La meute Swan

Je vais utiliser les termes déjeuner, diner et souper.

Chapitre un

 

Dans ma famille, nous avons toujours su que nous étions un peu à part des autres. Charlie Swan, notre père est shérif à Forks et à La Push en plus d’être le fils du chef d’une tribu Abénakis au Canada. Notre mère, Renée Swan, née Black, est la fille de l’ancien chef de la tribu Quileute. Selon les anciennes croyances, c’est comme si nous étions une sorte de famille royal.  Ajoutons à ça, que nous sommes une famille nombreuses, ce qui est rare sur cette réserve car disons les choses comme elles sont, les familles ne sont pas riches et il est difficile d’avoir plus de un ou deux enfants. Ma famille n’est pas vraiment riches, disons juste, que nous ne manquons de rien.

Comme je disais, ma famille est l’une des plus nombreuses de la réserve de La Push. Il y a Sam, dix-neuf ans, il a reçu une bourse d’étude complète pour aller étudier la médecine, il commencera sa deuxième année en septembre, il est le plus sérieux de la famille. Jared, dix-huit ans, il commencera sa dernière année à l’école sur la réserve en septembre, il a recommencé une année, il ne s’est jamais présenté aux examens en fin d’année, il ne sait pas encore ce qu’il veut faire, il aime rire et s’amuser, mais ce n’est jamais bien méchant. Après, il y a Paul et moi, Bella, nous avons dix-sept ans et nous terminons le lycée cette année et nous avons hâte, Paul pour commencer à travailler à temps plein et moi, pour avoir la chance d’aller étudier pour devenir enseignante. Nous sommes des jumeaux, nous aimons nous battre avec les autres et avons un caractère explosif. Ensuite c’est Embry, quinze ans, il ne pense qu’à jouer à des jeux vidéo avec notre cousin Jacob et Quil, leur meilleur ami, il est réservé comme gamin, un peu comme Sam, je dirais.

Un jour, notre mère est revenue de Forks en panique, elle marchait de chambre en chambre et lançait nos vêtements au bas de l’escalier. Elle marmonnait des choses incompréhensibles, nous l’avons regardé faire pendant de longues minutes, jusqu’à ce que Paul décide de téléphoner à papa. Charlie a mit plusieurs minutes à arriver, en entendant la porte claquée, Renée est descendue et a commencé à pleurer. Quand ses larmes se sont calmée, elle nous a tous regardé et a secoué la tête.

 

-          Ils sont revenus, j’en ai vue un à Forks. Il faut qu’on prenne les enfants et qu’on s’éloigne d’ici avant que cela commence et qu’il soit trop tard, lui dit-elle.

 

-          Il est trop tard Renée, ça a déjà commencé, dit-il en nous regardant tous.

 

-          Je ne peux pas voir ça, je ne veux pas les voir souffrir, dit-elle avant d’aller dans leur chambre. Elle revient quelques minutes plus tard avec une valise en main. Elle s’arrête en face de nous. Je m’en vais, je ne resterai pas ici en sachant ce que je sais. Adieu, elle reprend sa valise et passe la porte.

Notre père soupire fortement et nous dit de ramasser ce qu’elle a lancé au bas de l’escalier et il ajoute que nous allons avoir une réunion de famille ce soir, donc, d’annuler toute sortie prévue. Je regarde Paul dans les yeux et il secoue la tête, ne comprenant pas plus que moi ce qui arrive. Je regarde Sam et Jared, mon regard se pose encore sur Sam, il n’a pas l’air bien, je m’avance vers lui et pose ma main sur son front, j’ai l’impression qu’il a de la fièvre.

-          Est-ce que ça va ? Lui demandais-je.

 

-          Ça va, me répond-t-il un peu sèchement.

 

Je me recule d’un pas, surprise. Ce n’est pas dans ses habitudes de me parler comme ça, il s’excuse et me dit qu’il a un peu mal à la tête. Je lui fais un sourire, lui faisant comprendre que tout est oublié. Je ramasse les vêtements et monte à l’étage pour trier les vêtements et les remettre à leur place, se sera plus vite si c’est moi qui le fait.

Je vais dans la chambre de Sam et dépose les vêtements plier sur son lit, je jette un rapide regard dans la chambre, elle lui ressemble beaucoup. Les murs sont bleu foncés, il a des photos de Leah, sa copine depuis deux ans. Rien ne traine, sauf quelques livres de médecine. Sam ne parle pas beaucoup, il est du genre sérieux dans la vie, mais ça ne l’empêche pas de rire et s’amuser avec nous. Sam est grand, il fait dans les un mètre quatre-vingt-dix, il n’est pas très musclé mais il n’est pas de gras non plus. Je le trouve assez bel homme quand il sourit, ce qu’il ne fait pas assez souvent, il est du genre réservé avec les gens qu’il ne connait pas.

Je passe par la chambre de Jared, et fais comme dans celle de Sam, je jette un regard à la chambre. Les murs sont bruns pâles, il y a quelques vêtements au sol mais rien de bien dramatique. Sur ses murs il y a des affiches de film, de femmes en tenues légères et de quelques groupes de musique. Il parle quasiment continuellement et ce n’est pas toujours sérieux. Il n’a pas de copine, il dit qu’il n’est pas près à être sérieux avec une seule fille. Jared est grand il fait dans les un mètre quatre-vingt cinq environ, il a juste ce qu’il faut de muscle pour être attirant pour la gente féminine.

Paul est mon frère préféré, mais il ne faut pas le dire aux autres. Il a mauvais caractère, il se fâche facilement et préfère frapper avant de poser des questions, il ne fait pas de différence que se soit un de nos frères ou quelqu’un d’autre. Je suis la seule qui réussit à le maîtriser et à le calmer, c’est sûrement une affaire de jumeau. Comme je disais, il est colérique, il aime faire des commentaires qui fâchent les gens, il a un humour sarcastique, malgré qu’il aime bien rire et faire des blagues vaseuses. Paul est grand lui aussi, un mètre quatre-vingt-douze, il est assez fier d’être plus grand que Sam qu’il le répète sans arrêt. Il fait de la musculation et fait parti de l’équipe de *foot de l’école, il est le plus musclé de mes frères. Il sait qu’il attire les filles par son apparence et en profite le plus possible.

Embry, le petit Embry, je dis petit car il est le plus jeune mais aussi car il ne fait qu’un mètre soixante-quinze. Papa dit qu’il va finir par grandir et rejoindre les autres, mais j’en doute. Sa chambre est, comment pourrais-je la décrire, un foutoir complet. Il y a des vêtements partout, des boites de pizza, sa poubelle déborde de papier mouchoir, yeark, et ses murs sont placardés d’affiches de femmes en petites, très petites tenues. Sur la table de nuit, il y a quelques revus  du genre ‘’Play Boy’’, il pourrait les cacher un peu. Embry me fait beaucoup pensé à Sam, il ne parle pas beaucoup et il est plutôt gêné. Il est discret de nature, aime s’amuser mais prend ses études au sérieux. Il n’aime pas la bagarre, préférant éviter les conflits.

Et il y a moi, Isabella, je préfère Bella, seule fille de la famille Swan. Je fais dans les un mètre quatre-vingt, ce qui est grand, trop grand pour une fille. Contrairement à Sam, Jared et Paul, j’ai les cheveux longs, comme Embry. J’ai un caractère de merde, comme dit mon père. Je prends les nerfs facilement, je sais me défendre et j’aime cogner. Je n’ai pas eu beaucoup de petits amis, aucun en fait, il parait que je suis trop garçon et que je leur fait peur à cause de mon caractère. Je m’en fous, je sais que quand j’irai étudier, j’aurai la chance de vivre pleinement ma vie étudiante car il y aura des gens que mon côté garçon manqué ne dérangera pas. Je prends mes études aux sérieux, mais pas autant que Sam et Embry. J’adore jouer des tours à ma famille, un peu comme Jared et j’en profite.

Je repense au départ de notre mère, je sais que je devrais être peinée de ça, mais je ne le suis pas. Elle n’a jamais vraiment été une mère, elle a toujours voulu être notre amie et en faisant ça, elle ne faisait aucune corvée, aucun repas, elle se contentait de prendre des cours les plus nuls les uns que les autres me laissant la charge de la maison. C’est comme ça depuis que j’ai dix ans, un jour elle m’a dit que je devais apprendre à être une bonne épouse et mère de famille pour mon futur mari et qu’elle allait m’apprendre. Elle m’a donné une liste de corvée et m’a dit qu’à partir de maintenant, c’était à moi de les faires. Avec le temps, d'autres corvées se sont ajoutés à ma liste et elle n’a plus rien fait dans la maison. Donc son départ ne m’affecte pas vraiment. Je ne sais pas pour les autres, par contre et ce n’est pas moi qui va aller leur demander.

Je vais à la cuisine, c’est bientôt l’heure de manger et si je ne fais rien, nous allons encore manger de la pizza et j’en ai pas envie. Je fouille dans le frigo, le congélateur et les armoires, je ne trouve rien qui me tente vraiment. Je soupire en me disant que je vais devoir aller à l’épicerie mais pas maintenant. Je prends quelques plats pour la sauce spaghetti dans le congélateur et fait dégeler doucement le tout. Ce soir on mange des pâtes avec du pain et beurre à l’ail avec de la salade que je vais cueillir dans le jardin derrière la maison.

Papa arrive plus tôt qu’à son habitude, un air sérieux sur le visage, je me demande comment il prend le départ de maman. Je sais que les choses ne vont pas très bien entre eux depuis des années et que s’ils avaient pu, ils auraient divorcé, mais les lois de la tribu sont formelles, aucun divorce n’est toléré sous peine d’expulsion. Comme c’est elle qui nous a abandonné, notre famille va surement pouvoir rester sur la réserve. J’aime vivre ici, j’ai toujours vécu ici et quand j’aurai terminé mes études, je veux revenir ici.

Je dresse la table et papa avise les garçons que le repas est servit. Nous mangeons tous en silence, attendant que notre père dise quelque chose. Une fois son assiette vide, papa dépose ses ustensiles sur la table et me remercie pour le repas, comme il fait à tous les soirs.

 

-          J’ai rencontré les membres du conseil et je leur ai expliqué la situation et comme votre mère a préféré nous abandonner, nous ne sommes donc pas soumis aux lois de la tribu, nous pouvons donc demeurer sur la réserve, je soupire de soulagement. Normalement, je ne suis pas supposé vous en parler, mais dans ma famille, mon père a toujours fait preuve d’honnêteté envers ses enfants et j’ai décidé d’en faire autant, de quoi veut-il nous parler ?

 Vous connaissez les légendes Quileute, il fait une pause. Celle qui dit que les Quileute seraient des descendants des loups ? Demande papa, nous hochons tous la tête. Vous connaissez les légendes des Abénakis, celle qui parle de comment son peuple serait des descendants des coyotes ? Nous hochons encore la tête. Le point commun de ces légendes est leurs ennemis communs. Cet ennemi est appelé sang-froid, mais nous le connaissons mieux sous le nom de vampire, dit mon père.

 

-          Pourquoi tu nous parles de ça ? Demande Jared.

 

-          Car une famille s’est installée à Forks et que j’ai remarqué certains signes qui font que je dois vous parler de tout ça, explique-t-il.

 

-          Tu veux nous dire quoi ? Demande Paul. Tu vas nous dire que les vampires existent et que nous allons tous nous transformer en mi-loup mi-coyote ? Paul, Jared et moi éclatons de rire.

 

-          Pas un croisement entre les deux, sûrement en loup avec certains traits des coyotes, répond papa sérieusement.

 

-          Quoi ? M’exclamais-je en plissant le nez.

 

-          Je vous dis que les légendes sont vraies, que vous portez le gène des coyotes qui vient des Swan et celui des loups qui vient des Black. Vous allez tous, sans aucune exception, vous transformer d’ici un an tout au plus. Sam commence déjà à montrer les premiers signes, je regarde Sam qui tremble un peu. Votre mère est partie car elle a apprit que les Cullen étaient arrivés en ville et vous avez entendu ce qu’elle m’a dit, termine-t-il.

 

-          Pourquoi ne pas aller avec elle alors ? Demande Embry.

 

-          Sam, Jared, Paul et Bella ont déjà commencé la phase transitoire. Sam est plus avancé et je me doute qu’avec le caractère que Paul et Bella ont, ils seront les prochains, explique papa. Toi Embry, si tu veux partir d’ici avant que cette phase se produise, libre à toi, je ne t’en voudrai pas.

 

-          C’est quoi la phase transitoire ? Demande Sam.

 

-          La phase transitoire est le moment qui se situe entre l’activation du gène et le moment de l’avant phase, il doit voir que l’on ne comprend rien. L’avant phase est le moment où le corps se prépare à sa première transformation. La température corporelle augmente, des douleurs physiques, des sautes d’humeurs, de la difficulté à bouger et à parler. Ensuite, c’est la transformation qui est accompagnée de changement physique apparent. Une augmentation de l’appétit et un contrôle plus ou moins bon des émotions, au début, il baisse le regard.

 

-          Qu’est-ce que tu ne nous dis pas ? Demande Sam.

 

-          Une fois la transformation faite, vous ne pourrez plus, le temps de savoir vous contrôler à la perfection, quitter la réserve, dit papa toujours la tête basse.

 

-          Quoi ! Hurle Sam qui tremble un peu plus. Mes études ? J’ai travaillé tellement fort pour obtenir cette foutue bourse et là, tu me dis qu’à cause de putain de vampires je dois tout laisser tomber, hurle-t-il encore. Que Bella devra laisser tomber son foutu rêve d’enseigner et que les trois autres n’ont pas plus d’avenir que nous, c’est ça que tu nous dis ? Demande Sam qui tremble de plus en plus.

 

-          Sam calme toi, lui demande mon père calmement. Quand j’ai su que les Cullen étaient à Forks, il était trop tard. Ils sont venus s’installer il y a trois mois et ils ont fait connaitre leur présence il n'y a qu'une où deux semaines et comme j’ai dit plutôt, il est trop tard pour quatre d’entre vous, dit-il en soupirant.

 

-          Y’a-t-il autre chose que tu n’as pas dit ? Demande Jared.

 

Papa nous parle d’imprégnation, il nous explique que c’est la façon don les loups et les coyotes trouvent leurs âmes sœurs. Il nous explique avec un seul regard, que l’animal enfouit dans le corps humain trouve sa compagne et que tout lien qui nous unis avec une autre personne s’efface. L’animal et l’humain ne vivent que pour rendre l’autre heureux. Sam tremble de plus en plus, il dit le nom de Leah, mon père lui souhaite qu’elle soit sa compagne, un grognement digne d’un animal sauvage retentit venant de Sam…

Je ne sais pas par quel moyen Sam réussit à se calmer, les tremblements ont diminué et finit pas se rassoir, essuie la sueur de son front et dit qu’il a besoin d’aller s’étendre un peu. Je lui demande s’il a besoin de quelque chose, il me fait  un regard meurtrier et me crache que je ne suis pas sa mère, c’est la première fois que Sam me parle comme ça.

 

-          Je suis désolé Bell, je n’ai besoin de rien, merci, s’excuse Sam avant de monter à sa chambre.

 

-          C’était quoi ça ? Demande Jared.

 

-          Les émotions fortes peuvent accélérer le processus ou il est plus avancé que je ne le pensais, dit papa.

 

-          Si notre gentil et doux Sammy a de telles sautes d’humeur, imagine l’enfer dans lequel on va vivre quand Paul et Belly seront à ce stade, rigole Jared.

 

-          HEY ! Paul et moi crions en même temps avec colère.

 

-          C’est ce que je disais, il éclate de rire.

 

-          Faites attention quand même, quand un loup se transforme pour la première fois, ça peu être dangereux. Dès que vous verrez Sam trembler comme il l’a fait ce soir, éloignez-vous, laissez-lui de l’espace, beaucoup d’espace. Juste au cas, nous conseille papa.

 

Il se lève et va dans sa chambre, je n’arrive pas à croire que tout ceci est vrai, je veux dire, j’ai toujours pensé que nos légendes étaient simplement des histoire inventées par des vieux pour nous faire peur ou nous amuser et expliquer la raison pour laquelle nous devons respecter certain animaux plus que d’autre. Jamais je n’ai cru qu’un homme puisse se transformer en un animal ou que les vampires existaient.

Je débarrasse la table et tout en faisant la vaisselle, je repense à tout ce que nous a dit notre père, un nom me revient : Cullen. Je suis certaine que j’ai déjà entendu ce nom, mais je ne me souviens pas ou ni quand. Je le répète comme un mantra, le chantant sans cesse dans ma tête, j’en ferme même les yeux et là, je vois le gars avec les cheveux étrange que j’ai croisé à Forks il y a trois semaines, il m’a demandé si je savais ou se trouvais le disquaire le plus près. Je me souviens d’avoir remarqué que son parfum ne sentait pas très bon, mais sans plus. Je me souviens aussi d’avoir éclater de rire en lui disant que je n’étais pas un kiosque d’information. Il s’est alors excusé et m’a dit qu’il était nouveau dans la ville  avant de se présenter. Il m’a tendu la main que je n’ai pas prise. Je ne serre pas les mains.

 

-          Oh bordel ! Oh putain ! Oh putain de bordel plein de coquerelle ! Dis-je.

 

-          C'est quoi ça ? Demande Jared en riant.

 

-          J’en ai rencontré un, dis-je sous le choc.

 

-          Un quoi ? Demande Paul.

 

-          J’ai rencontré un putain de vampire, dis-je.

 

-          Quand ça ? Où ça ? Exige Paul qui ne rie plus. Vas-tu répondre putain de merde !

 

-          C’est quoi cette façon de parler ? Demande papa.

 

-          J’ai croisé un fou… Un Cullen à Forks, il y a environ trois semaines. Il m’a demandé si je savais ou se trouvait le disquaire le plus près, répondis-je à Paul.

 

-          Oh Pu… Bor… Fu…, essaie de s’exclamer Paul.

 

-          C’est exactement  ça, lui dis-je.

 

-          Selon le traité Quileute, Forks est sur leur territoire, ils permettent aux loups de s’y rendre pour aller magasiner ou chez le médecin, mais les loups n’ont pas le droit de les attaquer tant qu’aucun d’eux ne mord un humain, explique papa. Et plus de gros mot jeunes gens.

 

Comme si l’avertissement de papa allait changer quelque chose à notre façon de parler. Comme si lui n'en disait jamais, il lui arrive d’en dire, quand il a quelques bières dans le corps et qu’il écoute du sport à la télé. Je décide d’aller voir à Sam avant de sortir et d’aller traîner sur la plage comme le fait tout les gens du coin.

Sam est étendu sur son lit, un bras sous la tête et l’autre sur son ventre plat, sa respiration est régulière, il doit sûrement dormir. Je m’avance vers lui en faisant le moins de bruit possible et dépose délicatement ma main sur son front, il est plus chaud que plus tôt dans la journée. Je retire ma main quand Sam, d’un mouvement rapide me prend par le poignet et ouvre les yeux. Pendant une seconde, j’ai l’impression que les yeux de Sam sont jaunes, il me relâche doucement et referme les yeux. Je sors rapidement, en faisant le moins de bruit possible de la chambre de Sam, je descends et sors de la maison sans un regard pour mes frères.

J’arrive à la plage et comme je le pensais, il y a quasiment tous les jeunes de la réserve, je reste en retrait et les regarde s’amuser, être insouciant, inconscient de tout ce qui se passe en dehors de leurs petite bulle. Je me déplace un peu, je vois quelque chose que je n’aurais pas dû et aurais aimé ne pas voir. Là, dans les bras de Mike Newton, un blanc de Forks, se trouve Leah. Leah, la petite amie de mon frère est entrain de récurer les amygdales d’un trou de cul blanc. J’ai envie d’aller la voir et de lui foutre mon poing dans sa face de sale pute, mais je sais que si je fais ça, Sam va être en colère contre moi  et ce, même si je lui dis ce que j’ai vue, elle va nier en bloc.

Je suis toujours à me demander ce que je dois faire quand une main se dépose sur mon épaule, me faisant sursauter et frapper la personne qui a osé me surprendre de cette façon. Je réalise, après avoir frappé, que Jared est au sol. Je l’aide à se relever et nous regardons Leah se frotter sur Newton. Jared me dit de me calmer car je tremble un peu, selon lui. Je ferme les yeux et prends plusieurs inspirations pour me calmer ce qui ne fonctionne qu’à moitié.  Je dis à Jared que j’ai envie d’aller voir Leah et de lui enfoncer le nez jusqu’au cerveau, il rit un peu et me dit que ça ne vaut pas la peine, il me dit que les choses vont se placer d’elle-même en me trainant derrière lui jusqu’à la maison.

Chapitre deux

Deux jours, ça fait deux jours que Sam est couché et qu’il ne se lève que pour utiliser la toilette, il n’a même pas pris de douche, je commence à m’inquiéter, mais papa nous dit que c’est normal que Sam soit si mal en point, que ça fait parti de ce qu’il va devenir.

Quand Leah a téléphoné hier pour parler avec Sam et que je lui ai dit qu’il était malade, elle m’a demandé s’il allait être sur pied pour ce soir, car supposément, ils ont une soirée de prévus. Elle ne m’a pas demandé ce qu’il avait, tout ce qui l’intéressait était elle et sa soirée. Elle n’a qu’à y aller avec Newton à sa putain de soirée. Peu de temps après le souper, Leah entre dans la maison sans frapper à la porte ou même sonner. Je la regarde comme si elle avait deux têtes, elle demande si Sam est prêt.

 

-          Prêt à quoi ? Demande Jared.

 

-          Prêt pour notre soirée, dit-elle comme une évidence.

 

-          Sam est malade Leah, lui dis-je. Je te l’ai dit hier au téléphone.

 

-          Je pensais que tu mentais, dit-elle un peu surprise.

 

-          Te mentir ! Pourquoi Bella te mentirait sur l’état de santé de Sam ? Lui demande Paul tendu.

 

-          Par jalousie ?! Ça sonne comme une question et non une réponse.

 

-          BELSY, hurle Embry depuis l’étage.

Je monte les marches deux par deux et Embry me pointe la chambre de Sam, il est maintenant au sol, la tête dans une flaque de vomis, j’ordonne à Embry d’aller me chercher ce qu’il faut pour nettoyer ce que Sam a sur le visage. Je cris à Paul et Jared de venir m’aider. Ils étaient monté derrière moi et je ne les avais pas vues ni entendue. Je leur ordonne de m’aider, il faut mettre Sam dans le bain, je dis que la fièvre a encore monté. Leah arrive à ce moment là et pose une main devant sa bouche et son nez, elle commence à avoir des hauts de cœur.

 

-          Si t’es là pour être malade, fou le camp, je n’ai pas besoin de ça en plus, lui crachais-je.

Leah ne dit rien et descend les marches en courant, nous entendons la porte se fermer derrière elle, bon putain de débarras. Pendant que Paul et Jared déshabillent Sam, j’emplis le bain d’eau froide et les gars le plongent dedans. Les gars ont laissé Sam en boxer, je les remercie intérieurement, pas certaine que j’aurais aimé y voir le paquet, c’est mon frère quand même. Avec l’aide des gars, je réussis à lui faire un shampoing, ça enlève le vomi et le rafraîchit de la tête. Comme Sam ne se réveille pas, j’envoie Embry chercher vieux Quil, il est le guérisseur de la tribu et un ancien, il doit savoir quoi faire pour Sam.

Vieux Quil arrive avec Embry et demande à ce qu’on mette Sam dans son lit, ce que Jared et Paul font. Le vieux nous demande de le laisser seul avec Sam, ce que Jared refuse, il dit que nous savons ce qui lui arrive et qu’il veut savoir ce qu’il va faire. Vieux Quil ne dit rien et ferme la porte derrière lui et Jared. Pendant que nous attendons, j’enlève toute trace du passage de Sam à la salle de bain et je vais attendre avec les deux autres, le dos appuyé sur le mur face à la porte de la chambre de Sam.

Je ne sais pas combien de temps le vieux passe dans la chambre, mais ça me parait une éternité. Quand finalement les deux ressortent, je viens pour entrer, le vieux me dit que pour l’instant, Sam dort et qu’il a besoin de beaucoup de repos, il ajoute qu’il doit nous parler. Nous descendons au salon ou je donne un verre de whisky au vieux, il me remercie et vide son verre en une seule gorgée.

 

-          Vous savez ce qui arrive à Sam ? Nous demande le vieux.

 

-          Oui, répond Jared. Papa nous a dit ce qui nous attend.

 

-          Très bien, je suis content que Charlie n’ait pas écouté Billy et Harry, j’ai toujours été contre le fait de garder une telle chose secrète, dit-il en secouant son verre vide. Je lui en redonne et laisse la bouteille. Bref, vous savez que Sam va se transformer et ce qu’il lui arrive fait parti du processus.

 

-          Nous allons tous être malades comme lui ? Demande Jared.

 

-          C’est différent d’une personne à l’autre, mais il y a des chances.

Papa arrive et soupire fortement en voyant le vieux assis au salon, il lui demande ce qu’il peut faire pour lui, le vieux sourit, ce qui est rare venant de lui et lui dit qu’il est venu voir ou en était rendu Sam dans sa transformation. Les yeux de papa s’agrandissent, le vieux éclate de rire, bordel je dois être morte car il rit. Le vieux dit à papa qu’il a bien fait de nous parler de ce qui s’en vient pour nous. Il boit un autre verre d’une seule traite et sans rien ajouter, il se lève et s’en va.

Ça fait une semaine que Sam passe de l’état conscient à l’état inconscient, le vieux est revenu et nous a dit que Sam combat le loup en lui et c’est pour cette raison qu’il souffre tant. Il ajoute que la seule chose à faire est de forcer le loup à sortir, en le provoquant.

 

-          Le provoquer, répétais-je. Je peux faire ça, dis-je en pensant à quelque chose.

 

-          Oh non Boo, tu ne feras pas ça, c’est trop dangereux, me dit Paul un peu durement.

 

-          J’ai dit que je pouvais le faire et je vais le faire, dis-je entre mes dents.

Je monte dans la chambre de Sam, je ferme la porte à clé derrière moi, j’ouvre la fenêtre pour que son loup ait une porte de sortie. Je vais me placer le dos contre la porte et je prends une grande inspiration.

 

-          Sais-tu ce que j’ai vu la semaine dernière ? Demandais-je, évidement je n’ai pas de réponse. J’ai vu ta chère Leah frotter sa chatte contre la queue blanche de Newton, un léger grondement se fait entendre. En plus, elle lui bouffait les amygdales, il gronde plus fort. Ils étaient sur la plage un soir et toute la bande y était aussi. Donc ils sont tous au courant que tu es cocu, il se lève de son lit et grogne plus fort tout en tremblant. Vous aviez une soirée de prévue et comme tu n’étais pas bien, elle y est allé avec Yorki, il tremble un peu plus. Tu sais le verre de terre de Forks ? Il tremble tellement que j’ai de la difficulté à le voir. Elle aurait passé une merveilleuse soirée en sa compagnie, il parait qu’il est aussi bon au lit qu’avec un ordi, il grogne et un bruit de vêtements qui se déchire me répond.

Devant moi se trouve un immense loup noir, si je ne savais pas que c’est Sam, je me serais sûrement pissé dessus. Le loup qui est aussi gros qu’un cheval s’avance lentement vers moi, en grognant, les babines retroussées et bavant un peu. Je ne bouge pas, je baisse le regard pour ne pas le provoquer en le regardant dans les yeux. Le loup est si près de moi maintenant que je peux sentir son haleine chaude sur la peau de mon cou. Paul commence à hurler de l’autre côté de la porte.

 

-          ISABELLA MARIE SWAN OUVRE LA PUTAIN DE PORTE IMMÉDIATEMENT, hurle Paul.

Le loup arrête de grogner et renifle l’air, avance son museau vers moi et me renifle le cou et le visage. Il se recule doucement et se tourne vers la fenêtre et saute. Il sort sans problème, mais le cadre de la fenêtre est totalement foutu. D’une main tremblante, je déverrouille la porte, l’ouvre et me laisse aller dans les bras de Paul en pleurant. Il me prend dans ses bras comme une mariée et me porte jusqu’à ma chambre et il s’assoit sur le rocking-chair et me berce doucement.

 

-          Est-ce que tu vas bien Bella ? Me demande papa avec inquiétude.

 

-          Est-ce qu’elle a l’air d’aller bien ? Demande Paul avec colère.

 

-          Est-ce qu’elle va bien physiquement ? Précise papa.

 

-          Elle n’a pas l’air blessée, répond Paul plus doucement en resserrant son emprise sur moi.

 

-          Je… Je … Je vais… Bien, réussis-je à dire entre mes pleurs.

 

-          Tu n’aurais pas dû faire ça Bella, dit papa plus doucement. Ça aurait pu être dangereux.

Je resserre ma prise sur le t-shirt de Paul, il resserre son emprise sur moi et papa nous laisse en disant qu’il doit trouver Sam. Je recommence à pleurer de plus belle, Sam a disparu et c’est de ma faute.

 

-          Ne t’en fais pas Boo, il va revenir, dit Paul.

Je ne sais pas à quel moment je me suis endormie ni quand Paul m’a mise au lit, tout ce que je sais, c’est que je suis dans ses bras, tenant toujours son t-shirt. Il y a longtemps que je n’avais pas dormi avec lui de cette façon. Je me dégage de son étreinte réconfortante, je vais à la toilette et je vais préparer le déjeuner. Jared et papa sont déjà dans la cuisine et les deux mangent un bol de céréales. Pourquoi pas me dis-je en m’en servant un. Papa me demande si je vais mieux, je lui réponds en lui demandant si il a des nouvelles de Sam, il me dit qu’il a pris congé pour poursuivre les recherches. Je mange mes céréales rapidement et je fais une grande quantité de sandwichs.

 

-          Pourquoi en fais-tu autant ? Me demande Jared.

 

-          Nous allons tous avec papa, affirmais-je.

 

-          Évidement, répond Paul qui arrive.

Il vient à moi et me prend dans ses bras pour un câlin. Paul est un gars loyal, fidèle, honnête, il a un cœur en or, il suffit de passer par-dessus son côté bourru, colérique et briser la carapace qu’il s’est fait. Il y a peu de gens qui ont jusqu’à présent réussi à percer sa carapace. La femme qui aura la chance de mettre le grappin dessus, sera la femme la plus heureuse et comblée de la terre.

Nous décidons de nous séparer pour couvrir le plus de terrain possible, on se donne rendez-vous dans une clairière pour le diner, je donne des bouteilles d’eau, des fruits et quelques sandwichs à chacun et nous partons chacun de notre côté. J’avance dans la forêt que je connais par cœur, cette forêt que j’aime tant, cette forêt qui m’a vue grandir, cette forêt qui n’a plus aucun secret pour moi. J’avance tout en appelant Sam et m’excusant pour ce que je lui ai dit, espérant que ça le fasse revenir.

Je rejoins les autres à la clairière et nous mangeons en silence, soudain, il y a une étrange odeur. Je prends plusieurs petites inspirations en tournant la tête dans toutes les directions, pour essayer de trouver d’où vient l’odeur quand Jared commence à faire comme moi, immédiatement suivit de Paul. Papa et Embry nous regardent comme si nous étions fous.

 

-          Est-ce que vous sentez ça ? Demandais-je.

 

-          Ça sent bizarre, dit Paul.

 

-          C’est peut-être les sandwichs de Belly, dit Jared qui rit un peu. Sérieusement, ça sent, il renifle l’air. Ça sent vraiment bizarre.

 

-          De quoi vous parler ? Demande Embry qui inspire profondément.

 

-          Quel genre d’odeur ? Demande papa les sourcils froncés.

 

-          Je ne peux pas décrire l’odeur, c’est comme sucré, dis-je en essayant de décrire l’odeur.

 

-          Avec un peu de javel, ajoute Paul.

 

-          Et l’animal mort, rajoute Jared.

 

-          Ça sent juste pas bon, disons-nous en même temps.

Aussi subitement que l’odeur est apparut, elle disparaît, comme si elle n’avait jamais été là. Je secoue la tête et mets les sandwichs que je n’ai pas mangé dans mon sac, je n’ai plus vraiment faim. Quand les autres ont terminé de manger, nous prenons encore des directions différentes, on décide de se rejoindre à la maison vers dix-sept heures. Je prends la direction qui m’a été attitrée et marche en faisant ne faisant pas attention aux bruits que je peux faire, ce ne serait pas le temps de surprendre Sam.

J’arrive la première à la maison sans avoir rien remarqué d’étrange, c’est comme si Sam n’avait pas été là. J’espère que les gars ont eu plus de chance que moi. Je commence à préparer le souper, je sais qu’ils auront faim après une journée passé à marcher dans les bois. Quand nous sommes tous à la table, papa nous dit que qu’il a trouvé une carcasse d’animal et d’après les marques de dents, un carnivores, un très gros carnivore l’a mangé.

Ça fait une semaine que Sam a disparu et nous n’avons pas entendue parler d’un immense loup ou d’un ours qui aurait été aperçu. Leah nous demande à tous, si nous avons des nouvelles de Sam, chaque jour elle reçoit la même réponse, que nous allons dire à Sam de l’appeler quand nous aurons de ses nouvelles. Ce soir, papa a décidé de me donner congé de préparation du repas, il nous dit de le rejoindre au restaurant de Forks. Nous montons tous les quatre dans le camion de Jared et nous prenons la route pour Forks.

Jared et Embry marchent devant Paul et moi, ce dernier a un bras sur mes épaules. C’est ainsi que nous entrons dans le restaurant et allons nous asseoir à une table, papa devrait arriver dans peu de temps. À une autre table, je vois Leah assise avec Ben Cheney, il lui prend une main et l’amène à sa bouche et lui fait un baisemain. Je commence à trembler, tout comme Paul, Jared se tourne ainsi que Embry, ils voient tous les deux Leah et Jared commencent lui aussi à trembler.

Papa arrive et nous demande ce qui se passe pour que nous soyons dans un tel état, je lui pointe de la tête et au moment ou son regard croise celui de Leah, cette dernière retire sa main de celle de Cheney.

 

-          Trop tard salope, on t’a tous vu, murmure Paul.

 

-          Elle va me payer ça la sale garce, dis-je avec colère.

 

-          Je n’arrive pas à croire qu’elle fasse ça à un gars comme Sam, ajoute Embry.

 

-          Et si vous me laissiez une place pour qu’on commande, dit papa qui a toujours son regard fixé sur Leah.

Je me colle un peu sur Paul pour laisser une place à papa, c’est à ce moment là qu’une des conquêtes de Paul se pointe à notre table. Elle commence à roucouler en lui parlant, c’est écœurant. Comme Paul ne réagit pas, elle se tourne vers moi et me dis que je ne devrais pas m’attacher à Paul, qu’il va prendre ce qu’il veut et ensuite me jeter comme un vieux mouchoir. Comme je ne réagis pas, elle décide de revenir à la charge sur Paul en lui demandant ce que j’ai de plus qu’elle, que je ne suis pas belle, pas sexy et que je ne vais pas le satisfaire comme elle, elle sait le faire. Jared grogne un peu.

