Fiction Litterature

La fille de la cave

1. La fin et le début

drago malfoy

Disclaimer : Tout appartient à JKR !

Histoire racontée par Drago en personne. Des personnages OOC.

Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO

La guerre est finie, je vais enfin pouvoir vivre en paix sans mon infâme père ; vous avez compris je le déteste. C'est sûrement la personne que je souhaitais voir mourir le plus. Mon vœu a été exhaussé par Weasley. L'ami de Potter. Ma mère va enfin pouvoir dormir tranquille sans être embêtée par ce monstre. Je crois que je ne connais personne d'aussi cruel que lui. Il aimait torturer les autres, les voir souffrir juste pour le plaisir. Son plaisir, j'en ai fait les frais, ma mère aussi. On pourrait le comparer à Voldemort sans souci, d'ailleurs, lui aussi est mort tué par Potter, c'est la seule chose intelligente qu'il a dû faire dans sa vie. Les Mangemorts qui restaient sont emprisonnés à vie. Potter sort avec une des jumelles Granger et Weasley sort avec l'autre. Je dois avouer qu'elles ne sont pas moches à regarder.

Drago ressaisis-toi ! Tu parles des Sang de bourbe.

FLASH BACK de la fin de la guerre

Tout le monde fête la mort de Voldemort. Potter et Weasley viennent me voir. Ma mère et moi nous sommes ralliés à l'ordre depuis plusieurs mois déjà, mais personne n'était au courant.

« Alors Malfoy, heureux ? » demande Weasley.

« Plus que tu ne le crois, Weasley. »

« Ron ! » crie Granger.

Tiens la copine de Weasley arrive en courant. Je ne sais pas laquelle c'est, je ne les reconnais pas. Elles sont en tout point identique. Elle lui saute dans les bras et l'embrasse. Beurk. L'autre jumelle rejoint Potter.

« Angie ! » Potter sourit.

Elle aussi l'embrasse. C'est moins pire que Weasley, Potter fait fureur auprès des filles, il me ferait presque de la concurrence mais ça fait 4 mois qu'il est casé avec la Granger donc la voie est libre pour moi !

« Ah, tu es là toi ? Je ne t'avais pas vu ! » grimace Angie Granger.

Je lui fais une grimace pour toute réponse.

« Franchement je me demande comment font les filles pour tomber dans tes bras, tu n'es pas si canon que ça ! » grimace Angie.

« Tu crois que tu es belle toi ? » grimaçai-je.

« Ouais, elle est canon, » réplique Potter.

« Vous en avez pas marre de vous engueuler à chaque fois que vous vous voyez ? » Le rouquin s'en mêle.

« Non, c'est trop drôle ! » sourit Angie Granger.

« Ça ne fait rire que toi, Angie. Moi je n'ai rien contre Malfoy, » dit l'autre Granger.

« Oh ma tite sœur adorée, tu es trop gentille. »

Elle lui saute dans les bras et se font un câlin.

« T'as un problème Malfoy ? »

« C'est toi ! » grimaçai-je.

Je m'approche dangereusement d'elle, on se défit du regard mais la gentille Granger vient se mettre entre nous.

« La violence ne résout rien, » argumente Granger.

« Ma chérie, on vient de terminer la guerre, alors la violence…, » répond Angie Granger.

Elle la fusille du regard. Angie se tait immédiatement. C'est une des rares personnes qui réussissent à la faire taire. À force de voir ces Gryffondors, je commence à les connaître et personne n'arrive à fermer la grande gueule d'Angie. Faut dire qu'elle a de la répartie la petite. Je dois avouer que moi aussi j'aime bien nos prises de têtes. Ça met de l'ambiance dans ma vie. La Granger pousse sa sœur loin de moi, puis elles s'en vont.

« Comment vous les reconnaissez ? Elles sont identiques ! » demandai-je.

« Non ! Leurs tatouages sont différents ! » rigole Potter.

« Mais bien sur, je vais leur demander de voir leurs tatouages pour savoir qui c’est ! Attend, elles sont tatouées ? » dis-je étonné.

« Oh oui ! » Les deux Gryffondors sourient.

« La vache ! » Je suis super étonné.

« Soyons sérieux. »

« C'est simple. »

« Angie a un grain de beauté sous l'œil gauche qui lui donne un air sexy et ses yeux marron tirent vers le vert. »

« Et ma chérie à son grain de beauté sur son nez à droite. »

« Ok, merci pour ces infos ! » Je grimace pour ne pas sourire

Potter et Weasley ne sont pas si idiots que ca finalement.

FIN DU FLASH BACK de la fin de la guerre.

Un elfe arrive dans ma chambre.

« Madame votre mère souhaite vous voir. »

« Je descends. » dis-je, désagréable.

L'elfe disparaît comme il est venu. Je rejoins ma mère. Je veux me reposer après cette foutue guerre. C'est vrai que nous sommes rentrés il y a deux heures.

« Qu’y a-t-il, mère ? »

Elle ne répond pas, mais prend plutôt une bouteille de champagne et la débouche avec sa baguette. Je suis surpris par ce comportement inhabituel de ma mère. Je ne l'ai jamais vu boire, ni sourire.

« Que faites-vous mère ? »

« Nous allons fêter la mort de ton père ! »

« Bien. »

Ma mère me sert un verre de champagne, nous trinquons, tous souriants. Nous avons bien entamé la bouteille quand nous entendons un bruit dans le hall d'entrée. Nous partons voir qui ose pénétrer la demeure Malfoy. J'ouvre la porte du salon pour me précipiter, mais je m’arrête net en voyant qui se trouve debout devant nous.


Voilà le 1er chapitre !

 Bisoux

2. Hermione et la famille

Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO

«  Granger ? » demandai-je surpris.

«  Tu la connais ? » demande ma mère.

Elle se recule brusquement en nous voyant, elle a l’air affolée, terrorisée même. À chaque bruit ou geste elle sursaute. Elle a des ecchymoses sur le visage, sa lèvre est coupée, ses vêtements, si on peut appelé ça des vêtements, sont en lambeaux. Sa peau est plus blanche que la mienne.

«  Je ne sais pas. » dis-je perdu.

J’observe Granger, c’est la seule chose dont je suis sûr. Elle possède le même visage que les jumelles, mais ses traits sont tirés, elle a des cernes, elle est aussi très maigre. Je vais pour m’approcher d’elle, mais ma mère m’arrête, on la regarde, elle essaye de s’enfoncer dans le mur en poussant des légers cris de peur.

«  Ne t’en fait pas, nous ne te feront aucun mal. » dit ma mère avec une voix extrêmement douce.

Ça ne la calme pas, elle essaye toujours d’entrer dans le mur.

« D’où viens-tu ? » demande ma mère de la même voix.

Elle regarde en direction d’une porte en bois. Celle qui mène au cachot. Comment ? C’est impossible.

«  Là ? »

«  Mère ? » Je suis perdu.

«  Je ne comprend pas plus que toi… Qui t’as fait sortir de là ? »

Elle fait non de la tête, aucun son sort de sa bouche. Nous ne nous sommes toujours pas approchés d’elle. On lui fait peur.

«  Moky ! » appelle ma mère.

«  Que veux Madame ? »

«  Approche-toi d’elle. Rassure-la. »

«  Moky doit s’approcher de Miss Hermione Granger ? »

«  Hermione Granger ? » On est perdu.

«  Oui. »

«  Comment sais-tu qui elle est ? » demande ma mère.

«  Moky ne doit rien dire, Mr. Malfoy a dit de ne rien dire. »

«  Mr. Malfoy est mort, tu peux parler sans crainte. »

«  Non, non, Moky ne doit rien dire. »

«  Il ne dira rien mère. Approche-toi d’elle. Rassure-la. »

L’elfe fait un signe de tête, il fait apparaitre un morceau de pain et s’approche de la fille Granger. Elle s’accroupi. Moky s’approche, nous retenons notre souffle. Elle prend le bout de main et croque dedans violemment.

«  Vous ne devez pas avoir peur Miss, Mme Malfoy et son fils ne vous veulent pas de mal. »

Elle a l’air d’avoir confiance en Moky. Elle se relève et prend la main de l’elfe. Beurk, je ne voudrais pas le toucher. Ni lui ni elle. Elle marche très doucement et avec crainte vers nous. Ses yeux font des trucs bizarres, elle s’écroule au sol inconsciente.

«  Drago, amène-la sur le canapé. Moky, va chercher une couverture et prépare une chambre. »

«  Bien Madame. »

Je grimace, mais la porte sur le canapé et lui met la couverture qui vient d’arriver.

«  Pourquoi ne pas la renvoyer chez elle ? »

«  Nous ne savons pas d’où elle vient, ce qui lui est arrivé. Dieu sait ce qu’elle a vécu. Tant que nous n’aurons pas de réponse, elle reste avec nous. »

Mère s’approche d’elle et lui caresse le visage. 

«  Va te coucher, je vais la veiller. »

«  Mais mère. »

«  Drago, ne discute pas. »

Je monte me coucher.

J’ouvre les yeux. Il est 10 heures 24. Je descends au salon.

«  Alors ? »

«  Elle n’a pas bougé. »

«  Vous non plus. »

«  J’ai l’habitude avec ton père. »

Je vais m’asseoir à côté de ma mère, nous attendons son réveil qui se fait maintenant. Elle ouvre les yeux et crie en nous voyant. Elle se tasse au fond du canapé et remonte la couverture sur elle.

«  Nous ne te voulons pas de mal. » rassure ma mère.

Elle se calme un peu. Je lui fais peur. Je le vois dans ses yeux. Elle voit le plateau de gâteaux sur la table basse.

«  Prends-en, ils sont pour toi. » dis-je.

Elle hésite, mais en prend un. Elle se replie sur elle-même pour grignoter son gâteau. On l’observe.

«  Moky ! » Appelle ma mère.

«  Oui Madame. »

«  Tu dois nous dire ce qu’elle a. Ce qu’il lui a fait. Son passé. Dit nous. »

«  Moky ne peut rien dire Madame. »

«  Tu l’aimes bien ? Hermione ? » demandai-je à l’elfe.

«  Oui Mr. Malfoy, Moky aime bien Miss. »

«  Pour l’aider, on doit savoir ce qui s’est passé. Tu es le seul à pouvoir nous aider. À l’aider elle. Alors ? »

«  Mr. Malfoy a ramené Miss il y a 15 ans. Elle était petite. Comme Mr. Malfoy junior. »

«  Elle a le même âge que Drago ? »

«  Oui Madame. Miss à 17 ans. »

«  Continue. » ordonne ma mère.

«  Mr. Malfoy a mis Miss dans les cachots, je venais nourrir Miss deux fois par jour au début, Mr. Malfoy venait la voir tous les jours. Au début, il regardait juste Miss. Mais quand Miss a grandi, il a commencé à jouer avec Miss comme il disait. »

Ma mère étouffe un cri de frayeur et regarde Hermione tristement et compatissante.

«  Défini « jouer » Moky. » dis-je.

«  Il enlevait les vêtements de Miss et il la… »

«  C’est bon, Drago a compris. »

«  Mr. Malfoy jouait avec Miss tous les jours depuis ses 9 ans. Mais après elle le repoussait, Miss repoussait Mr., elle comprenait ce qu’il lui faisait. Il la punissait en la frappant. Des jours il jouait avec ses amis. Ils jouaient tous avec Miss. Elle criait, mais ils continuaient. Un jour, elle n’a plus crié, elle a subit sans rien dire. Mr. Malfoy continuait de frapper Miss, de jouer. Moky voyait, mais Moky ne pouvait rien faire. (En Pleurant.) Moky était triste pour Miss, mais Mr. Malfoy a interdit Moky d’aider. Moky ne devait qu’amener à manger une fois par jour à Miss. Rien d’autre. Seul Mr. Malfoy pouvait ouvrir la cellule avec un sort puissant. »

«  Depuis combien de temps n’a-t-elle pas parlé ? » Mère est sous le choc.

«  Deux ans, Madame. »

Alors moi je suis choqué, en colère, très en colère. Comment peut on faire subir ça à une enfant. Ça fait 15 ans qu’elle est enfermée. Et ça fait 8 ans qu’il la viole. C’est un SALOP !

«  Est elle sortie de sa cellule une fois ? » demande ma mère.

«  Non Madame, Miss n’est jamais sortie pendant 15 ans, miss jamais sortie. »

Ma mère étouffe un cri.

«  Monte-la dans une chambre, il faut qu’elle dorme. »

«  Bien Madame. »

«  Accompagne-la, Drago. »

«  Bien. »

Moky prend la main d’Hermione, je prends les gâteaux, je les suis de loin. Je lui fais peur, elle se retourne sans cesse vers moi avec des yeux pleins de peur. Ma mère descend au cachot.

Nous entrons dans la chambre. Elle nous regarde avec des gros yeux. Je m’avance vers la table de nuit et pose la nourriture. Lors de mon déplacement, elle s’est réfugiée dans un coin.

«  C’est ta chambre. À toi. Pour dormir. Moky, approche-la. Met-lui une nuisette. »

Moky l’approche du lit, et par précaution je me recule pour ne pas l’effrayer. Elle ne me quitte pas du regard. Elle s’assoit sur le lit. On dirait qu’elle attend des ordres.

«  Moky va aider Miss. Miss doit mettre ça. »

Lorsqu’elle enlève ses vêtements, je suis au préalable sorti de la pièce, mais la porte est entrouverte.

«  Miss, vous pouvez vous habiller. »

Je passe la tête pour voir ce qui se passe. Elle est nue, mais de dos. Je peux voir ses blessures, son dos en est couvert et elle a des bleus. Il n’y est pas allé de main morte avec elle. Elle fait des gestes vers moi. Qu’est-ce que j’ai fait ?

«  Mr. Malfoy, elle ne veut pas s’habiller. Elle attend. »

«  Dis-lui que c’est fini tout ce que mon père lui faisait. »

«  Moky lui a déjà dit. »

Je m’approche doucement d’elle, elle s’allonge sur le lit.

«  C’est pas gagné, » dis-je pour moi. Je me reprends. « Il faut nettoyer ses blessures. »

«  Bien Mr. Malfoy. »

Il disparait pour revenir cinq secondes plus tard avec du désinfectant et tout un tas de trucs.

«  Viens me voir. » Je lui tends la main.

Elle se lève et vient ce mettre devant moi. Je m’assois sur le lit, elle fait comme moi. Moky la soigne.

«  Quand sera-t-elle guérie ? »

«  Demain, monsieur. »

Je prends la nuisette. Nous nous mettons debout. Bon, il faut que je lui mette sa nuisette. Ce n’est pas gagné, j’ai l’habitude de déshabiller les filles, pas de les habiller.

«  Lève les bras. »

Elle hésite, je lui fais un petit sourire. Elle le fait, j’enfile sa nuisette à Hermione. Elle a toujours les bras en l’air.

«  Baisse les bras. »

Je me recule d’elle.

«  Vous pouvez dormir Miss, » dit Moky.

Elle ne comprend pas. Je le vois dans ses yeux.

«  Miss doit dormir. »

Je sors de la chambre et ferme la porte doucement. Moky me suit.

«  Tu peux y aller. Merci Moky, tu as été parfait avec Hermione. »

Moky disparait dans un pop, je rejoins ma mère, qui est remontée du cachot.
«  Mère ? Ça va ? »
«  TON PÈRE EST UN C*NNARD ! COMMENT A-T-IL PU OSER FAIRE ÇA À CETTE PAUVRE ENFANT ! HEUREUSEMENT QU’IL EST MORT, SINON JE LE TUERAIS ! »
«  Mère, calmez-vous. »
«  Comment va-t-elle ? »
«  Elle attend. »
«  Elle attend ? »
«  Elle doit attendre ce que mon père lui faisait. Elle est soumise, chacun de ses gestes est ordonné. Elle ne comprend pas qu'on ne lui fasse rien. »
«  La pauvre. »
«  Elle ne comprend pas ce qu'elle fait là-haut. À part le lit, je ne crois pas qu'elle sache à quoi sert le reste. »
«  Avec ce que lui a fait subir l'autre c*n qui me servait de mari. En bas, il n'y a rien qu'un matelas à même le sol. Pas une couverture. RIEN ! »

Les nerfs de ma mère lâchent. Elle verse une larme.

«  Allez vous coucher, vous êtes fatiguée. »
«  Mais la petite Hermione. »
«  Je m'en occupe. »

Ma mère monte se coucher. Je vais voir comment va Hermione. Je m'inquiète pour elle. C'est vrai qu'au départ, je voulais la considérer comme les autres Granger. La détester, une sang de bourbe de plus, beurk, mais avec ce qu'elle a subi, j'ai de la compassion pour elle. Pas de pitié, la pitié c'est pour ceux qui on un cœur. Je n'ai pas cœur. Plus que mon père certes, mais je ne veux pas aimer, aimer est une faiblesse. J'entrouvre la porte. Elle est allongée sur son lit, sur ses couvertures. Dès qu'elle me voit, elle se repli sur elle-même. J'entre.

«  Tu peux dormir. Bonne nuit, » dis-je doucement.

Je lui fais un bref sourire avant de quitter sa chambre.
Moi aussi je pars me coucher, il est tard. Je suis réveillé au milieu de la nuit par Moky.

«  Que se passe-t-il ? »

«  C’est Miss. Elle n’est pas dans sa chambre. »

Je me lève et pars vérifier. Effectivement. Où peut-elle être ? Je pars à sa recherche, au bout de quinze pièces, je pars voir au cachot. J’avance prudemment, je ne les connais pas, mon père m’a toujours interdit d’y aller, je sais pourquoi maintenant. Elle est dans son cachot, la porte est ouverte, elle est allongé sur son « lit » et dors.

«  Miss est mieux ici, c’est sa maison. »

«  La pauvre. »

Je la soulève délicatement pour ne pas la réveiller. Je la reconduis dans la chambre.

«  Elle sera mieux là. »

«  Mr. Malfoy va prendre soin de Miss ? »

«  Bien sur. »

Je la met sous les couvertures et repars me coucher.

«  Drago ! Réveille-toi ! »

«  Hein ! Quoi ? »

«  Moky s’est tué. Il s’est pendu. »

«  M*rde ! P*tain ! »

«  Oui, pauvre Hermione, c’est le seul en qui elle avait confiance. »

«  AAAAAAAH ! »

On court dans la direction du cri.

«  Là ma puce, c’est rien, un cauchemar. »

«  C’est de ma faute. » dis-je piteusement.

«  Pourquoi dis-tu ça ? »

«  Cette nuit, Hermione est retournée au cachot, mais je l’ai ramenée avec Moky. Il m’a demandé si je prendrais soin d’elle, j’ai dis oui. Il s’est libéré. »

Hermione me regarde avec de gros yeux. Elle a compris. Elle verse une larme, mais ne l’essuie pas.

«  On prendra soin de toi maintenant Hermione, » sourit gentiment ma mère.

Elle ne s’arrête pas de pleurer.

«  La pauvre, c’est sûrement le seul qui a pris soins d’elle pendant toute sa courte vie. » 

«  Elle n’a pas eu de chance, » dis-je compatissant.

«  Elle doit se reposer, je vais lui donner une potion de sommeil. »

Elle dort pendant plusieurs jours, son système immunitaire étant faible, la potion a été trop forte pour elle. Ça fait une semaine qu’elle est remontée de la cave. Nous n’arrivons pas à nous approcher d’elle, elle pousse des cris bizarres. Même les elfes ont du mal à l’approcher. Elle mange tout de même 3 fois par jours. Avec mère nous n’entrons pas dans sa chambre, Hermione est paniquée, je ne sais pas pourquoi, personne ne sait pourquoi.

«  Je me demande pourquoi nous ne pouvons pas l’approcher. »

«  À cause du c*nnard qui me servait de père. »

«  En dehors de ça, elle devrait comprendre que nous ne lui voulons pas de mal. »

«  Peut-être est-elle idiote ? »

«  Drago ! » me réprimande ma mère.

«  Quoi ? C’est tout-à-fait possible. Nous ne la connaissons pas. »

«  Ce n’est pas une raison, je suis persuadée que c’est une fille tout à fait normale. »

«  Et sa famille ? Il faut leur dire. »

«  Je vais aller les voir, mais il serait sage de la garder jusqu’à ce qu’elle aille mieux. La changer d’environnement aussi rapidement risquerait de la traumatiser un peu plus. »

«  On va la garder ? » demandai-je choqué.

«  Pour le moment, oui. Allons voir sa famille. »

Nous partons mettre nos capes. Les elfes ont pour ordre de veiller (de loin) sur elle. Nous transplanons devant chez les Granger. Ma mère frappe à la porte.

C’est… attendez je regarde les grains de beauté ! C’est Angie, je crois…

«  Madame Malfoy…? Que faites-vous ici ? Vous êtes perdue ? »

C’est Angie, miss désagréable.

«  Nous devons parler à tes parents, sont-ils là ? »

«  Oui. Entrez. »

Trop fort sa tête ! Je n’ai jamais d’appareil quand il le faut. Tssss. Nous suivons Angie jusqu’au salon, elle part chercher ses parents.

«  Mme Malfoy, bonjour. Que puis je faire pour vous ? »

«  Drago, laisse nous, va voir les filles. »

Je vais pour protester, mais devant son regard meurtrier je m’en vais.

«  Alors Granger, c’est ça ta maison ? Intéressant. Il y a peu de place. (Pour lui) surtout si ta sœur reviens. »

«  Tu as dit quoi ? Fait gaffe Malfoy ! On n’est pas à Poudlard ! »

Calme-toi, Drago, ne lui balance pas qu’elle a une sœur. Tait-toi.

«  J’ai dis que pour accueillir ta s… des invités c’est pas pratique. »

Elle n’a pas l’air convaincu, pourquoi faut-il qu’elle soit aussi intelligente, même si c’est la plus brillante des deux, euh des trois. L’autre Granger, Léana est la plus doué. Tiens elle descend.

«  Bonjour Malfoy. »

«  Tu es trop gentille, Granger. »

«  Tu pourrais lui répondre ! » dit Angie agressive.

«  Et toi tu pourrais fermer ta gueule comme ta sœur ! Ça nous ferait des vacances ! » crachai-je.

Oups, la boulette. Les jumelles me regardent bizarrement.

«  Je suis persuadée que tu ne parlais pas de MOI Malfoy, alors de qui parles-tu ? »

«  Personne, » bougonnai-je

Je pars dans leur jardin, il faut que je mette un maximum de distance entre elles et moi. M*rde elles me rejoignent.

«  Tu ne vas pas t’en tirer comme ça mon petit Serpentard ! »

«  Qu’as-tu voulu dire. Et ne te défile pas. »

Je leur dis ou pas ? Oh, puis oui, de toute façon leur parents vont leur dire.

«  Vous avez une sœur. »

«  Mais ouais, c’est ça ! Appelle-nous c*n aussi ! »

«  Que tu me crois ou pas je m’en fou, je t’ai dit la vérité. »

J’hausse les épaules et pars m’asseoir. Léana me rejoint.

«  C’est vrai ? »

«  Oui. »

«  Je ne te crois pas. »

«  Au contraire, sinon tu ne serais pas la à côté de moi. À moins que ce soit parce que tu es folle de moi ? »

«  Euh non. Enfin, je ne suis pas folle de toi Malfoy. Mais j’ai un doute. Pourquoi serais-tu allé inventer une histoire pareille ? » Rougit Léana.

«  Vos parents vont vous appeler. »

«  LÉANA ! ANGIE ! VENEZ ! » Hurle Mr. Granger

Je fais un de mes sourires, j’avais raison. Je les suis dans le salon.

«  C’est vrai ce que Malfoy a dit ? Que nous avons une sœur ? » Demande Angie énervée.

Ma mère me fusille du regard. Oui, j’ai gaffé, ça arrive à tout le monde !

«  Oui, vous avez une sœur. »

«  Comment s’appelle-t-elle ? Quel âge a-t-elle ? À quoi ressemble-t-elle ? » Interroge Léana.

«  Elle s’appelle Hermione. »

«  Et ? » Angie est énervée.

«  Angie soit plus gentille pour changer ! »

«  Mouais, excuse-moi, mais je viens d’apprendre que j’ai une sœur alors je suis en colère si je veux ! »

«  Elle a 17 ans et pour la ressemblance, vous n’avez qu’à vous regarder dans le miroir et vous la verrez elle. »

«  Nous sommes triplettes ? Comment, je ne me souviens pas d’elle. C’est impossible. »

«  Votre sœur a été kidnappée alors que vous aviez 2 ans. »

«  Nous n’avons plus eu de nouvelles d’elle depuis ce jour, aucune rançon ou autre chose de ce genre. »

«  Où l’avez-vous retrouvée ? »

«  Après la guerre et la mort de Lucius, nous fêtions sa mort quand elle est arrivée dans le hall. Elle était très maigre, blanche et elle ne parle plus depuis 2 ans. »

«  Comment savez-vous ça ? »

«  Mon infâme c*nnard de mari a kidnappé Hermione, et l’a enfermée dans un cachot, le cachot était fermé par un sortilège de magie noire, le cachot ne s’est ouvert qu’à la mort de Lucius. »

«  Ma pauvre petite chérie. Comment va-t-elle ? » Pleure Mme Granger

«  Elle est faible et tourmentée, » dit ma mère

«  Quand pouvons nous la ramener chez nous ? » demande Mr Granger

«  Je ne sais pas si c’est une bonne idée, je pense que pour le moment elle doit se reconstruire, la changer d’environnement risquerait de la perturber. Mais vous pourrez venir la voir. »

«  De loin, » rajoutai-je.

«  Ne t’approche pas de ma sœur ! Sinon on te fait la peau. »

«  Personne ne peux l’approcher. Lucius ne l’a pas épargnée durant toutes ces années… »

Ma mère ne peut pas continuer, elle l’a déjà dit à ses parents, sa mère pleure. Je crois que c’est aux Granger de l’annoncer à leurs filles. Nous prenons congé des Granger. Ses parents viennent la voir après avoir expliqué ce qui s’est passé à Angie et Léana.


Alors ? Vous en pensez quoi ?

A suivre …
 

3. Découverte et attaque

Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO


Une fois arrivé à la maison, je pars voir Hermione, elle est assise dans un coin, en boule. Je m'approche, mais pas trop. Je m'assois à même le sol en face d'elle.

« Tes parents vont venir te voir. Pour te dire bonjour. Tu ne sais pas ce que sont des parents ? »

Elle me fait non de la tête.

« C'est vraiment un enfoiré, » dis-je pour moi-même.

Je lui explique comme je peux, ce que sont des parents… Ouf, j'ai fini, je ne sais pas si elle a tout compris. Je me lève, la porte de la chambre s'ouvre. Mère entre avec Mr et Mme Granger.

« Ne l'approchez pas, » ordonne ma mère.

« Je suis sa mère, » grimace Mme Granger.

« Personne ne peut l'approc…,» continue ma mère.

« Et moi je vous répète que je suis sa mère ! »

« Elle a passé 15 ans dans une cave et ne savait pas il y a 10 minutes ce qu'était des parents. Et ne criez pas alors qu'elle est là. Vous lui faites peur. » Je perds patience.

« Mais … »

« Il n'y a pas de mais, nous vous avons prévenu qu'elle était ici, nous vous laissons la voir. La moindre des choses est d'en profiter. »

Mr et Mme Granger vont s'assoir sur le lit.

« Pouvez-vous nous laisser avec elle ? »

« Non, » dis-je froidement.

Devant mon ton ferme, ils n'ajoutent rien. Ils ne restent pas plus d'une demi-heure, Hermione n'a pas bougé depuis que je l'ai vu. Les Granger s'en vont. Ma mère veut qu'elle s'habitue à nous. Nous dinons dans sa chambre avec elle. À même le sol. C'est la première fois que je fais ça, manger comme les pauvres, mais pour Hermione, oui je l'aime bien, je veux bien arrêter mes habitudes de fils de riche. On fait ça plusieurs jours de suite.

« Elle ne peut pas rester dans cet état. Il faut lui changer les idées. Déjà on va commencer par la laver, puis l'habiller. »

« On ? » dis-je choqué.

« Elle a peur des autres elfes, il faut qu'elle est confiance en nous. »

Ma mère m'embrasse sur la joue et part. Hermione nous regarde bizarrement. Je vais dans la salle de bain de la chambre d'Hermione et fais couler un bain. Je retourne dans la chambre, elle a bougé pour venir s'assoir sur le lit. Je lui tends ma main.

« Viens avec moi, » dis-je doucement.

À mon plus grand étonnement, elle prend ma main en tremblant, je la conduis dans la salle de bain. Elle est gentille ma mère : « occupe-toi d'elle » je m'y prends comment moi ? Je ne suis pas aussi doué qu'elle pour m'occuper des autres, j'ai déjà du mal à m'occuper de moi-même alors d'une fille qui a passé 15 ans dans une cave. Elle regarde la pièce avec étonnement.

« C'est une salle de bain. Pour se laver, » expliquais-je.

Elle regarde la baignoire et la mousse qu'il y a. Elle approche doucement sa main, au contact de sa peau elle la recule brusquement. La baignoire va déborder, pour l'arrêter il faut mettre un coup de baguette sur les robinets. Je sors ma baguette, à sa vue elle se recule brusquement en poussant des cris de peur. Je ferme les robinets.

« N'aies pas peur, je ne te ferais pas de mal. »

Elle regarde toujours paniquée, à chaque minute cela empire, j'essaye en vain de la convaincre que je ne lui ferais rien. Je range ma baguette.

« Tu vois ? Viens. »

Elle se rapproche, tremblante, de moi.

« Tu vas te déshabiller." Elle commence. " Non, non, pas maintenant, ensuite tu vas entrer là-dedans. »

Je lui indique la baignoire, elle se demande pourquoi. Comment je lui explique ça moi ? Hein ? Vous pouvez me le dire ?

« Pour sentir bon. »

Super réponse Drago ! Trouve autre chose la prochaine fois. Je sors de la pièce pour la laisser faire.

Je rentre quelques minutes après. Elle est nue, mais pas dans la baignoire, elle est devant le miroir. Elle touche le miroir puis son visage. Elle se tourne brusquement vers moi, dans ses yeux je n'y vois pas de la peur, mais de l'incompréhension.

« C'est toi, ton reflet, » expliquais-je.

Je la laisse se découvrir un peu, puis avec mon impatience je la mets dans la baignoire, gentiment, mais elle y va. Elle pose son pied dans l'eau, mais le retire en poussant un pseudo cri, dans son reculement brusque elle se déséquilibre pour arriver dans mes bras, je la soutiens. Je ne suis pas un monstre, d'accord avec certaines filles, oui, mais pas avec elle, je veux être gentil, pour la première fois de ma vie je veux être gentil avec une fille.

« Ce n'est rien, » dis-je un peu troublé.

Je l'incite du regard à y entrer. Je crois qu'elle commence à avoir confiance en moi. Elle entre, l'eau chaude la fait frissonner. Pour la tâche de la laver, ça se complique beaucoup. Je la laisse se débrouiller seule en lui montrant avant ce qu'il faut faire.

Imaginez moi et vous allez en rigoler toute l'année.

J'avais l'air d'un idiot fini. Au bout d'une demi-heure, une baignoire qui a débordée, elle aime bien l'eau, elle joue avec, en m'éclaboussant au passage sans le faire exprès. Je suis décoiffé avec de la mousse partout, je me lève et me recoiffe et prends une serviette sèche, c'est la seule chose dans cette salle de bain qui est sec.

« Viens, » dis-je.

Je l'enroule dans la serviette. Nous retournons dans la chambre, je vois une tenue sur le lit. Une robe longue pour Hermione et des sous-vêtements. C'est reparti pour un tour, je l'habille. Je commence à savoir ce qu'il faut faire, elle aussi, elle comprend ce que je veux d'elle, même si elle a regardé les sous-vêtements bizarrement et apeurée.

« Tu connais ? »

Elle fait oui de la tête.

« Tu veux bien les mettre ? »

Elle refait oui de la tête et s'habille pour ensuite se rapprocher de moi attendant quelque chose. Mon père était vraiment un connard. Je me recule, prend la robe et lui enfile. Je la contemple, elle est très jolie même si elle très maigre. Par contre, elle me regarde bizarrement. Je lui fais un léger sourire qui doit ressembler à une grimace. Je n'ai pas l'habitude. Je l'emmène devant le miroir.

« Regarde, c'est toi. »

Elle s'observe sous toutes les coutures. Une vraie fille même si elle est différente des autres.

« Allons voir ma mère. Tu veux bien ? » dis-je doucement.

Elle a un peu peur, je lui tends ma main. Elle hésite, puis fini par la prendre. Nous dirigeons nos pas vers la porte, je l'ouvre et commence à sortir mais elle s'arrête.

« Prends ton temps. »

Je fais un pas pour l'inciter, elle me sert la main, puis me suit ; nous avançons doucement.

« Ca va ? » dis-je doucement.

Elle me fait un léger oui de la tête. Je vois qu'elle a extrêmement peur, mais elle fait preuve de courage, une bonne Gryffondor comme ses sœurs. Nous arrivons à la salle à manger après 15 minutes.

« Hermione, tu es très jolie, » dit ma mère dans un sourire.

Au moment où ma mère lui parle elle me sert la main. Elle commence à avoir confiance en moi. Je vais assoir Hermione à côté de moi. Ma mère me sourit.

« Alors, pas trop dure ? »

« Je gère la situation, je suis un Malfoy. »

Ma mère esquisse un sourire. Les elfes nous amènent à manger. Hermione regarde la nourriture bizarrement.

« Ce sont des melons, » explique ma mère.

Hermione prend un morceau avec ses doigts et le porte à sa bouche. Elle le mâche prudemment pour finalement l'avaler.

« Tu aimes ? »

Elle fait oui de la tête puis continue de manger, nous faisons comme elle. Elle mange avec ses doigts et pas très proprement, mais au moins elle mange, c'est le principal. Le melon lui glisse des doigts et arrive sur sa robe, elle le reprend et l'enfonce à moitié dans sa bouche, vexée. À la fin de l'entrée, elle n'a plus trop faim, mais ce n'est pas grave, elle a repris du poids. Il faut qu'elle en prenne au moins 10 ou 15 kilos mais c'est un bon début. Nous mangeons nos pâtes, elle grignote du pain. Par contre, elle prend du dessert, mon dessert préféré c'est-à-dire un éclair au chocolat. Je suis un gros gourmand, mais elle aussi. C'est la première fois que je vois une fille ne pas se priver. Il faut dire que MA Hermione est différente des autres.

« Hermione, tes parents vont venir te voir aujourd'hui avec tes sœurs, » dit ma mère.

Elle me regarde paniquée. Je lui fais un sourire.

« Ils arrivent à quelle heure ? »

« Quinze heure. »




Ma mère boit son thé, j'emmène Hermione dans le salon. Nous sommes assis sur le canapé.

Ma mère entre avec les 4 Granger. Hermione se rapproche de moi, apeurée. Mère leur dit de ne pas s'approcher, c'est elle qui viendra vers eux. Je me lève suivi d'Hermione. Je lui prends la main, ça la rassure. Sa confiance en moi augmente, mais elle n'est pas encore acquise… mais avec les étrangers, je lui sers de bouclier humain. Moi, Drago Malfoy, sert de défense, d'habitude c'est moi que l'on protège, moi le leader de Serpentard, le prince des lieux, le prince de ses dames, sauf des Granger, à part ma Hermione. Mais je ne la considère pas comme telle. Les deux jeunes Granger la regarde avec des gros yeux ronds. Hermione les observe puis m'interroge du regard.

« Ce sont tes sœurs, elles sont comme toi, » dis-je gentiment à Hermione.

« Je ne te savais pas aussi agréable, Malfoy, » dit Angie.

« C'est sûr que ce n'est pas avec toi que cela arriverait, » rétorquai-je entre mes dents.

« Ça suffit. Bonjour, moi c'est Léana ta sœur et voici Angie, » dit Léana.

Elle les observe chacune leur tour.

« Tu veux aller les voir ? »

Elle fait non rapidement de la tête, un peu apeurée.

« On ne lui fera rien, » dit Angie, légèrement vexée.

« Tout le monde le sait, mais pas elle, n'oublie jamais qu'elle a passé quinze ans dans une cave. »

Je lui ai dit ça d'un ton froid et calme, ça lui a cloué le bec.

« Elle est très jolie, il ne manque plus qu'un sourire sur ses lèvres et se sera parfait. » complimente sa mère.

« Plus quelques kilos, » rajoute Mère.

« En effet. »

« Allons nous asseoir. »

Nous nous assoyons dans le canapé le plus éloigné des trois. Juste moi et Hermione qui me tient fermement la main. Ils observent tous Hermione comme si c'était un phénomène de foire, je ne me prive pas de leur jeter des regards assassins que seule Angie me rend. Hermione fixe intensément ses sœurs. Je l'incite du regard à aller les voir, mais elle ne bouge pas. Les minutes passent, contre toute attente, elle se lève pour prendre un gâteau sur la table basse, elle me fait un début de sourire, avec une pointe de fierté qui veut dire « J'ai réussi toute seule ! » Je lui fais un vrai sourire.

« Tu sais sourire toi ? » se moque Angie.

Je ne réponds rien et la fusille du regard, la mâchoire crispée, je serais tenté de lui crier après, mais je ne veux pas lui faire peur. Hermione me reprend la main avec son même petit sourire, je ne sais pas pourquoi, mais je me calme assez rapidement, Angie et Léana sont scotchés.

« Je crois qu'il est temps que vous rentriez chez vous, » dit ma mère.

« Oui. Ravie de t'avoir vu Hermione, » dit son père.

Elle ne bouge pas. La famille Granger se lève et va pour partir, je me lève pour les accompagner à la porte, Hermione me suit. Les Granger sortent, mais les jumelles font demi-tour.

« Prend soins de notre sœur. Contre toutes attentes, elle t'apprécie, » dit Léana.

« Mais si tu te sers d'elle dans le seul but de la mettre dans ton lit je fais de ta vie un enfer, Malfoy, » rajoute Angie.

« Mon enfer s'est fini quand mon père est mort, et je ne pense pas devenir comme lui. Pense à ce qu'il a fait à Hermione pendant toutes ces années. »

Angie me fusille du regard, puis elles partent.

« Revenez quand vous voulez ! » me moquais-je.

Ma mère ferme la porte et sourit.

« Tu n'oublies pas que ton ami Théodore Nott vient passer quelques jours à la maison. »

« Je m'en souviens. »

 


« Drago mon pote ! » dit Théodore Nott.

« Salut mec ! Ça va ? »

« Et toi ? »

« Ça va. Une partie de Quidditch te dit ? »

« Ça roule. »

On part dehors, je veux éloigner au maximum Théodore de la maison et surtout d'Hermione, elle n'est pas prête pour voir quelqu'un autre, ça ne fait qu'un mois qu'elle est sortie de sa cave.

PDV EXTERNE

De sa chambre Hermione a vue sur le parc. Elle ne comprend pas ce qu'ils font. Hermione prend son courage à deux mains et sort de sa chambre, elle colle les murs en avançant doucement. À chaque craquement du manoir elle sursaute. Par chance, Narcissa sort de la bibliothèque.

« Je vois que tu fais des progrès. Je suis ravie pour toi. Tu cherches Drago ? Il est dehors avec un ami, » sourit Narcissa.

Hermione vient lui prendre la main et l'entraîne dans sa chambre, Narcissa se laisse faire, elle ne doit rien comprendre pour venir d'elle-même vers quelqu'un autre que Drago. Elle se met devant sa baie vitrée et montre du doigt Drago et Théodore.

« Tu veux voir Drago ? »

Elle fait non de la tête.

« Il joue au Quidditch, Drago t'expliquera si tu veux, moi je ne comprends pas tout. »

Elle montre Théodore du doigt.

« C'est un ami de Drago. »

Elle part s'assoir avec un livre et regarde les images.

« Tu veux que je te fasse la lecture ? »

Elle fait oui de la tête. Les femmes passent l'après-midi toutes les deux. Narcissa replonge dans son passé, avec Drago, quand elle lui lisait des histoires.

« Ce soir, l'ami de Drago reste à la maison, mais si tu ne veux pas le voir, tu peux rester ici. C'est comme tu veux. »

Hermione fait signe qu'elle veut rester.

« Je te ferais monter à manger. »

PDV DRAGO

Ma mère descend, Hermione n'est pas avec elle. Je suis un peu triste, mais elle n'est pas prête. Nous partons diner.

« Quoi de neuf ? » demande Théodore.

« Pas grand-chose. Tu fais quoi maintenant ? »

« Je vais travailler avec ma mère, dans une de ses boutiques sur le chemin de traverse. » ***

« Je te vois bien vendeur, » dis-je moqueur.

« Désolé, Mr. le prince, mais tout le monde n'est pas aussi doué que toi au Quidditch. »

« Je sais, je sais. »

On rigole. Ma mère déplore la situation. Le diner se finit tranquillement. Je montre la chambre de Théodore, elle est assez éloignée de la mienne et de celle d'Hermione.

 


Ca fait trois jours que Théodore est là, tout s'est bien passé, pour le moment. Par contre, Hermione n'est pas sortie de sa chambre, elle s'est un peu repliée sur elle-même.

« Il faut que tu manges un petit peu, » dis-je doucement à Hermione.

Elle fait non de la tête. Je repose l'assiette.

« Même pas un éclair au chocolat ? » dis-je avec un petit sourire.

Elle fait non de la tête. Je me lève et sort en fermant la porte.

« Il y a quoi dans cette pièce ? » demande Théodore.

« Rien qui te regarde, » dis-je un peu agressif.

« Ok, tout doux. »

« On va faire une partie ? »

« Ouais. »

On repart, je ne fais pas attention à Théodore qui jette un regard curieux à la porte de chambre.

Quelques heures plus tard.

« Je vais me laver, à toute ! » informe Théodore.

« Ok. »

Je pars dans le salon alors que Théodore monte à l'étage. Je m'ennuie alors je vais voir Hermione. Plus je m'avance vers sa chambre plus je sens un truc bizarre. Je marche plus vite. La porte est entrouverte. J'accélère le pas. J'entends des bruits curieux. C'est Hermione qui pousse des cris ou des pseudo cris. Elle ne parle toujours pas. Je pousse la porte et voit Théodore qui plaque Hermione contre le mur en essayant de la toucher. Elle le repousse ou, du moins, elle essaye. Je me jette sur Théodore et le recule violement pour mettre le plus de distance entre elle et lui. Mais il est trop près et il faut que ma colère sorte.

« Ne la retouche plus jamais ! » dis-je, donnant un coup de point à Théodore.

Je prends Théodore par le col et le vire de sa chambre.

« Barre toi de chez moi. Et ne revient jamais ! »

J'attends que Théodore soit parti pour aller voir Hermione. Elle est collée contre le mur. Je m'approche prudemment d'elle pour ne pas l'effrayer. Elle pleure et fini par se jeter dans mes bras. Je la console comme je peux. De la baie vitrée je vois Théodore s'éloigner. Je suis en colère contre lui. Très en colère, comment a-t-il osé la toucher ? Si je le recroise je le tue, parole de Malfoy. Narcissa arrive en panique dans la chambre.

« Mon dieu ! Que s'est il passé ? » Panique ma mère.

« Ce con de Théodore a essayé de coucher avec Hermione, mais elle l'a repoussé. »

« Le point positif, c'est qu'elle a compris que ce n'était pas bien ce que Lucius lui faisait, elle prend du caractère et c'est bien. »

Ma mère n'a pas tort. Pourquoi elle me regarde avec un sourire niais sur le visage ? Je fais une grimace tout en gardant Hermione dans mes bras qui mouille ma chemise.

« Pourriez-vous arrêter de me regarder ainsi ? »

« Vous êtes trop mignons tous les deux ! »

« Je ne savais pas que son malheur vous réjouissait, » dis-je avec un sourire en coin.

« Drago ! Ne dit pas de bêtises. Mets-la au lit, il faut qu'elle se repose, » répond ma mère choquée.

Ma mère m'embrasse sur la joue et sort de la chambre.

« Au fait mon chaton, j'espère que tu as prévu de t'occuper du cas de Théodore. »

« C'est une évidence, » dis-je entre mes dents.

Ma mère sourit. Je la garde dans mes bras le temps qu'elle se calme un peu puis je la mets au lit. Elle s'assoie et me fixe intensément.

« Quoi ? »

Elle ouvre la bouche, mais rien ne sort, elle a l'air triste.

« Ce n'est pas grave. Ça ne fait rien. » Je lui prends doucement la main.

Elle me fait des gestes que je mets du temps à comprendre.

« Tu veux… te laver ? Non, te promener ? Non, ah je sais. Tu veux manger ! »

Elle lève les yeux au ciel soulagée que j'ai enfin compris, je ne peux pas m'empêcher de rire devant l'air qu'elle vient de prendre, un air de fille blasée par ma stupidité. Elle me regarde en coin d'un air de dire : T'es vraiment idiot ! Je rigole encore plus. J'ai envie de lui dire que je la trouve plus jolie avec ses petits airs, mais j'ai peur qu'elle se referme sur elle alors je ne dis rien. Je me contente de l'observer. Elle aurait fait fureur à Poudlard auprès des mecs et de tout le monde.

 


Ca fait deux jours qu'Hermione s'est fait agressée par Théodore, elle s'en est remise plus vite que je le croyais. Je me sens coupable,, alors je passe mes journées avec elle, ma mère aussi, elle lui a fait la lecture tous les jours. Un hibou arrive au manoir. Ma mère m'apporte la lettre.

« Tu as une lettre, mon chaton. »

Je prends la lettre, elle vient de Poudlard. C'est ma liste de fourniture pour ma 7ème année, je ne suis pas préfet en chef ni même préfet. La discipline, c'est pas pour moi.

« Nous irons faire tes courses dans deux jours. »

« Pas envie, » boudais-je.

« Fais ton bébé ! »

« Ouais. »

Je fais un sourire montrant toutes mes dents à ma mère.

« Je sais que tu veux rester avec Hermione, mais quand tu iras à Poudlard, elle ne pourra pas venir et il faudra qu'elle retourne avec sa vraie famille et ses sœurs. »

« Je sais, » dis-je tristement.

Ma mère m'embrasse sur la joue et sort. Hermione me tire par ma manche, ne comprenant pas.

« En septembre, je vais devoir retourner à l'école et toi tu vas devoir aller avec tes parents. Mais dans deux jours je vais devoir faire des courses, mais je ne peux pas t'emmener, c'est dehors. »

Je lui montre l'extérieur de sa fenêtre. Elle va voir et pose sa main sur la vitre. C'est l'inconnu dehors, elle n'est pas sortie dehors depuis que mon père l'a enfermée. Maintenant elle se promène seule dans le manoir ; elle va de la salle à manger à sa chambre, mais elle y arrive seule. Quand elle entre dans la salle à manger, elle arbore un sourire fier.

C'est l'heure de dormir, je la laisse, mais elle me retient et m'embrasse sur la joue comme ma mère le fait. C'est le petit rituel de ma mère depuis que mon enfoiré de père est mort. Hermione le voit alors elle fait pareil pour la première fois. Je la regarde étonné, mais je lui souris. Elle se couche et je pars dans ma chambre rejoindre Morphée.

PDV EXTERNE

 Hermione attend que Drago sois parti pour se lever et aller devant sa baie vitrée. Elle pose une main sur la vitre, puis la deuxième, son regard se porte dehors, sans le faire exprès son nez vient toucher la paroi refroidie par la nuit. Les minutes passent. Sa main droite descend sur la poignée mais sans rien faire. Hermione fixe la poignée, hésitant à la tourner. Délicatement, elle le fait, et dans un clic la baie vitrée s'ouvre de quelques centimètres, l'air frais vient caresser sa peau la faisant reculer. Quand elle ferme les yeux des images de son passé lui reviennent en mémoire, l'air nauséeux des cachots, l'air frais de la nuit qui passe à travers la petite lucarne de la cellule d'à côté, dans la sienne il n'y avait pas d'ouverture. C'est son seul bon souvenir de son enfer. Elle s'imaginait comment s'était dehors. Un léger sourire se dessine sur son visage d'ange. Doucement, elle ouvre la porte, petit à petit pour qu'elle le soit complètement. Hermione fait un pas pour se mettre dans l'encadrement elle ferme les yeux. Un gros crack se fait entendre deux étages plus bas, morte de trouille elle court se cacher sous son lit, son cœur bat à 200 à l'heure, les muscles crispés.
 


fin du chapitre 3

 

4. Surprise et départ douloureux

Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV EXTERNE

Morte de fatigue, elle s’endort sous son lit, la fenêtre ouverte. Hermione est réveillée par Narcissa qui referme la baie vitrée.

«  Tu peux sortir de sous ton lit, » dit doucement Mme Malfoy.

Narcissa s’assoie sur le lit, Hermione la rejoint.

«  Qu’as-tu voulu faire Hermione ? »

Elle s’approche de la fenêtre et fait un grand geste avec tous son bras balayant l’horizon.

«  Tu veux sortir dehors, mais tu as peur ? »

Hermione fait oui de la tête.

«  Tu sais, Drago peut t’aider ? »

Hermione fait non de la tête. Narcissa ne comprend pas.

«  Tu ne veux plus le voir ? »

Hermione ouvre la bouche, mais rien ne sort alors elle essaye de lui faire comprendre par des gestes. Elle est triste et en colère.

«  Tu veux lui faire la surprise ? »

Hermione fait oui de la tête et prend le livre de l’histoire de Poudlard que Drago lui a donné. Elle tourne les pages pour arriver sur...

«  Le chemin de traverse ? Tu veux aller faire tes courses avec Drago ? »

Elle fait un gros oui de la tête.

«  Oh… tu sais, il y aura du monde. Beaucoup de gens. Tu n’es pas prête à voir les autres, » dit Narcissa gênée.

Elle semble déçue.

«  Mais on pourra aller dans le parc si tu veux, et on ferra une surprise à Drago. Ça te va ? »

Elle retrouve son léger sourire.

«  On va commencer par le balcon. »

Narcissa part ouvrir la porte du balcon. Hermione la rejoint et lui prend la main. Narcissa attend qu’Hermione soit prête pour avancer. Hermione lui serre la main, elles font un pas. Hermione vient de mettre son premier pas dehors depuis quinze ans. Narcissa lui sourit pour la féliciter et l’encourager. Suit un deuxième pas puis un troisième. Hermione est heureuse, mais morte de peur aussi. Narcissa passe son bras sur ses épaules et la rapprocher d’elle pour la rassurer.

«  Ça va aller, c’est très bien. Continue comme ça. »

Elle lui fait un bref sourire, elle est crispée et morte de peur, pourtant elle y met tout son courage.

«  On avance encore un peu ? »

Elle fait oui de la tête. Après plusieurs minutes elles arrivent jusqu’à la rambarde. Narcissa ne peut s’empêcher de la prendre dans ses bras, elle surprend Hermione. Narcissa l’embrasse sur la joue comme elle fait avec son fils.

«  Je suis très fière de toi Hermione. Rentrons, ça suffit pour le moment. »

Une fois rentrées, elles descendent déjeuner. Drago est déjà à table.

PDV DRAGO

«  Vous avez passé une bonne matinée ? » demandai-je.

«  Oui, très bonne merci, » répond Mère, souriante.

À la fin du repas, Hermione va s’asseoir sur un canapé avec un livre, elle fait d’énormes progrès en ce moment, elle ne reste pas enfermée toute la journée dans sa chambre, mais elle passe du temps dans les autres pièces.

«  Je ne veux pas laisser Hermione seule demain. Je voudrais bien l’emmener avec nous. »

«  Elle n’est pas prête mais nous ferons vite pour ne pas la laisser seule, » dit Mère en fixant Hermione.

«  D’accord, une heure pas plus ! »

«  Si tu veux ! » rigole ma mère.

«  Qu’est-ce qui vous fait rire ? »

«  Mon fils apprécie une fille en dehors de son attirance physique, je n’aurais pas cru ça possible. »

«  …, » j’entrouvre la bouche.

«  Ne fait pas cette tête, je sais ce que tu fais à Poudlard depuis ta cinquième année, tu changeais de fille toutes les semaines si cela durait plus de la nuit. Mais je suis ravie de voir qu’il y a un cœur qui bat sous ta carapace et que tu ne ressembles pas à ton père et je suis aussi ravie que tu apprécies autant Hermione, mais ne fait pas comme avec toutes les autres, je considère Hermione comme ma fille. Je vous aime tous les deux, » dit ma mère amusée.

«  Ça ne fait pas un peu trop de « ET » ? »

«  Drago ! Soit sérieux deux minutes veux-tu ? » Reproche ma mère.

