand mis en colère après Jacob qui me draguait. Ce crétin et les autres ont pu m'admirer...

Et bien oui, parce qu'il a fallu - non pas que je m'en plaigne - que Sam m'est écouté. Il a décidé de faire des entraînements de combats et des entraînements physique pour tester leur endurance. Certes ils sont déjà sur-boosté mais en combat dans la longueur, le grand chef s'est rendu compte qu'il y avait certaines lacunes. Du coup, Paul y participe et encore un miracle, il ne le force plus à faire ce qu'il ne veut pas. Je me demande si le coup mit aux testicules ne lui a pas atteint le cerveau. A moins qu'il soit placé à cet endroit...

Quoi qu'il en soit, je suis toujours sur la case départ. Certes on pourrait croire que mes pensées sont futiles mais en même temps, je n'ai pas grand chose à faire. Bon j'avoue j'ai toujours été comme ça, mais depuis que je vis avec Paul, je me sens bien, il occupe le vide que j'avais en moi. Sauf que là, avec ses entraînements, je m'ennuie. Le retour du bâton mais si ça permet à Paul de se protéger contre ces choses et bien, soit.

 

Kim me propose d'aller faire un tour en ville pour me changer les idées. Vu que je n'avais jamais visité Forks, mon amie me fait découvrir la ville.

On passe devant le lycée, c'est la sortie des classes. Ils ressemblent tous à des habitants d' une petite ville perdue sauf 5 personnes qui sortent de l'ordinaire, que ce soit par leurs vêtements où par leurs voitures.

 

- Qui sont ils ? Demandais je à Kim.

- Des personnes à ne pas fréquenter, dit elle ferme.

 

Je continue de les regarder, je crois même que l'un d'entre eux me fait un signe sauf que je suis trop loin pour reconnaître cette personne, on dirait seulement qu'elle est plus petite que les autres.

 

- Je suis sérieuse, ne les approche.

- Ok, je t'écoute au grand chef !

 

Je ne l'avoue pas mais ils ont quelque chose qui me fait un peur peur, ils dépareillent tellement avec le contexte que c'est louche, c'est comme s'ils sortaient d'un livre.

 

- Les Quilleutes ne s'approchent pas des visages pales, m'explique Kim.

- Et moi, je suis quoi, bronzée ? Me moquais je.

 

Mon amie lève les yeux, amusée.

 

- Toi, tu es la seule femme pour Paul, ce n'est pas pareil, tordu et bizarre mais si tu pars, Paul te suivra.

- Ces liens sont vraiment bizarre.

- On dit magique.

- Je ne crois pas à la magie, dis je avec aplomb.

 

Je réfléchi à ce que je viens de dire. C'était peut être valable avant mais maintenant ? Kim a sûrement raison, il y a quelque chose de magique mais sans sortir les baguettes à la Harry Potter.

 

- Ouais, oublie ce que j'ai dit.

- C'est vrai ce qu'on dit, les mannequins sont belles mais pas très intelligente !

 

Je frappe mon amie au bras qui fait un écart sans gravité. Après notre léger moment de panique, nous rigolons comme deux bécasses.

 

- Quoi, c'est vrai, vous n'allez pas tout avoir non plus, laisse en aux autres. Comment veux tu que l'on survive sinon ? Déjà que tu nous complexe la plus part du temps.

- Comment ça ? Demandais je perdu.

- Avant de te connaître, avec les filles ont pouvait imaginé qu' au réveil, tu étais un vrai laideron et qu'il te fallait 3 heures pour te rendre jolie, que tu faisais 4 heures de sport par jour et que tu ne manges que de la salade... Punaise, quelle déception !

 

Mon amie m'envoie un regard de travers.

 

- Quoi ? Je ne vais pas m'excuser d'être moi. Toi aussi tu es très belle mais tu ne veux pas le voir.

- Facile à dire pour toi dont la beauté crève les yeux de n'importe qui.

- Je profite juste des atouts que j'ai. Certains se servent de leur cerveau, moi je me sers de mon corps, au final, c'est quasiment la même chose. On exploite nos qualités.

 

Elle comprend mes paroles et comme moi, elle réfléchi. Kim gare la voiture devant chez elle, j'ai besoin de marcher.

 

- Tu ne dois pas trop te prendre la tête avec ton problème, tout finira par rentrer dans l'ordre. Soit juste patiente. Ok ?

- Moi patiente ?

- Essaye. Discute avec lui, des ses émotions quand vous vous embrassez, je ne sais pas, un truc du genre.

 

Kim m'embrasse sur la joue et rentre chez elle. Pendant tout le trajet du retour, les paroles de Kim tourne en boucle dans ma tête. Je me suis peut être trop concentrée sur son problème en oubliant que nous étions un couple comme les autres.

N'étant pas pressée de rentrer dans la maison vide, je me balade un peu dans les bois. Moi Bella Swan dans la forêt, on aura tout vu, la citadine qui aime la tranquillité de ces lieux. L' odeur de l'humidité, le léger vent, l'air pur, et surtout mon loup qui n'est pas loin, prêt à me protéger au moindre danger. Je ne suis pas idiote au point de trop m'éloigner, je préfère rester à porter de leur ouïe fine. En tout cas, mon moment de solitude me fait du bien jusqu'à ce que j'entende une voix.

 

- Bonjour, moi c'est Alice !

 

C'est qui cette folle qui vient de surgir devant moi avec ses yeux jaunes ? Et qui me tend la main ? Je sens mon cœur battre dans ma poitrine.

 

- Nous allons devenir de grandes amies !

 

J'ai un mouvement de recul devant ces grands gestes et son sourire de psychopathe.

 

- Tu feras parti de la famille, je vais te présenter mon frère Edward, vous formerez un couple tellement parfait ! Dit elle en sautillant sur place, les mains jointes.

 

Comment cette fille peut débiter autant de mots en à peine quelques secondes, elle me donne le tournis. Déjà que je me suis à peine remise de son apparition surprise.

 

- Aller, viens avec moi, tu ne dois pas rester seule dans cette forêt, il y a des bêtes dangereuses !

 

Es ce qu'elle est sérieusement en train de parler de mon Paul ? Je fronce les sourcils. Pour qui se prend t' elle ? La petite chose me prend le bras pour m'emmener je ne sais trop où.

 

- Non mais tu es malade, lui criais je dessus. Tu es complètement tarée ma parole.

 

J'essaye de me défaire de sa prise, en vain. La folle me fait avancer mais je me débats. Elle ne semble pas se rendre compte de ma résistance, comme si j'étais un petit chaton dans sa poigne de fer.

 

- Tu vas me lâcher ! Je ne vais pas te suivre pour faire un putain de mariage arrangé !

- Voyons, je l'ai vu, tu ne peux pas aller contre ton destin. Tu vas être très heureuse. Allons, en route !

 

Je le suis déjà pauvre folle mais j'ai l'impression que si je lui dis, elle n'en aura rien à faire. Espèce de folle despotique.

Dieu merci, la route est interrompue par une masse grise qui se jette entre nous deux, le lutin démoniaque se retrouve allongée au sol, sous la gueule ouverte et les griffes acérées de Paul. Dans son élan, mon loup m'a reculé, je me retrouve les fesses au sol. Jared et Sam m'encadrent sous leur forme lupine.

Avec étonnement, je vois le chef de la meute se transformer et m'aider à me relever. Une fois debout, je vois que la gueule de Paul est à quelques centimètres du visage de la folle qui ne fait plus maligne. Bien fait pour elle.

 

- Paul, c'est bon, tout est sous contrôle. Recule, c'est une Cullen, tu ne te souviens pas mais nous avons pacte.

- Paul, je vais bien, je suis en sécurité, dis je doucement en oubliant la douleur de mon bras.

 

C'est quoi ce pacte ? Néanmoins, je ne m'en occupe pas pour le moment, je préfère rester concentrer sur mon loup. Je sens que cette naine n'est pas si délicate qu'elle semble l'être.

Délicatement il se recule sans arrêter de grogner. Jared en profite pour se transformer, Paul est sur le point d'en faire autant mais d'autres yeux jaunes arrivent, du coup mon loup reste en mode protecteur devant moi en grognant méchamment. La petite folle court rejoindre les siens. C'est eux que j'ai vu au lycée. Ça doit être elle qui m'a fait un signe. Je frissonne de peur. Ils sont trop flippant.

 

- Sam, bonjour, un problème ? Dit un blond, les cheveux tartinés de gel en me jetant un coup d’œil.

 

Sam et le blond discutent, Jared, regarde mon bras abîmé.

 

- Elle ne t'a pas loupé la naine.

- Ouais, elle a une sacrée force et ses yeux, trop bizarre.

 

Jared réfléchi quelques secondes avant de se lancer.

 

- Tu te souviens pourquoi les loups se transforment ?

- Oui.

- Et bien, tu les as en chair et en os devant toi, grogne t' il.

- Je les imaginais plus vilains.

- Vilain ?

- Oui, tu sais, genre Buffy, ceux qui brûle au soleil mais là, ils ressemblent à des boules à facette, dis je me retenant de rire. C'est ridicule, rajoutais je.

 

La blonde me regarde en grognant et devant mon air moqueur, elle tourne la tête, dédaigneuse, ce qui me faire d'autant plus rire. Je pense qu'elle m'a reconnu et vu son regard, elle n'a pas l'air heureuse.

 

- Jared, pourquoi l'autre qui a une coiffure qui ressemble à une brosse à chiotte me regarde comme il le fait ?

 

Les loups ricanent, même Paul le fait.

 

- Je suis télépathe, dit il fier.

- Tu dois être un sacré coup au lit si tu peux lire dans la tête des filles, - ça fait rire les autres sang-froid - mais change de coiffure avant parce que tu ressembles à un drogué qui n'a pas eu sa dose.

 

Cette fois, c'est les loups qui rigolent.

 

- Pour une simple humaine, tu te la racontes beaucoup, me dit la blonde

- Et toi, pour un cadavre, tu es un peu trop bavarde, crachais je.

- Bien, dit celui qui semble être le chef. Nous sommes désolés, nous ne savons pas qu'elle était avec vous. Nous voulions juste l'aider.

- En la forçant à venir avec vous ? Drôle de façon, commente Sam.

 

C'est que l'alfa aurait prit de la cervelle.

 

- Vous avez de la chance que Paul se soit retenu, sinon il aurait bouffé votre voyante.

- Qui n'a pas été très maligne sur ce coup, dis je en me massant le bras.

 

Paul se retourne vers moi et pose sa truffe sur mon bleu et gémit. Je pose ma main sur sa joue.

 

- Ne t'en fait pas, je n'ai pas mal.

 

Certes, je mens mais si je lui dis que ce n'est pas agréable, il risque de déclencher une catastrophe et cela n'est pas bon. Je n'aime pas Sam mais je ne veux pas causer plus de problème.

Même s'il ne bouge pas, il se retourne vers la naine, s accroupit prêt à bondir.

 

- Sam, dit le chef des sang-froid. Tu devrais peut être le retenir.

- Carlisle, dit brosse à chiotte, il ne l'écoutera pas. Il n' écoute que sa moitié et ne vit que pour la protéger. Il se fiche des autres.

- Tu t'es bien trompé sur ce coup Alice, se moque le plus grand des sang froid.

- Mais je l'ai vu ! Dit elle en tapant du pied. Si on la transforme, elle n'aura plus de lien avec lui et Edward la rendra heureuse.

 

Il n'en faut pas plus pour que Paul s'énerve et s'élance...

 

Ooo

A suivre...

Je sens que vous m'aimer, n'est ce pas ?

Alors, les Cullen, vous ne les attendiez pas ? Ils sont super, non ? Et Sam, vous en pensez quoi ? Puis maintenant, il y a un nouvel ennemi !

 

Bisous

Chapitre 18

OoO

PDV BELLA

 

- Sam, dit le chef des sang-froid. Tu devrais peut-être le retenir.

- Carlisle, dit brosse à chiotte, il ne l'écoutera pas. Il n’écoute que sa moitié et ne vit que pour la protéger. Il se fiche des autres.

