La Lettre cachée

Dans un cri la bataille commence. Des « Doloris », des « Stupéfix », des « Avada kedavra » et bien d’autres sorts fusent de toutes parts. Je me bats contre une Serpentarde que je ne pense pas connaitre. Elle doit avoir mon âge environ de courts cheveux lisses et blonds comme les blés ainsi que des yeux d’un bleu saphir. Si vous voulais mon avis avec mes yeux noisette et mes longs cheveux châtains et frisés, je suis son parfait opposé. Je me reconcentre rapidement sur le combat et arrête de laisser mon esprit dérivé. Après un échange de sorts divers, nous nous faisons face en haletant. C’est à cet instant précis en reconnaissant ces deux pierres précieuses froides qui me percent de part en part qui je sais qui est mon adversaire. Mon Dieu ! Astoria Greengrass sang pur de son état et ex-promise de Drago Malfoy dit La fouine. Voyant mon regard, elle sourit, elle sait que je l’ai reconnue : 

«  Alors Rat-de-bibliothèque on fatigue ?

-          Moi ? Fatiguer avant toi ? Jamais ! De toute façon, je suis plus douée que toi dans l’art du combat. Etre une miss je sais tout comme tu le dis si souvent peut être pratique parfois.

-          Ce n’est pas parce que tu as réponse a tout et que tu obtiens toujours des Optimal dans toutes les matières que tu es forcément la meilleure au duel pratique, Sang-de-Bourbe !

-          Alors pourquoi ton premier sort ne m’as pas tué ? Une sang-de-bourde serait-elle plus forte que la grande et parfaite sang pur Astoria Greengrass ? Oh laisse moi deviner tu as la migraine c’est ca ? Mais je vais t’apprendre une chose fille à papa il vaut mieux être une sang de Bourbe que la putain de la fouine. Mangemorte au service d’une face de serpent de sang mêlé de surcroit. »