Embry, papa et moi avons un air dégoutté par les dernières paroles de la folle et Paul sourit. La simple image de moi et Paul au lit à faire ÇA, j’en ai un frisson de dégoût. Elle ne voit pas qu’on se ressemble tous, elle ne voit pas qu’on est de la même famille. Jared qui n’a pas cessé de trembler depuis qu’il a posé son regard sur Leah, tremble un peu plus, assez pour que la table, ou il a posé ses mains, tremble elle aussi. Je dépose une main sur une des siennes et je remarque que sa température corporelle a augmenté de plusieurs degrés. Je demande à papa de me laisser passer et j’essaie de forcer Jared à me suivre. Je vais essayer de le calmer à l’extérieur du restaurant. La folle commence à dire à Paul que je ne vaux pas la peine car j’ai choisit son frère au lieu de lui.

Le propriétaire du restaurant vient nous voir et nous demande si tout va bien, papa explique la situation en ajoutant qu’il apprécierait pouvoir manger son repas avec sa famille tranquille. Le propriétaire demande à la folle de retourner à sa place et nous laisser tranquille. Passant près de Leah, Jared lui dit qu’elle n’est qu’une salope et ne mérite pas un gars comme Sam et quand ce dernier reviendra, il va lui dire tout ce qu’elle a fait. Les yeux de Leah s’agrandissent, mais elle ne dit rien. Je force Jared à me suivre en tirant sur son bras et l’amène à l’extérieur.

Paul nous rejoint quelques minutes plus tard et Jared commence à crier sur Paul car il n’a pas pris ma défense face à la salope. Il dit qu’il est un trou de cul comme frère et que je mériterais d’avoir un autre jumeau, ou pas de jumeau du tout. Nous ne disons rien car il tremble de plus en plus, nous réussissons à le traîner derrière le restaurant pour ne pas qu’il soit trop vu quand…

 

-          C’est quoi cette putain odeur ? Demande-t-il.

Je regarde Paul et il soulève les épaules, donc lui non plus ne sait pas de quoi il parle. Jared recommence à insulter Paul et ce dernier commence à trembler. Je demande à Jared d’arrêter, mais il ne m’écoute pas ou ne m’entend pas. J’essaie alors de dire à Paul de ne pas l’écouter, qu’il n’est pas lui-même, mais encore une fois ça ne fonctionne pas. Paul étant Paul, saute sur Jared et les deux commencent à se battre quand des bruits de vêtements qui déchirent immédiatement suivit par des grognements se font entendre.

 

-          Oh putain avec des morpions, dit papa. Allez vite dans la forêt et courez à la maison et ne vous faites pas voir. Bordel qu’est-ce qui a bien pu se passer ici ? Demande-t-il.

J’essaie de lui expliquer, mais rien ne vient, je suis sous le choc. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit deux immenses loups se battre. Tout d’un coup, les deux cessent de bouger, ils sont comme figés. Ils s’assoient et regardent vers la forêt, ils se lèvent et cours en direction de la forêt. Papa met une main sur mon épaule et me dit que nous devons retourner à la maison, mais avant, nous ramassons les lambeaux de vêtements et chaussures. Je monte dans le camion de Jared avec Embry et je nous conduits à la maison le plus rapidement possible. Je sais que papa ne sera pas content et pour l’instant je m’en fous totalement.

J’arrive quelques minutes à la maison avant papa. Embry et moi courons derrière la maison ou trois loups sont présents. En fait deux d’entre eux se battent encore et un est un peu en retrait. Celui en retrait est Sam, je le sais car c’est le loup noir que j’ai vu dans sa chambre. Je m’avance lentement vers lui et ce dernier recule un peu en dévoilant ses crocs et grognant un peu. Les deux loups cessent de se battre et celui de couleur gris argent avance vers moi. Le loup brun pâle grogne lui aussi maintenant, je crois que je suis dans la merde. Le loup gris s’avance encore vers moi quand Sam se place devant moi et grogne en direction de l’autre loup.

 

-          Bella recule doucement et vient ici immédiatement, m’ordonne papa.

Je fais ce que papa dit et je commence à reculer, Sam recule lui aussi. Les deux autres loups avancent, pour la deuxième fois dans ma courte vie, j’ai peur de me faire attaquer par un membre de ma famille. La première fois étant Sam et là c’est Paul et Jared, je crois que Sam essaye de me protéger, mais je n’en suis pas certaine. Papa tire un coup de feu dans les airs, ce qui arrête les trois loups.

 

-          Reprenez forme humaine immédiatement, ordonne-t-il avec une sorte d’écho étrange dans la voix.

Sam, Paul et Jared sont maintenant humains et complètement nus devant nous, je leurs tourne le dos et dis que je vais leur chercher des vêtements. Je reviens avec des jeans et c’est avec une main devant les yeux que je leurs lance les vêtements.

 

-          Voyons Belly, tu as déjà vu ça un corps d’homme, dit Jared en riant.

 

-          Ewww, lui répondis-je le faisant rire encore plus.

Papa me demande d’aller préparer des steaks, je lui demande combien et il me dit d’en faire trois à quatre gros pour chacun des loups et un pour lui. Il demande à Embry s’il a faim ce dernier répond négativement et demande la permission d’aller rejoindre Quil et Jacob, papa accepte. Même si je n’ai pas eu le temps de manger au restaurant, je n’ai pas faim, sûrement à cause de tout ce que je viens de vivre.

Je décide de faire des pommes de terres pilés, des légumes et des crevettes avec les steaks. Une fois que tout est prêt, je dépose les assiettes sur la table et je les regarde manger avec fascination. C’est comme s’ils ne prenaient pas le temps de goûter à leur nourriture avant de l’avaler et ils mangent à une telle vitesse… Papa n’a pas le temps de terminer son seul et unique steak que les trois ont terminé ce qu’ils avaient dans leurs assiettes et ils me demandent ce qu’il y a pour dessert. Je prends trois *gâteaux d’amitié que je réchauffe au micro-onde en dépose un devant chacun, en blague, ils ont mangé le gâteau au complet. Jared dit qu’il a encore faim, Paul et Sam disent qu’eux aussi.

Papa leur explique qu’il est normal qu’ils aient faim, il va falloir qu’ils mangent en grande quantité et souvent car leur métabolisme a besoin de plus et il est plus rapide qu’un humain normal. Papa explique que Sam est l’alpha de la meute car il est le premier à s’être transformé, mais que lui, papa, reste l’alpha suprême. Il peut donner des ordres et même Sam n’aura pas le choix d’obéir. C’est ce qu’il s’est produit à l’extérieur.


 

*gâteau de l’amitié est un gâteau aux fruits qui prend un mois à préparer.

 

Chapitre trois

Avec l’aide de papa, il a fallu près de deux semaines à Sam et Jared pour avoir un assez bon contrôle sur leurs émotions, donc sur leurs transformations. Paul lui, il n’a aucun contrôle, il se transforme à tout moment. Papa pense que ça va se placer quand je vais me transformer à mon tour, Paul a toujours réussi à me calmer et moi à le calmer lui, mais dans la situation actuel, Paul ne veut pas que je l’approche car il dit qu’il est dangereux et qu’il ne veut pas me faire de mal s’il venait qu’à se transformer trop près de moi.

Je m’approche de Sam et m’excuse de lui avoir dit tout ce que je lui ai dit pour forcer la transformation. Je lui explique la raison qui m’a poussé à faire ça et lui explique que c’était pour le mieux dans une situation qui échappait à tout contrôle. Il me prend dans ses bras, ses gros bras très musclés et me serre fort.

 

-          Je ne t’en veux pas et je m’excuse de t’avoir fait peur dans la chambre, me dit-il en embrassant mon front. Au début, Shadow, c’est le nom qu’il a donné à son loup, a totalement pris le dessus et quand Paul a hurlé ton nom, il a senti ton odeur et il t’a reconnu comme étant un membre de sa famille, c’est pour ça qu’il a reculé et sauté par la fenêtre. Je suis tellement désolé Bell, si tu savais à quel point je m’en veux, il me serre plus fort.

 

-          Je ne t’en veux pas Sam, lui dis-je doucement. Est-ce que je vais grandir et prendre de la masse musculaire comme toi et les deux autres ?

Les trois ont grandit de vingt centimètres après leurs transformation et ils ont doublé, sinon plus,  leurs masses musculaires et je ne le souhaite pas. Bordel, je suis une fille et déjà que je n’attire pas réellement les gars à cause de ma taille, si je prends vingt centimètres et que je suis tout en muscle, je risque d’être seule toute ma vie.

 

-          Probablement, je ne sais pas. Il est certain que tu vas avoir des changements physiques, nous le découvrirons après ta transformation, me dit-il honnêtement.

 

-          Quand crois-tu que ça va arriver ?

 

-          Trop tôt, il embrasse encore ma tête et me relâche.

Au même moment, Leah entre dans la maison et me regarde avec un petit sourire en coin. Elle sait que nous n’avons rien dit à Sam car ils sont encore ensemble. Je sais que Sam ne s’est pas imprégné d’elle, il nous l’a dit, il a aussi dit qu’il ne veut pas la laisser pour l’instant. Il embrasse Leah et monte à sa chambre se préparer pour leur sortie.

 

-          Alors Isabella, toujours à quémander de l’attention quand tu sais qu’il sera avec moi, me dit Leah. Comme à mon habitude, je ne dis rien, je ne veux pas blesser Sam. Ne t’en fais pas, ça va peut-être t’arriver un jour à toi aussi d’avoir quelqu’un qui t’aime réellement. Tu sais, pas quelqu’un qui sera obligé de t’aimer comme tes frères. Ça ne doit pas être facile de voir Sam avec moi, Jared et Paul qui ont toutes les filles qu’ils veulent et même Embry réussi à recevoir quelques œillades, tandis que toi, elle rie un peu. Quand les gars te regardent... Elle ne termine pas sa phrase.

Je ferme les yeux et inspire pour me calmer, mais aujourd’hui ça ne fonctionne pas, je sens la colère gronder en moi, je sens qu’elle prend de plus en plus de place, je sens la colère envahir mon corps, elle coule dans mes veines comme si c’était de la lave, brûlant chaque parcelle de contrôle que je peux avoir. Des bras m’entourent et me soulèvent du sol.

 

-          C’est fini Leah, je ne veux plus te voir, c’est terminé entre nous, tu as fait souffrir ma sœur pour la dernière fois, sors d’ici et ne reviens jamais, crache Sam qui marche avec moi dans ses bras.

 

-         Mais Sam, c’est elle…

 

-          Il t’a dit de foutre le camp de la maison et de nos putains de vie espèce de salope, cri Paul. Fout le camp d’ici avant que je te mette mon pied au cul et mon poing dans ta face de putain.

La porte claque et d’après les odeurs, je suis à l’extérieur de la maison, Sam me dit que tout va bien aller et s’excuse d’avoir toléré que Leah me parle comme ça depuis si longtemps. L’odeur de la forêt nous entoure maintenant et Sam me dépose au sol. Mes jambes ne me supportent plus, je me sens tomber sur les feuilles et branchages.

J’ai mal, j’ai tellement mal, j’ai mal dans tout mon corps, c’est comme si un rouleau compresseur conduit par un éléphant me passait dessus sans arrêt. J’ai tellement mal que je veux mourir me foutant de mourir couchée dans les bois. J’ai l’impression que ma peau n’est plus assez grande pour moi, j’ai envie qu’on me l’arrache. Les os de ma colonne craquent, les os de mes jambes craquent à leur tour et ça fait encore plus mal qu’avant.

 

-          Ne combat pas Bella, laisse-la sortir, dit la voix de mon père.

De quoi parle-t-il ? Laisser sortir quoi ? Ne pas combattre quoi ? Je ne combats pas, je veux simplement que ça arrête, je veux que la douleur arrête.

 

-          J’ai mal, hurlais-je, mais c’est sorti comme un grognement.

J’ouvre les yeux pour voir ma famille une dernière fois avant de mourir. Ma vision est floue, je ne distingue pas leur visage. Je vais mourir dans la douleur la plus atroce que je n’ai jamais eu et je ne peux même pas voir ma famille une dernière fois.

 

-          T’es faible Boo, me dit Paul.

 

-          T’es nulle Belly, dit Jared.

 

-          T’es pathétique Bell, dit Sam.

 

-           Tu ne mérite pas d’être une Swan, crache mon père.

Une vague de douleur m’envahit et plus rien, plus aucune douleur, tout ce qui reste en moi est la colère. Je me lève et hurle avant de m’enfoncer plus profondément dans la forêt. J’entends les voix de Sam, Jared et Paul me dirent qu’ils s’excusent d’avoir dit ce qu’ils ont dit, ils ajoutent que c’était nécessaire car je combattais ma transformation. Je force mes pattes à courir plus vite, je ne veux pas qu’ils me rattrapent. J’arrive près de Forks et une odeur écœurante m’arrive au museau. Une odeur trop sucré mélangé avec de la javel et un animal en décomposition. Cette odeur est tellement écœurante que j’en ai des nausées.

 

-          C’est l’odeur des vampires, dit Sam. Tu es à la frontière entre le territoire Quileute et celui des Cullen. Si tu continues d’avancer sous cette forme, se sera comme une déclaration de guerre.

Sam m’ordonne de reculer un peu et de ne plus bouger, j’essaie de combattre son ordre, mais j’en suis incapable. Sam est le premier à arriver devant moi, suivi par Jared et Paul. Ce dernier essaie de venir près de moi, je lui grogne dessus en guise d’avertissement.

 

-          Je m’excuse pour ce que je t’ai dit Boo, tu souffrais tellement que nous avons pensé qu’à ça pour que tu te transformes et que tu arrêtes de souffrir, me dit Paul.

Il me montre les images de moi, couché au sol, me tordant et hurlant de douleur. Moi vomissant et n’ayant pas la force de me tasser, je restais couchée dedans. Je me vois, essayer de me lever sans en être capable. Je me vois trembler si rapidement que j’en suis flou, je vois ma peau faire des vagues, mes os s’allonger et mon visage commencer à changer et revenir humain. Je les entends me dire leurs mots blessant et finalement, je vois un énorme loup, couché à l’endroit exact ou j’étais quelques minutes avant. Je vois le loup se redresser et hurler avant de s’enfoncer dans la forêt.

 

 

-          Bell, nous avons fait pour le mieux dans une situation qui échappait à tout contrôle, Sam me répète les paroles que je lui ai dites.

Je hoche de la tête et Sam commence à me parler du traité qui a été signé entre les Cullen et la meute du temps. Je lui demande s’il est possible que je puisse voir ce traité, il me demande la raison et j’explique que je veux simplement vérifier quelque chose. Il me dit que je dois demander aux membres du conseil. Il continue en m’expliquant en quoi consiste le traité, papa nous en avait déjà parlé, mais pas avec autant de détail. Nous avons le droit d’aller à Forks, sous forme humaine seulement.

Sam décide qu’il est temps pour nous de retourner à la maison, il faut que je reprenne forme humaine et que dès demain, je vais devoir apprendre à me contrôler si je veux retourner à l’école à la rentrée à la fin août. Je réalise que c’est dans un peu moins d’un mois et que le cinq août est l’anniversaire d’Embry, il va avoir seize ans.

Sam lève son ordre alpha et nous courons, tout en nous amusant, je suis certaine que si un humain passait par là, il se demanderait quel genre de loup nous sommes avant de faire une crise cardiaque. Les trois autres rient avec moi, oh putain de merde, j’ai oublié qu’ils entendaient.

 

-          Langage jeune fille, dit Jared avec humour en imitant papa.

 

-          Va chier Jared, crachais-je.

 

-          Rie un peu Belly, tu vas devoir reprendre forme humaine et tes vêtements se sont déchiquetés quand tu t’es transformée, rit-il encore.

 

-          Fuck, j’avais oublié mes vêtements.

 

-          Ce n’est rien, on a tous déjà vu ça une poule à poil, rit encore Jared.

Paul ne rie pas, il saute sur Jared et commence à le mordre, en lui disant qu’il est dérangé, que je suis leur sœur et que c’est juste dégelasse d’avoir ce genre de pensée. Sam me dit de le suivre et de laisser les gars se démerder seul, que ce n’est pas la première ni la dernière fois que ça arrive entre eux.

Nous arrivons derrière la maison et Sam me dit de rester dans la forêt, il ajoute qu’il va me chercher quelque chose pour me couvrir. J’apprécie ce qu’il fait, je trouve que c’est délicat de sa part. Une sorte de sourire apparaît sur le visage du loup et il sort la langue sur le côté.

 

-          Ça ne me dérange pas de voir le cul des gars, mais je ne veux pas voir le tien Bell, dit Sam. Je sais que tu m’as fait prendre un bain froid quand j’étais malade et tu m’as laissé le peu de dignité qui me restait, je te remercie pour ça, il me lèche le visage.

Sam s’éloigne et quand il revient, il est sous forme humain, il passe sa main dans mon pelage.

 

-          Il va falloir te couper les cheveux, ton pelage est long et plein de feuillage, il enlève quelques feuilles.

Couper mes cheveux. Il veut couper mes cheveux. Il est malade putain, je n’ai pas envie d’avoir les cheveux coupés comme eux. Non mais, bordel de merde, mes cheveux, je vais ressembler à quoi ? Un putain de monstre, voilà à quoi je vais ressembler moi avec une coupe comme ça ? Oh putain de bordel de merde, va te faire foutre Samuel Levi Swan, tu n’es qu’un emmerdeur de première.

Sam revient avec une robe, une putain de robe. En plus elle est rose, il me ramène une putain de robe rose. S’il veut que je me contrôle, il ferait mieux d’apporter autre chose. Je ne mettrais pas ça, je préfère retourner à la maison sans rien sur le dos que de porter une putain de robe rose.

Sam m’explique que pour reprendre forme humaine, je dois penser à des choses positives. Que je dois penser à ce qui me plaît dans le fait d’être humaine. Qu’est-ce qui me plaît dans le fait d’être humaine ?  J’aime bien manger des lasagnes, oui mais personne d’autre que moi cuisine à la maison. J’aime quand mes draps ont l’odeur du soleil et du vent, si je ne fais pas le lavage, je ne peux faire sécher mes draps dehors. J’aime quand tout est à sa place, si je ne range pas, personne ne le fait. Et c’est comme ça que je réalise que je fais tout, vraiment tout à la maison. J’aime bien lire le soir avant de me coucher, mais est-ce assez pour que je reprenne ma forme humaine ? Je ne crois pas non. Ce n’est pas si pire que ça d’être dans cette forme, plus personne ne va se moquer de moi, de mon apparence ou me dire que je suis le cinquième garçon de la famille Swan. Plus aucune fille ne fera semblant d’être gentille avec moi juste pour baiser avec Jared ou Paul. Je suis bien sous cette forme finalement.

 

-          Isabella Marie Swan, reprend ta forme humaine immédiatement, m’ordonne mon père.

Avant même de vouloir protester, je me retrouve nue, comme au jour de ma naissance, couchée sur le sol de la forêt. Papa me couvre d’un drap et me prend dans ses bras et m’amène dans la maison ou il me dépose dans la salle de bain du rez-de-chaussée. Il me dit de prendre un bain, il me donne une bouteille brune et me dit d’en mettre quelques gouttes dans l’eau. C’est pour soulager mes muscles parait-il. Il referme la porte derrière lui en sortant.

Je suis dans le bain depuis longtemps, car l’eau est glacée, mes mains et mes orteils sont tout ratatinés. J’entends Paul et Jared raconter que je ne trouvais pas de raison valable pour reprendre forme humaine, que je préférais rester un animal. Je sens la chaleur de la colère refaire surface, elle gronde, palpite,  bat au rythme de mon cœur. Ils n’avaient pas le droit de répéter ce qu’ils ont entendu ou vus ils n’ont pas le droit de violer ma vie privée à ce point. J’enroule une serviette autour de moi et arrache la porte, sans le vouloir. Je marche jusqu’à Paul et lui met mon poing sur le nez, je frappe Jared sous la ceinture et me transforme, brisant quelques chaises. Je me rends à la porte et commence à la  gratter de mes griffes acérés, il faut que je sorte d’ici.

 

-          Arrête ça Bella, m’ordonne mon père. Les gars sortez.

Une fois les gars dehors, il m’ordonne de reprendre forme humaine, ce que je fais. Il me tend une autre serviette et me dit d’aller m’habiller et de revenir au salon, il ajoute qu’il peut m’en donner l’ordre si l’idée me vient de ne pas l’écouter. Quand je reviens au salon, les gars sont là, papa soupire et me demande si je me sens réellement comme les gars l’ont dit. Je lève les épaules. Il me demande si je me fais réellement bousculée à l’école.

 

-          Crois-tu que je me bats pour le plaisir ? Répondis-je par une question. Crois-tu que j’aime tout faire dans cette foutue maison ? Crois-tu que j’aime ne pas avoir d’ami à part ma famille ? Crois-tu que je ne vois et n’entends pas ce que les gens disent de moi ? Crois-tu que je suis heureuse d’avoir grandit de vingt centimètres ? Crois-tu que j’aime ressembler à quelqu’un qui prend des stéroïdes ? As-tu déjà vue une amie à moi ici ? As-tu déjà vue un gars venir me chercher pour aller au cinéma ? Ou au restaurant ? Ou à la plage ? J’essuie mes joues du revers de ma main.

 

-          Je ne savais pas Bella, me dit papa.

 

-          Je ne savais pas non plus, dit Sam, je renifle à ça.

 

-          Combien de fois as-tu entendu Leah me dire des vacheries et que tu n’as rien dit ? Lui demandais-je, Sam baisse la tête.

 

-          C’est de ma faute et celle de Jared si aucun gars ne t’approche, dit Paul.

 

-          Quoi ? Que vient-il de dire ?

 

-          C’est Jared et moi qui faisons peur au gars qui voulait sortir avec toi. Nous savons ce qu’ils ont en tête et on ne veut pas que quelqu’un profite de toi comme ça, explique-t-il.

 

-          Oh putain je rêve, c’est pas possible ça. Regarde qui me dit ça. Le plus grand coureur de jupon de tout l’état de Washington. Monsieur je baise avec tout ce qui a une poitrine et une chatte en personne. Dit-toi que chaque conne que tu baise a une famille qui ne souhaite pas qu’un con comme toi profite d’elle, Crachais-je. Je suis fatiguée, je vais me coucher.

Sans rien ajouter, je monte dans ma chambre et ferme la porte derrière moi et la verrouille. Je sais bien que si l’un des hommes de la maison décide d’entrer, ce n’est ce petit verrou qui va les empêcher mais je sais qu’ils vont respecter mon besoin d’être seule. J’entends tout ce qui se passe dans chaque pièce de la maison. Je sais que papa dort sur son fauteuil, son cœur bat lentement et régulièrement. Je sais qu’Embry est devant la maison et discute de moteur automobile avec Jacob et Quil. Je sais que Jared écoute du Green Day avec ses écouteurs et que Paul tape sur son clavier d’ordinateur. J’entends Sam se lever et sortir de la maison, j’entends le bruit que ça fait quand il se transforme. J’entends tout et tout ce que je souhaite est de dormir.

J’ouvre la fenêtre de ma chambre, enjambe le rebord et saute. J’atterris silencieusement au sol et cours vers la forêt. Je me déshabille et me transforme, Sam me demande ce que je fais à ne pas dormir et je lui dis que je n’y arrive pas. Il m’explique que ça va me prendre un temps avant de m’habituer aux bruits de la maison. Il ajoute que tant que je suis là, il va me montrer ce qu’on doit faire en patrouille.

Sam me ramène jusqu’à la frontière, j’ai l’impression que l’odeur est plus écœurante que plus tôt.

 

-          C’est normal, il y en un près de la frontière. Fait attention, celui qui a les cheveux d’une couleur un peu bizarre, il lit dans les pensées, me dit Sam.

 

-          Les vampires peuvent faire ça ?

 

-          Je ne sais pas si il y en a d’autres, mais lui le peut.

On s’éloigne de la frontière et Sam m’explique que certains vampires ont des capacités, comme le lecteur d’esprit. Il me dit que le moins de choses les Cullen savent sur nous, le mieux ont se porte. Il ajoute que comme les Cullen sont quatre, selon le traité, il faut s’attendre à avoir au moins trois autres personnes qui vont se transformer et plus longtemps que les Cullen vont être dans le coin et plus nous seront.

 

-          Christ de Cullen.

 

-          Je suis d’accord avec toi.

Nous passons une partie de la nuit à parcourir La Push et j’aime ce temps passé avec Sam, il est rare que nous sommes que tout les deux, c’est sur qu’il a deux ans de plus que moi et qu’à un certain moment dans nos vies, les deux ans ont paru, mais plus maintenant.

 

-          Je suis désolée pour ta rupture avec Leah, lui dis-je sincèrement.

 

-          Ne t’en fais pas, j’étais rendu là. Je sais que tu penses que je ne disais jamais rien quand Leah t’insultait avant, mais sache que c’est faux. Je lui parlais quand nous étions seuls. Je ne voulais pas le faire devant la famille, tu sais aussi bien que moi qu’il est presque impossible d’avoir une discussion privé dans cette maison, il rit un peu.

 

-          Je sais.

Nous trottons en silence pendant un temps, Sam me conduit sur les falaises et il s’assoit, je m’assois près de lui et nous regardons les premiers rayons du soleil apparaissent à l’horizon. Je n’avais jamais vu un si beau levé de soleil. Il faut dire que je ne l’avais jamais vue avec une aussi bonne vision. En même temps que le soleil se lève, j’entends les oiseaux de nuit se tapirent doucement et les oiseaux de jour qui s’éveillent. C’est vraiment un moment paisible et je suis contente de le partager avec Sam.

 

-          Je suis content que tu sois là aussi.

Je vais devoir m’habituer à ne plus être seule dans ma tête quand je suis sous cette forme. En parlant de ma forme, je sais que je suis un loup, j’ai remarqué que je suis un peu plus petite que les autres, mais pas de beaucoup. J’essaie de me souvenir si j’ai vue ma couleur dans les souvenirs que Paul m’a montré et rien ne me vient.

 

-         Tu es gris argenté, exactement comme Paul.

 

-          Merci Sam, lui dis-je un peu sarcastique.

 

-          Allez, on rentre, c’est l’heure d’aller dormir. Le dernier à la maison va réveiller Paul pour sa patrouille !

Je me lève rapidement et je cours en direction de la maison, j’entends Sam me dire que j’ai triché, j’éclate de rire car j’arrive la première à la maison. Sam reprend sa forme humaine et entre à l’intérieur, j’entends Paul l’engueuler pour l’avoir réveillé si tôt. Paul arrive en boxer et passe près de moi sans me voir. Il enlève son boxer, pisse et se transforme.

 

-          FUCK, tu aurais pût me dire que tu étais là ! Me hurle Paul.

 

-          J’suis pas encore assez grosse !

Sam éclate de rire et dit à Paul d’aller patrouiller. Sam me répète ce qui m’a été dit, je dois penser à des choses paisibles car pour l’instant mes émotions contrôlent encore ma transformation. Je pense au levé de soleil que je viens de voir et je reprends ma forme humaine, Sam me donne des vêtements avec une main devant les yeux. Je le remercie et lui souhaite de bien dormir. 

 

Chapitre quatre

Aujourd’hui c’est le cinq août et c’est l’anniversaire d’Embry, il a seize ans et nous lui préparons une surprise. Premièrement, papa va le conduire à Port Angeles pour qu’il passe son permis temporaire, il va pouvoir conduire accompagné de quelqu’un qui a son permis de conduire, ce qui veut dire le reste d’entre nous. Deuxièmement, Sam et Jared iront les rejoindre pour aller dans les magasins ou il va choisir ces cadeaux. Normalement Paul et moi devrions y aller, mais nous avons encore trop de difficulté avec notre contrôle. Pendant qu’ils seront partis, je vais lui faire son gâteau préféré, chocolat et fraise. Troisièmement, à leur retour, nous allons tous sur la plage ou il va y avoir de la musique, des jeux et de la nourriture, ces amis seront là évidement. Nous allons y passer le reste de l’après-midi et la soirée, qui se terminera par un feu de camp.

Il doit surement se douter du déroulement de la journée, c’est quasiment la même chose à chaque année. À la différence que cette année, nous allons à la plage, c’est juste au cas ou Paul ou moi devrions nous éloigner pour nous transformer. Ça va être plus facile de la plage que d’une maison pleine de monde.

Je prépare le déjeuné préféré d’Embry, gaufre aux pépites de chocolats et fraises en garnitures. Je dépose le tout dans un plateau, avec un verre de lait et de jus d’orange, j’y dépose aussi une carte d’anniversaire et je monte à l’étage sans aucun problème. Je frappe à sa porte, aucune réponse, je frappe plus fort, il marmonne un peu. J’ouvre la porte et commence à lui chanter ‘’bonne fête’’, ces yeux s’ouvre grand et il remonte son drap jusqu’à sa taille. Il me fait un petit sourire endormis et s’assoit. Je dépose le plateau sur ces cuisses et j’ouvre les rideaux et la fenêtre. Papa dit à Embry de se dépêcher car il a rendez-vous au bureau des licences, ou il passera l’examen théorique qui lui permettra d’avoir son permis temporaire. Embry avale le reste de son déjeuné et file à la salle de bain. Je vais à la cuisine faire plus de gaufres pour Paul qui va revenir de sa patrouille.

Papa, Embry, Sam et Jared sont tous à Port Angeles, je suis à la cuisine à terminer la préparation du gâteau et Paul est je ne sais ou. Je m’inquiète pour Paul, depuis quelque temps, il est plus en colère que normalement, il n’écoute pas ce que Sam lui demande et en fait qu’à sa tête. Je ne sais pas combien de fois papa a dû les séparé en leur donnant un ordre alpha. Sam a de la difficulté avec ce rôle en ce qui nous concerne, il n’aime pas nous ordonner de faire quelque chose, ce qui met papa en colère. Il dit que s’il ne peu être un alpha envers nous, comment le sera-t-il envers qui que se soit.

Le gâteau est à refroidir, je vais au garage pour y prendre les glacières, deux pour les boissons gazeuses et l’eau, une pour la nourriture qui doit rester au frais, une pour les boissons alcoolisés, pour les adultes qui seront présent et une dernière pour y mettre ce qui n’entre pas dans les autres. J’empile les cinq glacières et je retourne à la cuisine, bordel que j’aime être un loup, jamais je n’aurai pu faire ça avant.

Sam m’envoie un texto et me dit qu’ils sont en route, je remplis les glacières et je vais les porter dans mon jeep, papa n’a jamais voulu que j’ai un camion comme les gars. Sam à un Chevrolet Silverado  noir quatre portes, Jared un Ford 350 brun quatre portes, Paul un Chevrolet S-10 gris/argent quatre portes et moi un Jeep gris/argent deux portes évidement. Ce qui est drôle aujourd’hui, est que nos véhicules ont la couleur de notre animal. Je réussis à tout faire entrer dans mon Jeep et je vais à la plage en passant, j’avise Jacob et oncle Billy, eux vont se charger d’aviser les autres pour qu’ils viennent à la plage avant qu’Embry arrive.

En arrivant à la plage, je vois Paul qui termine de placer les tables qui serviront à y mettre la nourriture et le bois pour le feu est déjà là, il a même transporté notre grill pour la cuisson des hot dog et hamburger. Je cours vers lui et le serre dans mes bras et le remercie. Je le sens trembler un peu avant de se relaxer totalement.

 

-          Je t’aime Boo et je ne veux pas te perdre, me dit-il avec émotion.

 

-          Je t’aime Poo et tu ne me perdras jamais, lui dis-je.

 

-          Je suis déjà entrain de te perdre. Tu t’éloignes de moi et te rapproche de Sam, il resserre son emprise sur moi.

 

-          Tu es et tu seras toujours ma pire moitié Paul, dis-je en souriant. Personne ne me comprends comme toi tu me comprends. Tant que l’un ne va pas bien, l’autre ne va pas bien non plus, j’embrasse sa joue. Et si on travaillait ensemble avec Sam, peut-être qu’on apprendrait plus rapidement à nous contrôler et nous ne serions pas bloquer à la réserve, lui dis-je avec un sourire.

 

-          Peut-être, me dit-il.

Les gens commencent à arriver et pour ne pas éveillé les soupçons, Paul m’aide à débarquer les glacières de mon jeep ainsi que les verres, les assiettes et les ustensiles en plastiques. Évidement, nous avons droit à quelques commentaires de la part de certaines personnes, pour une fois, Paul ne réponds pas, se contentant de leur dire qu’ils sont jaloux de nous.

Le reste de notre famille arrive et Embry me serre dans ces bras et me remercie pour tout ça, je lui dis que c’est normal et il va rejoindre ces amis. Je m’approche de papa et Sam et leur explique que je crois qu’il serait plus facile pour Paul et moi de travailler notre contrôle ensemble au lieu d’être séparé. Ils ne sont pas très chauds à l’idée et je sens qu’ils vont refuser.

 

-          Nous avons toujours tout fait ensemble, commençais-je. Nous avons fait nos nuits en même temps, nous avons fait nos premiers pas ensemble en marchant l’un vers l’autre. Nous avons été sur la toilette au même âge, nous avons perdu nos dents aux mêmes moments. La  seule chose que nous n’avons pas faite ensemble est nous transformer et regarder comment mon corps à mal réagis à être seule, dis-je.

 

-          Elle a un bon point, un très bon point même, dit le vieux Quil. Nous ne comprenons pas ce qui lie des jumeaux, il est possible que Paul et Bella ne puisse pas se contrôler sans l’autre. C’est une hypothèse à vérifier, termine-t-il en s’éloignant avec deux canettes de bière.

 

-          Très bien, soupire papa. Je vais travailler avec vous deux pour voir ce qu’il en est et si ça va bien, Sam prendra la relève, dit-il en s’éloignant.

 

-          Tu es certaine que tu veux ça ? Demande Sam.

 

-          Oui Sam, je suis certaine. Depuis quelque temps, il y a une distance entre Paul et moi et je n’aime pas ça et ma louve non plus, lui répondis-je plus durement que je ne l’aurais voulu. Sam fronce les sourcils mais ne dit rien.

L’après-midi se déroule dans la bonne humeur, certaines personnes nagent, d’autre jouent au *football, d’autre ne font que discuter et moi, je suis assise sur un tronc d’arbre qui est tombé sur la plage il y a de ça des années et je les regarde. Comme j’avais prédits quand je me suis transformé, j’ai faisais et je fais encore partie des commérages et pas seulement de la réserve, à Forks aussi. Certain disent que je prends des stéroïdes, que c’est pour ça que je suis tout en muscle et que j’ai tellement grandit en si peu de temps. D’autre disent que je voulais réellement être le cinquième garçon de la famille, que c’est pour cette raison que j’ai coupé mes cheveux. Pourtant, je n’ai pas la même coupe que les gars, j’ai les cheveux aux oreilles, tandis que les gars ont une coupe armée. Y’en a même qui disent que je veux tellement ressembler à un gars c’est parce que je suis lesbienne. Évidement, personne ne me le dit en face, mais avec mon audition très développé, je les entends, tout comme mes frères.

Vers dix-sept heures, papa allume le grill et commence à faire cuire la viande et les saucisses ainsi que les pains. Toujours seule, assise sur mon tronc, je décide d’aller faire une patrouille. En arrivant dans la forêt, je vois Sam et Leah s’embrasser avec passion. Sam a une main sous la jupe de Leah et elle, elle a une main dans le jeans détaché de Sam. Je n’arrive pas à croire qu’il fait ça avec elle, pas après tout ce qu’elle dit encore sur moi. Je suis tellement déçu de Sam, il peut avoir qui il veut pour assouvir ces instinct, pourquoi la choisir elle ? Je poursuis mon chemin et m’enfonce dans la forêt et me transforme sans que je n’ai le temps de me dévêtir.