«  Pardon mère, vous savez que pour moi c’est très dure de montrer mes sentiments, père m’a bien endoctriné. »

«  Si tu savais comme je m’en veux de t’avoir fait endurer tout ça. »

«  Le plus à plaindre n’est pas moi, mais Hermione. C’est elle qui a le plus souffert de ce monstre. »

«  Pour elle aussi je m’en veux de ne pas m’être opposé à Lucius, je m’en veux de ne pas être curieuse, j’aurais dû me douter qu’il y avait quelque chose de louche dans cette cave. »

«  Ne vous en voulez pas mère, vous m’avez protégé de mon géniteur, vous n’avez absolument rien à vous reprocher ! »

«  …, » Mère me fixe.

«  Quoi ? Je suis décoiffé ? » Dis-je horrifié.

«  Je me disais que depuis la guerre tu avais énormément mûri, mais après ta dernière réflexion je me demande si j’ai raison. »

Je boude. Ma mère vient me faire un bisou sur la joue.

«  Je t’aime mon bébé et Hermione aussi. »

«  Moi aussi je t’aime mère et Hermione aussi même si elle ne le dit pas et jamais je pourrais lui faire de la peine, elle m’a changé littéralement, grâce à elle j’ai découverts que j’avais un cœur. »

Dring !

«  Mmmm, » j’éteins mon foutu réveil.

J’ouvre les yeux péniblement, aujourd’hui je vais au chemin de traverse, je ne veux pas y aller. Je remets ma couette sur moi. Je ferme les yeux. On frappe à la porte, je grogne. La porte s’ouvre.

«  Drago, mon cœur, lève-toi. »

«  Mmmm. »

«  Tu vois Drago est grognons le matin. »

Hein ? À qui parle-t-elle ? Hermione ? Non pas possible, mon matelas bouge, une personne s’assoie plus précisément. On me secoue. Je grogne encore. Elle me secoue un peu plus.

«  Drago sort de ta couette, » dit Mère, amusée.

Dans un ultime effort je sors ma tête. J’ouvre grand les yeux en voyant qui est assis sur mon lit.

«  Hermione ? » dis-je extrêmement surpris.

C’est la première fois qu’elle entre dans une chambre autre que la sienne. Elle me fait un sourire, je lui rends la pareille, mais je suis un peu tendu. Moi Drago Malfoy suit tendu parce qu’il y a une fille dans ma chambre ! On aura tout vu ces derniers mois.

«  Qu’as-tu mon chaton ? Tu es gêné ? » Se moque ma mère.

«  Heu… et bien … heu… »

«  Viens Hermione, laissons-le se lever. »

Vous êtes marrante, vous les filles ! Vous ave déjà vu un mec au réveil ? Oui ? Bien pas besoin de vous expliquer ! J’entends ma mère parler.

«  Fais-moi ton beau sourire… ça lui a fait plaisir de te voir, mais tu sais, Drago n’est pas du matin. … Oui, oui, il est très content… tu es plus jolie quand tu souris. Viens, allons prendre notre petit déjeuner. »

Je m’habille rapidement et les rejoints. Bizarre ma mère n’est pas là. Je m’assoie à côté d’Hermione qui mange la tête basse.

«  Je suis content que tu sois venue me réveiller ce matin. » Je souris.

Elle se retourne brusquement vers moi, avec un léger sourire. Je lui remets une de ses mèches derrière son oreille.

«  Très content. En plus tu fais beaucoup de progrès. »

Elle me sourit de toutes ses dents et fait de grands oui avec sa tête.

«  Drago ? Tu es près ? »

«  Oui, » bougonnai-je.

Je me lève, Hermione me suit, elle me prend la main. Mère ouvre la porte et sort, je vais pour lui lâcher la main, mais elle la tient fermement. Je la regarde étonné. Elle sourit de toutes ses dents et me tire dehors doucement, mais elle le fait. J’ouvre grand la bouche et ma mère me sourit. Une fois qu’Hermione m’a amené à côté de mère sur le bout du perron.

«  Vous saviez mère ? »

«  Oui, on voulait te faire la surprise. Ça te plait ? »

Hermione attend impatiemment la réponse.

« Oui, bien sur, » dis-je, toujours sous le choc.

Hermione resserre ma main. Je la reconduis à l’intérieur. Nous partons rapidement pour revenir plus vite.

«  Une heure pile. Parf… »

«  Mme Granger ? Que voulez-vous ? » Demande ma mère à la limite de la politesse.

Mme Granger est sur le perron à nous attendre. Je la salue rapidement avant de rentrer chez moi rejoindre Hermione qui sort du salon.

«  Allons dans ta chambre, tu veux bien ? Mère a de la visite. »

Nous partons rapidement. Égoïste ? Oui et après ? Je montre à Hermione tout ce que j’ai acheté, même mes uniformes. Elle est très intéressée.

«  Hermione, ta mère est en bas, elle veut te parler, » dit mère en entrant.

Hermione se lève et commence à sortir, mais elle me rejoint et me prend la main. Je la suis dans le salon.

«  Je voulais lui parler seule, » ordonne Mme Granger.

«  C’est avec Drago ou rien du tout, » répond mère, froidement.

Mme Granger n’ose rien répondre au ton de la voix de ma mère. Que s’est-il passé ?

«  Annoncez la bonne nouvelle à Hermione, » rajoute ma mère toujours aussi froide.

«  Bien voila, comment dire, je voudrais Hermione, que tu rentres chez nous pour y passez le reste des vacances (Hermione se colle à moi, à demi horrifiée) et ensuite comme tes sœurs que tu ailles à Poudlard. » explique Mme Granger.

Je suis choqué, Hermione me serre le bras. Il y a un blanc dans le salon.

«  Non mais vous êtes complètement c*nne ou vous le faites exprès ? » Dis-je après avoir repris mes esprits.

«  Vous pourriez dire quelque chose ? » s’offusque Mme Granger.

«  Vous avez raison, Drago, tu as totalement raison ! »

Mère lui fait un sourire hypocrite.

«  Hermione commence tout juste à sortir dehors, elle n’est pas habituée à vous et ne vous fait pas confiance, comment voulez vous qu’à Poudlard elle s’en sorte ? La seule chose que vous allez gagner c’est qu’elle va se renfermer sur elle-même ! » 

«  Je ne vous demande pas votre avis, c’est ma fille et je viens la récupérer dans une semaine avec ou sans votre accord ! » répond Mme Granger, piquée au vif.

Mme Granger se lève et s’en va furieuse. Ma mère l’est aussi, je ne l’ai jamais vue ainsi. Hermione et moi n’avons pas bougé, j’ai juste resserré ma main qui est dans celle d’Hermione. Hermione enlève sa main de la mienne et la masse.

«  Pardon Hermione, » dis-je piteusement.

Elle me fait un bref sourire, puis s’en va sûrement dans sa chambre.

«  Qu’allons nous faire mère ? » Demandai-je inquiet.

«  Nous n’avons pas le choix Drago, c’est sa famille, sa mère. Puis à long terme, c’est ce qui était prévu ; cela vient juste plus tôt. »

«  Mais je ne veux pas qu’elle parte. Pas maintenant, » répondis-je tristement.

«  Tu la verras à Poudlard, » dit ma mère, essayant de me remonter le moral.

Je fais un sourire triste à ma mère, elle est gentille d’essayer de me remonter le moral, mais ça ne marche pas. Je viens m’assoir à côté d’elle et pose ma tête sur ses genoux comme quand j’étais petit et que mon père nous faisais des misères. Ma mère me caresse les cheveux.

«  Elle ne s’en sortira pas à Poudlard, ils vont encore l’enfermer dans une prison plus grande. En plus avec tout le monde, regarde avec nous le temps qu’elle a mis pour se faire à notre présence. »

«  C’étaient ses premières sorties, tout ira mieux pour elle. Hermione sera mieux auprès de sa VRAIE famille. »

«  Merci de me remontrer le moral, » dis-je sarcastique.

«  Désolée mon chaton, mais il faut se préparer psychologiquement à ne plus la voir, » dis ma mère tristement.

«  Mais je ne veux pas ! » Dis-je en me redressant.

«  Moi non plus ! Moi aussi ça me fait de la peine, moi aussi je souffre autant que toi, mais dans la vie on ne fait pas ce qu’on veut ! C’est la vie Drago, avec ses peines et ses joies. »

Ma mère me serre dans ses bras je me retiens de pleurer, Drago Malfoy ne pleure pas. Je me suis vraiment attaché à cette fille, elle a quelque chose d’unique, et je suis sûr que malgré son apprentissage de la vie, c’est une personne intelligente et courageuse.

«  Je vais faire un tour en balai, » dis-je, me défaisant de l’emprise de ma mère.

«  Je vais voir si Hermione va bien. Ne tarde pas trop. Elle besoin de toi, encore plus maintenant. À plus tard mon chaton. »

Nous sortons du salon, je pars dehors et ma mère à l’étage. Je reviens une heure plus tard. Je monte dans la chambre, ma mère est sur le balcon avec Hermione dans ses bras. En m’entendant, elle se retourne brusquement.

«  Ce n’est que moi. »

Je les rejoins, je m’assoie à côté d’Hermione qui me prend la main. Je lui fais un sourire triste, elle me caresse la joue, je vois dans ses yeux de la peur, mais aussi de la tristesse.

«  Nous ne pouvons VRAIMENT rien faire ? »

«  Non Drago. Dans une semaine. »

Nous passons toute la semaine avec Hermione, les matins elle vient me réveiller et tous les jours on part faire un petit tour dans le parc, au départ on reste près de la maison, puis à chaque jour on s’éloigne un peu plus. Toujours avec Mère et moi qui lui tenons la main.

Le dernier midi nous déjeunons.

«  J’ai une petite surprise pour vous deux. »

On la regarde, curieux.

«  Ce soir nous allons diner dans un restaurant sur le chemin de traverse. Il n’y aura pas beaucoup de monde. Ce sera une préparation pour ton départ demain, mais rien que si tu es d’accord, Hermione. »

Elle fait un léger oui de la tête. Mère et moi sourions. En fin d’après-midi, je vais pour aider Hermione à se préparer, mais ma mère me vire. Soit disant elles se préparent entre filles. Je pars m’habiller aussi. Je les attends environ 15 minutes. Ah là-là les filles, mais je ne leur en veux pas quand je les vois descendre. Je reste sans voix. Elles sont toutes les deux splendides dans leur robe haute couture.

«  Tu pourrais dire quelque chose Drago ! »

«  Pardon, désolé, Hermione tu es superbe ! »

«  Et moi je suis moche ? »

«  Pardon, non mère vous aussi vous êtes très élégante ! »

«  Je sais mon chaton, allons y. »

Mère m’embrasse sur la joue et se dirige vers la sortie. Hermione en fait autant, sauf qu’elle me prend la main.

«  Comment allons-nous là-bas ? »

«  Par voiture, nous ne pouvons point transplaner, Hermione n’a pas son permis puis elle a peur de la magie. »

«  En voiture ? Beurk, » dis-je, dégouté.

«  Même pas dans cette limousine ? »

«  Je devrais survivre. »

Hermione regarde la voiture bizarrement, mais en me voyant entrer elle me suit. Mère aussi.

«  Comment fonctionne ce truc ? »

«  Les elfes conduisent, mais je ne sais pas comment. C’est bien trop complexe pour moi. »

Quelques minutes plus tard nous sommes arrivés au restaurant, l’elfe nous ouvre la porte. Hermione me tient fermement la main, je la resserre doucement pour lui montrer que je suis avec elle. Un serveur nous conduit à notre table. Une table isolée. Le diner se passe tranquillement et jusqu’à la fin, Hermione se fond dans le décor ; elle a une classe innée, je n’arrive pas à la quitté des yeux. Mère me murmure.

«  Elle ne va pas s’envoler, » sourit ma mère.

Je me sens gêné, mais je m’en fiche, elle est très jolie avec ses quelques kilos en plus. Elle a du prendre 4 kilos ce qui est déjà pas mal. Nous rentrons au manoir.


Drago : « Mmmm. »

Je me fais encore secouer par Hermione qui me sourit, mais d’un sourire triste.

«  On se verra à Poudlard, tous les jours, » dis-je dans un ultime effort.

Des étincelles brillent dans ses yeux noisette. Je lui caresse la joue. Elle me tape le dos, oui je dors sur le ventre et s’en va. Je m’habille rapidement, mais correctement, les Granger viennent chercher leur fille. Rrrrrrrrrrrr, sale journée en perspective, il n’a que mon réveil qui soit sympathique.

Nous attendons tous les trois dans le salon. On frappe à la porte de la maison. Nous allons dans le hall d’entrée.

Les Granger sont là avec Potter et Weasley.

«  Il y a même les renforts ! Touchant ! » dis-je sarcastique.

«  Drago voyons ! » sourit ma mère visiblement amusée.

Hermione reste derrière moi avec en me tenant fermement la main.

«  Nous pouvons entrer ? » demande sa mère.

«  Non. »

Ma mère claque des doigts, les elfes apparaissent avec les valises d’Hermione, ils les donnent à ses parents.

«  Tout ça ? » s’étonne Mr Granger.

«  Vous croyez quoi ? Elle s’habille ! » Réplique ma mère choquée.

« Il va falloir agrandir les placards ! » dit Mr Granger pour lui mais tout le monde entend.

Weasley et Potter fixent Hermione intensément, je ne me prive pas de les fusiller du regard.

« Viens Hermione, rentrons chez TOI, » dit Mme Granger tendant sa main.

Hermione ne bouge pas et reste derrière moi et me tient MOI, tiens dans tes dents Mme Granger !

«  Bonjour Hermione, tu te souviens de nous ? Léana et Angie, tes sœurs, » explique Léana.

Hermione les regarde à peine, mais regarde Potter et Weasley, elle me tire ma chemise et fait un coup de tête vers eux.

«  Ce sont des amis à tes sœur. Ils seront très gentils avec toi. Pas vrai ? » menaçai-je.

Ils font oui de la tête.

«  Tu vois et si jamais ils sont méchants je ferai en sorte que leurs pires cauchemars deviennent réalité. »

Elle me fait un sourire et m’embrasse sur la joue.

«  Hermione, Drago et moi t’avons fait un petit cadeau. »

Mère claque des doigts et un elfe arrive tenant une laisse et au bout se trouve un bébé Lynx.

«  Il est pour toi. Lorsque tu voudras nous voir ou nous écrire (elle a appris à écrire ou sinon elle fait des dessins) il nous l’apportera. C’est encore mieux qu’une chouette, car en fonction de l’importance de la lettre l’animal va plus ou moins vite. Puis quand tu seras proche, tu pourras faire une connexion mentale avec le Lynx. »

Hermione le caresse, l’animal ronronne.

«  Tu lui donneras un nom plus tard ou quand tu trouveras. »

Hermione vient embrasser Mère et moi aussi.

« On y va maintenant ! » dit Mme Granger s’impatientant.

«  Ce n’est pas en la brusquant ainsi que vous ferez quelque chose. Il faut y aller doucement et gentiment. »

«  Parce que les Malfoys en sont capable !  » Provoque Ronald Weasley.

«  RON ! » réprimandent les Granger et Potter.

Je fais une grimace. Ma colère commence à monter, les visages de tous ces Gryffondors me sont insupportables.

«  Hermione, tu reverras Drago à Poudlard, » dit son père.

Elle fait oui de la tête, mais elle n’est pas prête à y aller. Je vais pour ouvrir la bouche afin de protester, mais mère me fait non de la tête.

« Hermione pouvons-nous y aller ? » dit Mme Granger, commençant à perdre patience.

«  Tu verras, je suis sûr que tu vas aimer ta nouvelle maison, certes, elle ne ressemble pas au manoir Malfoy mais c’est chaleureux, » informe Léana.

«  Et familiale, » rajoute Angie.

On se fusille du regard. Je vais lui faire la peau à cette fille ! Je vais lui faire la peau !

«  Nous viendrons te voir dans la semaine. D’accord ? » Dit ma mère.

Hermione fait oui de la tête, un petit oui triste. Mère et moi embrassons Hermione sur la joue, puis MA Hermione s’en va avec ses parents. Mère referme la porte mélancoliquement.

«  Je monte me coucher. »

«  Drago, » m’appelle ma mère tristement.

«  Plus tard mère, » dis-je encore plus triste.

Je monte dans ma chambre en trainant les pieds, je me vautre sur mon lit et ferme les yeux pour sombrer quelques minutes plus tard dans le sommeil.


A suivre …

Comment va s’en sortir Hermione chez sa famille ?

Et les Malfoys, comment vont-ils réagir devant la stupidité de Mme Granger ?

Hermione va-t-elle aller à Poudlard ?

5. Visite et entrée à Poudlard

Beta Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO


Deux jours plus tard, je me décide à sortir de ma chambre. Depuis son départ, je n'ai quasiment pas bougé de mon lit, je me demande comment se passe sa nouvelle vie avec ses parents et ses sœurs.

« Tu descends enfin ? »

« Je vais voir Hermione. Venez-vous avec moi ? »

« J'y suis allée hier, je suis venue te prévenir, mais je n'ai pas réussi à te réveiller, j'ai essayé avec de l'eau, de la musique, mais rien n'a marché. »

« Je trouvais mon lit un peu humide. Comment va-t-elle ? »

« Tu verras par toi-même. À plus tard. »

Je sors, une fois la porte fermée, j'entends ma mère pleurer, je n'aime pas la voir ainsi. Avec père c'était quotidien, son plaisir de torturer ma mère. Je passe ma main sur le bois de la porte avant de partir.

Je transplane devant chez les Granger. Je frappe à la porte d'entrée. La porte s'ouvre.

« Potter. »

« Viens avec nous ! »

Potter est fou, il me tire à l'intérieur en claquant la porte d'entrée, il me monte à l'étage. Plus on avance, plus j'entends des bruits sourds comme si des objets se cassaient. Potter ouvre une porte et me pousse dans la pièce. Ce que je vois est assez comique. Weasley est dans un coin de la pièce, les deux sœurs se protègent derrière une table renversée et Hermione se tient debout leur jetant tout ce qui est à portée de ses mains, c'est-à-dire, fourchettes, couteaux, vase, etc., et Potter est derrière moi.

« Tu as vaincu Voldemort et tu as peur de ta belle sœur ? Intéressant. »

« Calme-la s'il-te-plait, » supplie Potter.

« Bonjour Hermione, » dis-je.

Elle s'arrête au moment d'envoyer son ultime couteau. Elle me sourit et vient me voir.

« Je vois que tu t'amuses beaucoup. »

Elle fait un gros oui de la tête avec un petit sourire en coin, une bonne Gryffondor, mais une petite Serpentard. Par contre elle fusille du regard ses sœurs.

« Que s'est-il passé ? »

Je m'avance pour faire le tour de ce qui semble être la chambre d'Hermione, elle me prend la main en souriant.

« On a voulu lui faire manger des brocolis, mais elle a piqué une crise. Puis elle est bizarre depuis que ta mère est venue, elle boude et refuse de manger, » explique Angie.

« On l'a un peu forcé, il faut qu'elle mange. De plus, elle ne veut pas sortir,. » continue Léana


Le lynx grogne, mécontent. Je tourne la tête et voit le lynx à côté de sa maîtresse qui se fait gratter derrière les oreilles.

« En plus cette sale bête ne fait que des bêtises, » grimace Weasley.

« Mais c'est une gentille bête ! » dis-je au Lynx.

« Ah-ah, très drôle Malfoy, » grimace Angie.

« Malfoy, tu ne veux pas la faire mange un peu ? »

« Viens on va manger plein d'éclairs au chocolat, » dis-je en souriant.

Elle fait de gros oui de la tête, puis nous sortons de sa chambre, je jette un sort informulé rapidement vers la cuisine pour que notre plat favori apparaisse. On entre dans la cuisine. Hermione se jette sur un éclair, mais elle m'en tend un. Une fois que je l'ai pris, elle lève son index et fronce les yeux.

« Okay, je n’en prend qu'un ! »

Je ne peux pas m'empêcher de rigoler devant les airs qu'elle prend. Les deux Grangers ainsi que Potter et Weasley.

« Je n'aurai jamais cru dire ça un jour, mais merci Malfoy, » dit gentiment Angie.

« Je ne le fais pas pour toi, mais pour Hermione. »

« Tu vois, j'essaie d'être gentille, mais c'est lui qui est méchant ! »

« Ne rentre pas dans son jeu, » sourit Léana.

Une fois qu'Hermione a englouti ses 7 éclairs et le lynx qui en a manger 3, je l'emmène dehors dans le jardin. On est tous les deux.

« Il faut manger Hermione ; parce que si tu ne manges pas tes parents ne te laisseront pas venir à Poudlard. D'accord ? »

Elle fait oui de la tête, mais ensuite elle fait des gestes bizarres que je ne comprends pas.

« Je ne comprends pas, Hermione. »

Elle soupire désespérée et cueille une touffe d'herbe pour me la planter sous le nez.

« Ah ! J'ai compris ! Tu ne veux plus manger de légumes. »

Contente que j'ai trouvé ce qu'elle voulait me faire comprendre elle lâche la touffe d'herbe, mais dans un coup de vent, l'herbe vient se loger dans mes cheveux. Elle rigole sans bruit alors que je m'enlève un à un les brins d'herbe. Elle passe sa main dans mes cheveux ce qui me décoiffe, je lui fais une mine boudeuse, elle rigole toujours sans bruit, mais alors que nous ne nous y attendions pas un léger cri sort de sa bouche. Elle pose ses deux mains devant sa bouche, je suis étonné, mais je lui fais mon plus beau sourire.

« C'est un bon début Hermione. Je suis très heureux. »

Elle enlève ses mains de sa bouche. Nous rentrons.

« On se voit dans quatre jours à l'école. D'accord ? »

Elle fait oui de la tête et m'embrasse sur la joue. Je me mets dans l'encadrement de la porte.

« Ah, au fait Hermione, amuse-toi bien, » dis-je avec un sourire en coin.

Elle me répond par un sourire en coin.

« C'est pas bon pour nous ça..., » disent en cœur les sœurs.

« On va vous laisser les filles, » disent les garçons en cœur.

« Oh non, vous restez avec nous. Pour le meilleur et pour le pire... » répondent les deux sœurs.

Ils bougonnent alors que je rentre chez moi en rigolant.

« En quel honneur ce sourire ? »

« Hermione. »

Alors que je lui explique toute ma visite chez les Granger, Mère retrouve aussi le sourire.

 


Mes quatre jours se passent plus joyeusement que les précédents, même si ma Hermione me manque. Je crois que je n'ai jamais été aussi content de retourner à Poudlard, par contre j'ai peur pour Hermione. Moi Drago Malfoy a peur pour quelqu'un d'autre que lui. On aura tout vu ces derniers mois et je sens que ceux qui arrivent vont être aussi riches.

« Mère ! Vous êtes prête ? »

« Oui, oui, j'arrive. »

« Allez, on y va, » dis-je impatiemment.

« Mon chaton, il n'est que 10 heures, Hermione n'arrivera pas tout de suite. »

« Pfffff… »

Ma mère se moque de moi, ce n’est pas drôle. Nous prenons la limousine pour nous y rendre.

« Nous ne pouvons pas aller plus vite ? »

« La patience n'a jamais été ton fort, » rigole ma mère.

La porte s'ouvre. Je descends précipitamment. L'elfe monte mes valises dans le train.

« Mr. et Mme Granger sont sur le quai. Allons les voir. »

Nous nous avançons vers eux.

« Mr. et Mme Malfoy. »

« Bonjour. »

« Vous serez content de savoir qu'Hermione va à Poudlard avec ses sœurs, » dit Mme Granger amèrement.

« Ça lui fera du bien, et à nous aussi, » souffle Mr. Granger.

« Ah bon ? En quel honneur ? »

« Depuis votre visite, Hermione nous a mené la vie dure, et d'après les dires de mes enfants cela est en partie de votre faute, » dit Mme Granger légèrement furieuse.

« Je ne suis pas à Serpentard pour rien madame, » dis-je fièrement.

Je dis au revoir à ma mère et je monte dans le train rejoindre ma Hermione.

Je marche dans le couloir en regardant dans tous les compartiments à sa recherche.

« Hey Drago ! »

Je me retourne et voit Blaise. (Vous connaissez la série : « Complete savages » ? Pour imaginer le personnage de Blaise, prenez le mec qui joue Jack Savage. Sinon vous l'imaginez comme vous voulez !)

« C'est vrai que t'as cassé la gueule de Théodore pour défendre Granger ? »

« Oui, mais ce n'est pas la Granger que tu crois. »

« Il va falloir que tu m'expliques tout ça en détail, parce que je ne comprends rien du tout. »

Blaise me tire par le bras alors que je n'ai pas le temps de répliquer quoi que ce soit. Il ferme la porte par un sort pour que personne n'entre.

« Sécurité pour Pansy. Alors ? »

« Mon père est un connard, il a enfermé une fille dans les cachots depuis qu'elle a 2 ans et elle en est ressorti quand mon père est mort. Je ne te raconte pas tout ce qu'il lui a fait, tu connaissais mon père. »

« Je ne suis pas fou alors, j'ai bien vu trois Granger ! »

« Tu as vu Hermione ? » dis-je heureux.

« C'est son nom ? Intéressant. »

« Tu la touches je te fais la peau. J'ai viré Théodore, je peux en faire autant avec toi, » dis-je en le menaçant.

« Tout doux le prince, tout doux, je n'y touche pas. Les sangs impurs, c'est pas mon trip et je croyais que toi non plus. »

« Ça ne l'était pas jusqu'à qu'elle débarque quelques heures après la fin de la guerre. »

« Tu es amoureux ? » Demande Blaise en s'approchant de moi et en me fixant.

« Non, ne dit pas n'importe quoi, je l'aime bien certes, mais je ne suis pas amoureux, » dis-je en le poussant.

« Tu me rassures parce que maintenant qu’on est les grands, les plus vieux on va faire notre loi ! »

« On la fait déjà. »

« Je sais, mais là encore plus, » sourit Blaise.

« Toi et le pouvoir ! »

« Serpentard un jour, Serpentard toujours. »

On rigole le train démarre. Je n'ai pas eu le temps d'aller voir Hermione. Ma mère et moi sommes ralliés à l'ordre mais tous les Serpentards qui retournent à Poudlard ont été innocenté pendant l'été, même si pour certains leurs parents sont morts ou à Askaban. Donc je pense que la table des Serpentards va être plus vide qu'à l'accoutumée. Certains vont surtout faire la tête parce que je suis passé du côté des gentils, mais je m'en fiche. Je suis le Prince des Serpentards.

« Raconte-moi tout ce qui s'est passé durant les deux derniers mois. »

Je lui raconte en gros ce qui c'est passé, j'évite les moments humiliants. Blaise connait toute ma vie.

« Et toi ? »

« Vacances en famille avec Père et mes quatre frères. »

« Comment vont tes déjantés de frères ? »

« Ils vont bien, et Kyle débarque à Poudlard pour sa deuxième année. (Pour Kyle, prenez celui qui joue Kyle Savage dans « complete savage » sauf si vous ne voulez pas !)

« Pourquoi ? Il n'était pas à Durmstrang ? »

« Si, mais il s'est fait viré. »

« Poudlard va être mis à feu et à sang. »

« M'en parle pas, je veux me suicider, j'étais bien à Poudlard loin de ma famille, je les adore mais j'ai besoin de recul. »

« Je suis content d'être fils unique. »

On rigole. Blaise lit un magazine, moi je tourne en rond.

« Va la voir, tu m'énerves. Si tu vois Kyle ne lui dis pas que je suis là, » dit Blaise sans lever les yeux.

« Ok. »

Je sors du compartiment. Je croise le petit frère.

« Salut Drago ! T'as pas vu Blaise ? » Demande Kyle.

« Dernier compartiment. »

« Merci. »

« Au fait, t'as pas vu le chariot de friandises ? » Demandais-je.

« Euh si, mais je l'ai fait exploser. C'était trop fort, il y avait des choco-grenouilles partout. »

« On est mal barré," dis-je pour moi même.

Je pars à la recherche d'Hermione. J'arrive au dernier compartiment où elle se trouve ainsi que la troupe. Quand elle me voit elle se lève et ouvre la porte, je ne voulais pas entrer avec tous ces Gryffondors. Je la prends dans mes bras. Je ferme la porte du compartiment. Ma chemise est humide, je me recule d'Hermione qui pleure.

« Qu'as-tu, Hermione ? » Dis-je doucement.

Ses pleures redoublent.

« Ne t'en fait pas, tout ira bien. Je te le promets. Maintenant tu restes avec moi, » dis-je en la rassurant.

Elle fait oui de la tête.

« Tu veux finir le trajet avec moi, mais il y aura mes amis. »

Elle fait oui de la tête. Je lui prends la main et nous nous éloignons de sa famille. Je n'oublie pas de leur envoyer un regard rempli de haine. Hermione me tient fermement la main. Nous entrons dans le compartiment, Hermione derrière moi.

« Salut Princesse, » dit Kyle.

« La ferme. Salut moi c'est Blaise et l'idiot c'est mon frère Kyle, » dit Blaise.

Hermione s'assoie près de la porte, je m'assoie à côté d'elle, elle me tient la main fermement, je lui souris.

Le reste du trajet se passe en silence, je voulais savoir ce qu'Hermione avait fait et pourquoi elle a pleuré, mais elle s'est endormie sur mon épaule, la seule phrase qui est sorti c'est Blaise qui l’a dit.

« Tu es amoureux, » murmure Blaise.

Je l'ai juste fusillé du regard. Quand je descends du train avec Hermione, tous les regards convergent vers nous. Je m'en fiche. Hermione un peu moins, elle est intimidée. Je lui sers rapidement la main. La vielle peau de vache vient vers nous. Qu'est-ce qu'elle fait là ?

« Mr. Malfoy, Miss Granger et Messieurs Zabini. Je vais emmener Miss Hermione Granger et Mr. Kyle Zabini, » ordonne McGonagall.

Hermione me tient le bras paniquée.

« Allons-y. »

Hermione ne bouge pas.

« Miss Granger, venez ! » Dit la vieille d'un ton sec.

Elle fait non de la tête, je vois qu'elle a peur.

« À peine arrivée ici qu'elle ne vous lâche plus, Mr. Malfoy ! »

McGonagall me déteste encore plus depuis la fin de la guerre, elle n'en loupe pas une pour m'envoyer une réflexion, mais si je riposte elle va me coller alors je ne dis rien. Je serre les dents.

« Mme McGonagall, Drago est la seule personne qu'elle apprécie, alors je ne pense pas que les séparer soit une bonne idée ; néanmoins si vous y arrivez, je veux bien allez à Gryffondor, » dit Blaise.

« Très bien, restez avec Mr. Malfoy, mais quand vous irez dans votre nouvelle maison vous devrez vous séparer de lui. Gryffondor et Serpentard ne se sont jamais côtoyé, » dit McGonagall.

La vielle folle s'en va en faisant claquer ses talons. Hermione me tire la manche.

« Ce n'est rien, mais elle a raison, tu es une Granger, le Choixpeau t'enverra sûrement à Gryffondor. »

Elle fait non de la tête, puis met un coup de menton vers moi avec son air déterminé.

« Personne ne choisit, c'est lui qui choisit en fonction de ce que tu es à l'intérieur, » expliquais-je.

Elle verse une larme. Je lui fais un sourire compatissant. Nous partons vers les calèches, juste tous les quatre. Dans la calèche devant nous il y a les Granger ainsi que Potter et Weasley.

« Elles ont l'air furieuse tes sœurs, » rigole Blaise.

Nous regardons vers elles. Hermione hausse les épaules, ce qui n'échappe à aucun de nous trois qui rigolons dans notre barbe.

« Hermione, que s'est-il passé ces quatre derniers jours ? » Demandais-je.

Elle commence à s'agiter et faire de grands gestes. J'essaie de traduire.

« Alors… ils t'ont forcé à manger de l'herbe (oui de la tête, elle tire ses vêtements moldus), ils t'ont acheté des vêtements de mauvaise qualité qui grattent (oui de la tête), beurk ! Ensuite, voyons, ils… ils… ah non, là je ne vois pas, » dis-je, dépité.

« On est arrivé, » annonce Blaise.

Kyle saute de la calèche et court partout.

« Bonjour la réputation des Zabini. On va passer pour des sauvages, » soupire Blaise.

« Mais vous êtes des sauvages, » me moquais-je.

« Eux oui, mais pas moi, » s'indigne Blaise.

Je descends de la calèche et aide Hermione. Blaise nous suit. On pénètre dans le château, j'attends le dernier moment pour laisser Hermione qui doit attendre à l'entrée.

« Nous allons accueillir les nouveaux élèves, mais cette année, un élève va entrer directement en 2ème année et l'autre en 7ème année, » annonce McGonagall.

« C'est de la connerie si tu veux mon avis. Elle ne va jamais suivre, en plus elle a peur des baguettes magiques, » dis-je.

« Bien, accueillons les élèves, » commence McGonagall.

Les portes s'ouvrent. Hermione et Kyle en tête. Kyle se tient correctement, pour une fois. Pauvre Hermione, elle est morte de peur, cela doit être l'enfer pour elle, ça ne va pas l'aider.

« Ne t'en fais pas, elle va survivre, » dit Blaise.

« J'espère, » murmurai-je, inquiet.

« Mr. Kyle Zabini, » dit McGonagall.

Kyle va se placer sous le Choixpeau qui l'envoie à Serpentard comme son frère. C'est au tour d'Hermione de s'assoir.

« Une nouvelle Granger. Intéressant. Vous êtes si semblable à l'extérieur, mais vous avez vécu des choses que personne ne comprendra jamais. Vous êtes courageuse miss, extrêmement, beaucoup de personnes n'auraient pas survécu mais vous si. Je vois aussi une envie de vengeance et de pouvoir, vous ne voulez plus retourner dans votre prison. Je comprends. Vous êtes aussi très intelligente, plusieurs maisons vous conviendraient, » dit le Choixpeau.

« Drago m'a dit que vous choisissiez, mais je veux … » pense Hermione.

 

6. La décision du chipeau et cours chaotique

Beta : Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO


« Drago m'a dit que vous choisissiez, mais je veux être avec Drago, c'est la personne en qui j'ai confiance, » pense Hermione.

« Et vos sœurs ? »

« Seul le sang nous relie. C'est soit avec Drago, soit avec personne, » pense Hermione.

« Et manipulatrice en plus. SERPENTARD, » crie le Choixpeau.

Nous applaudissons Hermione. Elle me rejoint avec un sourire et m'embrasse sur la joue. Par contre, à la table des Gryffondors, c'est moins joyeux. Hermione se colle à moi, par sécurité. Je fais un sourire hypocrite aux sœurs Granger. Angie enrage sûrement plus que Léana.

Je la vois se lever à la fin de la répartition de tous les 1ères années, je la suis du regard, elle va voir la vieille. McGonagall fait non à tout ce qu'elle dit. Angie retourne furax à sa table. Potter se fait tout petit à coté d'elle, trop drôle.

« Qu'est-ce qui te fait rire ? » Demande Blaise

« Potter a peur d'Angie. Trop drôle ! »

Blaise se met à rigoler avec moi. Hermione nous regarde. Et les Serpentards la regardent soit avec mépris, soit avec envie.

« Le premier qui s'approche d'elle je lui fais la peau, » dis-je furieux et menaçant.

Tous les Serpentards mettent la tête dans leur assiette. Je fais un sourire fier, je n'ai pas perdu ma réputation. Hermione se décontracte un peu quand elle voit que je les tiens à carreaux, je lui fais un sourire rassurant.

« Il ne t'arrivera rien, je suis avec toi. »

Elle me sourit.

« Fini de me raconter tes 4 jours en enfer. »

Hermione recommence ses gestes, ceux que je ne comprends pas.

« Blaise, aide-moi. »

« Je ne sais pas si je vais comprendre, » dit Blaise.

Hermione lève les yeux au ciel, désespérée.

« Ne te fous pas de moi. Alors ils t'ont enfermé dans ta chambre ? Non… ils t'ont… obligée à te servir de ta baguette ? (Gros oui bref de la tête). Les crétins, comment ont-ils osé ? On te vengera. D'accord ? »

Elle fait oui de la tête avec un sourire en coin.

« C'est flippant comme elle peut te ressembler. »

Elle sourit à Blaise. Un sourire fier, je suis jaloux, il n'y a qu'à moi qu'elle sourit.

Espèce de gros égoïste, Hermione s'ouvre aux autres je devrais être content pour elle, je suis content pour elle. Blaise, arrête de la fixer... Non Drago, ne lui casse pas la figure, c'est ton meilleur ami. Il ne la touchera pas. Respire. Respire. C'est bon je me calme.

« On va se coucher, je suis crevé, » dit Blaise.

« C'est parti. »

Je me lève, Hermione aussi. On se tient la main pour aller au cachot.

« Pourquoi n’es-tu pas préfet en chef ou même préfet ? Tu aurais eu un appartement avec un coloc ! »

« Non merci, faire respecter le règlement c'est pas pour moi. Puis restez avec mes amis est plus intéressant. »

« Et près d'Hermione, » dit mon meilleur ami.

« C'est une évidence, » argumentais-je.

« Drago ! » Hurle une folle.

« Oh non, pas elle. Pansy. Comment vas-tu ? » Soupirai-je.

« Mon Drago chéri. Comment vas-tu ? Tu as passé de bonnes vacances ? » Interroge Pansy.

« Oui Pansy. »

« C'est qui elle ? » Demande dédaigneusement Pansy.

« Elle c'est Hermione, » dis-je, à moitié énervé.

« Mouais, qu'elle ne s'approche pas trop de toi..., » grimace Pansy.

« Tu n'es vraiment qu'une cruche Pansy, » dis-je, énervé, mais me contenant.

On s'en va, loin de Pansy. Hermione se retourne pour voir Pansy, elles se fusillent du regard. Ça promet d'être explosif quand Hermione ira beaucoup mieux. Je fais visiter le dortoir à Hermione, puis je lui montre sa chambre, elle en a une pour elle seule, la directrice lui a fait aménager. Blaise et moi partageons une chambre juste pour 2. L'avantage d'avoir de l'argent. Nos chambres ne sont pas trop loin l'une de l'autre.

« Tu peux te débrouiller seule ou souhaites-tu de l'aide ? »

Elle me fait non de la tête, je suis un peu déçu, j'aime bien l'aider. Ce n'est pas pour profiter de la situation, c'est juste que j'aime bien être avec elle.

« Bonne nuit Hermione, si tu as besoin, je suis dans la chambre une. »

Je l'embrasse sur la joue, elle aussi avec un de ses beaux sourires. Je rejoins ma chambre.

« Tu as couché ta Princesse ? »

« Ouais. »

« Quoi ? »

« Rien, » boudais-je.

« Hermione t'a virée de chez elle ? »

Je bougonne.

« Ne sois pas idiot, elle devient autonome. »

« Mouais »

« Gros égoïste. Tu devrais être content, elle reprend une vie normale, » s'énerve Blaise.

Je le regarde, étonné.

« Quoi ? » Demande Blaise.

« Je me demande comment tu fais pour être un enfoiré avec les filles et en même temps les comprendre. »

« C'est une longue histoire…, » dit Blaise, pensif.

« … Qui ne me regarde pas, je sais. Un jour tu me raconteras ? »

« Si tu veux. »

Sur ces belles paroles pleines de mystère nous nous endormons.

 


DRIIII…

Hein ? Qui c'est qui éteint le réveil ? Ma curiosité n'est pas assez forte pour que j'ouvre les yeux. Une main se pose sur mon dos, au lieu de grogner comme à mon habitude, je parle. Oui, oui, ça m'arrive de temps en temps.

« Bonjour Hermione, » dis-je les yeux fermés.

Pour répondre elle saute sur lit.

« Charmant réveil, » dit Blaise moqueur.

Je me retourne.

« Ça va Hermione, je me lève. »

Elle descend du lit.

« Les couleurs de Serpentard te vont bien, » la complimentais-je.

Elle rougit légèrement et sort de la chambre embarrassée. Quelques minutes plus tard, nous prenons notre petit déjeuner tranquillement lorsque la tornade Pansy arrive.

« Toi la nouvelle, pousse toi de mon Drago, » grimace Pansy.

« Pansy, ferme-la et laisse Hermione tranquille, » dis-je fermement.

« Non, je t'aime toujours Drago et je ne supporterai pas qu'une greluche te touche. Qui plus est une sang de bourbe. »

Hermione la fusille rapidement du regard et baisse les yeux. Elle n'est pas prête je le savais. Pansy je vais te faire la peau. Comme par magie, la carafe d'eau et son contenu atterrissent sur la tête de Pansy. Hermione relève la tête avec un sourire en coin vers sa rivale qui est dégoulinante de la tête au pied. Blaise et moi regardons Hermione étonnés. Comment a-t-elle fait ? Elle ne s'est même jamais servie de sa baguette. Il faudra que je voie avec notre nouveau maître de potion et directeur de Serpentard.

Pansy s'en va, furieuse. Qui ne le serait pas ?

« Tu as toujours autant de succès auprès des filles, » se moque Blaise.

« Quand est-ce qu'elle comprendra que c'est fini entre elle et moi ? »

« En tout cas, moi je n'en veux pas. »

« Dommage, je t'en aurai bien fait cadeau pour Noël, » rigolais-je.

Hermione mange ses céréales comme si rien ne s'était passé.

« Tu es prête pour tes premier cours ? »

Hermione fait oui de la tête. Nous partons pour double cours de potion avec les Gryffondors. Nous nous mettons devant, Hermione, moi et Blaise. Hermione regarde partout.

« Bonjour, je m'appelle Josh Duhamel et je serais votre professeur de potion pour cette année. M. Malfoy, vous aiderez Miss Hermione Granger à s'en sortir. »

Je fais oui de la tête. Le premier cours d'Hermione se passe assez bien jusqu'à ce qu'il faille sortir sa baguette.

« Ne t'en fais pas Hermione, personne ne te fera de mal. Je te promets. Tout ça c'est fini. »

Ce crétin de Neville fait exploser son chaudron, ce qui fait fuir la pauvre Hermione, prise de panique. Je lui cours après. J'ai beau l'appeler, mais elle continue sa course, je la rattrape quand même. Elle se jette dans mes bras. Je lui caresse le dos.

« Ce type est un idiot. Ce n'était pas contre toi, » rassurais-je ma Hermione.

« C'est vrai, Neville ne ferait pas de mal à une mouche, » rajoute Angie.

« Tu vois, même Angie le dit. »

« Je sais, Hermione, qu'on a pas vraiment été cool avec toi ces derniers jours, mais pour nous aussi c'est dur, on ne sait pas comment s’y prendre, je prends Malfoy pour témoin, moi Angie Granger suit nulle pour aider ma sœur à s'intégrer dans la vie normal. »

Angie fait demi-tour et part rapidement. Je suis sous le choc, elle, sans cœur, vient de montrer ses faiblesses et d'avouer qu'elle a échoué.

« Il faut retourner en cours. »

Hermione fait non de la tète. On retourne dans la salle commune des Serpentards pour rester la matinée tous les deux à rien faire, Hermione est recroquevillée sur le canapé à sursauter à chaque bruit. La pauvre. Elle était mieux au manoir avec Mère et moi.

« Tu veux aller faire un tour dehors ? Visiter ? » Proposais-je.

Elle fait oui de la tête. Il faut que je lui change les idées. On s'en fout des cours. Hermione est mieux dehors et loin des autres. Et pas en cours. Elle n'a pas le niveau, je me demande ce qui est passé par la tête de ses parents. Attend que je les voie ceux-là... Hermione me tire par la manche.

« Hein ? Quoi ? Oui, bien sûr qu’on va manger, » acquiesçai-je en sors de mes pensées.

« Où étiez-vous ? » Demande mon meilleur ami.

« Dedans, dehors. Et le cours ? »

« Le prof s'est énervé. »

« Génial, » bougonnai-je.

« Pas contre toi, ni Hermione, contre ses parents. Ce prof est trop cool. Par contre, il faudra que tu ailles le voir avec Hermione. »

« Ok. »

Hermione grignote, elle n'a pas pris de poids. On dirait même qu'elle a maigri. À la fin du repas, nous nous dirigeons vers la table des professeurs.

« Voila mes deux échappés, allons dans mon bureau, » sourit M. Duhamel.

Hermione me tient fermement la main. Nous marchons dans les couloirs. Le professeur nous fait signe de nous assoir.

« Je ne vais pas vous punir même si vous le méritez, surtout vous, M. Malfoy. »

Hermione sourit, rejoint par le prof, moi je boude.

« J'ai pu constater que vous êtes très proches tous les deux, mais M. Malfoy vous devez continuer d'aller en cours. »

« Et pour Hermione ? » Demandai-je, inquiet.

« Miss Granger, malgré ce qu'ont dit ses parents, n'a pas le niveau d'une 7ème année, elle ne sera pas obligée de suivre les cours avec les autres élèves. Mais puisqu’elle est à Poudlard, elle suivra des cours particuliers. »

Hermione ne bouge pas. Les cours ce n'est pas pour elle, surtout s'il faut se servir de sa baguette.

« Je vois que ma proposition ne vous enchante pas Miss Granger, » sourit le maitre des potions.

Hermione fait non de la tête.

« Au moins vous êtes honnête, » sourit le professeur.

« Monsieur… Hermione, ce matin, a fait quelque chose de bizarre. »

« Ah bon ? »

« Oui, Hermione a envoyé le pot de jus sur la tête de Pansy. »

« Et ? »

« Sans baguette, » rajoutais-je.

« C'est très intéressant, nous étudierons cela avec Miss Granger, mais je pense que n'ayant jamais fait de magie de toute sa vie, elle l'a emmagasiné en elle, et cette magie demande à sortir. La plus part des sorciers laisse exprimer leur magie dès leur 11 ans, mais vu les conditions dans lesquels Miss Granger a vécu, sa magie est restée en elle, présente. Je pense que le temps que Miss ne maîtrise pas sa baguette et ne jette pas de sort, elle continue de faire bouger les choses par la pensée. Vous êtes dispensée de cours pour cet après midi, mais rattrapez-les. »

« Bien, merci Monsieur. »

Nous sortons en nous tenant la main.

 


Le soir dans la chambre d'Hermione.

« Ne t'en fais pas Hermione, les professeurs ne te feront pas de mal, ils sont là pour t'aider. »

Je viens la prendre dans mes bras.

« Je te le promets Hermione. Tu me fais confiance ? »

Elle fait oui de la tête.

« Je ne t'ai pas menti Hermione. Il faut dormir maintenant. »

Hermione va se déshabiller dans sa salle de bain et revient ; elle m'embrasse sur la joue et se met au lit.

PDV EXTERNE

« Voyons Miss, calmez-vous ! » Hurle McGonagall.

CRAK !

« Et une table de plus. Miss Granger, posez cette chaise. »

CRAK !

« C'est une façon comme une autre. »

« Madame McGonagall, que se passe-t-il ? » Demande Rusard en entrant dans la salle.

CRAK !

« Allez cherchez M. Malfoy. Tout de suite, » hurle la professeure.

CRAK !

Rusard part chercher M. Malfoy. Ils reviennent en courant dans la salle de classe.

PDV DRAGO

« Madame ? En quoi puis-je vous aider ? » Demandai-je calmement.

« Dites lui de se calmer, » dit McGonagall cachée derrière une colonne.

« Hermione ? »

Elle s'arrête et me sourit. Je la rejoins.

« Vous pouvez sortir Madame, » dis-je à moitié amusé.

« Merci M. Malfoy, » dit McGonagall en se recoiffant.

La vieille décoiffée s'approche de nous. Hermione se met derrière moi.

« Ce n'est rien Miss, » rassure la professeure.

« Pardon Madame, mais qu'avez-vous fait ? »

« J'ai voulu lui montrer ma forme d’animagus, mais elle a paniqué. »

« Hermione a peur de toute forme de magie. Et elle a peur des baguettes, mon père devait sûrement lui envoyer des Doloris ou autres quand elle refusait de coopérer. Mais ce n'est qu'une supposition. »

« Vous feriez un très bon Psycomage. »

« Non. »

« Quand vous en êtes-vous aperçu ? »

« C'était dans la salle de bain, pour éteindre les robinets de la baignoire, il faut mettre un coup de baguette. Quand Hermione a vu la mienne, elle s'est mise a paniquer. Pour elle les baguettes font le mal, lui font mal. Montrer lui que ça peut faire des choses bien, montrer lui ce qu'elle aime. »

« Qu'aime-t-elle ? »

« C'est vous la prof, je ne vais pas faire le cours. Je retourne au mien. À plus tard, » dis-je, fier de moi.

 


« Tu ne manges pas, Hermione ? » Demande Blaise.

Hermione fait non de la tête.

« Ça ne s’est pas bien passé avec la vieille décoiffée ? » Paniquai-je.

Hermione fait oui de la tête, puis commence ses gestes.

« Elle t'a fait manger ? »

Hermione sourit, montrant toutes ses dents.

« Et tu as transformé des trucs ? » Demande Blaise.

Elle fait non de la tête.

« As-tu encore peur des baguettes ? » Dis-je.

Elle hausse les épaules.

 


Une semaine de passé.

PDV EXTERNE

« Bien Miss Granger, nous devrions étudier les potions comme la semaine dernière, mais je préfère que nous nous occupions de votre facilité à bouger les objets sans baguette. Cela vous intéresse ? » Propose M. Duhamel.

Hermione fait un oui énergique ainsi qu'un sourire. Ils s'assoient à une table, l'un en face de l'autre. Au milieu de celle-ci, un verre rempli d'eau.

« Je veux que vous repensiez à ce sentiment que vous avez eu envers Miss Parkinson. Laissez-le vous envahir… Concentrez-vous sur le verre. »

D'un coup, le verre traverse la pièce pour s'écraser violement contre un mur.

« Je ne voudrais pas être à la place de la personne que vous détestez, » sourit M. Duhamel.

Hermione fait un sourire en coin. Ils refont l'exercice plusieurs fois, le verre fini au même endroit. M. Duhamel fait apparaitre un éclair au chocolat.

« Vous maitrisez la projection des objets et leur destruction. Maintenant je voudrais que vous le fassiez léviter quelques secondes. »

Hermione fixe l'éclair au chocolat avec envie.

« Vous n'avez pas le droit de le manger, Miss Granger, » sourit le professeur.

Hermione fait une mine boudeuse, puis se concentre sur l'éclair. L'éclair tremble, mais se soulève, Hermione fait un sourire en coin tout en fixant l'éclair, l'éclair se lève et vient s'écraser sur le visage de son professeur. Elle sourit.

« Très drôle, Miss Granger. »

M. Duhamel se nettoie d'un coup de baguette et met une fourchette sous le regard peu rassuré d'Hermione

« Évitez de me la planter dans les yeux, s'il vous plait. »

Hermione hausse les épaules, le professeur n'a pas l'air trop rassuré. Elle bouge la fourchette rapidement puis la repose.

« Nous avons vu la colère, la frustration, et votre égo qui se vexe, mais c'est bien, vous exprimez vos émotions en dehors de la peur. Vous faites des progrès. »

M. Duhamel fait apparaître une éclair.

« Vous pouvez le manger celui-là. »

Hermione se concentre pour faire léviter le gâteau et vient le mettre dans sa main droite avant de l'enfourner dans sa bouche.

Le cours est fini, Hermione retourne dans le dortoir des Serpentards seule, mais est bloquée au tableau qui lui demande le mot de passe. Elle ouvre la bouche, mais aucun son ne sort. Elle a beau montrer son blason, le tableau ne cède pas. Une personne arrive.

« Alors la Granger ne peut pas rentrer ? C'est dommage. Fascination, » dit-elle au tableau. « Ne la laisse pas entrer, c'est une Gryffondor, » informe Pansy.

Pansy entre en ricanant. Hermione verse une larme, puis plusieurs, elle n'aime pas rester seule dans les couloirs près de Serpentard, ça lui rappelle son cachot. Elle se met en boule au sol en pleurant. Quelques secondes plus tard, le tableau s'ouvre à la volée, Hermione, replongée dans ses souvenirs pousse un pseudo cri et se recule de deux mètres de là où elle était.

« Ce n'est rien Hermione. Viens, rentrons. »

PDV DRAGO

Je m'approche doucement. Pendant quelques secondes, elle me regarde en ayant peur comme au début, ça me fait de la peine, mais je ne le montre pas. Je m'accroupis près d'elle.

« On va lui faire payer, promis, elle va payer. Plus jamais elle ne t'embêtera, » dis-je doucement.

