La bonne personne

hermionelucius.jpg

Disclamer : Tout à JK Rowling

Fichier audio : La bonne personneLa bonne personne

PDV LUCIUS

Moi Lucius Malfoy est tombé amoureux, mais de qui me direz vous ? D'une charmante jeune femme, non ce n'est pas Narcissa, mais elle aussi je l'ai aimé, aimé jusqu'à sa mort. Oui elle est morte, morte d'une maladie rare. J'étais anéanti après sa mort. Drago a passé ses deux mois de vacances avec moi. Lord Voldemort a été tué par Potter cet été. A cause ou grace à mon chagrin nous n'avons pas participé à la guerre, ce qui est mieux sinon j'aurai été condamné à Askaban ou pire la mort. Lorsque le ministre est venu avec des Aurors et qu'ils m'ont vu dans un piteux état, ils m'ont laissé en liberté.

Revenons à la charmante à la jeune femme qui est maintenant la nouvelle Lady Malfoy. Je l'ai rencontré quelques mois après la mort de Narcissa. Elle est belle, elle m'a redonné le sourire sans s'en apercevoir, sa fraicheur et sa joie de vivre m'ont montré que la vie continuait.

Vous voulez que je vous raconte son histoire, notre histoire ?

Mon fils rentre en septième année à Poudlard. Il est préfet en chef, avec cette fille Hermione Granger. Je l'ai croisé quelque fois mais je n'y ai pas prêté attention, peut être à cause de son jeune âge. Après tout elle a l'âge de mon fils. Drago ne veut pas me laisser seul mais j'insiste pour qu'il finisse sa scolarité. Il part à contre cœur, mais il prend de mes nouvelles chaque semaine. Un jour alors que je suis encore dans le canapé à regarder le feu dans la cheminée je reçois une de ses lettres qui va - mais je ne le sais pas encore - bouleverser ma vie à tout jamais.

Cher père,

J'espère que vous allez bien et que vous ne vous laissez pas mourir de chagrin même si à moi aussi mère me manque énormément.

Bref,

Je vous informe que depuis la fin de la guerre, la directrice a décidé de réunir nos maisons, ainsi elle a décidé que pour toutes les vacances nous devons les passer avec une personne de maison différente. Etant donné qu'Hermione Granger et moi sommes préfet en chef nous devons passer nos vacances ensembles.

Tout cela pour vous demandez la permission d'amener cette fille au manoir. Nous ne pouvons aller chez elle, ses parents sont morts tués par Voldemort.

En espérant de vos nouvelles rapidement.

Amitié, votre fils, Drago.

Je me lève et marche doucement vers mon bureau pour lui répondre.

Drago,

Merci de t'inquiéter pour moi.

Je serais ravie de te voir pour les vacances même si tu dois amener avec toi Miss Granger.

Ton père, Lucius.

Je lui renvoie ma réponse. De toute façon nous n'avons pas le choix. Décidément ses directeurs sont de plus en plus fous. Je me rassois dans mon canapé. Mes elfes m'ordonnent de manger, ils se plaignent que je maigri. Je crois que ca ne me dérange pas, de toute façon j'avais grossi, Narcissa me l'avait fait remarquer. A ses pensées je verse une larme.



 

Toussaint est là. Drago rentre ce soir avec Miss Granger. Je ne fais pas d'effort pour m'habiller. Je reste même en pyjama. Inutile de vous précisez que je ne me suis pas coiffé non plus. J'entends la porte du manoir s'ouvrir. Drago dit à la fille de l'attendre là alors que lui vient me voir.

« Père, comment allez vous ? »

« Et toi ? » dis je sans émotion

« Viendrez vous diner avec nous ? »

« Non, pas faim. »

« Bien, je vous laisse, je viendrais vous voir après. » me dit mon fils, triste pour ma condition.

Drago ressort pour revenir une heure plus tard.

« Les elfes m'ont dit que vous ne mangiez pas. »

« …. »

« Vous devez manger, mais demain, aller vous couchez. »

Il m'aide à me relever puis me conduit dans ma chambre. Je lui fais de la peine, je le sais. Je voudrais qu'il soit fière de moi comme avant, mais je n'en ai pas la force, ni l'envie. Je fini par m'endormir pour me réveiller vers neuf heures. Je vais pour descendre au salon, je passe devant la bibliothèque, j'entends deux voix, une fille puis un de mes elfes. J'entrouvre un peu la porte pour écouter.