 

-          Que fais-tu là Belly, ce n’est pas ton tour de patrouiller ? Me demande Jared.

 

-          Le repas est presque prêt, je vais prendre ta place le temps que tu manges, lui dis-je. Profites-en pour t’amuser un peu aussi.

 

-          T’es la meilleure sœur de tout l’univers, me dit-il.

 

-          C’est toi ou ton estomac qui parle ? Demandais-je en riant.

Jared éclate de rire et disparait de mes pensées, ce qui signifie qu’il est humain maintenant. Comme je suis seule, j’en profite pour repenser à la conversation que j’ai eue avec Paul. Je dois avouer qu’il a raison, nous nous sommes éloignés l’un de l’autre et je ne suis pas fière de moi pour ça. Je n’ai pas menti à papa et Sam quand je leur ai dit qu’il manquait quelque chose à ma louve, car quand je suis avec Paul, ma louve est plus calme et plus alerte en même temps.

Je réalise que je n’ai pas encore de nom pour ma louve, Sam a nommé son loup Shadow, Jared l’a nommé Brownies, Paul l’a nommé Rufio et moi je n’ai pas d’idée. J’aimerais communiquer avec ma louve comme Sam et Jared le font régulièrement et Paul, de temps en temps.

 

-          Nous serons en harmonie ensemble quand nous serons avec notre double, me dit une voix lointaine dans ma tête.

 

-          Notre double ? Demandais-je.

Je n’obtiens pas de réponse, au moins je sais qu’elle peut me parler et que je peux l’entendre. Je poursuis mon chemin le nez au sol en me répétant ce qu’elle m’a dit. Notre double, notre double, notre double. J’aimerais être humaine pour pouvoir me frapper le front moi-même, notre double, Paul est mon double, tout comme je suis son double. J’avais raison, il faut que je travaille avec Paul et tout se placera.

J’arrive près de la frontière et j’essaie de taire mes pensées, ce qui est plus facile à dire qu’à faire. D’après l’odeur, il y a une sangsue qui traine dans les parages. J’avance silencieusement, chose qui nous est facile de faire, malgré les feuilles mortes et les branchages au sol. Assis sur un gros rocher, près de la chute d’eau qui sépare les deux territoires, je vois une sangsue, un mâle, il a les cheveux blonds, légèrement ondulé et de la même longueur que les miens, sauf que lui a une frange devant le visage. Donc ce n’est pas le lecteur d’esprit. Je m’assois et l’observe, me demandant ce qu’il fait là. D’un mouvement rapide, il tourne la tête vers moi, me surprenant un peu.

 

-          Je sais que tu es curieux et que tu as un travail à faire. Je peux t’assurer que je n’irai pas sur ton territoire, j’ai simplement besoin d’un peu de calme, me dit-il sincèrement.

Je penche la tête vers la droite et me demande comment je sais qu’il est sincère ? Je veux dire, je ne peux quand même pas faire confiance à une sangsue, surtout pas quand il est si près de la frontière.

 

-          Du doute, de la curiosité et du questionnement, énumère-t-il avant de soupirer. Pour te prouver ma sincérité, je vais te confier certaines choses que vous n’êtes pas supposé savoir, je redresse la tête et les oreilles, ce qui le fait sourire un peu. Dans notre clan, Edward, il a les cheveux couleur bronze, il lit dans toutes les pensés, sauf celle d’une fille qu’il a croisé à Forks une fois. Alice, elle est petite, les cheveux noirs et courts, elle peut voir l’avenir de tout le monde, sauf des loups et il y a moi… Moi je suis capable de manipuler les émotions de tous. En ce qui concerne les loups, j’ai réussi à manipuler tes émotions plutôt, mais pas à les changer complètement, il va falloir que j’en parle aux autres.

La sangsue se lève et me dit qu’il va se chercher un autre endroit, je ne sais pas si je peux lui faire confiance à cent pourcent, mais d’un autre côté il m’a dit pour les pouvoir dans son clan. Comment lui dire qu’il peut rester là pour un temps sans que je reprenne ma forme humaine. Je gratte le sol d’une patte, il me regarde, je lui indique le rocher et essaie de lui envoyer de l’acceptation avec une certaine réserve.

 

-          Tu acceptes que je reste encore quelques temps, je hoche la tête. Je te remercie Lobo, me dit-il en reprenant sa place.

 

Je m’éloigne lentement, je sais que je vais me faire mordre une patte pour avoir fait ça, mais bon, il m’a appris des choses qui peuvent nous être utile.

 

-          J’aime bien ce nom, me dit ma louve.

 

-          Quel nom ? Lui demandais-je.

 

-          Lobo, me dit-elle.

 

-          C’est ton nom alors, lui répondis-je.

 

-          Non, c’est notre nom, me dit-elle doucement.

Je sais qu’elle n’est déjà plus là et je m’éloigne en prenant une autre route pour retourner à la maison ou je dois aller me chercher des vêtements. Car les miens sont en lambeau quelque part sur le sol de la forêt. Je pensais que personne ne serait à la maison. Je pensais qu’ils seraient tous à la plage, mais non, l’odeur de Sam et celle de Leah ainsi que de sexe m’arrive directement au museau, juste avant les lamentations de Leah.

 

-          On dirait une vache qui beugle, me dit Paul.

J’éclate de rire à la comparaison, qui est vrai en plus. Paul me demande si je veux aller me promener avec lui, ce que j’accepte volontiers. Nous trottons l’un à côté de l’autre en se chamaillant un peu. On s’amuse comme on le faisait avant. Nous arrivons à la frontière et le Cullen est encore assis sur son rocher, Paul grogne en se plaçant légèrement devant moi et Cullen saute au sol et prend une position accroupis, ce qui fait grogner encore plus Paul. Je montre à Paul la conversation que j’ai eu avec cette sangsue et Paul cessent de grogner. La sangsue se redresse et nous regarde en penchant la tête.

 

-          Protection et amour, dit Cullen. Vos émotions son en parfaite harmonie, je ne pensais pas que c’était possible. Tout comme je ne pensais pas que deux loups pouvaient être identiques ou presque, ajoute-t-il. Je vais repartir maintenant, je ne veux pas créer de conflit, dit-il. Au revoir Lobo.

Nous le regardons s’éloigner et Paul me dit que je suis dans la merde, que papa et Sam n’apprécieront pas que j’ai permis à une sangsue d’être si près de notre territoire sans le surveillé.

 

-          Sam peut bien aller se faire foutre, grognais-je. J’ai obtenue des informations sur les sangsues et c’est ça l’important. En plus, il était sur SON territoire je ne pouvais le chasser, dis-je.

Paul sait que j’ai raison sur ce dernier point, mais il a aussi raison, j’aurais dû rester plus près, et pis merde, je subirai les conséquences de la décision que j’ai prise. Si Sam n’était pas occupé à baiser la pute de la réserve, j’aurais pu lui en parler.

Je change de sujet en racontant à Paul ce que ma louve intérieur m’a dit sur le fait que elle et moi seront complet quand nous serons réunis avec notre double, il m’avoue que Rufio lui a dit la même chose. Je lui demande s’il sait comment nous allons faire ça ? Il pense que l’instinct animal va s’en chargé, je suis un peu septique. Le soleil commence à baisser et je m’élance jusqu’aux falaises, Paul à mes côtés. Nous regardons le soleil se coucher tout en restant caché des humains sur la plage. Nous restons là, silencieusement et complètement en paix jusqu’à ce que le soleil disparaisse complètement derrière l’horizon. Le soleil laisse place aux étoiles et à la lune et c’est dans une harmonie complète que nous allons sur le bout de la plus haute falaise et d’un moment totalement instinctif, nous hurlons. C’est à ce moment précis que Rufio et Lobo se trouvent et deviennent complet.

Nous savons que nous avons été entendus et vus aussi, mais nous entendons vieux Quil dire que nos ancêtres bénissent Embry en ce jour ou, selon la tradition, il devient un homme. Merci à lui pour nous sauver les fesses de cette façon.

 

-          Vous êtes complètements fous tous les deux, hurle Sam. Retournez à la maison et restez-y jusqu’à ce que papa et moi soyons là, nous ordonne-t-il.

Paul et moi prenons le chemin de la maison sans rien ajouter, nous trottons à l’unissons, comme si nous ne faisions qu’un. À notre arrivé, papa, Sam, Jared, oncle Billy, Harry Clearwater et vieux Quil sont là. Ils ont tous l’air en colère, sauf vieux Quil qui sourit grandement. Nous arrêtons d’avancer en même temps et nous nous asseyons dans un même mouvement. Nous relevons la tête et regardons les personnes devant nous.

 

-          Paul, Bella, pouvez-vous vous déplacez vers la gauche ? Nous demande vieux Quil. On se relève et on se déplace vers la gauche. Ne vous asseyez pas, on reste debout. Avancez d’un pas, on le fait. Reculez de deux, c’est quoi ça, une sorte de danse. Merci, nous dit-il. C’est ce que je pensais, sourit-il.

 

-          Quoi ? Demande papa.

 

-          Les deux loups devant nous sont maintenant complets, ils sont arrivé dans ce monde à deux, ils ont toujours tout vécu à deux et se complètent depuis leurs naissances. Ils auraient dû se transformer en même temps, mais ce ne fut pas le cas, ils avaient besoin de se retrouver pour qu’ils soient en parfaite harmonie avec leurs loups et c’est ce qui c’est passé ce soir, explique vieux Quil.

 

-          Peu importe, ils doivent être punis pour ce qu’ils ont fait sur les falaises, dit Sam. Et en tant qu’alpha, je vous ordonne de ne pas vous retrouver sous forme de loup au même moment pour le mois qui vient, dit-il sur le ton d’alpha.

Une chose étrange ce produit, aucun de nous a repris forme humaine, pourtant nous ne sommes pas supposé être sous forme de loup en même temps. Sam répète son ordre mais rien ne change.

 

-          Cet ordre ne fonctionnera pas, dit vieux Quil en soupirant. Ils ne forment qu’un et je n’ose imaginer ce qui va arriver si tu les sépares en ce moment.

 

-          Je suis l’alpha et ils vont faire ce que je dis, crache Sam.

Je prends sur moi de reprendre forme humaine, je suis nue devant eux et ils ont au moins la délicatesse de regarder ailleurs. Paul me tend sa patte arrière et j’y prends la chemise qu’il portait plutôt. Une fois mon corps caché, Sam me frappe au visage, Paul grogne et vient se mettre entre Sam et moi. Je défis Sam du regard en retroussant les lèvres, tous hoquètent de surprise.

Sam recule d’un pas et vieux Quil sourit. Il dit que c’est surement une particularité qui me vient des coyotes car aucun loup ne peut avoir ces crocs d’animal sous forme humaine, tout comme le changement de couleur pour les yeux. Papa ne dit rien et frappe Jared qui a la même réaction que moi, et je vois ce qu’ils veulent dire par les crocs et les yeux. Instinctivement, Sam retrousse les lèvres et dévoile ces crocs.

Je profite du fait que les anciens soient présents et je leur raconte ma rencontre avec un mâle du clan de sangsue. Je décris en détail ou je l’ai vue et ce qu’il m’a dit. Je vois de la colère dans les yeux des gens devant moi, je leur précise qu’il était en droit d’être là et qu’il n’a pas traversé la frontière. Encore une fois Quil nous prends par surprise en nous disant que j’ai fait ce qu’il fallait. Que nous avons obtenu des renseignements qui peuvent nous être utile. Il ajoute que le traité a été signé par quatre membres du clan et que d’après ce que je dis, il y en a deux de plus. Il soumet l’idée de demander une rencontre pour faire signer un nouveau traité ou demandé l’expulsion des nouveaux. Ce qui est accepté sans grand enthousiasme. Comme nous n’avons pas de numéro pour les rejoindre et que nous savons que le chef de clan est médecin, Sam va se rendre à l’hôpital pour demander une rencontre à la frontière.

Une fois les anciens partis, Paul reprend forme humaine et nous entrons ensemble dans la maison, sans rien dire à personne nous montons à l’étage et nous allons dans ma chambre. Je mets un pantalon de pyjama et grade la chemise de Paul et nous nous couchons, moi dans les bras de Paul, comme quand nous étions petits. J’ai connaissance que papa est venu vérifier sur nous, tout comme Jared et Sam.

 

*football Américain

Chapitre cinq

Depuis que Paul et moi avons ‘’reconnecté’’ come dit vieux Quil, nous avons un meilleur contrôle sur notre animal. Ce n’est pas parfait car nous avons toujours eu tendance à la violence et à la colère, et ce, même avant la transformation, il arrive donc parfois que l’un de nous explose sans vraiment le vouloir. Sam a essayé de nous séparé, mais il c’est vite rendu compte que ce n’était pas possible si nous ne le voulions pas.

Pour nous avoir fait voir, papa nous a puni, mais pas en nous séparant, nous n’avons plus le droit de sortir après que le soleil soit couché sauf pour patrouiller et en cas d’urgence. Ce qui est chiant car nous ne pouvons pas profiter des derniers moments avant de reprendre l’école. Paul et moi ne partageons plus le même lit, nous l’avons fait deux nuits seulement. Aucun de nous deux ne peux expliquer la raison qui nous a poussé à le faire et papa a été content car il trouvait déplacé qu’on partage le même lit, surtout à notre âge.

Ce qui a changé entre Paul et moi depuis que nous avons reconnecté, si je peux dire, est que nous ressentons l’autre. Nous savons toujours ou est l’autre, ce qu’il fait et ce qu’il ressent, c’est étrange. J’en ai parlé avec vieux Quil et il croit que c’est dû au fait que nous sommes  jumeaux et des loups en même temps. Le loup en nous n’est pas complet sans l’autre et c’est une façon d’être ensemble sans l’être physiquement. C’est une théorie plausible, mais que va-t-il se passer quand l’un de nous va s’imprégner ?

Ce soir c’est la rencontre entre la meute et les sangsues, Paul et moi avons la permission d’y aller car c’est une rencontre officielle. Le seul qui sera sous forme humaine est Sam car il est l’alpha. Avant de partir, il nous ordonne de ne penser à rien en ce qui concerne la meute. À rien en ce qui concerne la famille et surtout de ne pas penser à ma rencontre avec l’un d’eux. Un peu avant la frontière, Jared commence à chanter Holiday de Green Day, je regarde Paul et nous chantons avec Jared. Sam prends sa forme humaine, Jared devant lui car il est le bêta de notre meute, Paul à sa droit et moi à sa gauche, nous protégeons notre alpha.

Nous arrivons et les sangsues sont déjà là, ils sont tous en ligne et nous regarde avec intérêt. Il y a sept vampires et non six comme nous le pensions. Sam va prendre place à côté de Jared et moi, je vais à côté de Paul.

 

-          C’est stupéfiant, dit un grand blond que je n’avais jamais vu. Je ne pensais pas qu’il était possible d’avoir des loups presque identiques. Désolé, de mon impolitesse, dit-il. Bonsoir Sam, salut-il poliment.

 

-          Docteur Cullen, dit Sam avec difficulté.

 

-          Quel est le but de cette réunion ? Demande-t-il. Le blond que j’ai vu près de la frontière me jette un regard.

 

-          Les anciens ont étudié le traité que vous aviez signé, commence Sam.

 

-          Nous avons respecté le traité, crache le lecteur de pensés, nous grognons un peu, Sam lève une main pour nous faire taire.

 

-          Est-ce que j’ai pensé ou dit le contraire ? Demande Sam durement. Je disais donc, le traité à été signé par quatre d’entre vous et que vous êtes maintenant sept, explique Sam. Les anciens vous laisse le choix entre refaire un nouveau traité avec vous sept ou garder le présent traité et demander l’expulsion des trois membres de votre clan qui n’ont pas signé le traité actuel.

 

-          Quel seront les clauses de ce nouveau traité ? Demande la chef du clan.

 

-          Les clauses resteront les mêmes, dit Sam. Nous aimerions savoir depuis quand ils sont des san… vampires et qui les a transformé si possible.

 

-          Je m’appelle Emmett et je suis un vampire depuis 1935 et c’est Carlisle qui m’a transformé après que j’ai été attaqué par un ours, dit le gros.

 

-          Je m’appelle Alice et j’ai été transformé dans les années 20 par je ne sais pas qui, dit la petite aux cheveux noirs.

 

-          Je m’appelle Jasper, dit celui que j’ai vu sur le rocher.  J’ai été transformé en 1865 par une vampire du nom de Maria, dit-il en me regardant.

 

-          Nous allons signer ce nouveau traité, dit le chef du clan. Sam prend le traité et leur tends. Chaque sangsue signe le traité et Sam en fait de même. Il leur donne une copie. Maintenant que c’est réglé, est-ce que je peux demander la raison pour laquelle ces loups sont identiques ? Je ne pensais pas que c’était possible, dit-il.

 

-          Ils sont jumeaux dans leur forme humaine, dit le lecteur de pensé.

 

-          Est-ce que… commence le chef de clan.

 

-          Non, vous en savez assez, crache Sam en direction du liseur.

Le con, il nous ordonne de penser à rien et lui dévoile quelque chose, l’imbécile, j’ai tellement envie de lui mordre le cul. Heureusement que le chef du clan est assez intelligent pour ne pas insister. Il demande s’il y a autre chose et Sam répond négativement encore une fois. La sangsue nous souhaite une bonne fin de soirée, lui et son clan s’en vont. Sam entre dans la forêt et se transforme et Paul et moi retournons à la maison, Jared fait la première patrouille et Sam doit aller chez oncle Billy pour lui remettre le nouveau traité.

Plus que deux semaines avant la rentré scolaire et papa me dit que je dois me rendre à Forks pour aller acheter les fournitures scolaires qui nous manquent. Il me donne sa carte de crédit et ajoute d’en profiter pour aller à l’épicerie et d’acheter ce que nous avons besoin et que nous ne trouvons pas à l’épicerie de la réserve. Paul et Embry ayant entendue ce que papa m’a dit, me disent qu’ils vont venir avec moi, je secoue la tête en riant un peu.

Une fois arrivé au seul magasin ou se vende les fournitures scolaires, Paul me dit qu’il a va rejoindre quelqu’un et de ne pas l’attendre pour retourner à la réserve, qu’il va revenir par ces propres moyens. Embry me demande si je peux revenir le chercher vers dix-sept heures, il va passer la journée chez un ami. Je secoue la tête doucement en souriant et entre dans le magasin. Je termine les courses en peu de temps et je retourne à la maison. En ouvrant la porte de mon jeep, l’odeur de sexe et celle de Sam et Leah m’arrive aux narines. Putain de merde il ne peut pas aller ailleurs pour faire ces foutu cochonneries. J’ouvre la radio et lève le volume assez fort pour ne plus entendre la vache beugler à l’étage.

 

-          Bell, peux-tu baisser le putain de volume, hurle Sam.

 

-          Quand tu auras fini de faire beugler ta vache, lui répondis-je.

 

-          C’est quoi ton foutu problème ? Me demande-t-il avec colère.

 

-          Je n’ai aucun putain de problème, lui dis-je. Je ne veux juste pas entendre mon frère se vider les couilles, lui répondis-je.

Sam remonte à l’étage et recommence à baiser avec la vache, je soupire et me dit que je n’aurai pas à supporter ça encore longtemps car je c’est bientôt mon tour de patrouiller.  Jared arrive et me saute dans les bras et m’embrasse sur la bouche, je le repousse et lui demande c’est quoi son putain de problème. Il me soulève de terre et nous fait tourner en riant, quand il me dépose il me serre fortement dans ces bras.

 

-          C’est quoi ton putain de problème ? Lui demandais-je en essuyant ma bouche, encore.

 

-          Je crois que je me suis imprégné, me dit-il.

 

-          Quoi ! Dis-je.

 

-          Je crois que je me suis imprégné, répète-t-il.

Il me raconte qu’il a croisé Kim Blackfoot sur la plage et qu’en la regardant dans les yeux qu’il a eu la sensation qu’elle était le centre de son univers. Que plus rien n’est important à part elle. Il dit qu’il a discuté un peu avec elle et elle accepte d’aller au cinéma avec lui ce soir. Il sait qu’il va devoir discuter avec les anciens pour vérifier ce qu’il dit et pour avoir la permission de lui dire ce qu’il est, mais je suis heureuse pour lui. Je lui dis que je suis heureuse pour lui et le serre dans mes bras.

Je me demande pourquoi ont fait toutes ces foutu patrouilles, il n’y a pas de vampire sur nos terres, je sais qu’il faut être certain que les Cullen respecte le traité, mais je me dis que s’ils avaient eu à le brisé ils l’auraient déjà fait.

 

-          Oh fuck, non, non, non, non, non. Pourquoi ça m’arrive quand je suis loin de la maison. Oh fuck, je ne suis pas sur la réserve. Qu’est-ce que je fais ? Embry est paniqué.

 

-          Embry, je suis là, lui dis-je. Où es-tu ? Lui demandais-je.

 

-          Je suis derrière le restaurant, dit-il. Belsy, ça sent mauvais dans le coin, me dit-il.

 

-          Entre dans la forêt et ne bouge pas et ne grogne sur personne, j’arrive, je vais être là dans quelques minutes, je cours déjà vers lui. Fuck, je dois traverser la route.

 

-          Belsy, dit Embry paniqué.

 

-          J’arrive Embry, je suis là dans deux minutes, concentre-toi, je suis certaine que tu m’entends courir, lui dis-je en poussant mes pattes le plus fort et vite possible.

 

J’arrive dans la forêt derrière le restaurant et trois Cullen sont là, le lecteur d’esprit, la naine et le blond de la frontière, en position accroupis et font face à un loup brun foncé qui ne sait pas quoi faire et qui panique.

 

-          Embry, ouvre ton esprit et répète dans ta tête exactement ce que je vais te dire, lui dis-je, il hoche sa grosse tête. Nous sommes désolés d’être sur votre territoire, je viens de me transformer pour la première fois et un membre de ma meute est venu me chercher pour me raccompagner jusqu’à la réserve, le lecteur répète ce qu’il entend dans la tête d’Embry et dans la mienne.

 

-          On va vous escortez jusqu’à la frontière, dit le lecteur, je hoche la tête.

 

-          Embry, tu restes à côté de moi et tu fais EXACTEMENT ce que je te dis, lui dis-je, le lecteur ne répète pas.

 

-          Merci d’être là pour moi Belsy, dit Embry, le lecteur répète ce qu’il entend.

Je cours avec Embry à côté de moi et trois vampires derrières nous, ce qui n’est pas vraiment bon pour nos instincts. Je demande à Embry ce qu’il lui est arrivé pour qu’il se transforme comme ça, sans aucun signe comme nous avons eu. Il me dit qu’il a commencé à ne pas se sentir bien et quand il a senti les tremblements commencé, il est allé derrière le restaurant et les tremblements ont augmenté et il a simplement explosé, le lecteur répète ce qu’Embry me dit. Je lui dis qu’il a fait la bonne chose et que je suis fière de lui, le lecteur ne répète pas. Je dis à Embry que nous devons traverser la route et qu’il doit faire sûr qu’il ne sera pas vu. Nous traversons sans problème, les Cullen toujours derrière nous. Nous arrivons rapidement à la frontière, juste avant de la traverser, je lui dis de remercier les Cullen pour leur compréhension, le lecteur de pensé et la petite femelle  ne disent rien, tandis que le manipulateur d’émotion nous fait un petit sourire.

 

-          Il n’y a pas de quoi Lobo, dit-il en nous saluant de la tête.

On traverse la frontière et on s’enfonce dans la forêt sans un regard pour notre escorte. J’accompagne Embry jusqu’à la maison, je lui dis de rester cacher dans les bois, je reprends forme humaine et m’habille. J’entre à l’intérieur et je vais dire à Jared qu’Embry est dans le bois et en loup. Sam viens au salon et me demande de répéter, ce que je fais, il me dit que c’est à lui que je dois dire ce genre de chose, je secoue la tête et lui dit qu’il est occupé avec Leah et que je ne voulais pas le déranger. Il soupire, mais ne dit rien. Sam me dit de retourner à ma patrouille, qu’il va s’occuper d’Embry. Je n’ai pas besoin de répéter, Embry a tout compris, je sais qu’il est encore un peu paniqué, mais je ne peux rien faire pour le rassurer.

En plus de passer au conseil familial parce que j’ai été sur le territoire des Cullen sous ma forme animal, j’ai doit passer devant le conseil des anciens. Le docteur Cullen a rejoint Oncle Billy et lui a dit qu’il comprenait que la situation était hors de contrôle et que le traité n’avait pas été rompu, qu’aucune déclaration de guerre ne sera faite. Seul Paul dit que j’ai fait ce qu’il fallait, que ma réaction a probablement évité à Embry d’être blessé ou même tué. Embry a essayé de parler en ma faveur, mais sa parole ne vaut rien, pour l’instant. Comme conséquence, je dois présenter mes excuses aux Cullen, à ma famille ainsi qu’au conseil. Le conseil m’a dit que normalement j’aurais dû passer trois jours et trois nuits sous ma forme animale et garder la réserve sans arrêt, mais que vu les circonstances, les excuses suffiront. Sam sera présent lors de mes excuses aux Cullen car le lecteur ne lit pas en moi d’après ce que je crois.

C’est ainsi que je me retrouve avec Sam, Paul, Jared et Embry devant les Cullen. Je fais mes excuses, mais le lecteur ne répète pas. Aucun de nous ne comprend, donc Sam répète ce que je redis.

 

-          Je suis ici devant vous, pour vous transmettre mes excuses pour avoir brisé le traité que nous avons avec vous. Je vous remercie de ne pas avoir vu en mon manque de jugement une déclaration de guerre contre la meute et mon peuple, répète le lecteur.

 

-          Ce n’était pas nécessaire, mais je vous remercie, dit le chef souriant.

Nous allons maintenant à la salle du conseil ou je répète à peu près les mêmes mots. En ce qui concerne ma famille, ce fut plus difficile car Paul, Embry et Jared pense que c’est exagéré, mais je demande tout de même pardon. Sam ajoute que le conseil n’a peut-être pas jugé bon de me punir mais que lui, croit que je mérite une punition. Il me donne une semaine de double patrouille de nuit à partir de ce soir. Papa hoquète de surprise mais ne dit rien, faut croire que Sam ne lui en a pas parlé, mais Sam est l’alpha et papa n’ira pas contre sa décision.

Je profite des quelques heures qu’il me reste pour aller dormir un peu car la nuit va être longue. Nous les loups n’avons pas besoin d’autant de sommeil qu’un être humain normal mais je dois être en forme pour passer la nuit avec mes sens en alertes. Je ne dors pas vraiment, mais disons que je me repose quand même. À onze heures, je vais prendre la relève de Paul, il me fait son rapport et me souhaite une nuit tranquille.

Comme d’habitude, la nuit est tranquille et rien d’extraordinaire n’est arrivé. Je peux dire que d’après l’odeur le long d’une des deux frontières que nous avons avec les Cullen, il y a eu du mouvement de leur pars mais rien de plus. Comme cette frontière est en pleine forêt, il devait être entrain de chasser. À vrai dire, je ne me suis pas attardé, tant qu’il demeure de leur côté.

Selon papa et les anciens, Jacob et le jeune Quil vont se transformer eux aussi, ils pensent que le nombre de loup va être, au moins, égal au nombre de vampire. Moi je crois qu’il va y en avoir plus que ça car, Harry Clearwater est un descendant indirect d’un des premiers loups et Sue, sa femme est une descendante directe, elle est la cousine de maman et oncle Billy. Donc Seth, leur fils qui n’a que quatorze ans, a des chances de se transformer si les Cullen restent pour une assez longue période et d’après ce que nous savons, ils vont être dans le coin pour un minimum de trois ans. Sans oublier la famille Cameron qui sont des descendants indirects eux aussi, les Tallahassee et sans oublier les Lahote. Sans compter que les Cullen ne seront pas sans avoir des visiteurs, ou des sangsues de passage.

 

-          C’est une théorie intéressante, tu devrais en parler, me dit Sam.

 

-          Est-ce que tout va bien ? Demandais-je.

 

-          Tous se portent bien, me rassure-t-il. Je crois que nous devons parler seul à seul et c’est le moment idéal pour le faire, me dit-il.

 

-          Ah bon, ok, que puis-je dire de plus ?

Sam me demande comment je fais pour contrôler ma colère, j’éclate de rire et je lui dit que la colère et ma meilleure amie, donc je suis habitué de vivre avec elle depuis des années. Lui, contrairement à moi, il n’est pas habitué d’être en colère presque en permanence, il a quelques difficultés à la gérer. Il me dit que pour l’instant, les seuls choses qu’il a trouvé pour la faire diminuer est de baiser et que Leah est facile sur ce côté-là et de s’en prendre à Paul et moi, car on ne se laisse pas faire, on riposte.

 

-          Tu devrais nous entrainer au combat plus souvent et de ne pas seulement nous dire de nous fier à notre instinct. Ça t’aiderait car ça nous aide Paul et moi, lui dis-je.

 

-          Vous, vous entrainez à vous battre ? Demande-t-il.

Je lui explique comment Paul et moi en sommes venus à nous battre un jour car l’un comme l’autre avions trop de colère accumulés et qu’après une bonne bagarre, nous nous sentions mieux et que le jour suivant, nous avons décidé de nous combattre l’un l’autre et que c’est comme ça que nous avons découvert que ça nous permet d’avoir un certain contrôle sur notre colère.  Je lui dis qu’il devrait même en parler avec Jared et Embry, peut-être qu’eux aussi en ont besoin.

Sam me saute dessus, mais comme nous partageons nos pensées, je l’avais vu venir et j’ai rapidement pris le dessus. Je ne sais pas combien de temps nous avons passé à nous chamailler durement, mais quand ce fut terminer, Sam m’a dit qu’il se sentait mieux et m’a remercier. Ma patrouille étant terminé, Sam me dit qu’il lève la punition et admet que si je n’avais pas été là pour Embry, qui sait ce qui lui serait arrivé.

C’est comme ça, qu’à chaque jour pour le reste du congé d’été qu’avec les autres, on s’entraine deux heures par jours au combat, autant sous forme de loup que sous noter forme humaine. Une chance que nous guérissons rapidement car les gens se poseraient de sérieuse questions. Un jour, Sam a décidé d’essayer quelque chose de différent, un deux contre deux, Sam et Jared contre Paul et moi. Paul et moi avons gagné ce combat facilement, pas seulement car nous sommes habitué de combattre ensemble, aussi car lui et moi sommes en harmonie l’un avec l’autre et que nos loups sont en harmonie, Sam croit que c’est dû à note statue de jumeaux, je suis tellement tanné d’entendre ça, comme si nous ne pouvions rien faire l’un sans l’autre.

Si l’enfer existe, je le vis quotidiennement en venant dans cet endroit infernal qu’est l’école. Déjà qu’avant, ce n’était pas facile car je n’avais pas réellement d’amis sauf ma famille et que je savais que les gens parlaient de moi quand je ne les entendais pas, mais là, je les entends. En plus d’être encore seule, j’entends les murmures que les autres disent sur moi. Je pourrais, à la limite, me contrôler, mais en ressentant ce que Paul ressent quand il entend les mauvaises langues… J’ai été obligé de sortir trois fois la première semaine pour me transformer et j’ai dû, avec l’aide de Jared, sortir Paul à autant de reprise. Disons simplement que ma première semaine n’a vraiment pas été des plus agréables.

J’ai l’impression que ma vie m’échappe, avec les travaux scolaires, les tâches à la maison, les patrouilles et les entrainements avec Sam, je n’ai plus beaucoup de temps libre, les autres non plus d’ailleurs. Ne pouvant pas retourner à l’école, Sam s’est partie une petite compagnie de rénovation, Paul et Jared travaille pour lui après l’école et week-end. Embry lui, à la tâche de surveiller Jacob et Quil, car il parait qu’ils ont commencé à montrer les premiers signes qu’ils vont se transformer.  Vieux Quil aimerait discuter avec le jeune Quil de ce qu’il va lui arriver mais ces parents sont en accord avec oncle Billy et Harry, donc le jeune est dans l’ignorance et Embry doit redoubler d’effort pour ne rien dévoiler à ces amis et surtout pour ne pas se transformer.

 

OoOo

Je suis tellement contente que se soit Embry qui soit chargé de la surveillance de Jacob ces temps-ci. Jacob me tape tellement sur les nerfs, ça n’a pas de sens. Son amie d’enfance, une fille de Forks, est arrivé il y a quelques jours et elle revient vivre chez son père. Jacob ne tient plus en place car il est en amour avec elle depuis qu’il est gamin.

Je suis sur la balancelle sur la galerie avant, quand le pasteur Weber et sa fille arrivent chez les Black, nos voisins. Jacob se précipite à l’extérieur et en le voyant, j’ai dû me mordre la langue pour ne pas éclater de rire. Jacob porte un t-shirt, très serré, auquel il a arraché les manches et il serre et desserre les poings pour gonfler ces biceps. Il porte aussi un jeans qu’il a coupé pour en faire un bermuda, mais ces tellement serré qu’on peut y voir le paquet. Le pasteur, qui connait bien mon père, me salut poliment et me demande comment je vais. Je lui réponds tout aussi poliment et je lui souris, un énorme sourire. Sa fille qui ne porte aucune attention à Jacob, lui demande s’ils vont rester longtemps, elle a rendez-vous avec son amie Alice.

Les gars arrivent de travailler et chacun d’eux regardent vers chez les Black, Sam rigole un peu et salut le pasteur avant de m’embrasser le dessus de la tête et entrer. Jared un peu moins discret éclate de rire et salut le pasteur de la tête et m’embrasse lui aussi avant de regarder encore une fois chez les Black et éclate de rire une fois de plus. Paul vient prendre place à mes côtés et regarde Jacob.

 

-          Est-ce que ça va Jakey-Bean ? Lui demande Paul en lui donnant le surnom qu’il lui donnait quand il était petit. As-tu des spasmes musculaires au bras ? Lui demande-t-il. Je suis certain que ton père a quelque chose pour ça, ajoute-t-il.

Le pasteur regarde Jacob et lui tourne le dos, nous faisant complètement face, il se mord le poing et les épaules lui sautent. Je crois qu’il vient de le voir.

 

-          Tu devrais savoir mon Jakey-Bean que porter un pantalon si serrer n’est pas bon pour la santé de ton… Truc là. Il parait que ça l’a besoin de respirer, dit Paul très sérieusement.

J’entends Sam, Jared et Embry éclater de rire à l’intérieur de la maison avant de rire à mon tour. Le pasteur éclate de rire lui aussi ainsi qu’oncle Billy. La fille du pasteur à le visage rouge et ne sourit vraiment pas. Jacob marche rapidement et monte les quelques marche menant à la galerie, Paul lui dit de faire des petits pas pour ne pas fendre son pantalon. Jacob arrive et essaie de frapper Paul. Évidement ce dernier n’a aucun mal à l’éviter, il se lève et lui frappe une fesse avant d’entrer à l’intérieur, Jacob vient pour le suivre.

 

-          Ni pense même pas Black, lui dis-je sérieusement.

 

-          Mais c’est lui qui… Commence Jacob.