Je lui tends la main, elle la prend et vient se blottir contre moi, mais sous le coup je me retrouve les fesses par terre. Entre ses pleurs, Hermione fait un sourire, on se relève.

« Fascination, et espèce de crétin de tableau n'as-tu pas vu qu'elle ne pouvait pas parler ? La prochaine fois tu la laisses entrer, sinon je m'arrangerai pour que tu finisses dans les toilettes des Gryffondors ! » Menaçai-je.

Je clou le bec au tableau. C'est un ancien élève de Serpentard devenu célèbre. Nous entrons.

« Où est Pansy ? » Demandai-je, furieux.

« Sûrement enfermée dans sa chambre pour un bon moment, » se moque Blaise.

« Pourquoi ? »

« Disons que les Zabini sont passés par là ! » Annonce Kyle, fier.

« Que lui avez-vous fait ? »

« On va dire que pour une fois, j'ai laissé mon petit frère s'amuser sur une personne vivante. »

« Raconte ! » Dis-je, curieux.

« J'ai jeté un sort de furoncles, mais je n'étais pas sûr qu'elle en ait partout alors j'ai mis en feu ses vêtements, mais avec la chaleur ça a fait exploser ses furoncles et on sait que ces furoncles là ne doivent pas bouger sinon ça laisse des traces pendant longtemps. Elle est partie en courant avec le pus qui giclait de partout, en plus c'était dégueulasse c'était jaune v… » m’informe Kyle, excité et fier, en plus il saute partout.

« Stop ! » Blaise et moi avons criés ensemble.

Hermione s'est bouchée les oreilles et fait une grimace, ce qui fait sourire les deux amis.

« Garde les détails pour toi s'il te plait, » grimaçai-je.

Hermione se débouche les oreilles.

« Et pour qu'elle se souvienne de tout, je l'ai prise en photo, » sourit Blaise.

Blaise nous tend la photo, on peut voir Pansy en sous vêtements, couverte de furoncles avec le pus qui sort et qui court vers son dortoir. Hermione prend la photo.

« Oui, tu peux la garder, » dit Blaise.

Elle tire la manche de Drago et fait des signes.

« Mais bien sûr Hermione, on fait ça demain. Ok ? »

J'ai tout compris du premier coup. Je m'améliore.
 

7. Veangeance, sentiments et paroles

Beta : Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO

« Elle veut faire quoi ? » Demandent les Zabini.

« Vous verrez demain, » dis-je, un sourire en coin.

Hermione me fait un bisou sur la joue et monte dans sa chambre toute joyeuse.

« Aller, elle va faire quoi ? » Demande Kyle, excité.

« Tout ce que je peux vous dire c'est qu'on va bien s'amuser, mais quelqu’un d’autre beaucoup moins. »

Je les laisse comme ça, à cogiter avec leur petit cerveau.

Après le diner un peu long vu que Blaise n'a pas arrêté de me questionner, je sors de la douche quand quelqu'un frappe à la porte.

« Oui ! Tu veux quelque chose ? »

Elle ressort de la chambre rapidement. Qu'est-ce que j'ai fait ? Je me rends compte que je suis en caleçon. Me voir dans cette tenue a dû lui rappeler mon enfoiré de père. Je mets rapidement une chemise, un pantalon et part voir Hermione. Je frappe à sa porte puis entre.

« Hermione ? »

Je ne la vois pas, je vais voir dans la salle de bain, personne.

« Hermione, où es-tu ? » Demandai-je, inquiet.

Je tends l'oreille, mais je n'entends rien. Sous le lit ? Je me baisse et la voit allongée et apeurée. Je m'allonge au sol.

« Viens Hermione, sors de là-dessous. Je ne suis pas mon père, je ne te toucherai pas. »

Je lui tends ma main, mais elle ne fait que la regarder. Au bout de quelques secondes, elle sort de dessous le nid à poussière, mais pas vers moi, de l'autre côté et se recule loin de moi. Une déchirure se fait au niveau de mon cœur. Blaise aurait-il raison ? Non, je ne peux pas être amoureux. Ce n'est pas possible. Mais je suis malheureux, triste, comme quand Père battait ma mère.

Je frissonne et baisse les yeux, la main d'Hermione vient d'entrer en contact avec la peau de ma joue. Je la regarde et la vois en sous vêtements.

« Non, non, Hermione, je ne veux pas coucher avec toi. »

Je prends sa cape et la lui mets sur les épaules. Elle ne comprend pas, sûrement pour ma tenue de tout à l'heure et mon comportement. M'imaginait-elle toujours avec des vêtements ? Peut-être, personne ne sait ce qui se passe dans sa tête.

« Assieds-toi. » Je m'assoie à côté d'elle. « Ce n'est pas parce que tu vois quelqu'un en tenue légère que tu dois te déshabiller. Tu dois être d'accord, ce n'est pas juste lui qui décide. Ok ? »

Elle fait un léger oui de la tête.

« Je t'apprécie beaucoup trop pour te faire du mal, mais je comprends que tu aies peur de moi ; je lui ressemble, mais je ne suis pas lui et ne le serai jamais. »

Ma Hermione pose sa tête sur mon épaule. Je me sens léger, ma tristesse est partie. Oh non, Blaise a raison, mais je ne lui dirai rien. La fierté de Drago Malfoy et je n'avouerai jamais qu'il a raison même si c'est sûrement le cas.

« Tu voulais quelque chose ? »

Elle se recule de moi, je ne pouvais pas me taire, j'aime bien quand elle est près de moi ma petite Serpentard. Hermione prend la photo et me la met sous le nez.

« Je reviens, va te mettre en chemise de nuit. »

Je reviens avec ma baguette, Hermione pose la photo sur le bureau.

« Tu veux le faire ? »

Elle fait non de la tête.

« Et avec moi ? »

Elle refait non de la tête, mais je sens qu'elle hésite.

« Tu es sûr ? »

Elle pose un doigt sur ma baguette, mais le retire rapidement comme si celle-ci brûlait.

« Ce n'est rien, je vais le faire. »

Elle me fait un regard triste. Je lui souris. Je prononce la formule pour dupliquer la photo en poster animé. Une centaine de copie apparaissent sur le bureau. Hermione en prend une, on peut voir dans son regard une flamme de vengeance. Elle prend toutes les photos sous son bras, me prend la main et me tire vers la sortie.

« Pas maintenant, on va attendre que tout le monde dorme et toi aussi dors un peu. Je viens te chercher. »

Elle m'embrasse sur la joue et saute dans son lit avec les photos, je souris. Elle prend son réveil et me montre le deux.

« Ok, à deux heures. »

Je pars dormir, la nuit va être courte, mais pour Hermione je veux bien faire un effort et ne pas dormir beaucoup, même si le sommeil est sacré pour moi. Je m'effondre dans mon lit et m'endort rapidement.

Je suis secoué, j'ouvre les yeux, il fait nuit, il est 2 heures 15. Hermione me secoue un peu plus, je la vois excitée comme Kyle quand il vient de faire une connerie. Je me lève en silence pour ne pas réveiller Blaise, je mets mes chaussures et nous sortons en silence. Notre vengeance commence.

Vers 6 heures je peux enfin me recoucher.

DRIIIIIIII…

Et un vol plané de réveil. Pas maintenant, pitié, je n’ai pas assez dormi ! Je veux dormir encore un peu.

« Lève-toi, Marmotte ! Je veux savoir, » sourit Blaise.

Je fusille du regard mon meilleur ami, il sait que je ne suis pas du matin, je n'arrive pas à parler avant une bonne demi-heure.

« Ok, comme tu veux. »

Blaise s'approche de mon lit et soulève mon matelas façon Moldu, c'est plus drôle, surtout pour lui.

« Punaise, t'abuses ! »

« Je sais. » Il me sourit. Abruti

« Va voir la porte de la chambre de Pansy, » dis-je endormi.

Blaise sort, va chercher son petit frère et partent voir la porte en question. Devant celle ci, ils rigolent comme deux idiots, Kyle frappe à la porte et les Zabini partent en courant. Désespérant si vous voulez mon avis, les filles sortent ainsi que Pansy qui crie en essayant d'enlever l'affiche mais en vain, le sortilège de glue marche bien... En voyant la tête de Pansy qui a toujours ses furoncles, je rigole discrètement. Blaise et Kyle rigolent ouvertement et Kyle la montre même du doigt. Hermione sort de sa chambre et voit Pansy, ma petite Serpentard fait un sourire en coin en direction de Parkinson. Furieuse, elle s'avance vers Hermione, mais je viens me mettre entre elles.

« Oublie ça Pansy, il ne fallait pas t'en prendre à elle, » dis-je, furieux.

« Mais d'habitude ça t'amuse. »

« D'habitude tu ne t'en prends pas aux personnes que j'apprécie. Maintenant barre-toi. »

Elle s'en va en pleurs.

« On va déjeuner ? »

Hermione fait oui de la tête, on descend avec Blaise.

« Oh jolie, j'adore la déco de la salle commune, » complimente Blaise.

On a mis deux posters de Pansy.

« Y'en a d'autre ? »

« Dans tout le château, mais le mieux doit être celui de la grande salle. Mais on en a mis dans tous les couloirs. »

« Je ne me mettrai jamais à dos Hermione. »

Elle lui sourit, Drago ne recommence pas, ne sois pas jaloux. Je desserre les dents quand Hermione me prend la main. On arrive dans la grande salle, Blaise nous applaudit en voyant le poster grandeur nature de Pansy.

« Oh, trop drôle sa tête, » dit Kyle arrivant avec un énorme sourire.

Il court partout en se foutant de Pansy.

« La réputation que j'avais fait des Zabini sur leur savoir-vivre est morte en une semaine, je vais me suic… »

« Tu vas quoi ? »

« Non rien, » dit Blaise pensif avec une pointe de tristesse.

Blaise s'en va, je regarde Hermione qui elle aussi hausse les épaules, je regarde mon meilleur ami partir, on le rejoint à table. Il trifouille dans son assiette, mais ne mange rien. Hermione, qui est assise entre nous, le regarde inquiète, moi aussi. Hermione prend la fourchette de Blaise, prend une bouchée de bacon et la présente devant la bouche de Blaise. Il pousse la fourchette gentiment ; lui fait un bref sourire triste et s'en va.

Tout le monde part en cours sauf deux Serpentards, Pansy pour les raisons que nous connaissons et Blaise pour ses mystères et son passé. Hermione part à son cours d'histoire de la magie et moi en cours de vol.

Je m'ennuie sans mon meilleur ami.

« Mettez y plus de volonté M. Malfoy. Miss Léana Granger arriverait à vous battre, » grimace Mme Bibine.

« Je ne suis pas si nul que ça. »

« Euh si ma chérie, » dit Ron.

« Et bien vu que je suis nulle je ne t'embrasserai plus. »

Léana s'en va, Ron la suit, essayant sûrement de se réconcilier. Je rigole. Le couple Potter me rejoint.

« Il y a enfin quelque chose qui te fait rire, » sourit Potter.

« Tu m'observes Potter, je suis honoré, mais fais attention ta copine va être jalouse ! »

« Comme la tienne. »

« Je n'ai pas de copine, Granger. »

« Quoi ? Le grand Drago Malfoy n'a mis personne dans son lit depuis le début d'année ? Impressionnant, je ne savais pas que tu savais garder ta braguette fermée plus d'une semaine... »

« Comme quoi, » dis-je pensif.

« Tu es malade, Malfoy ? »

« Euh non. »

« Moi je suis sûr que si, tu ne réponds même pas. »

« Ouais. »

« Laisse ma puce, tu vois bien qu'il pense trop à Hermione. »

« T'a raison, si ça se trouve, Malfoy est amoureux. »

« Je ne suis pas amoureux, » criai-je au couple.

Tous les regards sont braqués sur moi, génial Harry et Angie se foutent ouvertement de ma figure, les Gryffondors rigolent, je m'en vais, furieux.

Je pars marcher dans le parc pour me calmer. Je vois une ombre près du saule pleureur.

« Blaise. » Je m'assois.

« On sèche les cours ? »

« Je voulais prendre exemple sur mon meilleur ami. »

On se sourit.

« Quelle est la raison pour que tu te barres du cours de vol ? »

« Granger et Potter. »

« Je comprends pourquoi tu as gueulé : « Je ne suis pas amoureux. »

« Tu m'as entendu ? »

« Tout Poudlard t'a entendu ! »

« Génial. » Je prends ma tête entre mes mains.

Blaise se roule part terre tant il rigole. Je lui saute dessus et lui fait manger de l'herbe, lui aussi m'en fait manger.

« Voilà, je suis décoiffé. »

« Ne t'en fais pas, je suis sûr qu'Hermione ne te repoussera pas. »

« Tu ne vas pas t'y mettre, » dis-je, blasé.

« Je ne fais que constater ce que tout le monde voit sauf vous deux. »

« Je ne suis pas amoureux. »

« Je sais, je sais, à qui penses-tu en te réveillant ? En te couchant le soir ? À qui penses-tu quand tu t'ennuies, est-ce que ton cœur s'accélère quand tu la vois ? Est-ce que tu es inquiet quand tu ne sais pas ce qu'elle fait ni même où elle est ? »

« Admettons que j'ai des sentiments pour elle… »

« Tu avoues … » dit Blaise, fier.

« Comment tu sais tout ça, toi ? Tu es plus callé que n'importe qui sur les sentiments alors que je ne t'ai jamais vu sortir avec une fille à Poudlard. »

« On rentre, j'ai faim. »

Blaise se lève rapidement ; je le rejoins, à chaque fois c'est la même chose, il évite le sujet, mais je saurai se qui tourmente mon meilleur ami.

« Pourquoi changes-tu de sujet à chaque fois qu'on aborde tes sentiments ? »

« Pour diverses raisons. Allons rejoindre Hermione, elle doit attendre. »

Nous rejoignons Hermione dans les appartements de Serpentards, puis nous partons déjeuner.


« Bon cours. »

Hermione nous fait un signe de la main et s'en va rejoindre McGonagall. Hermione va maintenant en cours toute seule, elle a compris que personne ne la touchera, les professeurs ont été très clairs sur le sujet, le premier qui la touche sera renvoyé immédiatement de Poudlard. J'aurais rajouté qu'il sera torturé, mais bon, ils n'ont pas été d'accord. C'est une bande de vieux rabats-joie.

« Nous aussi, il faut qu'on y aille. »

« C'est parti pour deux heures d'histoire de la magie, » dis-je, la voix dégoulinante d’ennuie.

« Tu parles, deux heures à ronfler ! »

« Tu n'entends pas quelque chose ? »

« Tu deviens parano ! »

« Non, écoute. »

« Allez, sois cool avec nous, on est sûr que tu aimes ça ! Allez soit gentille. »

« Hermione ! »

On se met a courir en direction des paroles, mon pire cauchemar recommence, Hermione est coincée contre le mur entre deux mecs de Serdaigle qui essayent de lui défaire ses vêtements, je sors ma baguette et expulse un des types, Blaise fait pareil avec l'autre, ils se retrouvent à plusieurs mètres d'Hermione, Blaise range sa baguette et va voir Hermione alors que je m'avance vers les Serdaigles, prêt à les torturer.

PDV EXTERNE

Hermione est dans les bras de Blaise en train de pleurer. Elle s'accroche à lui, il ne peut pas bouger.

« C'est rien Hermione. Drago ne fais pas ça. Arrête ! » Panique Blaise.

Drago n'entend rien, il est en colère, une colère noire, il n'a jamais été comme ça. Il entend des voix, mais n'y prête pas attention, une seule envie, une seule reste dans son esprit, une seule, les tuer.

« Drago ! Laisse-les ! Drago ! »

Hermione ouvre la bouche pour parler, mais rien ne sort.

« Bordel Drago ! Baisse cette baguette. Ne fais pas de conneries ! »

Hermione regarde Drago apeurée de le voir ainsi, mais elle a aussi peur pour lui. Elle ouvre la bouche, un cri étouffé en sort. Blaise n'y prête pas attention. Elle essaye encore, mais c'est le même résultat : un cri étouffé. Drago va jeter son sort.

« Drago, » murmure Hermione.

Blaise n'a pas fait attention, il tient toujours Hermione, il ne veut pas qu'elle s'approche de lui, on ne sait pas ce qu'il pourrait faire dans un accès violent de colère, même s'il serait difficile de faire plus. Hermione se défait de l'emprise de Blaise qui y prête enfin attention.

« Hermione ne t'approche pas, » panique Blaise.

Ce coup si, c'est elle qui ne fait pas attention à son ami. La Serpentard se rapproche, elle n'est qu'à un mètre de lui.

« Drago, » dit Hermione d'une petite voix, « Drago, ne fait pas ça. » Hermione monte le volume.

PDV DRAGO

J'ouvre grand les yeux et me retourne brusquement, ce qui la fait sursauter.

« Cassez-vous, » hurle Blaise aux Serdaigles.

« Hermione, tu as parlé, » dis-je sous le choc.

Hermione me fait un bref sourire et vient se jeter dans mes bras. Blaise nous regarde en souriant.

« Ça va, Hermione ? Tu n'as rien ? » M'inquiétai-je.

« Non, » dit doucement Hermione.

« Il faut l'emmener à l'infirmerie, » propose Blaise.

« Non, » répète Hermione du même ton.

« Tête de mule, » rigole Blaise.

Elle sourit, fière d'elle. Je la soulève et la porte jusqu'à l'infirmerie. Elle ne dit rien, pour cause, elle s'est endormie. J'attends qu'elle se réveille alors que Blaise part chercher la vieille peau.

On lui explique ce qui s'est passé, les deux élèves sont renvoyés sur le champ de Poudlard, la vielle décoiffée s'en va. Quelques minutes plus tard, les tornades Granger débarquent.

« Comment va-t-elle ? » Demande Léana.

« Elle se repose, mais elle n'a rien. Juste choquée. »

« J'espère, attend que je chope ces deux-là et je leur fais la peau... » grimace Angie.

« Une vraie lionne, » sourit Blaise.

« Quoi, t'as un problème le serpent ? » Dit Angie, nullement agressive.

« Elle a parlé. »

« Quand ? » Demande Léana.

« Elle a empêché Drago de trucider les Serdaigles. »

« Notre tite sœur est trop forte, » sourit Angie.

Hermione ouvre les yeux et nous regarde avec de gros yeux.

« Bien dormi ? »

« Oui, » dit doucement ma Hermione.

« Vous avez une très jolie voix Miss, » complimente Pompom.

Hermione sourit.

« Je peux sortir ? »

« Oui Miss, mais ne forcez pas sur votre voix, allez-y en douceur. »

Hermione acquiesce d'un signe de tête, puis nous sortons.

« Hermione, peut-on parler ? » Demande Angie.


A suivre...

Un avis ?

8. Petite rapprochement et discussion approfondie

Beta : Lady Rebell-K Malfoy

PDV DRAGO

Hermione se retourne vers moi.

« Je t'attends. »

Je m'éloigne ainsi que Blaise. On se met au coin du couloir, je les surveille du coin de l'œil ce qui amuse beaucoup mon meilleur ami.

« Arrête, c'est pas drôle. »

« Si, un peu. »

« Et ! Tu fais quoi avec Angie ? »

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

« À la différence de toi, tu arrives à voir mes sentiments, mais là tu ne t'es pas comporté comme tu le fais avec les autres. »

Blaise me regarde en coin, je m'attends à ce qu'il parte, mais il hausse juste les épaules.

« T'es vraiment curieux. »

« Et toi, tu es de bonne humeur. »

« Est-ce interdit ? » Demande Blaise.

« Non pas du tout, au contraire, c'est quoi la cause de cette humeur ? » Dis-je, suspicieux.

Blaise me fusille du regard.

PDV EXTERNE

Hermione regarde Drago et Blaise partir.

« Ils sont gentils avec toi ? » Demande Léana.

« Oui, » dit Hermione d'une petite voix.

Elle jette des coups d'œil vers les Serpentards qui sont en pleine discussion. Une lueur de tristesse passe dans son regard.

« Tu l'aimes ? » Demande Angie.

« C'est quoi aimer ? » Demande Hermione.

« Tu penses tout le temps à lui, dès que tu le vois ton cœur s'accélère. Tu as besoin de lui. Tu es bien dans ses bras quand vous fai… » explique Léana.

« Je crois qu'elle a compris, » dit Angie jetant un regard assassin à sa sœur.

« Que voulez-vous ? » Demande Hermione, suspicieuse.

« Tu es notre sœur, Léana et moi sommes très proches et nous voulions que toi aussi tu rejoignes le clan Granger. »

« On a besoin de notre petite sœur, on souhaiterait apprendre à te connaître. »

« Vous avez eu votre chance avant, » dit Hermione. Bien envoyé !

« On sait, » dit piteusement Angie.

« Mais nous en avons parlé et maman avait tort de vouloir te reprendre chez nous, tu étais mieux chez les Malfoy avec Drago. »

« Il faut dire que l'on s'y est pris comme des manches pour t'aider. »

Hermione fait un léger sourire.

« C'est un bon début, tu te moques déjà de nous, » sourit Léana.

« Faut pas que tu en prennes l'habitude, » grimace Angie.

« Angie, » dirent en cœur Léana et Hermione.

Elles se fixent avant de rire, ce qui fait se retourner les Serpentards.

PDV DRAGO

« On te propose de se voir quelques soirs par semaine. »

« Avec Drago, » dit ma Hermione avec un air timide.

« Avec Drago, » sourit Léana.

« Avec Drago, avec Zabini, avec qui tu veux, » rajoute Angie.

« Ne me dis pas que tu t'es lassé d'Harry ? »

« Ne dis pas de conneries, je l'aime mon Harry chéri. »

« Ça tombe bien moi aussi, » dit le Survivant en arrivant.

« On se fait une soirée ce soir ? » propose Léana.

« Ok. »

« À 20 heures dans la salle sur demande, » propose Léana.

« Ok. »

Harry prend Angie dans ses bras, il pose ses mains sur son ventre, elle pose sa tête sur son torse, leurs doigts sont entrelacés, Hermione les regarde bizarrement.

« C'est comme ça quand on est amoureux, » explique Léana à sa sœur.

Hermione rend le sourire à sa sœur. On rejoint Hermione et les Gryffondors.

« Alors ? » demandai-je, curieux.

« Celui-là... » dit Blaise pour lui.

« Tu sauras pas, » dit Hermione avec un sourire coquin.

Ils rigolent tous, moi je ne trouve pas ça drôle. Elle m'embrasse sur la joue, cela étonne les Gryffondors.

« Quoi ? » Grognai-je.

« Rien, » disent les Gryffondors.

« Mouais. »

À table, le soir.

« Dis-moi, Hermione, » suppliai-je.

Elle me fait non de la tête. Au dessert, elle prend le poignet de Blaise et regarde l'heure, elle se lève en nous tirant dehors suivi de son Lynx qui n'a toujours pas de nom, il la suit partout, on la suit sans protester en se jetant des coups d'œil. Au 7ème étage, elle nous lâche et passe 3 fois devant un mur, une porte apparaît. Elle ouvre en nous fixant avec un sourire en coin..

« C'est flippant comment elle te ressemble. »

« Elle a passé les deux premiers mois de sa nouvelle vie chez moi. »

« Plutôt avec toi, » sourit Blaise.

« Aussi, ça marque de vivre chez les Malfoy. »

« Ouais, heureusement que tu étais là parce que ton père est vraiment rose ? »

On vient d'entrer dans la salle sur demande qui est majoritairement rose, mais il y aussi du bleu turquoise.

« On sait quelle est ta couleur préférée, » sourit Blaise.

Hermione nous sourit de toutes ses dents, on s'assoie sur des poufs roses. Il faut faire une photo là, deux Serpentards sur des poufs roses, cela doit être une première dans l'histoire de Poudlard. Les Gryffondors arrivent.

« C'est très rose, » remarque Potter.

« Ouais, » grimace Weasley.

« Si ça ne vous plaît pas, c'est la même, » dit ma Hermione.

« Elle a du caractère, la petite sœur, » sourit Léana.

Hermione lui fait un bref sourire, mais je peux voir dans son regard de la tristesse. Repense-t-elle à ce que mon enfoiré de père lui a fait ? Arrête d'être idiot, bien évidemment qu'elle y pense. Il l'a violée pendant des années...

Hermione pose sa main sur mon épaule.

« Ça va ? » Me demande Hermione.

« Oui, j'étais juste dans mes pensées, » répondis-je dans un sourire crispé.

« Bon, on commence. Hermione c'est toi qui poses les questions. »

« Vas y, on est prête. »

Les Granger se préparent comme si elles allaient monter sur un ring de boxe. On se retient de rire. Potter leur fait la réflexion, ce qui lui vaut un léger coup de coude.

« Aïe ! » Crie Potter.

« Ca t'apprendra, » dit Angie, faussement vexée.

Potter lui murmure quelque chose à l'oreille, Angie se décompose, puis fait un sourire d'ange à son copain avant de lui sauter au cou, mais vu qu'ils sont sur un pouf eux aussi ils tombent à moitié. Le t-shirt d'Angie se lève, on peut voir un bout de son haut, Hermione tend son doigt vers le tatouage de sa sœur. Angie la regarde.

« Ça c'est un tatouage, » explique Angie.

Hermione se touche l'avant bras en fermant les yeux.

« Ce n'est pas pareil Hermione, il est différent, Angie l’a fait parce que c'est jolie, pas parce qu'un fou oblige ses disciples. Celui de L'autre était là parce qu'il était méchant, ta sœur est gentille. »

Hermione me regarde les larmes aux yeux. Je la prends dans mes bras.

« Regarde Hermione, (elle lui montre, c'est un tribal qui est sous les côtes à gauche, il continue sous le nombril pour finir assez bas) Tu vois ce n'est pas le même que lui, le mien est différent. Par contre, je ne vais pas te le montrer en entier. »

« Ouais, on va éviter, » grimace Potter.

« Il descend jusqu'où ? » Demande Blaise

« Où tu n'as pas à y mettre tes mains, » dit Potter entre ses dents.

« Tout doux Potter. C'était juste une question. »

Je souris discrètement, Blaise fait un sourire typiquement Serpentard, c'est le jeu qu'il adore : faire enrager les copains. Angie le voit, elle regarde alternativement Potter et Blaise, on dirait qu'elle attend quelque chose, mais rien ne vient alors elle descend son haut et se rassoit.

« Moi aussi j'en ai un. Regarde, » montre Léana (son tatouage est dans l'aine à droite. C'est une épingle à nourrisse qui laisse pendre un cœur avec des fleurs.)

« Ouais, bah le montre pas trop, » dit Weasley.

Les deux Granger lèvent les yeux au ciel, ce qui fait sourire Hermione.

« Oh, ça va. Il ne descend pas aussi bas que celui d'Angie. »

« Comment le sais-tu ? »

« Devine... »

« Je vais t'aider mon chéri, parce que sinon on va y passé la soirée ! (Harry lui tire la langue) On s'est fait tatouer ensemble. »

« Et Potter, tu l'as pris comment quand le tatoueur a touché ta copine ? » Demande Blaise avec un sourire en coin.

Potter ouvre la bouche, mais rien ne sort.

« Beaucoup d'émotions pour un seul mec... » se moque Blaise.

Angie regarde son copain attendant sa réplique, mais rien ne vient. Les lèvres de Blaise s'étirent en un sourire moqueur. Hermione est assise à côté de moi, son Lynx à ses pieds qui ronronne, elle pose sa tête sur mon épaule.

« Je crois qu'Hermione vous attend, » dis-je.

« Désolée. »

« Vas y Hermione, nous t'écoutons. »

« C'était comment votre jeunesse ? »

Un gros blanc se fait dans la salle sur demande. Ni Angie, ni Léana ne savent quoi dire ou comment répondre. Hermione les regarde sans vraiment attendre de réponse.  Hermione baille, son Lynx aussi.

« Tu veux partir ? »

Elle me fait oui de la tête. Nous nous levons et partons sans plus de cérémonie. On rentre en silence dans les dortoirs.

« Tu es vraiment fatiguée ? » Demande mon meilleur ami.

« Non, mais j'en avais marre. »

Blaise et moi rigolons. On reste dans notre chambre, Hermione est assise sur mon lit à côté de moi, son Lynx est au pied. Blaise est allongé sur son lit.

« Comment vas-tu l'appeler ? »

« Je ne sais pas. »

« Carmen ? » Proposai-je.

Hermione grimace.

« Mmm, Mélody ? »

« Non, » dit Hermione fermement.

« Roh, tu es difficile. »

« Aéna, » dit Blaise d'une voix lointaine.

On fixe tous les deux Blaise qui regarde le plafond. On dirait qu'il est dans ses pensées. Hermione me regarde, elle ne comprend pas, moi non plus je dois dire, par moment je ne comprends pas mon meilleur ami.

« Blaise ? »

« Tu aimes bien Hermione ? »

« Oui. (À son Lynx) : Tu aimes bien ? »

Le Lynx approche son nez de sa propriétaire et lui met un grand coup de langue sur tout le visage, ce qui la fait rire.

« Merci Blaise, elle aime bien. »

« Moi aussi, » dit Blaise pour lui, une pointe de tristesse dans la voix.

Aéna se lève et va se coucher sur Blaise qui étouffe sa respiration, elle est un peu lourde maintenant, Blaise la gratte derrière les oreilles machinalement.

« C'est qui Aéna ? » Demandai-je, toujours curieux.

Il ne répond rien.

« Blaise ? »

« Une personne, » dit Blaise dans la lune.

« Je m'en serais douté. »

Hermione m'embrasse sur la joue et se lève. Je la regarde étonnée, elle me fait un coup de tête en direction de mon ami. Aéna rejoint sa maîtresse. Ok, j'ai compris, je vais lui parler. J'attends que la Serpentard ait fermé la porte.

« Je ne sais pas ce que tu as Blaise, je sais juste que ton passé à l'air douloureux, mais je suis ton ami, et si tu veux me parler je suis là... Il faut que tu en parles, je suis sur que ça te ferait du bien, intérioriser ses sentiments n'est pas bon, ils vont t'étouffer, même si tu ne veux pas m'en parler, parles en à quelqu'un. »

« Je sais, mais j'y arrive pas. »

« Essaye. »

« En parler n'y changerait rien. Le passé est le passé, » dit Blaise, catégorique.

« C'est pour ça qu'il faut que tu avances, ton passé t'empêche de vivre ta vie pleinement. »

« Mais tu crois que je ne le sais pas ! » S'énerve Blaise.

« Prends exemple sur Hermione. Regarde tout ce qu'elle a vécu, et elle avance. »

Je me lève, laissant Blaise cogiter un peu, ça lui fait du bien. Je rejoins Hermione dans sa chambre, elle tourne en rond ; quand elle me voit, elle se précipite sur moi.

« Alors ? » demande ma Hermione inquiète.

« Il est borné. »

« Toi aussi. »

« Non, » boudai-je.

« Si. Tu m'as forcée à monter sur ton balai ! » Dit Hermione avec un petit sourire.

« Ah ça. C'était pour te faire découvrir. Puis tu as bien aimé ? » Souriai-je.

« Non ! »

« Oh ! Menteuse. »

« J'aime bien, mais avec toi. Sinon j'ai trop peur, » dit-elle avec une moue adorable.

« On en fera demain si tu veux ? Avant mon entrainement de Quidditch. »

Hermione m'embrasse sur la joue.

« Tu resteras après ? » Demandai-je, inquiet.

Elle me fait oui de la tête.


On marche en silence dehors.

« Tu es sûre de ne pas avoir vu Blaise aujourd'hui ? » Demandai-je à Hermione.

« Non. On le trouvera. »

« Je suis inquiet, il n'est pas venu en cours et déjà hier il n'était pas dans la chambre. »

« Il sera à votre entraînement. »

« Tu as sûrement raison. »

On arrive au terrain. Je pars chercher mon balai, puis on se dirige vers le terrain.

« Allez, en selle Princesse, » sourit Drago.

Hermione monte derrière moi et s'accroche. On décolle pour faire le tour du château sans trop se faire voir parce que sinon on va se faire engueuler. Hermione se rapproche un peu plus de moi.

« Merci Drago. »

« Merci pourquoi ? »

« Pour tout ce que tu fais pour moi depuis trois mois, pour ta présence, j'aime quand tu t'occupes et tu prends soin de moi. J'aime bien être avec le prince des Serpentard. »

Je fais un sourire.

« Pourquoi ce nom ? »

« Pour plusieurs raisons, pour mon nom et pour d'autres petits détails, » dis-je mal à l'aise.

« Détails ? » demande Hermione, curieuse.

« Oui, mais rien de bien important, » dis-je, toujours mal à l'aise.

« Ah bon, » dit Hermione, un peu déçu.

Je ne veux pas lui dire que mon surnom vient du fait que j'ai couché avec la moitié des filles de Poudlard.

« Pourquoi ne veux-tu pas me le dire ? »

« Parce que ce ne sont pas des choses bien. »

« Comme ? »

« Je ne veux pas que tu associes mes actes à ceux de mon père, je ne veux pas que tu me vois comme tu le voyais, » dis-je.

« Je ne te vois pas comme lui, » m'explique Hermione.

Elle m'embrasse dans le cou, ce qui me fait frissonner. Je tourne la tête légèrement, elle me sourit, je la trouve différente à ce moment, je la trouve belle, mais avec un petit truc qu'elle a en plus, mais je ne saurais dire quoi.

« Quoi ? »

« Rien. » Je détourne la tête.

Elle pose sa tête dans mon dos.

« Je me sens libre, heureuse. »

« Tu le mérites, avec tout ce que tu as vécu, tu mérites tout le bonheur du monde. »

« Tu resteras près de moi ? Tu m'aideras à être heureuse ? »

« Oui, tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement, » souriai-je.

« Ça tombe bien, je ne veux pas me débarrasser de toi, je veux que tu restes dans ma vie, toujours. »

Elle se blottit un peu plus près de moi. Je ne peux rien répondre, je ne sais pas quoi dire. Je regarde où je vais, au loin je vois une personne sous le saule pleureur, je m'approche. C'est Blaise. Hermione aussi l'a vu. Je descends. Hermione saute du balai. Je vais pour m'avancer, mais Hermione me retient.

« Je vais le voir, » affirme Hermione.

« Tu es sûre ? »

Hermione me fait un léger oui de la tête, puis s'avance et s'assoit à côté de lui en silence. Je reste loin et m'assois, je sens que cela va être long. Je vais attendre un peu, je veux voir comment réagit Blaise, s'il est en colère je reste, sinon j'irai peut être à mon entraînement. Hermione pose sa tête sur l'épaule de Blaise. Il tourne légèrement la tête vers elle et lui fait un bref sourire triste. Blaise me regarde, je sais que je peux partir, Hermione me fait un signe de la main, je monte sur mon balai et rejoins le reste de l'équipe qui est déjà là.

« Hermione n'est pas avec toi ? » Demande Crabbe.

« Tu la vois quelque part ? »

« Euh, non, » dit Crabbe.

« Dommage, je la trouve sexy, » disent Malcom et Harper.

« Enlève-toi tout de suite cette idée de la tête, » dis-je énervé.

« Ok, je n'y touche pas. Je te la laisse. » Malcom s'écrase.

« Dis donc que tu veux la garder pour toi tout seul... » rajoute Harper.

« Laisse Dray tranquille. Tout le monde sait que c'est un homme à femmes. Pas vrai mon chou ? » Dit Daphné Greengrass.

« Lâche-moi Daphné. Ce n'est pas parce que tu t'es retrouvée trois fois dans mon lit que tu me connais. »

« Tout doux ! Au fait, elle est où ta protégée ? » Demande Daphné.

« Avec Blaise, » dis-je, le ton neutre.

« Il ne viendra pas ? » Demande Goyle.

« Je ne pense pas. »

« On va s'entraîner comment pour se faire des passes ? » Demande Daphné.

« Tu t'entraînes avec Malcolm, Harper au but et vous essayez de marquer le plus possible et toi Harper tu les bloques ! Crabbe, Goyle, vous envoyez les cognards sur les cibles que je fais apparaître. On y va ! »

Moi je lâche le vif d'or et je le cherche, enfin j'essaye parce que mon esprit n'y est pas.

PDV EXTERNE

« Je te comprends, » dit doucement Hermione.

« Tu ne veux pas savoir pourquoi je ne vais pas très bien ? » Demande Blaise un peu surpris.

« Non, enfin si un peu, mais tu as tes secrets, j'ai les miens et je sais que c'est dur d'en parler parce que c'est une partie de toi que tu essayes de cacher. En la dévoilant, tu ouvres ton âme, mais pour le faire, il faut être prêt. »

« Tu l'es toi ? »

« Non, mais je ne sais pas si je le serai un jour. Mais toi, tu l'es, il te manque juste un peu de courage. Laisse-nous voir ton cœur Blaise.  Je ne te forcerai pas, mais sache que je suis là si tu veux me parler, je peux te comprendre mieux que quiconque, je sais que le jour où je parlerai de ce qui c'est passé dans cette cave, se sera avec des personnes en qui j'ai confiance et qui ne me jugeront pas. Je sais aussi qu'il faudra que je sois prête à assumer ce passé si douloureux. »

Blaise la voit pleurer et la prend dans ses bras, elle essuie rapidement ses larmes.

« Ce n'est pas bien, il ne faut pas pleurer, pas bien, » dit Hermione pour elle-même.

Elle est dans sa bulle, elle se balance d'avant en arrière en répétant « pas bien Hermione ; pas bien Hermione, pas bien. » Elle répète, Blaise essaye de la sortir de sa torpeur, mais ça ne marche pas, elle commence à se gratter les avant bras avec ses ongles qui rentrent dans sa chair, elle continue de parler « pas bien Hermione ; pas bien Hermione, pas bien, faut pas pleurer, il aime pas, il va se fâcher ».

« Hermione arrête, tu me fais peur. S'il te plaît, arrête. » Blaise la serre dans ses bras.

Hermione se gratte les avant bras, elle arrive au sang, Blaise lui bloque les poignets et essaye de croiser le regard vitreux d'Hermione qui est comme en transe.

« Hermione ! Reviens avec moi ! » Blaise élève la voix.

Hermione le regarde sans le regarder, elle répète « pas bien, pas bien ».

« Hermione ! Reviens avec moi ! » Crie Blaise.

Elle sursaute et sort de sa torpeur. Il la sert contre lui.

« Ne refais plus jamais ça, tu m'as fais peur, » dit Blaise, troublé.

« Pardon. »

« Ne t'excuse pas, tu n'as pas à le faire, tu n'y es pour rien, c'est ce salop qui devrait s'excuser, mais heureusement il est mort. »

Hermione lui fait un léger sourire triste.

« Tu as le droit de pleurer, tout le monde a le droit de pleurer. Cela montre que tu es humaine, que tu as des sentiments, puis cela permet de libérer notre cœur, tout du moins de l'apaiser. » Blaise est toujours troublé.

« Tu pleures toi ? » Demande Hermione, les larmes aux yeux.

« Oui, quand je repense à… » dit Blaise triste.

« À Aéna. »

« Oui. »

Hermione se rapproche de Blaise qui verse quelques larmes en pensant à elle. Hermione regarde ses poignets et pleure.

 

9. Passé, match de Quiddich

Beta : Lady Rebell-K Malfoy

PDV Externe

Après quelques minutes de pleurs silencieux.

« Je l'aimais, tu sais, » confie Blaise.

Hermione le regarde, mais ne dit rien, elle lui caresse la joue. Blaise la regarde.

« Tu me fais penser à elle, ta fragilité, tu as ce que tu veux, vous avez toutes les deux eu une enfance difficile. »

« Que s’est-il passé ? » Demande Hermione.

« Tu as juste eu plus de chance qu'elle, » explique Blaise, l’air triste.

Blaise verse une larme, Hermione le rapproche d'elle et le serre aussi fort qu'elle peut pour lui montrer qu'elle est là.

« Pleure, tout le monde a le droit de pleurer, » dit Hermione.

Après que Blaise a laissé sortir une partie de sa tristesse, il se recule d'Hermione qui lui fait un léger sourire compatissant.

« Je l'aimais, c'est la seule fille que j'ai aimé. Sa présence était indispensable pour moi, un peu comme toi et Drago, vous avez besoin l'un de l'autre. »

« Drago n'a pas besoin de moi. Moi, j'ai besoin de lui. »

« Tu te trompes Hermione, il a besoin de toi. Il t'apprécie beaucoup. Et ce n'est jamais arrivé avec une autre, » dit Blaise.

« Que s’est-il passé ? »

« Elle est morte, tuée par son père, » informe Blaise.

Hermione pose ses mains devant sa bouche, choquée.

« Ce sont les meilleurs qui partent en premier, enfin pour la plupart, je suis sûr que tu es contente que le père de Drago soit mort ? » Dit Blaise.

Elle lui fait oui de la tête.

« Ça a fait un an, il y a quelques jours, qu'elle est morte. Le pire c'est que c'est de ma faute, » dit tristement Blaise.

« Je suis sûre que non, comment peux-tu tuer quelqu'un que tu aimes ? » Dit gentiment Hermione.

« Ce n'est pas moi qui est donné le coup, mais c'est tout comme, » rétorque Blaise, amèrement.

« Je ne comprends pas. »

« Elle vivait seule avec son père, sa mère est morte à sa naissance, son père n'a pas arrêté de lui reprocher, il lui disait que c'était de sa faute. Son père buvait, il la frappait, un jour il ne s'est pas arrêté et a continué jusqu'à ce qu'elle ne se relève plus. »

Blaise verse une larme en y repensant, Hermione hésite un peu puis l'embrasse sur la joue.

« Pourquoi faisait-il ça ? » Demande Hermione.

« Pourquoi M. Malfoy t'a enfermé dans la cave ? On ne sait pas ce qu'ils ont en tête. »

« En quoi es-tu responsable ? » Hermione ne comprend pas.

« Son père a appris que l'on sortait ensemble depuis un an, on se connaissait depuis des années, on allait à l'école Moldu ensemble, mais malgré toutes ces années il ne m'appréciait pas, ni moi, ni ma famille et encore moins notre bizarrerie. Aéna était Moldue, les gens nous trouvaient bizarre, son père le premier. Il n'a pas supporté de nous voir ensemble. Il est entré dans une colère noire. Je l'aurais protégée si je n'avais pas été à Poudlard. Je l'aurais empêché de lui faire du mal, » explique Blaise.

Blaise pleure pour de bon, il s'allonge au sol, Hermione lui pose sa tête sur ses cuisses.

« Merci, » dit Blaise.

Hermione ne répond rien, elle aussi pleure en pensant à ce qu'il lui a fait. Blaise se relève en sentant les larmes d'Hermione lui tomber sur la tête, il la prend dans ses bras.

« Pardon, te raconter ça te fait penser à ces années d'horreurs. »

« J'y pense tout le temps, dans mes rêves, en cours, tout le temps c'est dans ma tête, ça ne sort pas. Ça reste là-dedans, dès que je ferme les yeux, je le revois, c'est dur. » Hermione pleure.

« Drago a raison, je suis nul comparé à toi, je m'apitoie sur mon sort alors que toi tu te bats pour continuer d'avancer alors que n'importe quelle personne aurait abandonné, toi tu continues de te battre, je t'admire Hermione. »

Hermione arrête de pleurer.

« Tu as une photo d'Aéna ? » Demande Hermione.

« Oui, j'en ai plein, je la prenais tout le temps en photo, » dit Blaise avec un léger sourire de réminiscence.

« Tu aimes faire des photos, » constate Hermione.

« Oui. »

« Ce n'était pas une question, » dit Hermione avec un sourire en coin.

Blaise la regarde, étonné.

« Tu as pris Pansy en photo, et tu aimais la prendre, » constate Hermione.

Hermione prend les photos que Blaise lui tend.

« Je l'ai prise pour le bal de son école. Je l'accompagnais. Tu te rend compte que moi j'allais à un bal Moldu !» S’exclame Blaise

« Dur le réveil, » dit Hermione en voyant la photo d'Aéna au réveil.

« Elle m'en a voulu ce jour là, je l'avais réveillée. »

« Comme Drago le matin ? »

« Oui, un peu, mais en moins pire quand même, » sourit Blaise.

Blaise rigole en pensant à Drago au réveil, Hermione sourit, mais tape gentiment Blaise sur le bras.

« Quoi ? » demande Blaise

« Te moque pas de mon Drago. »

Blaise ne dit rien, mais sourit, un sourire qui en dit long sur la phrase explicite d'Hermione.

« Tiens, une autre. »

« Elle est très jolie, » constate Hermione en regardant Aéna dans des habits simples et moldus.

« N'est-ce pas. Mais toi aussi tu es jolie. »

Hermione fait non de la tête.

« Si, tu plais à beaucoup de garçons, sauf que Drago les a tous menacé de ne pas t'approcher sous peine de torture. Puis regarde tes sœurs, elles aussi plaisent aux garçons, mais maintenant elles ont leurs copains, du coup là non plus ça se voit moins, mais les regards sont présents. »

Hermione parait inquiète.

« Nous ne sommes pas tous comme M. Malfoy, ils te regardent parce que tu es jolie pas pour faire autre chose. Depuis l'incident avec les Serdaigles, plus personne ne s'approchera de toi, puis avec Drago on a un peu déformé la vérité sur ce qu'on leur a fait. Alors à part leurs regards sur toi, ils ne feront rien d'autre, » explique Blaise.

« Vous avez dit quoi ? » Demande Hermione.

« On a dit qu'on les avait castré. »

« Castré ? »

« Se faire couper les … » dit Blaise, faisant un coup de tête vers sa ceinture.

Hermione tape dans ses mains, toute contente.

« Pourquoi ne prends-tu plus de photos ? » Demande Hermione, de but en blanc.

« Pour respecter la mémoire d'Aéna. »

« Ne voudrait-elle pas que tu continues à faire ce que tu aimes ? Que tu continues de vivre ta vie en étant heureux ? »

« Tu as sans doute raison, mais à chaque fois que je prends une photo je repense à elle, ses éclats de rire quand elle courait pour que je ne la prenne pas, ses sourires, ses poses…. Tout me fait penser à elle, » soupire Blaise.

« Je pense que c'est le meilleur moyen de lui rendre hommage et de la garder dans ton cœur. Parce que quoi qu'il arrive tu ne l'oublieras pas, elle fait partie de ta vie. Repense à tes moments heureux avec elle et continue de vivre, » dit Hermione pensive.

« Qu'est-ce qui te fait continuer d'avancer ? » Demande Blaise.

« À peu près tout. Je ne peux pas penser à mes moments heureux, parce que je n'en ai pas, mais je pense à ce que la vie m'offre, je pense à Narcissa, à Drago, à mes sœurs, au soleil, au vent dans mes cheveux, à la nourriture, toutes ces choses simples qui constituent la vie, mais aussi le seul bonheur dans ma vie. »

Blaise reste sans voix, il se sent stupide de baisser les bras alors qu'il a été heureux une majeure partie de sa vie.

« Pardon Hermione. Pardon d'être faible. »

« Tu n'es pas faible, tu t'es écarté. »

« Allons rejoindre Drago, » dit Blaise.

Hermione saute sur ses pieds. Blaise la suit et ils partent au terrain de Quidditch.

« Fais-moi une promesse, » dit Hermione.

« Laquelle ? »

« Promets-moi de prendre des photos et de ne pas ruminer des idées noires, » sourit Hermione.

« Promis ! Et toi promets-moi que lorsque tu te seras prête, tu penseras à moi pour parler. »

« Promis, » sourit Hermione.

Ils s'assoient dans les tribunes. Hermione pose sa tête sur l'épaule de Blaise. Elle cherche Drago du regard. Il est en l'air à crier sur tout le monde, lui-même ne faisant pas mieux que ces coéquipiers.

« Drago est colère, » dit Blaise.

« Vas lui parler, » sourit Hermione.

« Toi vas-y ! »

« Comment ? En claquant des doigts ? » Dit Hermione.

« Prends un balai. »

« J'ai mieux. »

Hermione monte le plus haut sur les gradins.

« Drago, » hurle Hermione.

PDV DRAGO

Je tourne la tête pour voir qui m'a appelé, je vois Hermione qui fait des grands signes avec ses bras.

« Notre sauveuse, » dit Daphnée soulagée.

Je descends voir ma Hermione et mon meilleur ami qui a retrouvé le sourire.

« Tu lui as dit quoi pour qu'il sourit ? »

« Tu le sauras un jour, » dit Hermione l'embrassant sur la joue.

« Allez dis-moi, » demandai-je curieux.

« Va donc entrainer l'équipe de bras cassés, » se moque Blaise.

« Et si tu venais la rejoindre ? » rigole Drago.

« Ah non. Je laisse mes fesses sur ce banc inconfortable avec Hermione, » dit Blaise.

« Puisque c'est comme ça, moi aussi je reste. Fin de l'entrainement ! » Déclarai-je.

« Ouais ! »

Ils s'arrêtent tous au sol alors qu'on descend des gradins. Une fois au sol, ils remercient tous Hermione d'être venue à leur secours.

« Je ne suis pas si terrible que ça. »

« Si. » Toute l'équipe le dit ensemble.

Ils éclatent tous de rire sauf moi. On part se laver et se changer pendant que Blaise et ma Hermione nous attendent. On retourne tous vers le château.

« Pitié Hermione, reste à tous les entrainements, je veux rester en vie, » dit Malcom.

« Ouais, j'en peux plus, » rajoute Goyle.

« Je vais mourir, » se plaint Grabbe.

« Moi c'est Drago que je vais tuer, » grimace Daphné.

« Ouais c'est de sa faute, » rajoute Harper.

« On tue tous Dray, » scande Daphné.

Hermione passe ses bras autour de ma taille et se colle à moi.

« Faudra tuer Hermione avant, je pense, » dit Blaise amusé.

« On oublie, » dit Harper.

« Pas drôle, » boude Daphné.

Hermione fait un sourire triomphant.

PDV EXTERNE

C'est le jour du Match de Quidditch Serpentard contre Gryffondor. Hermione est assise dans les gradins, entourée de ses sœurs.

Les joueurs entrent sur le terrain.

« Bon ils commencent. Je veux voir mon chéri bloquer les tirs de ces sales serpents, » dit Léana.

« Merci, » grimace Hermione.

« Pardon, mais toi c'est pas pareil, » dit Léana se mettant les mains devant la bouche.

« Et Drago ? » Dit Hermione avec une mine boudeuse.

« Malfoy non plus. »

« Et Blaise ? » Dit Hermione avec la même mine.

« Zabini aussi, » soupire Léana.

« Je suis trop forte, » dit Hermione joyeuse.

Angie explose de rire alors que Léana regarde ses sœurs.

« Elle t'a eu, » rigole Angie.

« Non, » boude Léana.

« Si, ma petite sœur. Si tu acceptes que Zabini et Malfoy ne soient pas comme les Serpentards, qui sont les Serpentards ? » Dit Angie.

« Bon d'accord elle m'a eu. Mais je me vengerai. »

« Tu ne le feras pas, » sourit Hermione.

« Ah bon ? » dit Léana.

« Oui, parce que tu es trop gentille. Ce serait Angie dont j'aurais peur, mais toi, non tu ne ferais pas de mal à une mouche, » sourit Hermione.

Angie se roule sur le banc tellement elle rigole, Hermione se retient de rire et Léana boude.

« Ça commence, » dit Hermione, contente.

« Vas y mon chéri. Tu es le meilleur ! » Hurle Angie.

« Non, c'est Drago le meilleur, » dit Hermione fermement.

« Même pas vrai, » boude Angie.

« Si, puis de toute façon j'ai raison et tu as tort. Point final, » dit Hermione d'un ton ferme.

Ce coup ci c'est Léana qui rigole devant la tête de l'ainée des triplettes.

« Serpentard mène de 20 points contre 10 pour Gryffondor ! » dit le commentateur.

Hermione suit attentivement les moindres faits et gestes de son Drago.

« Tu ne crois pas que notre petite sœur soit très attachée à Drago ? » Constate Léana.

« Oh que si, elle découvre un nouveau sentiment, » dit Angie.

« L'amour, » dirent Angie et Léana en chœur.

« Pourriez-vous arrêter de parler de moi alors que je suis là, s'il vous plait, » demande Hermione concentrée sur Drago.

« Pardon. »

« Je ne suis pas amoureuse, » dit Hermione.

« Est-ce que tu t'inquiètes pour lui à ce moment précis ? » Demande Léana.

« Non, Drago est doué sur un balai, j'ai confiance. »

« Ton cœur bat-il plus vite ? » Demande Angie.

« Non, » dit Hermione hésitante.