- Tu t'es bien trompé sur ce coup Alice, se moque le plus grand des sangs froid.

- Mais je l'ai vu ! Dit elle en tapant du pied. Si on la transforme, elle n'aura plus de lien avec lui et Edward la rendra heureuse.

 

Il n'en faut pas plus pour que Paul s'énerve et s'élance vers elle et la re plaque au sol encore une fois. Tellement il est furieux, de la bave coule sur le visage de la naine psychopathe qui grimace.

Moi je pouffe de rire.

 

- Jasper ! Couine t' elle. Aide-moi !

- Oh non, Alice, tu t'es mise toute seule dans cette situation, débrouille-toi. Tu n'avais qu' à m’écouter.

- Mais jazzy !

 

Il ne m'en faut pas plus pour éclater de rire. Le dit Jasper grogne méchamment vers ce qui semble être sa petite amie.

 

- Mademoiselle, pouvez vous lui dire de se reculer ? Demande le blond.

- Pourquoi ferais-je ça ?

 

Sam secoue la tête, il a comprit qu'il ne fallait pas me donner d' ordre.

 

- La star fait son caprice, grogne la blonde. Ramène ton caniche puant à tes pieds. Je veux rentrer.

- Et c'est moi qui fais un caprice ? Le fait que vous soyez des macchabées vous retire toute votre intelligence ? C'est cette tarée qui a essayé de m'emmener de force et je dois respecter tes caprices de petite fille pourri gatée ? Non mais redescend sur terre chérie. Parce que je peux encore aller porter plainte pour agression et tentative de kidnapping. A ton avis, qui vont-ils croire vu le bleu que j'ai ? Alors pétasse, tu vas te calmer parce que tu ne fais pas la loi ici.

 

Elle va pour m'attaquer mais le baraqué à côté d'elle la retient.

 

- Tu te calmes Rosalie, tu sais qui elle est ?

 

Elle le fusille du regard mais il ne semble pas impressionné.

 

- Oh mais bien sûr, défend l' humaine, votre fantasme.

 

La blonde se détache rapidement et part. Bon débarras.

Par contre je ne sais pas si je dois être flattée qu'ils fantasment sur moi où avoir peur…

 

- Les mecs, je vous propose des vacances sans femme, dit le grand baraqué.

- Punaise, je te suis, dit « Jazzy ».

 

Je pouffe de rire avant de poser les yeux sur mon loup qui est toujours sur la naine.

 

- Tu sais Paul, je vais finir par être jalouse que tu sois si proche d'une autre femme.

 

Paul grogne une dernière fois et se détache d’elle pour me rejoindre. Il pose sa truffe sur mon nez, je lui souris.

 

- On rentre ?

 

Nous nous dirigeons vers la maison mais avant je me retourne vers les Cullen.

 

- Au plaisir de ne jamais vous revoir.

 

Une fois arrivée à la maison, Paul se transforme et me sert dans ses bras en enfouissant son visage dans mon cou.

 

- Je vais bien et toi ? Ça n'a pas été trop dur ?

 

Il raffermit sa prise.

 

- Ce qui veut dire ? Je suis perdue.

 

Après un soupir, il se recule et me regarde droit dans les yeux. Son regard est tourmenté.

 

- Tu as eu envie de les tuer ?

 

Il ferme les yeux et baisse la tête. Je pose mes deux mains sur ses joues en cherchant son regard.

 

- Et c'est normal, je ne t'en veux pas. Tu es comme ça et ça me va.

 

Je pose doucement mes lèvres sur les siennes. Au lieu de rester dans ses bras, il se détache de moi et prend de quoi écrire.

 

- Envie tuer. Souvenirs. Pacte. Pas tuer. Énervé. Vouloir faire mal. C'est normal que tu ressentes ça et puis vois le côté positif, tu as des souvenirs même s'ils ne sont pas forcement joyeux. Tout reviendra au fur et à mesure. Il faut être patient. D'accord ?

 

J'espère sincèrement que ses souvenirs reviendront. Je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'il y a un truc de bizarre avec ça. Comme s'il y avait un blocage. Je me suis documentée sur l’amnésie et ça ne ressemble pas à ce qu'il vit, ce que nous vivons.

 

- Va te laver, je vais faire à manger.

 

Devant sa grimace, je ris.

 

- Ok, groumant, on mange !

 

Heureusement que je me suis améliorée en cuisine. De toute façon ça ne pouvait pas être pire...

Nous mangeons devant la cheminée, blotti l'un contre l'autre. Paul part ensuite se laver. J'ai envie de le rejoindre dans le bain. Je n'ai jamais osé le faire. Il n'a pas de soucis avec sa nudité mais il ne m' a jamais vu nue, excepté l'épisode de mon tripotage dans la baignoire mais il n'avait pas regardé mon corps.

Je n'ai jamais franchi le cap, j'ai sûrement peur de sa réaction mais là je vais oser, après tout, on n'a rien sans rien.

 

Doucement, j'entre dans la salle de bain et le vois allongé, le visage serein, les yeux clos. Je ne peux pas m’empêcher de caresser son visage. Il me prend la main et m’entraîne vers la baignoire.

Au moins je sais qu'il ne me rejettera pas. Par contre je me recule pour me déshabiller. Paul me regarde faire en fronçant les sourcils. Une fois en sous vêtement il se lève et me rejoint. Il me détaille de la tête au pied, je rougis sous son regard.

Pourtant ce n'est pas la première fois qu'il me voit ainsi. Pourtant je sens qu'il y a quelque chose de différent.

Il approche doucement sa main et touche mon cou, mon bras, il remonte et frôle le haut de ma poitrine, sa main descend entre mes deux seins dans une ligne directe vers mon nombril. Je me retiens de gémir. Il continue de caresser mon ventre avant de descendre sur mes hanches, sans descendre plus bas et bizarrement il évite les zones couvertes. Il refait le chemin en sens inverse, sa main caresse la peau tendre qui se trouve sous mon nombril. Aucune partie de mon ventre n'est oubliée. Mon cœur bat de plus en plus vite. Je ferme les poings pour m’empêcher de le toucher. Il remontre son doigt qui est entre ma poitrine. Le trop plein d' émotion me fait gémir.

Mon loup recule sa main brusquement et me fait un regard d'excuse.

 

- Retourne dans la baignoire, dis-je d'une voix rauque.

 

Il me sert dans ses bras pour s'excuser de quelque chose d'inutile. Son érection se presse contre mon ventre. Mon Dieu, il va me tuer. Je le repousse et l'oblige à s'allonger dans l'eau.

Son regard ne me quitte pas lorsque j'enlève mes derniers vêtements. Là encore, ses yeux détaillent ma peau dénudée.

 

- Tu aimes ce que tu vois ?

 

Il fait oui de la tête absorbé par... Moi. Rassurée je le rejoins et m'installe entre ses jambes. En me tortillant, j'essaye de nous installer confortablement sans toucher avec mes mains, à son érection. Vu qu'il ne semble pas quoi faire de ses bras, je les prends pour les enrouler autour de ma taille avant de poser ma tête sur son torse.

 

Paul fini par se détendre et caresse doucement ma peau, par contre son érection reste toujours aussi présente mais c'est peut être dû au fait que moi aussi je le caresse. Si un simple touché le garde excité, cela nous promets des folles nuits de sexe.

 

Avant que je ne m'endorme, je nous fais sortir de la baignoire et le sèche en m’efforçant de ne pas toucher l'objet de ma convoitise mais je le fais quand même en me servant de la serviette. Il apprécie à sa juste valeur ma brève caresse.

J'ai de plus en plus besoin de le toucher comme si ça devenait vital.

A mon plus grand étonnamment, il m'essuie à mon tour. Il ne se rend pas compte du bien qu'il me fait. Je suis tellement excitée que je pourrais avoir un orgasme en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Je m'accroche à lui pour ne pas tomber quand il m'essuie la poitrine et l'entre jambe. Je sais que pour lui c'est innocent et c'est aussi pour ça que nous ne sommes pas en train de faire l'amour un peu partout dans sa maison.

Je le regarde si attentionné et prévenant. Si je n'étais pas déjà amoureuse de lui, je tomberais maintenant sous son charme.

 

- Allons nous coucher.

 

Paul me tire vers le lit et nous allonge sous les couvertures. On s'endort blotti l'un contre l'autre. Ma nuit aurait pu être paisible mais je me réveille plusieurs fois, soit en pensant aux Cullen, soit en pensant aux paroles de Kim ou encore à mes rêves érotiques.

Parler devient urgent.

Je cache mon visage contre le torse brûlant de mon loup. Bien sûr, rien n'est facile et le sommeil me fuit. Mes doigts se baladent sur son torse et descendent un peu plus bas sans franchir la zone interdite qui s'est de nouveau réveillée. Si c'est un truc de loup, je vais être une femme comblée.

 

Je suis sortie de mes songes par Paul qui me touche la joue.

 

- Tu me fais confiance ? Lui demandais-je de but en blanc ayant une brillante idée.

 

Bon peut être pas brillante mais bon mais on n' a rien sans rien.

Il me fait oui de la tête.

 

- Si jamais tu es mal à l'aise où que tu n'aimes pas, tu me le dis et j'arrête. D'accord ?

 

Si je ne peux pas me soulager, ce n'est pas très grave, c'est pour lui que ça doit être douloureux.

Je remonte mon visage à sa hauteur et l'embrasse langoureusement. J'en profite pour descendre ma main vers sa virilité que je prends à pleine main et commence à le masturber doucement.

J' arrête notre baiser pour mieux le regarder. Il ferme les yeux de contentement, ses muscles se contractent délicieusement. J' accélère mes mouvements et mon loup se met à ronronner. Pourquoi est ce que je trouve ça sexy ?

Il ouvre ses yeux, son regard brûlant de plaisir me transporte, j'en rougis. J'ai envie de pousser ma caresse plus loin mais cette fois je vais me retenir et, juste avec ma main, je l'emmène à son plaisir ultime.

Il met plusieurs minutes avant de s' en remettre. Je suis fière de moi.

 

- Ça va ? Tu as aimé ? Lui demandais-je.

 

Son regard est confus.

 

- Ça mon loup gris, ça s'appelle un orgasme.

 

Il a l'air heureux et soulagé. Se pourrait-il que lui aussi a ressenti se manque que j'avais ? A près tout c'est logique. Je n'ai pas été maligne sur ce coup, pourquoi serais-je la seule à devenir folle à cause de mes hormones. Certes il est plus loup dans sa tête mais il est aussi un homme.

En plus il a dû avoir quelques flashs de son passé, il me sourit et m'embrasse. Je ne sais pas comment je me retrouve allongé sous lui. Notre baiser devient passionné mais je l'arrête.

 

- On devrait dormir.

 

Il me fait un signe du menton.

 

- Quoi ? Moi ? Ne t'en fait pas... attends, tu te souviens de quoi exactement ?

 

Il baisse les yeux et rougit.

 

- Tu as eu des flashs ?

 

Il reprend son bloc note et écris : rêve.

 

- Tu as rêvé de nous ? Et on faisait quoi ?

 

Il se recule et s' allonge en mettant un oreiller sur sa tête que je lui enlève. Il regarde partout sauf moi. Tout son corps est tendu de gêne.

 

- Quoi ? On faisait des trucs cochons ?

 

Il hausse un sourcil perdu. Je pouffe de rire et rapproche mon visage du sien pour le regarder droit dans les yeux.

 

- Es ce qu'on faisait l'amour ?

 

Il m'arrache l'oreiller des mains et se re cache. Je me mets à rire et retourne à ma « place » sur le lit.

 

- Tu n'as pas avoir honte, et, comme ça je me sens moins seule.

 

Prudemment il retire l'oreiller.

 

- C'est normal d'avoir ce genre d'envie et encore plus pour nous. Et si tu veux m'en parler, je suis là où même Jared pour parler de truc de mec.

 

Paul se rapproche de moi et met comme à son habitude, son visage dans mon cou. C'est le sourire aux lèvres que je m'endors.