 

-          J’ai dit, ni pense même pas, répétais-je.

Il retourne chez lui et je suis certaine qu’il a une fesse douloureuse car Paul n’a que très peu retenue sa force. Papa arrive et après quelques paroles échangées avec le pasteur, nous entrons à l’intérieur. Papa rie avec nous de l’allure de Jacob et nous demande lequel d’entre nous a dit quelque chose. Sam répète ce que Paul a dit, papa essaie de rester sérieux, surement pour agir en père, mais ne réussis pas et éclate rire encore une fois.

Chapitre six

Les fêtes de fin d’années approchent et c’est officiel, Jared, Paul et moi décrochons de l’école. Entre Noël et le Jour de l’An, nous allons passer les tests qui nous permettra d’obtenir notre diplôme de fin d’études secondaires. Nous savons que pour l’instant, nous ne pouvons pas poursuivre nos études et nous ne savons pas quand nous pourrons le faire, donc, Jared et Paul vont travailler avec Sam qui a beaucoup de contact. Moi, je vais travailler à mi-temps comme répartitrice au commissariat. Ce n'est pas vraiment le travail que je veux faire, mais comme pour tous, l'argent doit rentrer.

Le reste de mon temps libre, je vais le passer à fouiller dans les écrits que nous ont laissé les meutes précédentes. Il y a certaines choses que j’aimerais savoir et je sais qu’il ne sert à rien de demander aux anciens, ils vont me dire une demi-vérité ou ils vont dire qu’ils ne le savent pas. Nous avons les gênes de coyotes et de loups en nous, le loup a été plus fort en nous et c’est pour cette raison que nous sommes tous des loups, mais je suis certaine que je ne suis pas la seule fille qui s’est transformée et je ne serai pas la seule dans les meutes à venir.

En parlant de fille, l’imprégnée de Jared, Kim fait officiellement partie de la famille ainsi que de la meute. Elle ne vie pas avec nous, mais pas loin. Elle vient prendre tous ses repas à la maison mais retourne chez elle pour aller dormir. Les parents de Kim n’appréciaient pas vraiment qu’elle passe autant de temps avec Jared - ce qui se comprend dans un sens - a décidé que le couple devait rompre. Jusqu’à ce que, un soir, papa invite la famille Blackfoot à venir manger à la maison et papa dans son rôle d’alpha de l’alpha, nous ordonne de nous transformer, mettant ainsi les Blackfoot dans le secret.

Au début les parents de Kim ont peur pour leur fille, jusqu’à ce que papa leur parle de l’imprégnation. Ils sont tellement heureux que leur fille ne se fera jamais brisé le cœur qu’ils acceptent qu’elle passe tout son temps avec lui, ce qui veut dire avec nous. La seule chose qu’ils ont demandé est d’attendre que Kim est terminée ses études avant d’avoir des enfants. Elle va poursuivre ses études pour devenir enseignante et a déjà une place d’assurée à l’école de la réserve, car Jared ne peut aller vivre ailleurs pour l’instant du moins.

Passons. Mon sujet préféré ces temps-ci, la non vie amoureuse de Jakey-Bean. Le pauvre, en plus de l’ignorer totalement, la fille Weber est maintenant en couple avec le lecteur de pensée. Non mais, comment une personne saine d’esprit peut-elle être en couple avec une chose comme ça ? Ce n’est pas comme si elle était un loup et qu’elle s’était imprégnée de lui. Elle ne peut pas non plus dire qu’il est normal, ce que je veux dire, elle doit bien se rendre compte que son corps est glacial, qu’il ne mange pas, qu’il n’a pas une couleur d’yeux normal. C'est dégouttant. Rien que d'y pensée ça me donne des frissons. Bref, Jacob est certain qu’elle va finir par le voir lui et laisser Cullen. Les anciens croient que Cullen a comme envoûté la fille avec je ne sais plus quoi.

Sam aussi s’est imprégnée, elle se nomme Emily Young, la cousine de Leah. Sam ne lui a pas dit, il l’a rencontré hier par hasard et s’est imprégné. Elle vit sur la réserve de Makah et n’est ici qu’en visite pour une à deux semaines. Sam doit parler avec les anciens avant de pouvoir lui parler de ce que nous sommes. Autant Kim me tape un peu sur les nerfs par son trop grand enthousiasme, sa trop grande bonne humeur et elle ne sait pas cuisiner. Du peu que je connaisse Emily, elle sait écouter, cuisiner, être sérieuse mais tout comme Kim, elle va parfaitement bien avec Jared et Emily va parfaitement bien avec Sam. Il ne reste qu’à souhaiter que quand Sam va lui parler et elle l’accepte.

Paul butine encore de fleur en fleur, ne voulant pas s’attarder à une seule et unique. Ça le fait chier quand je dis ça, c’est pour ça que je le fais ! Pour l’instant, il ne souhaite pas s’imprégner, il dit qu’il est trop jeune et souhaite encore profiter de la vie.

J’aimerais pouvoir profiter de la vie comme il le fait, mais je n’ai pas cette chance. Non, moi je me fais inviter à sortir seulement à cause d’une gageure, évidement, j’entends les termes de gageure et ce qu’il gagne si je venais qu’à dire oui. Donc, j’aimerais bien trouver la personne qui est parfaite pour moi, qui m’aimera comme je suis et acceptera ma famille de fou.

 

Le doc croc a avisé Sam qu’ils auront des invités durant quelques jours ; il a aussi dit que leurs invités n’ont pas le même régime qu’eux mais qu’ils ne se nourriront pas sur la réserve, ni à Forks.

Comme si ça allait nous rassurer. Étant ce que nous sommes et ce qu’ils sont, Sam a décidé que nous allions patrouiller sur rotation en groupe de deux. Nous patrouillons cinq heures d’affilés et ensuite c’est une autre équipe. Tout ça pour dire que Paul et moi sommes le premier duo à patrouiller. Heureusement que Sam nous a écouté et mis ensemble, je suis plus sereine.

Paul et moi avons décidé de nous rendre à la frontière, nous allons au centre et ensuite nous allons prendre chacun une direction et suivre la frontière jusqu’à son bout et ensuite patrouiller la forêt. Ce n’est pas ce que Sam veut, mais si une sangsue pénètre sur notre territoire c’est par la frontière qu’elle le fera.

Tout se passe bien jusqu’à ce que j’arrive près de la chute. Je sens plus d’un vampire, je passe l’information à Paul qui s’en vient dans ma direction. Je crispe mes muscles, prête à attaquer en avançant lentement.

Celui qui a trouvé le nom de ma louve est là avec un vampire aux yeux rouges. Ils sont tous les deux assis sur le gros rocher et discutent doucement. Le manipulateur tourne légèrement la tête dans ma direction, immédiatement suivi par l’autre sangsue. La sangsue aux yeux rouge s’accroupit et gronde, je retrousse les babines et grogne en montrant mes crocs en bavant un peu.

 

-          Allez viens me voir sale chien, dit les yeux rouges. Paul arrive et prend position à mes côtés et lui aussi grogne en montrant les crocs. Deux chiens, c’est juste plus de plaisir, dit les yeux rouges.

 

-          Tu ne peux pas les attaquer Peter, ils sont sur leurs territoires, dit le manipulateur.

 

-          Je n’attaquerai pas, c’est eux qui vont le faire.

 

-          Non, tant que tu ne traverses pas la frontière, ils ne feront rien. N’est-ce pas Lobo ? Demande-t-il en souriant un peu. Ce qui fait grogner Paul encore plus.

 

-          Tu as donné un nom à ce chien ? Le manipulateur soupire.

 

-          Ce sont des transformateurs Peter, avant d’être des loups, ils sont des humains, ils prennent cette forme pour protéger leur terre et leur peuple des vampires. Nous retournons à la maison, ajoute-t-il en nous regardant.

 

-          Est-ce moi ou ils sont presque identiques ? Nous entendons les yeux rouges demander et le manipulateur rire.

 

Suite à cet incident, Paul et moi avons décidé qu’il surveillerait la frontière tandis que moi je couvrirais le plus de terrain possible. Sam va nous dire que nous aurions dû l’aviser et il a probablement raison, mais pour l’instant ils dorment probablement encore tous les trois.

Le reste de notre tour de garde se termine sans aucun autre incident. Comme je le pensais Sam est en colère et dit qu’à partir de maintenant, les patrouilles se feront à trois.

Après quelques heures de sommeil bien mérité, je dois me rendre à Forks pour acheter et faire changer les pneus sur ma jeep. Normalement c’est papa ou Sam qui s’en occupe, mais Sam patrouille avec Jared, papa est à Seattle pour je ne sais quel raison. Sam m’a dit exactement ce qu’il me faut comme pneu, il veut être certain que le gars n’essaie pas de me refiler n’importe quoi. J’arrive au garage à l’heure et le garagiste me regarde avec un grand sourire et un signe de dollars dans les yeux.

 

-          Que puis-je faire pour vous ma p’tite dame ?

 

-          Venez-vous de m’appeler ma p’tite dame ? Lui demandais-je durement.

 

-          Désolé. Que puis-je faire pour vous mademoiselle…?

 

-          Swan, je suis ici…

 

-          Swan comme dans Charlie Swan ? Demande-t-il me coupant encore.

 

-          Pour l’achat et le changement de mes pneus, terminais-je comme s’il ne m’avait pas interrompu.

 

-          J’ai ce qu’il faut, il me prend le coude pour m’entraîner je ne sais où. Je me dégage brusquement et facilement.

Je lui dis ce que je veux comme pneu, il me regarde comme si j’avais deux têtes et me dit qu’il en a pas; j’éclate de rire et lui dit que c’est bien la première fois qu’il en a pas. Un autre garagiste, plus jeune arrive et me dit qu’il va chercher ce dont j'ai besoin et les installer. Je le remercie, il m’indique dans quel secteur du garage que je dois faire entrer ma Jeep et que je peux attendre à la réception. Je le remercie encore une fois et je fais ce qu’il m’a été dit.

Je regarde une revue de l’an passé quand la porte s’ouvre emmenant la brise extérieure et l’odeur de vampire ; plus précisément, Jasper et les yeux rouges. Jasper discute avec la dame et les yeux rouges me fixe. Les deux commencent à discuter trop bas pour l’oreille humaine, mais pas pour les miennes. Les yeux rouges dit que ça sent comme le chien mouillé et regarde autour de lui, comme je suis la seule dans le petit bureau, il est assez facile de déduire que c’est moi.

 

-          Alors il n’y a pas que des chiens, il y a des chiennes aussi. Je fais comme si je n’avais rien entendu. Allez, fait pas semblant de ne pas m’entendre, je sais que tu comprends tout. Est-ce que tu utilises un shampoing contre les puces ? Rit-il. Je suis certain que le vétérinaire à quelque chose contre l’odeur désagréable.

 

Je ne réagis toujours pas, mais ce n’est pas facile.

 

-          Il n’y a que les gars qui se transforment, dit Jasper, depuis quand je le nomme par son nom ? Selon Angela, l’humaine d’Edward, l’alpha de la meute à une sœur, c’est probablement elle. Et de toute façon, elle ne sent pas si mauvais.

 

-          Qui te dit que c'est elle ?

 

-          Son ami Jacob Black lui aurait parlé des légendes de leur tribu et elle en a déduit de ce que nous étions. Eddy étant ce qu’il est, c’est dépêché de lui dire ce qui se trouvait à la réserve en lui conseillant de se tenir loin de Samuel Swan. C’est là qu’elle a dit qu’elle l’avait vue une fois et qu’il était avec une fille, sa sœur selon son père, donc la Weber sait pour nous et pour les Cullen.

 

-          Mademoiselle Swan, dit le gentil garagiste, « je te l’avais dit», dit le manipulateur. Votre Jeep est prête, il me tend les clés et ma facture. Vous direz à Sam que les pneus qu’il a commandé pour son camion sont arrivés.

 

-          Je lui dirai, dis-je en payant ma facture.

 

Je le remercie et vais chercher ma Jeep et me dépêche à retourner à La Push. J’ai quelques petites choses à dire à Sam au sujet de ce que j’ai entendu. Il va tellement être heureux de savoir que Jacob a parlé de nos légendes. Pour Jacob ce ne sont que des légendes mais il est quand même interdit de les répéter à quelqu’un qui n’est pas membre de la tribu.

En arrivant je me transforme et montre la discussion entre les deux sangsues, Sam est en colère et commence à dire que le lecteur n’avait aucun droit de dire ce qu’il a dit. Jacob non plus, mais d’un autre côté, Jacob n’est pas encore un loup, donc il n’a pas réellement révélé ce que nous sommes.  Paul pour sa part, a surtout remarqué que le manipulateur a dit que je ne sentais pas mauvais. Il commence à me demander ce qui se passe avec cette sangsue. Pourquoi a-t-il pris ma défense ? Pourquoi et pourquoi et encore pourquoi.

N’en pouvant plus de ces questions et accusations derrières ces questions, je l’attaque de face, il attaque à son tour. Je le mords, il me mord, je le plaque au sol, il me plaque au sol. Nous sautons en même temps ce qui nous fait rouler, mais ça ne nous empêche pas de nous battre.

 

-          Arrêter de vous battre, ordonne Sam. Nous arrêtons de nous battre mais pas de grogner ou de claquer des mâchoires en direction de l’autre.

 

-          C’est quoi ce bordel ? Demande les yeux rouges.

 

-          Est-ce que l’un d’entre vous peut reprendre forme humaine ? Mon fils n’est pas là pour nous aider, demande le doc. Sam reprend sa forme.

 

-          Vous deux, sur le territoire, dit Sam avec son timbre de vois d’alpha. Et taisez-vous.

 

-          Wow, dit les yeux rouges en nous voyant écouter.

 

-          Il n’est pas rare que des conflits éclatent entre ces deux là. Ils n’ont pas porté attention et ils ont traversé la frontière, explique Sam.

 

-          Ils sont de la même famille pourtant, fait remarquer le doc. Sont-ils blessés ?

 

-          Ils guériront rapidement.

 

Comme punition pour m’être battu avec un frère de meute et d’avoir, encore une fois traversé la frontière sous ma forme de loup, je dois être celle qui fait deux patrouilles de suite, tout ça parce que j’ai sauté à la gorge de Paul. S’il n’était pas mon frère, je l’aurais traité d’enfant de chienne, quoi que dans notre cas, on peut le dire, d’une certaine façon.

Une fois les sangsues aux yeux rouges partit, les patrouilles sont revenus à la normal, j’ai donc pu commencer mes recherches dans les archives qui se rapportent aux meutes précédentes. Je n’ai pas trouvé de traces écrites mais une légende qui dit que Taha Aki n’a pas seulement donné aux hommes le pouvoir de se transformer, les femmes aussi l’ont, mais elles se transformeront seulement si elles ont un double et que celui-ci se transforme. Cette la bseule légende qui répond à mes questions. Je me suis transformée car mon double, Paul s’est transformé. Je transmets ce que j’ai découvert aux anciens ainsi qu’à ma famille. Ils sont tous étonnés de ce que j'ai découvert mais ça répond aussi à nos questions e qui soulage tout le monde.

Sam a avisé les Cullen que des membres de la meute et élève seront à Forks pour les tests de passassions de diplômes. Le doc a dit qu’il n’y avait aucun problème, mais que quelques membres de sa famille ne seront pas loin juste au cas où.

Paul, Jared et moi arrivons à Forks dans le camion de mon jumeau, nous ne voyons pas les Cullen mais nous sentons leurs regard sur nous. Une fois rentrée dans la bâtisse, nous y restons trois heures en avant-midi puis nous allons manger au restaurant avec quelques autres personnes qui passent eux aussi les tests. Nous retournons dans la bâtisse et passons les trois heures suivantes à faire les tests. Nous aurons les résultats par la poste dans quelques semaines.

À notre sortis, nous voyons les ‘’enfants’’ Cullen discuter entre eux. Nous passons près d’eux sans y prêté attention. La blonde siffle entre ses dents, comme si Forks leur appartenait. N’en pouvant plus de leurs comportements, - nous n’avons rien fait de mal, bordel - nous sommes venus passer des foutus examens. Je me retourne vers la blonde en même temps que Jared et Paul. En parfaite synchronisation, Paul et moi retroussons les lèvres et montrons les crocs en grognant un peu.

 

-          C’est quoi ça ? Demande la naine.

 

-          Peter avait raison, dit Jasper surpris.

 

-          Venez vous deux, on rentre, nous dit Jared qui a les yeux jaunes.

 

Nous montons dans le camion et prenons la route en direction de la réserve. Encore une fois Sam va être en colère contre moi car j’ai dévoilé ce que j’étais. Si j’avais une queue, Sam ne se mettrait pas en colère contre moi pour ça, mais j’ai une chatte donc il se fâchera. Et je continuerai parce que j''en ai marre de cette injustice.

Mon frère aîné ne s’est pas mis en colère contre moi car il n’est pas là présentement, il est partis voir Emily. Avec la venu des yeux rouges, il n’a pas eu le temps de lui parler mais il a décidé de le faire maintenant. C’est une idée comme une autre, donc en l’absence de Sam, Jared est l’alpha et il ne voit pas l’utilité de me punir car Paul à eu la même réaction que moi et avoue même que lui aussi à sortis les crocs. Je m’attends tout de même à recevoir un appel de l’un des anciens quand ils le sauront. Je sais qu’ils vont savoir car ils finissent toujours par tout savoir.

 

OoOo

 

 

Nous n’avons revue aucun Cullen dans le dernier mois, c’est comme s’ils évitaient totalement la frontière, ce qui est très bien pour nous. Sam est revenu de la réserve Makah avec Emily, ils se sont installés à la maison en attendant qu’ils se trouvent une maison à eux. J’aime bien avoir Emily à la maison, elle m’aide beaucoup avec les tâches et a réussi à calmer un peu Kim. Sam est beaucoup plus calme aussi, je remercie Emily silencieusement pour ça tous les jours. Leah n’a pas très bien pris le fait que Sam et Emily soient ensemble, elle a essayé de créer des conflits entre eux, ce qui n’a pas fonctionné évidement. Avant elle était une pute et là, elle est une pute en colère.

Paul et moi avons eu dix-huit ans la veille du Jour de l’An, les autres, moins Sam, on fait une fête pour Paul, car je n’ai pas vraiment d’amis et les gens présent n’ont pas vraiment porté attention à moi. Papa, Jared et Embry, m’ont offert un certificat cadeau pour des vêtements, Paul m’a offert un certificat cadeau dans une librairie et Sam, mon cher Sam, il m’a donné une rénovation de ma chambre. La seule chose qu’il demande est que je ne sois pas à la maison pendant douze heures au minimum.

Pour sa part, Paul a reçu des pièces pour son camion et des outils dont il a besoin. Je lui ai offert des bermudas et des chaussures, je sais c’est un peu poche comme cadeau, mais il en a réellement besoin.

Nous sommes maintenant à la fin janvier, nous profitons d’une rare soirée en famille quand le cellulaire de papa sonne. Nous entendons le pasteur Weber dire que sa fille est dans la forêt derrière sa maison depuis des heures, qu’il a peur à cause du froid et que la nuit est tombée. Papa lui dit que nous connaissons les bois comme le fond de notre poche, nous allons immédiatement nous y rendre et faire une battue.

 

-          On est pas des chiens pisteurs, crache Paul.

 

-          Qu’il demande aux Cullen, dit Embry.

 

-          Plus un mot, vous allez dans cette putain de forêt et cherché la fille ou des indices, ordonne papa.

 

 

On se transforme tous et prenons la direction de Forks en restant dans les bois. Malgré la neige qui recouvre le sol, nous pouvons sentir l’odeur des vampires qui passe par ces bois. Jared prend le Nord, Paul prend le Sud, Embry l’est, ce qui me laisse l’Ouest. Il faut près d’une heure pour qu’un de nous trouve finalement la fille. C 'est Paul la retrouve couchée en boule ; une légère couche de neige la recouvre et elle ne cesse de répéter qu’ils sont partis, qu’il l’a abandonné. Il ne nous faut pas longtemps pour comprendre ce qu’elle veut dire et malgré la tristesse de la situation pour la fille Weber, nous sommes heureux que les Cullen aient quitté la région.

Paul reprend forme humaine,  s’habille rapidement pour porter la fille dans ses bras. Je ne sais pas ce qui se passe mais je ressens le besoin de protéger la fille. Je regarde Paul et comprends. Quand la maison des Weber est en vue, nous reprenons forme humaine. Paul remets la fille au pasteur qui nous remercie sincèrement et chaleureusement. Jacob regarde Paul comme si ce dernier venait de faire la pire des offenses. Papa nous dit de retourner à la maison, lui va rester avec le pasteur le temps que le doc fasse un examen sommaire à la fille et qu’il essaie de comprendre ce qu’il s’est passé.

 

-          La sangsue l’a simplement quitté, crachais-je. C’est tout ce qu’il y a à savoir, je m’éloigne rapidement.

 

-          C’est quoi son foutu problème ? Demande Embry.

 

-          Je ne sais pas, elle doit être en *SPM, dit Jared en riant.

 

-          Aller tous chier !

 

Je retourne à la maison et suis heureuse que Sam soit de retour mais je le suis encore plus qu’il ne soit pas seul, Emily est avec lui. Je leur explique ce que nous venons de faire et je lui apprends aussi ce que j’ai compris : les Cullen ont quitté la région. Sam me demande si tout va bien, je ne réponds rien et monte dans ma chambre, j’entends Emily lui dire qu’elle va essayer d’en savoir plus demain.

Paul est revenu à la maison bien après que Jared, Embry et papa soit revenus, supposément qu’il patrouillait, comme si j’allais croire ça.

Chapitre sept

 

Les Cullen ont quitté la région depuis quatre mois maintenant et d’après les dire de papa, la fille Weber est comme un zombie, elle ne parle presque pas, ne mange presque plus, fait des cauchemars en s’éveillant et criant. Emily trouve ça triste pour la fille, moi je m’en fous totalement, elle n’avait qu’à pas se mêler à un groupe de sangsues. Sam n’a pas réellement d’opinion, Jared est comme moi, il pense qu’elle aurait dû s’éloigner quand elle en a eu l’occasion, donc qu’elle est responsable, en partie de son malheur. Embry est comme Emily, trouvant triste que la fille souffre autant et Paul, il est de plus en plus discret et ne dis rien à ce sujet.

Sam a emménagé avec Emily dans une maison pas très loin de la maison familiale. Comme il est l’alpha, c’est maintenant chez lui que nous faisons les réunions de la meute et c’est chez lui que je vais me réfugier quand je ne peux plus rester à la maison. Je suis contente qu'Emily soit là si j'ai besoin même si elle ne le sait pas. Emily est exactement comme je le pensais, elle est douce, gentille et patiente. Malgré sa douceur, elle sait se faire écouter et respecter dans sa maison, ce qui est une bonne chose car Jared, Paul et Embry ont eu tendance à vouloir agir avec elle comme ils le font avec moi.

Aujourd'hui, je suis, encore une fois, venu me réfugier chez Sam, mais je suis seule avec Emily qui vient de me servir une tasse de thé et me regarde comme si elle m’analysait. Je lui fais un sourire en coin lui faisant plisser les lèvres.

 

-          Tu sais que tu peux avoir confiance en moi, me dit-elle. Je me contente de hocher la tête. Qu’est-ce qui se passe Bell ? Me demande-t-elle en utilisant le surnom que Sam me donne.

 

-          Rien pour t’inquiéter.

 

-          Si tu le dis, murmure-t-elle.

 

Je ne sais pas comment dire ce qui me tracasse, je n’ai jamais eu personne à qui me confier à part Paul et encore là, je ne lui disais pas tout. Je soupire et lui dis que j’aimerais bien avoir quelqu’un dans ma vie, comme Sam et elle ainsi que Jared et Kim. Elle me sourit un peu et me dit qu’il faut que je sois patiente et qu’un jour ça va m’arriver. Elle en est certaine. Je la remercie, mais je ne la crois pas, une telle chose ne peut m'arriver.

 

OoOo

Je suis en route pour la maison après une journée de travail à Forks quand un hurlement retentit. Je sais que c’est Jared, il est de patrouille à cette heure-ci. Je stationne ma Jeep sur le bord de la route et m’enfonce dans les bois pour me transformer et savoir ce qui se passe pour qu’il hurle comme ça. Une fois en loup, je suis envahie par les voix des autres qui me disent de me dépêcher, qu’il y a une sangsue sur notre territoire. Je m’élance à toute vitesse vers Jared qui cours après la sangsue. Nous sommes tous derrière elle maintenant. Elle réussit à nous échapper en sautant des falaises. Après ça, Sam change l’horaire des patrouilles et nous met par paires le temps de voir si la femelle reviendra.

Je retourne à ma Jeep et rentre à la maison. En me garant devant la maison, je vois un vieux camion rouge délavé devant la maison des Black. Je reste là, à fixer le camion quand la fille Weber sort du garage de Jacob et lui dit qu’ils vont se revoir demain pour il sait quoi. Jacob et moi la regardons monter dans son vieux camion et partir. Jacob me remarque et me demande si je vais bien.

 

-          Que voulait-elle ? Lui demandais-je un peu durement.

 

-          Elle est venue me voir, me dit-il. Je remarque que son cœur a eu quelques battements irréguliers. As-tu un problème avec ça ? Il me crache sa question.

 

-          Ce n’est pas bien de mentir Jacob.

Il retourne à son garage sans rien ajouter, j’entre dans la maison et décide de ne pas cuisiner ce soir. S’ils ont faim, ils se commanderont des pizzas ou n’importe quoi d’autre. Cela ne m'importe pas. Je vais à ma chambre, mets mes écouteurs et lève le volume au maximum.

Vers dix-huit heures, Paul et Jared sont venus me voir et m’ont demandé ce que j’avais prévus pour le souper. Je leur ai dit, un peu méchamment, que je ne faisais pas le repas ce soir, qu’ils n’ont qu’à se débrouiller sans moi. Légèrement furieuse, je pars dans la forêt, c’est sûrement mon tour de patrouiller de toute façon.

 

OoOo

La tête rouge est revenue à plusieurs reprises, nous n’avons pas encore réussi à l’attraper, elle nous échappe tout le temps et c’est frustrant. Je ne sais pas si je suis la seule à l’avoir remarqué, mais plus la fille Weber est à la réserve, plus la tête rouge y est aussi. Plus la tête rouge est sur la réserve et plus les symptômes apparaissent sur Jacob, Quil et Seth commencent à en avoir lui aussi.

Jacob passe beaucoup de temps avec la fille Weber. Embry à découvert que Jacob remonte des vieilles motos pour la fille, je me demande bien ce qu’elle va faire avec ça quand Jacob aura terminé. Je suis certaine que c’est le genre de chose que le pasteur n’appréciera pas et plus Jacob est avec elle, plus il s’attache à elle. Pauvre gars, s’il savait qu’il ne pourra pas la voir quand il se transformera, c’est presque émouvant, je dis bien presque. 

Une chose que je remarque à mon sujet est que plus le temps passe, plus je me referme sur moi-même. Je ne laisse personne entrer dans ma bulle comme je le faisais avant, il n’y a plus grand-chose qui me touche, je ne ressens plus grand-chose comme émotions non plus et c’est très bien comme ça.

Aujourd’hui la fille Weber et Jacob vont essayer leurs motos et Sam m’a demandé de les surveiller car la tête rouge ne s’est pas présentée à la réserve depuis quelques jours et il est convaincu qu’elle va revenir sous peu. Je trouve Jacob et la fille sur un chemin que plus personne ne prend. J'observe Jacob expliquer à la fille comment faire partir la moto, changer de vitesse et comment freiner. Je soupire devant les tentatives de séduction de Jacob. Après quelques moments, la fille réussi à décoller, elle roule comme une malade et regarde régulièrement par-dessus son épaule, comme si elle voyait quelqu’un. Jacob lui crie d’être prudente, de ralentir. Au dernier moment, elle freine sèchement en se servant du frein avant. Je la regarde tomber, se frapper le front sur un gros rocher. Après que Jacob est accouru auprès de sa « chérie ». Ils décident qu’ils vont ranger les motos et se rendre à l’hôpital pour faire recoudre le front de la fille.

Comme Sam l'avait prédit, la tête rouge est revenue à La Push, mais cette fois, elle n’était pas seule, un mâle l’accompagne. Ils se sont séparés et ils nous ont échappé. Sam est en colère que ces sangsues se soit échappés si facilement, selon lui. Christ, ce n’est pas de notre faute s’ils ont sautés d’arbre en arbre comme des singes. Ah pis qu'il mange de la marde !

Je suis chez Sam quand oncle Billy lui téléphone pour lui dire que Jacob va se transformer au cours de la nuit. Par esprit de solidarité, nous sommes tous aller chez les Black et comme l’a prévue oncle Billy, Jacob s’est transformé quelques heures plus tard avec un peu d’aide de ma part. J'ai pût évacuer une partie de ma colère et ça fait du bien.

Au début Jacob était confus, ensuite en colère que son père ne lui ait rien dit et très en colère quand il a appris pour les Cullen et pour la Weber qui savait ce qu’ils étaient et a tout de même poursuivit sa relation avec le lecteur de pensées. Sans surprise, Jacob a voulu aller voir la fille Weber, il est convaincu de s’imprégner sur elle. À la surprise de tous, j’ai éclaté de rire, pas un rire joyeux, mais un rire méchant et je lui ai dit qu’il n’y avait aucune chance que ça arrive sur l’amante à sangsue.

Quelques jours plus tard, la fille Weber est venue voir Jacob à la réserve pour lui demander des explications sur son silence. Jacob a essayé de combattre le bâillon que nous avons quand Sam nous donne un ordre, mais il n’est pas assez fort et dit des choses ‘’méchantes’’ à la fille, ce qui me fait sourire et elle, elle a pleuré. Nous sommes sortis de la forêt et la fille nous a fait un regard meurtrier, enfin je crois car je suis plus intimidante qu’elle à mon naturel.

Durant une patrouille, nous avons senti l’odeur d’une sangsue et celle d’une humaine, la fille Weber pour être précis. Nous avons suivit l’odeur et nous sommes arrivés à une clairière et nous avons écouté la fille essayer de mentir à la sangsue. Quand ce dernier est tanné d’écouter ses mensonges, il s’est préparé à l’attaquer. C’est à ce moment là que nous avons fait connaître notre présence et avons détruit la sangsue.

Je surveille Jacob car je sais qu’il va trouver le moyen de contourner l’ordre de Sam. Comment je le sais ? Je lui ai soufflé que si la fille connaissait nos légendes, ça serait tellement plus simple pour qu’elle sache.

Je regarde Jacob aller dans la forêt pour commencer sa patrouille et quand il pense qu’il est seul, il reprend sa forme humaine et cours jusque chez les Weber. Il monte à l’arbre et demande à la fille s’il peut entrer et la fille lui donne la permission.

J’écoute Jacob lui dire qu’elle connaît son secret, qu’elle n’a qu’à s’en souvenir. Il lui demande si elle se souvient du jour ou il lui a parlé des histoires. Elle répond positivement et lui parle de l’histoire des sangs froids, évidement qu’elle se souvient de cette partie. Jacob lui dit qu’il doit partir et que si elle se souvient, qu’elle l’appelle pour lui dire.

Je fais connaître ma présence à Jacob une fois qu’il est sorti de la maison, il ne dit rien et retourne à La Push pour reprendre sa patrouille.

Le lendemain, Jacob demande une réunion de la meute à l’endroit ou ils ont fait de la moto pour la première fois. Nous arrivons et Jacob est présent avec la fille. Ma meilleure amie des derniers mois se fait sentir un peu plus fort que d’habitude, elle coule en moi et commence à me faire trembler. Je suis sûr le point d'exploser.

 

-          Qu’as-tu fais Jacob ? Demande Sam en colère.

 

-          Elle peut nous aider, dit-il en passant la fille derrière lui.

Je pensais qu’elle allait fuir à toute jambe et non se penser utile. Fuck, mon plan s’est retourné contre moi. Je tremble de plus en plus et je sais que je ne pourrai pas me contrôler encore longtemps.

 

-          Nous aider ? Nous aider à quoi ? À ramener plus de sangsues dans la région, crachais-je.

Sam n’a pas le temps de me dire de me calmer que je suis déjà sous ma forme de louve grognant sur Jacob, qui se transforme immédiatement suivit par Paul. Je suis seule contre les deux loups et malgré mon expérience, je ne réussis pas à avoir le dessus sur eux. Cela creuse encore plus le fossé. Sam nous ordonne de nous séparer et nous dit d’aller nous chercher des vêtements et de rentrer avec les autres chez lui.

Nous arrivons tous les trois en même temps. La fille va immédiatement voir Jacob et lui demande s’il va bien en me donnant un regard noir. Je lui fais un sourire méchant en dévoilant mes crocs. Nous prenons place et Sam nous présente à la fille. Ensuite, Sam lui demande de nous dire en quoi elle peut nous aider. Elle nous raconte que la tête rouge en a après elle car les Cullen ont détruit son compagnon pour lui sauver la vie et arrêter la transformation.

 

-          Si je comprends bien, tes Cullen adorés ont détruit une sangsue qui te voulait comme casse-croûte laissant sa compagne derrière ? Demandais-je en résumant ce qu’elle disait. Ils ont même empêché ton changement.

 

-          Ce ne sont pas MES Cullen, elle met le plus de venin possible dans ses paroles. Et oui, ils ont fait tout ça.

 

-          Ils ont aussi laissé la sangsue que tu as rencontrée dans la clairière ? Celui à la peau noir, précisais-je.

 

-          Oui, dit-elle tout bas.

 

-          Donc, cette tête rouge

 

-          Victoria, me coupe la fille.

 

-          Cette sangsue te veut, elle hoche la tête. C’est bien, maintenant que nous savons ce qu’elle veut, nous pouvons nous en servir.

Jacob, Embry et Paul disent non en même temps, Sam a l’air de réfléchir avant de dire que les autres ont raison, nous ne pouvons pas nous servir de la fille pour attraper la sangsue. C’est trop dangereux, que nous sommes des protecteurs et que faire ça, ne protégerait pas la fille.

Je hoche la tête et me lève en disant que je dois aller patrouiller, Sam me dit de hurler si j’ai besoin d’aide. J’entends la fille demander quel est mon problème et Paul lui répondre de ne pas s’occuper de moi, le con. Merci à toi, mon jumeau. Je me sens mieux et apprécier maintenant.

La fille passe de plus en plus de temps à la réserve. Quand elle n’est pas avec Jacob, elle est avec Emily et Emily étant ce qu’elle est, apprécie la fille et fait même des projets avec elle

Les deux cuisinent même ensemble pour le reste de la meute et d’après Paul, elle est une excellente cuisinière. Embry dit même qu’il n’a jamais aussi bien mangé. Sam a même changé les patrouilles, un de nous doit rester près de la maison des Weber, au cas où la sangsue déciderait de s’y rendre la nuit. Il a eu la gentillesse de ne pas me poster là, je crois qu’il a compris que le moins je suis près d’elle, le mieux que je me porte. Quil a finalement rejoins la meute, il est tellement content de retrouver ses amis qu’il a accepté ce qu’il était sans rien dire.