« Amoureuse, » disent Léana et Angie.

« J'ai le droit ? » Demande Hermione.

« De quoi ? » Demande Angie.

« D'aimer ? Mais bien sûr, c'est un sentiment normal pour n'importe qui, » explique Léana.

« Je ne suis pas n'importe qui, » dit Hermione.

« C'est Drago qui te dit cela ? » Demande Léana.

Hermione fait oui de la tête.

« Je vais te raconter une petite histoire. Avant que je ne sorte avec Harry, il y avait un gros méchant qui voulait le tuer et oui Hermione, c'est lui qui marquait ceux de son camp, Harry ne voulait pas qu'on sorte ensemble, il disait qu'il n'était pas n'importe qui, il voulait me protéger du méchant, mais je lui ai dit que de toute façon à mes yeux il n'était pas n'importe qui puisque je l'aimais, j'ai réussi à le convaincre qu'il serait plus fort avec moi, puis on est sorti ensemble quelques jours plus tard. »

« Ce qu'elle veut te dire, c'est que tu n'es pas n'importe qui pour la personne qui t'aime, tu es une personne unique aux yeux de Malfoy, » constate Léana.

« Puis tu es une Granger, ce qui ne néglige en rien ta personnalité, » sourit Angie.

Les deux aînées des Granger prennent la dernière dans ses bras.

« 90 points pour Gryffondors contre 50 pour Serpentards, » informe le commentateur.

« Allez Drago, » dit Hermione en fixant Drago.

Drago tourne la tête vers les triplettes alors qu'il est très loin d'elles.

« Il t'a entendu ? » Demande Angie perdue.

Hermione fait oui de la tête.

« Impossible, » soupire Angie.

« Si, j'ai lu ça quelque part, il faut avoir emmagasiné beaucoup de magie en soit, maîtriser la magie sans baguette, elle fait un sortilège de Sonorus concentré sur une personne pour qu’elle seule l'entende. Tu es très douée Hermione, tu es une grande sorcière, » dit Léana avec une pointe de fierté.

Hermione fait un sourire fier.

« Petite prétentieuse, » sourit Angie.

Hermione lui donne un gentil coup de coude. Angie l'embrasse sur la joue.

« Je t'adore ma tite sœur adorée. »

« Oui et moi je pue ? » Boude Léana.

« Mais non, toi aussi je t'adore, je vous adore toutes les deux, » sourit Angie.

« Nous aussi. »

"140 points pour Gryffondors contre 60 pour Serpentards.

« Allez Drago, j'ai confiance en toi. »

Les spectateurs voient Drago foncer vers le vif d'or, Harry pas loin derrière lui. Ils sont au coude à coude, mais Drago prend le dessus et attrape le vif d'or. Hermione applaudit de toutes ses forces.

« Serpentard gagne 210 à 140 ! » Hurle à moitié le commentateur.

Les gagnants font un tour d'honneur, puis retournent aux vestiaires où Hermione les attend.

PDV DRAGO

« Tu as vu on a gagné, » dis-je fièrement.

« Félicitations, » dit Hermione en m'embrassant sur la joue.

« Et nous, on a pas droit à un bisou ? » Demande Blaise.

« Non ! » dit Hermione avec un sourire en coin.

« Et toc, » dis-je.

« Je te consolerai mon petit Blaise chéri, » allume Daphné.

« Rêve Daphnée, je ne prends pas les restes de mes potes et les trainées c'est pas mon truc ! » se moque Blaise

« C'est sûr qu'Hermione est un modèle de vertu ! » Se moque Daphné.

Je dois avoir de la fumée qui sort par les oreilles, Blaise le voit et intervient avant que je ne fasse une connerie.

« Je crois, Daphné, que tu ferais mieux de te taire si tu ne veux pas qu'il t'arrive des trucs regrettables, » menace Blaise.

Blaise s'en va dans les douches ainsi que la plupart des autres joueurs.

« Toi et moi savons ce que tu es Hermione, une salope qui aime s'envoyer en l'air, » dit Daphné s'approchant d'Hermione et lui murmurant.

Daphné part prendre sa douche, je regarde Hermione qui se met à pleurer et partir en courant, je n'ai pas le temps de la retenir, qu'est-ce que cette connace lui a dit ? Je vais lui faire la peau.

Je rentre furieux dans la douche de Daphné qui sourit.

« Alors tu t'ennuies ? Tu veux me rejoindre ? Je savais que tu ne saurais pas te retenir. »

Elle passe sa main en dessous de ma ceinture, je ferme les yeux.

« Je savais que tu en avais envie, tu ne peux pas résister, tu aimes le sexe autant que moi, » dit Daphné, fière d'elle.

Elle continue de passer sa main, elle se rapproche de moi et m'embrasse, j'y réponds. Ses mains se font plus aventureuses, elle a raison j'en ai envie, elle est entrain d'enlever mon équipement de Quidditch alors qu'une image d'Hermione en pleurs me revient en tête. Je bloque Daphné en lui tenant les poignets, je la serre fort.

« Je te retrouve Drago, tu aimes dominer la situation. Soit, domine-moi comme tu aimes ! » Provoque Daphné.

Elle veut que je la domine ? Ok. Je resserre mes mains sur ses poignets, elle grimace, mais se laisse faire. Je la plaque violemment contre le mur avec mon typique sourire en coin, je ne desserre pas mes mains, je l'embrasse, mais lui mord violemment la lèvre inferieure ce qui lui laisse la trace de mes dents, elle saigne. Je mets toute ma force pour lui écraser les poignets.

« Tu ne m'auras plus jamais Daphné, toi et moi c'est fini, j'ai arrêté de faire dans les trainées. Ne t'avise plus jamais de parler à Hermione, ni de la regarder, même de l'approcher parce que crois-moi, je vais faire de ta vie un véritable enfer et crois-moi sur parole j'ai de l'expérience dans ce domaine, » dis-je entre mes dents.

Je me détache d'elle et ajoute avant de sortir de la douche :

« Une dernière chose : Tu es virée de l'équipe, » dis-je d'un ton ferme.

Je me sèche d'un coup de baguette et part rejoindre Hermione. Je mets du temps à la trouver, mais je la trouve sur une tour de Poudlard. Je la vois assise, je vais pour pousser la porte mais j'entends une voix d'homme. Je ne bouge pas. Je veux savoir qui est le salop qui discute avec ma Hermione.

« Ne t'en fais pas Hermione, ce que Miss Greengrass a dit est faux, vous n'êtes pas ce qu'elle a dit, » explique une voix d'homme.

« Pourquoi a-t-elle dit ça alors ? » Demande Hermione perdue.

« Parce qu'elle est jalouse, » dis-je en ouvrant la porte.

« Jalouse ? » Demande perdue Hermione.

« Je vais vous laisser. Prenez-en soin, elle le mérite. »

« Je sais. Merci Professeur Duhamel. »

Il s'en va. Je vais pour m'assoir à côté d'Hermione, mais elle se lève et vient se jeter dans mes bras

« Tu n'es pas comme elle Hermione. Tu n'as rien à voir avec elle, tu n'as jamais voulu ce qui t'es arrivé. »

« C'est quoi être jalouse ? » Demande Hermione.

« C'est quand tu veux être comme quelqu'un mais que tu ne peux pas. C'est aussi quand on aime quelqu'un, mais qu'on ne peut pas l'avoir et que cette personne aime une autre fille, » expliquai-je.

« C'est compliqué ! » Souffle Hermione.

« Ce sont les filles. »

« La jalousie n'est-elle pas un manque de confiance en soi ? » Demande Hermione.

« Euh, si, je ne l'avais jamais vu sous cette angle, mais oui. Tu es vraiment une fille très intelligente. »

« Rentrons, tu as froid, puis il faut fêter ta victoire. »

« Notre victoire. »

« Non, ta victoire, les autres ont joué comme des manches, » dit Hermione.

Je rigole. On descend en silence, Hermione collée à moi. Je repense à notre conversation. Lui aurai-je dis d'une façon détournée que je l'aime ? Elle me tire ma manche.

« Hein ? Qui ? Quoi ? » Demandai-je perdu.

Hermione rigole.

« Tu es trop drôle quand t'es perdu ! » Se moque Hermione.

« Je ne te l'ai pas encore dit, mais j'adore ton rire, » dis-je.

« Merci, » sourit Hermione.

« Tu voulais quoi ? »

« Rien, juste t'embêter, » sourit Hermione.

« Ah ouais ? » Souris-je.

« Ouais, » elle me défie.

Je la soulève et la prends dans mes bras et la fait tourner très, très vite, on est sur le point de tomber, mais ce n’est pas grave je rigole alors qu'elle crie à me percer les tympans.

« Non, mais vous êtes malades. On vous a entendu de la salle commune, » sourit Blaise.

« Et ? » Dit Hermione, toujours dans mes bras.

« Et ? On est a 50 mètres de la salle commune, puis... »

CLIK

« Une photo ! » Sourit Blaise.

Je pose Hermione et me met à courir derrière mon meilleur ami. Je déteste qu'on me prenne en photo. Ça mérite une vengeance.

« Drago ? » Dit-elle d'une voix douce.

« Oui ? »

« Laisse-le, s'il te plait. »

« Merci Hermione tu es ma sauveuse, » soupire de soulagement Blaise.

« Fais voir la photo, » demande Hermione.

Blaise lui tend la photo.

« Merci, Drago tu peux continuer, » dit Hermione avec un sourire en coin.

« Merci Hermione... » dit Blaise se mettant à courir.

« De rien. »

Blaise arrive et se cache derrière Hermione.

« Hermione, aide-moi s'il te plaît. Tu es la seule à le calmer, » supplie Blaise.

« … » dit Hermione juste à Blaise.

« Marché conclu, mais je ne veux pas mourir derrière, » informe Blaise.

Hermione lui fait oui de la tête.

« J'aime bien la photo. »

« Fais voir, » dis-je curieux.


À suivre …

10. Le passé, Amour retrouvé

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO


 

Nous sommes tous les deux en train de sourire, Hermione dans mes bras.

« Moi aussi.

« Il va neiger en juillet ! Drago aime bien la photo où il est dessus !

« C'est juste pour Hermione.

Hermione me fait un sourire qui me fait fondre.

« Ça vaut une photo ! s'exclame Blaise

« Oh non ! soupirais-je.

Hermione me retient par le bras. Blaise fait léviter son appareil , vient se mettre à coté de nous, et nous prend en photo, je suis au milieu en souriant. Blaise sort la photo et en fait trois copies. On rentre enfin dans la salle commune où je me fais applaudir mais on monte dans notre chambre poser les photos puis je pars prendre ma douche. On redescend Blaise et moi. On voit Daphnée se recouvrir les poignets, Hermione croit y avoir vu des bleus, elle a aussi la lèvre abimée.

« Elle a quoi Daphnée ? demande Hermione

« Juste ce qu'elle mérite. répond Blaise

Hermione hausse les épaules. Je les rejoins rapidement, la fête peut commencer. On va boire un verre avec Hermione, non alcoolisé bien sûr... Enfin pour Hermione. Je discute avec des amis, je ne vois pas Daphnée s'approcher.

« J'espère que tu es contente, sale garce. crache Daphnée

« Je ne vois pas de quoi tu parles. répond Hermione

« Regarde ce que ton cher et tendre Drago m'a fait. crache Daphnée

Elle montre sa lèvre et ses poignets.

« Ton cher et tendre n'est pas ce que tu crois, finalement il est comme son père, ils se ressemblent. Pour le moment, il est gentil avec toi mais après, il te fera la même chose que son père t'a fait, et il aimera ça, toi aussi tu as aimé ça, quand tu criais de ne pas te toucher au fond de toi tu aimais ses caresses, je le voyais dans tes yeux, tu luttais contre lui mais tu aimais quand il te pénétrait, tu luttais mais tu aimais ça, sale chienne !

Daphnée s'en va, Hermione part en courant et en pleurs de la salle commune. Je la rattrape et l'arrête en lui prenant le bras.

Hermione en pleurs, et apeurée, ouvre la bouche mais rien ne sort, elle se débat et s'enfuit encore plus vite. Je n'essaye pas de la rattraper, quelque chose dans son regard m'empêche de bouger. Je me laisse glisser au sol. Que s'est-il passé ?

« Alors mon chéri, ta princesse est partie. Comme c'est regrettable. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? Je me le demande... me dit Daphnée moqueuse

Je me lève furieux et la plaque contre le mur en l'étouffant à moitié.

« Que lui as-tu fait ? Dis-moi ou je te … dis-je furieux

« Ou tu quoi Drago ? Si tu me tues, tu seras comme ton père, oh mais c'est vrai, tu l'es déjà ! Tu vas finir comme lui, tu vas la tabasser et lui faire prendre son pied à ta greluche. Un conseil... si tu veux qu'elle aime ça, vas-y violement, c'est ce que faisait ton père, elle aimait ses caresses, elle aime la violence, ta princesse. Je le voyais dans ses yeux.

Elle suffoque

Je resserre ma prise autour de son cou.

« Vas-y fais-le. Tue-moi mais tu ne sauras pas où elle va aller et tu iras à Azkaban.

Je la relâche.

« Je ne suis pas comme mon père. crachais-je

« Si tu l'es, je l'ai vu dans tes yeux, quand tu as voulu me tuer et quand tu me faisais l'amour Drago, tu as la même lueur dans le regard que ton père. » Elle se masse le cou

« Comment ? demandais-je la bouche entrouverte et choqué

« Comment je sais tout ça ? C'est simple, je couchais avec ton père, mon père voulait que j'apprenne les choses de la vie, puis je descendais à la cave avec leurs amis , je voyais ce qu'il faisait à ta sale sang-de-bourbe chérie, tous, tous les Mangemorts proche de ton père, elle aimait ça la salope, elle en redemandait, crois-moi elle a eu son compte, des heures et des heures à se faire prendre. dit-elle avec un sourire malsain

Je suis vraiment dans une colère noire.

« Je ne suis pas comme mon père. hurlais-je

« Si, mon amour, tu l'es. moi je t'aime comme ça, je ne te veux pas autrement. Je t'aime comme tu es, toi et ta brutalité et méchanceté. Je suis la seule à t'apprécier comme tu es vraiment. dit Daphnée avec son sourire malsain

« Je ne suis pas comme lui et je ne le serais jamais !

« Si, Drago, si.

Elle s'approche de moi

« Non ! je m'approche d'elle

« Si, tu as envie de moi, je le vois.

« La seule envie que j'ai, c'est de te tuer. crachais-je

« Tu es comme ton père, cette lueur dans tes yeux, la flamme de la haine.

Je la repousse loin de moi.

« Allez, frappe-moi, j'aime ça, vas-y Drago, je ne me défendrais pas. C'est promis. se moque à moitié Daphnée

Je vais pour la frapper mais...

« Si vous la frappez, vous deviendrez comme lui, comme votre père et vous lui donnerez raison.

« Mais j'ai raison, tel père tel fils. rigole sadiquement Daphnée

« Non Monsieur Malfoy, ne l'écoutez pas. Si miss Granger vous a apprécie, ce n'est sûrement pas parce que vous lui ressemblez. Elle vous apprécie pour votre gentillesse et par le fait parce que vous vous êtes occupé d'elle.

« Monsieur Malfoy senior aussi s'est occupé d'elle et elle aimait la salope ! Je suis sûre que vous aussi, Monsieur Duhamel, vous auriez aimé vous la faire ! dit Daphnée

« Monsieur Malfoy, ne l'écoutez pas, vous êtes différent car vous n'avez pas choisi le coté du mal, vous prenez des décisions qui sont à l'opposé des siennes. J'ai vu le bien en vous, miss Granger aussi l'a vu, elle a aussi vu en miss Greengrass le mal, puis vous savez au fond de vous qu'elle a tort. me dit Monsieur Duhamel

Je me rapproche de Daphnée, nos visages sont proches.

« Je ne suis pas comme mon père et je ne le serais jamais. Pourquoi ? Parce que si j'avais été lui je n'aurais pas hésité à te tuer. dis-je

« Je vois que vous savez faire les bons choix. me rassure Monsieur Duhamel

« Pourquoi m'avez-vous appelé ? demande McGonagall

Les professeurs s'expliquent entre eux.

« Miss Greengrass, compte tenu des événements, vous êtes immédiatement renvoyée de Poudlard, j'informe le ministère et vous passerez devant le Magenmagot pour avoir assisté à la torture de Miss Hermione Granger. dit McGonagall d'un ton sec et froid

« J'espère que vous réfléchirez à vos paroles et actes pendant votre peine car vous serez accusée, croyez-moi. dit Monsieur Duhamel

« Qui vous dit que je serai accusée. provoque Daphnée

« Je le sais, c'est tout. dit Monsieur Duhamel avec un sourire en coin et plein de sous-entendus.

McGonagall s'en va avec Daphnée.

« Mon dieu, Hermione. dis-je paniqué

« Elle est partie de Poudlard et a transplané. » m'informe mon professeur de potion

« Elle a appris ?

« Il faut croire que oui. Savez où pourrait-elle aller ?

« Elle ne connait que le manoir Malfoy et la maison des Grangers. Enfin, ce sont les endroits où elle pourrait aller.

« Je vais aller la chercher. Vous restez là. m'ordonne mon professeur

« Non, je veux la trouver. dis-je fermement

« Elle a les paroles de Miss Greengrass en tête, vous voir ne lui ferait que du mal.

« Je crois qu'elle ne parle plus. dis-je tristement

Je lui explique rapidement ce qui s'est passé.

« Je vais aller chez vous. Je vous tiens au courant et je vous la ramène Monsieur Malfoy. Mais n'oubliez pas que dans trois jours c'est les vacances, vous retournez chez vous vous changer les idées. Mais n'en voulez pas à Miss Granger.

« Jamais je ne lui en voudrais avec tout ce qu'elle a vécue.

« Voilà qui clos le chapitre sur la différence avec votre père. sourit le maitre des potions

Le professeur commence à partir.

« Vous lui direz ?

« Mais bien sûr Monsieur Malfoy.

Je regarde le professeur partir alors que je rentre dans ma chambre complètement déprimé, j'y passe les jours suivants, Monsieur Duhamel n'est pas de retour, donc je n’ai pas de pas de nouvelles d'Hermione. Blaise, aussi, n'est pas très joyeux.

PDV JOSH DUHAMEL

Je me dirige vers le portail du manoir, il n'a pas changé.

« Votre nom ? me demande le portail

« Jason Prost. dis-je dans un parfait mensonge

Après quelques minutes, le portail s'ouvre. Je m'avance le cœur battant à tout rompre vers la demeure. Madame Malfoy est devant sa maison.

« Josh. »dit Narcissa dans un souffle

Elle fait demi-tour et tente de claquer la porte mais je la bloque.

« Va-t'en. crie t'elle

« Non. dis-je fermement

« Que veux-tu ? demande Narcissa triste

« Je cherche Hermione.

« Elle n'est pas là. Va-t'en !

« Cissy.

« Ne m'appelle pas comme ça. Va-t'en. Tu n'aurais pas dû revenir.

« S'il te plait, je ne veux pas t'embêter, je cherche Hermione et je sais qu'elle est là. Je bloque toujours la porte

« Non. dit-elle troublée

« Si, tu la considères comme ta fille, si elle n'était pas chez toi, tu te serais inquiétée et ce n'est pas le cas. Laisse-moi entrer, je n'ai pas annoncé un autre prénom à ton portail pour que tu me claques la porte au nez. Je n'ai pas non plus mis de côté notre passé et nos querelles pour que tu me dises non. Mais quand je l'aurais vu, je partirais et ne reviendrais plus dans ta vie. Fais-le pour ton fils, il est très inquiet pour elle.

Narcissa pousse la porte et me laisse entrer.

« Rien n'a changé.

« Tout a changé. me contredit-elle

« Où est-elle ?

Narcissa ne dit rien mais je la suis dans le manoir. Elle pousse une porte, c'est une chambre, une grande chambre. La chambre d'Hermione, qui dort profondément.

"Elle reste avec moi. dit fermement Narcissa

"Je te la laisse. dis-je en m'approchant

"Parce que tu crois que je t'aurais laissé la ramener après ce qu'elle a vécu à l'école. » elle sourit jaune

"Tu as vu dans sa tête ?

"Non, elle me la dit.

"Pourquoi n'a-t-elle pas parlé à Drago ? demandais-je surpris

Narcissa hausse les épaules.

"Je vais rentrer à Poudlard. »

« Tu as faim ? me demande la maitresse de maison

« Elle t'a dit quoi ?

« Que sais-tu ? me demande Narcissa

« Et toi ?

Nous nous sommes rapprochés, je peux sentir son souffle dans mon cou, elle est plus petite que moi.

« Toi d'abord.

« Je t'aime. dis-je de but en blanc

Elle me gifle et s'en va.

« Je l'ai sûrement mérité. dis-je fataliste

Je la rattrape, elle s'arrête et me regarde pour me caresser doucement la joue.

« Tu as mal ? me demande la douce Narcissa

« Oui.

« Tant mieux dit-elle sur le même ton

Elle repart. Je la rejoins.

« Tu aimes me voir souffrir ?

« Non mais je veux que tu souffres comme j'ai souffert. répond Cissy

« Tu ne m'aimes plus ?

« Non. dit-elle d'une voix étouffée

Elle va pour encore fuir mais je suis plus rapide et la retiens en la collant à moi.

« Tu as su mentir à ton mari mais jamais à moi. Pourquoi continues-tu de m'éviter, ton mari est mort.

« Nous sommes cousins. Nous ne pouvons pas. réplique Narcissa

« Cela ne nous a pas dérangé durant toutes ces années.

« Mais c'est fini. dit-elle tristement

« Pourquoi ? Je ne comprends pas.

"Tu ne comprends jamais rien. Laisse-moi. ordonne Narcissa

"Vas-y pars. dis-je enlevant mon bras

Elle ne part pas ce qui m'étonne mais au contraire elle se colle encore plus contre moi et pleure. Je repose mes bras où ils étaient, je la berce.

« Pourquoi es-tu revenu ? Tout était simple quand tu étais parti. demande Narcissa

« C'était simple mais tu n'étais pas heureuse, moi non plus. Je t'ai toujours aimé Cissy, depuis notre jeunesse, mon cœur n'a jamais cessé d'être pour toi.

« Arrête tu me fais mal.

« Je t'ai trop fait souffrir dans le passé, pardon. Tous les coups qu'il te donnait à cause de moi, c'est à cause de moi qu'il a kidnappé Hermione, pour se défouler.

« Elle ne doit pas savoir cela. Plus rien ne doit lui faire de mal. dit Narcissa protectrice

« Je veux qu'elle s'en sorte, c'est à cause de moi si sa vie est fichue, j'ai gâché la vie d'une innocente. Au final, je suis comme Lucius.

« Non, tu n'es pas comme lui, tu fais tout pour qu'elle s'en sorte, tu lui redonnes de l'espoir, puis elle t'aime bien, elle l'a dit dans ses lettres. Elle m'a même dit qu'elle t'avait mis un éclair au chocolat sur la tête. rigole Narcissa

« Tu savais que s'était moi ? Au portail ?

« Oui.

« Pourquoi m'as-tu laissé entrer ?

« Pour te claquer la porte au nez puis je voulais voir ton visage, il me manquait. » m'explique Cissy

Elle me caresse la joue.

« C'est toi qui me manques. Laisse-moi revenir dans ta vie.

« C'est trop dur. dit-elle blasée

« Je sais mais tu n'auras plus de représailles, tu es libre. Il ne te frappera plus, c'est fini tout ça. Laisse-moi te rendre heureuse. la suppliais-je

« Comme pendant notre adolescence ? demande Cissy avec espoir

« Oui et même encore mieux. On n'aura plus à se cacher dans des placards... dis-je avec un léger sourire

On se regarde droit dans les yeux, je dois dire que depuis toutes ces années, elle est vraiment devenue encore plus belle qu'avant.

« Tu te comportes comme les adolescents maintenant ? se moque-t-elle

Hein ? Elle me sourit et baisse les yeux en dessous de ma ceinture. Oups.

« Alors, on ne se contrôle plus ?

Je suis un peu gêné

« Mais ce n'est rien, on va remédier au problème. dit-elle toujours amusée

Elle me prend la main et me tire dans une chambre d'ami.

« Jolie chambre, je retire ce que j'ai dit tout à l'heure, ton manoir a changé.

« Au lieu de regarder la décoration plus que banale, si tu t'occupais de son occupante ?

« Mais avec plaisir Mme.

Je l'embrasse doucement au début pour savourer ce baiser mais il se transforme vite en baiser déchainé que Cissy arrête.

« Tu ne couches pas avec moi juste pour pouvoir surveiller Hermione ?

« Non, juste pour toi et ta beauté et pour ton argent ! plaisantais-je

« Idiot !

« Non mais c'est vrai, tu sais combien est payé un professeur ? demandais-je sérieux

« Je ne savais pas que tu étais un homme à te laisser entretenir par une femme. rigole Cissy

Je fais une belle grimace qui la fait sourire.

« Te moquerais-tu ?

« Oui, je me moque devant votre machisme Monsieur le maitre des Potions.

« Pardon ma douce.

« Fais-toi pardonner autrement.

« Mais avec plaisir. je l'embrasse dans le cou.


J'ouvre les yeux. Je ne suis pas à Poudlard, je suis chez ma cousine, mon amour qui ouvre les yeux.

« Bonjour ma belle. dis-je à ma Narcissa

« Comment va Hermione ?

« Comment tu sais que je suis allé la voir ?

« Tu t'es levé quatre fois cette nuit dont une ce matin à 7 heure 21.

« Elle dormait encore.

« Allons-nous préparer, elle ne devrait pas tarder à se réveiller.

Une demi-heure plus tard la petite Serpentard ouvre les yeux.

« Comment vas-tu ma puce ? demande Narcissa

« Professeur ? demande Hermione surprise

« Bonjour miss Granger. Je suis venu à votre recherche. Monsieur Malfoy est inquiet pour vous. informais-je Hermione

« M'en fiche. dit-elle dans un murmure

« Que s'est-il passé ? Tu peux me le dire Hermione. Il t'a fait du mal ? Il a été méchant avec toi ? demande Narcissa en s'asseyant

Hermione fait non de la tête.

« Dis-moi ma biche. »dit Narcissa la prenant dans ses bras

Aéna grogne mais Narcissa la gratte derrière les oreilles ce qui apaise la bête sauvage.

« Tu as faim ?

« Oui.

On descend dans la cuisine, Hermione nous regarde alternativement.

« Qu'avez-vous Miss Granger ? demandais-je

« Vous vous aimez ? demande-t-elle de but en blanc

Narcissa et moi nous étouffons à moitié.

« Qu'est ce qui te fait croire cela ? demande Cissy

« Vos regards, vos gestes.

« Démasqué. dis-je souriant

Je vois dans les yeux de mon élève de l'incompréhension, elle est très intelligente mais le sentiment qui est l'amour elle ne le saisit pas.

« As-tu des questions Hermione ? demandais-je pour l'aider

« Vous savez volé Monsieur ? demande la Serpentarde

« Non je suis nulle mais Cissy vole.

« Oh non, cela fait des années que je ne suis pas montée sur un balai.

« C'est une bonne raison de recommencer.

« Pourquoi pas. Tu veux bien Hermione ?

Hermione fait oui de la tête en souriant.

« Voilà ! Ma mission est de vous faire retrouver la joie de vivre à toutes les deux. dis-je joyeusement

Elle me sourit. Je me sens coupable pour elles, je me promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour les rendre heureuses.

Elles partent se mettre en tenue plus à l'aise pour voler. Je les observe. Hermione est accrochée à Cissy. Elles descendent en fin de matinée.

« Je sais que je ne vole pas aussi bien que Drago mais cela t'a-t-il plus ?

Elle fait oui de la tête, nous mangeons rapidement car Hermione est fatiguée.

Le lendemain, Hermione raconte ce qui s'est passé à Narcissa alors que je corrige des copies.

« Je vais lui écrire une lettre.

« Non, s'il vous plait. Je ne veux pas. »dit-elle précipitamment

Narcissa ne sait pas quoi dire.

« Tu le verras Samedi.

« D'accord. dit Narcissa se résignant

Hermione vient se blottir dans les bras de sa mère, elles me font penser à une vraie famille. Si elle n'avait pas deux autres sœurs identiques, on pourrait croire qu'elles font parties de la même famille.

« Mon fils n'est pas comme son père malgré que cette fille ait pu dire. Elle aime mon fils et raconterait n'importe quoi pour t'éloigner de lui car elle sait que vous êtes proches. Elle est jalouse.

« Je sais. dit-elle ailleurs

« Tout ce qu'elle t'a dit, elle l'a inventé. C'était juste pour te troubler.

« Tout n'est pas faux. dit Hermione les larmes aux yeux

On la regarde, choqués.

« Elle était là. J'ai reconnu ses yeux, je connais les yeux, c'est le miroir de l'âme. Les yeux ne mentent pas. Elle souriait de la situation, de ce qu'ils me faisaient. Elle rigolait quand je me débattais, elle… Elle … Hermione pleure

« Shut ce n'est rien. Ne dis rien. Ce n'est pas grave.

Narcissa la berce

Hermione pleure toutes les larmes de son corps, elle finit par s'endormir, je la prends dans mes bras et la monte dans sa chambre.

« Comment peut-on faire endurer cela à une enfant, à des enfants. Je plains Daphnée, elle était si gentille enfant, je suis heureuse que Drago n'est pas fini comme eux. soupire Narcissa

« Tu es une bonne mère, c'est pour cela qu'il n'a pas fini comme son père. C'est grâce à toi qu'il aime Hermione et qu'il fera tout pour elle.

« Si tu savais comme j'ai besoin d'entendre des mots gentils qui me redonne confiance en moi, pour mes enfants.... Quoi ?

« Tu as dit tes enfants. Considèrerais-tu Hermione comme ta fille ?

« Bien évidemment, dès que je l'ai vu avec ses vêtements déchirés et ses bleus, j'ai su que je l'apprécierais mais quand j'ai croisé son regard apeuré, j'ai su qu'elle avait besoin de moi et que je l'aimerais. Sûrement l'instinct maternel.

« Toi qui à toujours voulu une fille, tu l'as.

« J'en ai eu une mais Lucius l'a tué. lâche Cissy

« Pardon ? demandais je furieux

« C'est sept mois après que nous avons arrêté notre relation. Il a découvert que j'avais pris du ventre.

« Il aurait pu penser que tu étais enceinte de lui. dis-je contenant ma colère

« Il ne me touchait plus ou quand il le faisait on se protégeait, l'enfant ne pouvait pas être de lui. Il m'a frappé j'ai du tout faire pour que tu ne reviennes plus me voir. Il a attendu que j'ai accouché et que je dorme pour emmener ma fille et la tuer. Je savais qu'il le ferait mais je n'ai rien fait pour l'en empêcher. Je suis un monstre.

« Non ne dis pas ça, tu as lutté pour ta survie. Je la prends dans mes bras

« Mais je m'en veux d'avoir baisser les bras et de ne pas m'être battu pour ma fille alors je vais me battre pour Hermione. dit-elle en pleurs.

« Je t'aime mais pourquoi ne retombes-tu pas enceinte pour faire un autre bébé ?

« C'est quoi enceinte ? demande Hermione qui entre dans la pièce.

Narcissa essuie ses larmes et lui fait signe de s'assoir.

« Enceinte c'est là où tout commence, on vient tous du ventre des mamans. Notre ventre grossit avant que le bébé sorte. explique Narcissa

« Drago était dans ton ventre ? demande curieusement Hermione

« Oui. »

« Il est entré comment ? demande-t-elle innocemment

Narcissa me jette un regard paniqué, j'hausse les épaules ne sachant quoi dire.

« Comment dire. Je ne sais pas si tu es prête à comprendre. grimace gentiment Cissy

« Dis.

« C'est en faisant l'amour. C'est en s'aimant qu'on fait des bébés.

« Mais comment ? Hermione continue d'insister

« Tu demanderas à Drago ! lâche-t-elle

« Cissy ! » reprochais-je

« Mais il est plus doué pour expliquer les choses. pleurniche Narcissa

« Explique-moi, toi. dit Hermione d'un ton ferme

« C'est en faisant les choses que Lucius te faisait qu'on tombe enceinte.

On attend la réaction d'Hermione qui vient quelques minutes plus tard.

« Hermione enceinte. dit-elle neutre

 

11. Réconciliation et progrès

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV JOSH

« Non Hermione tu n'es pas enceinte. » dit Narcissa d'un ton ferme

« Avant. »

« Avant quand ? » demande Cissy perdue

« Longtemps. J'ai eu mon ventre qui a grossi, il l'a vu et pouf plus de gros ventre. » dit innocemment Hermione comme une enfant

« Comment ? » demandais-je choqué

« Avec sa baguette, j'ai eu mal mais plus après » explique Hermione innocemment

« Mon dieu que t'a-t-il fait ? Mon dieu, c'est un monstre. » explose Narcissa en colère

Hermione hausse les épaules, pour elle s'est du passé et pas si grave.

« Allons manger. »

« Allons chercher Drago. » informe Narcissa

« Et s'il ne veut pas me voir ? » s'inquiète Hermione

« Il voudra. Il tient à toi. »

« Bon allons-y. »

On prend la limousine. On attend peu de temps avant que le train n'arrive.

PDV DRAGO

Je descends du train avec Blaise. On voit notre professeur avec ma mère et Hermione.

On s'approche d'eux, Hermione n'ose pas me regarder, ni moi ni Blaise.

« Content que tu ailles bien Hermione. » sourit Blaise

Elle lui fait un bref sourire, puis mon meilleur ami part rejoindre sa famille.

« Rentrons. » dit ma mère

Une fois de retour, Hermione me fuit, puis je me demande pourquoi mon professeur de potion est ici avec mère et moi.

« D'abord Drago, il faut que tu saches que ton professeur de potion est mon cousin et aussi mon premier amour. » m'explique ma mère

Là c'est un choc.

« Je vais parler à Hermione. » dis-je toujours sous le choc

Je sors dans le hall et la voit prendre sa cape.

« Où vas-tu ? Tu ne t'en vas pas ? » demandais-je inquiet

Je l'aide à mettre sa cape avec l'armoirie des Malfoy. Elle me tend la mienne, nous allons marcher dehors, les minutes s'écoulent mais aucun de nous ne parle. Je me décide enfin.

« Pardon. »

« Pardon pourquoi ? » demande Hermione surprise

« Pour tout ce qui en moi te rappelle mon père. »

« Tu n'y est pour rien, on ne choisit pas ses parents. » dit doucement Hermione

« Mais je sais que je te fais peur, tu ne me regardes plus comme avant. »

« Je te regardais comment avant ? » demande une Hermione perdue

« Je ne saurais expliquer, je sais juste que ça me manque. »

« Tes regards me manquent aussi mais j'avais besoin de ce break loin de toi et de cette foutue école. »

« Tu n'as pas froid ? » demandais-je

« Non et toi ? »

« Non. » dis-je catégorique

« Menteur. Tu es frileux. » dit Hermione avec un sourire en coin

« Bon d'accord, j'ai froid. » boudais-je

Hermione s'approche doucement de moi, on ne se lâche pas du regard. Elle ouvre ma cape et vient se mettre dessous avec moi.

« Je sais que tu n'es pas comme lui. » dit Hermione murmurant presque, un peu triste

« Qui t'a convaincue ? »

« Beaucoup de paroles et de personnes mais ce qui m'a rassuré c'est mon cœur. J'espère ne pas me tromper. »

« Je te promets Hermione que jamais je ne te ferais du mal. Jamais. Tu es trop importante pour moi. »

Je resserre mon étreinte. On rentre se mettre au chaud.

« Mère ! »

« Oui mon chaton ? » demande ma mère qui se recule

« Il y a Hermione. »

« Elle sait mon chaton. »

« Rrrrr. » grogne Aéna

« Depuis quand ? » demandais-je

« Elle l'a deviné peut-être 10 heures après le début de notre relation. »

« Ouais ! » dit-elle fièrement

« Tu vois vraiment tout. »

« Oui. » dit-elle encore plus fière

On passe le reste de la journée près du feu, assis par terre, à discuter de ce qui s'est passé pendant ces derniers jours.


Les vacances avancent doucement. Hermione est dans sa chambre, je la rejoins.

« Tu fais quoi ? » demandais-je toujours curieux

« J'écris. »

« A qui ? » dis-je, curieux

« A Blaise et non tu ne sauras pas ce qu'on se dit, c'est personnel. »

« Ah bon. » dis-je déçu

Je m'allonge sur son lit et croise mes bras sous ma tête.

« C'est sur son passé, un jour il t'en parlera, laisse-lui du temps. »

« Pourquoi il t'en parle à toi ? Moi aussi je suis son ami. » dis-je triste

« On a vécu des choses semblables, émotionnellement. »

« Mais je te comprends. Pourquoi lui je ne le comprendrais pas ? »

« Il est parfois plus facile de parler à quelqu'un que l'on ne connait pas trop ; mais ce n'est nullement le fait qu'il ne veut pas t'en parler. Comme toi avec moi. »

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

« De ton passé Drago. Pourquoi tu ne veux pas me le dire ? » demande Hermione

« Tu n'es pas prête. »

« Peut-être que toi non plus tu ne le comprendrais pas. Tu viens avec moi, je vais envoyer ma lettre. »

« Tu te perds encore ? » demandais-je à mon Hermione

Hermione fait un oui de la tête en rougissant légèrement.

« Allez viens ma princesse, je t'emmène. » Je lui souris

« Merci mon chaton. » répond-t-elle avec un sourire en coin

Je vais pour répliquer mais devant son visage tout fier, je ne dis rien.


Un soir, nous sommes tous les deux au manoir. Mère et Monsieur Duhamel sont partis diner dehors, on reste près du feu. Moi le plus près. Hermione a sa tête sur mes cuisses.

« C'était des choses pas bien ? » insiste Hermione

« Pas vraiment. »

« Tu as fait mal ? »

« Au cœur. »

« Comme Daphnée. »

« C'est différent, elle s'est imaginée des trucs. Mais, s'il te plait Hermione, ne parlons plus de ça. Je ne suis pas fier de certains de mes actes et j'aimerais les laisser où ils sont, derrière moi. »

« D'accord. » répond Hermione avec une petite voix

PDV EXTERNE

15 jours plus tard

« Blaise ? » appelle Hermione

« Oui ? » répond Blaise levant la tête de son parchemin

« Il était comment Drago avant ? »

« Avant toi ? »

Hermione fait oui de la tête.

« Il était différent. »

« Je sais, mais différent comment ? » insiste Hermione

« Je crois que c'est à lui de t'en parler. »

« Je sais mais il ne veut pas. Allez, dis-moi. » dit Hermione avec une mine boudeuse

« Ne fais pas cette tête ça ne marchera pas. »

« S'il te plait Blaise. » elle sourit

« Non. » répond fermement Blaise

« Sois gentil avec moi. »

« Je veux bien être gentil avec toi, d'ailleurs je ne te ferais jamais de mal mais c'est toujours non. »

« T'es pas drôle ! » boude Hermione

« Je sais. »

« Tant pis je vais aller demander à Parkinson. Elle me dira. » dit Hermione avec une pointe de malice

« Qui te dit qu'elle sait ? »

« Beaucoup de choses, elle le regarde comme Angie et Léana regarde Harry et Ron. Pansy fait pareil, toutes les filles en fait, mais il est sorti avec toutes ? »

« Sortir ne serait pas le terme. »

« C'est quoi alors ? » insiste toujours Hermione

« Ce n'est pas la même relation qu'il y a entre tes sœurs et les autres. »

« Je ne comprends pas. »

« Il ne veut pas en parler parce que c'est quelque chose dont il n'est pas fier mais il s'en est rendu compte depuis que tu as pris une place importante dans sa vie. Avant son père lui bourrait le crane d'idées préconçues, Drago ne faisait qu'exécuter ce que ce salop lui disait. Pendant plusieurs années, il pensait que c'était bien, après tout c'était son père. Mais il s'est rendu compte que ce n'était pas bien mais c'était devenu des habitudes puis c'est devenu un engrenage, l'adolescence, tu connais. »

« Non. »

« Pardon Hermione, je n'y pensais plus. » Blaise est gêné

Hermione lui fait un bref sourire triste.

« Pour toi, ce n'est pas bien ce qu'il faisait mais c'est normal pour deux ados ensemble. C'est une manière différente de ce que tu as connu dans la cave. »

« Je ne comprends pas. »

« Tu ne comprends pas ou tu ne veux pas comprendre ? » demande tristement Blaise

Hermione a les larmes aux yeux

« Je sais que tu as vécu des choses horribles toute ta vie mais Drago n'est gentil qu'avec toi ; avec les autres filles c'est différent, il est différent. »

« Pourquoi ? »

« Parce qu'il a des sentiments pour toi pas comme avec les autres, toi, il t'apprécie plus qu'elles. »

« Comme ... »

« Oui je suppose, mais personne n'est dans la tête de Drago. »

Ils restent quelques minutes sans parler, Hermione doit analyser et enregistrer tout ce que Blaise lui a dit.

« Il faisait comme Monsieur Malfoy ? » hésite Hermione

Blaise ne sait pas trop quoi répondre, il se contente de la regarder tristement.

« Il m'a dit qu'il n'était pas comme lui. » Hermione a les larmes aux yeux

« Il ne l'est pas, les filles étaient d'accord, alors que toi tu ne l'étais pas. » se rattrape Blaise

Hermione fait non de la tête alors que des larmes coulent sur ses joues.

PDV DRAGO

J'entre dans la chambre. Je vais la prendre dans mes bras, vu qu'elle pleure.

« Tu ne les as pas forcées ? » demande Hermione en pleure

« Non bien sûr que non Hermione. Mais si tu veux on pourra toutes aller les voir et leur demander on pourra même les passer sous Véritaserum. »

« C'est vrai Hermione, elles le suppliaient même et pour certaines elles se déshabillaient dans les couloirs. » essaye de sourire Blaise

Hermione esquisse un sourire.

« Je préfère te voir sourire. Par contre toi Blaise... »

« Non Drago, je l'ai forcé. Il a fini par céder, ne lui en veut pas. »

« Tu as de la chance. » grimace Drago envers Blaise

Blaise sourit de toutes ses dents. Il prend son appareil alors qu'Hermione est blottie dans mes bras, il fait une photo, je vais pour l'étriper mais Hermione me retient.

« Jolie photo, elle montre bien des choses. C'est quoi ta phrase Hermione, les yeux sont le miroir de l'âme ? » demande Blaise

Hermione fait oui de la tête.

« Ce n'est pas que je m'ennuie mais je vais aller faire un tour. » dit Blaise

« A plus. »

Je baille et fait bailler Hermione.

« Tu es fatigué ? » demande Hermione

« Non et toi ? »

« Moi non plus. »

Ce coup-ci, c'est Hermione qui baille. Je m'allonge sur mon lit, Hermione se met à côté de moi. Gros progrès.

Une nuit pendant les vacances, il y a eu de l'orage, Hermione a eu peur et est venue me rejoindre dans ma chambre. Au début, elle ne voulait pas me réveiller en entrant dans la chambre mais il y a eu un énorme éclair qui l'a fait crier et m'a fait faire un bon dans mon lit. Je n'ai pas pu lui demander ce qu'elle avait, elle s'est précipitée dans mes bras, j'en ai conclu qu'elle a peur de l'orage. Je lui ai proposé de retourner dans sa chambre ou de boire un verre mais elle ne voulait pas bouger, après quelques grosses hésitations de sa part, elle est venue dans mon lit. Je lui ai murmuré que je ne ferais rien, je me suis mis le plus au bord de mon lit pour lui montrer, elle a mis la tête sous les draps.

Les éclairs ont redoublé, elle tremblait comme une feuille, je lui ai demandé si ça allait. J'ai approché doucement ma main de la sienne sans la prendre, j'ai attendu qu'elle le fasse, elle a fini par la prendre, l'orage se rapprochait, le tonnerre était de plus en plus fort. En une fraction de seconde elle s'était retrouvée dans mes bras. Je lui ai murmuré que tout irait bien. Elle a fini par s'endormir dans mes bras après plusieurs minutes.

Elle pose sa tête sur mon torse, je la garde dans mes bras. En moins de temps qu'il faut pour le dire, nous dormons.

« Debout ! » hurle Blaise

Hermione sursaute et se relève alors que moi je grogne et mets ma tête sous les draps.

« Je vois que tu as fait des progrès Hermione par contre Drago le matin c'est pas tout à fait ça... »

Je grogne pour toute réponse. Je sens mon drap bouger délicatement cela ne peut être qu'Hermione, Blaise préfère la manière forte. Je sens ses douces lèvres se poser sur ma joue.

« Tu grattes ! » me dit Hermione avec un sourire

« Même pas vrai. » dis-je endormi

« Si. » elle me sourit

« Tu as quoi comme cours Hermione ? » demande Blaise

« Potion et métamorphose. » répond Hermione

« Nous aussi on a potion. » dit Blaise ne comprenant pas

« On se voit plus tard. » sourit Hermione

Hermione sort de notre chambre. Blaise a l'air aussi perdu que moi, même si chez moi le matin je suis toujours dans le coltard. Quand on descend prendre notre petit déjeuner, Hermione n'y est pas. Bizarre, d'habitude elle ne loupe pas de manger ses éclairs au chocolat. Oui c'est les siens parce que si tu as le malheur de les regarder et de vouloir en prendre un elle pourrait te couper la main. Sans rire.

« Allons voir ton beau papa. » se moque Blaise

« Si j'avais su je ne t'aurais rien dit. » bougonnais-je

« Pas besoin, Hermione me l'a dit. »

J'ouvre la bouche mais rien ne sort.

« Malfoy imitant à la perfection le poisson rouge. » rigole Harry

« Oui, en plus, ils ont la même mémoire, deux secondes et il oublie tout. » se moque Ron

« T'es un comique toi. » rigole Blaise

« Je préfère avoir sa mémoire plutôt que d'avoir les mêmes problèmes de pantalons que toi. » me moquais-je

« Je ne vois pas de quoi tu parles. » répond Ron rouge

« Tu dis n'importe quoi. » réplique Harry

« Ah bon ? Alors pourquoi Léana est venue s'amuser avec les Serpentards ? » dis-je avec un sourire en coin

« Et ouais nous on a aucun problème. » dit fièrement Blaise

Léana devient rouge pivoine alors que moi et Blaise rigolons. Angie s'approche de Blaise et se colle à lui. Elle commence à l'allumer discrètement. Après quelques minutes, elle se recule de lui et baisse les yeux.

« Là pour le moment c'est toi qui as un problème mon chou. » se moque Angie

Elle entre dans la classe, vu que le prof vient d'ouvrir. Blaise se tape la tête contre le mur.

« Allez mon pote, en cours. »

Blaise me suit en trainant des pieds. On va se mettre à notre table mais elle est déjà prise par Hermione. Elle nous sourit, on vient s'assoir à côté d'elle.

Les Gryffondors envoient des réflexions à Blaise.

« Et fais gaffe Harry, Zabini va te piquer ta copine. » rigole Ron

« Alors on ne sait plus se tenir ? » se moque Seamus

Même Londubat s'y met.

« Alors Zabini on veut se faire une Gryffondor ? » rajoute Neville

Ils se mettent tous à rire. Hermione nous interroge du regard.

« Laisse tomber. » Bougonne Blaise

« Bon aujourd'hui, nous avons Miss Granger qui revient parmi nous alors s'il vous plait Monsieur Londubat ne faites pas exploser le chaudron. »

« Oui Monsieur. » répond Neville rouge de honte

« Bien aujourd'hui nous allons faire une potion de rajeunissement par groupe, les derniers à finir gouteront la potion des premiers à réussir. Monsieur Malfoy et Monsieur Zabini vous aidez Miss Granger si elle a besoin. »

On fait oui de la tête, les indications s'affichent au tableau. On va pour se lever pour aller chercher les ingrédients comme tout le monde qui se bousculent mais ils viennent d'eux même devant Hermione. Ils la regardent tous étonnés, nous un peu moins mais un peu quand même. On commence les premiers notre potion.

Au bout des deux heures.

« Les premiers à finir sont Miss Granger, Monsieur Zabini et Monsieur Malfoy. »

On sourit fiers de nous. On regarde les autres. On fait gouter la potion à Finnigan, Potter et Weasley.

« Allez ! Et en une gorgée s'il vous plait. »

« Monsieur Zabini. » dit Monsieur Duhamel sans trop de reproche

« Vous auriez dû vous mettre avec les Grangers, pour une fois Londubat a fait quelque chose d'intelligent. » rigolais-je

« Monsieur Malfoy. » dit Monsieur Duhamel qui semble s'amuser

Les 3 Gryffondors boivent la potion et redeviennent plus jeunes comme lorsqu' ils avaient 11 ans. On rigole. C'est trop drôle. Weasley nous menace.

« Fais gaffe Malfoy. Je vais t'écraser. » s'énerve Ron

« Tu crois que tu me fais peur microbe. » rigolais-je

« Le cours est fini. Dehors. » rigole Josh

On commence à sortir. Hermione passe à côté des microbes et ébouriffe les cheveux de Weasley comme une mère avec ses enfants. Ce coup-ci c'est ses sœurs qui rigolent. Monsieur Duhamel leur donne la potion pour redevenir normal autant qu'ils puissent l'être avant. Hermione se dirige vers son cours et nous au notre.

PDV EXTERNE

Pendant le cours d'Hermione.

« Professeur ? »

« Oui miss ? » demande McGonagall

« Je peux aller en cours avec les autres ? »

« Euh miss, je ne pense pas que ce soit bien. » répond McGonagall mal à l'aise

« Pourquoi ? Je vais au cours de potion. »

« Je suis fière de vous Hermione mais pour mes cours vous avez besoin de votre baguette. » dit McGonagall avec un sourire compatissant

Hermione regarde sa baguette qui est posée sur la table.

« Si j'y arrive, j'irai en cours ? » demande Hermione

« Je n'aime pas le chantage. »

« Moi non plus. » soupire tristement Hermione

« Si vous arrivez un sort, je vous laisserai revenir en cours. »

Hermione fait un sourire resplendissant. McGonagall fait non de la tête mais avec un léger sourire.

« Je me ramollis avec la vieillesse. On va faire simple. Je veux que vous changiez ce livre en verre à pied. »

La vielle décoiffée lui montre ce qu'il faut faire et la formule. Après une heure, elle y arrive. Son verre est parfait. Elle fait plusieurs autres sorts qu'elle arrive plus facilement.

« Plus dur. » exige Hermione

« Je pense que ça suffit pour aujourd'hui Miss. »

« S'il vous plait… » dit Hermione avec une mine de cocker

« Un dernier. Vous me changer ce réveil en chaise. Mais si vous n'y arrivez pas, ce n'est pas grave. » craque McGonagall

Hermione se concentre mais n'y arrive pas. C'est la fin du cours. McGonagall s'en va mais Hermione reste à essayer de changer son réveil en chaise.

PDV DRAGO

« Je me demande où peux bien être Hermione ? La vielle décoiffée est de retour. » demande Blaise

Je me lève et pars à sa recherche. Blaise aussi. On doit être au deuxième étage. On entend des « Zut » ou des « saloperie ». On marche vers le bruit, je pousse la porte. Hermione est là, baguette en main en train de prononcer sa formule pour le changer en chaise.

Je sors ma baguette et transforme son réveil mais j'ai mal calculé elle a vu que ce n'est pas elle qui a lancé le sort.

« T'es pas drôle Drago. » dit Hermione sans se retourner

« Comment tu sais ? » demandais-je perdu

« Ton parfum. » répond Hermione se retournant vers nous

« Tu te sers de ta baguette ? » demande Blaise

« Oui. »

« Depuis quand ? »

« Un certain temps. … On va manger ? » répond Hermione avec un sourire qui en dit long

Ils rigolent puis on descend manger, enfin le dessert mais ça ne dérange pas Hermione qui mange ses éclairs.


On marche vers pré-au lard.

« Pourquoi on va là-bas ? » demande Hermione

« Pour le bal. » dit Blaise

« C'est quoi un bal ? » demande Hermione

« C'est une soirée où on y va à deux ; tout le monde est beau et on danse toute la soirée. »

« Je ne sais pas danser. »

« On va t'appendre. » sourit Blaise

« Mais pour le moment on va te trouver une jolie robe. »

« Comme à la maison ? » demande Hermione curieuse

« Oui mais encore plus jolie. » souriais-je

Une personne derrière nous se racle la gorge. On se retourne.