« Aller miss, venez manger ! »dit un elfe de maison.

« Non, c'est bon, je te remercie, je vais attendre Drago. Je ne veux pas te déranger. » dit elle d'une voix douce.

Elle a une voix douce et pure. Je repousse la porte pour aller dans mon salon, dans mon canapé. Le temps passe, combien de temps, je ne sais pas ce qui est sur c'est que la porte du salon s'ouvre. Je fixe toujours les flammes.

« Désolée, je ne voulais pas vous dérangez. » dit elle gênée

Je me retourne pour mettre un nom sur cette douce voix. Miss Granger se tient à quelques mètres de moi, je dois l'avoir choqué de ma tenue, elle est troublée, elle ne laisse rien paraitre mais ses yeux l'expriment.

« Je ne vais pas vous dérangez plus longtemps. » dit elle désolée

Elle fait demi tour pour sortir.

« Tu ne me déranges pas. Viens t'assoir. »

« Drago m'a dit de vous laissez seul, il ne veut pas que je vous dérange. »

« C'est aimable de la part de mon fils mais je dirige encor cette maison. Viens. » dis je d'un ton plus ferme

Elle vient s'assoir assez loin de moi, je la détaille, elle est devenu une jolie jeune femme. Elle me fixe.

« Ta cohabitation avec mon fils se passe bien ? »

« Euh, oui, nous nous tolérons."

« Y a-t-il quelque chose entre vous 2 ? » demandai-je de but en blanc

Elle rougit, je l'ai mis mal à l'aise.

« Pardon. Je t'ai surement mis mal à l'aise. »

Elle me regarde avec des gros yeux. C'est vrai qu'il y a de quoi, je viens de m'excuser, ca ne m'étais pas arrivé depuis très longtemps. Je plonge mon regard dans le sien. Je ne veux pas pénétrer dans son esprit pour savoir ce qu'elle pense. Drago ouvre la porte.

« Hermione ! Je t'avais dit de ne pas le déranger ! Quand écouteras-tu ? »

« Quand tu seras de nouveau puceau ! » répond t'elle sur le même ton que mon fils.

Drago va pour répliquer mais il me fixe, je fais un très mince sourire. La fureur de mon fils de dipise.

« Elle ne vous a pas dérangé père ? »

« Non. Allez déjeuner l'estomac de miss Granger crie famine. »

Ils acquiescent d'un signe de tête puis ils sortent pour me laisser seul dans mes pensées mais cette fois mes pensées ne sont pas pour ma défeinte femme, elles sont pour elle qui vient de recroiser ma vie. Elle est devenu belle, son sourire est pur.


Les jours passent. Pas d'amélioration dans ma tenue vestimentaire, par contre je dors plus. Je me dirige vers mon salon, j'ouvre la porte, et la voit, en train de lire. Je m'assoie en face d'elle, elle pleure.

« Pourquoi pleurez vous ? » demandais je

« Et vous pourquoi êtes vous triste ? »

« Mon fils ne t'a rien dit ? »

« Nous ne sommes pas assez proches pour ça. »

« Ma femme est morte. »

« Désolée. »

« Et vous ? »

« Le livre. Roméo et Juliette me fait pleurer. »

Plus personne ne parle, elle plonge son regard dans le mien.

« Drago m'a dit que vos parents étaient mort. »

« Il devrait apprendre à se taire. » grogne t' elle

« Comment se fait il que vous ne soyez pas affecté ? »

« Qui vous dit que je ne le suis pas ? »

« ….. »

« La vie continue, mes parents voulaient me voir heureuse et non entrain de m'apitoyer sur mon sort. «

« Vous semblez heureuse. »

« Et bien je ne le suis pas ! Ce n'est pas parce que je me conduis comme vous que je vais forcement bien ! Je ne montre que ce que je veux. Les gens n'ont pas besoin de savoir mes malheurs, je ne veux pas de leur pitié ! » dit elle agressive et sur la déffencive

Elle se lève et se dirige vers la porte mais elle se retourne.

« Je vais vous confier un secret. Vous aviez beau être le père de mon pire ennemi, je vous admirais, j'avais l'impression que rien ne pouvais vous touchez, vous étiez la personne la plus forte que je connaissais celle que rien n'atteniait. J'avais l'impression qu'à vos coté on se sentait invincible mais il faut croire que je me suis trompée…. Au revoir Mr Malfoy. A noël. »

Elle s'en va en claquant la porte. J'entends mon fils lui crier dessus mais elle lui répond. Ils retournent à Poudlard.