Ce matin en sortant de la maison, les cheveux dans mon cou se sont redressés, ce qui signifie qu’une tempête se prépare et que quelque chose va arriver. La tête rouge a essayé d’attaquer Harry qui pêchait avec Seth quand ce dernier s’est transformé et pour protéger son père, qui a fait une crise cardiaque. Nous sommes donc dans la forêt à chasser la tête rouge pendant que Sam est resté avec Harry.

Une fois Harry pris en charge par les ambulanciers, Sam nous rejoins et nous pourchassons la tête rouge jusqu’aux falaises d’où elle plonge. Nous voyons la fille Weber sauter à son tour et Jacob sauter après elle et la sortir de l’eau. Sam lui dit de s’occuper d’elle et d'aller à l’hôpital pendant que nous nous occupons de Seth.

Je décide de rester plus proche de Seth, je ne pense pas être capable de me retrouver en présence de Leah. Une fois que Seth reprend sa forme humaine, je demande à papa de lui ordonner de ne pas se transformer et conduit Seth à l’hôpital.

Le lendemain, Jacob nous apprend que la fille Weber est partie avec la petite vampire pour sauver le liseur de pensées. Je renifle fortement attirant l’attention sur moi.

 

-          Quoi ? Demandais-je.

 

-          As-tu quelque chose à dire ? Me demande Sam.

 

-          Ça ne me surprends pas vraiment qu’elle est choisie les vampires. Elle va toujours choisir les vampires.

 

-          Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Demande Jacob avec colère.

 

-          Malgré tout ce que tu fais pour elle, elle te voit encore comme un frère. Malgré Paul qui s'est imprégné d’elle, elle préfère aller avec les sangsues qui l’ont abandonnée dans la forêt. Malgré que chacun de nous a mis sa vie entre parenthèse pour elle, elle vole au secours de celui qui a brisé son pauvre petit cœur, crachais-je.

 

-          Comment ? Demande Paul.

 

-          Je l’ai ressenti mon cher jumeau, tu as oublié que je ressens tout ce que tu ressens. Je ressens ta colère quand Jacob essaie de se rapprocher physiquement d’elle. Je ressens ta joie quand elle l’a si souvent repoussé et je ressens la douleur que tu as de la savoir si loin.

Personne ne dit rien jusqu’à ce que mes paroles montent dans leur cerveau. Jacob est en colère pour l’imprégnation, Sam veut savoir pourquoi Paul n’a jamais rien dit. Quil et Embry me disent que j’aurais dû me taire et Jared secoue la tête avant de dire à Paul qu’il ne comprend pas comment il a pu faire une chose comme ça. Paul se retourne vers moi avec de la colère dans ses yeux jaunes.

 

-          Tu es jalouse car toi tu ne connaîtras jamais ce qu’est l’imprégnation. Tu es en colère car j’ai trouvé celle qui me complète réellement et que toi tu es encore seule et le sera à jamais, crache-t-il. J’éclate de rire, méchamment

 

-          Je n’ai pas besoin de toi pour me dire que je ne m’imprégnerai jamais, je le sais. Au moins moi, je n’aurai pas à vivre en sachant que je ne suis pas le bon monstre, dis-je entre mes dents.

Je sors de la maison en claquant fortement la porte malgré Sam qui me hurle de revenir. Comme ça ne fonctionne pas, il me l’ordonne, ce qu’ils n’ont pas réalisé car je ne suis invisible, c'est que les ordres de Sam ne fonctionne plus sur moi. Je me suis complètement dissocié de lui comme alpha quand il a choisit de protéger la fille au péril de notre peuple. Je fais toujours partie de la meute, mais je suis mon propre alpha, pour l’instant.

La fille est revenue trois jours plus tard avec le clan au grand complet. Ce que j’avais prédit se passe, la fille n’est pas revenue à la réserve, préférant rester avec les Cullen.

Jacob, Quil, Embry et Paul se sont présenté à la fête que les sangsues font pour souligner la graduation de la fille, c’est tellement ridicule. Jacob veut jouer à l’ami cool et Paul pense la rendre jalouse en pelotant une des filles, c’est vraiment pathétique.

Les gars reviennent et nous disent que le chef des Cullen a demandé une réunion qui se tiendra à minuit. Sam nous dit que nous devons tous être présents. En traînant les pieds, je rejoins le reste de la meute chez Sam à l’heure du départ pour la réunion, Sam nous donne nos positions pour la formation. Je me retrouve à la fin, derrière Seth et aucun loup à mes côtés, ce qui est parfait pour moi et me conforte dans mes sentiments.

Quand nous arrivons à la frontière, les Cullen sont là ainsi que la fille, ce qui ne me surprend pas. Aucun de nous ne reprend forme humaine car le lecteur de pensées est présent. Je regarde la meute se placer en ligne et moi, je reste en retrait. Je vois Jasper froncer les sourcils mais ne dit et ne fait rien.

Sam demande la raison de cette réunion et le chef lui explique que la situation de Seattle est directement reliée avec la tête rouge. Il explique que la tête rouge se fait une armée de nouveau-nés et nous dit ce qu’est un nouveau-né ainsi que leur particularité. Il demande à Jasper de se placer devant, de nous parler et démontrer avec l’aide des autres du clan comment les nouveau-nés se battent. Quand il nous demande si l’un d’entre nous veut se battre contre lui, Sam ordonne à tous de rester en place. Je m’avance et me place devant lui, à une bonne distance quand même. Je crois que j'aime le provoquer. Cela m'amuse beaucoup.

 

-          ISABELLA SWAN, hurle Sam.

D’après le hoquet de surprise du lecteur, je peux dire qu’il ne savait pas que j’étais de sexe féminin. Je n’attends pas que quelqu’un dise quelque chose et grogne, attirant l’attention de Jasper sur moi.

 

-          Tu es prêt Lobo ? Me demande-t-il. Comme seule réponse je cours vers lui.

J’essaie de mettre en pratique ce qu’il nous a dit sur les nouveau-nés, mais il a le dessus moi et il me casse une côté. Je me relève et recommence jusqu’à ce qu’il dise que c’est assez. Le doc demande la permission de m’examiner. Pour répondre, je grogne en hurlant non dans ma tête. Le lecteur avoue qu’il n’entend pas directement mes pensés, qu’il les entend dans la tête des autres. Jasper nous donne rendez-vous à la même heure le lendemain, Sam lui dit que nous ne serons pas tous là, mais que certain seront présents. Jasper me dit que je suis un bon combattant et qu’avec encore un peu de pratique je vais pouvoir attaquer un vampire plus expérimenté seule et avoir de grande chance de vaincre.

La voyante nous dit quand et ou aura lieu la bataille contre la tête rouge et son armée. Je sais que nous sommes prêts, ça fait trois semaines qu’on se bat les uns contre les autres et qu’on met en pratique ce que Jasper nous dit. Mon idée de se servir de la fille pour attirer la tête rouge est empruntée par la fille elle-même et approuvé par Jasper. Il dit que si elle laisse une trace odorante, les vampires vont venir exactement ou nous le voulons.

Il a été décidé qu’une fois qu’elle aura fait le chemin jusqu’à l’endroit choisi, je vais être celle qui va l’a reconduire à l’endroit ou elle va se cacher pour la nuit et la durée de la bataille.

Pourquoi moi ? Pour une fois cela est logique et réfléchit. Car mon odeur n’a jamais été sur elle, je n’ai jamais vraiment passé de temps avec elle, donc les sangsues ne penseront pas suivre mon odeur. Le lecteur fera le tour et passera par l’autre versant pour aller installer la tente. Je sens qu’il va y avoir une tempête cette nuit, j’espère qu’il a prévue quelque chose pour la garder au chaud car je ne jouerai pas au radiateur.

Le lecteur installe la fille sur mon dos, il aurait préféré que je prenne ma forme humaine, mais moi je préfère rester sous forme de loup, il n’est pas question que je la prenne dans mes bras ou sur mon dos en étant humaine. La fille reste silencieuse et j’en suis bien contente, Jacob, Paul et le lecteur m’ont tous dit de ne pas aller trop vite avec la fille sur mon dos. Je ne l’apprécie pas, mais pas au point de courir à plus de deux-cent-cinquante kilomètre heure, ma vitesse maximum, je ne suis pas si folle et si méchante que ça quand même.

Nous arrivons au sommet au moment ou le lecteur termine l’installation de la tente, il me demande si j’ai besoin de quelque chose. Je ne réponds rien et m’éloigne d’eux pour monter la garde. Il soupire et me dit que je peux reprendre forme humaine. Je ne bouge pas, il  soupire encore et dit à la fille d’entrer dans la tente. Il s’approche de moi avec les mains levées, geste qui indique qu’il ne me veut pas de mal.

 

-          Je voudrais vous remercier, toi et le reste de la meute pour ce que vous faites pour Angela et ma famille, dit-il avant de s’éloigner.

La meute a tout entendu ce qu’il a dit et plusieurs grognent car si eux sont ici c’est pour Paul et Jacob. Pour Paul car elle est son imprégné et Jacob car il est follement amoureux d’elle, tandis que moi je suis ici pour protéger ma tribu. Seth arrive et me dit qu’il prend la relève, car si quelque chose arrive, il pourra prévenir Edward sans changer de forme, je ne dis rien et retourne au bas de la montagne pour rejoindre la meute et les Cullen.

J’avise Sam que je vais faire un tour en forêt, il me dit de ne pas trop m’éloigner, ce que je n’avais pas l’intention de faire. Je veux seulement aller chasser, j’ai besoin de manger si je veux être au maximum de ma capacité et contrairement aux autres, je n’ai pas ramené de nourriture de la maison. Je trouve facilement un cerf, lui casse le cou et commence à le manger comme le ferait un vrai loup. Mon repas est interrompus par les Cullen, ils me regardent avec dégoût et s’éloignent, me laissant terminer mon repas.

JOYEUX NOËL À TOUS ET TOUTES !

 

 

Chapitre huit

 

La petite voyante s’éloigne de nous pour ‘’voir’’ quand la tête rouge et son armée vont arriver, je suis toujours en retrait de la meute et je me demande qui d’entre nous va se faire blesser aujourd’hui.

 

-          Tu es pessimiste, dit Jared.

 

-          Non réaliste, lui dis-je.

 

-          Franchement Belly, tu pourrais être plus positive.

 

-          Je le suis aussi Jared, je suis ici et je compte bien tuer le plus de sangsues possible, mais je sais très bien que je risque d’être blessée tout comme chacun d’entre nous. Je ne parle pas de blessure mortelle, je te parle de quelques os brisés. Je fais tout pour ne pas montrer que je n'en mène pas large.

 

-          Tu as le droit de le penser, mais tu n’es pas obligé de le partager avec nous tous, crache Paul.

 

-          Ce n’est pas de ma putain de faute si on partage tous nos foutu pensées, crachais-je à mon tour.

 

-          Personne ne t’oblige à être ici tu sais, tu peux très bien retourner à La Push si tu préfères.

 

-          Dans tes putains de rêves, le con.

 

Les Cullen nous regardent tous et Jasper dit à sa famille qu’il y a beaucoup de colère et de tension qui se dégage de la meute et cette colère m’est destinée, comme si j’avais besoin de lui pour savoir ça. Sam ordonne de nous calmer et de se concentrer sur ce qui nous attend. La voyante nous dit qu’ils seront ici dans cinq minutes, Sam nous demande d’être prudents et ajoute qu’il ne veut voir aucun d’entre nous jouer au héro.

 

-          On se rejoint tous chez moi après la bataille pour un BBQ, dit-il.

 

Tous répondent positivement, sauf moi. Je ne sais pas où j’irai après la bataille mais je sais que je ne resterai pas dans le coin, il n’y a plus rien pour moi de toute façon. Mais ça personne ne le sait et c'est mieux ainsi. Même si je ne pense pas leur manquer.

L’odeur nauséabonde des vampires arrivent avant eux, mes muscles se tendent et mon poil se hérisse et mes babines se retroussent, qu’ils arrivent, je suis prête. Selon le plan, nous devons nous cacher et attendre qu’ils soient là avant de sortir et de les surprendre, donc nous sommes tapis dans la forêt, attendant le signal de Sam.

D’où je suis placée, je vois les Cullen qui forment une ligne parfaite avec Jasper au centre, nous entendons les nouveaux courir vers la clairière, ils sont tellement bruyant, vraiment plus que les vampires matures que nous avons vu. Quand les premiers nouveau-nés arrivent, les Cullen s’élancent vers eux, nous regardons tous Jasper donner un coup de poing dans le visage du premier nouveau né et la tête s’arrache sous la force de l’impact. C’est quelque chose à voir, le baraqué lui fait des feintes de joueurs de football tout en arrachant des têtes. Nous trépignons tous, nous voulons nous joindre à la bataille, nos corps le réclament, mais nous devons attendre que Sam donne le signal.

 

-          À l’attaque, nous ordonne enfin Sam.

 

Sam est le premier à sortir de notre cachette et saute par-dessus un immense rocher, Paul immédiatement derrière lui, suivit par moi, Jared, Embry et Quil. Nos pattes ont à peine le temps de toucher le sol que nous avons déjà un morceau de sangsue dans la gueule. Nous dispersons facilement les nouveaux nés car notre présence les a un peu pris par surprise. On s’éloigne les uns des autres et le combat a bel et bien commencé. J’arrache des membres à des nouveaux nés qui vont se faire tuer ailleurs quand je vois le doc et sa femme faire équipe. Une fois le vampire au sol, la femme l’envoie valser dans les airs, je saute et l’attrape au vol par le ventre et lui arrache la tête une fois qu’il est à terre.

Jacob arrive et en tue plus d’un en peu de temps, quand il voit le baraqué défoncer la tête d’un nouveau né tandis qu’un autre saute d’un rocher et avant qu’il n’atterrisse sur le dos du baraqué, Jacob saute et lui arrache un bras et la tête, sauvant le baraqué qui a l’air surpris. Nous sommes ici pour ça, les aider, je ne sais pas pourquoi il a cet air. Mes yeux tournent et voit Jasper. Je ne sais pas comment décrire la puissance de Jasper, quand je le vois courir et défoncer les têtes des nouveaux nés d’un seul coup de poing. J’en suis jalouse, réellement jalouse, c’est une chose que j’aimerai être capable de faire sous ma forme humaine. Je cours derrière un nuisible et la petite voyante cours vers nous, je me demande ce qu’elle fait quand je vois le vampire se préparer à attraper la petite voyante par la taille, elle saute en une vrille horizontale - je devrais essayer ça un jour - bref, je vois ma chance et mords le vampire qui tombe au sol pour le démembrer avec facilité. Jared se retrouve au sol, un nouveau né presque enroulé autour de lui, se préparant à le mordre quand Jasper fait un plongeon et enlève le vampire de  Jared en lui arrachant la tête. Je vais devoir le remercier pour avoir sauvé la vie de mon frère, même si je suis froid avec eux je les aime.

Paul est pris avec deux nouveaux nés sur le dos et un troisième qui essaie de grimper sur lui. Il a beau se débattre, il n’est pas capable de se défaire des trois. Je viens pour m’approcher et l’aider quand je vois le baraqué  courir vers Paul, il en pousse un, retire un autre de son dos, ce qui permet à Paul de se débarrasser du nouveau né restant sur lui et lui arracher la tête. Un autre Cullen que je vais devoir remercier pour avoir sauvé la vie de mon autre frère.

Seth nous dit que la tête rouge est sur la montagne et qu’elle n’est pas seule, elle est avec un mâle qui est déjà venu avec elle sur la réserve. Plusieurs aimeraient le rejoindre mais nous avons notre propre bataille à mener. J’aime bien Seth, c’est un bon petit gars mais pour ma propre sécurité, je dois me concentrer sur notre bataille. Après quelques minutes, je hurle sur Seth, je lui dis de rester concentré sur ce qu’il a à faire car il a lâché sa sangsue des yeux et de la gueule. Il se fait frapper et s’écrase sur une paroi de la montagne en criant de douleur. Le vampire s’éloigne, Seth se relève et s’éloigne pour revenir sans être remarqué par les sangsues.

Sam avec l’aide de Jasper termine le dernier nouveau, enfin, pas vraiment le dernier, il y a une fille qui dit qu’elle n’a jamais voulu participer à cette bataille. Le doc et sa femme lui demandent son nom et tout plein de connerie du genre. Finalement, ils lui offrent de rejoindre leur clan si elle accepte de changer son régime alimentaire, ce qu’elle accepte immédiatement en disant qu’elle n’a jamais aimé tuer les humains. Pendant que le doc et sa femme poursuivent leur discussion avec la petite fille, nous rassemblons les morceaux des nouveaux nés et les empilons. Le baraqué allume les morceaux et une fumée violette d’une odeur plus que nauséabonde envahit la clairière. Nous voyons Seth revenir à l’attaque et en ce faisant, sauve la non-vie du lecteur de pensée. Il met rapidement fin à la sangsue qui accompagne la tête rouge, la sangsue hurle le nom de la tête rouge jusqu’à ce que Seth lui arrache finalement la tête et termine de la démembrer.

La fille Weber nous rejoint avec le lecteur et Seth, la petite voyante annonce que les Volturi arrivent, je me demande bien ce qu’est un Volturi. Le doc dit que nous devons partir avant leur arrivée car ils n’ont aucune trêve avec nous et qu’ils n’auront aucun mal à nous combattre et nous vaincre car ils ont de grands pouvoirs.

Quand, venu de derrière un rocher, un nouveau né apparait et avance vers Paul. Celui-ci s’élance vers l’autre qui  le prend par le cou. Paul ne peut se défaire de l’emprise du vampire. Je cours vers lui et saute au-dessus de Paul l’attrapant par l’épaule gauche. Il lâche son emprise sur Paul et nous roulons en retombant au sol, ce qui a pour effet de lâcher ma prise à mon tour. Le nouveau né en profite pour m’attraper par derrière et enroule ses jambes et ses bras au tour de mon corps. J’essaie de me libérer mais je n’y arrive pas, je n’arrive pas à le faire descendre de mon dos et ma gueule ne se rend pas à lui. D’un mouvement brusque, il compresse le haut de mon corps entre ses bras et ses jambes, brisant plusieurs os. Dans un cillement de douleur, je me redresse sur mes pattes arrière avant de me laisser retomber au sol.

Sam, Jared, Paul et Embry font équipe pour retirer le nouveau né et ensemble ils le déchiquettent en morceau à peine plus gros qu’une pièce de vingt-cinq cent. La douleur est tellement atroce que je reprends forme humaine et me roule sur le côté gauche. Jasper est à mes côtés et me dit de ne pas m’en faire, que tout va bien aller, que le doc va s’occuper de moi. J’ai envie de lui dire de fermer sa putain de gueule mais ça fait trop mal, je sens qu’il essaie d’alléger ma douleur, mais ça ne fonctionne pas. Je suis trop mal pour me rendre compte qu'il essaye d'être amical avec moi.

 

-          Tu n’es qu’une putain d’idiote Isabella Swan, me dit Paul.

 

-          Paul, le reprend durement Sam, il s’agenouille près de ma tête et caresse mes cheveux. Pourquoi as-tu fais ça ?  Pourquoi n’as-tu pas attendue qu’on vienne t’aider ? Je ne peux lui répondre, j’ai trop mal.

 

Le doc annonce que la moitié de mon corps a de multiples fractures et qu’il faut remettre mes os en place avant que je guérisse, ce qui a déjà commencé. La voyante dit que nous devons partir car les autres vampires vont arriver bientôt, Sam dit qu’ils vont m’emmener chez Charlie, je comprends qu’il dit ça pour le doc et le doc promet de venir aussitôt qu’il le peut.

 

-          Meute Swan, dit Sam alertant notre famille.

 

Sam se place à mon épaule droite, Paul à mon épaule gauche, Jared à ma jambe droite et Embry à ma jambe gauche. D’un même mouvement ils me soulèvent et je me mords la langue pour ne pas hurler de douleur.

 

-          Meute Swan, en marche, ordonne Sam.

 

-          C’est bon p’tite sœur, on y va,  on te tient, me dit Paul.

 

Le voyage jusqu’à la réserve est péniblement douloureux et j’ai l’impression que ça prend des heures à nous y rendre. Là aussi, je ne fais pas attention à leur geste à mon égard. Une fois à la maison, les gars me montent à mon lit, aucun ne quitte ma chambre et personne ne peut entrer non plus. Même les ordres que papa donne ne fonctionnent pas sur les gars, papa doit demander à Jacob pour savoir ce qui m’est arrivé. Le doc arrive une éternité plus tard et demande à tous de sortir de ma chambre, ce que Paul refuse de faire, le doc soupire et lui dit que s’il souhaite rester il va devoir aider. Mon jumeau reste planté, montrant sa détermination, ce qui me réchauffe un peu le cœur.

Le doc commence par me recasser les côtes gauches et les replacer comme elles doivent l’être, il fait ensuite la même chose avec mon côté droit, je n’ai pas été capable de retenir mes cris de douleur, faisant sursauter Paul à chaque fois. Le doc, avec l’aide de Paul me fait un bandage très serré autour de mon torse, il dit que c’est pour que tout reste en place le temps que je guérisse. Il s’occupe ensuite de mon bras droit qui a deux fractures. Comme je guéris rapidement, il met mon bras en écharpe. Il s’occupe ensuite de ma jambe gauche, qui à quatre fractures, il fait comme avec mes côtes et met un bandage serré de ma jambe de la cheville à la hanche. Une fois que tout est terminé, il me donne une injection de morphine, il dit qu’il va devoir revenir car mon organisme va brûler la dose trop rapidement. Paul, gentiment, remonte un drap jusqu’à ma taille car je suis toujours nue mais en ce moment je m’en fous totalement. De toute façon, avec le bandage sur mon torse, ma poitrine est cachée.

Le doc sort de ma chambre et j’entends Sam demander s’ils peuvent venir, ce qu’il accepte en leur disant que j’ai besoin de repos. Il va au salon et répond aux nombreuses questions de papa. Sam et Jared s’installent sur le côté gauche de mon lit et Embry va avec Paul à ma droite. Je remarque que les quatre ont les yeux jaunes et que leurs crocs dépassent un peu de leurs lèvres.

 

-          Je devrais m’essayer pour prédire l’avenir, dis-je en regardant Jared. Je te l’avais dit que quelqu’un allait être blessé, j’essaie de rire un peu mais ça fait tellement mal que j’en grimace.

 

Quatre grondements répondent à ma mauvaise, très mauvaise blague.  Je remercie les gars d’être là, je leur dis que je dois me reposer. Avant de partir, Sam me demande si je veux un verre d’eau, ce que je refuse. Il embrasse mon front et sors de la chambre. Jared me demande si j’ai besoin d’un ou deux oreillers de plus. Je refuse, il embrasse mon front et sors de ma chambre. Embry me demande si je suis certaine que je n’ai besoin de rien, je répète que j’ai tout ce qu’il me faut, il m’embrasse le front et sors de ma chambre me laissant seule avec Paul.  Ce dernier me regarde fixement pendant plusieurs minutes, il ouvre la bouche à quelques reprises, mais ne dit rien. Il me regarde une dernière fois avant de sortir de ma chambre, j’ai vu la larme unique couler sur sa joue.

Il me faut une semaine pour que mes os soient complètement guéris, mais le doc me conseille quand même d’attendre avant de me transformer, juste pour être sûr. Je lui dis que je vais écouter ce qu’il dit et le remercie pour ce qu’il a fait. Il me répond que c’est normal et retourne chez lui, je sais qu’il ne viendra plus ici, c’est sa dernière visite et malgré le fait que certains d’entre eux ait sauvé la vie de quelques loups, il ne peut pas revenir à La Push. Je trouve cela idiot mais je comprends aussi.

Une fois que ma convalescence est terminée, j’ai l’autorisation de sortir, j’en profite pour aller voir Emily et Sam. Nous discutons de tout et de rien et nous rions même un peu, je les embrasses tous les deux et retourne à la maison. Je passe le reste de la journée avec Jared, Kim et Embry, regardons un film et jouons un peu à la Wii. Je vais voir Paul qui est dans sa chambre, je m’assois près de lui et lui dis que je suis contente qu’il n’ait pas été blessé, je l’embrase sur la joue et vais dans ma chambre, jette un dernier coup d’œil avant de fermer ma porte. Je dis que j’ai des choses à faire et de ne pas m’attendre pour le souper. Je monte dans ma jeep et je file en direction de la maison des Cullen. À mon arrivé, les Cullen, plus la fille Weber, sont à l’extérieur, ils ont l’air surpris de me voir.

 

-          Est-ce que tout va bien Isabella ? Me demande le doc.

 

-          C’est Bella doc, lui dis-je en soupirant.

 

-          Est-ce que tout va bien Bella ? Redemande-t-il en souriant.

 

-          Tout va bien doc. À vrai dire je suis ici pour te remercier Emmett, dis-je en regardant le baraqué. Tu as sauvé la vie de Paul, mon frère, mon jumeau et je ne pourrai jamais te remercier assez pour ça, je lui souris un peu.

 

-          Ton jumeau ! S'étonne-t-il, je hoche la tête.

 

-          Je veux te remercier Jasper, lui dis-je en essayant de lui envoyer toute ma gratitude. En plus de nous avoir appris à nous battre contre les nouveau-nés, tu as sauvé mon frère Jared et tout comme pour Emmett, je ne pourrai jamais te remercier assez pour ça. Il ne répondit rien. Angela, je ne t’apprécie pas vraiment. Mais je crois en toute honnêteté et je vais te dire un secret, mon frère Paul s’est imprégné de toi quand il t’a trouvé, roulé en boule dans la neige après qu’il t’est abandonné dans la forêt, elle fronce des sourcils. L’imprégnation est la façon dont les loups trouvent leur âme sœur, expliquais-je.

 

-          C’est impossible, je suis la compagne d’Edward et de tout façon Paul me déteste, me dit-elle.

 

-          J’ai fait quelques recherches, j’ai discuté avec des gens, je regarde rapidement le doc, et j’ai découvert que si un vampire trouve son âme sœur parmi les humains il va transformer cette personne le moment même où leurs lèvres se touchent, dis-je, le doc hoche la tête. Et Paul ne te hait pas, c’est le fait que tu passais tout ton temps avec Jacob sans un regard pour lui qui le mettait en colère et avant qu’un de vous ne dise que les loups sont dangereux, Paul ne pourra jamais blesser Angela, d’aucune façon, jamais, elle est la personne qui le complète totalement et il va préférer se blesser lui-même avant de la blesser elle. Doc, je vous remercie pour tous les merveilleux soins que vous m’avez donné, je ne sais pas ce qui me serait arrivé si vous n’aviez pas été là,finissais-je.

 

-          Ça m’a fait plaisir de le faire, il me sourit.

 

Je m’excuse de les avoir dérangés si longtemps et retourne à ma Jeep. Jasper me rejoint et me demande si j’ai le temps de lui parler seule à seul. Je hoche la tête, c’est bien le moins que je puisse faire. Il me conduit à une certaine distance de la maison des Cullen, sûrement pour ne pas être entendu.

 

-          Tu es une personne étrange Bella, autant avant tu dégageais que de la colère et de la rancune, autant maintenant tu dégages bien être et paix. Est-ce que je peux en savoir la raison ?

 

-          C’est très simple, souris-je, je suis en paix avec moi-même.

 

-          Il y a plus, dit-il en plissant les yeux. Je secoue la tête et le serre dans mes bras, il se tend, mais se relaxe rapidement.

 

-          Tu es un homme bien Jasper, ne laisse jamais personne te dire le contraire, je lui souris encore. Si la situation aurait été différente, je suis certaine qu’on aurait pu être de très bons amis, peut-être même plus pensais-je. Au revoir Jasper.

 

Je sens le regard de Jasper sur moi tout en m’éloignant, je crois que je l’ai choqué. Je remonte dans ma jeep et m’éloigne de la maison des Cullen, je passe devant la maison Weber, le commissariat, l’école, l’épicerie et me dirige vers la sortie de Forks. J’ai à peine passé la fameuse pancarte qui dit ‘’Forks vous salue et à bientôt’’ que quatre hurlements retentissent. Ils ont fait vite, mais j’ignore les hurlements et continue ma route quand devant moi, quatre loup et un vampire se tiennent au milieu de la route m'obligeant à piler. Je descends de voiture et leur demande ce qui se passe avec eux.

 

-          Je suis qu’un trou de cul Boo, tu as toutes les raisons du monde de m’en vouloir et de ne plus me parler et même de me botter le cul, mais Boo, ne me quitte pas, je ne pourrai pas survivre sans toi, je ne suis pas complet sans toi et je suis fatigué d’être loin de toi. Je t’aime Boo et j’ai eu tellement peur de te perdre, me dit Paul.

 

-          Je suis le pire des grands frères qui puisse exister, tu venais à la maison et je n’ai jamais vue que tu n’allais pas bien. J’étais trop concentré sur mon propre petit bonheur pour voir que tu étais malheureuse. Je t’aime et j’ai eu tellement peur de te perdre Bell, me dit Sam.

 

-          Qu’est-ce que je vais faire sans toi Belsy ? Comment je vais faire pour savoir si je dis la bonne chose à une fille ? Tu n’as pas le droit de m’abandonner, nous abandonner toi aussi comme l’a fait celle qui nous sert de mère. Je t’aime Belsy et j’ai tellement eu peur de te perdre, me dit Embry.

 

-          Je t’aime Belly, je ne peux pas vivre sans toi p’tite sœur. Je sais tu vas dire que j’ai Kim, mais sans toi ça ne sera pas pareil. Avec qui je vais faire mes blagues vaseuses si tu n’es pas là ? Je t’aime et j’ai vraiment et peur de te perdre Belly, me dit Jared.

 

-          Je ne te connais pas Bella, je sais ce que tu cherches et je sais que tu le trouveras dans deux ans. Si tu veux partir fais-le, mais fait en sorte d’être ici dans deux ans car tu n’auras pas de seconde chance, c’est la seule et unique chance que tu auras d'être heureuse avec lui. Bonne chance Bella, me dit la voyante.

 

-          Je ne sais pas à quoi vous avez pensé mais je vais seulement à Port Angeles passer deux jours dans un spa. Je crois que je mérite de me faire dorloter un peu après ce que j’ai vécu, leur mentis-je.

 

Les gars éclatent de rire et moi aussi laissant tomber la pression en me demandant où ils ont su que je pensais partir. Qu’a voulu dire la voyante en me disant ça ? De qui parlait-elle ?

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE À TOUTES ET TOUS !

 

Chapitre neuf

 

Deux mois après la bataille contre l’armée de nouveau-né, les Cullen nous ont appris que le clan des Volturi va venir à Forks car Angela n’est pas une vampire comme l’avait prévue l’entente qu’ils avaient avec le lecteur et elle. Sam demande s’il est possible de les vaincre et doc est catégorique, les Volturi sont trop puissant, il nous explique que les Volturi sont comme les rois dans leur monde et que les chefs, ont une armée de vampire matures qui ont tous un pouvoir, qu’il soit mental ou physique. Il nous parle, entre autre, des jumeaux qui peuvent provoquer la douleur ou couper tous nos sens.

La voyante nous dit qu’il y a une possibilité de tous nous en sortir sans réel perte, que se soit pour eux ou pour nous. Il faut que Paul soit présent car l’un des rois peut voir les liens entre les personnes et que s’il voit le lien d’âme sœur entre Paul et Angela, il plaidera en faveur de laisser Angela humaine car il ne voudra pas avoir un compagnon qui voudra venger sa compagne si elle meurt ou est transformé en son ennemi naturel.

 

-          Si Paul se point le museau devant ces sangsues royal, j’y vais aussi, je ne le laisserai pas seul devant eux, dis-je.

 

-          Si Paul et Belly y vont, j’y vais aussi, dit Jared.

 

-          Je vais être là aussi avec eux, dit Embry.

 

-          Très bien, j’y vais aussi, mais aucun autre, dit Sam avec un ordre dans la dernière partie.

 

-          La meute Swan au grand complet, dit Jacob un peu exaspéré.

 

Je me tourne vers Angela qui, je remarque pour la première fois n’est pas si près du lecteur qu’elle avait l’habitude avant.

 

-          Est-ce que tu as l’intention de rester humaine ou tu vas être transformé plus tard ? Demandais-je à Angela.

 

-          Après ce que tu m’as dit, quand tu es venue chez les Cullen, j’ai discuté avec Carlisle et il a confirmé ce que tu avais dit. J’étais tellement en colère contre Edward et Alice, car les deux m’ont dit à mainte reprise que j’étais l’âme sœur d’Edward, que j’ai préféré m’éloigner. J’ai été passé quelques temps avec ma mère et j’ai beaucoup pensé sans personne pour m’influencer. J’ai réalisé que je ne voulais pas être une vampire, je voulais seulement être aimé et ne pas avoir mal. Le concept d’âme sœur est la promesse d’être aimé et chérie pour une vie ou l’éternité sans la douleur d’une séparation et se retrouvé seule. J’ai réalisé que j’aimais plus le concept de ne jamais être seul que le fais qu’il faillait que je devienne une vampire, m’explique-t-elle.

 

-          C’est bien, lui dis-je.

 

-          Avant que tu ne le demandes, Paul et moi avons pris contact  quand j’étais chez ma mère et nous avons décidé de prendre le temps de nous connaitre avant de s’impliquer dans une relation, me précise-t-elle.

 

-          C’est très bien, lui dis-je en souriant.

 

Le lecteur s’impatiente un peu et ça me fait sourire, le pauvre petit a perdu son joujou. Je suis heureuse tout d’un coup qu’il ne puisse pas entendre mes pensés.

 

-          Tout est bien beau, mais que va-t-il vous arrivé ? Demandais-je aux Cullen.

 

-          Rien n’est décidé, dit Alice. Il y a plusieurs possibilité d’avenir, allant de rien du tout, de la séparation de la famille, de la destruction pour certain et un enrôlement obligatoire pour les autres et toutes les possibilités entre tout ça, dit-elle.

 

-           Je vois, dis-je. Quand seront-ils ici ? Demandais-je.

 

-          Dans deux jours, répond le doc.

 

-          On sera là, dit Sam.

Nous saluons les Cullen et nous prenons la route vers la réserve. Que va-t-il se passer dans deux jours ? Que va-t-il se passer pour les Cullen dans deux jours ? Ce n’est pas que ça me touche particulièrement, c’est juste qu’ils ne sont pas si pire que ça. S’il n’était pas des sangsues je pourrais probablement être amis avec Emmett et sa femme ainsi que Jasper, je ne suis pas certaine pour Alice par contre et certainement pas avec le coincé de lecteur. Je sais que j’ai un peu pris la place de Sam avec mes questions, mais je sais aussi que ça ne le dérange pas, il n’est pas un homme qui parle beaucoup.

Nous avons tous entendue le sarcasme dans la voix de Jacob quand il a dit ‘’la meute Swan’’, mais c’est ce que nous sommes, nous sommes une meute dans la meute, c’est peut-être dû au fait que nous sommes une famille ou le fait que les gènes de coyote en nous qui nous unis d’une façon différente. Le terme meute Swan est venu après la bataille, quand Sam et les gars m’ont ramené à la maison et il n’a jamais quitté depuis ce temps.