« Angie, Léana ? » dis-je perdu

« Vous allez acheter vos costumes pour le bal ? » demande Léana

« Oui. Et ? »

« On voudrait qu'Hermione, si tu es d'accord Hermione, vienne avec nous pour aller choisir sa robe ? » dit Angie

Hermione panique un peu et nous regarde tous les uns après les autres.

« Tu fais comme tu veux. » dis-je rassurant

« Oui c'est vrai, c'est toi qui vois. Si tu ne veux pas c'est pas grave. » dit tristement Angie

« Mais si tu viens avec nous, tu pourrais faire la surprise sur ta tenue. » rajoute Léana souriante

Elle semble réfléchir.

« Vous restez pas loin ? » demande Hermione inquiète

« Mais non, on reste dans les parages. »

« Il n'y a que les élèves ici donc tu n'as rien à craindre. »

« Ok. » dit Hermione un peu rassurée

« Prenez en soin ! » dis-je protecteur

« Ne t'en fais pas on ne va pas la manger ton Hermione ! » se moque Angie

« On te la ramène en un seul morceau puis on ne sait pas ce que donne un Malfoy amoureux en colère. » rigole Léana

Angie tire Hermione et les triplettes s'éloignent rapidement. Blaise se marre.

« Elles t'ont eu ! » se moque Blaise

« Mouais. » dis-je bougonnant

Blaise rigole encore 10 minutes comme un idiot.

« Bon on va s'acheter nos costumes rapidement, je veux être rentré si jamais Hermione rentre plus tôt. »

« Elle est avec ses sœurs en qui elle commence à avoir confiance. Puis trois filles ensemble, elles vont faire du shopping jusqu'à l'épuisement. » rigole Blaise

« Tu as raison, en plus mère lui a donné de l'argent si elle veut se faire plaisir. »

« Je te parie qu'elles ne vont pas rentrer avant la nuit, voir le diner. »

On part entre mecs faire les magasins mais vite fait bien fait.

 

 

12. Esprit embrouillé, passé

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

 

PDV DRAGO


 

Effectivement Blaise a raison, on descend diner alors que les filles rentrent juste, des paquets plein les mains. Hermione vient nous voir toute contente. C'est elle qui a le plus de paquets.

« Tu as fait tes provisions pour l'hiver ? » rigole Blaise

Hermione sourit avant de lui tirer la langue.

« Laisse là ! C'est une fille et elle a quelques années à rattraper en shopping ! » dit Angie

« Et vous allez l'aider à dilapider la fortune des Malfoy ? » demande Blaise

« Oui ! » rigole Angie

« C'est plus cool de claquer le fric des autres. » sourit Léana

« Puis je suis sûre qu'on n’arrivera pas à le ruiner même en y mettant toute la meilleure volonté du monde ! » argumente Angie

« Et oui, c'est ça d'être riche. » dis-je prétentieux

« Je me demande comment tu fais Hermione pour le supporter... »

« Parce que c'est mon petit chaton à moi. » dit Hermione

Les sœurs Granger sourient devant mon surnom mais ne rigolent pas, heureusement pour elles parce que sinon je les aurais tuées. Elles s'en vont et une fois hors de vue, elles rigolent à se casser la voix. Je boude.

« Tu m'en veux ? » demande Hermione avec un sourire innocent

« Non. »

« Dray va manger, je vais accompagner Hermione pour déposer ses affaires. »

Je pars dans la grande salle alors que Blaise part avec mon Hermione. Elle va mieux depuis les vacances,même si elle refuse de se promener seule dans les couloirs mais ce n'est pas vraiment un souci puisqu’elle a rejoint tous nos cours même si elle ne les suit pas. Elle a un sacré caractère, mon Hermione, les professeurs ont fini par céder. Mon connard de père a dû en baver avec elle mais je pense qu’ elle aussi, le connaissant. Il détestait qu'on lui résiste. Mes amis reviennent. Hermione s'assoit à côté de moi. Je pose mon bras sur ses épaules et la ramène vers moi pour lui faire un gros bisou sur la joue. Elle me regarde étonnée.

« Juste une envie. » Je souris

Elle me caresse la joue avec un sourire compatissant. Je mange sans grande conviction. A la fin du repas, je vais faire un tour dehors, j'ai froid mais j'ai besoin de me vider la tête. Je me pose de plus en plus de questions sur le passé d'Hermione, je me demande vraiment ce qu'il lui a fait durant toutes ses années. Bien sûr que je m'en doute mais je voudrais aussi qu'Hermione se confie à moi. Mais peut-être n'a-t-elle pas confiance ou préfère-t-elle en parler avec Blaise ? Ça m'énerve.

En plus, il neige... Comme si je n'avais pas assez froid ! Sale temps.

Plus tard, j'irai vivre dans un pays chaud avec Hermione. Oula tu t'égares Drago. Je me vois faire ma vie avec Hermione, alors que je ne l'aime pas, bon d'accord je l'aime mais si ça se trouve pas elle. Je suis juste un ami. Si ça se trouve, elle préfèrera se marier avec Blaise parce que je lui fais trop penser à mon père ?

Oh mon dieu ….. Qu'est-ce que je vais faire ? Je m'assoie sur le sol gelé. J'ai froid aux fesses mais qu'importe. Hermione apprécie plus Blaise que moi, j'en suis sûr. Ils s'écrivent même des lettres, puis pourquoi moi je n'ai pas le droit de savoir son passé, ni à l'un ni à l'autre. Hermione n'est pas prête à se confier, je crois. Si ça se trouve, elle a déjà tout raconté à Blaise. Si ça se trouve, elle l'a embrassé et ils ont même couché ensemble ? Stop... Tu es en train de mettre Paris en bouteille, Monsieur le prince des Serpentards qui devient parano.

« C'est nul d'être amoureux. » grognais-je

« Pourquoi tu dis ça ? » demande une personne qui arrive juste derrière moi que je n'ai pas identifié

Je me retourne brusquement.

« Angie ? »

« Pourquoi ? Tu n'aimes plus ma sœur ? » demande Angie s'asseyant à mes cotés

« Qui te dit que je l'aime ? » demandais-je sur la défensive

« Malfoy, un aveugle verrait que tu l'aimes. Pourquoi ? »

« Je deviens parano. »

Je m'attends à ce qu'elle explose de rire mais elle se contente de faire un sourire triste. Je suis un peu étonné.

« Tu es sûr que ça va toi ? »

« Pourquoi je n'irais pas bien ? »

« On parle sans se taper dessus et tu ne te moques pas de moi comme avant le diner. »

« Rien de grave. » me dit-elle ailleurs

« Si tu veux en parler. »

« Pourquoi tu ne vas pas tout simplement leur demander ? »

« Sûrement parce que j'ai peur de la réponse. » dis-je piteusement

« Ne dis pas de bêtises, Hermione t'aime même si elle ne s'en rend pas compte, c'est nouveau pour elle mais elle ne fera pas sa vie avec Blaise. »

« Tu l'as appelé par son prénom. »

« Normal, c'est ma sœur. » dit Angie en toute innocence

« Je te parle de Blaise. » soupirais-je

Elle hausse les épaules et regarde au loin. On reste ainsi sans parler à regarder chacun loin dans l'horizon.

« Et toi ? Quel est ton souci ? »

« Je n'en ai pas. Bon j'y vais. A plus Malfoy. » 

« Salut. » dis-je perdu

Angie s'en va rapidement, elle est vraiment bizarre cette fille mais je vais suivre son conseil et aller les voir. Je veux la vérité.

Je monte dans les dortoirs, déterminé, et passe devant ma chambre pour rejoindre celle d'Hermione mais j'entends du bruit dans la mienne. Mon imagination revient, je les imagine en train de rigoler et coucher ensemble. Je respire un grand coup et j'ouvre la porte, furieux mais quand je vois ce qui se passe, je me détends. Hermione essaye de se cacher derrière un des poteaux de mon lit à baldaquin et Blaise tient dans sa main ce qui reste d'un oreiller, les plumes étant rependues dans toute la pièce, certaines volant encore et une bonne partie se trouve sur eux.

On se regarde. Ils attendent ma réaction.

« Où est mon oreiller ? » demandais-je nullement en colère

Hermione sort de sa cachette et ramasse une grosse poignée de plume et me la met sous le nez.

« Merci Hermione. C'est trop gentil. » Je lui souris

Elle souffle sur les plumes qui m'arrivent dans le visage et s'accrochent à mes cheveux. Ça va défaire ma coiffure. Elle me regarde inquiète mais légèrement amusée. Je ne peux pas lui en vouloir alors je souris, mais un bref instant car je veux aussi mes réponses.

« Faut qu'on parle. » dis-je déterminé

« Cachez-moi. Il y a Monsieur Duhamel qui arrive. Au fait Hermione, très jolie avec tes plumes ! » se moque gentiment Kyle en entrant dans notre chambre

Kyle se jette sous le lit de son frère. Il est pas possible celui-là avec Hermione, à chaque fois qu'il la voit, il lui fait un compliment. Jaloux ? Non, Kyle à 12 ans. Mais Hermione préfère peut-être les mecs plus jeunes ? Faut que je fasse attention à ce morveux...

« Quelle connerie as-tu encore inventé ? » demande Blaise blasé

« J'ai mis des pétards qui se transforment en feu d'artifice dans la salle des profs avant leur réunion. »

« T'es pas possible. »

« Pourquoi tu fais ça Kyle ? » demande Hermione qui ne comprend pas

« C'est drôle. » dit-il sortant la tête

« Ça ne fait rire que toi. » répond son frère

« Moi je trouve ça drôle aussi. » sourit Hermione

Je le savais, elle les préfère plus jeunes.

« Ne l'incite pas Hermione. » réprimande gentiment Blaise

« Laisse-le rigoler, il profite de sa jeunesse, il fait ce qu'il lui plait avant qu'il ne soit adulte et devienne un homme avec des responsabilités et qui doit faire payer à des personnes de bas-étage. »

« Tu n'es pas une personne de bas-étage Hermione. Tu es comme Drago, Kyle, moi, tu es une personne comme nous tous. Le sang ne fait pas ton rang dans la société. C'est ton intelligence qui te permet de t'élever. » explique Blaise

Elle lui fait un sourire comme elle ne fait qu'à moi, je suis sûr qu'il se passe quelque chose entre eux !

« Au fait tu veux quelque chose Drago ? » demande Blaise

« Pourquoi ? Je vous dérangeais ? » demandais-je sur la défensive

« Non pas du tout. » dit tristement Hermione

« Tu te fais des films Dray. »

« Ouais c'est ça. C'est vous qui vous racontez vos secrets. » bougonnais-je

« Non pas du tout. » Hermione a les larmes aux yeux

Elle me bouscule en sortant en courant de la chambre. Je vois le regard coléreux des Zabini sur moi.

« Quoi ? » dis-je énervé

« Tu n'as pas assuré sur ce coup-là. » m'engueule le plus jeune des Zabini

Kyle lui aussi sort de la chambre. Blaise va pour ouvrir la bouche mais je le coupe.

« Pas de commentaire. »

« Si je vais en faire. C'est quoi bordel ton problème ? » demande Blaise énervé

« Mon problème ? C'est vous deux ! » dis-je énervé à mon tour

« Tu te fais des films Drago, il n'y a rien entre Hermione et moi, nous sommes amis, rien de plus. »

« Et tu crois que je vais te croire ? Je suis sûr qu'elle t'a confiée tout ce qui s'est passé dans son passé » répondis-je énervé

« Non pas du tout. On se comprend parce que moi aussi, j'ai souffert par le passé. Mais si tu crois que j'ai osé toucher à Hermione alors que je sais pertinemment que tu es amoureux d'elle ; notre amitié n'a plus lieu d'être. » s'énerve de nouveau Blaise mais il est légèrement triste

Blaise aussi sort de la chambre me laissant planté là comme un con. Je m'allonge dans mon lit alors que la porte s'ouvre.

« Que s'est-il passé ? »

« Rien, Monsieur Duhamel. »

Mon professeur me fait signe de me pousser, je m'assoie sur mon lit, lui à côté.

« J'étais venu étriper Monsieur Kyle Zabini mais en le voyant avec Hermione, je n'ai pas pu. Il l'aime bien tu sais. »

« Je sais. » dis-je entre mes dents

« Ne sois pas jaloux et aussi possessif. »

« Je ne suis pas possessif. »

« Si tu ne l'es pas alors pourquoi tu n'es pas content qu'Hermione se soit fait des amis, en dehors de toi ? » me demande mon professeur de potion « Je sais que c'est dur de la voir se confier à Blaise mais je peux te dire qu'ils ne sont qu'amis."

« Qu'est-ce que vous en savez ? » dis-je entre mes dents

« Quand ta mère et moi avons entamé notre relation après le mariage avec ton père, j'ai eu du mal à accepter que lui aussi partage sa vie, en plus, il ne l'aimait pas et la rendait malheureuse. Je pensais que j'étais juste le prix de consolation, mais j'ai compris que malgré que ce soit un salop, elle avait besoin de lui. J'en étais malade, mais je la voulais heureuse alors j'ai accepté. Mais la différence entre nos deux histoires, c'est que les Zabini sont gentils avec Hermione et la rende heureuse, ça complète sa vie. Mais dis-toi que la personne qui la rend la plus heureuse c'est toi. Tout le monde le sait même si en ce moment ça ne se voit pas. Alors va la voir, et ton meilleur ami aussi. Votre amitié n'est pas finie. »

« Comment savez-vous ça ? » demandais-je surpris

« Je sais tout. Je sais aussi que tu as discuté avec Miss Angie Granger tout à l'heure. Tu ferais bien de l'écouter elle aussi. » dit Monsieur Duhamel mystérieux « Alors, qu'attends-tu ? »

« Je ne sais pas. Je ne sais plus. »

« Tu as peur. Va voir Hermione puis Blaise, je crois que pour le moment, il est avec Angie. »

« Hein ? Blaise et Angie ? Impossible. »

« Tu ne te serais pas monté la tête et entêté à rester dans ton coin, tu l'aurais vu. Alors maintenant vas-y. »

Je me lève et suis les conseils de mon professeur et sûrement futur beau-père.

Je pars à la recherche d'Hermione, je n'ai pas à aller bien loin vu qu'elle se trouve dans la salle commune des Serpentards avec Kyle. Je vois ses larmes couler, je me sens triste mais je l'ai cherché c'est de ma faute.

« Monsieur Kyle Zabini, venez avec moi, nous avons des choses à régler. » dit Monsieur le professeur d'un ton dur et sec

Hermione regarde Monsieur Duhamel, paniquée puis Kyle, elle décide de prendre Kyle dans ses bras et de le coller contre elle. Je devrais péter un plomb mais je la trouve plus protectrice comme avec un enfant. Ça fait sourire Monsieur Duhamel et je me surprends à le faire moi aussi.

« Je vous le rends Miss Granger, en un seul morceau, promis. » sourit Josh

Elle consent à le lâcher après quelques hésitations. Je m'approche d'Hermione mais elle se lève et recule, triste. Je m'arrête.

« Pardon. J'ai agi comme un idiot. »

Heureusement qu'il n'y a personne dans la salle commune.

« Pourquoi ? Pourquoi tu agis comme ça ? » demande-t-elle perdue

Je soupire. Je dois lui dire.

« Je … Je suis jaloux de mon meilleur ami. Tu lui confie tes secrets, je me sens exclu. »

Hermione va s'assoir et me fait signe de la rejoindre. Je ne peux que la fixer, elle est si fragile, je la fais souffrir. Je me demande comment elle fait pour me tolérer à ses côtés.

« C'est comment être avec quelqu'un ? »

Euh… Je m'attendais à tout sauf à ça. Je dis quoi moi ?

« Drago ? » m'appelle Hermione inquiète

« Hein ? Pardon, j'étais dans mes pensées. »

« J'ai vu. Alors ? » Elle me fait un léger sourire

« Je ne sais pas Hermione, je n'ai jamais été comme Léana avec Ron et Angie avec Harry ou Blaise ? »

« Pourquoi les deux ? »

« Il faudra que tu lui demandes. » dis-je

Elle pose sa tête sur mon épaule, je ne peux pas m'empêcher de sourire.

« Tu ne m'en veux plus ? » demandais-je anxieux

« Tu ne recommenceras plus ? »

« Non, je te le promets. » répondis-je la fixant

« Je ne crois pas aux promesses. »

« Que veux-tu ? »

« Si je pleure tu sècheras mes larmes ? »

« Toujours. »

« Ça me va. » dit-elle avec une petite voix

On reste ainsi sans bouger à regarder les flammes. Blaise rentre plus tard.

« Bonne nuit Hermione. » dit Blaise en passant

« Bonne nuit Blaise. »

« Va le voir. » m'ordonne Hermione

« Viens avec moi. »

On se lève, elle me prend la main pour me donner du courage. On rentre dans la chambre, Blaise est allongé sur son lit. Hermione me pousse gentiment vers lui. Je lui fais non de la tête. Ses doigts viennent s'entrelacer aux miens, elle me tire vers lui et ne me lâche pas.

« Tu as attaché Mardi avec Mercredi. » informe Hermione à Blaise

« Ouais. » dit Blaise regardant les boutons de sa chemise

Je sens une pression sur ma main. Oui oui, Hermione, je sais.

« Désolé. » murmurais-je presque

« On l'es tous un jour mais toi tu peux vraiment l'être. » m'enfonce Blaise

« Je sais, mais tu me connais, tu sais comment je réagis. Mes réactions sont un peu démesurées. »

« Un peu ? » s'offusque blaise

« Bon d'accord, beaucoup, puis je suis complètement parano. »

« J'approuve à 200 % mais il faut que tu te rentres dans le crane que Hermione et moi sommes amis rien de plus. » explique encore blaise

« Mais je sais, c'est juste que… »

« Tu es idiot ! »

On rigole, nos bons vieux rire complices.

« Ce n'est pas le tout mais je vais dormir, je suis crevé. » baille Blaise

« A se demander pourquoi... » me moquais-je

« Pourquoi ? » demande innocemment Hermione

Un ange passe.

« C'est compliqué. » soupire Blaise

« Je ne suis pas idiote. Je comprends tout. » dit-elle fièrement

« Et ça nous aide beaucoup. » souriais-je

Elle m'embrasse sur la joue.

« Pourquoi Angie a deux copains ? » demande Hermione

« Je ne suis pas son copain, on s'amuse tous les deux. Rien de plus. Juste un jeu. »

« Sur ces belles paroles, je vais dormir. » dis-je en baillant moi aussi

« Je peux dormir avec toi ? » demande Hermione

« Si tu veux. » dis-je surpris

On part chacun de notre côté pour nous changer puis Hermione revient avec moi, elle se blottit contre moi, sa peau est douce et chaude alors que moi je suis un vrai glaçon avec les pieds froids. Je la fais frissonner quand, par inadvertance, ils rencontrent les siens.

« Tu as encore froid ! » sourit  ma Hermione

« Comment tu fais pour ne jamais avoir froid ? »

« Je n'ai jamais vraiment été habillée, peu importe les saisons. » explique-t-elle triste

Je me frappe le front tellement, je peux être con des fois.

« Pourquoi tu te tapes ? » demande Hermione inquiète

« Parce que je suis un boulet. »

« Mais tu es mon boulet, mon petit chaton. Dors. » elle m'embrasse sur la joue

« Bonne nuit ma princesse. » Je l'embrasse à mon tour sur la joue

« Bonne nuit. »

Elle pose sa tête près de mon épaule, je m'endors. Elle aussi.

« Ahh non pitié, stop ! Arrêtez. Pitié ! Ahhhh ! » crie Hermione dans son sommeil

« Aie ! » dis-je à mon tour

Je viens de me prendre un coup de poing dans la lèvre. Hermione se débat, Blaise est aussi réveillé, je ne sais pas quoi faire, elle ne se réveille pas, je commence à paniquer, je fais quoi ? Je regarde Blaise, qui lui, est serein. Il s'approche d'Hermione.

« Parle-lui. Dis-lui des paroles douces, elle t'entendra. Ça va la calmer. »

« Hein ? »

« Fais ce que je te dis. » m'engueule Blaise

Je fais ce que Blaise dit, au début, je me sens idiot mais je suis inquiet pour Hermione alors je le fais, je lui caresse la joue en même temps, je fais attention à ses poings et à ses jambes qui partent dans tous les sens. J'ai failli me prendre un coup de genoux mal placé. Progressivement, elle se calme, peut-être au bout d'un quart d'heure, elle est calmée et finit par ouvrir les yeux. Elle n'essuie pas ses larmes qui coulent toujours. J'hésite à la prendre dans mes bras, je ne sais vraiment pas quoi faire.

« Dray. » murmure Blaise

Je me retourne vers mon meilleur ami qui me fait un coup de tête en direction d'Hermione. Je ne me fais pas prier pour la prendre dans mes bras même si mes gestes sont maladroits. Ses pleurs redoublent mais elle se colle à moi. Je resserre mon étreinte.

« Chut, ce n'est rien, juste un cauchemar, ça ne recommencera plus. C'est fini, plus personne ne te fera de mal. Plus personne. Calme-toi. » murmurais-je à son oreille

« Tu devrais en parler Hermione, ça te fera du bien. » dit Blaise

On attend la réaction d'Hermione.

« Regarde-moi, depuis que je t'ai parlé, je vais beaucoup mieux, j'arrive à revivre ; je croyais ne plus pouvoir vivre sans elle et pourtant je suis là à sourire avec vous. » Blaise sourit légèrement

Elle renifle un dernier coup, je me décale, toujours Hermione à moitié sur moi. Blaise vient se mettre à côté d'elle. On attend qu'elle soit prête à nous parler. Ses mains tremblent, je l'embrasse sur la joue.

« Si tu n'es pas prête, on peut attendre. » la rassurais-je

Elle fait non de la tête.

« Je … Il a …. Je ne peux pas. Désolée. » commence Hermione

Elle fond en larmes en murmurant un « je suis nulle. »

« Te souviens-tu de ce que tu m'as dit l'autre jour ? » demande Blaise

Elle fait non de la tête.

« Je t'ai dit que je t'admirais pour ton courage, ta persévérance, et parce que tu te bats. C'est ton dernier combat Hermione, après tu pourras vivre, ça sera sorti de ta tête à tout jamais. »

Hermione cherche du réconfort dans les yeux de Blaise elle doit le trouver, vu qu'elle retrouve le sourire.

« Pour Aéna. »

« Pour Aéna. » dit Blaise ému

« C'est qui ? » demandais-je perdu

« Plus tard, pour le moment c'est l'histoire d'Hermione que l'on écoute.


 

 

13. Séquence émotion

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

 

PDV DRAGO

Elle souffle pour se donner du courage, on lui tient chacun une main en attendant sa douce voix.

- Je…. Il a …

- Prends ton temps. On a toute la nuit. (Drago baille sans le vouloir) Même si Drago a l'air exténué, se moque Blaise

-  Je ne me souviens que de cette cave, rien avant, je me vois grandir avec Moky qui s'occupait de moi. Il me donnait des vêtements et à manger, il était gentil avec moi, Moky.

Elle verse quelques larmes.

-Au début, je mangeais beaucoup mais plus tard, quand je suis devenu plus grande, il venait me voir tous les jours. Depuis mon arrivée, il ne faisait que me regarder ou parler avec moi, il ne restait pas longtemps, il disait qu'il devait voir son fils et sa connasse, il l'appelait comme ça. Il était calme mais un jour, il est descendu en colère à la cave, il est entré dans ce qui était ma maison et m'a frappé au visage, il disait que c'était de ma faute, que tout était de ma faute, je ne savais pas ce que j'avais fait mais j'étais petite alors je restais au sol en attendant qu'il arrête de frapper. Il s'est calmé, puis il est parti. J'avais mal partout. Moky est venu me soigner, il était gentil, Moky. Le lendemain il a recommencé, il disait que c'était ma faute, après plusieurs jours, il a dit que si elle l'avait trompé c'était parce qu'il passait trop de temps avec moi. A partir de ce jour, il frappait souvent, mais juste avec ses mains et ses pieds ou sa canne. Une nuit alors qu'il faisait froid, la neige tombait dehors, Monsieur Malfoy a dit qu'il avait tué aujourd'hui, il était content même. Il avait tué cette bâtarde. 

- Je ne comprends pas. Il a tué qui ?  demandais-je

-  C'était ta sœur, ta demi-sœur, la fille de Josh. Monsieur Malfoy l'a tué alors qu'elle n'avait que quelques jours, me répond Hermione mal à l'aise

Je verse une unique larme qu'elle enlève avec son pouce.

- Pardon, continue ton histoire, dis-je doucement

- Il était content, je l'ai vu sourire. Au début, c'était un sourire heureux, je crois, mais il s'est transformé en sourire bizarre, ce sourire qui me fait faire des cauchemars depuis ce jour, où il a commencé à … à … 

- Tu n'es pas obligé d'entrer dans les détails Hermione, on comprendra, sourit gentiment Blaise

- Non il faut que j'y arrive, répond Hermione déterminée

 Je lui serre la main et l'incite à continuer du regard.

- Il a commencé à me toucher, d'abord au visage puis ensuite sur le corps, je ne savais pas ce qu'il faisait, je ne bougeais plus, j'étais tétanisée par la peur, je n'ai rien fait, je m'en veux, dit-elle en pleurs.

- Mais non, tu ne savais pas. Tu ne pouvais pas savoir que ce type était un connard qui te faisait du mal.

- Il continuait quasiment tous les jours, je me laissais faire, je ne pouvais rien faire, je ne comprenais pas, il touchait partout. Moky un jour m'a dit que ce n'était pas bien, alors quand il est revenu, j'ai dit non, il m'a frappé avec ses mains, je continuais à me débattre, Moky m'avait dit que ce n'était pas bien, je l'écoutais c'était mon ami, mais Moky avait mal fait ... Il frappait, frappait encore, il était violent tout le temps, j'ai eu mal, très mal. Moky m'amenait à manger mais je ne voulais plus manger, j'ai maigri, un peu, Monsieur Malfoy a dit « puisqu'elle ne veut plus manger elle ne mangera plus", il m'amenait juste un repas par jour avec un peu d'eau. Moky s'est excusé, il amenait un peu plus à manger et de l'eau. Il continuait tous les jours, je ne disais plus rien j'attendais, juste un mauvais moment à passer, mais des fois je ne voulais pas alors je criais, je me débattais. Puis un jour, il a sorti sa baguette, et j'ai eu mal, très mal à l'intérieur, j'avais peur de ses mains, de ses pieds, de sa canne, de son …. Et après ce jour, de sa baguette. Les jours sont passés, les mois, les saisons, les années, il continuait toujours, les coups, la baguette, le viol, toujours, et encore, je survivais. Un jour, il y a eu du nouveau, il est venu avec des gens tout en noir, avec des capuches. Je ne voyais que leurs yeux. Ils se sont tous amusés, comme ils disaient, avec moi, tous, les uns après les autres, ils venaient souvent, il y avait juste une personne qui restait en retrait, elle pleurait toujours.

- Daphnée. 

On a parlé en même temps Blaise et moi

- Elle souriait, elle s'amusait du spectacle, c'était écrit dans ses yeux.

Hermione n'arrive plus à prononcer un mot.

- Ce n'est pas grave, c'est très bien. Prend ton temps, la rassurais-je

On attend qu'elle se calme un peu puis elle continue son récit, avec du mal.

- Il ne venait plus mais un jour, j'ai osé le frapper, je lui ai mis une gifle.

On sourit.

- Il m'a battu, jusqu'à plus force, me laissant à moitié morte au fond de ma cave. Je saignais de partout, Moky m'a soigné, il était gentil, Moky. Depuis ce jour, je n'ai plus parlé. Il criait parce que je ne disais plus rien... depuis ce jour, je faisais la poupée chiffon, mon âme était morte, juste mon corps était présent, mon cerveau ne marchait plus correctement, je ne faisais que pleurer et subir. Je subissais. Mon cauchemar s'est arrêté le jour où il est mort. 

Elle finit effondrée dans mes bras et passe le reste de la nuit à pleurer, elle s'endort au petit matin, nous la suivons dans son sommeil.


Quand j'ouvre les yeux, il n'y a que Blaise, qui est trop proche de moi, nos visages ne sont qu'à 20 centimètres ; je me recule brusquement et tombe lourdement au sol, ce qui réveille mon meilleur ami qui se marre ouvertement.

- Oh ça va te marre pas ! bougonnais-je

- Qu'est-ce qui t'a fait peur de si bon matin ?

- Voir ta tête, dis-je fier de ma réplique

Blaise boude alors que je me lève pour aller à la recherche d'Hermione. Je vais voir dans sa chambre.

- Tu es là Hermione ? demandais-je inquiet

- Qu'y a-t-il ?  me demande Hermione sortant de la salle de bain, habillée et souriante

- Je m'inquiétais de ne pas te voir, tu vas bien ? Je veux dire, avec ce que tu as raconté cette nuit.

- Oui, je vais bien merci, elle me sourit doucement

 Elle s'assoie sur le lit, je la rejoins.

- Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi bien, aussi libre.

- Je suis fier de toi Hermione. Maintenant, tu vas pouvoir commencer une nouvelle vie laissant toutes ces horreurs derrière toi,

Je la prends dans mes bras

- Oui, maintenant je vais pouvoir expérimenter de nouvelles choses. »

Je lève un sourcil, suggestif. Ça ne serait pas Hermione dans mes bras, j'aurai les idées mal placées, j'ai les idées mal placées mais je ne vais pas lui sauter dessus. Hermione me pince la joue.

- A quoi pensais-tu mon petit chaton ? 

- Aie...

Elle me lâche la joue un peu paniquée. Je me masse la joue.

- Pardon, s'excuse Hermione honteuse

- Ce n'est rien, c'est juste le matin, dis-je souriant

- On va manger ? J'ai faim !

Je pars m'habiller, puis on descend tous les trois prendre notre petit déjeuner.


Les jours passent, Hermione est souriante, même en cours, quand elle loupe un truc, , ça la fait sourire puis elle recommence. Je passe la quasi-totalité des cours à l'observer, quand elle est satisfaite de son travail, elle se mort la lèvre inférieure, quand elle réfléchit, elle fait claquer ses ongles sur la table en fronçant les sourcils.

- Et Dray, arrête de la fixer. Elle ne va pas s'envoler, se moque mon meilleur ami

- Pffffff. 

Je croise les bras et boude.

- Et Hermione. Il y a ton chaton qui boude, murmure Blaise

Hermione rapproche sa chaise de la mienne et me prend dans ses bras.

- Je n'aime pas quand tu boudes mon petit chaton, me murmure mon Hermione

- Miss Granger, réprime Madame Chourave

- Oui ? disent en cœur les trois Granger

- Miss Hermione Granger, lâchez Monsieur Malfoy. Il ne va pas s'envoler.

- On ne sait jamais, répond Hermione avec une voix légèrement hautaine

Hermione profite du fait que les professeurs ne lui disent rien pour leur répondre, ils sont trop contents que la petite rescapée, comme ils l'appellent, reprenne une vie normale. Madame Chourave fait un non de la tête puis continue son cours.

- Pourquoi tu fais la tête ? demande Hermione inquiète

- Je ne fais pas la tête.

- En plus, il est de mauvaise foi, se moque Blaise

- Même pas vrai, boudais-je

-Si, réplique Blaise

- Non.

- Si.

- Non. 

- Si. 

- Non. 

- Les garçons ? nous appelle Hermione

- Oui ?

- Le cours est fini, on a cours de vol. 

On regarde la serre, qui est effectivement vide, on entend juste Hermione rire. On part à notre prochain cours avec les Gryffondors, encore.

- Au fait Hermione, j'adore ton rire. Ça fait du bien de l'entendre et de te voir heureuse. 

- Dray, tu ne peux pas attendre que je sois parti pour les déclarations d'amour.

- Va-t'en, m'énervais-je doucement

Blaise se met à courir, moi sur ses talons. On arrive essoufflés au cours de balai, Hermione arrive tranquillement et va discuter avec ses sœurs.

- Aujourd'hui, on va faire des courses. 

- Eurk, dirent les trois Granger

- Ravie que cela vous plaise, se moque gentiment Mme Bibine

Elles lui font un sourire avec toutes leurs dents, on a du mal à les reconnaitre.

- C'est flippant comme elles peuvent se ressembler, dit Blaise

- Tu m'étonnes mais Hermione est plus jolie. Mais dis-moi, que se passe-t-il de précis entre Angie et toi ? 

- Euh, à vrai dire…  répond Blaise, un peu gêné

- Je ne suis pas idiot alors n'y va pas par quatre chemins. 

- Je couche avec Angie.

- Ça je le savais mais la raison et pourquoi ?  dis-je moqueur

- Par hasard.

-Par hasard ? Tu plaisantes j'espère ? Je veux d'autres explications. Et maintenant, dis-je ébahi de sa réponse

- Pas là.

Il fait un coup de tête en direction des triplettes, qui nous regardent bizarrement. On monte sur nos balais pour aller faire les exercices demandés mais je ne lâche pas Blaise pour autant. Je veux tout savoir.

- On a commencé à se voir après que j'ai raconté mon histoire sur Aéna à Hermione, je n'allais pas très bien, je marchais sans vraiment regarder où j'allais et je suis rentré….  commence Blaise

- Et je suis rentrée dans Blaise. Il m'a fait tomber et m'a relevé, sauf que je m'étais tordu le poignet, il m'a emmené à l'infirmerie mais vous me connaissez…. continue Angie alors que ces deux sœurs écoutent.

- Tu la connais, à allumer tout le monde, c'est sa façon d'être. Une fois soignée, on a discuté, puis avec son engueulade avec Potter, on a dérapé…   me dit Blaise

- Dans un placard à balai, rajoute Angie

- Dans un placard à balai ? disent Léana et moi

- Ohhh ça va, se défendent Blaise et Angie

- Et depuis, on se voit en cachette pour …. Enfin tu vois, m'explique Blaise

- D'ailleurs, c'est quoi cette histoire avec cette fille ?  demandais-je curieux

Blaise me raconte son histoire brièvement. Je comprends mieux son comportement. Je me sens désolé pour lui.

- Va rejoindre Hermione, avant que Madame Bibine ne lui jette un impérium pour la faire monter sur un balai. »

Je fonce et atterri à côté d'Hermione, qui se jette dans mes bras.

- Ce n'est rien. 

- Miss Granger. Montez sur ce foutu balai, s'énerve la professeure

Je retire ce que j’ai dit, tous les professeurs ne sont pas sympa avec elle...

- Non, pas toute seule, répond Hermione

- Si. 

- Non.

Hermione s'accroche un peu plus à moi.

-Allez madame, juste pour cette fois, elle monte avec moi.

- D'accord, capitule la professeure

 Hermione saute sur le balai derrière moi.

- Allez Princesse, accroche-toi. 

Elle serre ses bras autour de ma taille et pose sa tête sur mon dos. Je peux décoller. On rejoint Blaise.

- Je crois que tu as un truc accroché derrière toi Dray. Je serai toi, je me méfierais, c'est vraiment bizarre, je serais toi, je la jetterais tout de suite. 

- A part ma princesse, je ne vois pas. Et non, je ne la jetterais pas. 

- Et toc ! rigole Hermione


- Allez viens Hermione, on t'emmène, rigole Angie

- Mais je n'ai pas fini mon déjeuner, s'offusque Hermione

- Emmène tes éclairs au chocolat, sourit Léana

Hermione prend un éclair dans chaque main et suit ses sœurs.

- Sois pas en retard Malfoy. Sinon gare à tes oreilles. Puis Angie, arrête ton petit jeu avec Zabini, Harry te regarde, réprimande Léana

Elles partent, bras dessus, bras dessous.

- Mais au fait, avec qui tu vas au bal ? demandais-je

-Avec Astoria. 

- Astoria la sœur de Daphnée ?   dis-je choqué

Je vais pour gueuler mais Blaise me coupe.

- Je sais ce que tu vas dire mais elle est à l'opposé de sa sœur. Elle est gentille, souriante et n'a pas une once de méchanceté. Si ça peut te rassurer j'ai demandé à Hermione si elle l'avait déjà vu à la cave et non. Hermione, elle, est même contente pour moi. 

- Pardon, mais vu que c'est la sœur de Daphnée, il y a de quoi se méfier, dis-je un peu honteux

- Je sais mais j'ai confiance en elle. De plus, c'est elle qui est venue s'excuser pour sa sœur. 

- Pourquoi elle est venue te voir toi et pas moi ? 

- Tu lui fais peur. Et elle n'ose pas aller voir Hermione, elle se sent coupable. 

- J'ai confiance en ton jugement. Mais tu me la présenteras ? 

- Si tu veux, soupire Blaise. Mais je te rappelle que tu as Hermione, rigole Blaise

Je lève les yeux au ciel pour toute réponse.

- Et avec Angie ?

- Il n'y a rien entre Astoria et moi, pour le moment, on est ami. 

- Et si vous passez à l'étape supérieure ?

- J'aviserai, sourit Blaise

Nous aussi, on part se préparer mais seulement quelques heures plus tard, puis si je suis en retard, je me fais arracher la tête par Léana.


À 19 heures, les portes s'ouvrent. Nous les mecs, il nous faut que deux heures pour nous préparer.  A 18 heures 45, je suis dans le hall à attendre Hermione. Je repense au soir où je lui ai demandé de venir avec moi.

FLASH BACK

- Je peux entrer Hermione ?

- Oui bien sûr. Qu'y a-t-il ? Tu as l'air bizarre. 

- Tu sais, au bal, il faut y aller à deux, dis-je me tortillant les doigts

- Oui. 

- Tuvoudraisyalleravecmoi ?

- Que si tu le redis en français et pas en petit chinois !  rigole Hermione

- Tu veux aller au bal avec moi ?  dis-je la fixant dans les yeux ce qui la perturbe légèrement

-Euh…. Oui, répond Hermione déstabilisée

FIN DU FLASH BACK

Blaise attend Astoria dans notre salle commune, ils ne tardent pas à nous rejoindre. Je dois avouer qu'elle est plutôt jolie, sa robe est longue et verte clair, bustier sans manche, cintré, elle s'évase sur les jambes, il y a des fleurs éparpillées. Elle a aussi un foulard attaché par la même fleur que sa robe autour du cou. Mais je suis sûr qu'elle l'est moins qu'Hermione. Hermione est toujours la plus jolie.

- Présentation officielle, Astoria voici mon meilleur ami Drago. Drago, Astoria.

- Salut, dit-elle timidement

- Tu es différente de ta sœur, en plus tu es blonde. 

- Euh… Oui, c'est une couleur …. Pour ne pas ressembler à …. Ma sœur.

- Tu ne lui ressembles pas, dis-je avec un début de sourire

- Merci, rougit Astoria

- Tu vois, je te l'avais dit. Regarde voilà les triplettes, dit Blaise

Potter descend au bras d'Angie. Sa robe est rose, bustier, un peu la même forme que celle d'Astoria, mais celle d'Angie est retenu par des pinces qui font des plis sur ses jambes, la robe reste longue. Il y a des motifs brillants sur sa poitrine. Je jette un coup d'œil à Blaise qui ne laisse rien paraitre, c'est vraiment un bon comédien, ou peut-être qu'il ne ressent rien et c'est vraiment juste pour le cul. On voit ensuite Léana au bras de Weasley qui semble de plus en plus amoureux. Sa robe à elle est bleu nuit avec des reflets mauve. Bustier, elles se sont passé le mot ? La même forme mais en plus droite. Autour de sa taille est accrochée une ceinture large en tissu dans les tons du reflet de sa robe. Je vois les sœurs regarder vers le haut des escaliers puis se regarder.

- Hermione ! hurlent les deux sœurs

On la voit pointer le bout de son nez puis le reste de sa personne. Elle porte une robe rouge avec du blanc sur le bas de sa robe. Elle n'a pas de manche mais la sienne lui colle au corps jusqu'à un peu au-dessus de ses genoux. Le reste s'évase. Il y a une ceinture en dentelle blanche brodée juste en dessous de ses seins. Et quelques fleurs brodées sur ses cuisses. Elle est absolument divine, parfaite, exceptionnelle et je ne suis pas le seul à la trouver superbe. Tous les mecs la regardent et la réaction des filles est mitigée, certaines la fusillent du regard elle ou leur cavalier, et d'autres l'admirent tout simplement.

- Elle est vraiment jolie, complimente Astoria admirative

Je n'arrive plus à bouger, c'est Blaise qui me sort de ma torpeur par un coup de coude dans les côtes. Je m'avance vers elle, peu assuré.

- Tu …. Es …. Très …. Jolie… 

- Merci.

- Tu vois Hermione, je savais que ça allait lui plaire. Je suis trop forte, se vante Angie

- Ce n'est pas la modestie que t'étouffe, se moque sa sœur

Angie lui tire la langue. Les portes s'ouvrent. On entre, Hermione accrochée à mon bras, je fusille du regard tous les mecs qui la fixe un peu trop longuement. Le diner se passe calmement, les tables disparaissent, un groupe de musique entre. Un slow démarre, j'invite Hermione à danser.

- Mais je ne sais pas danser.

- Tu n'auras qu'à me suivre, puis ce n'est pas si compliqué tu verras.

Je prends ses mains et les posent sur mes épaules avant de poser maladroitement mes mains sur ses hanches, la musique démarre. Je reste à une distance raisonnable d'elle, on commence à danser, au début, elle regarde nos pieds, puis ensuite elle me regarde et sourit.

- Tu vois ce n'est pas si difficile, la réconfortais-je

A la fin de la chanson, c'est une musique plus rapide qui vient. Avec Hermione, on va boire un verre.

- C'est vraiment toi la plus jolie ce soir, dis-je à son oreille

CLIK !

- Super jolie cette photo ! Hermione a son premier bal, sourit Blaise

Hermione me tire vers elle, Oh non, pas une autre.

CLIK !

- Celle-là je vais la mettre sous haute protection, rigole mon traitre de meilleur ami.

Hermione regarde Astoria. Blaise le voit.

- Hermione, je te présente officiellement Astoria.

- Salut, dit timidement Astoria

Hermione se rapproche d'elle et la regarde sous tous les angles même si elle a dit à Blaise qu'elle était d'accord et contente pour lui. Elle vérifie.

- Tu es différente d'elle, dit Hermione

- Oui. Je suis désolée pour ce que ma famille t'a fait enduré mais je ne suis pas comme eux, avec ma mère nous sommes différentes.

- Tu mérites une chance, après tout Drago est différent de son père, sourit Hermione

- Je suis rassurée, sourit Astoria

- Une photo tous les quatre, dit mon ancien meilleur ami

Blaise fait léviter son appareil, on se met tous à coté puis Blaise met un coup de baguette pour prendre la photo.

- Permettez, on vous emprunte notre sœur, on va danser.

- Allez viens sœurette ! En plus, c'est notre chanson avec Léana ! Et comme ça, ça sera la tienne aussi.

Elles partent sur la piste de danse avec de la musique moldue. Léana se déchaine, Angie aussi mais elle lui montre comment faire, elle ne s'en sort pas si mal que ça, puis mon Hermione a l'air de bien rigoler alors je suis content même si je vais étriper mon meilleur ami, qui n'arrête pas de prendre des photos.

- Blaise, arrête avec tes photos sinon je te mets ton appareil dans un endroit mal placé, dis-je entre mes dents

- Ouhlala ça doit faire mal. Je ne voudrais pas être à ta place, se moque Astoria

- Génial, ils se liguent contre moi. Hermione, viens à mon secours, supplie Blaise

-  Tu danses ?  demande un mec à Hermione.

- Pas avec toi. dis-je moitié agressif

Je lui prends la main et l'emmène danser avec moi. Je vois Hermione faire un bref sourire à ce sale pervers mais elle n'a pas l'air si désolée que ça. Je la tire gentiment vers moi, on danse un slow sur de la musique rapide, mais je m'en fous, je la veux près de moi. Elle ne me repousse pas alors ça ne doit pas la déranger elle non plus.

Un peu plus loin.

- Ils se sont vraiment trouver ces deux-là.

- Ils sont trop mimis tous les deux. Moi aussi je voudrais un jour trouver quelqu'un qui m'aime comme il l'aime, je trouve ça beau et romantique, dit Astoria dans la lune

- Arrête de bougonner mon chaton.

- Non mais tu as vu comment il est celui-là. Il se prend pour qui ? Non mais...

- Tu es jaloux !

- Non, dis-je fermement

- D'accord, tu es possessif.

- Je préfère ça !

Je lui fais un vrai sourire.

- J'aime bien, je me sens en sécurité avec toi. 

-  Tu es vraiment unique et c'est comme ça que je t'aime.

Je ne dis plus rien, je viens de me rendre compte de ce que je viens de dire mais Hermione n'a pas compris, sait-elle seulement ce que veut dire le mot aimer ? Sait-elle ce qu'il signifie à mes yeux ? Comprend-t-elle ce que je veux dire par ces mots ? Je ne crois pas. Je suis triste mais je me sens libéré en lui ayant dit je t’aime.


A suivre...


 

14. Début des vacances ; Les dérapés de noël.

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

 

PDV DRAGO

Je me réveille la tête dans le pâté, comme d'habitude, je vais voir Hermione, qui, en ouvrant la porte de sa chambre, me saute dans les bras.

- Que me vaut le plaisir de ce charmant accueil matinal ?  dis-je

Hermione me met une lettre sous le nez.

- Tes bagages sont prêts ? demandais-je

- Oui ! On part quand ?

- Le train est à douze heures.

- Trop bien, sourit Hermione très contente


- Mes chéris, je suis contente de vous revoir. Allons rentrons, il fait froid dehors.

- Oui, je suis gelé, grelotais-je

- Tu as toujours froid, sourit Hermione

-Nia nia nia, boudais-je

Hermione me saute dans les bras et m'embrasse sur la joue. Mère nous regarde, attendrie.

On transplane à la maison, Hermione saute et court partout.

- Il y a quoi à manger ce soir ? 

- Je crois qu'elle est pire que moi, rigolais-je

Au diner.

- As-tu fini de faire tes cadeaux Drago, demande ma mère

- Cadeaux ?

- Drago ! Ne me dis pas que tu ne lui as pas dit pour noël ? Et les cadeaux ? demande ma mère choquée

- Je dois avouer que ça m'est sorti de la tête, dis-je honteux

- Tu es infernal, Drago Malfoy, dit Narcissa me grondant comme un gamin de 10 ans

- Pardon, dis-je honteux

- Je ne comprends rien, s'énerve Hermione

- Noël est une fête où l'on offre des cadeaux aux gens que l'on apprécie, explique ma mère

- Mais j'ai pas de cadeaux !

Hermione panique.

- Ce n'est pas grave, on ira demain si tu veux, sourit Narcissa

- Ouiiii !

On frappe à la porte, mère se lève, on l'entend crier de joie, puis plus rien.

- C'est Monsieur Duhamel, sourit Hermione

- Je l'avais oublié celui-là, bougonnais-je

- Drago !

- C'est flippant comme tu peux ressembler à mère, me moquais-je

Elle m'envoie de la crème anglaise dans la figure. Je lui réponds avec une part d'île flottante.

- Oh, tu es méchant Drago.

Elle croise les bras et boude. Je me sens coupable alors je vais la prendre dans mes bras mais elle m'étale deux éclairs au café sur les joues.

- Pas bon les éclairs au café, boude Hermione mais rigolant légèrement

- Je vois que ce ne sont pas les mauvaises notes qu'ils ont eu en potion, qui leur minent le moral, dit Josh alors qu'il entre dans la pièce avec mère

On sourit de toutes nos dents.

- Vous avez eu combien ?  demande Mère

- T comme Troll.

- Et ils en sont fiers, dit Mère en secouant la tête

- Tu les aurais vus en cours, ils étaient pire que ça. A se demander s'ils ne l'ont pas fait exprès.

- Même pas vrai ! 

- Et vous croyez que nous allons vous croire avec toute cette nourriture sur le visage ? Allez donc vous laver et vous coucher. Demain on a une grosse journée.

Nous obéissons.


- Tu es prête Hermione ?  demande mère

- Oui, répond Hermione tout excitée

- Tu es très jolie aujourd'hui.

- Merci.

- Tu ressembles de plus en plus à une Lady, à une Lady Malfoy, dit Mère l'air de rien

Hermione ne relève pas la phrase de mère mais moi, oui. La pauvre, je lui dis je t'aime et ma mère lui parle mariage. Par contre, sa tenue est vraiment sophistiquée, tailleur haute couture mais pas sévère, avec un chapeau. Le tout blanc cassé.

- Tu es très jolie Hermione.

Je l'embrasse sur la joue

- Mais que fait Josh, râle ma mère

- J'arrive, j'arrive, dit Josh descendant les escaliers rapidement

- Rassurez moi les enfants, il est à l'heure pour les cours ? se moque ma mère

- Oui.

- Malheureusement, rajoutais-je

Je mets ma grosse cape alors qu'Hermione reste comme elle est. Mère et Josh se couvrent aussi. On transplane au chemin de traverse.

- Je pars avec Hermione, on se retrouve dans deux heures au café de la vieille, dit mère

- La vieille ? 

Hermione ne comprend pas

- Une amie à moi, je l'appelle la vieille depuis toujours, elle n'a jamais été irresponsable. C'était la plus sérieuse du groupe.

- On y va ?  demande Hermione

PDV EXTERNE

Elles rentrent dans toutes les boutiques et ressortent les mains pleines à chaque fois.

Avant de rejoindre les hommes.

- Je peux vous posez une question ?

- Oui, bien sûr ma puce. Qui y'a-t-il ?

- Que veux dire je t'...  commence Hermione

- Hermione, hurlent Léana et Angie

- Bonjour, répond Hermione en sursautant

-Bonjour, Madame Malfoy.

- Bonjour. Je vais acheter un petit quelque chose, je te retrouve ici, dit Narcissa

- D'accord.

- Maman nous a dit que si tu voulais tu pouvais passer le déjeuner du 25 avec nous, dit Angie

- Euh, oui d'accord, répond Hermione

- Tu as fait tes cadeaux ? demande Léana

- Presque.

- Et qu'as-tu acheté à ton petit chaton ?  demande Angie

- Et toi à Blaise ?  réplique Hermione

Angie ouvre la bouche et la referme sans rien dire. Les deux autres sœurs rigolent.

- Elle t'a eu, rigole Léana

- Oh ça va, foutez-moi la paix, boude Angie

Hermione et Léana embrassent leur sœur sur la joue.

- Et si tu veux, tu pourras passer quelques jours à la maison, propose Léana

- Euh, je ne sais pas.

- Mais tu n'as pas à te forcer, sourit gentiment Angie

- Oui c'est vrai, si tu ne veux pas, c'est pas grave, on te comprend, soupire Léana

- Merci. 

- C'est bon Hermione ? On peut y aller ? demande Narcissa en arrivant

- Oui. 

- Une dernière chose, maman et papa nous ont demandé de te donner un peu d'argent, explique Léana

- Merci.

Elle le met dans sa poche et elles continuent leurs emplettes.

- Que voulais tu me dire tout à l'heure ?  sourit Narcissa

- Euh, voilà. Que veut dire ….

- Vous êtes en retard, dit Drago arrivant par derrière elles

PDV DRAGO

Hermione à l'air triste.

- Ca va Hermione, demandais-je inquiet

- Oui oui, dit-elle avec un faux sourire

- On en parlera en rentrant, d'accord ? la réconforte Mère

Hermione lui sourit.

- Bon maintenant, Hermione avec moi !

- On se retrouve ici pour déjeuner dans une heure, ordonne mère

On part tous les deux.

- C'est quoi mon cadeau ? demandais-je curieux

- Roooo, non. Tu sauras à noël !

- Tu veux acheter quoi à mère ?

- Je sais pas. Elle a déjà tout.

- Je suis sûr que tu vas trouver.

- Elle aime quoi ta mère ?

- Achète lui un truc de fille, parce qu’avec père et moi, elle était mal.

Mon Hermione semble réfléchir puis elle sourit.

- Tu as trouvé.

- Comment tu sais ? 

- Je te connais ma petite Hermione adorée. Je te connais.

Je lui souris, elle me le rend.

On finit notre shopping, on déjeune chez la vieille puis on rentre au manoir.


Le lendemain, je vais réveiller Hermione, pour une fois que je peux le faire, d'habitude, c'est elle. Je rentre doucement dans la chambre, elle a le sommeil léger, je la vois, son simple drap sur elle, elle est bien plus jolie avec ses kilos en plus, je ne sais pas trop combien elle en a pris, peut être sept. Je m'approche d'elle mais le parquet grince, je ne bouge plus et la regarde, elle émet un léger grognement et se tourne. Ouf, je m'avance et m'approche doucement d'elle. Je vais pour lui embrasser la joue mais Hermione tourne la tête en ouvrant les yeux. Je n'ai pas le temps de m'arrêter que je l'embrasse sur les lèvres. Je me retire brusquement après avoir pris conscience de ce que je faisais.