Dés la fin de ma phrase la rage déforme ses traits fins de poupée. Astoria me regarde d’un air froid et menaçant en lançant un Avada kedavra que j’esquive avec une habilité et une rapidité que j’ai acquise au cours de mes multiples voyages pendant notre chasse aux horcruxes avec Harry et Ron. C’est alors que j’entends un hurlement strident suivi de multiples gémissements de douleur. Je vois du coin de l’œil de qui proviennent ces bruits. Ils viennent de Blaise Zabini qui a récemment abandonné le clan de Voldy chou, avec tous ces petits copains que j’ai nommé Théodore Nott, Drago Malfoy, Millicent Bulstrode, Pansy Parkinson et Daphnée Greengrass, au profit de l’ordre du Phoenix. Il se trouve en très mauvaise posture face à Greyback. Il faut à tout prix que j’aille l’aider sinon il va mourir. Puis la voix de Molly Weasley me parvient : «  Attention ma chérie ! ». Je regarde autour de moi afin de repérer le danger qui tracasse Molly. Je le repère enfin, ce n’est rien d’autre qu’Astoria qui me lance de multiples vipères. Connaissant le sort de magie noire qu’elle venait de me lancer, j’utilise immédiatement le contre sort que je connais sur le bout des doigts afin de faire disparaitre le symbole de la maison Serpentard de ma vue. Je remarque qu’elle s’est beaucoup rapprochée de moi lorsque je jetais mon sort.  Lorsqu’elle envahi mon espace personnel, je me décide à agir à la méthode moldue, la prenant par surprise je lui décroche un magnifique crochet du droit en y mettant toute la force dont je dispose. Avec satisfaction j’entends le nez de Miss monde craquer m’indiquant qu’il  est cassé. Pour m’assurer qu’elle soit définitivement hors d’état de nuire, je la pétrifie d’un « Stupéfix ». Afin d’évaluer les pertes de la Lumière, je fais un rapide tour sur moi-même ce qui me permet de déterminer plusieurs choses. Molly qui jure comme un charretier se bat contre Bellatrix tandis qu’Harry est légèrement en difficulté contre Voldemort. La fouine se bat contre Crabbe et Nott contre Goyle sans aucune difficulté. Ron se mesure à un Serpentard tout comme les jumeaux, Luna, Neville, Ginny, Parkinson, Bulstrode et l’ainée Greengrass. Mon inspection n’a duré que quelques secondes cependant je me dépêche deux fois plus pour aider Zabini. Il est sur le point de se faire mordre alors je cours plus vite pour lui éviter la lycanthropie. Les yeux du beau et fier sang pur sont vides et dénués de toute peur, il pense surement que sa fin est proche. Afin de détourné l’attention de Greyback sur Zabini, je lance un «  Spectusempra » avec toute la puissance magique dont je dispose. Les deux yeux jaunes du Mangemort se fixent sur moi, puis la gueule pleine de bave il se jette sur moi. Le serpy reprend ses esprits, me regarde puis lance un « Locormortis » à l’attention du lycanthrope. Je devine les intentions du loup garou grâce à son regard jaunâtre et luisant reflétant des sombres desseins et à sa main crispée sur sa baguette. Soudain un instinct protecteur qui m’est inconnu et que je n’ai jamais ressenti même pour mes amis les plus proches m’envahi en voyant le beau et grand métis dans la ligne de mire de Greyback. Le voyant ouvrir la bouche pour lancer un sort je lui coupe l’herbe sous le pied en le rendant muet d’un « Silencio ». Et dans un parfait tandem nous le mettons hors d’état de nuire définitivement d’un bel « expelliermus » pour ma part et d’un parfait « Stupéfix » de la part de Zabini.  Soudain, il tourne très rapidement la tête vers moi, son mouvement est tellement rapide que sa nuque craque, et me fixe d’un regard perdu, reconnaissant et légèrement hagard.  Son regard est vraiment très expressif : on peut y voir le reflet de son âme. Cependant, en pleine guerre je n’ai pas le temps de m’attarder sur ces yeux myosotis, je vais à la rencontre de Fol’Œil et Rémus pour les aider contre les Carrow. Soudain Rémus qui est en difficulté n’arrive pas à parer un sort et son corps tombe doucement à la rencontre du sol, ses yeux sont vitreux et ont le reflet de la mort… Des trainées scintillantes tombent sur mes joues et dans mon cou : je pousse un cri déchirant et utilise une demi-douzaine de fois le sort « Spectusempra » sur Amycus qui sur le coup de la surprise meurt doucement. Fol’Œil, lui, utilise le sort impardonnable vert sur Alecto qui tombe prés son frère. Je reste là à fixer Rémus et un long cri me sort de ma torpeur. Je cherche la source de ce cri ayant peur d’avoir perdu un autre être aimé et là je l’aperçois : Harry ! Il est couvert de sang et de sueur du à son combat mais il est victorieux et semble heureux. Mon cerveau est en pause… il ne réagit pas… je n’arrive pas à réaliser…Nous avons gagné …? Nous. Avons. Gagné… NOUS AVONS GAGNE. Une joie incommensurable s’empare de mon être et une adrénaline ainsi qu’un courage sorti d’on ne sait où ont envahi mon être. Je cherche Ron du regard ayant en tête un seul et unique objectif : lui avouer mon amour. Après quelques minutes de recherche je tombe enfin sur lui et là mon cœur se fend, s’écarte puis se brise dans un bruit de déchirure sinistre. Mon cœur est en mille et un morceaux et les larmes coulent délicatement sur mes joues pâles y chassant le sang et la crasse pour tracer de fines lignes blanches. Mes yeux me montrent un spectacle trop dur a supporter, la vision de Ron embrassant Padma Patil à pleine bouche comme si sa vie en dépendait est trop éprouvante pour mes nerfs qui lâchent…Autour de moi la joie retenti et explose de mille feux, les cris de joie et les embrassades se succèdent, tous le monde sert une personne dans ses bras pour la consoler ou la féliciter… sauf moi. Mon cœur est douloureux, ma douleur émotionnelle devient physique, je détourne enfin le regard de l’heureux couple et fuis vers le château en tentant de soulager la brûlure de mon cœur. Mes jambes accélèrent, j’ai l’impression de voler tellement je cours rapidement, je ne me retournerai pour rien au monde. Mes larmes coulent toujours sur mes joues pâles et je prie pour que personne ne me vois fuir : quel ironie une Griffondor manquant de courage… Je cours jusqu’au cachot voulant me cacher dans un coin sombre pour masquer mes larmes qui coulent en ce jour de victoire qui pour moi sera toujours synonyme de cœur brisé, de rêves envolés. Je veux noyer ma peine, juste être anesthésiée ou qu’une carapace impénétrable se construise autour de mon cœur pour m’empêcher de le voir partir en poussière. Soudain une poigne douce mais ferme me saisi, je pousse un léger cri aigu trahissant ma surprise d’être ainsi retenue. La main sur mon bras affirme délicatement sa poigne et me retourne lentement comme pour ne pas m’effrayer. Je pense reconnaitre la poigne d’Harry, je me compose donc un visage neutre pour ne pas l’inquiéter : je dirai comme d’habitude que tout va bien et qu’il ne doit pas se faire du souci. Je souffle un bon coup et lève doucement la tête pour le regarder dans les yeux. Je m’aperçois avec stupeur que la personne que je prenais pour Harry n’est nul autre qu’un grand latino aux yeux myosotis alias Blaise Zabini. Je le fixe et cherche dans son regard la cause de sa présence prés de moi puis ne trouvant pas je lâche d’une voix presque inaudible un : «  Oui Zabini ?