 

Je passe les deux mois suivant à penser à ce qu'elle m'a dit, ces paroles m'ont touché. C'est vrai ou est passé l'homme que j'étais avant, l'homme que tout le monde respecte et craint ? Je ne suis même plus l'ombre de moi-même. Il m'a fallu deux mois pour m'en rendre compte. Je me décide à faire quelque chose, première chose, prendre une douche, deuxième démêler mes cheveux et troisième faire un noël digne pour mon fils et notre hôte.

Bon la douche c'est bon. Maintenant les cheveux. Je me mets devant mon miroir, ca va être plus complexe. J'appelle un elfe pour qu'il m'aide mais il ne fait que de me tirer les cheveux. Je cris. On frappe à la porte.

« Quoi ? » dis je énervé

« Pardon, mais j'ai entendu crier, je me suis inquiétée. » elle voit la brosse « Vous voulez de l'aide ? »

L'elfe s'empresse de lui donner la brosse avant de disparaitre. Elle s'approche, je cherche son regard mais elle l'évite. Au bout de plusieurs longues minutes, mes cheveux sont enfin démêlé et sans un cri. Elle pose délicatement la brosse devant moi.

« Merci. »

Elle se contente de me sourire avant de vouloir sortir.

« Miss Granger ? »

« Oui Mr Malfoy ? »

« J'aimerais faire un noël digne pour mon fils pour le remercier de ce qu'il fait pour moi. Aimeriez vous m'accompagner sur le chemin de traverse pour lui acheter des cadeaux. »

« Euh, oui, je veux bien, mais pourquoi moi ? » Je peux y voir de la surprise dans sa voix

« Vous cohabitez avec mon fils depuis plusieurs mois. »

« Bien. »

L'après midi même nous partons, juste elle et moi. Nous parlons beaucoup, je me confis à elle sans me forcer, je suis bien avec elle, comme je l'étais avec Narcissa. Elle me fait même retrouver le sourire. Je rentre dans une bijouterie seul, je veux aussi lui faire un cadeau, je ressors et la voit devant une vitrine admirant une robe, lorsqu'elle me voit elle me rejoint.

« Elle vous plait ? »

« Hein ? Euh, oui, mais elle n'est pas dans mes moyens. »

Je rentre dans la boutique et lui achète malgré ses protestations ce qui fait rire la vendeuse et qui me fait sourire. Je repense à la phrase qu'elle m'a dit : « Les gens n'ont pas besoin de savoir mes malheurs. » A partir d'aujourd'hui, je ne montre que ce que j'ai envie, c'est-à-dire pour le moment de la joie, toute petite pour le moment mais qui c'est, au fur et à mesure des vacances, peut être qu'elle y apportera plus de joie avec ses sourires et ses mines boudeuses mais joyeuses.

Nous sommes à noël, dans le salon, nous attendons Miss Granger pour passer à table, elle arrive dans sa robe.

« J'ai bien fais de vous achetez cette robe, vous êtes splendide. »

« Merci Mr Malfoy. »

Lors de ses vacances, je me resociabillise, ce qui fait plaisir à mon fils. Miss Granger à l'air contente aussi. Nous passons de bonne vacance.



 

J'attends avec impatience les vacances de février. Mon fils arrive en même temps que la neige. J'aime la neige. Tout est pur quand elle est tombée, je crois même que c'est mon paysage préféré. Je mets ma cape pour aller faire quelques pas dehors.

« Puis je vous accompagner ? » demandait mon hôte.

« Bien sur. »

Nous sortons, personne ne parle, c'est calme, j'aime ce silence. Nous marchons à la lisière du bois, elle éternue un peu fort, de la neige tombe sur sa tête, je ne peux cacher mon sourire. Elle me fait un sourire en coin typique de ma famille. Elle prend la neige sur sa tête et me l'envoie. Fière d'elle, elle relève le nez d'un air impérieux, mais derrière son sérieux se cache un sourire. Je me secoues, je m'abbesse pour ramasser de la neige et de lui envoyer dans la figure. C'est ainsi qu'une bataille de neige éclate. Je me crois revenir 20 ans plus tôt. A 40 ans on ne fait plus de bataille de neige. Nous rentrons, trempés de la tête au pied. Je lui enlève sa cape une fois arrivé dans le hall. Nous allons nous réchauffer près du feu dans le salon. Nous sommes cote à cote devant la cheminée, les mains tendu vers la chaleur des flammes.