 

OoO

A suivre...

Alors, alors ?

Bisous 

Chapitre 19

OoO

PDV BELLA

 

- Tu n'as pas avoir honte, et, comme ça je me sens moins seule.

 

Prudemment il retire l'oreiller.

 

- C'est normal d'avoir ce genre d'envie et encore plus pour nous. Et si tu veux m'en parler, je suis là où même Jared pour parler de truc de mec.

 

Paul se rapproche de moi et met comme à son habitude, son visage dans mon cou. C'est le sourire aux lèvres que je m'endors.

 

OoO

Depuis que nous avons passé la nuit, nous sommes tous les deux soulagés et encore plus proche, un peu comme Kim et Jared. Sam et Emily sont moins chauds lapin.

 

J'ai recommencé plusieurs fois et lui essaye timidement de découvrir mon corps. Je ne le brusque pas. De toute façon il prend son temps et ne touche pas la zone qui réclame son attention. Il fait juste glisser ses doigts sur ma peau et juste avec ça, je suis folle. Parfois il rajoute sa bouche et sa langue mais vu mes gémissements de plaisir, il arrête, ne comprenant pas complètement que c'est bon.

Nous vivons dans une bulle de bonheur qui explose lorsque mon frère se gare devant chez nous et frappe à la porte. J'ouvre en portant juste un tee-shirt.

 

- Josh ? Que fais-tu là ?

- Tu sais que c'est dur de te trouver, dit il en entrant dans la maison. Alors c'est là que tu vis ? Je ne pensais pas que tu pouvais vivre dans un tel endroit.

- Ce qui veut dire ? m'énervais-je, désagréable.

- Je ne pensais pas que tu pouvais vivre dans un endroit qui n'est pas bourré de technologie.

- Comme quoi, tu ne sais pas tout de moi, dis-je sèche.

- Ne prends pas la mouche tite sœur.

- Que fais-tu là ?

- Je suis venu te voir vu que tu m'as oublié.

- Je ne t'ai pas oublié, je suis plus occupée.

- Occupée ? Dit plutôt que tu as une vie sexuelle active.

- Tu veux boire quelque chose ?

- Un café. Où est ton cher et tendre ?

- Il est avec ses amis.

 

On s'installe sur le canapé avec nos boissons. Je vois Josh qui observe chaque recoin de chez nous et grimace à l'occasion.

 

- Tu sais que si tu continues à être aussi condescendant, je me verrais dans l'obligation de te foutre dehors.

 

Il lève les mains, innocent.

 

- Je ne pensais pas que tu laisserais ton lit. Tu y tenais beaucoup.

- C'est toujours le cas, dis-je nostalgique.

- Je n'ai jamais compris comment tu pouvais t'attacher à un meuble. Les souvenirs sont aussi précieux.

- Ce n'est pas n'importe quel meuble, il y a des souvenirs qui lui sont liés, dis-je dure. Et ça m'aide à me rappeler maman.

- Pardon.

 

Josh dans sa grandeur d' âme me prend dans ses bras. C'est comme ça que Paul et Jared nous retrouvent. Jared commence à paniquer mais devant le calme de tout le monde, il se détend.

 

- C'est mon frère, expliquais-je à Jared. Josh voici Jared, le frère et meilleur ami de Paul.

 

Après les salutations d'usage Paul me récupère pour m’asseoir sur ses genoux. Josh ricane mais ne dit rien. Jared et Josh font connaissance, Paul lui semble dans ses pensées encore plus que d'habitude mais il se pose peut être des questions sur la venue de mon frère.

Quoi qu'il en soi, on passe une agréable journée jusqu'à ce que l'idiot qui me sert de grand frère sorte la question qui tue.

 

- Alors petite sœur, tu as prévu quoi pour ton anniversaire ?

 

Je le fusille du regard mis le mal est déjà fait.

 

- Quoi ? Tu nous as caché cette information ? On va te faire une grosse fête !

- Non ! Criais-je. Surtout pas. Je veux juste passer une journée tranquille donc ta fête surprise et la montagne de cadeaux, tu oublies. Et c'est non négociable.

- Je te conseille de l'écouter parce qu' une mannequin anorexique en colère ça peut faire des dégâts.

 

Paul grogne méchamment et raffermi sa prise sur moi.

 

- Sans parler d'un petit ami sur protecteur qui ferait n'importe quoi si sa chérie est contrariée.

- Bien, alors que proposes-tu ?

- Un déjeuner avec vous tous mais le dîner et la fin de soirée est juste pour Paul et moi, dis-je en l'embrassant sur la joue.

- Ok, je ne veux pas savoir ce que Paul va faire à mon innocente petite sœur.

- De ce que je sais c'est plutôt le contraire...

- Ferme là ! Dis-je rougissante.

 

Normalement cela ne me dérange pas mais là, il a vraiment vu. Je sais que ça devait arriver mais quand même...

Paul me sort de ma gêne et me montre un mot écrit sur son bloc note : quand ?

 

- Dans 2 jours.

- C'est pour ça que tu es venu ? Demande Jared.

- Oui, comment pourrais-je louper un tel événement ?

- Comme l'année dernière ? Si je me souviens bien, tu as préféré aller à une grosse soirée plutôt qu'à mon anniversaire.

- Je suis venu !

- Oui avec deux jours de retard.

- Tu ne m'aurais pas ouvert.

- Mais j'aurai apprécié le geste.

- Et moi je me serais cassé le nez sur ta porte.

- C'est le geste qui compte et tu sais pourquoi je ne veux pas ouvrir, dis-je triste. Tu es le seul qui vient pendant ce jour.

- Parce que tu es aussi agréable qu'une louve qui protège ses petits.

 

Les garçons et moi esquissons un sourire à sa métaphore.

 

- Je suis comme ça à cause de lui. Maman adorait les fêtes et lui les a rendus triste et invivable.

 

Paul me met un papier sous les yeux : Tu vas aimer avec un cœur de dessiné.

 

- Merci, murmurais-je en l'embrassant.

- Viens, laissons-les. Visite-la Push, balade-toi et vois la parfaite vie que l'on mène.

 

Paul ne s'occupe plus d'eux et m'écrit des mots.

 

Lui, c'est ton père ?

- Oui.

Il a fait quoi ?

- Je t'avais dit qu'il ne voulait pas que je devienne mannequin ?

 

Il me fait oui de la tête.

 

- Il m'a clairement fait comprendre son mécontentement ce jour-là. Je venais de décrocher mon premier gros contrat, j'étais si fière de moi et toute contente je l'ai dit à papa. Lui modeste ne comprenait pas mon envie et me l'a clairement fait comprendre. Depuis ce jour, nous sommes en froid.

 

J' émets un petit rire sans joie.

 

- Et le plus drôle dans tout ça, c'est que mon frère peut faire toutes les conneries du monde, il continue de recevoir les attentions de papa, alors que je ne fais que des photos et je ne suis même pas nue.

 

Paul essuie une larme sur ma joue.

 

- Il est le seul lien qui me reste avec maman, en plus de mon lit.

 

Je me blottis dans les bras de mon loup qui me console. Quelque temps plus tard, il m' écrit que son père n'était pas gentil.

Décidément, nous avons plein de points communs.

 

Je peux te faire un cadeau ?

- Bien sûr, mais tu n'es pas obligé.

SI

- Ok, comme tu veux.

 

Josh revient pour la soirée, il va dormir sur le canapé. Les garçons « discutent » entre eux, moi je pars me coucher.

 

OoO

 

- Aller Bella ! Bouge tes fesses, on va se préparer pour ton déjeuner, m'ordonne Léah qui me tire vraiment de mon lit.

 

Paul et Josh sont déjà partis je ne sais où.

Mes amis ont respecté mes choix et me préparent un déjeuner sur la plage. Coup de chance, il fait beau. Par contre, je ne comprends pas pourquoi je dois quitter la maison.

 

Pendant que je prends mes affaires, Josh revient et sous mes yeux se passent quelque chose d'étrange.

 

- Euh Salut, dit Josh à Léah qui est de dos.

- Cette voix, murmure t' elle en frissonnant.

 

Lentement mon amie se retourne et plonge son regard dans les yeux de mon frère. Pour la première fois de ma vie je vois la grande Léah rougir à ne plus savoir où se mettre. Elle se dandine même sur place. La suite promet d'être intéressante.

Sans faire de bruit, je m'installe sur le canapé et les regarde chacun leur tour. Ils sont là, se fixant comme deux idiots.

Je vais avoir Léah comme belle sœur, je suis contente pour elle et pour mon frère aussi. Par contre ça va lui faire un gros changement vu le genre de nana qu'il fréquentait. D'ailleurs, je me demande s'il va vouloir rester à vivre ici, ou s’il va retourner à Los Angeles... Je sens que mon frangin va devoir apprendre à aimer la Push.

 

- Euh... Salut, dit elle après un certain temps.

 

Mon frère la détaille de haut en bas. Je suis sûr que Léah me remercie intérieurement pour notre séance de torture féminine. Seulement sous le regard de Lynx de mon frère, Léah redevient la femme que je connais, mordante.

 

- Tu ne veux pas que je me déshabille pour que tu es une meilleure vue ? Grogne t' elle en croisant les bras sur sa poitrine.

- Puisse ce que c'est toi qui le propose, je ne peux pas refuser.

 

Josh lui fait son sourire le plus charmeur sauf qu'il n'a pas à faire une pouffiasse et se prend une magistrale gifle avant que la furie quitte la maison.

J' applaudis aussi fort que possible mon amie en poussant des cris de joies, en sachant qu'elle m'entend parfaitement.

 

- Bordel, qu'est ce qui vient de se passer ? Demande mon frère complètement perdu.

 

Non seulement la gifle lui a remit les idées en place mais il doit se sentir perturbé dans ses émotions dût à l'imprégnation.

 

- Et Arrête de te moquer !

- Sûrement pas ! Tu aurais dû voir ta tête. Trop drôle.

 

Après quelques minutes sous les regards de tueur de mon frère, je me calme.

 

- Tu viens juste de rencontrer celle qui va t’empêcher de faire tout plein de conneries. Léah va te tenir par la peau des couilles...

 

Josh hausse un sourcil, dubitatif.

 

- Par conneries, tu entends que je devienne monogame ?

- Ouaip !

- C'est pas demain la veille, dit il, imbu.

 

Je me lève, prends mes affaires et en passant à côté de lui, je lui mets une gentille claque sur l'épaule.

 

- Si ça te fait plaisir d'y croire.

 

Même si je ne le vois pas je sens son regard interrogateur sur mon dos mais je n'y prête pas attention. Je rejoins Léah qui m'attend en boudant à quelques mètres de la maison. Nous partons chez elle.

 

- Ton frère est un crétin !

- Je sais, dis-je en haussant les épaules.

- Il m'énerve déjà. Connerie d'imprégnation !

- Je croyais que c’est ce que tu voulais ?

- J'ai changé d'avis, ce type est prétentieux et il est comme Paul, à se taper tout ce qui a une paire de seins !

 

Je me stoppe net et la regarde de travers.

 

OoO

A suivre...

Alors cette suite, vous aimez la fin ? Comment va réagir Bella maintenant que les choses ont été dites clairement ?

Et l'imprégnation de Léah et Josh ? On m'a fait la remarque que c'était banal, vous en pensez quoi ?

Bisous bisous 

Chapitre 20

OoO

PDV BELLA

- Ton frère est un crétin !

- Je sais, dis-je en haussant les épaules.

- Il m'énerve déjà. Connerie d'imprégnation !

- Je croyais que c’est ce que tu voulais ?

- J'ai changé d'avis, ce type est prétentieux et il est comme Paul, à se taper tout ce qui a une paire de seins !

 

Je me stoppe net et la regarde de travers.

 

- Pardon ?

- Oups, rien rien...

- Non non, pas de rien. Tu as dit qu'il ne pouvait pas garder sa braguette fermée, dis-je les dents serrées, comme si j'allais exploser.