- Euh …. Je … Euh …. Pardon …. Je …. Je bégaie, mal à l'aise

Hermione me regarde en haussant les sourcils, elle n'a pas l'air de m'en vouloir mais me laisse me débrouiller.

- Je …. Je voulais t'embrasser (Hermione hausse les sourcils) sur la joue, mais tu as tourné la tête…. Puis…. Puis… Puis tu me laisses me débrouiller puis… Puis arrête de sourire, dis-je toujours mal à l'aise

Hermione me sourit de toutes ses dents.

- Tu ne m'en veux pas ? demandai-je inquiet

Elle me fait non de la tête. Je soupire d'aise.

- Tu te lèves, on va tout préparer pour le déjeuner. Puis ce soir, on ouvre les cadeaux.

Je vais pour sortir de la pièce mais…

- Je ne t'en veux pas, me dit mon Hermione

Je sors me préparer.

PDV HERMIONE

J'attends que Drago soit dehors pour toucher mes lèvres. Pourquoi m'a t'il embrassé ? Pourquoi j'ai comme un creux dans le ventre, ça veut dire quoi ? Une question de plus sans réponse. Et pourquoi mon cœur bat plus vite quand je le vois ? Suis-je normal ? Est-ce normal ? Il faut que je demande à Narcissa.

Je me dépêche de m'habiller, une petite tenue gothique japonaise, noire et rouge. Rien de trop excentrique. Je descends rejoindre tout le monde ; mes questions sans réponses plein la tête.

PDV DRAGO

Je vois Hermione descendre, je la trouve très jolie. Aie ! Pourquoi je viens de me prendre un coup de coude !

- Ferme la bouche Drago !  se moque Josh

Oups, je fais un sourire à Hermione.

- Tu plais beaucoup à mon fils, dit mère juste pour Hermione

Je la vois rougir. Même là, elle est mignonne.

- Cissy, je peux vous parler en privé, s'il vous plait ?

- Oui bien sûr mais dis-moi tu et s'il te plait. Je me sens vieille quand tu dis vous, rigole Narcissa

- Ok. 

Elles partent dans le petit salon.

PDV EXTERNE

Elles s'assoient sur le même canapé en cuir.

- Qu'as-tu ma puce, je te trouve préoccupée depuis ton retour.

Narcissa lui caresse gentiment la joue

- J'ai plein de questions sans réponses.

-Je peux t'aider à y répondre peut être.

Elle fait oui de la tête, Narcissa sourit.

- Vas-y je t'écoute.

- Que veux dire « je t'aime » ?

Narcissa la regarde bizarrement, ne sachant comment elle va pouvoir lui expliquer.

- Tu ne veux pas demander à Drago ? demande Narcissa avec un sourire crispé

Hermione fait non de la tête très rapidement et paniquée.

- Où as-tu entendu ce mot ? demande Narcissa

Les joues d'Hermione prennent une teinte rosé.

- Qui te l'a dit ? …. Drago ? sourit Narcissa

La jeune Serpentard fait un bref sourire timide à la blonde.

-Quand ? Où ? Pourquoi ? demande à toute vitesse Narcissa

Hermione lui explique brièvement comment est sorti le mot. Cissy souffle un bon coup avant de se lancer.

- Il faut d'abord que tu saches que ce mot pour Drago ne veut pas dire n'importe quoi et qu'on ne le dit pas à n'importe qui. Le mot « je t'aime » veut dire plein de choses, qu'on est amoureux, qu'on tient énormément à la personne. C'est une sorte de mini engagement. Avec ces mots, il te dit qu'il sera là pour toi quoi qu'il arrive. De plus, tu es sûrement la première fille à qui il le dit, explique sérieusement Narcissa

- Et toi ? Il ne te le dit pas ?

- Si, mais cela veut dire autre chose. Le sens reste quasiment le même, il prouve son attachement à sa mère. Tu peux le dire à tes amis aussi, mais il faut que ça vienne de ton cœur. C'est le plus important.

Hermione ne sait pas trop quoi penser, elle est partagée entre inquiétude et peur, la peur de l'inconnu. Ressent-elle la même chose à son égard ? Et elle est aussi rassurée car elle sait qu'elle peut compter sur Drago.

- Je dois réagir comment ? 

- Reste toi-même, un jour tu lui diras peut être ces deux mots, à lui ou à un autre. As-tu d'autres questions ? 

Hermione est rouge pivoine

- Oui ? Vas-y, je t'écoute et je te promets de ne pas rigoler, s'amuse Narcissa

Hermione est toujours rouge mais elle ne sait vraiment pas pourquoi.

- Que s'est-il passé ?  demande doucement Narcissa

- Drago… Ce matin…

- Qu'a-t ’il fait ?

- Il m'a embrassé. 

- Sur la joue, comme il le fait souvent ?  Narcissa ne comprend pas

Hermione fait non de la tête vigoureusement.

- Où ça ?

Hermione lui montre avec son index ses lèvres. Narcissa ouvre la bouche, mi choquée, mi contente, mi amusée.

- Et c'est arrivé comment ?

- J'ai tourné la tête. 

- Tu l'as voulu ? 

La jeune fille hausse les épaules ne savant pas trop quoi penser.

- Qu'as-tu ressenti ?

- Surprise. Un creux au ventre, dit Hermione inquiète

- Viens dans mes bras ma puce.

Hermione vient dans les bras de la maitresse de maison.

- C'est grave ?  demande Hermione

- Mais non ma biche, ce n'est pas grave. Au contraire, c'est bien.

- Ca veut dire quoi ?

- Cela veut dire que tu as des sentiments pour Drago mais plus que comme un ami.

- Comme toi et Josh ?

- Pas exactement, votre relation est différente de la nôtre. Chaque relation est unique. Mais je pense que ce que vous entretenez Drago et toi est quelque chose de fort, avec ce que tu as vécu, il te comprend mieux que personne et toi aussi tu le comprends, tu as réussi à lui ouvrir son cœur de pierre. Et crois-moi ce n'était pas facile. Tu as quasiment réussi un miracle.

Hermione fait un sourire timide.

- Ca veut dire que je l'aime ?

- Seule toi peut répondre à cette question.

- Comment le sait-on ? 

- Ecoute ton cœur et tu auras la réponse. … D'autres questions ? 

Hermione fait non de la tête.

- Allons rejoindre les hommes. 

Hermione marche la tête basse.

- Ça ira ma puce ?

- Je crois. 

- Ne sois pas inquiète, on va passer de supers fêtes, ton premier noël va être inoubliable ! Rien qu'en voyant la tête de mon chaton ouvrir ses cadeaux est un merveilleux souvenir, s'extasie Narcissa.

Hermione sourit devant la tête de Narcissa repensant à son fils.

PDV DRAGO

Elles reviennent enfin, non pas que je n'aime pas être avec Josh mais je préfère de loin Hermione. Je croise le regard de ma Serpentard, quelque chose à changer en elle, je ne saurai dire quoi.

Nous sommes dans le salon, je suis assis à même le sol. Près du tas de cadeaux, je regarde Hermione, qui est superbe ce soir dans sa robe haute couture, noir mais simple. D'ailleurs, elle a dû le voir car pendant le diner, je ne l’ai quasiment pas quitté des yeux. Je l'ai même mis mal à l'aise.

- On ouvre les cadeaux ? demandais-je impatient

- Et si on attendait demain ? demande Hermione avec un sourire en coin

- Très bonne idée Hermione, sourit Mère

- Ouais, je suis crevé, rajoute Josh

- Tu n'as qu'à dormir la nuit au lieu de faire des folies de ton corps, répliquais-je

* Un ange passe*

- Moi aussi je vais dormir, rajoute Hermione

Elle se met à rire devant ma tête outrée.

- Allez, ouvre tes cadeaux ! se retient de rire Mère

Je prends mes cadeaux et les ouvrent. J'en ai plein et un énorme. Je l'ouvre en premier, c'est de ma mère, une commode, la mienne déborde et j'en avais marre. Elle m'offre aussi un nouveau costume. Josh m'offre un nouveau balai et un kit pour l’entretenir . Blaise m'offre un album photo avec les photos prises cette année, il reste de la place pour en mettre d'autre ; ma petite Hermione chérie m'offre un pendentif, un morceau de pendentif, elle a l'autre autour du cou. Elle m'offre aussi un cadre en forme de Dragon. Je pourrai mettre une photo d'elle. Il faut que Blaise la prenne.

Maman reçoit de Josh, une parure de bijoux, d'Hermione, une magnifique robe ainsi que les chaussures assorties, puis le chapeau qui va avec. Hermione adore les chapeaux. Et de moi, mon T en potion ! Non , je lui offre des huiles de massage. Emue, elle nous embrasse tous.

Josh reçoit d'Hermione un nouveau chaudron, le dernier sorti, super résistant. Je lui offre un livre sur les potions et mère lui offre une plume très rare, avec plein de vertus magiques, et des menottes Moldus avec de la moumoute vert sapin. Quand Josh ouvre son dernier cadeau, mère prend une teinte rouge, Josh est gêné et moi je dois avoir la bouche grande ouverte regardant alternativement mon beau-père et ma mère. Des images assez dégoutantes arrivent dans ma tête que je secoue dans tous les sens pour me les sortir.

- C'est quoi ? demande innocemment Hermione

On la regarde tous, avec son innocente question, elle a détendu l'atmosphère. Mère me regarde.

- Je te montrerai, dis-je souriant

- Drago, dit mère indignée

- Je plaisantais ! Cette chose est un jeu pour les sorciers, quand on est en intimité.

Hermione à la même réaction que moi en secouant la tête ce qui fait me fait sourire, Josh et mère sont un peu gênés.

- Mais pour les Moldus, ça sert à tenir les méchants. 

Hermione regarde de travers les menottes. On passe aux cadeaux d'Hermione. Elle va ouvrir l'énorme cadeau. C'est un objet moldu, je ne sais pas trop, c'est rond, une toile noire est tiré dessus.

- Un trampoline ! Merci ! Merci !

Elle saute dans les bras de Narcissa.

- Ravie qu'il te plaise je suis allée du coté moldu pour le chercher. 

- A quoi ça sert ? » demandais-je

- A sauter ! » elle saute sur le machin moldu

- C'est tout ?  dis-je

- Oui, Hermione saute toujours sur son machin

Après quelques sauts, elle vient ouvrir ses autres cadeaux. Des livres, une chouette de Josh, des produits de beauté de mère ainsi que des boucles d'oreilles, deux chapeaux, des haricots magiques mais qui font pousser l'arbre de ton choix de la part de Josh et Mère. Et de moi, un poème (recette d'un élixir pour la santé), un collier avec une pierre spéciale qui protège du danger et une luciole magique qui peut avoir différentes ambiances. Et elle ne répond qu'à une voix.

Après les embrassades, nous montons nous coucher.


Je me réveille, la tête dans le pâté, comme d'habitude, je vais au salon, je vois mon Hermione sauter sur son machin moldu. Elle me fait de grands signes avec ses sourires. Elle arrête et descend.

- Viens avec moi !  sourit Hermione
- Euh non ça ira merci, dis-je septique
- Ohhhhh.
- Bon d'accord, cinq minutes, pas plus.

Je craque toujours quand elle fait ça. Hermione fait son sourire vainqueur, j'ai l'impression de m’être fait avoir mais ce n'est pas grave tant que je vois son sourire.

- Tu as mis mon collier, remarquais-je
- Toi aussi. 

Mon Hermione a deux colliers, celui que je lui ai offert et l'autre parti du cœur, elle a raccourci la chaine pour la mettre en ras le cou. Je monte sur ce trampoline et fait comme Hermione. Finalement, je m'amuse bien.

- Tu vas être en retard Hermione, avertit Narcissa
- Il est quelle heure ?
- Dix heures trente. Si tu veux être toute belle, il faut y aller maintenant ! 
- Tu m'aides ? 
- Avec plaisir, rayonne ma mère

Je les vois s'éloigner. Ma mère est définitivement heureuse, elle a enfin la vie qu'elle voulait, un mari qui l'aime ; ils ne sont pas marié mais bon, simple détail ; une fille ; elle a toujours voulu en avoir une ; et puis il y a moi. Je suis content pour elle, avec mon connard de père qui lui a pourri une grosse partie de sa vie.
Vers onze heures trente, elles descendent, Hermione est absolument divine. Je ne veux pas qu'elle y aille. Sa robe blanche qui lui colle à la peau est absolument parfaite. Et les trous bien placés de la robe la rendent encore plus belle.

- Tu es très jolie, complimentais-je
- Merci.
- Tu veux qu'on t'accompagne ? demande mère
- Non non, je vais y arriver. Merci. 

J'accompagne Hermione, en lui portant ses paquets, jusqu'au portail où elle transplane.

PDV HERMIONE

J'ouvre les yeux, je suis bien arrivée, je pousse le portail et m'avance vers la maison. Je n'ai pas le temps de frapper à la porte qu'elle s'ouvre. Je reçois mes deux sœurs dans les bras.

- Tu es magnifique Hermione, me complimente ma sœur Angie
- Merci.

Je n'ose pas entrer. Cette maison me rappelle de mauvais souvenirs. Léana me prend le bras et m'entraine dans la maison. La table est aussi jolie que celle de chez moi. Je considère que le manoir Malfoy ainsi que ses occupants sont ma famille et ma maison. J'apprécie mes sœurs mais mes parents biologiques c'est une autre histoire. Je suis venue pour mes sœurs. Rien de plus. Je rentre dans le salon, où je vois mes parents ainsi que le reste de la famille. Léana m'explique qui c'est.

- Ron et Harry ne sont pas là ?  demandais-je
- Non, ils sont chez Ron. On les voit ce soir, explique Angie
- Puis tout le monde n'a pas la chance de vivre chez son amoureux, se moque gentiment mon autre sœur Léana

Je rougis légèrement, je ne sais pas vraiment pourquoi je réagi ainsi mais je n'y peux rien alors je laisse faire.

- T'es trop mimi ma p’tite Mione, s'émeut Angie
- Oh mes triplettes chéries, crie à moitié une tante hystérique

La tante veut me prendre dans ses bras avec son rouge à lèvres sur les dents, je me recule et me met derrière mes sœurs.

- Tatie, Hermione a besoin de temps pour se réhabituer à la vie, laisse-lui le temps, dit fermement Angie

La tante s'en va.

- On va les tenir loin de toi, me rassure Léana

Je souris, on se met à table une heure plus tard. Je grimace en voyant la tenue de certaines personnes de ma famille. Beurk, aucune tenue.

- Je trouve que tu ressembles vraiment à une Malfoy, pouffe gentiment Léana

Je souris fièrement.

- Tu as vraiment pris leur habitude, leur tenue, tu as la classe des sang pur, me complimente, enfin je crois, Angie
- Est-ce un reproche ? demandais-je
- Non non, se dépêche de répondre Léana
- Au contraire, c'est bien, tu relèves le niveau de notre famille de dépravé !

Je leur fais un sourire compatissant.
On passe à table. En entrée, nous avons du chèvre chaud avec de la salade. Je mange proprement, on ne peut pas en dire autant de certain spécimen comme mon oncle qui est en face de moi. Il mange la bouche ouverte, en postillonnant partout, il fait du bruit quand il boit. Heureusement que Angie et Léana sont à côté de moi.

- Ça se passe bien chez les Malfoy ? me demande un oncle
- Oui Monsieur. 
- Oh pas de Monsieur ! Appelle moi Richard, répond l'oncle la bouche pleine
- Bien Monsieur.

Je lui fais un sourire hypocrite. On passe au plat de résistance, une dinde farci au foie gras avec des pommes dauphines ainsi que des haricots vert. Je coupe ma dinde avec mon couteau et ma fourchette alors que mon oncle prend sa cuisse avec ses mains et mord dedans. Beurk.

- Tu peux manger avec tes doigts ! On est entre nous, me dit mon oncle
- Ce n'est pas parce que nous sommes en famille que nous devons nous comporter comme des porcs, dis-je froidement.

 

15. Noël 2 ; Vacances

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV HERMIONE


Mon oncle ouvre la bouche puis la referme. Je continue de manger calmement. Mes sœurs se retiennent de rire.

« Et qu'as-tu manger chez les Malfoy ? » demande dédaigneusement ma tante
« En entrée du caviar, suivi d'un plat de fruits de mer, crabe, langoustine, crevettes, huitres. Et en dessert une pièce montée avec des choux à la vanille et au chocolat avec du caramel et du nougat. Le tout sous forme du carrosse de cendrillon. Une pièce unique. » dis-je neutre

Ma tante se décompose.

« Ah oui, effectivement. » réplique ma tante avec un air pincé

Je fais un sourire en coin. Ce coup-ci, Angie et Léana laissent libre court à leur fou rire devant la tête de notre tante.
On passe au plateau de fromages, j'en prends peu, je n'aime pas trop ça. Je le mange avec mon couteau et ma fourchette. Un peu de pain l'accompagne. Je vois la quasi-totalité des invités manger avec leur doigts.
On passe au dessert, une buche à la crème. Elle est assez bonne. Cela aurait pu être pire.


Je m'éloigne avec mes sœurs. On part dans leur chambre, je ne suis pas trop à l’aise, cette maison me rappelle de mauvais souvenirs ; mais je fais un effort, puis avec le collier de Drago, je ne risque rien.

« Ferme les yeux Hermione. » rigole Angie

Sceptique, je les ferme.

« Ouvre. » me dit Léana

Je vois deux paquets devant moi ainsi qu'une enveloppe. Je prends mon sac et leur donne les leurs. On les ouvre ensemble. Mes sœurs ouvrent leur paquet et voient une paire de boucles d'oreilles, ce sont les mêmes, seuls les pierres changent de couleur. Léana a les bleus et Angie les violets.

« J'ai les même mais en rouge. » expliquais-je

Mes sœurs me prennent dans leurs bras en me remerciant. J'ouvre un paquet, je vois un miroir.

« Il te montre, si tu as des doutes, comment te coiffer, te maquiller et quels bijoux tu pourrais mettre. En bref, dès que tu as un doute tu te regardes et tu auras ta réponse. » m'explique Léana
« Merci ! »

J'ouvre l'autre cadeau. Un parfum. Il sent bon. J'embrasse mes sœurs.

« Ouvre le dernier ! »

J'ouvre l'enveloppe et voit un bon pour un tatoueur. Je ne sais pas ce que c'est. Angie semble le voir.

« C'est pour se faire tatouer, comme nous. Mais c'est que si tu as envie. Tu n'es pas obligée. »
« Mais vu que nous sommes toutes les deux tatouées, on pensait que tu pourrais faire comme nous ! » me dit Léana
« Mais ce n'est pas une obligation. » rajoute Angie
« On verra plus tard. Mais je veux bien voir chez ce Monsieur. » dis-je sceptique
« Cool. On ira pendant les vacances. » sourit Léana

On redescend, je donne les cadeaux à mes parents. Pour mon père j’ai acheté une mallette magique, on pourrait y loger un éléphant et pour ma mère une broche. J'ai vu qu'elle en portait tous les jours. Et mes sœurs m'ont dit qu'elle en faisait la collection. Ma mère m'offre un sac à main d'une marque Moldue et mon père, une grosse peluche. Un lapin blanc qui n'a pas l'air neuf.

« C'était ta peluche quand tu étais petite avant que … » explique mon père

Emue, je verse une petite larme accompagnée d'un sourire. Pour les accolades, on verra plus tard. Je leur dis au revoir et rentre chez moi. Cissy me saute dessus.

« Alors ma chérie, ça s'est passé comment ? Tu as bien mangé ? Oh mais tu as eu des cadeaux ! »
« Cadeaux ? » dit mon Drago curieux
« ce sont les miens. » dis-je protectrice

PDV DRAGO

Elle me regarde en coin.

« Tu ne veux pas me montrer ? » dis-je faussement triste

Elle fouille dans sa poche et sort un bon pour se faire tatouer. Pour se faire tatouer ? Je la regarde bizarrement.

« Tu vas te faire tatouer ? » demandais-je choqué
« Je ne sais pas. On verra. » dit-elle neutre
« Tu sais ça fait très mal. »
« Drago, arrête. Si elle veut se faire tatouer, c'est son corps. Elle fait ce qu'elle veut. Puis tu n'as a pas décider ! »

Hermione nous sourit.

« Si ?! » dit mère et moi en cœur

Ma petite Serpentard rigole.

« Je crois qu'elle nous mène en bateau. » dis-je

Hermione sourit de toutes ses dents, fière d'elle. Elle nous montre ses autres cadeaux.


« Hermione ? Tu es prête ? »
« Non. Je mets quel chapeau ? »
« Celui que tu veux de toute façon tu es déjà très belle comme ça. » dis-je sans réfléchir

Oups, elle me fait un sourire timide. Finalement, elle ne met pas de chapeau. Nous transplanons chez Blaise et sa famille nombreuse.

« Hermione. » hurle Kyle nous sautant dessus
« Salut. »
« Bonjour à toi aussi. » dis-je amer
« Salut Drago. » me dit Kyle juste par politesse

Kyle prend la main de mon Hermione et la tire vers leur manoir. Je les suis, Hermione disparait dans les différents couloirs, je pars dans le salon où j'entends du vacarme. Quelle famille bruyante.

« Salut Dray. » me sourit Blaise
« Bonjour tout le monde. » dis-je
« Salut. » me répondent toute la famille Zabini
« Hermione n'est pas avec toi ? » demande Blaise
« Kyle l'a emmené. »
« On est pas près de la revoir alors. » dit Monsieur Zabini amusé
« Elle est mignonne la petite ? » demande Chris avec un air idiot
« Oui très mais tu n'as aucune chance. » répond Blaise
« Pourquoi avec mon charme naturel, elle va craquer au coup d'œil. » dit Chris
« Et voilà le salon. » dit Kyle en entrant avec Hermione
« Bonjour. » dit timidement Hermione
« Kyle. Tu pourrais faire les présentations. Bonjour, moi c'est Éric, le géniteur de cette bande de sauvage ! Voici, Chris. » dit Monsieur Zabini
« Salut beauté. » dit Chris

Hermione hausse un sourcil devant la tête d'idiot du frère de Blaise. Je me retiens de rire, Blaise est comme moi.

« C'est mon Hermione, pas touche. » dit Kyle s'approchant d'Hermione

Hermione sourit, par contre sa famille est étonnée de le voir ainsi. En principe, Kyle ne fait attention qu'à lui.

« Voici Sam, le seul intelligent de la famille. » dit Monsieur Zabini
« Salut. »
« Tu connais Kyle et le dernier TJ. » finit Monsieur Zabini

Hermione vient s'assoir entre Blaise et moi. Elle pose sur les genoux de Blaise son cadeau.

« Merci Hermione. » remercie Blaise

Hermione envoie à Kyle son cadeau. Il saute comme une puce partout en déballant son cadeau. Kyle le regarde bizarrement.

« Pose le ! » sourit Hermione

Elle sort sa baguette et agrandi l'objet bizarre. (un punchingball)

« Ça sert à te défouler, à sortir ton trop plein d'énergie, explique Hermione
« Tu es notre sauveuse Hermione. » sourit Monsieur Zabini
« Puis ça évitera de faire plein de bêtises à Poudlard ! » Hermione sourit en coin

Kyle vient lui faire un gros bisous bruyant sur la joue. Blaise ouvre son cadeau. Un cadeau d'Hermione et de moi. Un kit de transformation pour faire des photos sorcières d'une qualité meilleure. Et moi, j'ai offert à Kyle un bouquin intitulé : 1000 et 1 coups pour rendre vos proches fous.

« Merci Drago. Quand le manoir sera en ruines, on viendra habiter chez toi. » me dit Monsieur Zabini, sarcastique
« Trop cool ! Comme ça, je verrais Hermione plus souvent. » rigole Kyle

Je vois Chris regarder Hermione avec envie. Non mais il n'a pas compris qu'il n'avait aucune chance. Je n'ai rien contre lui mais va falloir qu'il arrête. Je recommence à être jaloux, je crois. Puis non, je suis juste possessif, Chris n'a aucune chance. On passe à table.

« Tu te mets à côté de moi Hermione ? » demande Chris

Hermione s'agrippe à mon bras, légèrement inquiète.

« Fous lui la paix Chris, tu n'as aucune chance. » grimace Blaise

Du coup, Hermione s'assoie entre Blaise et moi comme à Poudlard. Kyle est en face d'Hermione, il la fait rire pendant tout le repas.

« Au moins, tu fais rire Hermione. » dit le chef de famille
« Et ouais. » dit fièrement Kyle
« Alors Hermione, que penses-tu de la qualité des études de Poudlard ? Est-ce que cela te convient ? » demande Sam
« Sam, on est en vacances, pourrais-tu arrêter de parler de cours ? » dit Blaise sans s'arrêter de manger
« Il ne parle que de ça vu qu'il n'a aucun sujet de conversation. » se moque Kyle

Ca fait rire les quatre frères et me fait sourire. Par contre, Éric et Hermione ne se marrent pas. Sam est rouge pivoine. Il ne parle plus pendant le repas.


A la fin du repas.

« On va faire un match ? Je prends Hermione dans mon équipe. » insiste Chris
« Laisse-la tranquille. » dit Blaise entre ses dents mais blasé
« Puis Hermione ne joue pas au Quidditch. » rajoutais-je

On se dirige dehors, Sam reste seul mais c'est sans compter sur Hermione qui vient le chercher.

« Je ne joue pas au Quidditch. » explique Sam
« Moi non plus. » sourit Hermione
« Va-t-il céder à la belle Hermione ? » me dit Blaise
« Personne ne peut lui résister. » dis-je
« Surtout toi ! » se moque blaise
« Ouais, c'est mon talon d'Achille. »
« Ok. Je viens, mais vous ne me ferez pas monter sur un balai. » dit Sam
« Et Hermione gagne la bataille. » rigole Blaise

PDV HERMIONE

« Comment vous avez su que c'était le bon moment ? » demandais-je
« Pourquoi ? » Angie est perdue
« Pour sortir avec un garçon ? » demande Léana

Je fais oui de la tête en regardant le sol ; un peu mal à l'aise.

« Il n'y a pas vraiment de moment précis. » explique Léana
« Cela peut venir tout seul. » dit Angie
« Mais comment on sait ? » insistais-je
« Vous le savez quand même, c'est une sensation assez bizarre. » dit Léana ne sachant pas trop comment réagir
« C'est quasi inexplicable. Mais ce qui est sûr, c'est que tu le sauras. »
« Sûr ? » dis-je un peu rassurée
« Oui. » elles me sourient

Je suis un peu soulagée mais pas complètement.

« On est arrivée ! » sourit Angie
« Je ne suis pas obligée ? » demandais-je inquiète
« Mais non. Juste pour regarder. » me rassure Léana

PDV DRAGO

« Mais qu'est-ce qu'elle fait ? Elle se fait tatouer ou quoi ? » dis-je impatient
« Mais arrête. Puis si elle le fait ça fera quoi ? » me demande mon meilleur ami, énervé
« J'aime pas les tatouages ! » bougonnais-je

Je continue de tourner en rond alors que Blaise développe les photos de noël.

« Tiens, la photo de ta princesse. »
« Merci. »
« Fais voir. » me dit Hermione arrivant derrière nous
« Non. »
« S'il te plaiiiiit. » elle me fait une moue adorable

Ne craque pas, ne craque pas, ne craque pas. J'ouvre la bouche pour dire non mais.

« Tiens. »

Loupé. Elle m'embrasse sur la joue et regarde la photo puis me la rend.

« Tu as trouvé ça comment ? » demande Blaise
« C'est assez spécial. »
« Tu vas te faire tatouer ? » demandais-je inquiet
« Tu n'aimes pas ? »
« Pas trop. »

J'essaye de déceler dans son regard ce qu'elle ressent, de la peine, je crois que c'est le sentiment premier.

« On passe le premier janvier où ? » demande Blaise
« Je ne sais pas. On fait quoi ? »
« Il y a quoi le premier ? » demande Hermione
« On recommence une année. Une nouvelle année avec de nouvelles résolutions, tu peux recommencer ta vie, faire ce que tu veux et principalement ce soir-là tu peux rêver à ton avenir. »
« Et tu peux faire la fête. » rigole blaise
« Aussi, mais c'est aussi une soirée que tu passes entre amis, ou avec ta famille. » dis-je souriant
« Perso, je préfère être avec mes amis, parce qu’en famille avec père, c'est mortel, c'est soirée jeux sorciers... »
« Moi, je faisais ce que je voulais vu que mon p…. »
J'arrête de parler, je ne veux pas parler de mon connard de géniteur devant Hermione. Je pense que c'est encore trop présent dans son esprit. Elle me fait un sourire triste, je ne peux pas m'empêcher de la prendre dans mes bras et lui murmurer un pardon.

Blaise nous prend en photo.


« Hermione ! »
« Oui mon petit chaton ? » dit-elle ouvrant la porte

Je la détaille, elle est absolument superbe. Elle porte un short court bleu ciel, et un top de la même couleur, manche trois quart, avec un trou au-dessus de la poitrine. Avec des chaussures à talons aiguilles assorties.

« Vu que Drago ne veut pas te complimenter, je vais le faire. Tu es divine ! » dit Blaise
« Merci. »

Hermione me fixe attendant quelque chose. Aie ! Je viens de me prendre un coup de coude de Blaise. Je reconnecte mes deux neurones et propose mon bras à ma belle princesse pour transplaner.

« On est chez qui ? »
« Chez un sang pur. »
« Un cinquième année je crois. » dit Blaise

Hermione s'accroche à mon bras. On va au bar, la soirée commence tranquillement. Astoria nous rejoint.

« Salut. J'adore ta tenue Hermione. » dit Astoria
« Merci. »
« On va danser ? » propose Blaise
« Je te suis. »
« Ma jolie princesse veut elle danser ? » demandais-je à mon Hermione
« Euh oui. » me répond Hermione légèrement rouge

Après quelques chansons.

« Ils vont sortir ensemble. » me dit Hermione
« Comment tu sais. » demandais-je
« Je sais pas, je sais c'est tout. »

Blaise et Astoria se sont éclipsés je ne sais trop où. Je laisse Hermione au bar, je vais aux toilettes. Saletés de bières. Je me dépêche, je ne veux pas la laisser seule. J'ai bien fait car quand je reviens, elle est en train de repousser un type que je ne connais pas, il lui tient la main pour l'emmener je ne sais pas où, elle refuse, et commence à se débattre et à paniquer. Je m'avance rapidement mais je suis bloqué par trois types.

« Dégager de là avant que je m'énerve ! » dis-je furieux
« Oh non, on a envie de s'amuser avec ta copine. » me dit l'un d'eux
« Ouais, elle est mignonne. » rajoute un autre
« Je vous interdit de la toucher. » hurlais-je à moitié
« Oh Monsieur n'est pas préteur. » dit le troisième type
« Tu es un petit égoïste de ne pas vouloir prêter une déesse pareil ! »
« Drago. » crie Hermione paniquée
« Drago Malfoy ? » demande l'un d'eux surpris
« Oui. Et toi t'es qui petit merdeux ? » crachais-je énervé
« Là n'est pas la question. »
« Génial, on va se taper la copine du grand prince des Serpentards. » se moque l'un d'eux

Là, je pète un plomb et lui met mon poing dans la figure, il répond bien sûr, je me fais rapidement dominé vu qu'ils sont trois, mais c'est sans compter sur Blaise qui arrive de je ne sais où mais je ne m'en préoccupe pas. Je m'occupe de deux de ses types et Blaise le troisième. On arrive après plusieurs coups à les mettre au sol. On se dépêche de rejoindre Hermione et Astoria qui est en train d'essayer de faire lâcher le salop qui tient mon Hermione. Là, je suis vraiment, vraiment furieux, la fumée doit me sortir des oreilles.

« Tiens tiens, voilà ton prince ma belle. Je m'occupe de lui et ensuite je m'occupe de toi. » dit celui qui tient Hermione depuis le début.

16. Je t'aime, Une rupture mais un cœur ouvert

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

 

PDV DRAGO


 

Il pousse Hermione brusquement ainsi qu'Astoria, Hermione atterrit dans les bras de mon meilleur ami. Le salop arrive vers moi mais je sors ma baguette. Il se stoppe.

- Dégage avant qu'il ne t'arrive des trucs regrettables, m'énervais-je

- Aurais-tu peur que je te batte à main nue pour sortir ta baguette, se moque le type pas trop rassuré,

- Tu crois que tu me fais peur ? Rêve, abruti, mais je suis un sorcier, j'en profite. Mais toi, tu ne sors pas ta baguette parce que tu es nul en magie, je suppose, me moquais-je à mon tour

Le type vexé se jette sur moi, mais je le stupéfixe avant. Hermione vient se jeter dans mes bras.

- C'est rien ma belle, je suis là, je ne te lâche plus, je reste avec toi, murmurais-je

Elle pleure dans mes bras. On s'éloigne de la foule. Je m'assoie sur un banc, Hermione sur mes genoux.

- Là, ma puce, ça va aller, c'est fini, la rassurais-je

- Tu m'avais promis, dit-elle triste

- Je sais, mais on tombera toujours sur des cons mais il ne t'est rien arrivé, je suis arrivé au bon moment, dis-je triste

- Et si tu n'arrives pas ? pleure-t-elle.

- J'arriverai toujours. Je serai toujours là, plus ou moins en retard.

Hermione me fait un début de sourire, je l'embrasse tendrement sur la joue en lui murmurant un je t'aime. On reste dans le silence plusieurs minutes.

- Drago, pour toi je t'aime ça veut dire quoi ?

- Que tu es la personne la plus importante pour moi, que si tu l'éloignes, je ne survivrai pas, expliquais-je

Elle me caresse la joue. Je ferme les yeux, j'aime sentir sa peau contre la mienne. Sa peau est douce, ses gestes sont attentionnés et doux, plein d'innocence.

- Moi aussi, je t'aime, me dit-elle la voix tremblante

J'ouvre grand les yeux et la fixe. Non, je n'ai pas rêvé. Je la vois mal à l'aise. Je ne peux que lui sourire et la serrer contre moi, je suis le plus heureux. Je l'aurai bien embrassé mais pour ça elle n'est pas prête.

- Ça va mieux ? demandais-je

- Oui, dit-elle toujours un peu triste

- Tu veux qu'on retourne voir les autres ?

Elle me fait non de la tête.

- Tu veux danser avec moi ici ? proposais-je

Elle me fait oui. Minuit approche. Je me rapproche d'elle, on danse dans un petit salon, en parfaite intimité.

Dans le grand salon, on entend des BONNE ANNEE ! Je lui murmure une bonne année à l'oreille.

- Bonne année à toi aussi, mon petit chaton.

- Je t'aime ma princesse. 

- Moi aussi je t'aime, pour toujours, dit-elle ayant retrouvé le sourire

Elle se blottit contre moi. Blaise et Astoria nous rejoignent, on finit la nuit tous les quatre. Hermione a raison, ils sortent ensemble. Hermione apprécie bien Astoria. Je pense qu'elles vont devenir amies. Elle passe à une étape supérieure et commence à s'ouvrir aux autres et un peu plus à moi. J'ai un sourire béat accroché sur le visage.


PDV EXTERNE

Au détour d'un couloir

- Non mais tu n'as pas le droit de me faire ça, hurle Angie

- Tu as vraiment du culot de me dire une telle chose, hurle Blaise

- Je sais mais tu ne devais pas être d'accord !

- Ah bon ? Parce que tu voulais que je rampe à tes pieds peut-être ?

- Euh…. Non mais c'est juste ma fierté qui en prend un coup, dit Angie se calmant

- Tu sors avec le survivant, le mec que toutes les filles veulent alors… répond Blaise calme, lui aussi

- Alors, je me suis tapée son ennemi pendant plusieurs mois.

- Il n'est peut-être pas aussi doué au lit que moi, dit fièrement Blaise

- Ce n'est pas comparable et n'en remet pas tout au sexe. Il n'y a pas que ça dans la vie. 

- Mais entre toi et moi, il n'y a eu que ça.

- Parce que tu voulais autre chose peut-être ? réplique Angie moitié moqueuse

- On va arrêter notre conversation parce que ta fierté va encore en prendre un coup...

- Pourquoi tu veux arrêter ?

- Et toi ? 

- J'y vais, à plus, esquive Angie

-Tu parlais de quoi avec Zabini ?  demande Harry en croisant sa copine

- De rien d'important, tout du moins qu'il ne l'est plus.

- Mais encore ?  demande Harry septique

- Harry, qu'est-ce qu'on a dit ?

- Pardon ma biche. Je ne serais plus jaloux.

- Bah voilà. Je t'aime mon amour !  elle l'embrasse

- Moi aussi. 

PDV DRAGO

- Alors ? Tu as mis fin à votre pseudo relation ?   demandais-je curieux

- Ouais. 

- Tu l'as fait pleurer

- Au contraire, elle m'a crié dessus parce qu’elle aussi voulait arrêter. 

- Alors c'est reparti avec son survivant préféré. 

- Je vais te dire ça m'arrange.

- Tu n'es pas possible.

- Et toi avec ta princesse ? Ça avance ? 

- Oui, dis-je avec un sourire idiot

- Bien méfie-toi parce qu'elle est avec Kyle et qu'il commence à faire fureur auprès des filles !

- Pff, dis-je vexé

On rentre dans notre salle commune et on voit une scène qui nous fait rigoler. Hermione tient Kyle sous son bras. Lui n'ose pas se débattre. Hermione a compris que personne ne lui ferait plus de mal à Poudlard donc elle s'amuse, bientôt tous ses mauvais souvenirs ne la hanteront plus et elle pourra recommencer une vie normale. Je suis content pour elle.

Quand elle nous voit, elle sourit fièrement.

- Pitié, dites-lui de me lâcher, supplie Kyle

Blaise se roule par terre tellement il rigole et moi je ne suis pas mieux.

- Non mais arrêtez de vous marrer. C'est pas drôle, grogne Kyle

Hermione tient toujours Kyle par le cou.

- Allez princesse, lâche-le, il est tout bleu, rigolais-je

Hermione consent à lâcher le petit Zabini puis elle nous rejoint, fière d'elle.

- Contrairement à tes sœurs, tu es une vraie petite Serpentard, complimente Blaise

- Normal, j'ai eu de bons modèles et des amis pour m'aider, dit-elle émue et fière

- Tu es adorable Mione. 

Il la prend dans ses bras

- Je vais être jalouse. Drago, tu viens faire un câlin ?  dit Astoria qui arrive

- Ouais j'arrive. Viens, on s'en va tous les deux, dis-je à Astoria

- Je te suis. On va dans ta chambre ? 

- Mais bien sûr. 

On s'en va dans ma chambre.

- Tu crois qu'ils vont oser ?   demande Blaise à Hermione

- Non. Tu m'apprends les échecs ? répond Hermione

- Si tu veux. 

- Non mais ils foutent quoi ? Ils auraient débarquer !  râlais-je

- Et tu ne crois pas qu'ils auraient osé eux ?   panique Astoria

On sort rapidement de la chambre pour descendre dans la salle commune. On les voit rigolant, jouant aux échecs ? Non mais ils se foutent de nous ?

- Vous avez fini votre caprice ? dit Hermione regardant son jeu en fronçant les sourcils

- Oui. Astoria et moi boudons

Je m'assoie à coté de mon Hermione et Astoria à coté de son amoureux, ils s'embrassent, je les regarde avec envie, je voudrais bien en faire autant avec Hermione mais elle n'est pas prête.

- Alors Hermione, tu abandonnes ?  demande Blaise

- Mais. Je vais y arriver, boude mon Hermione

- Tu es foutue

Hermione souffle et s'appuie contre le dossier du canapé.

- Tu aurais pu la laisser gagner, commente Drago

- Puis quoi encore.

- Une autre, dit Hermione

- D'accord.

On passe la soirée tous les quatre dans la joie et la bonne humeur.


Un soir, je me promène dans le parc avec Hermione, au coucher du soleil. J'ai froid, on est début février, Hermione est bien, mais elle a quand même mis sa cape.

- Tu veux rentrer ? Tu n'as pas froid ?  demande Hermione inquiète

- Non non. » dis-je avec un léger sourire même si je meurs de froid

Je me suis un peu éloigné, je suis de mauvaise humeur ces derniers temps. Pourquoi ? C'est peut être puéril comme réaction mais je suis un mec et j'ai des besoins. Sérieux, vous savez depuis combien de temps je n'ai pas... Non ? Depuis que Hermione est remontée de la cave. J'aurai pu à Poudlard avec toutes ses gourdes mais elles me semblaient fades par rapport à Hermione. Mais là, j'ai vraiment besoin. Puis, je ne peux pas demander ça à Hermione. Allez voir les autres ? Non, se serait la trahir. Alors, je reste dans ma mauvaise humeur et envoie chier quasiment tout le monde même Hermione y est passé un soir.

FLASH BACK

- Drago ? Je peux dormir avec toi ce soir ?  demande doucement Hermione

- NON pas ce soir, dis-je de mauvaise humeur

- Ok, dit-elle triste

Elle s'en va.

FIN du FLASH BACK

Je crois que ce soir-là, je l'ai fait pleurer mais cette journée était horrible pour moi, une fille m'avait coincé dans un placard à balai et m'avait fortement allumé, j'ai eu du mal à me retenir et à la repousser. J'y suis arrivé mais du coup, j'étais encore plus frustré et rien ne me calmait.

Une main passe devant mes yeux, je me retourne vers la propriétaire de celle-ci.

- Quoi ?  demandais-je moitié désagréable

Elle baisse la tête, retenant sûrement ses larmes mais c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher.

- Pourquoi tu es méchant Drago ?   demande Hermione, blessée

- Euh…. je….

- Pourquoi tu lui ressembles ?   demande Hermione, les larmes aux yeux

- Je…. 

- Pourquoi tu es comme ça ?  Elle pleure

- C'est comme ça !  dis-je brusquement

Et Merde ! Elle s'en va en courant. Là, je viens vraiment de faire le con. Je suis mal barré et je ne peux m'en prendre qu’à moi-même.

Je lui cours après et la rattrape par le poignet ce qui la fait s'arrêter mais quand je croise son regard, je la lâche, c'est à mon tour d'être blessé. Elle se recule de moi, toujours en me regardant. Son regard rempli de tristesse avec une pointe de dégout. Ce dégout est suffisant pour calmer ma mauvaise humeur. Je me recule d'elle et me laisse tomber au sol en même temps qu'une larme, suivi de quelques autres. Je pleure silencieusement et regarde la neige et l'endroit où se sont écrasés mes larmes. Une douce main se pose sur mon épaule.

- Redeviens celui que j'aime, celui qui m'a aidé quand je suis sortie de la cave, celui qui me rassure quand j'ai peur, celui qui me protège contre tous ses idiots, celui qui m'explique quand je ne comprends pas quelque chose, celui qui me dit je t'aime honnêtement, celui qui vient me voir quand il croit que je dors, celui qui pense à moi tout le temps. Je veux ce Drago là, pas le méchant. Redeviens celui que tu étais, celui dont je suis tombée amoureuse et sans qui je ne pourrais faire ma vie.

Elle pleure elle aussi

Je lui prends la main et me relève, je m'approche d'elle et la prend tendrement dans mes bras en lui murmurant un millier de pardon. Elle me fait un sourire triste. Je lui caresse la joue.

- Tu m'as manqué Drago Malfoy, dit-elle dans un murmure

- Je t'aime ma douce.

- Moi aussi je t'aime.

Elle se rapproche de moi, hésitante, je sais ce qui va se passer, mais je la laisse faire, je ne veux pas la brusquer, j'ai fait assez de bourdes ces derniers jours. Elle attend mon accord qu'elle reçoit d'un simple sourire. Nos visages sont proches alors que les derniers rayon du soleil éclairent le parc de Poudlard.

17. Dispute, Le plan

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

 

PDV DRAGO


 

Je comble les derniers millimètres pour poser mes lèvres sur les siennes. Je ne fais pas durer le baiser trop longtemps, aussi merveilleux soit-il. Mon regard se fait pénétrant. J'appréhende sa réaction. Elle me sourit puis m'approche d'elle et m'embrasse rapidement.

« Merci. » murmure Hermione

Je hausse un sourcil.

« Merci de me comprendre aussi bien. » rajoute Hermione

Je lui fais mon plus beau sourire. On rentre tranquillement au château, il fait froid en hiver, enfin j'ai froid, même si son baiser m'a réchauffé. Les mains d'Hermione sont chaudes.

« Vous faisiez quoi ? » demande Blaise

« Oh mais ça ne te regarde pas. Puis de toute façon ça se voit, sourit Astoria

« Hein ? »

Il nous regarde alternativement puis,

« Je vois rien, s'énerve Blaise

« Je suis contente pour vous deux, sourit Astoria

« Comment tu sais qu'on s'est embrassé ? » demandais-je surpris

Hermione baisse la tête et rougit légèrement.

« Je ne le savais pas mais maintenant oui, rayonne Astoria

« Félicitations Hermione, tu as passé une étape supplémentaire vers la nouvelle vie, sourit Blaise

Je marmonne dans ma barbe, je me suis fait avoir comme un bleu.

PDV EXTERNE

Un peu plus loin dans le château, plus précisément dans la salle commune des Gryffondors.

« Explique-moi pourquoi tout le monde raconte que tu te tapais Zabini alors qu'on sortait ensemble ? » hurle Harry en colère

Angie entre ouvre la bouche mais rien ne sort.

« Je les ai tous contredit quand ils ont dit ça, je ne te croyais pas capable de faire une telle chose mais il faut croire que je me suis trompé. Je te faisais confiance Angie, tu m'as déçu, je ne veux plus te voir, va retrouver Zabini, dit Harry déçu

Harry s'en va dans sa chambre alors qu'Angie sort en courant de la salle commune puis elle sort dehors, elle a froid en pull, mais continue pour se retrouver dans un coin isolé du parc. Recroquevillée sur elle-même, elle verse ses larmes en se maudissant d'avoir fait toutes ses bêtises avec le Serpentard. Quelle manie d'allumer tout le monde. Elle se frappe la tête avec ses mains.

« Ça ne va pas Harry ? » demande Ron

« J'ai pas envie d'en parler, grimace Harry

« Ok. Ok. »

« est Angie ? » demande Léana aux filles de sa chambre

« Elle s'est engueulée avec Harry, glousse une fille

« Et ils ont rompu, rajoute une autre

« Oui, c'est trop bien, dit une troisième

« Bande de connes, s'énerve Léana en sortant

Léana part dans le dortoir des garçons.

« Salut Angie, sourit un type

« C'est Léana. Abruti, dit Léana, à moitié en colère

Elle rentre dans la chambre de Ron et Harry.

« est Angie ? C'est vrai ce qu'on dit les filles ? C'est fini entre vous deux ? »

« J'ai pas envie d'en parler, dit Harry, la tête dans ses oreillers

Léana regarde tristement Ron qui lui hausse les épaules.

« Je vais la chercher, affirme Léana

« Tu ne vas pas y aller, il fait nuit ! Attends demain, dit Ron

« C'est ma sœur Ron, je ne sais pas où elle est. Je vais à sa recherche. Avec ou sans toi. »

Le petit couple part chercher l'ainé des triplettes. Après quelques heures de recherches infructueuses.

« Mais est-elle ? » demande Léana inquiète

« Au risque de paraitre sans cœur, ne crois-tu pas qu'elle l'a chercher ? Après tout, elle l'a trompé avec Zabini ! »

« Tu as raison, tu es sans cœur. » dit Léana amer

Le ton de Léana étonne Ron, elle si douce et gentille.

« L'erreur est humaine et puis si Harry avait été autrement avec elle ; elle ne serait pas aller voir ailleurs. Ils sont fautifs tous les deux. »

« Tu as raison, miss intelligente. Rentrons, on la verra demain. »

« Tu as raison, puis quand elle veut se cacher personne ne la retrouve. » dit Léana

PDV DRAGO

Le lendemain.

DRRRRIIIINGGGGGGGGG !

« Putain de réveil ! » grognai-je

« Je me demande comment Hermione te supporte le matin, demande Blaise amusé

« Oh la ferme ! »

Je vais réveiller MON Hermione mais en ouvrant la porte, je vois une petite surprise. Hermione s'est dédoublée. C'est la première chose qui me vient en tête mais plus les minutes avancent plus je me rends compte que c'est idiot ce que je viens de penser. Une des sœurs d'Hermione est là, le tout est de savoir laquelle et pourquoi ? Qu'est-ce qu'elle fout chez les Serpentards. Je reste planté devant la porte, Blaise me rejoint.

« C'est vraiment dur le matin, se moque Blaise

Pour toute réponse, je lui montre le lit d'Hermione avec mon index, il a la même réaction que moi.

« Qu'est-ce qu'Angie fout ici ? » demande Blaise

« Réveille-là et tu le sauras ! »

Pas besoin, Hermione se réveille.

« Bonjour les garçons. » nous dit Hermione

« Que fait Angie dans ton lit ? » demandais-je

« Longue histoire. » soupire Hermione

Elle insiste en fixant Blaise.

« Tu nous expliques. » demandais-je

FLASH BACK (Hermione raconte)

Je n'arrive pas à dormir alors je pars marcher dehors, j'aime bien la nuit, tout est calme. Et dire qu'il y a plusieurs mois de cela, je détestais la nuit, c'était à ce moment-là qu'il venait pour faire ces choses. Je ne connais pas cet endroit du parc, il y a un bruit qui attire mon attention, des sanglots, je m'avance et vois Angie. Je viens à côté d'elle.

« Que fais-tu là ? »

« Harry a rompu et à cause de moi, pleure Angie

« Pourquoi ? »

« Pour mon histoire avec Zabini qui est finie. »

« On va tout arranger. Harry est amoureux de toi. Vous êtes faits pour être ensemble. » Je la prends dans mes bras

« Il veut plus me voir, je l'ai déçu.

« Tu sais, je suis peu inexpérimentée dans le domaine de l'amour mais il t'a un peu délaissé, alors toi, tu es allée chercher du réconfort là où il y en avait. S'il ne comprend pas ça, c'est que tu n'as rien à faire avec lui. » dis-je réconfortante

« Tu es adorable ma petite sœur. »

« Rentrons, il est tard. » proposais-je

« Je ne veux pas aller chez les Gryffondor.

« Euh… »

« Je peux rester avec toi ce soir ? S'il te plait. » me supplie Angie

« Ok. Allons-y. »

FIN DU FLASH BACK

« Voilà, vous savez tout. »

Angie ouvre les yeux.

« Salut. » dit Blaise

« Salut Blaise, Malfoy. » dit Angie dans le coltard

« Salut. » dis-je

Angie ouvre grand les yeux se rendant compte de l'endroit elle se trouve. On les laisse.

« Je ne veux pas descendre. Je ne veux pas le voir. » dit Angie

« Il faut que tu mettes les choses à plat avec lui. » dit Hermione

« Mais il est borné, il ne voudra pas me voir ni me parler. »

« Sauf s'il ne s'y attend pas. » dit Hermione avec un sourire en coin

Elles s'habillent puis elles descendent dans la grande salle accompagnées de Blaise et moi.

« Salut Hermione et salut … » commence Astoria

« Angie. » dit Angie

« Désolée j'ai du mal à vous reconnaitre. »

« Pas de soucis. » dit tristement Angie

Astoria embrasse Blaise. Potter se marre même s'il a l'air triste. Il n'y a vraiment plus rien entre Angie et Blaise mais je me demande si Astoria le sait.

« Que s'est-il passé Angie, pour que tu prennes ton petit déjeuner avec nous ? » demande Astoria

Apparemment non.

*Un ange passe*

« C'était la question à pas poser ? Je suis trop nulle, dit Astoria gênée

« C'est pas grave ma puce. » Blaise la prend dans ses bras

« Je vais y aller. Je n'ai pas faim. » Informe Angie

La sœur d'Hermione se lève et sort de la grande salle sous les moqueries de Potter. Hermione se lève et s'avance vers la table des lions pour se planter devant lui, elle lui envoie une gifle. La grande salle est sous le choc. Toute le monde connait la douce Hermione qui ne ferait pas de mal à une mouche. Elle quitte elle aussi la salle commune suivie de la dernière des Granger sous un silence total. Potter n'ose plus se marrer, il se tient même la joue. Et nous en bons Serpentards, on se retient de rire.