« Je vois que vous avez toujours votre bracelet. »

« Oui, je l'aime beaucoup mais je persiste à dire que vous n'auriez pas du. »

« Ca me fais plaisir. Puis ce bracelet vous va tellement bien, il est fait pour vous. »

Elle baisse la tête pour cacher son gêne. Délicatement je lui relève le menton, nos regards se rencontrent pour ne plus se lâcher, j'approche son visage du mien, doucement nos lèvres rentrent en contact, un baiser délicat, elle passe ses mains dans mon cou, je sais que je peux approfondir mon baiser. Nos langues se caressent mais à mon plus grand malheur elle arrête notre baiser, je peux voir dans ses yeux, de la peur.

« Nous n'aurions pas du. »

« Pourquoi ? » Je la retiens

« Pour beaucoup de chose. »

« Un jour une jeune fille m'a fait remarquer que la vie continue parce que nous pouvons vivre encore des moments heureux. Voulez vous passer à coté de ses moments là ? »

« ….. » elle me regarde la bouche entre ouverte

« Laissez moi vous aidez à être heureuse miss Granger. »

Je me rapproche d'elle et l'embrasse délicatement.

« Laissez moi le temps s'il vous plait. » murmure t'elle

Elle se détache de moi et sort du salon. Les jours qui suivent elle m'évite au maximum, nous nous voyons au moment de manger, je sais qu'elle en à autant envie que moi, les rares secondes ou je croise son regard me dit tout ce que je veux. Son visage reste impassible mais ses yeux sont la porte ouverte à son cœur.

Drago est parti quelques jours chez un de ses amis. Nous dinons en tête à tête avec miss Granger, à la fin du souper, je l'invite à danser. Elle accepte, elle tremble légèrement, elle et moi savons qu'à n'importe quel moment tout peut déraper. A la fin de la musique nos visages sont proches, je la vois, hésitante se rapprocher de moi mais je la laisse faire, de peur de la brusquer, je ne veux pas l'effrayer, mes yeux l'incitent à continuer, elle m'embrasse, nous continuons de danser encore un peu mais nous décidons d'aller nous coucher. Je l'accompagne jusqu'à sa chambre, je vais pour la laisser seule mais elle me retient pas par le poignet. Je peux lire de l'appréhension mais aussi de l'envie dans son regard, j'ouvre la bouche mais elle me coupe.

« J'en suis sur. »

Je m'approche d'elle et l'embrasse. Je referme la porte doucement toujours en l'embrassant, je descends les bretelles de sa robe. Elle pose ses mains sur mon torse.

« C'est la … »

Je lui mets un doigt sur sa bouche et lui sourit, un vrai sourire pour lui faire comprendre que j'ai compris. Elle défait les boutons de ma chemise, ses mains tremblent, elle la fait glisser de mes épaules pour finir au sol. Je fais pareil avec sa robe, elle rougit de se retrouver en sous vêtement devant moi.

« Tu n'as pas à avoir honte, tu es très belle. »

Elle esquisse un sourire. J'enlève le reste de mes vêtements, on peut voir le début de mon excitation, je la caresse partout, je prends mon temps pour ne pas la brusquer, je finis par lui enlever ses sous vêtements, je l'embrasse tendrement en la portant jusqu'à son lit, elle s'allonge confortablement, elle n'ose pas trop me toucher, moi je l'embrasse, je m'amuse avec sa poitrine jeune et raffermi par son excitation, elle se détend un peu plus mais elle n'est pas prête je la sens crispée, je continu de la caresser, mes doigts se balade sur son intimité sans la pénétrer, moi je suis plus que près mais je l'attends. Elle me remonte le visage et m'embrasse, elle écarte les jambes, je me positionne sur elle, doucement je la pénètre, elle laisse échapper un petit cris de douleur, je commence doucement mes va et viens, le temps qu'elle s'habitue à moi, ses jambes se resserrent autour des mes fesses, j'accélère mes mouvements, nos respirations sont de plus en plus saccadés, ses ongles rentrent dans la peau de mon dos, j'essaye de ne pas faire durer trop longtemps, pour elle. Je sais que la première fois des filles ne sont pas trop agréable. Je me retire. Je m'allonge essoufflé à coté d'elle. Je la fixe, elle est tellement jolie, elle rougit.