Deux jours, nous avons deux jours avant que les sangsues royales arrivent, deux jours avant de, peut-être, être tuer pour ce que nous sommes. Deux jours pour Paul de se faire à l’idée que sa compagne risque d’être transformé en vampire. Deux petits jours à me demander ce qu’il va nous arriver, deux petits jours à m’inquiéter pour l’avenir. Arrivé à la réserve, on ne se dit rien et chacun prend une direction opposé. Sam retourne chez lui, Jared va chez Kim, Paul monte à sa chambre et Embry va chez Jacob et moi, moi qui n’a pas d’amis, moi qui n’a pas de compagnon, moi qui est seul, je vais dans la forêt et me transforme et je profite seulement d’être dans cette forme. Je vais à la chute et il est là comme la première fois que je l’ai rencontré, sauf que cette fois,  je change de forme et m’avance lentement. Il me regarde et me fait un petit sourire. Je m’assois au sol de mon coté de la frontière et nos yeux se rencontre.

 

-          Bonjour Bella, me salut-il.

 

-          Bonjour, lui dis-je.

 

-          Que fais-tu ici ? Me demande-t-il.

 

-          J’avais envie de me promener, lui dis-je. Et toi ? Demandais-je.

 

-          Il y avait trop d’émotion négative à la maison, dit-il en tournant la tête vers la chute.

Je me demande comment ça doit être de ressentir les émotions des autres en permanences. J’ai été un temps que je ressentais Paul quand nous n’étions pas près physiquement l’un de l’autre, j’essaie de multiplier ça par mille, car Jasper c’est tout le temps et tout le monde, et je crois que je deviendrais folle. Je me lève et lui envoie le plus d’ondes positives que je peux, je le vois sursauté un peu, je m’éloigne en silence et juste au moment ou je vais changer de forme, je crois entendre Jasper dire merci, mais je ne suis pas certaine. Je retourne à la maison ou Paul me dit qu’Angela va venir passer la soirée à la maison, je lui demande s’il veut que je les laisse seul, il me dit que non, il me dit qu’il faut que moi, Embry, Jared et Kim soyons là, car Angela ne veut pas être seule avec lui, pour l’instant. ‘’Elle ne veut pas être seule avec lui pour l’instant’’, comme si nous avions beaucoup de temps devant nous quand en réalité, nous avons au minimum deux jours et peut-être plus.

Paul est allé à Forks pour louer quelques films, dans son empressement, le con, a oublié qu’Angela allait bientôt arriver. Je regarde le salon en me disant que je devrais faire un peu de ménage, ce n’est pas que c’est sale, c’est juste qu’il y a quelques cannettes de bières et de soda qui trainent, les boîtiers de jeux et de films. Il y a quelques vêtements, des t-shirt en majorité. Finalement, au lieu de ramasser, je vais m’assoir sur la balancelle dehors et profite du soleil.

Angela arrive avant Paul, elle a l’air mal à l’aise, je la salue et lui dit que mon nigaud de frère est à Forks, elle a l’air surprise, je lui explique qu’il est allé louer des films et qu’il a oublié de l’attendre, elle rie un peu. Je lui dis qu’elle peut s’assoir avec moi ou elle peut entrer à l’intérieur, avant même qu’elle me dise sa décision, je lui dis que je n’ai pas fait le ménage donc… Elle me dit qu’elle préfère voir de la poussière sur les meubles qu’un endroit immaculé comme chez les Cullen. Elle s’assoit sur la balancelle à côté de moi.

 

-          Je sais que tu as passé beaucoup de temps chez les Cullen, je sais aussi que tu les aimes beaucoup, mais s’il te plait, pour ma santé mental, ne nous compare pas à eux, lui dis-je.

 

-          Ils sont de bonnes personnes tu sais, me dit-elle.

 

-          Pour la plus part d’entre eux, je suis en accord avec toi, lui dis-je en la regardant droit dans les yeux. N’essaie pas de me dire qu’ils ne nous ont jamais donné le nom de chien, de bâtard ou autre terme canin en parlant de nous, lui dis-je.

Elle baisse un peu la tête, je rie un peu et lui dit de ne jamais avoir honte de ce que les gens disent ou font, ou même de ce qu’elle dit et fait. Elle me demande ce que je vais faire une fois mes études terminer, je lui souris tristement.

 

-          Je voulais être enseignante avant de me transformer, lui dis-je, mais une fois que je ne me transformerai plus, je ne sais pas.

 

-          Est-ce que je peux te poser une question personnelle ? Je hoche la tête. Je l’ai demandé à Paul, mais il n’a pas voulu me répondre et ça me chicotte, explique-t-elle. Qu’est-ce qui provoque le changement ?

 

-          Tu es certaine que tu veux savoir ça ? Lui demandais-je, elle hoche la tête. C’est la présence prolongé de vampire dans le coin qui active le gène qui fait qu’on est ce qu’on est, lui répondis-je.

 

-          Tu veux dire que… Commence-t-elle.

 

-          Que les Cullen sont responsable de notre transformation, terminais-je à sa place. Je leur en ai voulu, comme tous les autres d’ailleurs, mais Sam a été le pire je crois. Tu sais qu’il a dû abandonner sa bourse complète en médecine parce qu’il s’est transformé, lui dis-je.

 

-          Non je ne savais pas et je crois que les Cullen ne le savent pas non plus, murmure-t-elle.

 

-          Y en a un qui le sait, lui dis-je.

Angela ouvre la bouche et la referme un peu comme un poisson hors de l’eau en me regardant comme si j’avais deux têtes. Je lui dis qu’aucun d’entre nous ne lui mentira jamais. Elle secoue la tête et dit qu’elle pensait qu’il était parfait mais que depuis un temps, elle se rend compte qu’il n’est parfait que physiquement. Je lui dis que Paul va être là dans quelques minutes, elle fronce les sourcils, je souris en lui disant que j’entends le moteur du camion de Paul. Elle soupire et murmure que ça va être encore gênant d’utiliser les toilettes, j’éclate de rire et dis que nous aussi ont les utilisent les toilettes et qu’on mange et qu’on pète et on rote, elle éclate de rire juste comme Paul arrive. Il descend rapidement de son camion, monte sur la galerie et s’arrête près de nous, je laisse ma place à Paul en disant que j’ai besoin d’aller au petit coin.

Le reste de l’après-midi et la soirée c’est bien déroulé, la pauvre a commise quelques bourdes comme en utilisant, moment humain ou s’excuser quand elle s’est coupé. Nous n’avons pas utilisé le terme sangsue, sang froid ou parasite devant Angela. À vrai dire, nous ne lui avons presque pas parlé des vampires, quand nous l’avons fait, c’est  que c’est elle qui en a parlé en posant des questions sur la bataille contre les nouveau-nés. Comme nous sommes une famille du genre à répondre aux questions, nous avons répondue à ces questions sans rien cacher. Il parait que sur ce point on est mieux que les Cullen.

Nous reparlons de la première fois qu’Angela est venue à la réserve et le comportement de Jacob, elle éclate de rire en disant qu’elle s’en souvient très bien et qu’elle était tellement mal pour lui, en plus, son père qui riait à gorge déployé. Paul lui dit que s’il l’avait regardé ce jour là, il se serait imprégné, moi je suis du genre à penser que rien n’arrive pour rien. Lorsque papa arrive de travailler, il n’arrive pas seul, le pasteur l’accompagne et Angela lui demande si tout va bien, le pasteur soupire fortement en lui disant qu’il pense changer de numéro de téléphone car il parait qu’Edwin n’arrête pas de téléphoner et qu’il a préféré s’en aller.

 

-          Qui est Edwin ? Demande Embry.

 

-          L’ancien copain d’Angela, répond le pasteur.

 

-          Ah, Edward Cullen, le reprend Embry.

 

-          C’est ce que j’ai dit, Edwin, répète le pasteur. Mon père regarde son ami et lui dit très sérieusement.

 

-          Au point de vue de la loi, cet Edmund est impeccable, je me mords les lèvres pour ne pas rire.

 

-          Je vais porter plainte pour harcèlement, crache le pasteur.

 

-          Contre qui ? Demande Jared sérieusement.

 

-          Contre Edwin Cullen, dit le pasteur avec impatience.

Jared étant ce qu’il est éclate de rire, immédiatement suivit par Kim, Paul, moi, papa, Embry, Angela et finalement le pasteur rit lui aussi en disant qu’il n’a jamais aimé ce garçon et qu’en défaisant son nom, c’est une façon de le montrer. Papa et le pasteur vont s’assoir à l’extérieur et nous laisse à notre film, nous entendons, sauf Angela et Kim, les deux hommes discuter et nous sommes tous surpris de ce que nous entendons. Angela demande ce qui se passe quand nos têtes se tournent légèrement.

Le pasteur confi à papa qu’il a peur pour sa fille, il a peur que si elle s’embarque dans une relation avec Paul qu’elle souffre comme elle a souffert avec Cullen et qu’il ne souhaite pas ça. Papa lui dit qu’il comprend est essaie de le rassurer en lui disant que Paul ne pourra jamais faire souffrir Angela. Il lui rappelle ce que nous sommes et qu’à cause de ça, il est impossible pour Paul de la faire souffrir. Papa lui dit que le jour ou Paul et Angela seront un véritable couple et pas seulement des amis, ce sera comme Sam et Emily ou Jared et Kim, le pasteur soupire de soulagement. Paul voulant être honnête avec Angela répète ce que nous venons d’entendre, elle dit qu’elle va devoir avoir une discussion avec son père.

Sam, Emily, Jared, Kim, Paul, Angela, Embry et moi passons la journée sur la plage à rire, à jouer à des jeux, à nager, à manger quand je propose d’aller sauter des falaises. Angela se raidit et dit qu’elle ne préfère pas, sa dernière expérience ne fut pas très agréable. Paul la rassure en disant qu’elle n’est pas obliger de sauter et que si elle veut le faire, il va sauter avec elle. Elle accepte finalement. Le chemin le plus rapide pour nous rendre est d’y aller en loup, les gars se transforme et se couche au sol, j’aide les filles à s’installer avant de changer de forme, une fois arrivée, j’aide les filles à descendre. Sam saute le premier avec Emily, elle aime sauter des falaises mais pas seule, ensuite c’est Jared et Kim, quand vient le tour de Paul, Angela recule un peu. Je vois et ressens la tristesse de Paul, je passe près de lui en courant et plonge, rapidement suivit d’Embry. Nous regardons vers le haut de la falaise et Paul saute, avec Angela qui hurle jusqu’à ce qu’ils atteignent l’eau. Une fois à la surface de l’eau, Angela éclate de rire et elle dit que c’est vraiment super et qu’elle veut recommencer.

Nous allumons un feu et les autres membres de la meute nous rejoignent, Jacob est en colère qu’Angela ait passé la journée avec Paul, il croit toujours qu’elle sera à lui un jour. Plusieurs membre de la tribu se joignent aussi à nous, et oncle Billy et papa en font parti, oncle Billy commence à raconter les légendes, qui ont bercé l’enfance de tous les gens présent. Pour la première fois, papa raconte les légendes Abénakis, ce qui émerveille ceux qui ne les avaient jamais entendus. Une fois qu’il a terminé, oncle Billy le remercie d’avoir partagé ces légendes avec nous, papa lui fait un sourire et ne dis rien.

Après que le feu soit éteint, que Sam et Emily soit retourné chez eux que Jared est accompagné Kim chez elle et que Paul raccompagne Angela à Forks, je me retrouve seule avec Embry, Jacob, Quil et Seth. Quil nous demande ce que nous pensons qu’il va nous arriver le lendemain, je lui dis que seul l’avenir nous le dira. Jacob dit qu’il souhaite que les Cullen disparaissent, qu’Angela reste humaine et que Paul ne revienne pas. Mon poing va s’abattre sur le nez de Jacob et sans lui laisser le temps de réagir, je commence à le frapper, il tombe au sol et je continue de le frapper. Il a fallu les trois autres pour me dégager de Jacob qui a le visage en sang et il est presque inconscient. Trop en colère pour retourner à la maison, je me transforme sans enlever mes vêtements et je cours dans la forêt, détruisant des arbres sur mon passage. Je me retrouve à la chute et reprends forme humaine, me foutant d’être à poil, je veux être seule dans mes pensés et je sais que si je reste en loup, je ne serai pas seule longtemps.

 

-          Es-tu blessée ? Me demande la voix de Jasper. C’est étrange, je ne l’ai pas entendu ni senti venir. Je peux sentir du sang, explique-t-il.

 

-          Ce n’est pas le mien, lui répondis-je.

 

-          Que c’est-il passé ? Me demande-t-il.

Sans que je ne sache d’où ça me venait, je commence à lui parler de ma vie, je lui raconte mon enfance, la vie à la maison, les moqueries des autres, ma solitude parmi ma famille,  l’abandon de notre mère après leur arrivé, nos transformations, la vie en tant que loup et les sacrifices que nous avons dû faire et reparle de ma solitude. Je lui parle de l’imprégnation de mes frères et que j’aimerais connaitre ça, je lui dis que j’ai essayé de m’éloigner de tout ça, mais que je n’ai pas réussi à cause de son épouse. Je lui parle de mon inquiétude pour la rencontre avec leurs rois et je termine avec le commentaire de Jacob en rapport avec Paul et que j’ai laissé ma meilleure amie, la colère, prendre le dessus sur moi. Il m’a écouté sans rien dire. Il enlève la chemise qu’il porte par-dessus son t-shirt et me la lance.

 

-          Je suis peut-être un vampire, mais je suis un homme avant tout, il fait un petit sourire en coin.

 

-          Ce n’est pas la première fois que tu me vois nue pourtant, lui rappelais-je.

 

-          La situation était différente, tu souffrais tellement. J’aurais aimé pouvoir prendre ta douleur, me dit-il.

 

-          Je sais que tu as essayé, lui souris-je en mettant la chemise.

Je peux sentir l’odeur de vampire sur la chemise, mais en moins prononcé. Il y a l’odeur de Jasper lui-même, une odeur de soleil, de vent du Sud et de musc. Une odeur agréable quoi. Jasper me parle de sa vie humaine, de comment il a menti pour s’enrôler dans l’armée, du fait qu’il a été le plus jeune major, de comment il a été transformé. Il me parle de sa vie en tant que vampire et ce qu’il a fait, il me parle de sa rencontre avec Peter et par la suite Charlotte. Il me dit aussi comment il s’est enfui avec Peter quand ce dernier est revenu pour le sortir de cet enfer. Il me parle de sa rencontre avec Alice et par la suite avec les Cullen.

 

-          Je vais te confier un secret, me dit-il. Seul moi et Alice le savons, précise-t-il. Alice et moi ne sommes pas des compagnons, nous ne sommes pas mariés non plus, je fronce des sourcils. Nous le faisons croire aux autres car dans notre monde un vampire sans compagne est un vampire disponible et nous ne voulons pas de ça. Elle et moi voulons attendre d’avoir trouvé nos compagnons respectifs avant de dire la vérité aux autres, me sourit-il.

Je le regarde et je suis certaine qu’il ressent et vois ma surprise, j’étais certain que la voyante était sa compagne, mais ça ne change rien, il reste qu’il est un vampire et que je suis un loup, nous sommes des ennemis naturel et rien ne pourrais être possible entre nos espèces et de toute façon, je ne veux pas m’impliquer dans une relation tant que la menace de l’imprégnation plane au dessus de moi.

 

-          On se revoit demain, lui dis-je en enlevant sa chemise que je lui lance. Je vois ces yeux noircir.

Je prends ma forme de loup, il me souhaite une bonne nuit et il me dit à bientôt. Je suis presque arrivé à la maison que Sam me demande ce qui m’a pris d’attaquer Jacob de cette façon, au lieu de lui dire, je lui montre ce qui c’est passé après qu’il soit parti. Quand il entend ce que Jacob a dit au sujet de Paul, il grogne fortement, il me dit de me rendre à la salle du conseil, oncle Billy demande une réunion d’urgence.

Avant d’entrer dans la salle du conseil, Sam demande à tous de se transformer et ordonne à Embry, Quil, Jacob et Seth de nous montrer ce qui c’est passé sur la plage. Nous voyons et entendons ce que Jacob a dit et la réaction que j’ai eu. Les autres reprennent forme humaine et Embry me donne des vêtements, je m’habille et nous entrons dans la salle. Sam s’installe à gauche de la salle avec Jared, Paul, Embry et moi. Jacob est à droite avec Quil et Seth. Vieux Quil prend la parole en disant qu’il constate qu’il y a une division dans la meute, je renifle à ça. Billy veut que Sam passe ces pouvoirs d’alpha à Jacob, il dit qu’il est temps qu’un Black soit à la tête de la meute comme il a toujours été.

 

-          Je ne me soumettrai jamais à Jacob, je reste fidèle à Sam, dis-je immédiatement suivit par Jared, Paul et Embry.

Vieux Quil demande la raison de cette décision et je lui raconte ce que Jacob a dit et que Jacob veut être l’alpha pour ordonner à Paul de lui laisser Angela. Vieux Quil et Sue, qui a pris la place de Harry après son décès, hoquètent de surprise. Oncle Billy dit que je mens, je lève un sourcil et je lui rappelle qu’il ne peut lire et voir dans les pensés de Jacob comme nous le faisons. Jacob essaie de nous donner un ordre alpha, seul Quil et Seth font ce qui est ordonné. Oncle Billy commence à dire qu’il ne peut y avoir deux meutes, qu’il n’y a jamais eu deux meutes et que ce n’est pas aujourd’hui que ça allait commencer. Jacob essaie encore de nous donner un ordre et rien ne fonctionne, Sam nous ordonne de sauter sur place et nous le faisons. Sam lève son ordre et regarde les anciens.

 

-          Désormais il va y avoir deux meutes, la meute de Jacob Black et la meute Swan, dit Sam.

Nous sortons de la salle malgré que Jacob essaie de nous ordonner de revenir dans la salle et de nous soumettre à lui. Vieux Quil nous sourit, tandis que Sue à l’air surprise et oncle Billy est en colère. Je suis certaine qu’il va essayer de parler avec papa et si rien ne fonctionne, le pire qui va arriver est que nous serons bannis de la réserve.

Chapitre dix

 

Le matin est arrivé trop tôt à mon goût et comme prévue nous allons tous partir ensemble sous notre forme de loup pour nous rendre chez les Cullen. Nous savons que les sangsues royales sont arrivées car le doc en a visé Sam. Nous sommes tous derrière la maison familiale,  je regarde Sam enlacer et embrasser tendrement Emily, lui promettant de revenir. Jared bouffe les amygdales de Kim et lui promet, lui aussi, de revenir près d’elle. Paul est nerveux, je sais qu’il a peur pour Angela et qu’il aimerait qu’elle soit ici, près de lui. Une fois que Sam et Jared ont terminé d’embrasser et de rassurer leurs compagnes, Sam nous dit qu’il est l’heure de partir. Sans nous cacher, les uns des autres, on se déshabille, en gardant nos sous-vêtements et dans une parfaite synchronisation, nous prenons notre forme de loup.

Papa hoche la tête et nous marchons vers la forêt en prenant la position d’un ‘’V’’ inversé. Sam en tête, suivit par Jared et Paul, Embry et moi derrière les deux gars, je suis derrière Paul.

En passant la frontière, nous hurlons tous, un petit hurlement, nous savons que les Cullen et leurs ‘’invités’’ nous ont entendu et qu’ils savent que nous approchons. Comme je le pensais, ils sont tous à l’extérieur et nous regardent approcher. Les nouvelles sangsues nous regardent avec fascination pour certaines, peur pour d’autres et finalement dégoût. Nous arrêtons d’avancer et on se place en ligne, Sam au centre, Jared et Embry à sa gauche et Paul et moi à sa droite.

 

-          Quel drôle de compagnie vous gradé, dit une sangsue aux cheveux noirs et longs.

 

-          Ce sont des enfants de la lune, nous devons les détruire, dit l’albinos.

 

-          Ce ne sont pas des enfants de la lune, le soleil est levé, dit le doc. Ils sont des protecteurs, annonce-t-il. Il protège leur territoire des vampires, explique-t-il.

 

-          Ils sont quand même une menace, dit l’albinos.

 

-          S’ils seraient une menace, ils n’auraient pas prévenu de leurs arrivés et auraient immédiatement attaqué, dit le doc.

 

-          Comment pouvons-nous être certains de ce que tu avances mon cher Carlisle ? Demande la sangsue aux cheveux noirs.

 

Nous avions pensé qu’une chose comme celle-ci pourrait être demandé, Sam reprend forme humaine et enfile son pantalon devant le regard de tous. Le vampire aux cheveux noirs regarde Sam avec fascination, il demande si nous pouvons tous faire ça, Sam répond positivement et ajoute que pour l’instant, seulement lui aura sa forme humaine.

L’albinos soupire fortement, il dit qu’ils sont ici pour régler le ‘’problème’’ qu’est l’humaine, Paul grogne fortement, l’albinos fait un sourire méchant et dit qu’il savait que nous étions pour attaquer. Angela s’approche de Paul, malgré que le lecteur lui dise de ne pas le faire, une fois qu’elle met sa main dans son pelage, Paul cesse de grogner. Sam explique qu’Angela est l’âme sœur de Paul et que la menace faite à son encontre le rend plus apte à laisser ces instincts prendre le dessus. L’albinos dit que c’est impossible car elle est la compagne du lecteur, faisant grogner Paul encore une fois.

 

-          Elle est bel et bien sa compagne, dit un vampire aux cheveux bruns et longs. Il tend une main aux cheveux noirs.

 

-          Tu as raison mon frère, dit les cheveux noirs. Il n’empêche qu’elle sait pour nous, ajoute-t-il, elle doit subir la conséquence d’un tel savoir.

 

-          Notre existence est directement reliée à celle des vampires, dis-je reprenant ma forme humaine. Nous existons car les vampires existent. Nous ne sommes pas les seuls protecteurs qui existent. Il y a des coyotes au Canada, ainsi que des ours brun et blanc, il y a des lions, des léopards, des renards et autre prédateurs. La forme ne dépend que de l’endroit ou les protecteurs sont, expliquais-je. Jasper me couvre de sa chemise en me faisant un clin d’œil et un petit sourire en coin.

 

-          Si nous la tuons ou la transformons, qu’allez-vous faire ? Vous n’êtes que cinq, dit l’albinos.

 

-          Combien croyez-vous qu’il y a de protecteur sur la planète ? Demandais-je, il lève les sourcils.

 

-          Est-ce une menace ? Demande-t-il.

 

-          Non, une promesse, dis-je entre mes dents.

Le vampire aux cheveux noirs dit qu’il ne souhaite pas nous faire du mal et qu’il a peut-être une solution, le lecteur lui dit qu’aucun de nous ne voudras aller avec lui et leur servir d’expérience ainsi que de chien de garde. Le vampire aux cheveux noirs dit que c’est dommage, je sens quelque chose faire pression sur ma tête, je reprends ma forme de loup et je fais un bond vers l’arrière et cours dans la forêt, je reviens avec une petite vampire blonde dans la gueule, mes crocs la tenant par le ventre.

Les cheveux noirs demandent ce qui se passe et le lecteur dit que Jane m’a attaqué avec son pouvoir, ce qui a provoqué la situation. Comment sait-il ça lui ? Il ne lit pas dans mes pensés. Le brun demande si cela est vrai, la petite répond positivement malgré la douleur qu’elle ressent. Le brun dit que l’humaine va rester humaine car il ne veut pas séparer des compagnons. Il dit ensuite que les Cullen devront être puni pour ce qu’ils ont fait et comme c’est leur première offense, la punition ne sera pas la mort.

L’albinos dit que ce n’est pas à lui de prendre une telle décision, le brun lui rappelle qu’il est le plus vieux des trois, qu’il est le roi des rois, qu’il est celui qui les a créé et qu’il peut très bien mettre fin à son existence. 

 

-          Vous pouvez partir en paix protecteur, nous ne toucheront pas à votre tribu ni à la compagne de l’un d’entre vous, dit-il.

Sam aide Angela à monter sur le dos de Paul et ce dernier décolle à toute vitesse vers La Push. Sam reprend sa forme de loup et lentement on s’éloigne des sangsues sans les lâcher des yeux, nous ne voulons prendre aucune chance. Sam m’engueule pour avoir pris la parole et une fois qu’il a terminé de m’engueuler, il me demande ou j’ai pris l’information, j’éclate de rire et je lui dis internet. J’explique qu’un soir je m’ennuyais et j’ai cherché ‘’Les grands protecteurs’’ et j’ai trouvé des légendes de différentes nations. Je me suis dis que si nos légendes étaient vrais, pourquoi pas les leurs.

 

-          Oh fuckytifuck Belly, tu as pas fais ça ? Demande Jared en riant.

 

-          Je n’ai pas menti Jared, j’ai dit qu’il existait d’autres protecteurs, crois-tu réellement qu’on est les seuls ? Demandais-je à mon tour.

 

-          J’aimais bien croire qu’on était unique, me répond-t-il.

 

OoOo

Il y a un mois les sangsues royales étaient à Forks et ça fait un mois que les Cullen sont parti. Angela a eu des nouvelles de la voyante, elle lui a dit de ne pas s’inquiéter pour eux, qu’ils ont été obligé de quitté Forks avec les Volturi et qu’ils n’ont pas eu le temps de dire au revoir. Elle lui dit aussi que d’après ces visions, ils vont tous s’en sortir vivant. Nous continuons à faire des patrouilles car nous ne faisons pas réellement confiance aux sangsues royales, surtout pas à l’albinos.

Dans le dernier mois, Paul et Angela se sont rapprocher, ils ont passé le cap d’amitié et son un couple maintenant. Autant que je détestais cette fille pour avoir choisi les sangsues, autant elle rend mon frère complètement heureux et je ne peux que l’apprécier encore plus pour ça.

Embry a rencontré sa compagne la semaine dernière, une cousine d’Emily est venue lui rendre visite et voilà. Claire a dix-sept ans et a accepté ce qu’Embry est sans aucun problème, elle est même heureuse d’avoir un homme qui est tous à elle comme elle dit. Ils sont ensemble depuis une semaine et il fait déjà tout ce qu’elle veut. Je suis heureuse pour mes frères, vraiment, je suis quelque peu jalouse de leur bonheur mais bon, je me dis qu’un jour ça m’arrivera peut-être à moi aussi de connaitre un tel niveau de bonheur.

Il m’arrive de retourner à la chute ou j’ai rencontré Jasper pour la première fois, il m’est même arrivé de souhaiter le voir assis sur son rocher à regarder la chute, il avait l’air si paisible. Il m’est arrivé de repenser la conversation que j’ai eue avec lui et je me souviens d’avoir pensé qu’il était dommage qu’il soit mon ennemi. J’aime à penser qu’il pensait ça lui aussi, mais je sais que ce n’est pas le cas.

Il y a eu deux nouveaux loups qui ont rejoins la meute de Jacob, Colin et Brady, des jumeaux. Une semaine après leurs transformations, ils sont venus supplier Sam de les prendre dans notre meute, ce que Sam a refusé. Pas qu’il ne voulait pas les avoir, c’est l’entente qu’oncle Billy a passé avec Sam pour que notre famille ne soit pas expulsé de la réserve. Tout nouveau loup qui arrive doit obligatoirement faire parti de la meute de Jacob. Les pauvres loups, Jacob les traites comme ces esclaves, il leur donne des ordres pour tout, c’est vraiment pathétique.

 

OoOo

 

Ça fait six mois que les Cullen sont parti et malgré que Jacob n’en voit pas l’utilité, la meute Swan patrouille toujours la forêt qui entoure la réserve et même Forks. Nous avons eu quelques vampires qui ont essayés de passé, je dis bien essayé, ils n’ont pas réussi à sortir de la région sur leurs deux jambes. Malgré nos hurlements, aucun loup de l’autre meute n’est venu, Jacob leur a formellement interdit de venir si l’un de nous hurlait. Un soir qu’oncle Billy avait trop bu, il a confié à papa qu’il regrette d’avoir obligé Jacob à être un alpha, il aurait dû laisser la meute aux mains capable de Sam. Il est trop tard maintenant pour reculer.

La bonne nouvelle en ce qui concerne Jacob, est qu’il s’est imprégné, ce qui signifie que son obsession pour Angela est terminée. La fille est de Forks, elle se nomme Lauren, elle ne sait pas que Jacob est un loup, elle ne sait pas qu’ils sont fait pour être ensemble, elle ne veut absolument rien avoir affaire avec lui. Le destin, Dieu ou appelé le comme vous le voulez a une drôle de façon de se moquer des gens, surtout de Jacob.

Sam a fait sa grande demande à Emily, évidement elle a accepté. Ils ont décidé de se marié sur la plage et Emily m’a demandé d’être une demoiselle d’honneur, ce que j’ai refusé. Je lui ai dit de prendre Angela, car Jared, Paul et Embry sont les garçons d’honneur et que les deux autres demoiselles sont Kim et Claire. Je sais que j’ai peiné Emily en refusant, mais je n’ai pas à accompagner Paul quand sa compagne sera assise dans l’assistance. Angela a immédiatement accepté et je peux dire que Paul était content d’être jumelé avec elle pour la cérémonie et tout le tralala.

Angela et Emily parle d’ouvrir un petit casse-croûte près de First Beach, elles pensent que ça pourrait fonctionner, je suis certaine qu’elles vont faire des affaires en or. First Beach est la plage la plus fréquenté de la réserve, elles ont toutes les chances de réussir. Kim va commencer ces études pour être enseignante, elle va suivre les cours à Seattle, elle va y demeurer la semaine car six heures de route par jour ça n’a pas de sens. Je ne m’inquiète pas pour Jared, à la vitesse qu’on court, il va mettre la moitié du temps pour s’y rendre.

Sam, Jared, Paul et Embry ne manquent pas de travail avec la compagnie de rénovation de Sam. Ils travaillent tous à temps plein et si Sam voulait, il pourrait prendre plus de contrat mais il dit qu’il ne veut pas s’enterrer de travail, il veut avoir le temps de profiter de la vie un peu. Et moi je suis toujours répartitrice à mi-temps, j’aimerais bien avoir un travail à temps plein ou avoir un projet comme Emily et Angela ou même aller à l’école comme Kim, mais je ne peux pas. J’ai essayé de ne plus me transformer, j’en suis incapable. De toute façon je ferais quoi si je n’étais plus un loup ?

Le mois dernier nous avons eu des nouvelles de notre mère, elle a fait la première page d’un grand quotidien dans le Massachussetts, à Boston pour être plus précise. Elle a été arrêtée après avoir mortellement atteint un homme à la poitrine. Elle disait qu’il était un vampire et qu’il voulait se nourrir d’elle. Quand Jared nous a dit ça, je ne l’ai pas cru, il m’a alors montré l’article sur internet. Elle a été placée dans une institution psychiatrique pour une évaluation avant son procès. Suite à ça, papa a pris une semaine de congé et il est allé la voir, quand elle l’a vue, elle l’a accusé d’avoir envoyé ce vampire après elle car elle ne voulait pas avoir d’enfant qui se transforme en un mélange de coyote et de loup, elle a ensuite essayé de poignardé papa avec sa fourchette en plastique. Il n’a rien eu mais l’intention était là quand même. Les médecins qui observaient la rencontre ont déclaré qu’elle devra probablement rester un long moment avec eux. C’est tout de même triste quand on y pense.

 

OoOo

 

Un an, il y a un an que les Cullen sont partis, Angela n’a pas eu de nouvelles depuis le message de la voyante. Je me demande bien ce qu’il leur est arrivé ? Quel genre de punition ils ont pu avoir ? Je secoue la tête et je me regarde dans le miroir de ma chambre et je grimace. C’est le jour du mariage de Sam et Emily et je dois porter une robe pour l’occasion et je n’aime pas ça. Je soupire et m’observe encore.

Avec la transformation vienne les changements physiques et j’ai eu quelques difficultés à accepter de mesurer deux mètres, être musclé comme si je faisais de la musculation depuis des années, j’en ai même à des endroits que je ne savais pas qu’on pouvait en développé, j’ai passé d’un petit bonnet B à gros C et tout se tient parfaitement, c’est le seul changement physique que j’apprécie.

Je me regarde dans la robe et bordel que je n’ai pas aimé magasiner pour cette robe. Avec Emily et Angela nous avons fait cinq boutiques pour en trouver une qui avait quelque chose à ma taille. Ce n’est pas que je suis en surpoids, ce n’est pas possible pour moi de l’être, c’est juste qu’en étant plus grande que la moyenne les jolies robe ne sont pas faite pour moi. Nous avons fini par trouvé une robe qui m’arrive aux genoux, la couleur est difficile à décrire, je dirais que la couleur ressemble à celle des peaux d’animaux qu’on a tanné. La robe est ajusté mais elle n’est pas serrer, je peux bouger sans problème et sans gêne. Une robe très simple et c’est vraiment bien comme ça. Pour les chaussures, une sandale sans talon de la même couleur que la robe. En ce qui concerne la coiffure, ce n’est pas évident de trouver quelque chose à faire quand on a les cheveux coupé au carré sous les lobes d’oreilles, Angela me les a ondulé au gros fer et elle y a ajouté quelques petites fleurs blanches ici et là.

 

-          Tu es belle Boo, me dit Paul de l’encadrement de ma porte.

 

-          Merci, dis-je en souriant, t’es pas mal toi non plus, lui dis-je.

 

Paul et les autres portent tous un habit, les voir en pantalons noirs, chemise blanche, cravate noir, veston noir et chaussure reluisante est quelque chose qui n’est pas arrivé souvent. Paul m’offre son bras et nous descendons rejoindre les autres, c’est bientôt l’heure de se rendre à la plage. En arrivant au salon, Paul lâche mon bras et va rejoindre Angela, il l’embrasse tendrement et lui dit qu’elle est magnifique. Je baisse les yeux, j’aimerais être magnifique pour quelqu’un moi aussi. Je ravale la jalousie et relève la tête et souris à ma famille, je dis qu’il est l’heure. Sam passe près de moi en coup de vent, le pauvre est tellement nerveux, comme si Emily allait changer d’idée. Jared et Kim sortent en second, suivit par Paul et Angela ensuite c’est Embry et Claire. Papa me regarde et me fait un petit sourire, il me tend son bras, je le prends et lui fais un petit sourire. Nous sortons et nous allons prendre place dans la limousine, le chauffeur dit qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde, Paul lui dit qu’il y a de la place pour nous, les filles sont assises sur les genoux des gars.

Le trajet, aussi court soit-il se fait dans la bonne humeur et les rires. Papa et moi descendons en premier, suivit des couples et de Sam. Sam est les gars vont se placer sous l’arche et papa et moi allons prendre notre place dans le premier rang, grand-père et grand-mère Swan sont déjà là. Grand-mère me regarde et me serre fortement dans ces bras, elle me dit que je suis belle et embrasse mes joues, grand-père me dit que je suis la plus belle de ces petites-filles, ce qui me fait rire car je suis la seule. Et oui, je suis la seule fille, je n’ai aucune cousine que des cousins.

 

-          Où est ton cavalier Isabella ? Me demande grand-père.

 

-          J’en n’ai pas, répondis-je.

 

-          Comment ça t’en n’a pas, une belle fille comme toi ? Demande grand-mère.

 

-          Il n’y a personne d’assez bien pour ma fille, répond papa et je vois les gars hocher de la tête.

 

-          Un jour elle va trouver son compagnon elle aussi, dit grand-mère. Papa fronce des sourcils, mais n’ajoute rien.