 

Je savais qu'il avait couché avec quelques filles mais s’il était comme mon frère, il doit avoir une sacrée collection...

Léah regarde partout pour se trouver une échappatoire.

 

- Oublie Léah, et raconte-moi ça, m'énervais-je.

- Oh mais tu sais, c'est le passé, il n'y a que toi, il a complètement changé, hormis son amnésie, les imprégnés et les loups changent complètement.

 

Je ne peux pas m’empêcher d'afficher un sourire satisfait, je l'ai amené là où je le voulais.

 

- Pourquoi souris tu comme ça ? Demande t' elle, septique

 

Je la regarde longuement pour voir si elle a compris mon manège mais trop prise dans sa colère, elle n'a pas fait attention.

 

- Donc, ça veut dire que tu vas laisser une chance à mon frère ?

- Peut-être.

- Ce n'était pas une question, dis-je, joyeuse.

 

Je reprends ma route, très fière de moi. Léah arrivera à canaliser mon turbulent frère.

 

- Alors tu n'es pas en colère que Paul est couché avec la moitié des filles de la Push ?

- Non, c'est son passé et il a tourné la page, certes malgré lui mais maintenant j'apprécie celui qu'il est, peut importe combien de salopes il a retourné.

 

Léah se perd dans ses pensées avant de me regarder effarée.

 

- Tu es démoniaque Swan.

- Merci.

  • Bon allons chez moi nous préparer.

  • Je ne comprends pas pourquoi je dois quitter la maison ? J'aurai pût me préparer chez moi.

  • Non, non, puis comme ça, Kim et Claire nous rejoindrons, dit elle peut sûr d'elle.

  • Mais, elles peuvent venir à la maison.

 

Il est clair que mon amie me cache quelque chose. Je trouverai bien.

 

  • Dit que tu ne veux pas venir à la maison ?

 

Maintenant elle me fait une fausse crise de colère.

 

  • Ok, je ne pose plus de question.

 

Après avoir salué tout le monde, et remercié pour les « joyeux anniversaires » à profusion, sans parler des blagues vaseuses de Quil et Embry, je vais pour aider à la confection du repas mais personne ne me laisse faire. Sue et Emily essayent même de me sortir de la cuisine de force, à coup de cuiller en bois.

 

  • Je t'en pris, petite sœur, on sait tous que tu es nulle en cuisine, alors ne gâche pas le repas ! Se moque mon frère qui vient d'arriver.

 

Je prends un grain de raisin et lui envoie pleine tête. Mon frère s'offusque et va pour répliquer mais Sue nous arrête. Josh repose doucement son « arme ». Je me moque de lui.

 

  • Mais oui, Josh, écoute ta belle mère, murmurais-je.

  • Oh toi !

 

Je me mets à courir comme une folle, mon frère sur les talons. Je me cache derrière les garçons qui montent la table.

 

  • Il est vilain avec moi, me plaignais-je.

  • Rappelle-moi quel âge tu as aujourd'hui ?

  • 23, pourquoi ?

 

Les loups se jettent un regard amusé, j'ai l'impression qu'ils me cachent quelque chose mais quoi...

 

  • On dirait que tu en à 10 de moins, se moque Embry.

  • Soit cool avec elle, elle va bientôt être sans emploi, 23 ans, c'est pas l'âge de la fin des carrières des mannequins ?

  • Crétin.

 

Je prends une poignet de sable pour l'envoyer sur le loup mais il s'esquive bien trop rapidement pour qu 'un seul grain ne le touche.

 

  • Bon, les enfants, ça suffit ! Nous gronde Embry avec une voix forte qui contraste avec sa personnalité.

 

On ne peut que rire, le rôle du grand chef ne lui va pas du tout. Après notre petite crise de rire, je vais pour aider les garçons à monter la table mais encore une fois, je ne peux rien faire et vais pour répliquer mais Josh me demande d' aller faire un tour.

Nous marchons sur la plage. Je suis sortie de mes pensées par le regard insistant de mon frère.

 

  • Quoi ? Demandais-je souriante.

  • Je ne t'ai jamais vu si heureuse. Tu rayonnes de bonheur.

  • Je le suis, je suis vraiment bien ici, dis-je sérieuse. Qui l'aurait cru ?

  • Pas moi en tout cas mais même si je te voyais plus en citadine, je constate que tu es à ta place ici.

  • Je le suis.

  • Paul y est pour beaucoup.

  • Bien évidement. Il est... ma vie.

  • Je suis content, et je sais qu'il prendra soin de toi. Pour une fois papa approuverait ton choix.

     

    Je me stoppe et le fusille du regard.

 

  • Pardon, je ne voulais pas le dire comme ça, je dis juste qu'il serait un moyen de vous réconcilier.

 

Je ferme les yeux et respire un bon coup.

 

  • Il est hors de question que je fasse le premier pas, je n'ai rien à me reprocher et il est hors de question que j'arrive avec un putain de gâteau d'un mètre 85, dis-je entre mes dents.

  • Je sais mais je voudrais que vous vous réconcilier.

  • Eh bien va voir ton cher et tendre paternel et met lui du plomb dans la tête parce que le crétin ici, ce n'est pas moi.

 

Je tourne les talons pour partir mais Josh me retient par le poignet.

 

  • Pardon, je ne voulais pas être désagréable surtout aujourd'hui vu surtout que tu t'amuses et à mon avis, cela n'est pas arrivé depuis des années.

 

Je soupire et reste prêt de lui.

 

  • C'est bon, on passe à autre chose.

  • Très bien. Parle-moi de ton amie Léah.

 

Je me retiens de sourire. Je lui raconte donc comment est Léah, une vraie louve mais une fois qu'on la connaît, elle est une personne adorable et très protectrice avec ses amis. Il faut juste percé sa carapace.

 

  • Et comment je dois faire ?

  • Ça, c'est à toi de voir. Chaque personne a des liens différents.

  • Aller, petite sœur, donne-moi un indice !

  • Sûrement pas, j'ai trimé, toi aussi.

  • Très bien. Mais pourquoi es-tu sûr que Sue sera ma belle-mère ?

  • Ce n'est pas à moi de t'en parler.

  • Pourquoi ai-je l'impression que vous avez tous un secret ?

 

Je hausse les épaules et regarde partout sauf lui.

 

  • Alors, tu vas faire un effort avec elle ? Demandais-je.

  • Un effort ?

  • Oui, ne pas te comporter comme un con.

  • Tu me demandes de changer ?

  • Bien évidement que non, juste, ne te comporte pas comme un parfait connard avec les femmes.

  • Et si je ne le fais pas ? Dit-il sur un ton de défis.

 

Je sais que même s'il se moque, il enregistre mes paroles. Je hausse les épaules.

 

  • C'est tes joues après tout...

 

Je fais demi tour pour rejoindre tout le monde. Josh m’emboîte rapidement le pas. Aucun de nous ne parle, je vois qu'il est perdu dans ses pensées. Je ne peux pas retenir un léger sourire. Je sens que leur couple va être explosif et j'ai hâte de voir ça. On ne risque pas de s'ennuyer...

 

Lorsque nous arrivons, Paul n'est toujours pas là. Je m'assoie maussade, je veux mon loup pour mon anniversaire. Je me demande pourquoi il n'est pas là, comme Sam, Jacob et même Seth, le petit frère de Léah. Bizarre.

Quoi qu'il en soit, je n'ai pas le temps de me perdre dans mes pensées, les filles m'emmènent dans la chambre de Léah pour que je me change.

 

  • Rassurez-moi, vous ne m'avez pas fait de cadeaux ?

  • Nous ? Nooon, dirent-elles en cœur.

  • Vous n'êtes pas crédible, vous le savez ?

  • Oui mais tu vas faire comme si tu ne t'en rendais pas compte, propose Kim.

 

Après notre petite crise de rire, on rejoint tout le monde, les garçons sont enfin arrivés. Je rejoins ma moitié qui m'embrasse doucement.

 

  • Et ! Vous avez une maison, servez-vous-en ! Ricane Jacob.

 

Paul grogne gentiment contre Jacob. Leurs querelles sont devenues quasiment inexistante.

 

  • Oh pour ça, on est sur qu'ils l'utilisent, se moque Embry.

 

Je gémis de honte et me cache contre le torse de mon petit ami qui n'est pas si gêné que ça. Pour lui, c'est devenu naturel et je me demande si il n'a jamais eu honte de quoi que se soit.

 

  • Laissez Bella tranquille, c'est son anniversaire après tout, sourit Sue. Aller, à table et les garçons, laissez-en aux invités !

 

J'adore voir Sue qui gère la meute d'une main de maître, elle est une bonne chef de meute, alors qu' Emily est plus comme leur maman qui ne sait pas dire non et cela est parfois exaspérant. Elle ne crie jamais, elle est toujours souriante, elle a toujours un mot gentil à nous dire et parfois, lorsqu'on est en colère, on a envie de la secouer pour lui enlever son sourire bienveillant comme si on vivait au pays des bisounours.

Bref, je ne veux pas penser à elle aujourd'hui. Je préfère me concentrer sur Paul qui sourit comme s'il avait mangé tous les cookies. A chaque fois que je l'observe il me sourit et me vole un baiser.

A bien y réfléchir, je me demande s'il me cache quelque chose. Lui, comme les autres. Pourtant, même si ça va mieux avec Sam et Jacob, ils ne complotent pas entre eux, c'est avec Jared qu'il fait ça...

C'est définitif, il me cache quelque chose. Es ce un cadeau ? J'ai envie de le questionner mais je sais que je n'aurai aucune réponse alors je ne dis rien. A l'extérieur, je suis calme mais à l’intérieur, je bous de savoir ce qu'ils ont fait.

 

Notre repas se passe dans la bonne humeur, j'arrive à me réconcilier avec ce jour maudit. J'ai même failli verser une larme lorsqu'ils m'ont tous chanté un « joyeux anniversaire » en amenant un énorme gâteau avec plein de bougies. Je n'ai d'ailleurs pas réussi à tous souffler en une fois sans bien sur postillonner sur le dessert. Paul m'a aidé à toutes les éteindre avant de planter le doigt dans le glaçage et de me faire lécher son doigt sous les sifflements moqueurs des autres.

Mais je m'en fiche, ce moment n'est rien qu'à nous, alors on profite et puis, c'est ma journée. Je fais ce que je veux même si je me comporte comme une petite fille de 5 ans.

 

Même si je ne voulais pas de cadeaux, j'en reçois quelque un. Je ne voulais pas parce que j'ai besoin de rien et que je sais qu'ils ne gagnent pas beaucoup d'argent, alors le fait qu'ils dépensent pour moi, me dérange fortement.

 

  • Avant que tu refuses, c'est pour Paul et toi, me dit Léah.

 

Je lui tire la langue boudeuse, ils savent tous que je ne refuserai pas et bien sûr, ça les fait rire. J'ouvre prudemment le plus gros cadeau qui se trouve être deux lampes de chevet. Elles sont magnifiques. L'autre cadeau est plus petit, il s'agit d' un livre de cuisine pour débutant.

Bien sûr cela fait rire tout le monde, y compris moi même si je suis un peu vexée. Certes je ne suis pas très douée mais je me suis améliorée. Néanmoins, je ne m'en formalise pas et profite de mon super anniversaire qui me réconcilie avec cette journée.

 

Je pense avoir recevoir tous mes cadeaux mais Léah, Kim et Claire sortent un ultime cadeau de sous la table et vu leur sourire conspirateur, je sens que le livre de cuisine n'est rien.

 

  • Merci les filles, je l'ouvrirai plus tard.

  • Oh non ! Se moque Kim. Maintenant.

 

Claire ne peut pas se retenir de sourire tout en gardant les joues rouges.

 

  • Qu'est ce que vous lui avez acheté ? On avait dit que c'était pour eux deux, les sermonne Sue.

  • Mais, maman, c'est pour eux deux, dit elle trop innocente.

 

Je le sens de moins en moins mais sous l’insistance des filles, vu que les garçons ne semblent pas savoir ce que c'est - moi, je crois savoir, vu la taille du cadeau – je décide de le déballer sous la table.