« Arrêtez, vous me mettez mal à l'aise. »

« je te l'ai déjà dis, tu n'as pas de raison de l'être. » Je l'embrasse sur la joue

Nous nous mettons sous les draps. Elle hésite à s'approcher.

« Souhaites tu que je me rhabille ? »

« Non, s'il te plait, j'aime bien le contact de ta peau avec la mienne. » dit elle se collant à moi

Je l'approche de moi, elle m'embrasse avant de fermer les yeux pour s'endormir sur mon torse. Je la suis. Ca fait bizarre de coucher avec une autre femme que Narcissa, j'ai couché avec elle pendant plus de 18 ans mais je dois avouer que ca fait du bien de coucher avec Hermione.

J'ouvre les yeux, 2 yeux noisettes me fixent.

« C'est normal que j'ai un peu mal ? »

« Oui, mais ca passera. »

« Quand ? »

« Surement après plusieurs rapport. »

« Vous n'auriez pas des idées derrière la tête ? »

« Je suis démasqué ! » souriais je franchement

Elle me sourit avant de m'embrasser, un baiser qui en dit long sur ses intentions, je la caresse, elle frémit, elle se décontracte plus vite, je passe mes doigts dans son intimité elle laisse échappé un cri mais cette fois de plaisir, elle enlève ma main, je me positionne sur elle pour la pénétrer en douceur. Nos mains sont mêlés, ses ongles entrent dans la peau. Nous attenions l'orgasme ensemble. Elle se rendort dans mes bras.

Le matin je me lève sans faire de bruit, je retourne dans ma chambre me préparer, Drago doit rentrer. Je ne sais pas ou va me mener ma relation avec Hermione, elle a quand même 17 ans. Je vais pour me démêler les chevaux mais une main douce me prend la brosse, elle s'occupe de mes cheveux. Je ferme les yeux et la laisse faire. Un léger sourire est accroché sur mes lèvres.

Une fois fini elle vient s'assoir sur mes genoux, elle se blotti contre moi. J'enroule mes mains autour de sa fine taille. Nous restons ainsi quelques minutes. J'entends Drago rentrer, il parle surement avec son ami Blaise Zabini. Hermione se lève rapidement et commence à sortir de ma chambre mais fait demi tour et vient m'embrasser sur la joue.



 

Nous déjeunons tous les quatre.

« Alors la sang de bourbe, on se plait dans ce luxe ? » se moquait Blaise Zabini

Elle ne relève pas la méchanceté des paroles.

« Aurais tu perdu ta langue Hermione ? »

Elle se contente de lui faire un léger sourire, c'est vrai que nous avons une grande différence d'âge mais elle est mature, plus que mon fils qui lui ne pense qu'à s'amuser, elle pense à l'avenir, au travail. Elle est intelligente, elle réfléchi à son avenir, peut être à son avenir avec moi, qui c'est ? Moi j'y ai pensé aussi. Je la veux près de moi, pour toujours, en quelques jours elle m'a redonné gout à la vie, elle m'a fait sourire, je ne peux plus imaginer ma vie sans elle. J'aime son mal aise, j'aime son sourire, ses regards, sa présence, j'aime sa façon de voir les choses.



 

Elle revient aujourd'hui, ça fait quasiment deux mois que je ne l'ai pas vu. Nous nous sommes écrit, j'ai gardé toutes ses lettres. Elle et Drago reviennent pour une semaine.

« Bonjour père, je vois que vous allez mieux. »

« Bonjour Drago, ou je vais mieux, merci. Miss Granger. »

« Mr Malfoy. »

Je lui fais un baise main, son visage reste fermé mais je vois dans ses yeux qu'elle me désire autant que la désire.

Je suis allongé dans mon lit, seul, je n'ose allez la voir de peur que Drago nous surprenne. La porte s'ouvre délicatement. Une silhouette s'avance vers moi.

« Vous dormez ? » me demande t'elle doucement

« Non ma douce, je pensais à toi. Mais je pense que tu peux me tutoyez, en intimité tout du moins. »

« Comme vous, comme tu veux. »

Elle m'embrasse passionnément avant de se mettre à califourchon sur moi.

« Mon dieu que ca m'a manqué ! »

« Qu'est-ce qui t'as manqué ? »

« De t'embrasser, de sentir ton odeur, tes bras, nos discutions. Tout. »

Je l'approche de moi et l'embrasse.