 

Il est vrai que j’aimerais avoir un compagnon, il m’arrive même de me demander comment se sera entre nous ? Ce que je veux dire, est-ce qu’on aura une relation comme Sam et Emily, une relation d’égalité enter les deux. Une relation comme Kim et Jared ou le sexe sera au premier plan. Une relation comme celle de Paul et Angela ou ils sont les meilleurs amis avant d’être des amoureux. Ou comme celle d’Embry et Claire ou elle lui fait faire ces quatre volontés. J’aimerais un mélange de tout ça, mais on verra ce que le destin, Dieu, l’avenir, peu importe le nom qu’on lui donne, me donnera comme compagnon.

Les gars prennent leurs positions et la musique commence, on se lève et nous regardons les filles avancées et prendre place en face des gars, la musique change pour la marche nuptiale et Emily fait son apparition au bras de son père. La cérémonie se déroule parfaitement bien et comme je le pensais, c’était magnifique. J’aide grand-mère à se lever et elle s’accroche au bras de papa, j’aide grand-père et il s’accroche à mon bras en disant qu’il est l’homme le plus chanceux car en plus d’être en sécurité je suis la plus belle, je lui souris tendrement.

Le repas et la soirée se déroulent dans la cours arrière de la maison, comme le veut la tradition Abénakis. La famille du marié doit montrer qu’elle est capable de prendre en charge la nouvelle venue, je sais que c’est démodé, mais c’est comme ça. En arrivant à la maison, Sam, Jared, Paul, Embry et moi se raidissons, je dis tout bas que je vais vérifier, ils hochent tous de la tête. Je m’éloigne et entre dans la maison ou je vois une sangsue aux yeux rouges assises au salon. Je plisse les yeux, je l’ai déjà vue, il est l’ami de Jasper.

 

-          Je suis ici en paix, me dit-il en levant les mains. Je suis venu t’apporter un message de la part de mon frère, dit-il rapidement.

 

-          Quoi ? Demandais-je.

 

-          Jasper m’a demandé de te remettre ceci, dit-il en me tendant une enveloppe.

 

-          Tu dois partir d’ici, lui dis-je en prenant l’enveloppe.

 

-          Je vais passer par la fenêtre de ta chambre personne ne me verra, il se lève et disparait en un courant d’air glacial.

 

Je retourne à l’extérieur et d’après l’expression de mes frères ils ont tous entendues ce que le vampire m’a dit. Je me demande tout de même comment il a bien pu se rendre à la maison ? La meute de Jacob est supposé patrouillé, ils auraient dû le chasser, je fronce des sourcils. Le reste de la journée et la soirée se passe à la perfection, Kim a attrapé le bouquet et Jared la jarretière, ce qui nous fait bien rire, car nous savons que Jared va faire sa demande très bientôt. Au cours de la soirée, je m’excuse et m’éloigne des gens, je réussi à me trouver un coin tranquille et je me transforme, je ne fais pas confiance à la meute de Black, si une sangsue a réussi à entrer dans notre maison, il peut y en avoir d’autre sur le territoire.

Je reviens avec un énorme paquet dans les mains et je vais le porter à Emily, normalement c’est la mère de famille qui le fait, mais comme elle n’est pas là, c’est moi qui le fais. Emily me regarde étrangement. Je lui fais un petit sourire rassurant et elle ouvre la boîte, à l’intérieur il y a une nappe, des serviettes de table, des napperons et quelques mouchoirs, tout est tissé et broder à la main avec un cygne entouré de vigne, le symbole de la famille Swan. Emily me serre fortement dans ces bras et me demande ce qui est arrivé à mes cheveux, je secoue la tête.

Quand tout est terminé, j’aide grand-mère et grand-père à monter à la chambre de Sam et les laisse se préparer pour la nuit. Ils passeront la semaine avec nous et j’en suis contente. Je vais à ma chambre et je regarde l’enveloppe en me demandant si je dois l’ouvrir. Paul entre dans ma chambre et vient s’assoir à mes côtés sur mon lit, il me prend l’enveloppe des mains et l’ouvre et me la tend.

 

Ma chère Loba, (Lobo est loup est espagnol et tu n’es pas un loup mais une louve)

J’espère que tu te portes bien et que la vie est bonne pour toi.

Je veux que tu saches que peu importe où je suis, peu importe ce que je fais, je pense à toi. Tu es devenue importante pour moi et, malgré tout ce qui nous sépare, tu es une amie que je n’oublierai jamais.  J’espère qu’un jour nos routes se recroiseront et que nous aurons la chance de discuter encore une fois, comme nous l’avons déjà fait.

Tu es une femme bien Isabella, ne laisse jamais personne te faire croire le contraire.

Avec toute mon amitié et plus si c’était possible,

Jasper Whitlock.

 

Je souris car il m’a écrit ce que je lui avais dit quand j’avais été chez les Cullen pour remercier le doc, Emmett et lui. Je relis la dernière phrase et je me dis qu’il l’a senti lui aussi. Paul me serre dans ces bras et pour la première fois depuis longtemps, nous passons la nuit ensemble, il m’écoute parlé de mes quelques discussions avec Jasper et surtout, pour la première fois, je me confie en lui disant ce que je ressentais pour Jasper. Il me dit que si un jour je revois Jasper et que mes sentiments sont toujours là, de sauter sur l’occasion et d’envoyer chier les gens qui me jugeront. Angela l’a changé et c’est un excellent changement.

Chapitre onze

 

Au retour de leur voyage de noce, Emily nous a annoncé qu’elle était enceinte de deux mois, je suis tellement heureuse pour eux, nous le sommes tous en fait. Emily me demande si je veux être la marraine, elle précise qu’elle ne veut pas quelqu’un qui donnera que des cadeaux, elle veut quelqu’un qui sera présent dans la vie de son enfant, quelqu’un qui sera là pour le  conseiller, qui sera là pour l’écouter quand eux ne seront ‘’pas cool’’. Elle me dit que si un malheur leur arrivait, je serais la personne en charge de son bien-être. C’est avec les yeux plein d’eau que j’accepte d’être la marraine, je demande qui sera le parrain et Sam me dit que pour l’instant il n’y en a pas. Je fronce les sourcils, il explique que mon imprégné sera, en quelque sorte le parrain.

 

-          Et si je ne m’imprègne jamais ?

 

-          Notre enfant aura simplement une marraine alors, dit-il.

 

Évidement, après la bonne nouvelle, il pose des questions sur l’odeur du vampire à la maison après son mariage, je lui explique qui était le vampire et ce qu’il voulait. Angela hoquette de surprise et me demande ce que Jasper disait dans sa lettre, s’il parlait d’Alice ou des autres Cullen et me demande si elle peut voir la lettre, ce que je refuse.

Elle a envie de se mettre en colère et Paul lui dit que j’ai le droit d’avoir une vie privée. Sam me demande si lui peut lire la lettre, je refuse aussi, et je lui fais remarquer que le vampire n’est attaqué personne, même s'il a tout de même réussi à pénétrer le territoire et entrer dans notre maison. Une discussion se fera avec Jacob et sa meute, il est mieux d’avoir une bonne raison pour ce qui est arrivé.

Pour le bonheur de Paul, je décide de faire lire la lettre à Angela, car depuis que Paul lui a dit que j’avais droit d'avoir une vie privée, elle le boude et c’est comme ça depuis quatre heures. Je lui donne la lettre et lui fais remarquer que son comportement est enfantin et qu’il blesse Paul. Elle me dit qu’elle a le droit de savoir, je secoue la tête et lui dit qu’elle pourra par la suite faire lire la lettre à qui elle veut puisque selon elle, je n’ai pas droit d’avoir un secret.

 

-          Qu’est-ce que tu fais avec ça ? Entendis-je Paul demander à Angela.

 

-          Ça n’a pas d’importance, dit Angela. L’important est qu’elle s’est liée d’amitié avec Jasper, qu’il pense à elle et qu’il souhaite la revoir. C’est quoi ça? Et plus, comme si c’était possible! Que fait-il d’Alice ? Il n’a pas le droit de faire ça à Alice et pas avec elle, crache-t-elle.

 

-          Boo ne voulait pas que tu lises cette lettre, j’ai essayé de te faire comprendre que ça ne nous regardait pas et tu as fait l’enfant en boudant. Elle te fait lire la lettre pour que tu cesses de bouder et que fais-tu ? Tu insultes ma sœur en prétendant qu’ils ont eu une relation quelconque sans rien savoir, ensuite tu sous entends que ma sœur n’est pas assez bien pour une sangsue ? crache Paul. 

 

Je ne pensais pas créer un conflit entre Paul et Angela, je voulais simplement régler le problème. Je vais au salon ou j’empoigne le bras de Paul et l’oblige à venir avec moi à l’extérieur. Je le pousse jusqu’à l’orée la forêt et je commence à le frapper durement, l’obligeant à se transformer, j'en fais autant après lui et on se bat l’un contre l’autre. J’ai ressentit sa déception, sa colère et comme ses émotions étaient dirigées vers sa compagne, il n’aurait rien fait et ce n’est pas bon, pas pour Paul. Nous entendons Angela crier à Jared de faire quelque chose avant que l’un de nous ne soit blessé. Jared se transforme, mais ne fait rien. Il sait très bien qu’il ne doit pas se mettre entre nous, surtout pas quand l’un de nous est dans cet état. Il change de forme et dit à Angela qu’il n’a rien à faire sauf laisser Paul évacuer sa colère et que je suis la mieux placée pour qu’il le fasse.

 

-          Je savais que ça allait le mettre en colère.

 

-          De quoi parles-tu ? Lui demande Jared.

 

-          De la lettre, je savais qu’il allait être en colère contre elle, explique-t-elle.

 

-          C’est contre toi qu’il est en colère, lui dit Jared en arrachant la lettre des mains d’Angela.

 

Paul met près d’une heure à évacuer la déception et la colère qu’il a ressenti. Je sais qu’il m’a cassé quelques côtes, il a été plus que vicieux dans ses coups de têtes et de pattes, il a réussi à m’arracher quelques bonne touffes de poils aussi. Une fois calmée, je le conduis à la chute, reprends forme humaine et entre dans le bassin au pied de la chute, Paul fait la même chose. Nous restons silencieux pendant un temps à juste relaxer et profiter du calme de la forêt.

 

-          Boo, que crois-tu qu’il a voulu dire quand il t’a écrit ‘’plus si c’était possible’’ ? Me demande Paul.

 

-          Je crois que ça dit tout. Il lève un sourcil. Jasper est différent des autres vampires. Son odeur est différente, l’odeur de vampire est moins prononcée, et il a déjà dit que je sentais moins que vous autres. J’ai vue plus loin que le vampire et je crois qu’il a vue plus que la louve. Il m’est arrivé de penser que si la situation était différente, j’aurais aimé être plus qu’une amie. Je ne savais pas qu’il pensait la même chose, je l’ai apprise dans la lettre.

 

Le silence se fait entre nous, une fois que je sais qu’il est totalement détendu, je lui dis qu’il faut retourner à la maison. Il me regarde droit dans les yeux et hoche la tête très sérieusement. Il me dit que je vais probablement devoir répondre aux questions des autres, et je le ferais comme à chaque fois.

Nous revenons à la maison et Angela me jette un regard noir et vérifie que Paul n’est pas blessé. Jared arrive et nous commençons à nous batailler pour le plaisir, il me donne un coup dans les côtes, je grimace un peu même si je suis guéris, c’est juste encore un peu sensible.

Sam a rencontré Jacob et le conseil pour avoir l’explication sur la présence d’un vampire sur la réserve et plus précisément dans notre maison, Jacob avoue alors que lui et sa meute ne font plus de patrouilles, il n’en voit pas l’intérêt maintenant que les Cullen sont partis. Sam nous demande ce que nous voulons faire. Le conseil lui laisse le choix de poursuivre les patrouilles ou d’arrêter, mais il dit qu’il ne veut pas prendre cette décision seul.

Jared prend la parole en premier, il dit qu’il n’a rien contre de poursuivre les patrouilles mais qu’on pourrait les espacer. Embry pense un peu comme Jacob, qu’il ne sert plus à rien de patrouiller, que le vampire qui est venu sur la réserve était le premier depuis longtemps. Paul pense comme Jared, qu’il faut encore patrouiller mais pas sur rotation comme nous le faisons encore. Sam me demande mon opinion, je secoue la tête. Mon frère aîné dit qu'il faut poursuivre les patrouilles, il faut faire une ronde à n’importe quel moment de la journée. Je suis en accord avec Sam et ajoute qu’avec notre odorat, nous saurons si un vampire est trop près de la population.  Il est décidé que nous allons faire un tour complet de la réserve le matin, en après-midi, en soirée et une de nuit. Ce qui veut dire des patrouilles d’une heure trente à deux heures au lieu de quatre à cinq heures. Nous sommes tous soulagés de cet allègement de « travail ».

Toute la famille est réunie à la maison et j’en profite pour leur annoncer que je prends quelques jours loin de la maison, loin de la réserve, loin de Forks et loin d’eux. Paul me demande où je vais. Je lui dis que je ne sais pas encore. Sam me demande pour combien de temps, je ne sais pas non plus. Jared me demande si je sais quelque chose, je sais que je pars avec ma jeep et que je vais revenir. J’ajoute que je pars immédiatement après ma patrouille. Papa me dit d’être prudente et de téléphoner au moins une fois par jour, ce que j’accepte.

L’heure du départ est arrivé pour moi et ma famille est présente, Emily me serre dans ses bras, me souhaitant bon voyage. Je lui murmure que je serai de retour avant qu’elle accouche. Sam embrasse ma tête, me dit que si j’ai besoin de lui, de lui téléphoner et qu’il sera toujours là. Jared m’embrasse le front et me dit d’en profiter le plus possible, Kim me serre dans ses bras et me dit de lui ramener des tonnes de photos des beaux mâles que je vais croiser. Embry me serre la main, Claire n’aime pas quand il est affectueux avec d’autres personnes du sexe féminin, même moi. Il me dit d’être prudente, Claire me souhaite poliment un bon voyage. Angela me demande si je vais essayer de retrouver Jasper, je ne dis rien. Paul me serre longtemps et fortement dans ses bras, me souhaitant lui aussi un bon voyage, de lui téléphoner tous les jours et d’être prudente avant d’embrasser ma tête, mon front et mes joues puis de rejoindre Angela qui le regarde étrangement.

Ce que je n’ai pas dit à personne est que je vais chez les grands-parents au Canada. Je vais à Fort Chipewyan en Alberta, pour être précis. Mon billet est déjà acheté et grand-père va venir me chercher à l’aéroport. Je n’ai rien dit car j’ai besoin d’être seule. Grand-père vient me chercher au petit aéroport de Fort McMurray, j’ai payé un surplus pour atterrir ici, nous montons dans son vieux camion, il me laisse prendre le volant pour le retour à la maison. Grand-mère m’accueille chaleureusement et m’accompagne jusqu’à l’intérieur, elle me dit que je vais prendre l’ancienne chambre de papa, j’éclate de rire car quand j’étais petite, les enfants campaient à l’extérieur.

Je passe deux jours complets sans me transformer et je le ressens. Mon corps est pris de spasme, je tremble régulièrement sans être en colère et je commence à manquer de patience. Grand-père secoue la tête et me dit d’aller me dégourdir les pattes pour quelques heures, je lui demande s’il est certain que je peux faire ça ici, il éclate de rire et me dit qu’il n’y a pas de problème et que de toute façon, si je ne le fais pas, je vais finir par exploser dans son salon et qu’il est hors de question que je défasse son fauteuil.

La maison de mes grands-parents est située près d’une forêt, donc je n’ai pas à marcher très longtemps avant d’y pénétrer. Une fois bien enfoncé dans les bois, je me transforme. Quelle merveilleuse sensation, c’est comme refaire le plein d’énergie. Je cours pendant un long moment quand je me retrouve face à face avec un vampire aux yeux rouges, il me regarde et sourit.

 

-          Tu es en retard, me dit-il, je reprends forme humaine et m’habille rapidement.

 

-          En retard pourquoi ?

 

-          Tu aurais dû être ici hier.

 

-          Tu savais que j’allais être ici ?

 

-          J’ai un don, je sais des choses. Allez, on va discuter ailleurs ou nous serons plus à l’aise et Charlotte veut te rencontrer, me sourit Peter.

 

Peter me dit que lui et Charlotte ont loué un petit chalet à Yellowknife, je reprends ma forme animale et le suis. Une fois au chalet, qui ressemble plus à une cabane abandonnée,  je leur demande s’ils ont eu des nouvelles de Jasper et des Cullen, Peter me fait un genre de sourire triste. 

 

-          Non, nous n’avons pas de nouvelle d’eux, pas directement en fait.

 

-          Pas directement ?

 

-          Un vampire que je connais m’a dit qu’il a entrevu les Cullen au château à Volterra et qu’ils ne sont pas très bien. De ce que j’ai compris, ils servent de rat de laboratoire, m'explique Peter.

 

Je regarde Peter et attends qu’il me dise qu’il blague, mais ça ne vient pas. Je lui demande quel genre d’expérience est faite sur eux. Il ne peut répondre à ma question, tout ce que son ‘’don’’ lui dit est que bientôt j’aurai les réponses que je cherche. Il me dit qu’ils ne peuvent rester plus longtemps dans la région, s’ils le font, ils vont avoir des protecteurs sur le dos.

Il me dit que je vais bientôt revoir Jasper, il ajoute qu’il aura changé et que tout ce qu’il me demande est de l’accepter comme il sera. Je lui dis qu’il va le revoir lui aussi, son petit sourire triste me dit que ça va dépendre de comment je vais réagir au nouveau Jasper, mais il espère ne pas le revoir. Il fera parvenir un paquet à mon nom chez mes grands-parents et me demande de le remettre à Jasper et ce, peu importe ma décision. Je hoche la tête et Peter me dit adieu. Je sens que je ne les reverrais plus.

Je retourne à la maison, des questions pleines la tête. Grand-père me dit qu’un paquet a été livré pour moi, d’après l’odeur je sais que c’est le paquet dont Peter m’a parlé. Mais comment ? Son don. Il savait qu’on allait se voir. Je monte le paquet à la chambre et n’étant pas curieuse, je ne l’ouvre pas et me promet de le donner à Jasper quand je le verrai.

Je passe deux semaines à Fort Chipewyan, et cela me fait énormément de bien. Il est temps que je retourne à la maison, commençant à m’ennuyer de la famille. Grand-père et grand-mère m’accompagnent jusqu’à l’aéroport, grand-mère me dit que nous allons nous revoir bientôt.

Je n’ai pas le temps d’ouvrir la porte de ma jeep que Paul l’ouvre, me sors et me serre dans ses bras sous le regard noir d’Angela. Il me dit de ne plus partir si loin sans lui. Il ajoute que depuis que nous sommes nés, nous n’avons jamais été séparés physiquement pendant si longtemps. Je lui souris doucement en lui disant qu’il est un grand gamin. Je deviens sérieuse et dis que je dois parler à toute la famille, que c’est important.

 

-          Je me suis rendue à Fort Chipewyan car j’avais besoin de m’éloigner un peu et de me ressourcer. Là bas, j’ai rencontré une famille de protecteur qui prenne la forme d’ours brun, j’ai réussi à me faire poser avec eux, dis-je souriante.  Bref, j’ai aussi croisé le vampire qui est venu ici le jour du mariage de Sam. Je lui ai demandé s’il avait eu des nouvelles des Cullen et s’il savait ce qui leur arrivait.

 

-          Pourquoi ? Demande Claire.

 

-          Car ils se sont sacrifiés pour que Paul ait son imprégné avec lui.

 

-          Que t’a-t-il dit ? Demande Sam.

 

-          Les Cullen font leur ‘’punition’’ en tant que rats de laboratoires. Je vois les visages horrifié de ma famille. Peter, l’ami de Jasper et celui qui est venu ici, m’a dit que quand les Cullen vont partir de Volterra, ils seront changés.

 

-          Changé ? Changé comment ? questionne Angela.

 

-          Je ne sais pas, tout ce que je sais c’est que Peter m’a remis une boîte à donner à Jasper quand il reviendra car je vais le revoir avant lui. J’en déduis que les Cullen reviendront dans la région quand ils pourront quitter Volterra.

 

-          Quand ? Demande Angela.

 

-          Je ne sais pas, Peter a dit bientôt, mais qui sait ce que ce bientôt signifie pour un vampire qui a l’éternité devant lui et qui a plus d’un siècle, répondis-je.

 

Cette nuit là, Paul est venu à ma chambre, s'allonge sur mon lit à mes côtés et ne dis rien. Je sens bien que quelque chose le dérange, mais je ne sais pas quoi. Après une heure de silence, il me dit qu’il a peur de perdre Angela quand les Cullen reviendront. Elle est encore tellement obsédée par eux que s’en est triste. Depuis que je leur ai parlé de ma discussion avec l’autre vampire, elle ne cesse de se demander quel genre de changement ils auront et quand ils reviendront. Que puis-je dire à ça? Je l’avais remarqué, mais je pensais que j’étais la seule.

 

OoOo

 

Il y a six mois, je partais pour me rendre chez mes grands-parents afin me ressourcer et me vider l’esprit, mais au lieu de ça, j’ai rencontré Peter et je suis revenue avec plus de questions qu’avant mon départ.

Je suis en route pour l’aéroport pour chercher grand-mère et grand-père. Grand-mère m’a téléphoné hier et elle m’a dit que le vent souffle de l’Est et qu’elle doit être avec nous pour les changements qui se produiront. Grand-mère et son vent… Je me souviens quand elle me disait que le vent du Nord apporte des mauvaises nouvelles, que le vent d’Est apporte des changements, que le vent du Sud apporte la joie et que le vent d’Ouest apporte la stabilité. Un jour, je lui ai demandé ce que signifiait le vent du Sud-est, elle m’a dit que ça signifiait un changement joyeux. J’ai cessé de la questionner sur son vent après ça.

J’arrive à l’aéroport juste quand l’avion atterrit, je n’ai pas beaucoup de temps à attendre car il n’y a pas beaucoup de gens en provenance du Canada aujourd’hui. Grand-mère me dit que je dois me dépêcher car le vent a encore changé, il est maintenant du Sud-est et qu’elle ne veut pas être en retard. J’ose lui demander en retard pour quoi ? Elle me regarde comme si j’avais deux têtes et me dit que j’aurais dû apprendre à lire et écouter le vent au lieu d’apprendre à me battre quand j’étais petite. Me battre est plus utile dans ma vie… Je prends les deux valises de grand-mère et les mets dans le lit du camion de Paul et je fais la même chose avec la valise de grand-père.

 

-          Ou est ton véhicule ? Demande grand-père qui a toujours aimé ma jeep.

 

-          Nous aurions manqué de place avec les valises, répondis-je.

 

Grand-mère s’assoit en avant et grand-père prend place à l’arrière, nous sommes à peine sortit du stationnement que grand-mère me demande de rouler plus vite, que nous allons être en retard. Je secoue la tête et  lui promets que dès que nous serons sortis de la ville, je vais rouler plus rapidement. Comme promis, j’appuie sur l’accélérateur, grand-mère me demande, encore, si nous pouvons aller plus rapidement, je lui fait remarquer que nous roulons déjà cent-trente kilomètre heures dans une zone de cent. Elle soupire et ferme les yeux en marmonnant et comptant sur ses doigts. Elle ouvre les yeux et me dit que si j’accélère de cinq kilomètre, nous serons à temps. Je regarde dans le rétroviseur pour voir grand-père assoupit sur le siège arrière. J’accélère les cinq kilomètres et grand-mère me remercie.

Normalement, il faut trois heures pour revenir de Seattle, aujourd’hui il en a fallu deux et demi. En passant la frontière de La Push, grand-mère me dit qu’elle va aller chez Sam, je fronce les sourcils mais ne dis rien. Nous arrivons chez Sam et grand-mère me dit d’entrer avec elle et ordonne grand-père d’aller à la maison et d’attendre. Qu’est-ce qui se passe ? Nous entrons dans la maison et Emily nous sourit grandement, mais son sourire laisse place à une grimace. Après un petit gémissement de douleur, elle se prend le ventre, une odeur de poudre de bébé se répand et le bruit de quelqu’un qui urine au sol. Je regarde au sol et réalise que c’est les eaux d’Emily qui ont coulé.

 

-          Oh fuckytifuck, dis-je.

 

-          Langage jeune fille, me dit grand-mère durement.

 

Emily dit qu’elle ne veut pas accoucher à l’hôpital et qu’il faut rejoindre Sam. Grand-mère me dit de téléphoner à mon frère et d’aller à la maison chercher sa valise bleu. Tout en courant jusqu’à la maison, je téléphone Sam qui est, heureusement, à Forks. Il dit qu’il sera là dans quelques minutes. Je reviens en très peu de temps avec la valise bleu de grand-mère, elle me dit de la monter dans la chambre d’Emily. Sam arrive avec Paul, Jared et Embry sur les talons, en voyant Emily qui a une contraction, les yeux de Sam deviennent jaunes et il nous grogne dessus. Nous reculons, j’ai un peu peur pour grand-mère tout d’un coup. Sam grogne sur elle et du haut de son mètre cinquante-quatre elle lui dit d’arrêter ça immédiatement car s’il n’arrête pas de grogner sur elle, elle va le sortir dehors, elle lui attrape l’oreille qu’elle tourne un peu. Sam cesse de grogner et s’excuse, elle lui dit que c’est normal, mais qu’il va devoir se contrôler. Nous avons tous envie de rire même si nous sommes impressionnés par ce petit bout de femme.

Sam tolère grand-mère au près d’Emily mais c’est tout, il nous a même ordonné d’aller attendre dehors car il n’arrive pas à se contrôler avec nous dans les parages. Sans nous consulter, nous prenons chacun un coin de la maison, comme si nous gardions la maison dans tous les angles possible, c’est probablement ce qu’on fait. Je n’ai pas besoin des trois autres pour me dire que mes yeux sont jaunes et que mes crocs sont sortis. Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé quand je sens le vent changé de direction. Je regarde la girouette, elle tourne de l’Ouest au Sud-est, nous entendons Emily crier et après quelques secondes de silence, un pleur de bébé emplit nos oreilles. Nous entendons grand-mère dire que c’est une fille et elle ordonne à Sam de couper le cordon, nous hurlons notre joie.

Grand-mère nous rejoint et nous dit que nous pouvons entrer, ce que nous faisons. Nous restons debout près de la porte, quand Sam descend avec son enfant dans les bras, nous déposons tous un genou au sol et baissons la tête. Ne me demandez pas d’où ça nous vient, je ne le sais pas, présentement nous agissons par instinct. Je sens Sam nous observer avant de nous dire qu’il nous présente sa fille, Gabriella Isabella Swan. On se relève et toujours à une certaine distance, nous regardons notre nièce, elle est le parfait mélange entre Sam et Emily tant en ressemblance qu’en odeur.

J’accompagne grand-mère jusqu’à la maison. Elle annonce qu’elle restera à la maison pour le mois à venir car Emily aura besoin d’aide et que Sam n’acceptera pas n’importe qui dans sa maison, ce qui fait renifler Claire. La conne n’a pas écouté l’avertissement de grand-mère et s’est fait sortir de la maison par Sam. Elle a voulu se plaindre à Embry et pour la première fois depuis qu’ils sont ensemble, Embry lui a dit qu’il ne ferait rien. Grand-mère me regarde et me dit que le vent souffle à l’Ouest et qu’il en sera ainsi pour quelques jours et quand il tournera, se sera pour moi, je la regarde et secoue la tête, dépitée.

Chapitre douze

 

Jared et Kim ont finalement décidé d’une date pour leur mariage et à la surprise de tous, ils vont se marié le mois prochain, ce sera un petit mariage civil dans la cours arrière de leur maison. Jared nous annonce que Kim est enceinte de trois mois et ils n’ont pas le temps de préparer un plus grand mariage. Grand-père et grand-mère sont un peu choqué, j’ai envie de dire à grand-mère que le vent ne lui avait pas dit ça, mais je me reteints, c’est ma grand-mère tout de même. Les parents de Kim ne sont pas très heureux d’apprendre cette nouvelle mais que peuvent-ils faire ? Kim et Jared vivent déjà ensemble dans une maison près de la maison familiale et de celle de Sam. Je monte à ma chambre et j’ouvre ma garde-robe et je sors une boîte avec le nom de Jared dessus, je regarde à l’intérieur et je soupire de soulagement.

Nous avons décidé d’aider à la préparation du mariage, qui est foutrement plus simple que celui de Sam et Emily. Papa a décidé que le mariage va se faire à la maison et qu’il y aura un repas pour accueillir Kim dans notre famille comme le veut la tradition.  Ils n’ont rien dit, mais je sais qu’ils apprécient grandement, je ne peux croire qu’ils pensaient que nous allions les rejeter ou ne pas respecter les traditions à cause du petit qui est en route. Après la cérémonie, nous mangeons tous ensemble et au moment du dessert, j’offre à Kim une boîte semblable à celle que j’avais offerte à Emily.  Grand-mère me demande quand j’ai eu le temps de tout faire, je lui souris et lui dit que j’avais commencé quand Jared c’est imprégné de Kim, tout comme pour Sam et Emily ainsi que pour Paul et Angela et que j’ai commencé pour Embry et Claire, cette dernière me dit qu’elle ne veut pas de ce genre de chose. Je ne dis rien, c’est une tradition et qu’elle aime ça ou pas, elle aura la même chose que les autres.

La petite Gabriella a maintenant trois mois et elle est la plus belle petite fille que je n’ai jamais vue. J’ai été la première à pouvoir la prendre, grand-mère dit que c’est dû au fait que je suis une femelle et que Sam doit ressentir mon instinct protecteur envers elle. À vrai dire je me fous complètement de la raison, tout ce qui compte est que je peux avoir ce petit trésor dans mes bras. Emily me demande si je peux garder la petite le temps qu’elle se rendre à un rendez-vous chez son médecin, j’accepte volontiers, j’aime tellement passer du temps avec elle. J’arrive chez Emily et elle me tend la petite qui pleure, elle me dit qu’elle a mangé, qu’elle est au sec que c’est surement des coliques, elle s’excuse de me la laisser comme ça. Je lui dis qu’on va trouver quelque chose pour la soulager, Emily me donne un sourire fatigué et embrasse sa fille et me salut avant de sortir de la maison. Comme je n’ai jamais vraiment fait de baby-sitting, et que je n’ai pas vraiment d’expérience avec les enfants, je ne sais pas réellement quoi faire, je téléphone à papa qui me dit de placer le ventre de la petite contre moi pour tenir son ventre au chaud. Je décide de me coucher sur le divan et de coucher la petite sur son ventre sur moi. Elle pleure quelques minutes et se calme avant de s’endormir. J’embrasse doucement la tête de la petite et je regarde un vieux film qui passe à la télé.

Je cours dans la forêt sous ma forme de loup et j’arrive à la chute, je me dis que ça fait longtemps que je ne suis pas venu ici, je reprends forme humaine et saute dans le bassin, je nage pendant un temps quand j’entends des pas humain approcher, je plonge sous l’eau et ressors derrière la cascade. D’où je suis, je ne peux pas voir qui est de l’autre côté, je peux l’entendre par contre et la personne crie mon nom. Je ne reconnais pas la voix, c’est une voix d’homme et je suis certaine que je ne l’ai jamais entendue avant. L’homme me dit qu’il m’aime et me demande de lui donner une seconde chance, j’hésite à sortir de ma cachette. J’entends l’homme soupirer et dire qu’il comprend et il s’éloigne.  Je me décide à sortir de ma cachette, je cours derrière l’homme et le rattrape, je dépose ma main sur son épaule et juste au moment ou il se tourne…

J’ouvre les yeux et je grogne, je vois Emily se reculer légèrement, je m’excuse et enlève ma main du dos de Gabriella. Emily me dit qu’elle a voulu prendre la petite  sans me réveillé, je m’excuse d’avoir grogné, elle rejette mes excuses de la main en me disant qu’elle a l’habitude avec Sam. Je n’arrive pas à croire que j’ai encore fait ce rêve et je me réveille toujours au même moment. Tout me parait tellement réel, mais en même temps, je n’arrive pas à savoir qui est cet homme, ce que je veux dire c’est que je ne sais pas quel couleur sont ces cheveux, ni la longueur, je ne vois pas sa grandeur. Je sais que c’est un homme par la voix mais rien de plus.

Je refais ce même rêve pour les trois nuits suivantes, j’en suis rendu à me demander si je ne devrais pas aller à la chute et voir ce qui va se passer, je rie de moi en pensant ça. Je me dis aussi que si un homme se présente et m’appelle, je vais sortir de ma cachette, non, je ne me cacherai pas, je vais bien voir qui il est. Je décide d’aller à la maudite chute et en passant près de grand-mère, qui est arrivé hier pour une visite, me dit que le vent est à l’Est, je lui souris et lui demande ce que le vent lui a confié, son sourire s’agrandit et elle me dit que c’est à elle de le savoir et à moi de le découvrir. Juste au moment ou j’ouvre la porte arrière pour sortir, grand-mère me souhaite une bonne baignade, j’arrête de bouger, est-ce que j’ai bien compris ? Est-ce qu’elle me souhaite une bonne baignade ? Qui lui a dit que j’avais décidé d’aller me baigner ? Je secoue la tête et reprends mon chemin vers la forêt.

Il me faut peu de temps à me rendre à la chute, je reprends forme humaine et j’entre lentement dans l’eau, je plonge sous l’eau et je nage sous la cascade et j’y vois le rocher ou je suis assise dans mon rêve, je m’y assois pour rire de moi quand une voix masculine crie mon nom, c’est la même voix que dans mon rêve.

 

-          Bella, je sais que tu es là, je vois tes vêtements au sol, dit-il. Je sais qu’on ne se connaît pas vraiment mais je sais que je t’aime et tout ce que je veux c’est une chance d’être heureux avec toi, me dit-il.

Je décide qu’il est temps de changer la fin de mon rêve, je sors de ma cachette tout en gardant mon corps sous l’eau. L’homme est de dos à la chute, donc il ne me voit pas. Je vois qu’il porte une chemise, un jeans et des bottes, ces cheveux son blond foncé, je dirais même châtain. Il a les cheveux cours autour de la tête et un peu plus long sur le dessus. Je le vois baisser les épaules et soupirer.

 

-          Je comprends, dit-il.

 

-          Tu comprends quoi ? Lui demandais-je.

L’homme se retourne rapidement et je vois les plus beaux yeux verts que je n’avais jamais vus avant. Je ne suis pas capable de décrocher mon regard du sien, je sens que ma vie est lier avec la sienne, je sens que nous ne faisons qu’un. Je ne peux pas imaginer passer le reste de ma vie sans lui, je sais, je le sens au plus profond de moi qu’il est mien et que je suis sienne. Oh bordel, je viens de m’imprégnée d’un inconnu !

Le vent qui soufflait dans mon dos tourne et m’apporte l’odeur de mon inconnu, soleil, vent du Sud et musc, je ne connais qu’une seule personne qui a cette odeur.

 

-          Jasper ? Demandais-je incertaine.

 

-          Bonjour Loba, il me fait son petit sourire en coin.

 

-          Mais tu étais… Comment ? Je veux dire… Je manque de mot.

 

-          Les Volturi ont trouvé un moyen de nous rendre humain et c’est la punition qu’ils nous ont donné. S’ils savaient qu’ils nous ont tous fait le plus beau dès cadeaux, sauf pour Alice, me dit-il.

 

-          Tu m’aimes ? Demandais-je.