Une fois notre petit déjeuner fini, on part à la recherche d'Hermione, je n'aime pas la savoir seule. On la retrouve dans la salle de classe. Je m'assois à côté d'elle, Blaise à côté d'Astoria.

« Angie n'est pas là ? » demande Blaise

« Non elle est dans son dortoir. » informe Hermione

« Ok. »


A l'entrainement de Quidditch des garçons, Astoria et Hermione sont dans les gradins.

« Il s'est passé quoi entre Blaise et ta sœur ? »

« Ce n'est pas à moi de t'en parler mais demande lui. »

« Il ne veut pas. » dit tristement Astoria

« Ne t'en fais pas, tu n'as rien à voir avec eux. »

« Ouf. »

Astoria est rassurée

« Vous venez les filles ? » dis-je à la fin de l'entrainement

Les filles viennent avec nous aux vestiaires, on est sous la douche.

« Ils ont couchés ensemble ? » déduit Astoria

« Oui. »

« Alors qu'elle sortait avec Potter ? »

« Oui. »

« Et maintenant Potter l'a découvert et l'a plaqué ? »

« Oui. »

« Qui l'a dénoncé ? »

« Je ne sais pas, la rumeur je crois. »

« Je ne veux pas être méchante mais elle l'a cherché. » dit Astoria

« Je ne dis pas ça parce que c'est ma sœur mais Harry l'a laissé tout le temps après la guerre, il a pris un peu la grosse tête, il s'occupait plus de sa nouvelle réputation de play-boy, il draguait limite les filles devant Angie. Elle en a eu marre et s'est consolée dans ses bras. »

« Je sortais avec Blaise ? »

« Non. Quand Harry l’a découvert, c’était déjà fini. Ils ont rompu tous les deux parce que Blaise te voulait et Que ça allait mieux avec Harry. »

« Il faisait un beau couple. » soupire Astoria

« Oui. »

« Comme toi et Drago, sourit Astoria

Hermione rougit.

« Qu'est-ce que tu lui as dit pour la mettre mal à l'aise ? » demandais-je

« Juste la vérité. »

« Ouais.

« Ma petite chérie, il faut qu'on fasse quelque chose, dit Astoria à Hermione

« Tout à fait d'accord, sourit Hermione

Elles partent devant nous et discutent en faisant de grands gestes.

« Tu sais de quoi elles parlent ? » demande Blaise

« Pas le moins du monde. »

Je ne vois quasiment pas ma copine du reste de la semaine. Blaise non plus ne voit pas Astoria. Elles sont ensemble tout le temps. Je la vois juste le matin, d’ailleurs, samedi matin, je vais la réveiller. Je suis en caleçon et tee-shirt, elle n'est pas encore prête à voir quelqu'un dans une petite tenue sauf les filles, ce qui est bon point. Mais maintenant, je peux l'embrasser le matin mais elle n'en a pas décidé ainsi et se recule de l'autre côté du lit.

« Allez Hermione, mon bisou », boudais-je

« Non tu piques. Va te raser d'abord », me dit Hermione se reculant avec une voix de petite fille

« Allez, juste un petit », dis-je faussement triste

« Non non non. Accio rasoir ! Le rasoir d'abord et ensuite plein de bisous à mon petit chaton », me dit Hermione se reculant un peu plus catégorique

Je prends le rasoir des mains de ma petite Hermione et cours dans la salle de bain, je m'entaille la joue au passage mais je m'en fiche je vais avoir mon bisous.

« Non mais t'es pas bien. Calme-toi », m'engueule Blaise endormi

« Faut que je me dépêche », dis-je excité

« T'es barge », dit Blaise toujours endormi

Je me comporte comme un gamin de quatre ans devant une glace à la vanille. Mais tant pis, je cours rejoindre Hermione et m'approche d'elle.

« Non, j'ai plus envie. Tu as été trop long. Fallait te dépêcher mon chaton », se moque Hermione espiègle

« Je ne peux pas aller plus vite », dis-je outré

« Et la magie ? Tu connais pas ? » dit Hermione comme si c'était une évidence

« Tu vas voir ! »

Je m'approche encore plus d'elle et la chatouille. Elle finit par céder et me donner ce qui m'est dû : mon baiser. Mais avec notre super jeu, on se retrouve allongés sur le lit, moi sur elle. Je crois que je suis le plus gêné, mais je sens son cœur s'accélérer alors je me pousse en bafouillant des excuses.

« Tu ferais quelque chose pour moi ? » demande Hermione en me fixant

« Que veux-tu faire ? »

« Remettre Angie et Harry ensemble. »

« Alors, c'est ça que tu trafiquais avec Astoria. »

« Ouais, on préparait un plan. »

« Je suis fière de toi Hermione, tu refais ta vie et tu avances. Je suis très heureux pour toi. »

Hermione vient se blottir dans mes bras.

« Elle est si triste, ma sœur. »

« C'est vrai. C'est flippant de la voir comme ça ! »

« Alors, tu m'aides ? »

« Bien sûr. Tu veux l'aide de Blaise ? »

Elle me fait oui de la tête, je l'embrasse délicatement. J'adore l'embrasser, ses lèvres sont si douces et ses baisers si délicats. Je me lève et la laisse s'habiller. Je pourrais faire n'importe quoi pour elle, même aider des Gryffondors.

« Mais je m'en fout de leur couple ! » râle Blaise

« S'il te plait… »

Hermione lui fait une mine adorable

« Non. » dit Blaise buté

« S'il te plait mon cœur et » elle murmure à son oreille « Je te promets la meilleure nuit de toute ta vie, et tu te souviens de ce que tu m'avais demandé de te faire ? Je te le ferais… » dit Astoria

« Vraiment ? » demande Blaise intéressé

Astoria se mort la lèvre inférieure et fait un léger oui de la tête.

« D'accord ! »

« Tu lui as dit quoi ? » demande Hermione étonnée

Astoria rougit. Hermione hausse un sourcil et me regarde attendant une explication.

« Euh, et bien…. Comment dire… » commençais-je

Blaise et Astoria pouffent de rire.

« Tu étais obligé de lui dire ça ? » m'énervais-je sur Astoria

« Oh que oui ! » rajoute Blaise

« Alors ? »

Hermione s'impatiente

« Elle lui a dit des choses que je ne sais pas si tu es capable d’entendre. Mais plus tard. »

« Plus tard, tu lui diras les mêmes ! » rigole Blaise

Je mets un coup de poing dans son bras en lui murmurant un idiot. Hermione réfléchit puis ouvre la bouche.

« Vous parlez de ? » demande Hermione

« Si. »

« Beurk ! » grimace Hermione

Je pense que si la prochaine étape est coucher avec elle, elle n'est pas pour tout de suite mais tant pis j'attendrais. Elle me caresse la joue en souriant.

« Blaise et Drago, vous vous occupez de Potter, vous lui montrez les bons côtés de sa relation avec Angie et nous avec Hermione, on va voir Angie, pour la consoler. Ensuite on les recolle ensemble, Hermione leur donne rendez-vous au même endroit au même moment mais bien sur elle n'y sera pas. » explique Astoria

On part voir Potter, qui est sur le terrain de Quidditch à s'entrainer avec son équipe de bras cassés. Quand il nous voit, il descend en piquet pour se planter devant nous.

« Tu n'es pas avec Angie ? Ah non c'est vrai tu préfères ta Serpentard ! Pauvre Angie elle se retrouve toute seule, grimace Harry

« Mais t'es con ou tu le fais exprès ? » s'énerve Blaise

« Oh il défend son ex ! Trop charmant. Et qui vous envoie ? Hermione ? Toutes chiantes ces Granger, s'énerve Potter

Là c’est trop, je lui mets mon poing dans la figure et le chope par son tee-shirt pour le plaquer contre les tribunes.

« Je t'interdis de t'en prendre à Hermione. Et Angie t'aime, espèce de crétin. Elle est partie voir Blaise parce que tu la délaissais. Elle souffrait trop alors elle a trouvé du réconfort là il y en avait, m'énervais-je

« Elle avait qu'à venir me voir si elle ne se sentais pas bien, dit Harry sarcastique

« Ah oui et quand ? Quand tu t'amusais avec ta nouvelle notoriété ? Quand tu draguais toutes les gourdes ? Non mais Potter, tu n'es pas le centre du monde. Tu n'as pas vu que la guerre la touchait plus qu'elle ne le montrait ? » Blaise s'énerve lui aussi

« Ne dis pas de conneries. Elle allait très bien, dit Harry en colère

« C'est là où tu te trompes. Tu devrais la connaitre, tu sais qu'elle ne montrera que très rarement si elle ne va pas bien. Et tu prétendais être son copain qui l'aimait ? Peut-être qu'entre elle et moi ils n'y avait que du cul mais au moins si elle avait envie de parler je l'écoutais, informe Blaise

« Oh Zabini à de la compassion pour une Gryffondor, pitoyable ! » dit Harry sarcastique

« Es ce que tu l'as déjà vu pleurer ? » demande Blaise redevenu calme

« …. Non. »

« C'est normal, tu veux bien d'elle quand tout va bien mais quand tu sens que ça va te dépasser tu t'éloignes. »

« Rappelle-moi votre principale qualité ? Le courage. Effectivement Potter, très courageux, me moquais-je

Je lâche Potter puis on s'éloigne. Ce n'était pas ça qui était prévu dans le plan mais tant pis. J'espère que ça le fera réagir.

PDV EXTERNE

Du coté des filles.

« Salut les filles. » dit Angie triste

« Salut. » dit Astoria

« Tu révises ? » demande Hermione

« Oui. »

« Alors, prends un livre pour faire illusion. » dit gentiment Hermione

« J'ai pas envie, j'ai envie de rien. »

« Il t'aime mais il est vexé. Sa colère l'aveugle mais il reviendra, puis c'est mieux que de l'indifférence, ça prouve qu'il éprouve quelque chose. » rassure Astoria

« Mais je le veux près de moi. Je sais que j'ai fait une connerie en couchant avec Blaise mais j'en avais besoin. Harry me manque. »

Angie se met à pleurer dans les bras de sa sœur.

« On va tout faire pour que tu retournes avec. Mais lui aussi est fautif. » dit Hermione

« Vous êtes tous les deux fautifs. » dit Astoria

Hermione la fusille du regard.

« Quoi ? Je dis la vérité ! Potter a lancé la première pierre et Angie la deuxième. La plus grosse mais vous êtes faits pour être ensemble. Potter est buté mais il souffre autant que toi, c'est pour ça qu'il se moque, il se cache derrière ses rires. »

« Tu es une Granger, tu es forte » dit fièrement Hermione

« Toi, tu es forte, moi, je ne mérite même pas d'avoir une sœur comme toi. »

« Ne dis pas de bêtise. »

« Je fais la guerre qui dure une nuit et je ne tiens pas le coup. »

« Tu as vu des choses horribles durant cette nuit, tu as même fait des choses horribles et c'est normal que tu lâches, tu n'as que 18 ans. »

« Pourquoi tu as lâché quatre mois après la guerre ? » demande Hermione

« J'en ai eu marre que tout le monde vienne me voir pour me raconter leurs petits malheurs, ils venaient tous parce que moi je n'ai pas pleuré, parce que moi je ne montrais pas ma tristesse, mes peines, alors ils venaient tous se confier à moi, se plaindre, ils déballaient tout et moi je gardais tout pour moi, je ne voulais pas déranger Léana, elle était heureuse. Alors, je me contentais de sourire et faire comme si tout allait bien. Mais j'ai craqué ! Mes nerfs ont lâchés. » Angie pleure pendant son récit

L'ainé des Granger s'effondre dans les bras de la dernière qui la console comme elle peut.

« Retrouve moi dans le parc demain à 15 heures devant la fontaine de la petite cour ouest. D'accord ? On va tout organiser pour qu'Harry et toi retourniez ensemble. » dit Hermione

Angie fait oui de la tête en essuyant ses larmes. Hermione embrasse sa sœur sur la joue et rejoint ses amis dans la salle commune des Serpentards.

PDV DRAGO

« Alors ça s’est passé comment pour vous ? » demande Hermione souriante

« On a failli refaire la tête de Potter. » expliquais-je

« Les mecs ! » s'énerve Astoria

« Il nous a poussé à bout avec ses réflexions à la con. On a fait que défendre la sœur d’Hermione » se défend Blaise

« Et ton ex. » boude Astoria

« Je vous adore les garçons. Vous êtes gentils. » dit Hermione

« Tu es la première à nous le dire ! »

Astoria s'en va, Blaise la suit.

« Astoria ! Attend ! »

Elle s'arrête sans se retourner.

« Il n'y a plus rien entre Angie et moi, c'est avec toi que je suis, c'est ta main que je prends dans les couloirs, c'est toi que j'embrasse devant tout le monde. Mais par pitié, ne m'en veux pas de la défendre. Quoi qu'il arrive elle et moi avons un passé et je l'apprécie en tant qu'amie. » dit Blaise juste derrière Astoria

« J'ai l'impression que tu es plus proche d'elle et d'Hermione que tu l'es de moi. Je te trouves parfois distant » explique Astoria se retournant vers Blaise

Blaise soupire un bon coup.

« Allons discuter dans un endroit plus calme » dit Blaise

Blaise et Astoria partent dans la chambre de celui-ci.

« D'abord, Hermione et moi sommes très proches parce que nous avons vécu des choses tristes tous les deux. Et Hermione est avec Drago et il est toute sa vie. Sans lui, elle ne vit pas et n'en a rien à faire de moi, pour elle, je suis juste son ami, son meilleur ami. Et indirectement, sans elle, je ne serai pas avec toi. Puis avec Angie, pour moi ce n'était que du sexe même si on parlait ou elle parlait. »

« Pourquoi sans elle tu ne serais pas avec moi ? » demande Astoria

« Tu m'as déjà vu sortir avec une fille à Poudlard ? » demande Blaise

« Non, mais je pensais que tu étais comme Drago. » dit Astoria perdue

« Non. »

Il lui explique sa relation avec Aéna sans trop entrer dans les détails. Il lui explique sa souffrance. Astoria pleure et se jette dans les bras de son petit ami.

« Je suis désolée Blaise. »

« Moi aussi, mais sans Hermione, je serai toujours là, à me morfondre dans mon coin, elle m'a permis d'avancer, j'ai pris exemple sur elle et son courage. D'ailleurs, je me demande comment elle a fait pour se retrouver à Serpentard ? »

" J'ai fait du chantage au choixpeau, je lui ai dit que c’était avec Drago ou personne. » explique Hermione arrivant avec moi

« Tu as un vrai petit caractère » dis-je fier

Elle fait un sourire fière. Blaise et Astoria ont besoin de se retrouver, on les laisse seul. VRAIMENT seul, vu qu'on a écouté leur conversation.

18. Réconciliation. Discussion compliquée

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO


 

J'emmène Hermione un peu plus loin.

« Dis-moi Hermione, est-ce que je peux dormir avec toi ? » demandais-je tendu à Hermione

Elle me regarde en haussant les sourcils, à moitié inquiète.

« Juste pour dormir. Je voulais laisser Blaise et Astoria seuls pour la nuit.

Elle a l'air soulagée et accepte. D'habitude, c'est elle qui dort avec moi et pas le contraire. Je pense que ça lui rappelle les souvenirs de sa cave, où mon salop de père s'amusait avec elle sur son pseudo lit.

« Invite ta copine dans la chambre, je dors avec Hermione. Mais pitié, faites pas ça dans mon lit » dis-je juste à Blaise

Blaise me fait un sourire reconnaissant, Hermione et moi partons dans la sienne.


« Chut, Harry va nous entendre » nous réprimande Hermione

« Pardon ma puce » m'excusais-je

Je l'embrasse sur la joue et me colle à elle, j'ai froid. Elle prend mes mains dans les siennes. Je pose la tête dans son cou.

« Tu as le nez froid » sourit Hermione

« Je suis gelé. »

« Chut ! Angie arrive » nous informe Astoria

« Que le spectacle commence » rigole à moitié Blaise

« C'est toi qui a manigancé ce truc ? » s'énerve Harry

« Tu as mal ? » demande Angie

« Non » dit Harry en passant son index sur son nez

« Désolée » s'excuse Angie

« C'est toi qui leur a dit de venir me voir » s'énerve Harry

« Non je n'y suis pour rien. »

« Pourquoi tu t'excuses alors ? » demande Harry désagréable

« Je ne sais pas. »

« Comme tu ne sais pas pourquoi tu as couché avec Zabini ? » demande Harry en colère

« C'est peine perdue. Je m'en vais. »

Angie fait quelques pas en s'éloignant du survivant.

« C'est ça, va-t-en. Fuis. De toute façon, tu es très douée pour ça.

« Tu vas arrêter d'être con. Tu ne comprends pas que justement parce que je suis allée voir ailleurs c'est que tu me faisais souffrir ! Hein ? Ça ne t'est pas venu à l'idée qu'on était tous les deux fautifs. Peut-être que j'ai fait la plus grosse connerie mais si ça peut te faire plaisir, je souffre énormément, s'énerve à son tour Angie mais elle le fixe

*Blanc*

« Quoi tu ne te moques pas ? » se moque amèrement Angie

*Blanc*

« Pourquoi tu n'es pas venu m'en parler ? On aurait pu tout arranger, » demande Harry

« Mais j'ai essayé Harry, une fois, et cette putain de fois tu m'as dit : « On en parle plus tard, j'ai Quidditch » et tu sais que je me vexe d'un rien, alors je suis partie, butée et têtue. »

« Ça pour être têtue, tu l'es » dit Harry avec un mini sourire

« Vous entendez ce qu'ils se disent ? » demande Astoria

« Non ! » soupire Blaise

« C'est nul » boude Astoria

« Non c'est privé » dit Hermione

Ils se regardent dans le blanc des yeux.

« Tu regrettes ? Je veux dire vraiment regretter ? Au point de ne plus dormir ? De ne plus penser à autre chose ? » demande Harry

« Non mais franchement, tu as vu ma tête ? Je ne ressemble à rien. Ce sont plus des cernes que j'ai mais des valises ! Je ne mange plus, ne dors plus et ne révise plus. » dit Angie

« Tu n'as jamais vraiment révisé. » dit Harry légèrement moqueur

*Blanc*

« Est-ce que je te manque ? Si tu me dis non, je te laisserai et ne te dérangerai plus jamais, tu n'entendras plus parler de moi » dit tristement Angie

*Blanc*

« Je mettrais du temps à te refaire confiance. »

« Tu me pardonnes ? » demande Angie avec un léger sourire

« Oui, Zabini et Malfoy m'ont fait réfléchir. Et ils n'ont pas tout à fait tort. »

Angie se rapproche de Potter, ils sont près l'un de l'autre mais aucun ne bouge. Ils ne vont pas se taper dessus quand même ? Potter bouge et lui caresse la joue, elle ferme les yeux et prend sa main.

« Tu m'as manqué » murmure Harry

« Toi aussi, Monsieur Harry Potter, le survivant, le sauveur mais surtout le gardien de mon cœur. Je t'aime Ryry, car pour moi peu importe les noms qu'ils te donnent tous, pour moi tu es mon Ryry, mon petit ami. »

« Je t'aime aussi Angie Granger. La seule qui me voit tel que je suis et je te promets de faire plus attention à toi et à tes exigences. »

Ils s'embrassent, nous, on les laisse en intimité.


PDV EXTERNE

« Tu es sûre ? » demande Angie souriante

« Oui » sourit Hermione

« C'est parti, sourit Léana

« Ça va faire mal ? » demande Hermione, inquiète

« Non » crient les deux sœurs

« Menteuses. Je vais avoir beaucoup mal ? »

« Pas trop. Mais tu as choisi ? » demande Angie

« Oui ! »

« On y va.

Léana tire ses deux sœurs vers la boutique.


Trois heures plus tard.

PDV DRAGO

« Mais où étais tu Hermione ? » demandais-je, inquiet

« J'étais du coté des Moldus. Je vais me reposer. On se voit au diner » me dit Hermione

Elle m'embrasse sur la joue et monte se coucher mais en entrant dans sa chambre, nous voyons sur son lit une robe bleue nuit, longue avec une fente qui remonte mi-cuisse et avec un dos nu. Ma douce Hermione la prend entre ses doigts.

« Elle te plait ? »

« Oui bien sûr. Mais pourquoi ? » sourit Hermione

« Juste pour te voir sourire. »

« Merci mon petit Dragon. Je la mettrais ce soir. »

Hermione m'embrasse

« Tu vas bien ? Je te trouve toute blanche, tu n'es pas malade au moins ? »

« Non non, ne t'en fais pas. Je suis un peu fatiguée. »

« Ok, repose-toi, ce soir c'est le bal annuel des Malfoy. On va faire la fête jusqu'au bout de nuit. » 

A 20 heures je frappe à la porte d'Hermione.

« Tu es prête ? 

« Oui » répondit-elle en ouvrant la porte

« On y va ? » 

« Oui. »

Elle prend le bras que je lui propose. On marche en silence.

« Au fait, Hermione, tu es superbe. »

« Merci » dit-elle, stressée

« Ne t'en fais pas, ça va bien se passer, après tout ce n'est qu'une petite réception avec deux cents personnes. » 

« Merci Drago, tu me rassures beaucoup là » répond Hermione encore plus stressée

Je rigole et lui prends ses deux mains en la fixant tendrement.

« Tu me fais confiance ? » 

« Oui » dit-elle d'une petite voix

« Tu restes avec moi toute la soirée et tout ira bien. Puis il y aura Blaise et Astoria. D'accord ? »

« D'accord. »

« Allons-y ! »

Je pose mon bras sur ses épaules et nous rejoignons la salle de réception. Les portes s'ouvrent, je laisse passer Hermione et je vois dans son dos un tatouage entre les omoplates. J'ouvre grand la bouche, elle se retourne vers moi avec mon sourire en coin. Elle rejoint Blaise et Astoria, je les suis, toujours mes yeux sur son tatouage.

« Tu fais une drôle de tête Drago » se moque gentiment Blaise

« Regarde le dos d'Hermione » dis-je d'une voix blanche

« Oh. »

« Oh. C'est joli Hermione » sourit Astoria

« Merci. » 

Astoria et Hermione partent au buffet.

« C'est spécial » commente Blaise

« Je ne suis pas fan. » 

« Je serais toi, je verrais autre chose qu'un simple dessin, j'y verrais quelque chose de plus symbolique, une façon de te montrer à quel point elle tient à toi. »

« Mais c'est un tatouage » dis-je outré

« Toi aussi, mon fils tu l'as vu ? »  demande mère alors qu'elle arrive

« Je trouve que ça lui va bien » dit Josh

« Ah non, professeur, pas vous aussi. »

« C'est son corps, elle fait ce qu'elle veut, puis le dragon fait dans le dos me fait penser à quelqu'un » dit Josh

Effectivement, son tatouage est un dragon en forme de tribal.

« Va lui parler. A plus tard, mon chaton. Mais ne crie pas, nous avons des invités et la gazette est là. »

« Ok. »

Je finis par rejoindre Hermione, qui regarde le sol triste. Je lui relève délicatement la tête. Ses yeux sont embués de larmes. Je lui caresse la joue.

« Ton tatouage est joli. Un dragon, c'est ça ? »

« Oui. Tu n'aimes pas ? demande Hermione d'une petite voix

« Je n'aimes pas trop les tatouages mais … » 

Je la retourne.

« Mais le tien est, disons, joli et te va bien. » 

Elle se retourne toute souriante pour finir par me sauter dans les bras.

« Et merci. » 

« Tu as fait le rapprochement » dit-elle émue

« Euh, non c'est Blaise mais je suis ravi quand même. »

Hermione rigole. La journaliste arrive vers nous.

« Monsieur Malfoy » dit la journaliste charmeuse. « Mademoiselle Granger » dit-elle normal. « Vous faites un si joli couple » nous complimente t'elle d'une voix froide

« Merci » répondis-je méfiant

« Puis-je vous poser quelques questions Monsieur Malfoy ? »  dit la journaliste charmeuse

« Oui » dis-je méfiant

« Vous pouvez nous laisser miss Granger ? »  demande la journaliste avec une voix hautaine

« Non, elle reste avec moi. »

Je rapproche Hermione de moi

« Bien » dit la journaliste refroidie. « Comment se passe votre dernière année d'études à Poudlard ? Ce n'est pas trop dur avec une fille qui reste accrochée à votre bras et qui vous suit comme votre ombre ? » demande-t-elle, redevenue aguicheuse

« D'abord, la fille s'appelle Hermione, et c'est ma petite amie, puis elle m'a montré que j'avais un cœur et m'a rendu heureux. Et sans elle ma vie est terne. Alors, faites attention à ce que vous dites. »

« Pardon Monsieur Malfoy. Sinon êtes-vous satisfait de votre premier bal depuis la mort de votre père ? »

« Je suis très satisfait de ce bal, tout le monde s'amuse et c'est le principal. » 

« Parlons de votre père, un peu, il vous manque ? » 

Je ne sais pas quoi répondre, je ne veux pas dire la vérité.

« Drago n'aime pas que l'on parle du passé et de son père, alors je vous prie d'éviter de poser des questions sur le passé de mon petit ami. Et tant qu'on y est, je n'aime pas vos insinuations. Sur ce, l'interview est terminée, et ne marquez pas de conneries dans votre magazine. Je vous demanderai de sortir, merci » dit froidement Hermione

La journaliste s'en va. Je regarde Hermione étonnée.

« Mais vous vous rebeller miss Granger et j'adore ça. »

« Je t'aime mon chaton ».

« Moi aussi ma princesse. » 

« Pourquoi elle est partie la journaliste ? »  demande Blaise en arrivant

« Hermione l'a envoyer chier et en beauté » dis-je fièrement

« Notre petite Hermione laisse exprimer son caractère. Je suis content pour toi » sourit Blaise

« Merci, c'est gentil. »

Le reste de la soirée se passe bien, je danse avec Hermione et reste collé à elle, je ne connais pas les gens qui sont ici, ils sont impressionnants tous ces adultes avec leurs regards froids et leurs bonnes manières.

« On va se coucher ? Je suis fatiguée, puis j'ai mal aux pieds » baille Hermione

« Oui miss ronchon, on va dormir. Blaise et Astoria, vous restez dormir ? »

« Ok. »

« Je ne veux pas déranger » dit timidement Astoria

« Ne dis pas de bêtises, tu as vu mon manoir ? Je pourrais héberger Poudlard... »

« Ok. Mais, je ne dors pas toute seule. Ton manoir est flippant. »

« Je sais, même s’il y a la lumière d'Hermione qui éclaire le manoir, il faut refaire la décoration. On la refait cet été avec mère et Monsieur Duhamel. »

« Et moi ? » demande Hermione

« Et toi, bien sûr. Allons nous coucher. Et Astoria, si tu voulais dormir avec Blaise, il fallait le dire tout simplement. »

Astoria rougit, elle est vraiment différente de sa sœur et c'est bien. C'est vraiment l'opposé, la douceur contre la dureté. La gentillesse contre la méchanceté.

Hermione rentre dans sa chambre, moi dans la mienne mais…

« Vous ne dormez pas ensemble ? »  demande Blaise

« Non pourquoi ? »  demande Hermione

« Tu n'as pas peur toute seule dans ce manoir ? »  demande curieuse Astoria

« Tu sais après la cave… »

« Puis, regarde sa chambre » dis-je

Astoria regarde la chambre d'Hermione.

« Je sais, Herm' tu dors avec Drago et moi, je dors dans ta chambre » sourit Astoria

« Ah non ! Je ne veux pas que vous fassiez des sales trucs dans mon lit. C'est trop beurk... »

On regarde tous Hermione, c'est la première fois qu'elle aborde le sujet SEXE.

« C'est vraiment trop dégoutant. Bonne nuit ! » 

Elle ferme la porte.

« Tu n’es pas prêt de coucher avec elle vu comment elle en parle. Pour elle, c'est quelque chose de sale et répugnant » conclu Blaise

« En même temps, vu ce qu'elle a vécue dans la cave et ce qu'ils lui ont fait subir ce n'est pas étonnant. Elle ne vous a pas dit ? » 

« Pas dans les détails » dis-je

« Tu as les détails ? »  demande Blaise

« J'ai entendu Père et Daphné en parler. »

« Et ? »

« Vous voyez les films pornos sorciers où ils font tourner les filles avant de leur faire avaler ou quand ils s'en servent de torchons ? » nous demande Astoria

« Oui. » 

« Bah c'était pire, alors ce n'est pas étonnant qu'elle trouve sa dégueulasse, déjà que moi je trouve ça limite. » 

« Il va falloir que tu prennes ton mal en patience. Bonne nuit. »

Blaise me fait un sourire compatissant

On part tous dans nos chambres respectives, et moi je prends mon mal en patience …. Avec ma main.

PDV EXTERNE

Plus tard dans la bibliothèque de Poudlard.

« Tu as fait CES choses avec Blaise ? » 

Astoria la regarde bizarrement.

« Tu sais, je peux en parler maintenant » dit Hermione un peu fière et honteuse

« Oui mais pas ce n’est comme dans tes souvenirs. C'est différent » explique Astoria

« Qu'est-ce qui est différent ? »  demande Angie en arrivant

« Le sexe. »

« Vous parlez de SEXE dans une bibliothèque ? »  s'offusque Léana choquée

« Vous aussi vous le faites avec vos copains ? »  demande Hermione

« Oui » sourient Léana et Angie

« Tu vois, pour elles aussi, c'est différent vu leurs sourires. » 

« Comment c'est différent ? »  demande Hermione

« Quand ils faisaient ça dans la cave, tu ne voulais pas ? »  demande Angie

Hermione fait non de la tête.

« Pour être différent, il faut que tu sois toi aussi d'accord, tous les deux » explique Léana

« Puis il y a tes sentiments aussi. Tu as envie de faire plaisir à l'autre » sourit Astoria

« Il disait qu'il me faisait plaisir mais moi j'avais pas de plaisir, j'avais mal » dit tristement Hermione

Elles la prennent dans leur bras.

« C'est fini tout ça. Drago t'aime et lui veut vraiment te faire plaisir, il fait attention à toi » sourit Astoria

« Tu veux le faire ? »  demande Angie et sa grande diplomatie

Hermione fait vigoureusement non de la tête.

« Mais un jour ? »  demande Léana

Hermione hausse les épaules et s'en va reposer son livre.

« Pauvre Drago » soupire Astoria

« Il est pas prêt de coucher avec » rajoute Angie

« Non, ça c'est sûr, mais il l'attendra. » 

« Il se contentera de sa main pour un petit moment » dit Angie moitié moqueuse

« Il n'a pas le choix. »

« Mais va-t-il tenir ? Après tout, c'est son père qui a fait ça à notre sœur. »

Après un moment de silence.

« On peut montrer les bons côtés du sexe à Hermione » propose Léana

« Pour qui voulez-vous faire ça ? » 

« Pour notre sœur. »

« Et pour Malfoy. » 

« Après tout, il m'a aidé à retourner avec Harry. » 

« Alors, on le fait pour les deux. »

Hermione revient avec un livre.

« C'est comment ? »  demande Hermione de but en blanc

Les trois filles la regardent avec de gros yeux.

« Quoi ? J'ai un bouton sur le nez ? »  demande Hermione

« Non non ! » 

Astoria est surprise.

Personne n'ose parler, Angie se lance étant celle qui en parle le plus facilement.

« C'est quelque chose qui ne s'exprime pas par des mots, tu le vis comme quelque chose d'heureux, un pur moment de plaisir. Un plaisir partagé. » 

« Les picotements dans le bas de ton ventre. » 

« Ses doux baisers. » 

« Tu aimes bien quand il t'embrasse ? »  demande Angie

Hermione fait oui de la tête, les joues un peu rouges.

« Et tu ne veux pas augmenter ce petit moment de bonheur ? »  demande Léana

« Et l'allonger ? »  dit Angie rêveuse

« Et bien Monsieur Potter est doué au lit » dit Astoria moqueuse

« Et pas qu'au lit » rajoute Angie

« Ouais, dans les vestiaires de Quidditch » se moque Léana

Angie lui tire la langue.

« Jalouse ? »  demande Angie

« Beurk ! Je préfère mon homme à moi » grimace Léana

« Si on revenait aux questions d'Hermione. » 

« Pardon ! » 

« Tu as des questions ? » 

Hermione fait non de la tête et part dans ses pensées. Dans ses souvenirs, ses cauchemars. Elle ferme les yeux. Les trois autres la regardent.

« Pourquoi vous faites ça ? Pourquoi vous me parlez de ça ? »  demande Hermione les yeux fermés

Les trois filles ne savent pas quoi répondre. Hermione ouvre les yeux.

« Alors ? »  insiste Hermione

« Et bien… » 

« Comment dire… » continue Léana

« Voilà, parce que c'est quelque chose d'agréable, on veut que tu sois heureuse. » 

« Mais je veux pas » dit Hermione les larmes aux yeux

« Tu ne veux pas quoi ? » 

Astoria est perdue.

« Être heureuse ? » demande Angie

« Angie » réprimande Léana

« Quoi ? » 

« Je ne veux pas faire ça. C'est trop douloureux. Ça fait mal. Mal à mon cœur, mal partout, c'est sale » pleure Hermione

Hermione se lève brusquement de sa chaise qui en tombe au sol, toutes les personnes se trouvant dans la bibliothèque se retournent. Hermione s'enfuit en courant et en pleurs, au passage, bousculant au passage Drago et Blaise.

PDV DRAGO

On se retourne vers Hermione qui fuit. Je vais pour la rejoindre mais Blaise me retient en faisant non de la tête. On part voir les filles.

« Vous avez fait quoi à Hermione ? » 

Les trois filles baissent la tête.

« Il faut qu'on y aille. A plus les mecs » dit précipitamment Léana

Les deux Gryffondors s'en vont.

« Lâcheuses » bougonne Astoria

« Alors ma chérie, tu nous expliques ? » 

« On a voulu aider la libido de Drago. »

« Je vois que ça a marché » dis-je sarcastique

« Pardon » dit Astoria triste

Blaise la prend dans ses bras sans oublier de me fusiller du regard.

« Je voulais vous remercier pour être si gentils avec moi. Vous savez, ça fait super bizarre de vous avoir comme ami ou petit ami. J'ai toujours été dans l'ombre de ma sœur, c'était elle qui était amie avec vous, c'est elle qui jouait au Quidditch, c'est elle que les garçons regardait. » 

« Tu n'as pas à faire tes preuves avec nous, on est content d'être ami avec toi » dit doucement Blaise

« Puis pourquoi au bout de plus de deux mois ? » demandais-je gentiment

« J'ai toujours garder pour moi mes sentiments, je suis intravertie, mère m'a toujours dit mais elle disait aussi que c'était mon charme. » 

« Je t'aime ma mini Serpentard. »  

Blaise embrasse Astoria sur la joue

« Moi aussi. Tu m'en veux Drago ? »  demande timidement Astoria

« Non. Ca partait d'une bonne intention. Allez, souris princesse. »

Je lui fais un léger sourire

« Profite du compliment, il n'y a qu'Hermione qu'il appelle comme ça…. Tu ne veux pas me piquer ma copine ? »  demande Blaise amusé

« Non non je te la laisse. Je vais voir Hermione » dis-je rigolant

« On vient avec toi. » 

« Il faut que je m'excuse auprès d'Hermione. » 

On trouve Hermione sur la passerelle, sans cape. On s'approche doucement.

« Hermione ? » 

« Hein ? Quoi ? » elle sursaute

« Ça va ? » 

Je m'approche d'elle mais elle se recule quelque peu. Je baisse les yeux triste.

« Qu'est-ce qu'il y a Hermione ? Tu ne me fais pas confiance ? »  demandais-je blessé par ses gestes

« C'est pas ça mais… » 

« Je suis désolée Hermione, je ne voulais pas te faire remonter de mauvais souvenirs, mais je voulais que… » 

« Mais je vais bien ! » hurle Hermione sur Astoria

Hermione s'en va loin de nous.

« Et merde ! »

Je frappe dans le mur

« Je vais lui parler » me dit Blaise

Je ne réponds rien, trop furieux. Astoria reste près de moi.

« Hermione, attends-moi » crie Blaise

Hermione ne s'arrête pas, Blaise lui emboite le pas ; il s'aperçoit qu'elle pleure.

« Ne pleure pas Hermione. » 

« Je ne pleure pas. »

« Ne leur en veut pas, n'ai pas peur de Drago. Il ne te fera pas de mal. Il tient à toi, il peut attendre. » 

« Ne me prends pas pour une idiote ! Je sais comment ça marche, comment vous marchez. Il m'a dit, j'ai lu, j'ai vu. »

Hermione pleure

« Mais Herm… » 

« Ne me prend pas pour une idiote ! » hurle Hermione

Hermione s'enfuit en courant vers la forêt interdite.


 A suivre !

 

19. Un début … Et une fin

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO

Blaise repart dans l’autre sens, rejoindre Drago et Astoria qui sont toujours sur la passerelle.

«  Alors ? » demande Astoria inquiète

«  Elle est partie en hurlant : Ne me prend pas pour idiote…. Dray le prend pas mal mais ton père était un enfoiré, je ne sais pas ce qu’il lui fait ou ce qu’il lui a dit mais en tout cas, elle est hyper résistante au sexe. Elle ne veut rien savoir et ne rien comprendre. »

Je refrappe dans le mur, ma main est déjà en sang mais peu importe. Je ne m’arrête pas. C’est Blaise qui le fait.

«  Frapper dans le mur n’y changera rien. C’est dur pour elle. Comprends-la. »

«  Mais je la comprend, c’est à mon salop de géniteur que j’en veux. Comment peut-on infliger ça à une enfant. S’il n’était pas mort, je le tuerais de mes mains !!! »

«  Tu devrais aller à l’infirmerie Drago. Ta main est violette. » m’informe Astoria

Je pars à l’infirmerie, même si je n’ai pas envie, je m’en fiche. Je suis triste, j’ai comme un creux dans mon estomac.

«  Monsieur Malfoy ??? Que s’est-il passé ? » demande Pompom stressée

«  Pouvez-vous faire quelque chose ? »

«  Oui bien sûr. Asseyez-vous. Je reviens. » dit-elle toujours stressée

Elle revient 5 minutes plus tard

«  Voilà une pommade à appliquer pendant 4 jours. Matin et soir. » me dit-elle sur le même ton que précédemment

Elle me la met et je pars avec le tube. Ça me brule. J’ai trop mal !!!! J’en remettrai plus ! Néanmoins, je le garde dans ma poche. Je vois Pompom retourner dans son bureau toujours stressée. Elle a un comportement bizarre.

PDV EXTERNE

Dans le bureau , Pompom se rassoie à son bureau

«  Où en étions-nous miss Granger. Ah oui !!! Drago est peut être un garçon qui a des envies qu’il faille assouvir mais avec l’amour qu’il vous porte, il peut attendre. Et ce qui n’est pas écrit dans les livres ou ce que son géniteur lui a dit, c’est qu’il y a deux façons de le faire. Ce qu’on appelle vulgairement baiser et l’autre, faire l’amour. Baiser est dénué de sentiments, alors que l’autre, on le fait d’abord avec son cœur avant tout le reste. Vous comprenez ? »

Hermione fait oui de la tête.

«  Mais je comprends aussi que pour vous, c’est dur de passer à cette étape supérieure. Mais dites-vous que si vous devez le faire, faite le parce que VOUS en avez envie et pas pour lui. »

«  Mais IL ne pouvait pas se retenir, tous les jours, il venait, il faisait tous ses sales trucs, puis à la fin, ça sortait, c’était gluant, collant, pas bon. Des fois, c’était plusieurs fois par jour. Il revenait, je collais, je pouvais pas me laver. C’était beurk ! Je ne veux pas que ça recommence ! Je ne veux pas avoir mal ! Ça faisait mal là (elle montre son entre jambe) et dans la bouche. J’avais mal tout le temps, à chaque fois. Même au bout de toutes ses années. Je saignais parfois. Je ne veux plus avoir mal. » Hermione à les larmes aux yeux.

Pompom semble réfléchir plusieurs minutes.

«  Vous embrassez Monsieur Malfoy ? »

«  Vous pouvez me tutoyez. Je n’aime pas le vous. »

«  Tu embrasses Monsieur Malfoy ? »

«  Oui. » répond Hermione avec une petite voix

«  Tu aimes bien ? »

Hermione fait oui de la tête.

«  C’est différent d’avant ? » demande Pompom

«  Oui. » dit Hermione avec sa petite voix

«  Et c’est comment avec Drago ? »

«  Doux, délicat, attentionné, amoureux. » explique Hermione des étoiles plein les yeux

«  Il t’aime Hermione. » dit Pompom attendrie

«  Mais s’il devient comme LUI ? »

«  S’il doit être comme lui, il l’aurait déjà été. Mais il te protège quoi qu’il arrive, il est toujours là pour toi, il t’a aidé une fois sortie. »

«  Alors, vous croyez que ce sera différent et pas dégoutant. »

«  Non Hermione. Mais il faut que tu sois sûre de vouloir le faire. Pense à toi avant tout, Monsieur Malfoy peut attendre, il le fait déjà. Puis, il sait qu’il faut doublement faire attention à sa princesse comme il aime t’appeler. Mais ne te force pas. Ne te force plus jamais. D’accord. » elle lui sourit à la Serpentard

Hermione fait oui de la tête mais évasivement, elle rentre toutes les informations dans son cerveau. Elle fait un bref signe de la main avant de partir.

«  Au fait, Hermione. »

«  Oui. »

«  Pensez à vous protéger. »

«  Pourquoi ? » demande Hermione surprise

«  Pour ne pas tomber enceinte. » explique Pompom hésitante

Hermione neutre hausse les épaules.

«  Vous allez bien miss ? »

«  Oui. » répond Hermione un peut paniquée

«  Non, non pas à moi. Allez-vous allonger sur un lit. Je vais faire des examens. »

«  Non, non je vais bien !!! » dit Hermione encore plus paniquée

«  Si Hermione. Ça ne sera pas long !!! » ordonne Pompom en forçant Hermione à s’allonger

Les examens sont courts.

«  Avez-vous vos règles ? …. Vous savez ce que c’est ? »

«  Oui. J’avais avant mais après bébé. Plus. »

«  Mon dieu ! C’est ça !!! »

Pompom sort sa baguette et marmonne une formule et refait une échographie.

«  C’est mieux. Ça commence à fonctionner. »

«  Qu’est-ce qu’il y a ? »

«  Monsieur Malfoy sénior a fait un sort pour bloquer votre système. »

«  J’avais mal, il a fait mal. » dit Hermione les larmes aux yeux

«  Je comprends miss. Mais ça ira mieux maintenant. Il faut prendre une potion pendant 15 jours tous les matins. »

«  Je vais avoir mal ? »

«  Un peu. »

«  Comme mon tatouage ? »

«  Je ne me suis jamais fait tatouée mais oui, je suppose. » rigole doucement Pompom

Hermione prend les potions et s’en va dans la salle commune et dans sa chambre les ranger. Elle ressort et se dirige vers la chambre de Drago. Elle reste plantée devant la porte. Ne savant pas trop quoi faire. Drago arrive dans le couloir.

PDV DRAGO

«  Hermione ? » dis-je doucement

Elle se retourne vers moi, je ne bouge pas, je ne veux pas la faire fuir, encore. Elle s’approche doucement de moi. Ses yeux descendent sur la main violacée, je tente de la cacher derrière mon dos, mais elle la prend délicatement dans ses douces mains. Elle pose ses doigts sur mes phalanges enflées. Je frisonne.

«  Pardon. » dis-je doucement

Elle lève ses yeux vers moi.

«  Pourquoi ? »

«  Pour être ce que je suis. »

«  Je t’aime comme tu es. Je ne veux pas que tu changes, je veux que tu restes toi-même pour toujours. »

«  Pour toujours. » Je la prend dans mes bras.

«  C’est trop mignon !!! Tu ne peux pas être comme lui !!!! » renifle Astoria

«  Désolé d’être moi à part entière ! Mais tu as qu’à sortir avec Drago ! »

«  Beurk ! »

«  Merci. » grimaçai-je

«  De rien. » Astoria me sourit

«  Je veux être seule avec toi. » me murmure Hermione à mon oreille

«  On vous laisse. » dis-je aux deux autres

On part dans la chambre d’Hermione. Hermione se blottit fort dans mes bras, à m’en étouffer mais je m’en fiche. Je pose mon menton sur sa tête.

«  Avec qui étais-tu ? » demandai-je curieux

«  Avec Pompom. On a parlé. »

«  Et de quoi ? »

«  De diverses choses. »

«  Comme ? »

«  Gros curieux !!! »

«  Gros ???? Je ne suis pas gros ! » dis-je choqué

«  Si là !!! C’est pas très beau tout ça !!! »

Elle prend mes poignets d’amour inexistante tout en rigolant

«  C’est pas vrai !!! Je suis très beau ! »

«  Mouais, ça dépend de quel point de vue on se place ! » dit sérieusement Hermione

J’ouvre la bouche choqué, elle se met à rire, je me pousse d’elle en boudant, je lui tourne le dos en croisant les bras. Hermione continu de rire, et va s’assoir sur son lit. Je ne l’entend plus rire.

«  Tu ne me fera pas mal ??? » demande Hermione inquiète

Je me retourne surpris de sa question, je la vois me fixant et la rejoint pour la prendre dans mes bras. De quoi elle parle ? De sexe ? Surement, c’est LE sujet de conversation en ce moment.

«  Non, je ne te ferais pas mal. Je ne suis pas LUI. »

Je réfléchis 30 secondes et la regarde avec des gros yeux, elle me fait un léger sourire crispé. Mon intuition est bonne, je ne suis pas si idiot que ça !

«  Ne fait pas cette tête s’il te plait. »

«  Pardon. » Je reprends mes esprits

Elle me caresse la joue.

«  Tu es sûre ? » demandai-je

Elle fait un léger oui de la tête en regardant le sol.

«  On peut essayer. » dit-elle, doucement

Elle appréhende, et moi aussi, je dois dire. D’habitude, je m’en fiche de mes conquêtes mais là je veux je dois faire attention à elle. Et juste à elle. Je l’embrasse doucement, elle y répond, hésitante.

«  Si tu veux arrêter, tu le dis. D’accord ? » expliquai-je

«  D’accord. »

Mon cœur bat à exploser, mais j’essaye de le calmer et de me calmer mais ça c’est pas gagner. Je descends mes mains doucement pour lui enlever son pull. Elle continue de me regarder, moi je fais attention à ce que fais et en douceur !! Une fois son pull enlevé, je lui enlève son tee-shirt. Je ne peux pas m’empêcher de l’admirer même si je l’ai déjà vu nue (Rappel : Dans la salle de bain quand Hermione devait se laver avec l‘aide de Drago) , avec ses kilos en plus, elle est devenue vraiment belle. Je l’embrasse.

«  Ça va ? »

Elle me fait oui de la tête. Je l’embrasse doucement, on s’allonge, je passe mes doigts sur son ventre, elle frisonne et esquisse un sourire. Je m’attaque à son pantalon. Je ne peux pas m’empêcher de la caresser, sans trop m’approcher des zones intimes.

J’enlève ma chemise, elle regarde ce que je fais et appréhende. J’enlève aussi mon pantalon pour me retrouver en boxer devant elle. C’est un bon point, elle ne fuit pas. Elle me fait un léger sourire. Je la rejoint. Elle reste allongée, mais répond à mes baisers. Je sens son cœur battre à tout rompre. Je lui défais son soutien-gorge. J’ai envie de l’embrasser partout mais je me retiens, je lui enlève aussi sa culotte.

«  Ça va ? » redemandai-je

Ma princesse fait oui de la tête même si je sens que ça ne va pas trop. Je lui fais un sourire le plus gentil que j’ai en réserve. Et mon état à moi ? Je suis prêt ! Avec ces quelques mois sans rien faire, il ne me faut pas grand-chose. Hermione baisse ses yeux. Pour la 1ère fois de ma vie, je suis mal à l’aise. Autant qu’elle. On dirait deux puceaux ! Je n’ose pas enlever le dernier morceau de tissu mais je finis par le faire, j’ai les mains moites. Je l’embrasse. Elle frisonne. Je l’embrasse, mes baisers descendent dans son cou.

Je me met au-dessus d’elle sans rien faire, juste à l’embrasser. Elle ne fait rien.

« Drago ? » dit-elle doucement

Je relève la tête vers elle. Ok. J’ai compris dans ses yeux qu’il faut que j’arrête. Elle a trop peur. Je me remet à côté d’elle. Je fixe le plafond, vidant mon esprit pour calmer mes hormones.

«  Pardon. » dit-elle doucement et triste

Je tourne la tête vers elle et lui caresse la joue.

«  Tu ne m’en veux pas ? » demande-t-elle inquiète

«  Non, c’est pas grave. T’inquiète pas. »

«  Tu es sûr ? »

«  Mais oui. Il y a du progrès. » Je lui souris

«  Tu restes dormir avec moi ? »

«  Il est 19 heures ma princesse. Tu n’as pas faim ? »

«  Un peu. »

«  On va manger et après, je reste avec toi. »

On se rhabille puis on rejoint Blaise et Astoria ainsi que Kyle qui saute dans les bras d’Hermione.

«  Vous faisiez quoi ? Ça fait 15 minutes qu’on vous attend ! » demande Blaise avec un sourire en coin

«  Je t’en pose des questions ? » répondis-je entre mes dents

Blaise ne répond rien, il nous fixe l’un après l’autre.

«  Vous ??? » commence Blaise surpris

«  Non. » grognai-je entre mes dents

Astoria et Hermione marchent derrière nous.

«  J’ai pas pu aller jusqu’au bout. » explique Hermione

«  Tu es allé jusqu’où ? Si ce n’est pas trop indiscret. »

«  Ça y était presque. »

«  Sur le point ? » demande Astoria légèrement choquée

«  Oui. » dit timidement Hermione

«  Il a fait quoi ? »

«  Il a arrêté. » dit Hermione neutre

«  Comme ça ? Sans rien dire ? Il a tout stoppé ? » demande Astoria complètement choquée

«  Oui. Pourquoi tu es choquée ? »

«  C’est que venant de Drago c’est bizarre. Il vient de te faire la plus belle preuve d’amour. Tu connais les hommes, tu sais quand ils sont lancés, c’est dur de les arrêter ou de les repousser. »

«  Je sais. » affirme tristement Hermione

«  Pardon, je ne voulais pas te rappeler de mauvais souvenir. »

«  C’est pas grave, c’est du passé. »

«  Ce qui est sûr c’est que dans le présent et dans le futur, il t’aime et ça rien ne pourra le changer. Il t’en a fait une fois de plus la preuve tout à l’heure. »

Elles arrêtent leur conversation car on vient de s’assoir pour manger. Blaise à côté de moi, Hermione en face de Blaise et à côté d’Astoria qui est en face de moi. Hermione mange peu, elle a l’air dans ses pensées. J’espère que je ne l’ai pas éloignée de moi avec ce que l’on a failli faire. Je lui jette des coups d’œil tout en mangeant. Ce que je ne vois pas c’est qu’elle aussi me jette des coup d’œil tout en souriant. Hermione se lève, fait le tour et vient s’assoir sur mes genoux. Je suis étonné mais ne dit ou ne fait rien. Je fini de manger avec ma princesse sur mes genoux. Elle pique un peu dans mon assiette.

«  Voleuse !!! »

Elle me tire la langue avant de mettre dans sa bouche.

«  Délicieux ! »

«  Vous êtes trop mignons ! » affirme Blaise

«  On sait !! »

On arrive aux fromages. Ma princesse n’aime pas le fromage alors elle pose sa tête dans mon cou.

«  Pourquoi tu ne manges pas de fromage Hermione ? » demande Kyle

Elle prend un morceau de fromages dans MON assiette et l’envoie sur Kyle.

«  T’es méchante !!!! » boude Kyle

Kyle prend dans son assiette du fromage et l’envoie sur Hermione, mais pas doué comme il est, il atterri sur moi. Plus personne ne parle à la table. Tous leur regardes sont braqués dans ma direction.

«  Oups, désolé Drago. »

«  Je serais toi, je partirais, tout de suite. » dis-je contenant ma colère

Kyle a beau être un petit merdeux mais il sait qui il faut respecter. Donc moi. Ma domination des Serpentards est toujours présente même si je n’en fais pas trop pour me faire respecter. Les actes de mon passé sont encore dans leur esprit. Ils ne veulent pas se frotter à moi, et je les comprends.

Hermione me regarde avec insistance.