« De te sentir en moi quand tu me fais l'amour. »

Elle m'embrasse dans le cou, puis descend doucement, je la caresse. Elle hésite je le sens.

« Tu n'es pas obligé. »

« Si, je veux te faire plaisir aussi. »

« C'est comme tu veux mais ne te force pas. »

Elle me fait un mince sourire puis descend, elle baise mon caleçon pour laisser voir mon excitation, elle le prend dans ses mains pour y mettre sa bouche, à chaque coup de langue je pousse un cri de plaisir, elle fini par remonter, je l'embrasse, elle s'allonge, après plusieurs baisers et caresse, je la pénètre, elle cri mon prénom de plaisir, j'aime l'entendre crier, nous attenions l'orgasme ensemble. Ce que nous ignorions c'est que mon fils nous a entendu. D'ailleurs il me le fait remarquer le lendemain.

« Alors père qui est cette femme ? »

« Pardon ? » dis je surpris

« Oui je vous ai entendu. D'ailleurs Granger n'a pas du dormir beaucoup. Qui es ce ? »

« Une femme. » répond dis je amusé

« Vous ne me direz rien ? »

« Non, tu seras plus tard. »

« Bien. »

Drago s'en va, Hermione entre. Elle s'assoie et commence à lire. Je me lève et prend sur le bureau un écrin.

« J'ai un cadeau pour toi. »

Elle relève le nez et prend l'écrin pour l'ouvrir. Elle ouvre grand la bouche et me regarde avec incompréhension.

« Je veux t'épouser Hermione. Je sais que tu vas dire que c'est rapide, mais je sais aussi que je ne pourrais pas vivre sans toi une minute de plus, tu es mon nouveau souffle, mon oxygène, ma seule raison de vivre, je t'aime Hermione Granger. »

Elle me regarde les larmes aux yeux.

« Tu n'es pas obligé de me répondre tout de sui….. »

Je ne peux finir qu'elle m'embrasse, un baiser salé, elle murmure un oui. Je lui mets la bague au doigt.

« Je t'aime Lucius Malfoy. »



 

Elle me raconte dans ses lettres que tout le monde lui pose des questions sur sa bague qu'elle ne veut pas enlever. Elle dit qu'ils le seront un jour.

A la fin de ses études nous nous marions, dans la plus grande intimité. Juste le prêtre sorcier, ma Hermione et moi. Nous faisons jurer au prêtre de ne rien dire.

Aujourd'hui nous annonçons à Drago notre mariage.

Je suis dans la salle à manger avec Drago.

« Tu sais que depuis plusieurs mois je fréquente quelqu'un, nous nous sommes même marié. »

« …. » mon fils me regarde avec des yeux exorbités.

« Je vais te la présenter. Je veux que tu sois aimable avec elle et que tu la respectes, c'est à présent ta belle mère, mais dit toi qu'elle ne remplacera jamais ta mère dans mon cœur ni dans le tien. Mais la vie continue. »

« Bien, je ferais de mon mieux. »

« C'est bon tu peux entrer ! »

Elle ouvre les porte, elle a de l'allure dans sa superbe robe. Elle vient s'accrocher à mon bras.

« Hermione ? » dit il choqué

« Bonjour mon cher beau fils. »

FIN

18 votes. Moyenne 4.89 sur 5.

Commentaires (11)

1. Dragonfly mercredi, 23 Septembre 2015

Un couple super et original j'adore la fin remplis d'humour :-)

2. TWICK mardi, 26 Août 2014

J'aime beaucoup cet OS surtout avec ce couple inhabituel ... Ça change et ça fait plaisir de voir un peu de nouveauté...
Merci

3. laurence samedi, 16 Août 2014

J aime bcp cette histoire ce n est pas la premiere fois que je la lit elle me plait toujours autant. Lucius Hermione un couple que j adore mais que nous voyons rarement.

4. aurélie malfoy mardi, 05 Mars 2013

j'ai adoré lire cette fiction :)
bravo
en plus, j'adore trop ce couple ^^

5. Solène (site web) samedi, 02 Mars 2013

C'est l'un de mes couples préférés !!! Je trouve que Lucius s'adoucit tout en gardant son côté Mangemort (la plupart du temps, c'est au lit qu'on le retrouve). J'aime, merci pour cette magnifique histoire.

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017