 

OoO

A suivre...

Alors, ce cadeau, une idée ?

Bisous 

Chapitre 21

OoO

PDV BELLA

 

Je le sens de moins en moins mais sous l’insistance des filles, vu que les garçons ne semblent pas savoir ce que c'est - moi, je crois savoir, vu la taille du cadeau – je décide de le déballer sous la table.

 

Mes peurs sont fondées, Paul ne comprend ce que ça signifie mais moi, je rougis. Les filles ricanent et les garçons essayent de savoir ce que j'ai mais j'arrive à le cacher, mais c'est sans compter sur mon loup qui me vole mon objet pour le regarder de plus prêt sans faire attention aux réactions des autres. Bien sûr, en faisant ça, il expose mon cadeau aux yeux de tous. Les garçons rigolent et les adultes sont gênés. Mon frère regarde Léah avec de gros yeux, comme s'il allait lui sauter dessus et je préfère ça, plutôt qu'il se dise que je vais me servir de mon canard bleu.

 

Jared frappe l'épaule de Paul en lui disant qu'il va bien s'amuser avec ça. Paul le regarde perdu avant de tourner le canard dans tous ses sens. Mais à le tourner dans tous les sens il le met sur ON et comme tout canard qui se respecte, vibre.

 

Je sors de ma « cachette » et lui arrache le canard des mains et l'éteint.

 

  • Je ne suis pas prête d'oublier ce jour-là.

  • Oh, mais c'est le but se moque Léah.

  • Tu me payeras, tu en es consciente ?

 

Léah perd son rire mais Kim et Claire, non.

 

  • Je ne vous oublie pas vous deux.

  • Oups... dit Claire.

  • C'est l'idée de Léah, se défend Kim.

  • Traître.

 

Tout le monde rigole. Lorsque tout le monde est occupé à débarrasser la table, Paul me reprend le canard des mains pour le mettre sous mon nez.

 

  • A quoi ça sert ? Mmm, comment expliquer...

  • Tu n'as qu'à lui montrer, se moque Embry.

  • Et ! C'est de ma sœur que l'on parle,

 

Pour une fois, mon frère est là au bon moment et entraîne le loup loin de nous.

 

  • C'est lorsqu'on est juste tous les deux...

 

Il ne comprend pas.

 

  • Sans vêtement.

 

Il sourit mais à mon avis, ne voit pas ce que le canard vient faire la dedans.

 

  • C'est pour jouer...

 

Il semble de plus en plus septique, cherchant comment on peut jouer nus avec ça. Alors, ne trouvant pas comment expliquer, je décide de reprendre les mots d'Embry.

 

- Je te montrerai, dis-je avant de l'embrasser.

 

On passe le début de l'après midi à raconter nos pires cadeaux et nos pires hontes, mais lorsque le soleil se couche, Paul et moi nous retrouvons juste tous les deux. Nous ne rentrons pas tout de suite à la maison, ça ne me dérange pas, j'aime marcher main dans la main avec lui, comme une personne normale.

 

Lorsque le soleil se couche, Paul nous ramène à la maison. Je le sens de plus en nerveux et le questionne sur son comportement mais il se contente de hausser les épaules.

 

A quelques mètres de la maison, il se place derrière moi et pose ses deux mains sur mes yeux. Un grand sourire apparaît sur mon visage, il va me donner mon cadeau. Je me retiens de sauter comme une puce.

Paul nous fait avancer prudemment vers la maison. Pour continuer à jouer le jeu, je garde les yeux bien fermés surtout lorsqu'il enlève une main pour nous faire entrer dans la maison.

On s'avance vers ce qui me semble être notre lit. Il retire ses mains, prudemment j'ouvre les yeux. Je reste la bouche ouverte devant mon cadeau. Je reste quelques minutes sans rien dire, à observer le plus parfait des cadeaux. Je me rends compte que je pleure lorsque Paul se place devant moi et essuie mes joues. Il semble très inquiet.

 

  • Je suis heureuse, le rassurais-je.

     

Il fronce les sourcils et passe son puce sur mes yeux sûrement gonflés.

 

  • Je t'assure, c'est le plus cadeau que l'on pouvait me faire. C'est juste parfait. Mais comment as-tu fait ?

 

Il part prendre un papier et écrire la façon dont il a procédé. Pendant ce temps-là, je m'approche de mon cadeau et fais glisser les doigts dessus. Je le connais par cœur mais je ne me lasse pas de la sensation de bois sous mes doigts. Je n'ai jamais été aussi émue, c'est la plus belle chose que Paul pouvait m'offrir. Je me demande comment je vais pouvoir le remercier.

Aussitôt, le canard en plastique me revient en mémoire mais je vais le garder pour plus tard, néanmoins, j'ai une bonne idée de ce que je pourrai faire ce soir...

 

Paul me sort de mes pensées en se collant dans mon dos et en me prenant dans ses bras. J'en profite pour récupérer le papier.

 

« Josh s'est occupé de le faire livrer jusquà la maison, mais c'est mon idée. Jacob, Seth et Sam m'ont aidé à le remonter chez nous. Tu aimes ?»

 

Je me retourne vers lui et l'embrasse avec toute la passion que je peux y mettre.

 

  • Je t'aime tellement, lui dis-je émue.

 

Mes larmes sont sur le point de retomber mais je fais tout pour ne pas pleurer ; je ne veux pas l’inquiéter.

Pour la première fois, Paul ouvre la bouche comme pour parler mais aucun son ne sort. Néanmoins, je lui souris, encourageante. C'est bon début vers son retour du côté humain.

 

  • Ne te force pas, tout reviendra, j'en suis sûr. Comme ta mémoire.

 

Il prend le papier et note quelques mots.

 

« J'ai plus de souvenirs. »

 

  • Je sais mon cœur, dis-je en lui caressant la joue. On trouvera un moyen de te faire revenir tes souvenirs mais pour le moment, on va faire autre chose.

 

Je le pousse et l'assoie sur mon lit, celui de ma maman, la seule chose qui me manquait de Los Angeles. Lorsque je m'assoie à califourchon sur lui, Paul me regarde amusé. Pour se tenir il tend ses bras derrière lui et me détaille. J'en profite pour le regarder sans bouger. Je remercie toutes les divinités de m'avoir permis de mettre Paul dans ma vie. Il m'arrive de me demander ce qu'elle serait devenue sans lui mais je préfère ne pas y penser, de toute façon ça ne servirait à rien. Il est là et je ne le laisserai pas partir.

Avec mes doigts, je touche la peau de son visage, il ferme les yeux et profite de mes caresses mais je ne m'arrête pas à son visage et descend vers sa chemise que je déboutonne rapidement pour dévoiler son torse que beaucoup de mannequins envieraient. Même si je commence à connaître son corps, je ne me lasse pas de le toucher et je ne m'en prive pas. Paul gronde doucement mais garde les yeux clos. Je sens entre mes cuisses que je lui fais de l'effet mais je n'ai pas l'intention de m'arrêter là. Ma bouche rejoint mes doigts. Lorsque ma langue touche certaines parties sensibles, il gronde plus fortement, une de ses mains vient se poser brusquement sur mes fesses et avec son geste, il me colle encore plus à son sexe. Je ne peux pas m’empêcher de sourire.

Je vais pour lui retirer son pantalon mais il n'est pas d'accord et m'allonge sur le lit. De sa hauteur, il me regarde comme le prédateur qu'il est. Je me mords la lèvre en sachant qu'il ne résiste pas à ce geste.

Une seconde plus tard, il est allongé sur moi, sa bouche sur la mienne. Je gémis lorsqu'il se frotte contre moi.

Je ne sais pas si c'est dû à ses souvenirs ou si c'est naturel mais il commence à se servir de son bassin, mimant l'acte sexuel ce qui me rend folle, enfin un peu plus que ce que je suis.

Pris dans la passion, il m'arrache ma robe ce qui le fait s'arrêter et me regarder tout penaud. Je rigole doucement mais je lui dis que ce n'est pas grave et effectivement, il se rend compte que ce qu'il y a sous ma robe est beaucoup mieux. J'ai sorti mes plus beaux sous vêtement. Un bustier en dentelle rouge avec un string. Pour cette fois, je n'ai pas mis les jarretelles.

Le visage de Paul est comme celui d'un enfant, le jour de Noël lorsqu'il défait ses cadeaux. Il m'oblige même à me relever et à me faire tourner sur moi même. Même si j'apprécie son attention, je veux autre chose, alors je me colle contre lui et me frotte outrageusement.

 

  • Et si tu les enlevais ? Murmurais-je la voix pleine d'envie.

 

Paul se met dans mon dos et dégrafe doucement mon bustier. Il en profite pour parsemer ma nuque et mon dos de baiser, mais une fois mon haut au sol il ne s'arrête pas là et continue sa descente sur mes fesses et fait glisser son string le long de mes jambes. Une fois le dernier bout de tissu loin de nous il me retourne et pose sa bouche sous mon nombril. Instinctivement j'écarte un peu les cuisses et pour la première fois, il approche sa bouche de mon intimité humide de désir. Il me renifle fortement, au début cela m'a choqué mais ensuite je m'y suis habituée. C'est un truc de loup.

Sans que sa bouche ne bouge, ses mains caressent mes hanches, mes fesses, mon dos, mon ventre.

Encore une fois, sans que je ne m'en rende compte je me retrouve allongée sur le lit, les cuisses écartées, la tête de Paul entre celle-ci.

 

  • Touche-moi, gémissais-je en me tortillant.

     

Je ne fais pas attention à ses réactions, perdu dans mon plaisir, et heureusement pour moi, il accède à ma requête et pose ses doigts sur mon clitoris gonflé. Instinctivement, ma main vient dans sa nuque pour qu'il vienne me toucher avec sa bouche sauf que pour le moment, il préfère jouer avec mon bouton de plaisir et descendre plus bas. Il finit par entrer un doigt en moi.

C'est une première pour lui, il m'avait déjà touché une fois à cet endroit mais cela n'avait pas duré longtemps.

Je ne sais pas si c'est dû à mes gémissements ou au fait qu'il aime ça mais il entre un deuxième puis un troisième doigt en moi. D'instinct, mon bassin bouge, ma respiration est désordonnée, je suis sur le point de venir tellement je suis excitée.

Même si Paul a compris ce qu'était un orgasme pour lui, il ne le sait pas pour moi, sinon il ne se serait pas arrêté maintenant, enfin, je l'espère.

J'entre-ouvre les yeux pour voir ce qu'il fait, son truc de loup revient et il sent ses doigts avant de les lécher. Bon, ce n'est peut être pas qu'un truc de loup... Mais cette vision érotique me rend folle, j'en profite pour me rapprocher de lui et le mettre nu. Il finit par m'aider et tout timidement, il s'allonge sur le lit m’entraînant avec lui.

C'est impressionnant la différence qu'il y a, lorsqu'il est nu, j'ai l'impression qu'il est vulnérable, il perd toute son assurance. J'aime son côté timide.

On se regarde amoureusement sans rien faire. J'ai envie d'aller plus loin mais je ne sais pas si lui serait d'accord... Ok, c'est un mec, bien sûr qu'il sera d'accord. Néanmoins, je n'ose pas vraiment.

 

Pour ne pas le brusquer, je commence à le masturber, il rapproche son visage du mien et m'embrasse rapidement avant de se reculer et de me fixer. Il y a une lueur dans ses yeux que je ne saurai définir.

Je le comprends une poignée de seconde plus tard lorsqu'il recule ma main et s'allonge prudemment sur moi. Je vous bien qu'il ne sait pas comment s'y prendre mais je ne le brusque pas.

 

  • Tu es sûr que tu veux aller plus loin ?

 

Il me fait un regard et un geste de la tête déterminée.

 

  • Es ce que tu veux que je...

 

Il fronce les sourcils, je sais que je l'ai un peu vexé mais je le rassure avec un léger sourire.