-          Je voulais te remercier de m’avoir aidé contre Greyback - me lance-t-il avec un sourire désarmant

-          Bah tu sais ce n’est rien – je secoue mes boucles brunes pour cacher mon visage-  on a beau se détester, tu es du côté de la lumière maintenant. Et que tu le veuille ou non tu fais parti de mon camp, je ne t’aurai jamais laissé mourir sans intervenir Blaise.

-          Je sais- il me releva le menton et écarta mes cheveux pour distinguer mes yeux – mais…- il s’interrompit soudainement en voyant la rougeur de mes paupières et les larmes mal contenu au fond de mes yeux- Pourquoi tu pleures Granger ? Tu es blessée ?

-          Pour rien, maintenant laisse moi tranquille s’il te plait et retire tes mains de mon visage

-          Non dit moi ! – seulement après avoir dis cette phrase il lâcha mon menton-

-          Ecoute Zabini ce n’est parce que je t’ai sauvé la vie que t…

-          BBBBBBBBBBLLLLLLLLLAAAAAAAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISSSSSSSSSSSSSSEEEEEEEEEEEEEE !!!!

-          Le bouledogue t’appelle Zabini ! Va la rejoindre elle t’attend avec les autres Serpy alias Malfoy, Bulstrode, Nott et Greengrass.

-          Tu es sur que tu ne veux pas en parler Granger ?

-          Sûre et certaine !!

-          Ca va aller ?

-          Oui !! Allez oust ! Sinon ta réputation va en prendre un coup déjà que tu as changé de camp faudrait pas qu’on te voit fraterniser avec Le rat-de-Bibliothèque.

-          Okkey ! Au fait, moi c’est Blaise pas Zabini, retient le pour la prochaine fois !

Il me fait un clin d’œil et part dans un mouvement de cape ample. Trop ébahie pour répondre et ressentant de nouveau cette douleur sourde au cœur, je poursuis mon chemin doucement dans les cachots. J’emprunte un passage qui se trouve prés d’une salle de classe, plus précisément entre le Tableau d’Henry Fulbert et la salle numéro 4 de potion. Je longe le couloir de marbre tant connu depuis la 1ere année que j’ai passé en ce château, je m’en rappelle comme si c’étais hier !

----------------------------------------------Flash-back---------------------------------------------------------------

Je m’en rappellerai toute ma vie : lors de mon arrivée je passai mon temps à pleurer à cause du harcèlement que je subissais par rapport à ma différence : mon sang moldu. Dieu que j’ai pu haïr ce sang et tout ce qu’il impliquait…Les brimades, les sorts, les coups, les insultes : c’était mon quotidien. Puis un jour après avoir été poursuivi par un groupe de Serpentard de 3éme année je me suis caché sans le savoir à l’entrée du passage secret. J’ai entendu un rire léger et agréable prés de mon épaule, ce bruit tellement insolite m’a fais sursauter puis hurler. D’un geste brusque je me suis retournée et je L’ai vue. Vous vous demander surement qui désigne ce L : hé bien, c’est Analisse ou celle plus communément appelée le fantôme de la jeune fille amoureuse ou tout simplement Aphrodite. C’est grâce à elle que de nombreux couples ce sont formés au fil des ans à Poudlard. Cette jeune femme est morte dans le château : plus précisément elle est morte des suites d’une maladie génétique, elle voulait mourir dans sa seconde demeure et son souhait a été exhaussé par le directeur de l’époque. Elle m’a sourit et d’un mouvement gracieux m’a envoyé un baiser. C’était le premier témoignage d’affection que j’ai eu dans cet école ça m’a réchauffé le cœur. Elle m’a demandé de la suivre et m’a montré ce passage secret. Depuis ce jour elle est devenu plus qu’une amie : c’est devenu une sœur que je retrouve ici chaque fois que je le peux et je sais qu’elle me suivra peut importe où j’irai ! Nous sommes liées à présent.