 

-         Oui Loba et je t’aime depuis un temps. Je vais comprendre si tu me dis que tu as ton compagnon…

 

-          C’est toi mon compagnon, le coupais-je.

 

-          Quand ? Demande-t-il.

 

-          À l’instant, répondis-je.

Je sors de l’eau et avance vers Jasper qui me regarde de la tête aux pieds et des pieds à la tête. Il murmure que je suis toujours aussi belle, une fois devant lui, je réalise qu’il est à peine plus grand que moi, il dépose ces mains sur mes hanches et je passe mes bras au tour de son cou, nous avançons nos tête l’une vers l’autre et nos lèvres se touche. Maintenant je comprends ce que veux dire voir des feux d’artifices, sauf que pour moi, ils sont à l’intérieur de moi. Jasper me dit que je devrais m’habiller car il ne pense pas qu’il pourra se retenir longtemps. Je m’habille et lui demande s’il veut venir à la maison avec moi, il hoche la tête, je lui offre de le porter sur mon dos, il hésite et je lui dis que c’est comme faire du cheval, il éclate de rire et me dit qu’il adorait monter avant. Je me transforme et me couche au sol, Jasper grimpe sur mon dos et je trotte jusque derrière la maison. Une fois humaine et habillé, je lui prends la main et le conduis dans la maison ou grand-mère est à la cuisine.

 

-          Alors c’est ce que le vent du Sud nous apporte ? Demande-t-elle en regardant Jasper.

 

-          C’est lui le vent du Sud grand-mère, lui répondis-je.

Toujours sans lâcher la main de Jasper je l’emmène au salon ou Paul, Angela, papa et grand-père sont installé. Nous entrons dans la pièce et Paul tourne la tête et fronce les sourcils en voyant Jasper et surtout quand il voit nos mains lié. Paul se lève rapidement et s’avance vers nous, il renifle Jasper et se recule en disant que c’est impossible. Angela se retourne et nous regarde, elle fait un petit sourire poli à Jasper et reporte son attention sur la télé. Je me racle la gorge et papa et grand-père nous regarde enfin, en voyant nos mains lié et mon sourire, papa se lève et vient serrer la main de Jasper.

 

-          Papa je te présente Jasper Whitlock, lui dis-je. Jasper, voici mon père Charlie, mon grand-père, mon frère Paul et tu connais déjà Angela, présentais-je.

 

-          On se connait ? Demande Angela.

 

-          Oh bordel de merde, comment est-ce possible ? Demande Paul. La dernière fois que je t’ai vu tu étais une sangsue.

 

-          Punition des Volturi, dit simplement Jasper.

 

-          JASPER, crie Angela.

Elle se lève et s’approche de lui rapidement pour le serrer dans ces bras, je pousse légèrement Jasper derrière moi et je grogne sur Angela. Elle s’arrête et me demande quel est mon problème ? Je n’arrête pas de grogner, à chaque pas qu’elle fait vers Jasper, je grogne de plus en plus fort. Jasper serre ma main plus fortement et dis à Angela que je me suis imprégnée sur lui.

 

-          QUOI ? Non ce n’est pas possible, tu es avec Alice, tu sais, ta compagne, ton épouse Alice, dit-elle à Jasper, elle se tourne vers moi. Tu ne peux pas l’avoir, il est à Alice, donc tu le lâche maintenant et je vais le reconduire à la villa, je grogne plus fort.

Jasper explique que lui et Alice n’ont jamais été marié et qu’ils n’ont jamais été des âmes sœurs, qu’ils l’ont fait croire aux autres pour qu’on leur sacre la paix. Angela qui ne le croit pas, dit qu’elle va aller demander à Alice directement et en profiter pour passer du temps avec les autres Cullen. Elle a le culot d’ajouter que maintenant qu’ils sont humains, Paul n’a plus besoin d’avoir peur qu’un deux ne lui fasse du mal.

 

-          Elle va être déçue, dit Jasper.

 

-          Que veux-tu dire ? Demande Paul surpris et déçu de sa compagne.

 

-          Tu as remarqué que j’ai changé physiquement, Paul hoche la tête. La transformation d’humain à vampire altère physiquement et mentalement la personne. La transformation nous rend d’une grande beauté pour attirer nos proies. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de vampire obèse, ou d’ados boutonneux, pas de dents crochent, un corps de rêve, un être parfait. Mentalement, les vampires peuvent analyser plusieurs informations à la fois, ils peuvent même penser à plusieurs choses en même temps tout en étant conscient de ce qui se passe autour de lui. Explique-t-il, j’amène Jasper sur le divan ou l’on s’assoit. La transformation de vampire à humain nous a tous rendu comme nous étions au moment ou nous avons été mordus. J’ai simplement changé ma coupe de cheveux.

 

-          De quoi ont-ils l’air ? Demandais-je réellement curieuse.

 

-          Carlisle à les cheveux bruns et les yeux bruns, il a perdu quelque centimètres et de la masse musculaire, il a même quelques cicatrices qui avaient disparu lors de la transformation. Esmé à les cheveux blond-roux et les yeux vert, elle a des rondeurs d’une femme qui a accouché il y a un mois. Rosalie n’a pas beaucoup changé appart qu’elle a perdu en grandeur et que ces hanches sont moins proéminente et elle a moins de tonus musculaire. Emmett est celui, selon moi qui c’est embelli. Il est blond et ces yeux sont bleu, il n’a pas vraiment perdu de masse musculaire ou de grandeur. Alice a toujours les cheveux noirs et ces yeux sont bruns foncé et elle a perdu de la grandeur, elle ressemble plus que jamais à une jeune fille qu’à une jeune femme de dix-huit ans. Edward est celui qui a le plus changé. Il est à peine plus grand qu’Angela, il a pris quelques kilos, ces cheveux sont châtain foncé et ces yeux ne sont pas vert comme il le disait, ils sont gris et la cerise sur le gâteau, il a un champ de fraise dans le visage et il va lui falloir des broches, termine-t-il.

L’estomac de Jasper décide ce moment précis pour se faire entendre, Paul éclate de rire et Jasper rougis un peu, grand-mère nous dit que le repas est prêt. Jasper me dit qu’il est mal à l’aise de manger à la maison, surtout qu’on vient à peine de renouer, je lui dis qu’il va falloir qu’il s’y fasse car il va même passer plusieurs nuits à la maison avec moi. Papa me regarde en fronçant des sourcils, je lui rappelle que Emily s’est installé avec nous pendant un temps, que Kim a vécu avec nous pendant des années, qu’Angela ne va pratiquement plus à Forks et Claire fait maintenant parti des meubles. Papa soupire fortement hoche la tête, Paul dit qu’il ne veut pas entendre ce qui se passe dans ma chambre, je lui rappelle que j’entends ce qui se passe dans la sienne.

Après avoir mangé, je conduis Jasper à ma chambre et je lui remets la boîte que Peter m’a donné pour lui, je le laisse seul le temps qu’il regarde ce qu’il y a à l’intérieur, de toute façon j’ai quelques mots à échangé avec les hommes de la maison. Papa, Paul, Embry et grand-père sont au salon et regarde un match de base-ball, je me plante devant la télé et la ferme.

 

-          Pourquoi as-tu fais ça ? Demande Embry.

 

-          J’ai à vous parler et vous allez m’écouter, dis-je sérieusement. Je n’apprécie pas la façon que vous avez réagis quand j’ai dit que Jasper allait passer plusieurs nuit ici.

 

-          Mets-toi à notre place Boo, me dit Paul.

 

-          Je n’ai aucune difficulté à me mettre à votre place car je l’ai vécu avec chacun d’entre vous et le vie encore, dis-je.

 

-          Ce n’est pas pareille, dit papa.

 

-          C’est quoi la différence ? Demandais-je.

 

-          Tu es ma fille, dit-il avant de soupirer.

 

-          Ce n’est pas que je suis une fille qui vous dérange, c’est le fait que vous savez que je n’aurai plus autant de temps à vous consacrer, que je ne serai plus à votre service. Si vous ne voulez pas que Jasper passe du temps ici, pas de problème, j’irai ou il sera. C’est à vous de voir, terminais-je.

 

-          Tu vas nous laisser tomber pour une ancienne sangsue, dit Embry.

 

-          Tu nous a bien laissé tombé pour une conne qui te mène par le bout du nez et qui nous insulte à chaque fois qu’elle en a la chance, crachais-je.

Je remonte à ma chambre et je vois Jasper, étendue sur mon lit, endormis, la boîte ouverte au sol près du lit, je vais m’étendre près de lui, il se tourne et me prends dans ces bras. Je m’endors dans son étreinte chaleureuse et réconfortante.

Je suis réveillé par la voix d’Angela qui crie sur Paul, elle lui dit que Jasper n’a pas affaire avec moi, qu’elle a discuté avec Alice et que cette dernière ne s’habitue pas à la vie humaine et qu’elle a besoin de Jasper. Paul lui dit que Jasper est assez grand pour prendre ces décisions tout seul.

 

-          Il est avec elle simplement à cause qu’elle s’est imprégnée de lui, pour quel autre raison crois-tu qu’il voudrait être avec une fille comme elle ? Demande-t-elle.

Doute, je ressens du doute, est-ce que Jasper est avec moi car je me suis imprégnée de lui ? Douleur, je ressens la douleur de Paul ainsi que sa colère et sa peine, je me défais de l’étreinte de Jasper et je saute par la fenêtre de ma chambre, je suis surprise de voir Sam et Jared, je ne pensais pas qu’ils seraient présent. Je demande à Angela de retourner à Forks et de revenir dans quelques heures quand Paul sera plus calme, elle me dit que je n’ai pas d’ordre à lui donner, je hoche la tête et je retourne dans ma chambre ou Jasper est maintenant réveillé, je lui dis que nous avons une crise sur les bras et qu’il serait plus sécuritaire pour lui si je le reconduisais à la villa. Il fronce les sourcils et hoche la tête, le trajet jusqu’à la villa se fait en silence. En arrivant, il m’offre d’entrer et je refuse en lui disant que je dois retourner à la réserve, il m’embrasse et descend de la jeep. Je retourne rapidement vers la réserve sans savoir ce qui m’y attend.

Chapitre treize

Jasper (enfin !)

 

Bordel que j’aimerais avoir mon don, je pourrais savoir ce que ressens Bella en ce moment. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé pendant que je dormais, mais j’ai remarqué que Bella avait quelque peu changé à mon réveil et je n’aime pas ça. Je sais que nous ne nous connaissons pas réellement, je sais qu’il est tôt pour dire que je l’aime d’un amour profond et inconditionnelle, mais avant même de savoir qu’elle était Lobo - Loba -, je l’appréciais déjà beaucoup. Je me sentais lier à ce loup et je sais maintenant que le fait d’être ce que nous étions,  nous a empêchés de nous reconnaitre. La preuve, elle s’est imprégnée dès qu’elle m’a regardé dans les yeux. J’entre dans la villa avec la boîte que Peter m’a laissée et la première personne que je vois est Alice, elle fouille dans des cahiers.

 

-          Tu dois retourner à La Push, me dit Alice sans me regarder.

 

-          Pourquoi ? Demandais-je, elle soupire.

 

-          Je crois que j’ai fais une gaffe, dit-elle. Avant de redevenir humaine j’ai eu des visions très claires et précises de nous tous et j’ai tout écrit dans ces cahiers, elle me montre plusieurs cahiers au sol. Quand Angela est venu plus tôt et qu’elle a commencé à me questionner sur nous deux, je n’ai pas réfléchis et je lui ai servit la même histoire qu’on sert à tous depuis des années. Quand elle est partie d’ici, elle m’a promis que tu allais me revenir et qu’elle allait trouver un moyen de briser l’imprégnation entre toi et Bella ou de vous séparer. J’ai alors repensé à mes cahiers et ça fait une éternité que je cherche et j’ai finalement trouvé, dit-elle à bout de souffle.

 

-          Trouvé quoi ? La pressais-je.

 

-          Angela a dite ou va dire des choses ignobles à Bella et comme ta compagne n’a pas réellement d’estime d’elle-même, elle l’a ou va la croire et… Elle va partir et ne jamais revenir. Si tu ne retournes pas immédiatement à La Push tu vas la perdre Jasper et tu vas aller voir Peter et il va faire ce que tu lui demandes même si ça lui brise le cœur, me dit-elle avec des larmes dans les yeux. Je préfère te savoir heureux avec Bella et être ton amie que de te savoir mort.  

Je tourne les talons sans rien dire et saute dans mon camion, je lance la boîte que je tiens toujours sur le siège du côté passager et je fonce à toute vitesse vers La Push. À mon arrivé, je suis accueilli par quatre loups, ils me paraissaient moins imposant et moins effrayant quand j’étais un vampire. Je regarde Paul et je lui demande ou est Bella, il émet une sorte de cillement, je grogne un peu, enfin une sorte de grognement.

 

-          Bella n’est pas en état de te voir Jasper, me dit durement Sam.

 

-          Je dois absolument la voir, immédiatement, dis-je en massant l’endroit ou se trouve mon cœur. Si je ne lui parle pas immédiatement, elle va partir et ne jamais revenir, ajoutais-je.

  

-          Tu devrais retourner auprès de ta femme, me crache-t-il.

 

-          Je n’ai jamais été marié avec Alice, crachais-je à mon tour.

Sam me dit qu’elle est dans sa chambre et qu’elle fait sa valise, il me dit que si j’aime, ne serait-ce qu’un peu,  sa sœur je peux y aller, mais que si je veux jouer avec elle comme Angela le fait avec Paul de m’en aller et de ne jamais revenir. Il ajoute qu’ils ont failli la perdre une fois et qu’ils ne veulent pas revivre ça, jamais. J’entre dans la maison et monte à l’étage, j’entends la voix d’Angela.

 

-          Tu prends la bonne décision tu sais. Jasper ne pourra jamais être réellement heureux avec toi, il aime Alice et ils sont bien ensemble, Angela fait une pause. Tu sais, l’imprégnation n’est pas toujours simple, ce n’est pas comme dans les contes de fée ou ils vécurent heureux pour la fin des temps. Je ne sais pas si j’aime réellement Paul ou si c’est la magie qui nous unis. Tu as la chance de pouvoir laisser Jasper choisir avant qu’il soit pris au piège comme moi, dit-elle et je suis certain qu’elle sourit en lui disant, n’en pouvant plus, j’entre dans la chambre.

 

-          Je t’ai dit, avant même que je sois humain à nouveau, que je n’avais jamais été marié avec Alice et je ne t’ai pas menti, Angela hoquète de surprise et Bella ne me regarde pas. J’ai trouvé le moyen de te faire parvenir une lettre et je t’ai dit que j’aimerais que se soit plus entre nous si c’était possible et je sais que tu le pensais toi aussi à l’époque, elle arrête de bouger. Maintenant que c’est possible et que nous savons que nous avons plusieurs années devant nous, tu rejettes tout ça et pour quel raison ? Pour une gamine, j’entends Paul grogner, qui ne sait pas se mêler de ces affaires. Pour une gamine qui ne sait pas apprécier ce qu’elle a et le merveilleux cadeau que la vie lui a offert, je m’approche de Bella et la tourne vers moi et je la regarde droit dans les yeux. Je ne peux pas te promettre que nous aurons un conte de fée car je n’y crois pas. Je ne peux pas te promettre que tout ira toujours bien et que nous n’aurons jamais des prises de bec. Je ne peux pas te promettre que nous serons toujours en accord sur tout car c’est impossible. Je te promets par contre, d’être ton ami, ton amoureux, ton amant. Je te promets de toujours être honnête avec toi. Je te promets que je ne passerai pas une journée sans te dire je t’aime. Je te promets de faire de mon mieux pour te rendre heureuse. Je te promets que nous n’irons jamais au lit en colère. Tout ce que je te demande est de resté ici avec moi, ne me rejette pas, car je n’y survivrai pas, lui dis-je.

J’attire Bella à moi et la serre fortement dans mes bras, elle me dit qu’elle reste avec moi, j’entends les loups pousser des petits hurlements et Angela soupirer avant de me dire que je fais la pire erreur de ma vie. Bella s’éloigne de moi et se place devant Angela, ce qui est amusant car Bella doit baisser la tête pour la regarder.

 

-          Que fais-tu avec Paul si tu es si malheureuse ? Demande durement Bella.

 

-          Je n’ai pas le choix, crache Angela.

 

-          On a toujours le choix, argumente Bella.

 

-          Je ne voulais pas être seule, avoue Angela.

 

-          Tu ne voulais pas être seule, répète Bella. Tu ne voulais pas être seule, répète encore Bella, mais un peu plus fort. Christ t’aurais dû aller t’acheter un chat ça aurait fait la même putain de chose, crache Bella qui tremble un peu.

 

-           Tu vois qu’ils sont dangereux, me dit Angela avec une certaine lueur dans les yeux.

 

-          Je sais ce qu’ils sont, je sais de quoi ils sont capable, j’ai combattu à leurs cotés, lui crachais-je en enroulant un bras autour de la taille de Bella.

 

-          Sors d’ici et ne reviens pas, lui dit Bella.

 

-          Tu n’as pas le droit de…

 

-          Elle t’a dit de sortir d’ici et de ne pas revenir, dit Paul.

 

-          Tu choisis encore ta sœur, reproche Angela.

 

-          J’ai été des mois sans parler à ma sœur, j’ai été le pire des trous de cul avec elle à cause de toi, il est temps que ça change. Tu as été claire, tu n’apprécie pas être ici ni avec moi. Retourne chez toi, dit-il.

Angela fait ce qui lui a été demandé, Bella se détache de moi et s’avance vers Paul, les deux sont face à face et se regarde directement dans les yeux.

 

-          Je suis désolée, lui dit-elle.

 

-          Ne le sois pas Boo, je vais surement me trouver une petite poule pour me consoler, dit-il avec un petit sourire triste. Je suis heureux pour vous deux, il se tourne vers moi. Si tu fais mal à ma Boo, je te tue et je cache ton cadavre ou personne ne le trouvera, même pas une sangsue, me dit-il sérieusement.

 

-          On va l’aider, nous parvient de dehors.

Je souris et lui dit que les promesses que j’ai fait, je vais les tenir, mais qu’il peut arriver qu’on se fâche, il sourit et dit que c’est certain que ça va arriver avec Bella. Cette dernière lui donne un coup de poing dans l’épaule et d’après la grimace, elle n’y a pas été doucement. La grand-mère de Bella arrive et dit à Paul de ne pas s’en faire, que le vent est revenu à l’Est, elle ajoute qu’une collation nous attend à la cuisine. Elle nous embrasse tous et nous souhaite une bonne nuit. Je regarde Bella qui rie doucement et demande à sa grand-mère ce que le vent lui a dit, la vieille secoue la tête et marmonne quelque chose en s’éloignant. Je passe la nuit chez les Swan et dormir avec ma douce dans mes bras est quelque chose que je vais rapidement m’habiter.

Je me suis réveillé et Bella n’était plus dans mes bras, ni dans le lit d’ailleurs. J’enfile mes jeans et mon t-shirt, j’adore être revenu humain, les cicatrices laissés par les nouveau-nés et les nombreuses batailles auxquelles j’ai participés ne sont plus visibles, ce qui fait que je peux mettre des t-shirt et même me promener torse nu, chose que je ne ferai pas ici. Je vais rejoindre Bella qui doit être en bas, je suis un peu surpris de voir tant de monde à la table de la salle à manger. Il y a Sam avec une petite fille dans les bras, Paul, les deux autres frères de Bella, le shérif Swan et le grand-père de Bella. Paul me dit de prendre place à ces côtés et que Bella, Emily, Kim et grand-mère vont arriver avec le déjeuné.  

 

-          Est-ce que je peux te poser une question ? Me demande Paul, je hoche la tête. Est-ce que ça te manques de ne plus être une sangsue ? Nous entendons un grognement provenir de la cuisine.

 

-          Pas du tout, j’adore être humain à nouveau. J’aime être capable de manger, j’aime être capable de dormir, j’aime être capable d’aller au soleil. Être humain à nouveau est un rêve devenu réalité, lui répondis-je.

 

-          Alors les jeunes, qu’allez-vous faire aujourd’hui ? Demande le shérif Swan pour changer le sujet.

 

-          On a prévue quelque chose pour le nouveau, dit l’un des frères de Bella avec un immense sourire.

 

-          On va l’initier à notre passe temps favoris, ajoute Paul.

 

-          Je veux voir ça, dit Sam.

 

-          Moi aussi, dit l’autre frère.

 

-          Et c’est quoi ? Demande Bella qui a un énorme plat d’œuf brouillé.

 

-          Plonger des falaises, répondent les quatre frères en même temps avant d’éclater de rire.

Une fois les œufs brouillés, le jambon, les pommes de terre rôties, le pain grillé, les saucisses et le bacon sont déposés sur la table, le shérif me dit de me servir avant que la meute se serve. Je me fais une assiette et une fois que tout ceux qui ne sont pas loup sont servit les cinq membres de la meute empile la nourriture dans leur assiette. Je sais que mes yeux sont arrondis par la grande quantité de nourriture qui est logé dans les assiettes.  J’ai à peine terminé ma première assiette que les loups en sont à leur deuxième.

Durant le repas je découvre ce qu’est une famille, une vraie famille. Les Cullen sont tous resté ensemble et se disent encore une famille, mais ça n’a rien à voir avec ce que je vie présentement. Ça discute de toute sorte de sujet, ça rie, ça se taquine, ça écoute aussi quand quelqu’un parle. J’aime ça. Tandis que chez les Cullen, personne ne parle, le seul son qu’on entend est le raclement des ustensiles dans les assiettes et les pages du journal qu’on tourne. Si quelqu’un a le malheur de parler, ce doit être pour une bonne raison.  

Après le repas, tous ceux qui n’ont pas fait la cuisine débarrassent la table et font la vaisselle, compromis qui est acceptable si on me demande mon opinion. Comme je n’ai pas de vêtement de rechange et que j’ai besoin de mon maillot pour les falaises, je dois retourner à la villa. J’invite Bella à m’accompagner, elle accepte, mais je vois une petite hésitation. Nous montons dans mon camion et je lui demande la raison de son hésitation, elle soupire et me dis qu’elle n’est pas très à l’aise de se retrouver face aux Cullen. Un peu avant d’arriver à la villa, elle me dit d’apporter des vêtements de rechange, ce soir il va y avoir un feu sur la plage et que je suis invité.

En entrant dans la villa, nous sommes accueillis par la famille qui nous regarde comme si nous venions d’une autre planète. Carlisle me dit que la prochaine fois que je n’entre pas coucher d’aviser, que lui et Esmé se sont inquiétés, je roule des yeux. Je monte à ma chambre pour me changer et prendre des vêtements que je vais laisser chez Bella, de cette façon quand je vais coucher chez elle, j’aurai des vêtements de rechange. J’arrive au dernier palier quand j’entends Rosalie parler, je tends l’oreille pour écouter sans me faire voir.

 

-          Quand j’ai appris que Jasper passait la nuit à la réserve, je me suis dit qu’il devait avoir perdu la tête, commence Rosalie. Cette hypothèse n’avait aucun sens, je me suis alors demandé pour quel raison moi j’irais passer la nuit dans une meute de chien et j’ai réalisé qu’il ne devait pas aimer être humain et qu’il souhaitait se faire tuer, ajoute-t-elle, je descends rapidement les marches.

 

-          J’ai décidé de passer la nuit à la réserve parce que je m’y sens bien, je m’y sens accepté et apprécié. J’ai décidé de passer la nuit avec ma compagne et j’ai bien l’intention de passer le plus de temps possible avec elle et sa famille. Est-ce que quelqu’un a quelque chose à dire à ça ? Demandais-je.

 

-          Ta compagne, crache Edward le boutonneux.

 

-          Bella s’est imprégné de moi donc oui, elle est ma compagne et je suis son compagnon, répondis-je.

 

-          Je suis tellement heureuse pour vous deux, sautille Alice. Vous méritez vraiment d’être heureux et je suis certaine que vous le serez pour très longtemps.

Je remercie Alice et j’avise Carlisle que je n’entrerai pas couché ce soir et probablement pas pour quelques soirs aussi. Il me dit que je ne dois pas m’imposer dans cette famille, j’éclate de rire et lui dit que je n’ai pas besoin de m’imposer, ils m’ont déjà accepté. J’essaie de savoir ce qui s’est dit le temps que je prenais des vêtements et Bella ne veut pas me le dire, elle dit que c’est sans importance.

Nous arrivons près des falaises et Bella me dit où stationner car nous ne pouvons pas nous y rendre avec mon camion. Une fois arrivé, je réalise que nous sommes sur la plus haute falaise de la réserve et que les gars veulent m’y faire sauter. Kim qui ne peut pas sauter car elle est enceinte va surveiller la petite Gabriella et Emily va sauter avec Sam. Jared va sauter seul, tout comme Paul, Embry va sauter avec Claire et Bella m’offre de faire le premier saut avec moi. Paul et Jared commence à me dire que je suis une poule mouillé car j’hésite à sauter, Bella me lâche la main et cours sur Paul et le pousse, comme il est près du bord, il tombe. Jared éclate de rire et saute à son tour. Sam me dit qu’il est normal que j’ai un peu peur, personne de sensé saute de si haut seul s’il n’est pas un loup ou accompagné d’un loup. Bella me prend la main et nous sautons.

Quand je refais surface j’éclate de rire, la sensation durant la descente est tellement intense que s’en est enivrant. Le saut suivant, je le fais seul, en fait, je le fais en compagnie de Bella, mais je ne lui tiens pas la main, Sam tient absolument qu’un humain normal saute avec un loup. Après un temps, Sam et Emily retourne chez eux, ils veulent mettre la petite dans son berceau. Kim se sent fatigué et Jared et elle retourne aussi à leur maison, Claire dit qu’elle a des amies à voir et Embry la raccompagne. Bella m’embrasse et me dit qu’elle doit aller faire une patrouille, ce qui fait que je me retrouve seul avec Paul qui me demande si je veux l’aider à ramasser du bois pour le feu de ce soir, ce que j’accepte volontiers. Bella est en patrouille depuis près de deux heures et je commence à ressentir une sorte de tiraillement au niveau de mon cœur, Paul me regarde et me dit qu’on va prendre une pause, que je n’ai qu’à m’assoir, il s’assoit aussi.

 

-          Ça va passer quand vous aurez terminé l’imprégnation, me dit Paul.

 

-          Que veux-tu dire par terminer l’imprégnation ? Demandais-je curieux car je ne savais pas qu’il y avait plus.

 

-          Il y a des choses que nous avons gardé secrète, même du violeur de pensés, commence Paul. Je suis certain que Bella t’en aurait parlé elle-même, mais disons que les dernières vingt-quatre heures ont été quelques peu mouvementés. Bella s’est imprégnée de toi, c’est la première étape. La seconde est le dévoilement et l’acceptation, ce qu’elle n’aura pas à faire car tu sais déjà pour sa partie loup et je crois que tu l’acceptes déjà. La troisième étape est la consommation de l’union, je me sens rougir un peu. Et la dernière étape, celle qui terminera et cèlera l’imprégnation est le marquage, termine-t-il.

 

-          Est-ce que la morsure se fait pendant un rapport sexuel comme chez les vampires ? Demandais-je.

 

-          Quand cette étape se fera, ce ne sera pas une baise normale et vous ne ferez pas l’amour tendrement non plus. Bella laissera son instinct prendre le dessus et avec nos gènes de coyotes, elle va avoir les yeux jaunes et ces crocs seront sortis. Je ne sais pas comment ça se passera car elle est une femelle, mais les mâles prennent leurs partenaire par en arrière et comme je t’ai dit, il n’y a rien de doux dans cet acte, c’est réellement bestial, explique-t-il.

 

-          Est-ce que tu as terminé ton imprégnation  avec Angela ? Lui demandais-je curieux.

 

-          Non, je n’ai jamais ressentis le besoin de la mordre et je dois te dire que je suis content de ne pas l’avoir fait, il grimace un peu.

 

-          Je suis désolé, lui dis-je. Je ne l’ai jamais comprise, autant quand j’étais un vampire qu’aujourd’hui, lui dis-je.

Il me dit qu’au début tout allait bien entre eux et un jour qu’elle était en visite, elle a trouvé Bella et lui, endormis sur le divan dans les bras l’un de l’autre et depuis ce jour là, elle a commencé à dire des petits commentaires sur Bella, elle a, selon lui, même essayé de les séparés. Une information qu’il m’a dite me revient en mémoire.

 

-          Qu’as-tu voulus dire par vos gènes coyotes ? Demandais-je.

Il m’explique que la famille de son père, les Swan, sont des descendants de protecteur qui prenne l’apparence de coyote et que la famille de sa mère, les Black, des loups. La meute Swan aurait très bien pu en être une de coyote ou mixte. Paul me dit que Bella s’en vient, qu’il l’entend, je me lève et me tourne vers la forêt, je vois ma belle sortir de la forêt en marchant. Elle nous rejoint rapidement, on s’embrasse un peu moins chastement que plus tôt, Paul se racle la gorge et dit qu’il ne veut pas me voir bouffer les amygdales de sa sœurs.

Après être allé chez les Swan pour se doucher, changer de vêtement, remplir quelques glacières nous retournons à la plage ou la famille de Bella est présente et l’autre meute  y est aussi. Ma présence, même si je suis humain crée quelques frictions avec Jacob, mais les Swan le remettent vite à sa place. Un fois le feu allumé, Angela arrive sur la plage et sans un regard pour nous, elle va rejoindre Jacob qui a un sourire de con sur le visage. Après le repas, hot dog grillé sur le feu et hamburger sur le grill, je ne savais pas à quoi m’attendre comme goût, mais c’est bon.  Bref, après le repas, nous écoutons les légendes que le chef Black raconte, le shérif Swan raconte aussi les légendes qui peuplent sa tribu. Je comprends maintenant ce qu’Angela avait voulu dire quand elle disait que c’était fascinant. Une fois les ‘’humains’’ normaux retourné chez eux, le shérif Swan me demande de leur parler de ce que j’ai vécu en Italie. Je lui demande s’il est certain de vouloir savoir ce que nous avons vécu, il me regarde intensément.

 

-          Je ne veux pas savoir ce que les autres ont vécu, je veux savoir, nous voulons savoir ce que toi, Jasper, a vécu en Italie, précise-t-il.

Il m’est rarement arrivé que quelqu’un s’intéresse à moi, juste à moi. C’est pour cette raison que j’ai apprécié Lobo, ce loup avait une colère envers tous les vampires qui croisait sa route, mais cette colère était amoindrie envers moi. Est-ce que je peux dire ce que j’ai vécu sans faire de peine ou de mal à Bella ? Je lui aurais dit de toute façon, aussi bien lui dire pendant qu’elle est avec sa famille.

 

-          Les Volturi ont décidé que notre punition pour avoir laissé une humaine dans le secret de notre monde, d’avoir laissé une arme pour deux des rois leurs glisser entre les doigts, nous allions redevenir humain. Aucun vampire dans le monde entier n’étais redevenu humain et ce, depuis le début des temps, depuis le premier vampire, commençais-je.

 Ce que les Volturi prenaient pour une punition était pour nous, moi, me repris-je,  le contraire, car je n’appréciais pas être un vampire. J’aimais certain aspect comme la vitesse, la force et la capacité infini de mon cerveau. Pour le reste… 

 Comme j’ai dit, ce genre de chose n’avait jamais été fait avant donc aucun vampire ne savait comment nous rendre humain. Aro a décidé de faire des expériences, dis-je en fronçant des sourcils. Bella serre doucement ma main. J’ai été plus d’un mois sans me nourrir car il pensait m’affaiblir, ce qui n’a pas eu l’effet qu’il désirait, mon alter égo est sorti et a fait un carnage parmi les nouveau-nés de Volterra. J’ai été démembré pour voir si la perte de venin pouvait faire quelque chose, rien. Aro a inventé des aiguilles capable de percé la peau des vampires et grâce à ça, il a été capable de retirer la quasi-totalité de mon venin, je prends une rasade de ma bière.

 Le venin pour un vampire est comme le sang et les autres fluides pour les humains. Quand un vampire se blesse, c’est du venin qui coule et cèle la plaie, un vampire ne pleure pas, mais du venin peut s’accumuler dans les yeux d’un vampire. Quand un vampire salive, c’est du venin, quand un vampire éjacule, c’est du venin, expliquais-je. Comme l’aspiration, même faite doucement, ne fonctionnait pas, Aro a décidé de recherché un vampire qui aurait le don de nous rendre humain et après une centaine de morsures, il s’est découragé. Il pensait nous détruire quand un jour, un mâle est venu avec sa compagne humaine et il a demandé aux rois de la transformer pour lui. Il disait qu’il n’arrivait pas à transformer sa compagne, malgré qu’il l’ait mordu à de multiple reprise.

 Aro a le don de voir la vie d’une personne par un simple touché, il a vérifié les dire du vampire et a accepté de transformer l’humaine si le vampire mordait Carlisle. Ce que le vampire a fait et trois jours plus tard, Carlisle a ouvert les yeux et il était humain. Avec quelques menaces bien placées, le vampire nous a tous mordu et nous sommes tous revenu humain.

 Lors de la transformation d’humain à vampire, on a la sensation de brûler sur un bûcher. À l’inverse, quand un vampire redevient humain, on a l’impression de geler, d’e se transformer en glacier.

 Aro nous a sorti du château et nous a demandé de rester dans la ville pour un temps, pour voir si l’effet allait durer et comment nous allions nous adapté à notre nouveau statue. Dès que j’ai pu, j’ai pris l’avion et je suis venu ici, terminais-je.

Le shérif me remercie d’avoir partagé ça avec eux, je vois les filles de la famille avec des larmes qui menace de couler et Angela pleure littéralement. Bella m’embrasse chastement et il est décidé que la soirée était terminée. Bella laisse les autre se chargé d’éteindre le feu et nous retournons à sa maison, nous montons à sa chambre, j’enlève mes vêtements et me couche ne portant que mon boxer. Bella porte un t-shirt et un boxer, nous entrons sous la mince couverture, je la prends dans mes bras et laisse le sommeil venir me cherché.

 

 Chapitres suivants la meute swan

5 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (20)

1. grazie mardi, 03 Février 2015

cc enfin ils sont ensembles . quelle s****e cette angela. pauvre paul mais il a raison de virer l'autre. bisous grazie

2. grazie mardi, 27 Janvier 2015

cc j'ai adore . bpn jasper et mes autres sont humains. je confirme je n'aime pas angela . j'espere que bell ne va pas s'eloigner de jasper a cause de ce que l'autre a dis. bisous et bon courage pour la suite grazie

3. grazie mercredi, 21 Janvier 2015

cc j'aime ce chapitre.
il me tarde de voir comment sa va se derouler les retrouvailles de jasper et bell.
je dois dire que angela est vraiment une conne et une garce. bisous grazie

4. lilly mercredi, 21 Janvier 2015

j'adore ton histoire et ce chapitre est juste fantastique .j'ai hate de lire la suite

5. Missa sasa mardi, 13 Janvier 2015

Merciiiiie ❤️ Pour les deux chapitre 9/10 s'était une tuerie comme dab hyn j'espère que bella et jasper von vite se retrouver et se rapprocher et qui sait former un couple hyn Mdeir !!!! J'ai hate de lire le chap 11 !!!!! J'en suis sure que je vais aimer enfin nous allons aimer comme d'habitude !!! Bisouuuuuxxx

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017