 

  • Juste pour le début après, tu feras tout ce que tu veux de moi.

 

Il ne se souvient pas de ses souvenirs mais je sais qu'il a vu certaines scènes dans la tête des autres loups et que ça va lui donner des idées. Vu son sourire, je pense que ça travail dans sa tête.

Pour le faire revenir avec moi, je l'embrasse et le retourne pour m’asseoir à califourchon sur lui. Je me frotte contre son sexe toujours en érection.

Après m'être assurée qu'il est toujours d'accord, je me soulève et le prends en main pour me pénétrer.

N'ayant pas eu de relation depuis longtemps je l'entre doucement en moi afin de m'habituer à l'intrusion . Paul et moi savourons les nouvelles sensations.

Une fois complètement pénétrée, je fais quelques légers va et viens pour m'habituer. Il faut dire que mon loup est bien équipé.

Paul ne veut pas garder ce rythme si lent et me soulève pour mettre lui-même les coups de bassin. Le premier coup est assez fort pour m'envoyer dans les étoiles, proche de l'orgasme.

Même si je ne suis pas « parti » au premier coup de bassin, les autres m'ont vite emmené au paradis, mon loup ne tarde pas à me suivre.

Je me laisse tomber sur son torse. Automatiquement, Paul me sert dans ses bras. J'ai plus de mal que lui à reprendre mon souffle, j'ai l'impression que tout mon corps est engourdi par l'effort pourtant, je suis la plus heureuse des femmes.

Je ferme les yeux pour mieux profiter de son contact et d'écouter son cœur battre. Encore une fois, il met son nez dans mes cheveux pour me sentir.

N'étant pas très à l'aise dans cette position, je me laisse glisser sur le matelas et remonte le visage près du sien pour l'embrasser.

 

  • Ca va, murmurais-je.

 

Il me sourit tendrement, heureux comme un homme qui vient de faire l'amour. Pourtant je vérifie quand même qu'il est correct.

 

  • Je t'aime.

 

Il me répond par un baiser mais je comprends qu'il me dit la même chose. Je commence à m'endormir lorsque Paul nous déplace sous les couvertures.

C'est le plus bel anniversaire de ma vie.

 

OoO

A suivre...

Alors, ce chapitre ?

Bisous 

Chapitre 22

OoO

PDV BELLA

 

Il me sourit tendrement, heureux comme un homme qui vient de faire l'amour. Pourtant je vérifie quand même qu'il est correct.

 

  • Je t'aime.

 

Il me répond par un baiser mais je comprends qu'il me dit la même chose. Je commence à m'endormir lorsque Paul nous déplace sous les couvertures.

C'est le plus bel anniversaire de ma vie.

 

OoO

 

Quelques jours sont passés, Paul et moi ne nous décollons pas l'un de l'autre. Ils ont tous compris que nous avons passé LE cap. Les garçons se sont retenus de faire des remarques. Ils ont enfin compris que Paul était toujours plus loup que homme.

Josh a même préféré dormir sur le canapé de Léah. Ces deux là se parle mais il y a une distance entre eux. Je vois que Léah se retient sur les remarques désagréables mais Josh fait pareil. Par contre lorsqu'ils s'oublient, leurs disputes sont explosives. Une fois, ils ont même fait s'envoler des oiseaux. Ca nous a fait rire mais lorsque Léah nous à fusiller du regard et qu'elle nous a menacé de révéler tous nos petits secrets et on sait tous qu'elle en a et qu'elle n'aura aucun scrupule à les révéler.

 

Avec l'imprégnation, Josh a prolongé son séjour mais aujourd'hui est un jour stressant pour tous vu que Léah veut lui annoncer sa particularité.

Nous sommes donc tous les 4 en train de déjeuner dehors vu qu'il ne fait pas trop mauvais. Je vois mon amie stressée, on sait toutes les deux que mon frère n'est pas aussi ouvert d'esprit que moi.

 

Pendant le dessert, la louve prend la main de son imprégné et inspire un grand coup avant de lui lancer dans sa grande délicatesse qu'elle est une femme qui se transforme en loup.

Paul et moi retenons notre respiration en fixant Josh. Il explose de rire. Léah est perdu mais je comprends mon frère. Cela peut être considéré comme une blague.

Léah me regarde déprimée.

 

  • Euh... Josh ?

  • Oui ? Dit il en souriant.

  • Euh... Ce n'est pas une blague, dis-je le plus sérieuse possible.

 

Je sais qu'il comprend vu que toutes les couleurs quittent son visage. Lorsqu'il se rend compte que Léah lui tient toujours la main, il se recule brusquement. Elle va pour s'approcher mais il se met debout en faisant tomber sa chaise en la regardant avec dégoût.

 

  • Je ne te crois pas, dit il avec une voix blanche.

  • Si, tu me crois, murmure-t-elle.

  • Non, ce n'est pas possible.

  • Si ça l'est.

 

Elle commence à s'énerver.

 

  • Et toi ? Me dit il. Tu le savais.

  • Bien évidement.

 

Il fait la navette entre Paul et Léah avant de comprendre que mon loup est comme Léah. Josh s'avance vers moi et me tire par le poignet pour m'éloigner d'eux. Je lui hurle de me lâcher et d'arrêter ses bétises, qu'ils ne nous ferons pas de mal mais il ne me croit pas vu que Paul vient de se transformer et de sauter sur mon frère et lui grogner dessus.

Réaction en chaîne, Léah se transforme et se jette sur Paul pour le pousser de l'amour de sa vie. Léah se met en travers de mon frère et gronde sur Paul qui après m'avoir jeté un coup et s'être placé devant moi, se calme.

Son seul but est de me protéger. Si je suis en sécurité, il est calme. Je pose ma main dans sa fourrure ce qui le fait se rapprocher de moi. Il ronronne presque mais ça permet à Josh - même allongé au sol, Léah au-dessus de lui – de nous observer.

Mon frère n'est pas idiot, il va vite comprendre qu'ils ne nous feront rien. Léah se recule et s'assoie en fixant Josh. La scène pourrait être comique mais personne n'a envie de rire.

 

  • Il a voulu m'attaquer et toi tu te colles à lui, dit il éffaré.

  • Tu m'as attaqué, il m'a juste défendu, comme Léah t'a défendu.

 

Josh grimace.

 

  • Quoi ? Ton égo en prend un coup ? C'est sûr que face à un loup d'un mètre cinquante, tu fais le poids, me moquais-je.

 

Josh boude, Léah s'allonge en gémissant tristement. Il se rend compte qu'elle est toujours la. Il la fixe un long moment avant de s'avancer prudemment vers elle. Je le vois tendre la main tremblante vers son dos. Elle ne bouge pas, moi, je sursaute en sentant les bras de Paul autour de ma taille. Comme moi, il regarde la scène devant nous.

Il finit par la toucher. Nous savons que nous devons les laisser mais Paul préfère être là, au cas où.

 

Une fois qu'il s'est rendu compte qu'elle ne bougeait plus, il se laisse tomber à genoux devant sa tête.

 

  • C'est bien toi sous tous ces poils ?

 

Léah affirme.

 

  • Tu es vachement plus poilu que moi, plaisante-t-il.

 

Je sens Paul ricaner dans mon dos, moi, je souris. Il n'y que mon frère pour sortir de telle bêtise. Ce qui m'étonne, c'est que Léah ne lui a pas grondé dessus. Mais à bien y réfléchir, elle ne veut sûrement pas l'effrayer. En tout cas, il est en train d'accepter sa condition.

 

  • Tu ne veux pas redevenir... Humaine ?

 

Léah relève la tête, faisant sursauter son imprégné et me fixe. Je mets quelques secondes avant d'entrer dans la maison pour lui trouver une tenue de rechange.

 

  • Pourquoi tu es nu ? Demande Josh à mon loup.

 

Une fois dehors, je pose la robe à coté de Léah et vais ramasser les vêtements.

 

  • On n'est pas dans Harry Potter, les vêtements n'aiment pas les mutations.

  • Oh.

  • Viens, on va dans la maison, lui dis-je.

  • Pourquoi ?

  • Pour laisser de l'intimité à Léah.

  • Oh... Oh oh ! Pourquoi je ne peux pas regarder ?

 

Léah se redresse et expire sur lui. Josh fait un bon en arrière mais il n'est pas si effrayé que ça. Mon frère finit par laisser sa chérie. Lorsqu'elle rentre, Josh commence à lui poser toutes sortes de questions, elle lui répond en souriant, heureuse de ne pas être rejeté. Bien sûr, nous aussi nous avons droit à nos questions et à nos réprimandes de ne pas lui avoir raconté. Il se calme lorsqu'on lui explique que c'est un secret que personne n'est au courant sauf les personnes concernées. On en vient finalement à lui parler de l'imprégnation. Il prend bien le fait que je suis la moitié de Paul ce qui nous rassure pour la suite. Léah lui dit qu'elle a trouvé sa moitié en sa personne.

C'est la première fois que je vois mon frère si choqué. Léah s'inquiète et se rapproche de lui.

 

  • Je vais devoir passer ma vie avec toi ? Demande-t-il la voix blanche.

  • Et bien va-y, pleins toi !

  • Mais dans quelle merde je me suis mis, rajoute-il en plaisantant.

  • Crétin.

 

Mais elle l'embrasse quand même.

 

OoO

 

Josh a définitivement prolongé son séjour. Je crois même qu'il cherche une petite maison.

Je mets mes derniers contrats en ordre pour établir complètement ma vie içi. Je ne veux pas rester à rien faire, alors je me suis lancée dans la création de vêtements chic et pas cher. N'étant pas doué en dessin, j'achète des vêtements peu coûteux et les modifie.

 

Bref, tout est beau dans notre vie. Il n'y a pas trop de vampires dans le coin, en dehors des Cullen. Paul a des flashs de son passé mais pas plus que depuis le début. Parfois, il ouvre la bouche pour parler mais sa voix est bloquée.

C'est le seul point négatif de notre vie.

Paul est parti en patrouille avec les autres. Je suis toujours inquiète lorsqu'il part.

 

PDV PAUL-LOUP

 

Bella, Bella souriante, Bella heureuse, Bella à moi, Bella dans mes bras, Bella qui me nourit, Bella nue dans le lit.

 

  • Paul ? Concentration.

 

Je gronde mais je fais comme mon chef a dit. Nous pistons l'odeur de vampire que je ne connais pas. Pourtant dans la tête de Jared, je vois qu'il les reconnaît.

Leur odeur est plus forte de mon côté. Je m'élance dans leur direction, Jared me rejoint rapidement. Il essaye de cacher ses pensées, de toute façon, je n'y fais pas attention jusqu'à ce que je vois un souvenir de moi en loup mais à ce moment, il se concentre sur l'attaque à venir. Néanmoins, je vois dans ses pensées qu'il est inquiet.

Sam et Jacob nous rejoignent par l'autre côté pour les encerclés. Seth et Léah sont en embuscades plus loin, si jamais l'un d'eux veut fuir.

Ils sont deux, un mâle et une femelle blonde. Je vais pour m'avancer et attaquer. Il y a quelque chose en moi qui me pousse à les tuer.

L' homme me fixe dans les yeux et ricane. La blonde se contente de sourire sadiquement.

 

  • Coriace le petit loup, dit le mâle.

 

Le reste de la meute gronde fortement et font un pas vers eux. Moi, je ne comprends pas. J'essaye de me souvenir comme je le fais souvent mais cette fois, je ne vois rien. Tout est très noir. Je n'ai jamais été aussi loin de mon passé et plus j'essaye d'y retourner plus je m'éloigne de ma vie.

J'entends Sam nous dire de le tuer le plus vite possible et de faire attention, il a sûrement un don. Lorsque nous attaquons, celui qui a ricané, me fait un signe de la main pour que je m'approche. Jared n'arrive pas à m’empêcher de l'attaquer alors il me suit de très près en se disant qu'il ne fera pas deux fois la même erreur. Je ne comprends pas ses paroles mais je n'y fais pas attention. Je veux tuer.