--------------------------------------F in du Flash-Back-------------------------------------------------------------

Je poursuis mon chemin sur ce couloir de marbre qui petit à petit ce recouvre entièrement de lierre. J’aperçois enfin mon oasis, mon petit coin de paradis ou plutôt notre petit coin de Paradis. Ce lieu est symbolique, c’est celui où je retrouve ma seule et unique amie. Ne vous méprenais pas je n’oublie pas Ginny ni Harry, mais avec eux c’est différent ! Ils ne me comprennent pas comme Analisse le fait ; comme elle l’a toujours fait. Je m’assois sur la fontaine de marbre blanc qui se situe au centre de la pièce et regarde l’eau turquoise aussi limpide que du cristal sur laquelle de beaux nénuphars bleus sont posés. Cet endroit m’émerveille encore aujourd’hui alors qu’en 6 ans je l’ai vu des centaines de fois voir des milliers de fois, il m’apporte toujours autant de réconfort et de paix. Les fleurs et les plantes de mon jardin secret sont de toutes les couleurs et de toutes les nuances, qu’elles soient courantes, rares voir en voie d’extinction toute cette flore a trouvé refuge ici. Tout cela ne serait pas aussi magique et surprenant sans les traces colorées laissées dans l’air par les minuscules mais néanmoins adorables fées. En réalité cet endroit est une réserve naturelle faite pour les fées dites humanoïdes qui sont en voie d’extinction. De légers frémissements se font entendre prés de moi. Levant la tête de l’eau cristalline je croise le regard de Shaylin : ma fée. C’est une petite fée délicate aux ailes dorée ayant de longs cheveux blonds fins et lisses relevés par un adorable regard gris expressif. Ces ailes sont de l’or le plus pur agrémentées d’arabesques d’un gris argenté. Elle s’approche de moi essuie une de mes larmes de sa toute petite main et d’une voix ressemblant à un tintement de clochette elle me demande : «  Maman, pourquoi tu pleures ? » Ce n’est pas vraiment ma fille mais c’est tout comme.

------------------------------------------------Flash-back-------------------------------------------------------------

Analisse m’a invité à voir l’éclosion des Plantes-Enfants. On les appelle ainsi car c‘est en son centre que sont formés les bébés fées de type humanoïde.  Ainsi chaque couple de fée attendait devant la fleur dont il s’était occupé depuis 5ans et trépignait d’impatience à l’idée de la naissance de leur futur enfant. Soudain les fleurs s’ouvrirent de concert dans un fourmillement d’étoile. Chaque famille alla chercher son poupin et je souriais, heureuse qu’on m’est permit d’assister à un tel spectacle. Puis d’un coup je vis qu’une fleur était tombée par terre et que son centre luisait faiblement. Alors d’un geste inconsidéré, je pris le bouton doré dans ma main et attendis. C’est alors que Shaylin surgit et de sa belle voix me dit «  Maman !! »

---------------------------------------------Fin du Flash-back-------------------------------------------------------

« Maman !!! ». Je me tourne vers elle et lui sourit d’un sourire tendre, le fait qu’un si petit être m’appelle encore et encore maman me fait du bien. Je décide de lui réponde «  Rien ma petite puce ! Peux-tu aller chercher Analisse s’il te plait ? 

-          Bien sur maman !! »

Elle part en voletant gaiment, que cette petite est pleine de vie… Je réfléchis encore et encore. Je me demande pourquoi Ron a préféré Padma Patil ?  Pourquoi je pensai qu’après m’avoir vu au bal il été subjugué et l’avais oublié, apparemment non. De plus sans vouloir me venter je suis plus intelligente et jolie qu’elle… Et la plus grande différence entre nous deux je ne fais pas partie du Trio Rose alias les trois plus grande commères de Poudlard ! Je suis une Griffondor fière et gentille, elle c’est une Serdaigle sans honneur et totalement garce… Mes yeux se brouillent et je commence à suffoquer… je m’évanouie et juste avant de sombrer j’entends une douce voix qui susurre « Hermione ! Hermione ! »

13 votes. Moyenne 4.69 sur 5.

Commentaires (3)

1. Leyhah mercredi, 20 Septembre 2017

J'ai adoré ce début ! Y aura t'il une suite ????

2. Coralie dimanche, 21 Février 2016

Bonjours j'ai adorée le début de votre fiction j’espère vraiment qu'il y aura une suite encore toute mes félicitations j'ai très hâte de continuer a vous lire

3. Loulou1804 mardi, 15 Décembre 2015

J'adore le début a quand la suite j'ai tellement hâte

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017