«  Quoi ? J’ai ma réputation à tenir. »

«  C’est tout ce que tu as trouvé pour te défendre ? T’es trop nul ! » se moque Hermione

J’ouvre la bouche mais rien ne sort. Je croise les bras boudant.

«  Si on allait tous les deux, dans un coin plus tranquille… » me murmure Hermione à mon oreille

«  Tu… Tu … » bafouillais-je

«  Oui, je veux. » dit timidement Hermione

«  Mais tout à l’heure tu… »

«  Tout à l’heure, c’est tout à l’heure. Puis, j’ai eu une petite conversation avec une très bonne amie. »

Elle se lève et me tend sa main que je prends. On sort de la grande salle pour rejoindre sa chambre.

«  Ne me dit pas qu’ils vont ? » demande Blaise

«  Je ne te le dirais pas. »

Je ne lâche pas Hermione de peur qu’elle s’en aille loin de moi.

«  Je ne vais pas partir tu sais. » grimace Hermione

Je me rends compte que je lui serre la main un peu trop fort et donc la relâche un peu, je m’excuse avec un simple regard. On entre dans sa chambre. Elle enlève d’elle-même ses vêtements pour se retrouver devant moi en sous-vêtements. Elle vient s’allonger sur son lit. J’enlève mes vêtements pour, moi aussi, me retrouver en boxer. Je la rejoins, je sens que cette fois, on ira jusqu’au bout, je le vois dans ses yeux. Je lui souris, un sourire tendre et amoureux. Je l’embrasse, doucement. J’enlève son soutien-gorge, mais cette fois, j’aventure ma bouche sur sa poitrine.

«  Si tu ne veux pas ; tu me le dis »

Elle me fait oui de la tête avant de la reposer sur le matelas. Je profite de chaque baiser, de chaque caresse, de chaque moment. Je lui enlève sa culotte pour ensuite enlever mon boxer. Je lui souris, elle aussi me sourit.

«  Tu es toujours sûre ? »

«  Oui. Tu es gentil. »

Je lui souris avant de me placer sur elle, elle écarte les cuisses mais je ne la pénètre pas, je continue de l’embrasser, elle se décontracte, un petit peu. Ses mains jusque-là posées sur le matelas viennent sur mes joues, elle me fixe. On ne dit rien, mais je sais que je peux y aller puis ça m’arrange parce que je commence à VRAIMENT être en manque mais qu’est-ce que je ne ferais pas pour ma princesse. Je rentre doucement en elle, tout en la regardant, inquiet. Elle me sourit. Un léger sourire mais un sourire quand même. Je commence à faire mes va et viens, doucement au début puis j’accélère un peut quand même. Ça ne dure pas trop longtemps, j’ai fait mieux mais avec ma LONGUE période d’abstinence. Je crois que c’est mieux pour elle. Je me retire et m’allonge à côté d’elle. J’attends sa réaction.


A suivre …

La réaction d’Hermione ? Et Drago, il est pas tout gentil ?

Review ?

 

20. L’après, les réactions… Réunion de famille

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO

Après un moment de silence à fixer ma princesse qui n’a pas bougé d’un centimètre ; ses lèvres s’étirent pour former un petit sourire. Elle tourne la tête vers moi les yeux pétillants, pétillants pas de joie mais pas tristesse non plus. C’est un bon point.

«  J’ai rien senti ! » dit-elle fière

«  Pour mon égo Hermione, ne le redit plus jamais, s’il te plait. » grimaçais-je

Hermione me regarde de travers. J’appuie mon coude sur le matelas et pose ma tête sur ma main.

«  Pour les hommes, c’est important leur performance sexuel. Savoir qu’ils sont bon au lit. »

«  Tu étais très doué ! » elle me sourit de toutes ses dents

Je ne peux pas m’empêcher de rire et de l’embrasser.

«  Je t’aime ma princesse mais pour une fois, la seule et l’unique je suis content que tu n’es pas eu mal ni que tu sois partie en courant. Je suis fière de toi Hermione; tu as passé une étape supplémentaire. »

On frappe à la porte. On se rhabille rapidement.

«  C’est ouvert !!! » crie Hermione

«  C’est pas trop tôt. » soupire Blaise

«  Blaise !!!! Ils étaient occupés !!! » réprimande Astoria

«  Et alors ? »

«  C’est leur vie privé, ça ne nous regardent pas !!! »

«  Pardon ma puce. » s’excuse Blaise

«  C’était comment ???? » demande Astoria curieuse

Hermione me jette un coup d’œil.

«  C’était trop bien !!!! » dit-elle fière

Je la regarde en souriant. Blaise regarde notre échange sans rien dire.

«  Ah bon ??? » demande Astoria surprise

«  Tu doutes de mes performances ? » demandais-je à mon tour

«  Je doute de beaucoup de choses mais de tes performances sexuels surement pas avec ma sœur qui n’arrêtait pas de tout me raconter dans les détails. C’est bon, je te connais par cœur. »

«  Elle te racontait tout ? Dans les détails ? »

«  Ohhhhh oui. »

«  C’est gênant. »

«  Bienvenue dans le monde des filles. » dit Astoria

«  Vous vous racontez tous ? Dans les détails ? » demande Blaise inquiet

«  Pas forcement dans les détails mais oui. »

«  Tu racontes tout à tes copines de ce qu’on fait ? »

« Mais non mon cœur, ne t’en fait pas ! Ta fierté est sauvée ! » Astoria pince les joues de son petit ami

«  Nous en en parle jamais, enfin son sait avec qui on va coucher mais après le reste ; reste privé. »

«  Et c’est pour ça qu’on vous aime. Ce serait gênant de savoir que tous les mecs connaissent nos préférences sexuelles. »

«  Je ne regarderais plus jamais mes ex de la même façon. » dit Blaise choqué

«  Tu n’as pas intérêt à les regarder sinon tu te la met derrière l’oreille pour un bon moment !!!! » menace Astoria

«  Derrière l’oreille ?????? » demande Hermione

«  C’est une expression, ça veut dire abstinence pour MONSIEUR. »

«  Je compatis à ta peine. » soupirais-je

«  Fais pas ton malin toi !!! » se moque Hermione

«  Je te lâche sur ce coup-là Blaise ! » dis-je

«  Je m’en fiche d’elles mais le fait qu’elles parlent de moi me gêne. » explique Blaise à Astoria

«  Si ça peut te rassurer, je ne les ai jamais entendu parler de toi. »

«  Je suis rassuré. »

«  Bon maintenant Messieurs, dehors, faut que je parle à mon amie !!! »

Elles nous poussent dehors mais Hermione me rejoint.

«  Je dis quoi ? » me demande Hermione

«  Tu es trop gentille pour être à Serpentard. » souriais-je

«  Ça ne m’aide pas. »

«  Dis ce que tu veux. »

Je ferme la porte.

PDV EXTERNE

«  Alors ? Je veux les détails !!! Enfin si tu veux. » dit Astoria en sautant sur le lit.

«  Euhhhh, pas trop. »

Astoria est un peu déçue.

«  Mais tu peux poser des questions, mais pas trop indiscrète ! » rajoute Hermione

«  Ok. Qu’en dis-tu ? »

«  Il n’y a pas grand-chose à dire. »

«  Ohhh. Même pas un détail ? » demande Astoria déçue

«  Je ne suis pas partie en courant. On est allé jusqu’au bout. »

«  Mais c’est bien !!! Tu as aimé ? » sourit Astoria

Hermione hausse les épaules.

«  La réputation du prince n’est fondé que sur des spéculations et des mensonges ? » se moque Astoria

«  Non !!!! Je suis sûre qu’il est bien mais c’est moi. »

«  Tu as eu mal ? »

Hermione fait non de la tête. Elles continuent leur petites conversations.

PDV DRAGO

Je suis allongé sur mon lit, les bras sous ma tête fixant le plafond.

«  Tu crois qu’on peut devenir nul au lit après s’être abstenu plusieurs mois ? » demandais-je le plus sérieux possible à Blaise

Blaise ne dit rien puis rigole comme une baleine sur son lit.

«  Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle. »

Blaise se calme.

«  Je ne pense pas qu’à ton âge tu sois devenu nul, tu aurais 50 ans, je ne dis pas mais tu as bientôt 18 ans. Tu étais si nul que ça ??? » demande Blaise se retenant de rire

«  NON !!!! Enfin je crois. »

«  Elle n’a pas aimé ? »

«  Ce n’est pas VRAIMENT ça. »

Je lui explique en quelques mots ce qu’il sait passé.

«  Vois le côté positif, elle n’est pas partie et n’est pas dégoutée. Mais elle se décontractera au fur et à mesure de vos relations. » me rassure Blaise

«  Tu es sûr que tu n’es pas une fille ???? » demandais-je moqueur

«  T’es c*n ! Mais à nous deux, on doit ressembler à des filles ! »

«  BEURK !!!!!!!! »

TOC TOC TOC

«  C'est ouvert ! Hermione ? »

Je la vois avec la pommade MA pommade pour ma main.

«  Oh non ! Elle fait mal !!! » Je boude comme un gamin de 5 ans

Je pars en courant au fond la pièce. Blaise se marre.

«  Non mais ça fait trop mal !!! » je boude toujours

«  En même temps, tu n'avais qu'à pas taper dans le mur. » m’enfonce Blaise

Hermione s'assoie sur le lit et me fixe. Je fini par la rejoindre en bougonnant mais je cache ma main malade et lui donne l'autre.

«  L'autre main. » sourit Hermione

«  Non. » bougonnais-je

Elle s'approche de moi et m'embrasse amoureusement.

«  Je l'ai ! » dit-elle fière d’elle

Je me suis fait avoir, je crois. Elle applique la pommade sur ma main violette. Je grimace de douleur mais j'aime bien le prix de consolation, un long et doux baiser de ma copine.


On marche dans le parc main dans ma main.

«  Je suis désolée. » dit elle

«  Pourquoi ? » demandai-je surpris

«  Pour ce qui s’est passé il y a 4 jours. Je sais que ça aurait pu être mieux. »

«  Mais non princesse. C’était très bien. »

On continue de marcher mais je sens qu’un truc préoccupe mon Hermione.

«  Est-ce que je suis un mauvais coup ? » demande Hermione

«  Qui t’a mis cette idée dans la tête ? » demandai-je encore plus surpris

«  On en a parlé avec Astoria. »

«  Mais non. »

«  Mais pourquoi elle a dit q… »

«  D’abord, tu n’es pas comme les autres filles avec tout ce que tu as vécu et je ne pense pas d’Astoria t’ait dit que tu étais un mauvais coup ? »

Hermione fait non de la tête.

«  Je suis sûr que tu t’en sortira très bien……… Tu lui as dit ce que tu m’as dit après ? » Je la prends dans mes bras

«  Non. C’est privé. Ça ne regarde que nous. »

J’essaye de ne pas montrer mon soulagement mais je le suis quand même.


Nous voilà à la gare.

«  Aéna !!!!!!!!!! » hurle Hermione (Rappel : C’est son Lynx pour ceux qui avait oublié ; elle était en pension chez Narcissa, elle faisait peur aux élèves et avait besoin de liberté.)

Le lynx lui saute dessus ce qui la fait tomber au sol, elle se fait débarbouiller en même temps que le Lynx ronronne. J’aide Hermione à se relever.

«  Alors les examens ? » demande Mère

«  On verra. » dis-je neutre

«  J’ai tout loupé !!!! » sourit Hermione

«  C’est pas grave ma puce, si tu veux y retourner l’année prochaine tu pourras, après tout tu es comme en 1ère année. »

«  Non. Ça n’a pas d’importance, ce que j’ai appris cette année me suffit, puis Drago m’apprendra si j’ai besoin ! »

« C’est comme tu veux Hermione. » sourit mère

On monte dans notre limousine.

«  Je te trouve resplendissante Hermione. » complimente mère

«  Merci Cissy. »

Je discute avec mère alors qu’Hermione fait plein de caresses à Aéna. On retourne au manoir. Je le vois vide ou quasiment. Il ne reste que quelques meubles.

«  Où sont les autres meubles ? » demandai-je surpris

«  J’ai tout fait sortir et brûler. Tout ce qui appartenait à mon ancien mari est en cendres. On redécore le manoir. Je veux que tout soit à notre goût à nous et non pas à ce fou. A partir de maintenant, on met ce qu’il nous plait ou à nos goûts. »

«  Mais sommes-nous suffisamment riche pour cela ? » demandais-je

«  Oui. Ton géniteur était un enfoiré mais un enfoiré riche et travaillait beaucoup. Il a amassé un paquet d’argent, puis mes parents, je te rappelle étaient eux aussi riche. Et j’ai une petite surprise pour toi. »

«  C’est quoi ????? » demandais-je excité

«  Tu verras… » répond mère mystérieuse

«  On va refaire ma chambre ? » demande Hermione

«  Que si tu veux. »

Ma princesse fait non de la tête. Je fais le tour du manoir tout est vide. Dans la salle de bal, il y a ce qu’on garde. Tout ce qu’on garde, même des vêtements assez honteux que je ne voulais pas emmener à Poudlard. Je les trouve dans un carton. J’en prend un : Un caleçon blanc avec des cœurs rouges. Un vrai bijou.

«  Je ne comprends pas pourquoi tu ne veux pas les mettre ? » demande mère sans aucune moquerie

«  C’est une plaisanterie ? Ils sont affreux ! Puis la honte. »

«  Je les trouve jolis moi. » dit Hermione

Je les cache derrière mon dos. Les deux femmes sourient. Hermione vient me le prendre des mains.

«  Je suis sûre qu’ils te vont bien ! Ils iraient bien avec tes poignets d’amour !!!! » se moque Hermione

«  Je n’ai pas de poignets d’amour !!!!!! » boudais-je

«  Si ! » sourit Hermione

«  Non ! » répliquais-je

«  Si ! »

«  Non ! »

«  Si ! »

«  STOP ! Comment peux-tu savoir, Hermione, si mon petit chaton à des poignets d’amour à moins que vous ayez ……… Non ???? Si ????? » Mère est perdue

«  On commence quand le relooking du manoir ? »

Et hop un petit changement de sujet !!! Même si je pense que mère a déjà tout compris.

«  Demain. Quand ta surprise sera arrivée ! »

«  Monsieur Duhamel ne vient pas ? » demande Hermione

«  On verra demain. Tu es sur de ne rien vouloir changer dans ta chambre. Ni même de chambre ? Il y en a des bien plus grandes et spacieuses. »

«  On verra, je ne connais pas tout le manoir. » dit Hermione gênée

«  Je vais te montrer les chambre que tu pourrais aimer !!! Drago, je n’ai pas vidé toutes les affaires de ta chambre, ne savant pas ce que tu voulais garder, alors va y faire un tour. D’accord mon chaton ? »

«  D’accord. » dis-je largué

Je monte dans ma chambre alors que ma mère et ma petite amie partent à la découverte du manoir.

PDV EXTERNE

«  Ne vous dérangez pas pour moi, je peux visiter toute seule puis vous avez surement d’autres choses à faire. » dit Hermione

«  Ne dit pas de bêtises ! J’adore passer du temps avec ma fille adoptive. »

«  Puis vous v… »

«  Hermione. » dit Narcissa sur un ton de reproche

«  Tu veux savoir comment se passe ma relation avec Drago ? »

«  Tu me connais trop ! »

«  Tu es comme Drago : Curieuse. »

«  Je sais. Alors comme ça tu as couché avec mon fils ? »

«  Et perspicace. » rougit Hermione

«  Tu n’as pas à en rougir. Je suis fière de toi. »

«  On a fait qu’une fois. »

«  Quand ? »

«  Il y a plus d’un mois. »

«  Tu n’as pas aimé ? »

«  J’ai rien senti. » explique Hermione inquiète

«  Tu as eu peur ? Tu étais contractée ? »

Hermione fait oui de la tête. Narcissa la prend dans ses bras.

«  Ne t’en fait pas, c’est tout à fait normal, chaque fille est comme toi, quand on a peur on ne ressent rien même avec ton passé c’est normal, mais au fur et à mesure de vos rapports si vous en avez d’autre ça ira mieux. »

«  Tu crois ? »

«  Tu veux recommencer ? »

«  Pas vraiment, mais je veux faire plaisir à Drago. Je sais que lui aime bien ça. »

«  Tu es trop gentille pour être à Serpentard. Alors, tu as choisi ta nouvelle chambre ? » demande Narcissa

«  J’aime bien celle-là. »

«  Moi aussi. C’était ma chambre pendant ma jeunesse. » dit Narcissa entrant dans la pièce vide

«  Je ne peux pas la prendre !!! » dit Hermione gênée

«  La chambre dans la quel tu dors était aussi ma chambre. »

Hermione part dans ses pensées, elle fait quelques grimaces.

«  Mais pourquoi si vous avez grandi ici, le manoir s’appelle le manoir Malfoy ? Vous avez grandi avec la famille Malfoy ? » demande Hermione paumée

«  Non. C’est le manoir de la famille Black. Ma famille, mais quand je me suis mariée, mon crétin de mari est venu emménagé ici et le manoir a pris le nom de Malfoy. Mais ce manoir est dans ma famille depuis plus de 500 ans. »

«  C’est pour ça que vous voulez tout changer ? »

«  Oui. J’y ai passé de bon moment, il était plus joyeux et agréable que ce que mon abruti de mari en a fait. Puis tu sais quand j’étais jeune, je changeais de chambre quasiment tous les deux ans. Je rendais folle mes sœurs. »

«  Vous aussi avez deux sœurs ? »

«  Oui, deux sœurs ainés, Bellatrix, l’ainée, qui est morte pendant la guerre, ensuite il y a Andromeda et moi. Du coup mes parents me cédaient tous mes caprices. Et crois-moi, j’en avais ! »

«  Tu as eu beaucoup de chambres ? »

«  : Un petite dizaine. »

«  Et Andromeda est où ? »

«  Morte, elle aussi. Elle n’adhérait pas aux pratiques familiales, et comme tout ce qui les gênaient, ils supprimait mais j’ai une filleule, Nymphadora et donc la cousine de Drago. Mais dans les sang pur nous sommes parentés. »

«  Vous ne parlez plus à Nymphadora ? »

«  Non, ma sœur étant déshéritée, je ne lui ai jamais parlé. »

«  Pourquoi ? »

«  C’est bien compliqué. »

«  J’ai appris que quand on veut on peut. Puis votre cœur ne souffre pas ? Vous n’aimiez pas votre sœur ? Ne voulez-vous pas connaitre sa fille ? »

«  : C’est plus compliqué que ça. » sourit tristement Narcissa

«  J’aime bien celle-là. » dit Hermione en regardant une pièce

«  Va pour celle-là !!! Tu vas la faire à ton goût !!! »

PDV DRAGO

Je suis assis dans le salon devant la cheminée en train de bruler mes AFFREUX caleçons.

«  J’ai trouvé ma chambre !! » crie Hermione

«  Moi aussi !!! » dis-je

«  Moi aussi !! » rajoute mère

On rigole.


«  Elle est pour quand ma surprise ??? » demandais-je impatient

«  Bien… » souffle mère

DING DONG


A suivre …

Qui est derrière la porte ?

Review ?

 

21. La surprise

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO

«  Va ouvrir Drago. » m’ordonne mère

«  Mais il y a les elfes de mai……Son. C’est ma surprise ??? »

Je me met à courir sans attendre de réponse, j’ouvre les deux battants de la porte d’entrée et saute sur les deux personnes se trouvant de l’autre côté.

«  Grand père ! Grand-mère ! »

«  Mon petit Drago. Tu as bien grandi. Tu es devenu un beau jeune homme. » dit ma grand-mère Druella

«  Merci. »

«  Alors, Drago, as-tu une fiancée ? » demande mon grand-père Cygnus

«  Bonjour père. Mère. » dit mère en arrivant

«  Bonjour ma fille. » dit solennellement mon grand père

«  Cissy, ma chérie. Tu es radieuse. » ma Grand-mère prend sa fille dans ses bras

«  Un peu de tenue Druella ! » reproche son mari

«  Oh ça va !! Personne ne nous voit. Nous sommes en famille ! »

J’emmène ma grand-mère à l’intérieur mais elle s’arrête voyant Hermione debout dans le hall d’entrée.

«  Qui est-ce Drago ? » demande ma grand-mère

«  Grand-mère, voici Hermione Granger m… » commençais-je

«  Granger, Granger, je ne connais pas de sang pur au nom de Granger. Une étrangère ? » réfléchit ma grand-mère

«  Non Grand-mère. Hermione est une fille de Moldue. »

«  Une fille de Moldue ??? » dit-elle légèrement choquée

«  Une fille de Moldue dis-tu ??? » rajoute mon grand père

Mon Grand-père tourne autour d’Hermione qui ne bouge pas et regarde le sol. Je la vois trembler légèrement.

«  Père, ça suffit. Laissez Hermione. » ordonne mère

«  Que fait elle ici ??? » ma grand-mère me tire dans le salon

Je fais signe à Hermione de nous suivre mais elle ne bouge pas. Grand père nous suis. Mère reste un peu avec Hermione.

«  C’est ma petite amie. » dis-je

«  Tu sors avec une fille de Moldue ? » s’étonne mon grand père

«  Oui et je l’aime. » les achevais-je

Mère entre seule.

«  Où est Hermione ? » demandais-je

«  Elle est partie faire un petit tour dans le jardin. » m’informe ma mère

«  Pourquoi gardes-tu cette jeune fille sous ton toit ? » demande son père

«  Mon sal*p de mari l’a séquestré pendant 15 ans. Drago et moi l’avons aidé à s’en sortir et à reprendre une vie normale. Et père, je suis chez moi et héberge qui je veux. De plus, je considère Hermione comme ma fille et l’apprécie beaucoup. »

«  Mais c’est une sang impur !!! » s’étonne grand père

«  Peu importe son sang, cette enfant a vécu des choses horribles que personne ne devrait avoir à vivre. » rétorque ma mère

«  Et qu’a-t-elle vécu de si horrible ? » demande ma grand-mère plus tolérante

«  Cela n’a pas d’importance. Mais quoi qu’il en soit, je voudrais que vous évitiez vos réflexions désagréables à son égard. Puis … »

«  Puis c’est ma petite amie et j’aimerais que vous la respectiez en tant que tel. Et non, grand père, je ne compte pas rompre avec elle ni maintenant ni jamais. Elle m’a montré que j’avais un cœur. Sur ce, je vais la chercher. Excusez-moi. »


PDV EXTERNE

Après un moment de silence dans la pièce.

«  Mon petit-fils l’aime vraiment. » constate Druella

«  Enormément. » rajoute Narcissa

«  Je veux connaitre cette jeune demoiselle. » ordonne à moitié Druella

«  Pas moi. » bougonne Cygnus

«  Cygnus !!! Donne-lui une chance !!! Puis tu devrais arrêter avec tes préjugés sur les sans purs depuis que tu sais que TON maitre était un sang mêlé. »

PDV DRAGO

Je cherche Hermione dans le parc, elle joue avec Aéna et se roule dans l’Herbe avec celle-ci.

«  Hermione ? » appelais-je Hermione

Elle s’assoie en tailleur, Aéna la tête posée sur ses genoux.

«  Tes grands-parents me font peur. » m’informe Hermione

Je viens la prendre dans mes bras.

«  Je vais te confier un secret. Moi aussi, il me font peur par moment. Surtout mon grand-père. Mais tant que tu es avec moi, il ne t’arrivera rien. Tu ne veux pas rentrer ? Ma grand-mère est très gentille sous ses airs froids et durs. »

«  Tu resteras avec moi ? » demande timidement Hermione

«  Mais bien sûr ma princesse. »

«  Il y a un hibou. »

Je prends les deux lettres, puis le hibou repart.

«  Les résultats des examens. » dis-je

«  Je suis sûre que tu as réussi !!! » me sourit Hermione

«  Rentrons voir mes grands-parents, puis mère leur a expliqué que de toute façon que quoi qu’il arrive tu restes avec moi et au manoir. D’accord ? »

«  D’accord. »

Je l’embrasse doucement puis on se lève pour aller à l’intérieur rejoindre ma famille. Aéna vient avec nous et reste près de sa maitresse. Je prends la main de mon amoureuse pour pénétrer dans le salon. Elle s’assoie près de moi en tenant fermement mon bras. Elle regarde alternativement mes grands-parents.

«  Ça ira. » murmurais-je

«  Qu’a-t-elle vécu Cissy ? » demande ma grand-mère

Mère regarde Hermione.

«  C’est à Hermione d’en parler si seulement elle veut. » explique mère

«  Tu veux en parler ? » demandais-je à Hermione

Hermione fait non de la tête.

«  Hermione n’a quasiment rien dit sur son passé, elle n’en a parlé qu’a Blaise et moi. »

« Etais si horrible que ça ? »

Hermione fait oui de la tête.

«  J’ai les résultats des examens. » Hop ! Petit changement de sujet

«  Allez !! Ouvrez vos lettres !!! » dit mère toute excitée

J’ouvre ma lettre alors qu’Hermione non.

«  Alors ? » demande mère impatiente

«  … »

«  Drago ??? »

«  … »

«  DRAGO MALFOY ! » hurle Mère

«  J’ai mes ASPICS. » dis-je d’une voix tremblante

«  Mais c’est super !!! Je suis très fière de toi mon chaton !!!! Et toi Hermione, tu n’ouvres pas ta lettre ? »

Hermione hausse les épaules puis ouvre sa lettre et me la donne.

«  Mais c’est bien tu as eu un O en potion et un A en histoire de la magie. » dis-je

«  Mais c’est bien Hermione ! » sourit mère

«  Par contre, les autres c’est pas trop ça ! » grimaçais-je

«  M’en fiche ! » dit Hermione en haussant les épaules

Après que mes grands parent m’aient félicité, grand-mère prend la parole

«  Et si nous occupions de ce manoir ? »

«  Oui bien sûr mais avant je voudrais vous annoncer autre chose. » dit mère

«  Oui bien sûr. Qui a-t-il ma puce ? »

«  Je me suis mise avec quelqu’un. »

«  Qui ? » demande son père

«  Josh. » lâche mère

«  Josh Duhamel ???? » dit mon grand-père le rouge aux joues

«  Oui. » dit mère avec une petite voix

Plus personne ne parle, on attend la réaction de mon grand-père.

«  Après tout, tu es veuve. » lâche mon grand-père

«  Tu as bien vite oublié ton mari, je trouve. » constate sa mère

«  Oh mère voyons, vous savez que je n’aimais plus Lucius depuis très longtemps. L’ai-je aimé un jour ? Je ne crois pas. La seule personne que j’ai aimé une fois marié est mon fils et le bébé que j’ai perdu il y a 15 ans. »

Un ange passe ; puis deux, puis trois, puis un groupe d’ange.

«  Tu viens Hermione, on va se préparer pour le diner. Puis nous verrons les plans pour la décoration du manoir après. » dis-je

Hermione et moi partons loin du désert de glace.

«  J’ai un cadeau pour toi ! » dis-je souriant

« C’est une robe. » répond Hermione

«  Comment tu sais ?? »

«  Quand j’ai vu la robe à Pré-au-lard, tu as dit que tu ne l’achèteras pas mais je suis contente que tu me l’es acheté !! Je t’aime Drago Malfoy ! »

«  Moi aussi Hermione Granger. »

J’entre dans sa chambre, elle saute sur la robe.

«  Elle est encore plus jolie que dans la vitrine ! Merci merci !!! »

«  J’ai même pas droit à mon bisou ? » boudais-je

«  Si ! Plein de bisous !!! Partout partout partout partout !!! »

Elle m’embrasse sur mes deux joues, sur mon front sur mon menton, sur mon nez et pour finir sur mes lèvres. Un long baiser plein d’amour.

«  On prend un bain ? » demande Hermione

«  Si tu veux. »

«  Comme ça tu seras tout propre et tu sentiras bon !!! »

«  Dis que je pue aussi ? »

«  Tu ne sens pas très bon ! » dit-elle après qu’elle m’ait reniflé et se pince le nez

«  Ah ouais ! »

«  Ouais ! » me provoque ma petite amie

Je la mets dans la baignoire vide sauf qu’elle s’accroche à moi et je me retrouve avec elle. Ce que je n’ai pas prévu c’est que ce soit ELLE qui allume les robinets. Mon super plan était de la mettre dans la baignoire et d’allumer l’eau sans me faire mouiller mais mon plan à louper. Tant pis. Elle m’arrose, je suis trempé. Elle se met à califourchon sur moi et m’étale de la mousse sur le visage.

«  Merci d’avoir été là pour moi quand je suis remontée de cet endroit. Merci d’avoir fait tout ça pour moi. » me remercie Hermione

«  Tu sais au début, ça ne me plaisait pas trop de t’aider mais rassure-toi ça n’a pas duré longtemps, j’étais content d’être avec toi, de t’aider, je me sentais important pour quelqu’un, pour une personne. J’étais content, pas de ton malheur, mais que tu aies besoin de moi. Tu avais besoin de moi pour moi, juste moi et pas pour mon argent ou pour coucher avec moi. Tu m’appréciais pour ce que j’avais dans le cœur. Je crois que je ne te remercierai jamais assez pour m’avoir montrer que j’avais un cœur. »

« Nous nous sommes trouvés, toi et moi, nous sommes complémentaires. »

Hermione se blottit dans mes bras. Mais on finit par enlever nos vêtements, on garde juste nos sous-vêtements. Elle est moins dérangée par le fait de me voir quasiment nu mais elle a encore un peu de mal. Elle tolère de me voir en caleçon. Elle s’assoie entre mes jambes.

«  Hermione ??? »  appelle mère

«  Dans la salle de bain !!!!!!! » crie Hermione

«  Oh !!! Je viens vous annoncer que nous allons passer à table et ne t’en fais pour mes parents Hermione, ils t’apprécient. Laisse leur juste le temps de te le montrer. Allez dépêchez-vous. »

J’aide Hermione à se préparer puis on descend diner.

«  Je dois avouer que pour une enfant de Moldue, vous êtes fort jolie. » complimente ma grand-mère

«  Merci. » dit timidement Hermione

A la fin du repas, je pars marcher dans le parc avec ma grand-mère.

«  Je comprends Drago pourquoi tu as choisi cette jeune fille, elle est belle, bien éduquée, et t’aime ça se voit. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans cette cave mais elle en a souffert, on peut le lire dans ses yeux. Mais quoi qu’il en soit, prend en soin. »

«  Alors, tu l’aimes bien ? »

«  Tu veux m’entendre le dire ? » rigole gentiment grand-mère

Je fais oui de la tête.

«  Moi Druella Black anciennement Rosier ; sans pur depuis des générations apprécie une sang impur mais quand tu l’auras épouser, tout ira mieux…. Tu vas l’épouser ??? »

«  Bien sûr mais pas pour le moment. Elle est sortie il y a un an. Il y a un an qu’elle vit normalement, je pense que c’est un peu tôt pour ça. »

«  Tu as beaucoup muri et j’en suis contente, je te trouvais immature à t’amuser avec les filles comme tu le faisais. »

«  L’âge c*n comme on dit. » dis-je

«  Je n’ai jamais aimer ton père. Je ne voulais pas que ma petite fille épouse cet homme mais ton grand père choisissait. Il a choisi pour ses sœurs. Je trouvais Lucius louche même adolescent. Il ne m’a jamais inspiré confiance. Que lui a-t-il fait ? »

«  Il la violait et la battait. Plus surement tout un tas d’autres choses dont nous ne connaissons pas l’existence. » dis-je entre mes dents

«  Voilà qui clore le chapitre sur mon aversion pour cet homme. Il m’a pris ma petite fille chérie. Il lui a pris son innocence. »

«  Tu as tort sur une chose mère. » dit mère en arrivant

«  Et laquelle ? »

«  Ce n’est pas lui qui m’a pris mon innocence. » sourit mère

«  Ah bon ??? Qui te la prise alors ??? »

«  STOP !!!! Ce n’est pas que de parler de l’innocence de ma mère me gêne mais un peu quand même. Pensez à mes oreilles délicates ! »

Ma mère m’embrasse sur la joue. Je pars me coucher. J’embrasse Hermione sur la joue qui dort déjà et je pars dormir à mon tour

Les jours passent, la re décoration du manoir avance tranquillement, on a bien entamé le premier étage. Hermione s’amuse beaucoup à peindre avec les sorciers qui refont le manoir. Elle aime bien peindre mais pas les murs, c’est MOI qu’elle aime colorer !!! Je me suis retrouvé avec du rose dans les cheveux. En plus, elle m’a piégé Aéna s’est jeté sur moi pour me plaqué au sol, du coup Hermione a pu s’amuser ! Sinon on regarde les autres travailler et leur donne des ordres, ce qui l’amuse beaucoup. Je la verrais bien en Lady Malfoy. Blaise et Astoria nous rejoignent pendant les vacances. On s’accorde au moins deux mois de vacances avant d’entrer dans la vie active. Puis de toute façon, il reste une année à Astoria.

Je marche dans mon parc avec Blaise.

«  Ça va ? Tu as l’air éloigné de la réalité. » me dit Blaise

«  Je pense à plusieurs choses. »

«  Dont … »

«  … »

«  Mais encore ? »

«  …

«  Je comprends bien mais tu peux m’en dire plus ? »

«  … » 

«  AH ! D’accord je comprends mieux ! »

«  … »

«  Bon Dray ! J’ai l’air c*n à parler seul à je voudrais bien que tu me fasses la conversation ! »

«  … »

«  C’est pas gagné ! » dit Blaise pour lui

«  Tu sais depuis combien de temps j’ai pas couché avec elle ??? »

«  … »

«  Tu sais ce que ça fait de croquer dans une pomme bien juteuse et qu’ensuite on la mette sous ton nez mais tu n’as pas le droit d’y toucher ? ! ? »

«  Et tu lui en as parlé ? »

«  Non, je me vois mal lui dire « eh salut ma chérie ! Tu ne veux pas qu’on couche ensemble parce que me branler ne me satisfait plus » ! »

«  Au moins c’est honnête. Tu as déjà essayer de le refaire sans en parler ?

«  J’ai tenté plusieurs approches mais j’ai toujours peur de la brusquer et de tout lui bloquer. Je ne veux pas régresser. »

«  Tu veux qu’Astoria lui en parle ? » propose Blaise

«  Non merci, on a déjà vu les résultats de leur conversation ! »

«  Ouais tu n’as pas tort ! Va lui parler, c’est le ciment de la relation et (triste) crois-moi, j’en sais quelque chose. » me conseille Blaise

«  Désolé, je ne voulais pas te rappeler de mauvais souvenir. »

«  Ne t’en fais pas. C’est du passé. Il faut penser au futur. »

«  Ce soir. » soupirais-je

Arrivé le soir, je pars dans la chambre d’Hermione. Je frappe.

«  Entrez. »

J’ouvre la porte et la voit debout en face de moi, en sous-vêtements.


A suivre …

Verdict ?

Reviews ?

 

22. Mais pourquoi ?

Pensée entre *…*

Beta : Dray Mione Potter-Malfoy

PDV DRAGO

«  Je… Euh… Je… Euh… » bafouillais-je

Drago tais-toi ça ira mieux, je me contente de la regarder de haut en bas, je la trouve vraiment belle à ce moment, ses joues légèrement rosies, avec son petit air de fille mal à l’aise. Elle me regarde appréhendant ma réaction. Je rentre doucement et ferme la porte. Je la regarde, je ne peux pas m’en empêcher.

«  Tu me mets mal à l’aise. » dit-elle gênée

«  Pardon. »

Je m’approche d’elle, pose mes mains sur ses joues et l’embrasse doucement.

«  Tu es vraiment très belle mais pourquoi cette tenue ? » demandais-je

«  Tu veux pas ? me demande Hermione timidement

«  Si si bien sûr, mais je veux que tu le fasses pour toi et pas parce que tu m’as entendu parler avec Blaise. » dis-je avec un léger sourire

Les joues d’Hermione deviennent couleur tomate.

«  Tu m’as vu ? » demande Hermione les joues rouges

«  Oui, tu n’es pas vraiment discrète. »

«  Quand ? »

«  Il faut vraiment que je te dise tous les endroits ??? Dont cet après-midi ? »

Elle rougit encore plus, je ne pensais pas que cela soit possible. Je l’embrasse. On part sur son lit. Je l’embrasse toujours, j’ose aventurer ma bouche sur son corps, je la chatouille parce qu’elle rigole, pas à gorge déployée mais un début. Je lui souris. Elle me pousse gentiment, là je suis super étonné.

«  Je veux te faire plaisir. » dit-elle avec un mini sourire

Ses mains tremblent mais elle défait mes boutons de chemises. Pendant ce temps-là, je vire mon pantalon. Une fois que je me retrouve en boxer, Hermione me regarde toujours ou plutôt mes abdos. Elle hésite.

«  Tu peux. » l’encourageais-je

Hésitante elle pose sa petite main, ses doigts parcours mon torse, elle esquisse un sourire et moi aussi car ses douces caresses me chatouille un peu. Elle m’embrasse doucement, je rebascule sur elle, ses mains sont toujours sur mon torse.

«  C’est dur, tes muscles. J’aime bien. »

«  Je suis ravi de te plaire, miss Granger. »

Je lui enlève ses sous-vêtements, je passe mon index sur son corps, elle frémit, je n’ose descendre plus bas.

«  Tu peux, si tu veux. » m’encourage Hermione

«  Tu … »

Elle me fait oui de la tête. Mes doigts descendent entre ses cuisses qu’elle écarte, je la caresse avant d’y introduire un doigt puis deux. Avec mon pouce, je m’amuse avec son clitoris et ma langue se retrouve dans sa bouche. Sa respiration s‘accélère, je n’ai pas perdu la main même après tous ses mois d‘abstinence. Mes baisers descendent dans son cou.

«  Drago. Je suis bizarre. » dit-elle peu rassurée

«  Tu aimes bien ce que je te fais ? » demandais-je arrêtant tout ce que je fais

Ses joues deviennent rouges.

« Je vais prendre ça pour un oui. C’est ton corps qui réagit. Qui aime bien. » expliquais-je souriant lui caressant la joue, mais un peu mal à l’aise

«  C’est la première fois que je réagis comme ça. » dit-elle inquiète

«  Et j’espère que ce ne sera pas la dernière. »

«  C’est bien ? »

«  Oui c’est très bien. Ça veut dire que tu es décontractée, que tu te sens bien. »

«  Tu peux continuer alors ! » dit-elle un peu fière

Je ne peux pas m’empêcher de rire devant son innocence. Elle m’embrasse.

«  Tu aimes toi ? »

«  Non pas que je n’aime pas parler mais là tu vois. » dis-je

Je fais un coup de tête vers mon boxer qui laisse voir une bosse bien prononcée.

«  Pardon. »

«  Pas grave. » je l’embrasse

J’enlève mon boxer et retourne m’amuser un peu avec son clitoris, je veux lui faire plaisir, elle recommence à avoir chaud, un début d’orgasme surement, j’arrête, et me place au-dessus d’elle, je n’attends pas trop avant de la pénétrer en douceur, je ne bouge pas, lui laissant le temps de s’habituer à moi. Je commence mes va et viens, nos respirations deviennent vite saccadées, je crois que je n’ai jamais autant apprécié le sexe qu’à ce moment précis et non pas dû à mon abstinence mais sûrement parce que je l’aime vraiment, c’est aussi une des rares fois où je fais l’amour et ce n’est pas que du c*l. Hermione est totalement décontractée mais tellement belle à ce moment, ses doigts s’agrippent sur les draps, ses yeux mi-clos et sa bouche entrouverte, une légère couche de sueur s’est formée sur nos deux corps, j’essaye de tenir le plus longtemps, pour lui faire plaisir, l’emmener au plaisir ultime, ce qui ne tarde pas à arriver. Moi aussi, je me laisse aller et m’allonge à côté d’Hermione, je ferme les yeux mais je sens le regard interrogateur de ma princesse, je ne fais rien, mon visage reste impassible, mais elle me secoue le bras.

«  Drago. » me supplie-t-elle

«  Ça s’appelle un orgasme. » expliquais-je

«  C’est bien ? »

«  Oui. »

«  Ça veut dire quoi ? »

«  Que je suis doué. » dis-je prétentieux

Hermione grimace.

«  Merci pour ta grimace. »

«  ……… » elle fait un mini sourire

«  Tu sais que je t’aime. » je l’embrasse

«  Tu veux recommencer ? » elle m’embrasse

Surpris, j’hausse les sourcils.

«  Et toi ? » demandais-je

Ma princesse hausse les épaules, indifférente mais elle finit par faire un mini sourire gênée.

«  Tu sais ce n’est pas une honte,  que ce soient les filles ou les garçons, nous avons tous des envies. C’est naturel, sauf que chez les mecs ça se voit plus que chez les filles. »

«  Pour le moment, je ne vois rien. »

Ses yeux descendent au sud, nullement gênée, remarque elle a dû tellement en voir que maintenant c’est naturel et une partie du corps comme une autre. Ses yeux se baladent timidement sur mon corps nu, aucune parcelle n‘est épargnée (Je sais, on voudrait toute sa place !!!) Par contre, le fait qu’elle me détaille de cette façon me gêne un peu, pourtant j’ai l’habitude de ces regards brulants mais ces regards replis d’amour. C’est bien compliqué ! Mais pour rien au monde je n’échangerais ma place. Ses petits doigts glissent de la joue sur mes épaules, je frisonne à ces caresses, je me laisse tomber sur le matelas en soupirant d’aise, j’en ferme les yeux, ses doigts continuent de se promener. Ses douces lèvres rencontrent les miennes alors que nous repartons pour un tour………………. Je souris, un sourire fier, je n’ai pas perdu la main !!! Un deuxième orgasme pour ma princesse. Hermione épuisée s’endort contre moi, je la regarde un peu dormir puis je m’endors à mon tour.

«  Bien dormi les enfants ?? » demande mère

«  Très bien !! Super bien même ! » répondis-je

«  Le fait de dormir ou ce que vous avez fait avant ? » demande mère sans aucune innocence dans la voix

Hermione devient rouge pivoine et trouve un intérêt soudain pour le sol et mes joues me chauffent quelques peu. D’ailleurs Blaise et Astoria se foutent de moi. On s’assoie tous à table et on mange.

«  Je vois que monsieur n’a pas perdu la main ou autre chose. » me dit Blaise

On se lance un regard complice alors qu’Hermione engloutit ses tartines et Aéna en fait autant sauf qu’elle mange parterre.

«  Où sont grand père et grand-mère ? » demandai je

«  Dans le jardin , ils discutent avec Josh. » dit mère stressée

«  Ça va bien se passer mère. »

«  Arrête d’être comme ça, on dirait que c’est moi la fille et toi le père ! »

Mère déclenche l’hilarité du groupe mais on se stoppe quand grand-mère entre en silence dans la salle et prend une tasse de café avec son air pincé. Mère se crispe un peu plus. Hermione inquiète se lève et va prendre mère dans ses bras qui esquisse un sourire.

PDV EXTERNE

Narcissa s’approche prudemment de Josh qui est toujours sur la terrasse dans ses pensées. Elle s’assoie dans un fauteuil à ces cotés. Ils restent en silence.

«  Est-ce que tu crois être capable de me supporter encore quelques années ? » demande Josh

Le visage de Cissy s’illumine et sous l’émotion lui saute dans les bras mais trop brusquement et le pauvre fauteuil tombe au sol avec les deux adultes qui s’embrassent passionnément.

«  Euuuuuuurkkkkk ! » Hermione et moi grimaçons

«  Allez voir à l’étang si on y est pas !!! » réplique mon beau-père

«  Fais attention à ce que tu fais à ma mère toi ! » menaçais-je gentiment

«  Si tu savais tout ce que je lui fais à ta mère. » répond Josh amusé

«  Euuuuurkkkk ! » Hermione et moi grimaçons

«  Pas devant les enfants ! » dit mère un peut rouge

«  Oh Cissy, ils ne sont pas chastes et à mon avis ils en font autant que nous, pas vrai Hermione ? »

PDV DRAGO

Hermione devient rouge pivoine en baissant les yeux, je l’embrasse sur la joue.

A la fin du mois d’aout notre manoir est fini et Josh a emménagé avec mère et Hermione reste avec nous même si ses sœurs auraient bien voulu la voir un peu plus mais finalement Hermione les voit une fois par semaine.


Quelques mois plus tard, le 10 mai précisément.

«  Félicitation Mère, beau papa ! »

«  Merci. »

«  Ma femme souhaiterait elle danser avec son mari ? » demande Josh

«  Je ne sais pas, je voulais aller danser avec mon amant mais bon à défaut d’autre chose, je vais accepter. » sourit Mère

«  J’en suis ravi mais donnez-moi le nom du goujat qui touche à ma femme ? » dit Josh d’un ton théâtrale

Ils rigolent comme deux idiots et partent danser mais après tout c’est leur mariage, ils font bien ce qu’ils veulent. J’emmène Hermione danser qui, elle aussi, est superbe en demoiselle d’honneur. Mes parents en fin de soirée partent en lune de miel. Je profite de mes derniers jours de vacances, puis après je travaille, un peu, juste le minimum. En quoi ? En organisateur de fête. J’adore faire la fête. J’ai trouvé une place dans la plus grosse entreprise de sorciers de Londres et l’avantage je peux travailler chez moi.

«  Pourquoi tu trembles ? » demande Hermione

«  Je stresse. »

«  Ça va bien se passer ! »

«  Mouais ! »

Elle m’embrasse doucement.

«  Et moi je vais faire quoi ? » demande Hermione

«  Tu ne vas pas être seule, il y aura mère. »

«  Mouais. Tu ne veux pas repartir en voyage ? J’aimais bien quand on était à Los Angeles !

«  On y retournera mais il faut que j’amène un peu d’argent pour pouvoir te faire plein de cadeaux ! »

«  Oust ! Au travail ! » m’ordonne Hermione

«  J’ai même pas le droit à mon bisous ? » boudais-je

Elle m’embrasse rapidement et me pousse dehors.

«  Tu es si pressée de le voir partir ? » demande Narcissa amusée

«  Bah oui !!! Comme ça j’aurais plein de cadeaux et Aéna aussi ! »

«  Je penses que Aéna a déjà tout ce qu’elle veut. Ce n’est pas à la portée de tous les Lynx d’avoir un collier de cinq carats. »


«  *Pourquoi tu ne peux pas m’emmener ?* » demande Aéna par la pensée

«  *Je vais chez les Moldus. Ils auraient peur de toi. Mais je te ramènerai une cuisse de viande.* » répond Hermione par pensée

«  *Soit prudente Hermione* » dit le lynx

«  *Toi aussi.* »

Hermione part du coté des Moldus et ne revient que le soir, je suis déjà rentré

«  Ou étais-tu ? » demandais-je

«  Du côté Moldu. »

«  Tu as fait quoi ? »

«  Et ta journée ? »

«  Bien, j’ai déjà ma première fête ! Un anniversaire d’un gamin mais je vais bien m’amuser ! Et toi tu as fait quoi ? »

«  Rien rien. » dit-elle évasive

«  Pffff. »

«  Tu verras demain. »

«  D’accord. »

A la première heure de la journée, je viens réveiller Hermione en l’embrassant doucement, ma main posée sur son ventre mais je sens un pansement sous mes doigts, Je ne l’ai pas réveillé alors je soulève son haut et voit le pansement qui part d’au-dessus de son nombril pour arriver juste au-dessus de son bas de pyjama.

«  Ce n’est rien. »

«  C’est quoi ? » demandais-je

Hermione me pousse et part dans la salle de bain pour revenir quelques minutes après. Elle soulève MON tee- shirt qu’elle m’a piqué. Je reste la bouche ouverte. Elle s‘est fait tatoué, ENCORE, cette fois ce sont des roses rose, entrelacées.

«  Pourquoi tu as fait ça ? » demandai-je désagréable

Je pars de la chambre en claquant la porte, je me dépêche de partir au travail sans une parole pour mère ni même manger.

PDV EXTERNE

Hermione part la matinée au chemin de traverse avec Narcissa et Aéna.

«  Tu ne veux pas me dire ce qui s’est passé avec Drago ce matin ? »

«  Non. *Tu aimes bien toi ?* »

Aéna grogne de plaisir.

«  Je veux ça ! »

Une fois de retour, Hermione part dans le jardin pour ne revenir que la nuit tombée.

PDV DRAGO

«  Où est Hermione ? » demande Josh

«  Dans le jardin. » répond mère

«  Mais il est 22 heures ! » dit Josh choqué

«  Drago. Va la chercher. » ordonne mère

«  Non ! Tu n’as qu’à y aller ! » dis-je furieux

Je pars m’enfermer dans ma chambre. On frappe vers 1 heure à ma porte. Je ne réponds pas, je sais qui c’est. Hermione entre, je reste les yeux fermés, faisant comme si je dormais. Elle s’avance un peu mais pas jusqu’à mon lit. Bizarre, il ne se passe rien. Je tends l’oreille, elle renifle. Je me relève précipitamment, la lumière de la lune éclaire son visage humide de larmes. Quand elle me voit elle pleure un peu plus. Je viens la prendre dans mes bras, ses pleurent s’accentuent. Je m’emmène se coucher avec mes moi et la serre très fort en embrassant toutes les parties de son visage.

«  Tu ne m’en veux plus ? » demande Hermione en pleurs

«  Pourquoi tu as fait ça ? »

«  J’avais envie. » pleure-t-elle toujours

«  Fais voir. » dis-je allumant la lumière

Elle lève mon tee-shirt qui est sur elle. Je regarde de plus près. Elle respire vite.

«  Pourquoi tu as fait ça ? Tu n’aimes pas ton corps ? »

Hermione soupire, baisse son tee-shirt et s’assoie. Je fais comme elle.

«  Toutes ses années, IL s’est amusé avec moi, je n’étais qu’un pantin, un jeu pour lui, il m’a fait des trucs que tu n’imagines même pas, il m’a salit, frappé, il racontait que je méritais ce qui m‘arrivait, que c‘était dans mon sang, j‘étais sale de l‘intérieur comme de l‘extérieur, mais il disait qu‘il me soignais, je méritais ce qu‘il m‘arrivait, il répétait que mon sang était mauvais, sali, il disait qu‘il aimait mon corps, mais moi je n‘aimais, je ne me supportais pas, pas mes formes, pas mon corps, je me maudissais… Quand je suis remontée de la cave, pour la première fois, je me suis vue dans la glace, j’ai regardé, je n’ai pas compris mais je ne m’aimais pas, lui aimait ce corps que je ne considère pas comme mien, c’est juste de la chair. Je me suis maudite, si j’étais différente il ne m’aurait pas fait subir tout ce qu’il m’a fait endurer. Alors le fait de me faire tatouer me redonne possession de mon corps, je reprends ce qui m’appartient en le faisant comme j’ai envie, comme je veux l’apprécier. En me faisant tatouer, j’efface ces coups, ses sorts, ses viols, je reprends ce qui est à moi. » m’explique Hermione triste

Elle finit son récit en pleurs. Je me sens c*n. Mais c*n et égoïste. Je n’ai pensé qu’à moi alors qu’elle essaye de reconstruire sa vie.

«  Pardon. »

«  Tu n’y es pour rien. » dit-elle triste

«  Je sais mais je suis désolé de ne penser qu’à moi. Certes, je ne suis pas fan de tatouages mais les raisons pour lesquelles tu les fais, sont belles et émouvantes. »

«  J’ai touché ton cœur ? »

«  Et oui, tu me rends faible Hermione Granger mais j’aime être faible quand tu es avec moi. Je t’aime ma princesse. »

Hermione ne répond rien mais se blottit dans mes bras.

«  Tu me toucheras encore ? »

«  Mais bien sûr, ce n’est pas un dessin qui va m’empêcher de te faire l’amour. »

«  Tu ne me crieras plus dessus ? »

«  Promis…. Tu sais des fois, j’ai des accès de colère mais ce n’est pas pour autant que je ne te toucherais plus. Puis comment voudrais-tu que j’abime une si belle femme ? »

«  J’aime pas quand tu dis ça. » dit-elle gênée

«  Pardon ma princesse mais il faudra t’y faire, tu plais aux hommes mais ils ne sont pas tous comme mon géniteur et ses amis, la plupart sont gentils certes complètement crétins mais ils ne frappent pas les filles. »

«  M’en fiche des autres, le seul qui compte c’est toi et Blaise aussi ………mais pas de la même façon. »

Heureusement qu’elle a ajouté la fin de sa phrase parce que je serais encore parti dans une de mes crises de jalousie.


A suivre ….

Verdict ?

Reviews ?

 

23. Avenir ; Décisions ; Nouvelle Vie