 

Je vois dans la tête que Sam et Jacob ont réussi à arracher la tête de la blonde sans trop de difficulté. Ils auront juste un ou deux bleus. Je fais comme si j'attaquais le vampire de front avant de me décaler à la dernière seconde pour me jeter sur lui sur le côté.

Je ne me souviens pas de mes souvenirs mais j'apprends de mes erreurs. Je ne veux pas que ma Bella soit encore inquiète pour moi. Elle était triste. Je n'aime pas.

Même avec mon attaque surprise, je le bouscule à peine et il arrive à me repousser. Je gronde fortement. Lui, il ricane encore une fois. La mort de la femelle ne le perturbe pas.

Les autres loups font un cercle autour de nous, me laissant faire, mais ils resserrent le cercle pour être sur qu'il me s'échappe pas.

 

C'est à son tour de m'attaquer avec un sourire moqueur. J'arrive à m'esquiver et à le mordre à la jambe sauf qu'il se détache avant que je n'ai eu le temps de lui arracher.

 

  • Tu te défends mieux que la dernière fois petit chien.

 

On gronde tous. Ma patience commence à être à bout, et on sait tous que lorsque j'y arrive je ne suis pas le meilleur combattant. Je ne comprends pas pourquoi ils me laissent me battre seul contre lui.

Cela à peu être à voir avec mon passé, quoi qu'il en soit, je me concentre sur mon combat et l'attaque en même temps que lui.

On se bat au corps à corps, je vais aussi avoir quelques marques mais lui aussi a perdu quelques bouts de peau. Lorsqu'il passe une de ses jambes pour me ceinturer, j'arrive à lui attraper un bras et à lui arracher.

Les autres loups ricanent pendant que l'autre sangsue fulmine. Démunie sans son bras, ils commencent à perdre patience et du coup, il fait n'importe quoi, sauf qu'il devient encore plus dangereux. Je commence à pendre de plus en plus de coup mais Jared vient m'aider.

A nous deux, nous arrivons à le maîtriser plus facilement. Il perd ses repères, n'ayant sûrement pas l'habitude d'être dans une telle situation.

Après quelques autres coups, j'arrive à prendre sa tête dans ma bouche et d'un coup sec, je lui arrache.

 

Pendant que tous les loups hurlent de joie, je me laisse tomber au sol, je sens que mon cerveau est en ébullition, comme si quelque chose voulait rentrer de force en moi. Sous la douleur, je me retransforme et me prends la tête entre les mains.

Même si je ne le vois pas, je sais que mes amis sont inquiets pour moi. J'entends leurs voix mais je ne me sens pas capable de leurs répondrent. J'ai l'impression que si j'ouvre la bouche, je vais me mettre à leur hurler tout un tas de gros mots. La tornade dans ma tête ne s'arrête pas, je n'arrive pas à savoir ce qui se passe et plus j'essaye de savoir plus c'est pire.

Sam insiste plus pour que je me relève et que l'on rentre. Ne répondant pas, ils se concertent pour savoir ce qu'ils vont faire de moi.

Mais plus ils parlent, plus ils me filent mal à la tête.

 

  • Mais bordel, vous allez la fermer !

 

Mes mots font leur effet vu qu'aucun d'eux n'ouvre la bouche et me regardent avec des yeux ronds.

 

  • Quoi ?

 

Ils se jettent des coups d’œil inquiet avant que Jared ne prenne la parole.

 

  • Euh Paul, tu ne te sens pas différent ? Tu te souviens de ta première transformation en loup ?

  • Bien, oui pourquoi ? Grognais-je.

 

Je veux retourner voir ma Bella.

Je tourne les talons et me dirige vers la maison avant de me stopper et de me retourner lentement vers les mecs qui sont toujours plantés là à me fixer. Jacob se moque de moi alors que les autres me regardent hébétés. Je me rends compte de ma bêtise.

Si je n'étais pas un loup, mes jambes m'auraient lâché mais je suis robuste. J'ouvre la bouche et ferme la bouche plusieurs fois. Je lève la main pour leur interdire de se moquer de moi.

Nous restons en silence jusqu'à ce mon cerveau me rappelle que ma Bella me manque, comme à chaque fois que je suis loin d'elle.

Brusquement, je fais demi tour, me transforme en loup et cours le plus vite possible vers la maison ou ma Bella se trouve.

 

Une fois à l'orée du bois, je me retransforme et sans prendre le temps de m'habiller, j'entre comme un fou dans la maison faisant sursauter Bella qui se ronge les ongles sur le canapé.

Lorsqu'elle me voit, elle se jette dans mes bras. Je la réceptionne sans mal et la serre fort. Je l'embrasse sur le haut de la tête avant de sentir son odeur. J'aime la sentir. Un truc de loup.

 

Je savoure encore plus que d'habitude tout ce qui fait ma moitié.

 

  • J'ai eu peur pour toi, murmure-t-elle.

 

Elle se recule et vérifie que je n'ai aucune blessure. Je ne peux pas m’empêcher de sourire et de la toucher sur la joue, le cou, les bras, la taille. Elle me tape gentiment sur les mains sauf que j'arrive à la recoller contre mon corps et l'embrasser passionnément.

On se recule à bout de souffle. Elle me sourit tendrement, j'ai un énorme sourire sur le visage qui ne veut pas partir.

Bella et moi nous regardons sans rien dire, juste à savourer la présence de l'autre.

Ma douce moitié avait peur que si je recouvrais la mémoire je serai différent mais, je ne pense pas. J'ai changé oui, c'est vrai mais cela remonte à mon imprégnation. Je ne suis plus le petit con arrogant. Elle m'a montré le bon de côté de moi et mon loup aussi. En plus, cela m'a permis de ne faire qu'un avec mon loup. Nous étions tous les deux colères. Mon amnésie nous aura permis de faire la paix. Je suis appaisé.

 

Je reviens de mes pensées et pose mon front sur le sien et ferme les yeux. Je sens que Bella fait pareil. C'est le bon moment.

 

  • Je t'aime.

 

Ma douce moitié sursaute et ouvre grand les yeux.

 

  • Je t'aime, lui redis-je.

 

Cette fois, ses jambes la lâchent. Elle se met à pleurer et à rire en même temps. Je la rejoins au sol et la prends dans mes bras la serrant le plus fort possible. Elle s'accroche à ma taille comme si j'allais fuir. Je crois que moi aussi j'ai une larme qui coule. Bella enfouit son visage dans mon cou et mets quelques minutes à se calmer. Mes mains glissent sur son dos pour la rassurer. Je l'embrasse partout où je peux sans avoir à changer de position. J'ai besoin de la toucher, de vérifier qu'elle est là, que mes souvenirs sont tous là. Avant et surtout après elle. C'est le plus important. Elle.

D'ailleurs, ma douce finit par se reculer et me fixer, vérifiant que c'est bien moi. Elle pose encore ses mains sur son visage. Des larmes coulent encore sur ses joues mais elle ne fait rien pour les essuyer.

 

  • Redit le, murmure-t-elle.

  • Je t'aime Bella.

  • Je t'aime aussi, dit-elle émue avant de m'embrasser.

 

Nous restons au sol, enlacés à nous murmurer des mots doux avant de commencer un nouveau chapitre de nos vies.

 

OoO

 

FIN

 

OoO

 

Épilogue à suivre...

Ca y est, c'est fait. La mémoire lui revient et il parle. Pas trop déçu ? J'ai imaginé la fiction en pensant à cette scène.

N'hésitez à me laisser vos avis !

Bisous bisous

EPILOGUE

 

  • Paul, hurlais-je.

  • Quoi ? Un problème, demande-t-il inquiet en arrivant en courant des escaliers.

 

Je ne dis rien mais sourit comme une idiote en le fixant. Son inquiétude part pour laisser un sourire venir et secouer la tête de droite à gauche.

 

  • Non aucun, j'aime juste t'entendre.

 

Il me rejoint sur le canapé et m'embrasse tendrement e posant une main sur ma nuque et l'autre sur mon ventre.

 

  • Je t'aime ma Bella même si tu me rends fou.

  • Mais tu aimes ça, alors je continue.

  • Démon.

  • C'est les hormones, dis-je en levant les mains en l'air.

 

Il rigole avant de me soulever pour s'installer dans mon dos, ses deux mains sur mon ventre. Je soupire de plaisir et ferme les yeux.

 

  • Tu vas bien ?

  • J'ai un peu mal au dos mais ça va. Je veux pas une autre place.

 

Je sens des petits coups dans mon ventre. Même si je ne le vois pas, j'imagine le grand sourire de Paul.

 

  • Il seras aussi bagarreur que toi.

  • Jusqu'à ce qu'il trouve la bonne personne, murmure-t-il en embrassant mon cou.

  • Non, je veux pas, boudais-je.

 

Il n'est pas encore là, alors je ne suis pas prête à partager mon bébé. Paul se moque de moi, mais je sais qu'il est comme moi.

 

Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte, il y a 6 mois, j'étais à la fois, folle de joie et inquiète. Depuis que Paul a retrouvé la mémoire et la voix il y 8 mois, nous avons profité l'un de l'autre sans vraiment croisé les autres. On s'est parlé encore et encore. Je ne me lassais pas de sa voix et même lorsqu'on faisait l'amour, je voulais l'entendre. Je m'étais imaginée son timbre de voix et j'avoue que je ne suis pas déçu. Sa voix me transporte et me rends encore plus folle de lui.

Résultat de nos mois en Hermite, j'ai un petit garçon dans le ventre. Depuis Paul est au petit soin et s'inquiète pour nous deux. Il avait peur de ne pas être à la hauteur mais je sais qu'il sera bon.

Lorsque la meute l'a appris, ils se sont moqués de notre appétit sexuel mais ils ont voulu fêter son arrivé.

Même Emily a décidé que c'était le moment pour elle d'avoir un bébé... Conclusion, les loups sont fertiles, elle est enceinte de deux mois.

 

  • Voilà, on les laisse deux minutes et ils se la coulent douce... se moque Jared.

  • Laisse-les, ils profitent, nous sourit Kim. J'espère que tu seras aussi gentil que Paul lorsque je serai enceinte.

  • Hein ? Tu... Tu... Hein ?

  • Mais non idiot, dit-elle en levant les yeux au ciel. Je ne veux pas te partager.

 

Jared soupire de soulagement.

 

  • Pour le moment...

 

On rigole devant la tête effarée de Jared. Kim vient m'embrasser sur la joue avant d'aller poser le plat qu'elle nous a préparé.

 

  • Merci, lui dis-je reconnaissante.

  • Punaise, oui, merci. Tes plats sont délicieux.

  • Et ! M'offusquais-je en le frappant gentiment. Je me suis améliorée en cuisine, boudais-je.

  • Mais oui ma chérie, c'est très bon.

 

Je ne sais pas si c'est pour me remonter le moral ou si c'est sarcastique mais je ne m'y attarde pas, préférant croquer dans un gâteau.

 

  • Alors, la chambre (vue de la chambre en bas du chapitre) avance ? Demande le loup.

  • Ouaip, je suis trop doué. Tu veux voir ?

 

Paul m'embrasse et me soulève pour se lever. Avant de partir il embrasse mon ventre et monte avec Jared pour lui « montrer » ses travaux, en gros, l'aider à monter le meuble.

 

  • Qu'est ce qu'il n'arrive pas à faire ? Sourit Kim.

  • Le meuble n'est pas coopératif.

 

On rigole gentiment. Je l'aiderai bien mais je dois en faire le moins possible mais j'arrive à m'occuper en travaillant sur mes vêtements. J'ai même reçu mon chèque de mon dernier shooting photo. J'ai fait des photos de moi enceinte. Une dernière fois, pour clore définitement le chapitre. Par contre, je ne suis pas allée à Los Angeles, juste à Forks. Il y a une fille Angela qui cherchait des mannequins amateurs. J'ai posé pour elle, gratuitement mais avec l'argent qu'elle s'est fait, elle m'en a reversé une partie.

 

OoO

 

  • Tu dois lui dire, parce que si elle est devant le fait accompli, elle va t'en vouloir à mort, gronde Léah.

  • Mais non ma louve, elle sera contente.

  • Je ne crois pas, elle a beaucoup souffert de son comportement. Il ne faut pas qu'elle est de gros choc.

  • Tout ira bien, affirme Josh.

 

Je sens que je ne devrai pas entendre cette conversation, mais, ma curiosité prend le dessus, alors je fais semblant de dormir.

 

  • Qu'importe. Si jamais il arrive quelque chose de mal à Bella, tu seras responsable et crois-moi, tu ne veux pas me mettre en colère, gronde Paul.

 

Mon loup est de plus en plus protecteur avec moi surtout qu'à 8 mois, j'ai eu des contractions. J'entends les pas de mon loup se rapprocher et s'allonger à côté de moi.

 

  • On se réveille petite curieuse.

  • Même pas vrai.

  • Tu veux te lever ?

  • Non, je veux rester avec toi. Juste avec toi.

 

Je fusille mes amis du regard, je suis en manque de mon loup, je voudrai que l'on fasse plein de câlin, mais je n'ai pas le droit... Vivement que notre bébé loup pointe le bout de son nez. En tout cas, le beau petit couple explosif à l'air de se disputer.

 

  • Josh, dit lui.

  • Non.

  • Oh si, tu vas le faire. Maintenant.

  • Mais ma petite louve...

  • Non, pas de petits mots doux. Je te prive de sexe.

  • Tu seras la première à en redemander.

  • Oh, c'est pas faux mais, je pourrai te laisser sur ta fin.

 

Josh grimace et jette un coup d’œil dans notre direction avant de s'avancer vers nous.

 

  • Euh... Bella ? M'appelle Josh prudemment.

  • Quoi ?

  • Tu m'en voudrais si j'avais prévenu une personne de ta grossesse ?

  • Qui ?

  • Mmm...

  • Josh. Qui ?

 

Je le sens de plus en plus mal.

 

  • Mmm, papa, murmure-t-il si bas que je n'entends pas.

  • Quoi ?

  • Papa, dit-il plus fort.

  • Aaaaahhhhh, criais-je.

  • Oh, ça va, ce n'est pas si dramatique.

  • Aaaahhh, criais-je en me tenant le ventre.

  • Oh putain, lâche Léah en pointant le lit.

 

Paul lève les couvertures et touche mes cuisses.

 

  • Tu as fait pipi au lit ? Se moque Josh

  • Bella ? Pourquoi tu...

  • Mais fermez-la et toi, emmene-moi à l’hôpital, aaahhhh, je viens de perdre les eaux.

  • Quoi ?

  • Paul, bouge-toi ! Lui dis-je.

 

Il se lève en sursaut et me prend dans ses bras pour nous mettre dans la voiture. Léah prend le sac et hurle après Josh qu'il a déclenché mon accouchement avec ses conneries.

Je n'entends pas la fin de leur dispute vu que Paul a démarré et conduit rapidement à l’hôpital.

 

  • Respire mon cœur, on croit que c'est toi qui va accoucher.

 

Il grince des dents pour toute réponse. Je lui prends la main pour le rassurer.

 

  • Ne t'en fait pas, je vais encore souffrir pendant quelques heures. On y sera à temps.

 

Il quitte quelques secondes la route du regard pour me fixer, vérifiant que je ne mens pas.

 

  • Tout va bien se passer. Ne stresse pas, je vais avoir besoin de toi. Tu vas assurer, Ok mon cœur ?

 

Il fait un signe positif de la tête et me serre doucement la main. Lorsque nous arrivons, il sort très rapidement de la voiture et vient me porter jusqu'au hall. Une contraction arrive à ce moment, me faisant hurler et du coup prévenir tout le monde. Le docteur vampire aussi.

Il indique à Paul de m'allonger sur le brancard. Je vois qu'il n'est pas content que se soit lui mais j'ai réussi à le convaincre que ça allait le faire. Après tout, il est le plus expérimenté.

 

Le docteur au yeux jaunes nous emmène dans une salle de travail et regarde entre mes cuisses – ok, je suis très gênée – pour voir ou j'en suis.

 

  • Depuis quand avez-vous des contractions ?

  • Vers minuit.

  • Vous auriez dû venir plus tôt.

  • Qu'importe, gronde Paul, on est là.

 

Je pose ma main sur son avant bras pour le calmer.

 

  • Quand es-ce qu'il va arriver ? Demandais-je sentant une contraction arriver.

  • Cela devrait être rapide.

 

Effectivement, une heure plus tard, il me change de salle. Paul est préparé pour venir avec moi. Tous nos amis sont dans le hall.

Les quelques minutes où il est loin de moi, je commence à m'inquiéter mais il revient rapidement et me prend la main.

 

  • Je suis avec toi, me dit-il en m'embrassant sur le front.

 

Je ferme la mâchoire très fort à cause d'une contraction particulièrement douloureuse.Paul me prend la main que j'écrase. Heureusement qu'il ne sent pas grand-chose.

 

Après ce qui me semble de longues heures – et c'est sûrement le cas – je pousse une dernière fois sous les encouragements de mon loup gris. Je ne l'ai même pas insulté comme le font la plupart des femmes, je préférais donner toute mon énergie à mon bébé loup.

 

Paul, ému, coupe le cordon. Les infirmières s'occupent rapidement de lui avant de le donner à mon loup. Je le laisse câliner notre bébé mais quand il commence à gigoter un peu trop, il me le donne.

 

  • Coucou mon bébé, dis-je les larmes aux yeux.

 

Comme avec Paul, je le touche partout où je peux. L'infirmière me dit que je peux le nourrir. Instinctivement, je m'y prends bien.

 

  • Comment voulez-vous l'appeler ? Demande le docteur aux yeux jaunes.

  • Alex Paul Lahotte.

  • Si vous voulez-vous aller prévenir vos amis, on va mettre Miss Swan et Alex dans une nouvelle chambre.

 

Paul nous embrasse avant de rejoindre la meute. Le docteur m'aide à m'installer. Ce n'est pas facile de bouger avec le bébé dans les bras et je ne pense pas avoir encore des forces.

 

  • Vous ne devriez pas faire d'autres examens de bonne santé où des trucs comme ça ? Lui demandais-je.

  • Pour les enfants normaux si, mais là, je ne pense pas que ça soit la peine, mais si vous voulez, je peux...

  • Non, ça ira.

  • Bien, je vous laisse. Vos amis sont là. Pensez à vous reposer.

  • Merci docteur.

 

A peine le vampire dehors, Paul revient accompagné de tout le monde. Il s'installe à côté de moi. Tout le monde est en admiration devant notre bébé, ils font des photos de nous trois.Je me mets à bailler, Paul prend le bébé et rapidement, je m'endors.

 

Lorsque j'ouvre les yeux, je vois un tableau magnifique, mon loup penché sur le berceau de mon bébé loup lui faisant des sourires.

 

  • Salut, murmurais-je la voix rauque.

  • Regarde mon cœur, maman est réveillée.

  • Il est quelle heure ? Demandais-je en voyant le coucher de soleil.

  • 5h30.

 

Paul prend le bébé et me le donne pour que je le nourrisse. Je le sens tendu.

 

  • Qu'est ce qu'il y a ?

  • Josh est revenu à l’hôpital.

  • Pourquoi ?

  • Tu te souviens de ce qu'il t'a dit avant qu'on parte ?

  • Non... Euh... Si... Il est là ?

  • Oui.

  • Je ne veux pas le voir.

  • C'est toi qui vois. Je ne te force pas.

 

On reste en silence quelques minutes.

 

  • A ton avis, qu'est ce qu'il veut ?

  • Recoller les morceaux avec toi, dit-il sûr de lui.

  • Tu lui as parlé ?

  • Oui, je voulais m'assurer qu'il ne te voulait pas de mal et si c'était le cas, il aurait repris le premier avion.

  • Es ce que je dois lui parler ? Demandais-je perdu.

 

Paul me prend dans ses bras.

 

  • Je ne sais pas, mon père n'est pas le tien, mais tu peux l'écouter et voir par la suite.

  • Bien. Mais tu restes ?

  • Évidemment. Je vais les chercher.

 

Lorsque mon père entre suivi d'un Josh honteux, mon cœur bat très vite, je resserre mon bébé loup contre moi. Paul revient à côté de moi et pose son bras sur mon épaule.

 

  • Je suppose que vous n'allez pas nous laisser seul, demande Charlie, mon père.

  • Aucune chance, gronde Paul.

 

Le silence s'installe entre nous, jusqu'à ce que j'en ai marre.

 

  • Que veux-tu ?

  • Tu as un beau bébé.

  • Je sais... Merci.

  • Tu es heureuse.

  • Quoi, et après ? Tu vas me dire que c'est bien que j'ai quitté mon job pour devenir quelqu'un de normal, crachais-je.

  • Non, non.

     

    Il s'avance vers moi et va pour me toucher mais s'arrête au dernier moment.

     

  • Je suis désolé pour tout ce que je t'ai dit... J'ai gardé chacune des photos que j'ai trouvé, je suis fier de toi. Tu es une jeune femme sublime qui aime vraiment ce qu'elle fait.

  • Pourquoi avoir été si con si tu es fier de moi ?

  • Parce que je suis un vieil homme bourru et buté.

  • Je ne te le fais pas dire, dis-je plus douce.

 

Je croise le regard de mon père, je vois qu'il souffre de la situation. Je me rends compte que moi aussi, mon papa me manque. Une larme coule sur ma joue, c'est à cause de tout ce qui s'est passé ces dernières heures.

 

  • Je te promets que je ne serais plus un mauvais père. Josh et Paul m'ont ouvert les yeux. Je veux faire partie de ta vie, de vos vies.

  • Je ne sais pas, murmurais-je.

  • S'il te plaît, je ne te demande pas de me pardonner mais d'essayer.

  • D'accord.

 

Mon père vient me prendre dans ses bras. Je laisse couler mes larmes, me rendant compte que mon papa m'avait manqué.

Je sens qu'à partir de maintenant, je vais être complète avec toute ma famille autour de moi.

 

OoO

FIN FIN

OoO

Merci à Miss Egypte pour la venue du papa. C'était son idée. Je précise.

Et merci à tout le monde de m'avoir lu jusqu'au bout. J'espère vous retrouver sur mes autres fictions.

Bisous

couloir du haut

vue de la chambre du bébé

vue de la chambre du bébé

38 votes. Moyenne 4.84 sur 5.

Commentaires (10)

1. grazie samedi, 21 Décembre 2013

coucou j'ai adoré ce dernier chapitre. super bell et paul ont eu un bebe. bell se reconcilie avec charlie.
merci pour l'avoir partage avec nous.
bisous et bon courage pour la suite grazie

2. hp-drago dimanche, 24 Novembre 2013

coucou celia brandon massen
Merci pour ton commentaire.
J'ai pas le lit mais j'en veux bien un avec un Paul dedans Bon, je l'ai dans ma tête, c'est déjà pas mal lol
bisous

3. celia brandon massen dimanche, 17 Novembre 2013

hahaha je veux un canard bleu aussi pour mon anniversaire, lool

et je veux un paul aussi, et peut etre un bon gros lemon juste lui et moi
j'ai deja le lit baldaquin en bois mais j'aime

bravo il est magnifique ce chapitre.
bisousssss

4. grazie dimanche, 17 Novembre 2013

coucou j'ai aime . c'est vrai que c'est un super anniversaire pour Bell. bisous et bon courage pour la suite

5. Celia brandon massen dimanche, 15 Septembre 2013

Coucou et oui tu ne reve pas, je suis bien venu te lire un dimanche soir,
miracle mais numero 3 m'a laisser un peut de repos aujourd'hui donc j'ai eu le temps de faire plein de chose

c'est un sacré chapitre, Alice et jasper j'adore les vannes, les vacances sans femmes trop bien aussi, et le calin dans le bain et la suite dans le lit, depuis le temps qu'on l'attendais, bisouss

a bientot

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017