Créer un site internet
Fiction Litterature

La prophétesse

OS

Bella venait de mettre le point final à son dernier article et resta un moment devant son écran à réfléchir. Elle savait qu'en le publiant elle allait attirer l'attention sur elle. Elle connaissait les risques qu'elle prenait mais le fait est qu'elle devait avertir le monde. Elle se doutait bien cependant que la grande majorité des humains la prendrait pour une folle, enfin un fou puisqu'elle s'était cachée sous un pseudo masculin.

Elle s'était bien préparée à cela mais elle savait qu'à partir du moment ou elle appuierait sur la touche ENTER de son clavier, elle se mettrait une cible sur le dos et pas seulement avec les Cullen mais avec l'ensemble de la population vampire et surtout les Rois.

Elle se doutait également que pour faire respecter leur ordre et leur justice à travers le monde, ils avaient dû évoluer en même temps que les humains et qu'eux aussi se servaient du Net pour cela.

Elle ne connaissait pas tout leurs pouvoirs, elle savait seulement qu'ils avaient de gros moyens cependant ce n'était plus une jeune fille crédule et naïve. Après son histoire avec les Cullen, elle avait même développé une sorte de paranoïa et cela c'était bien entendu à cause de Victoria qui l'avait traquée des années durant.

Elle inspira un bon coup et aussi rapidement que subitement elle appuya sur la touche. Son article était en ligne. Elle venait de sceller son sort. Elle se leva quitta sa pièce informatique. Dans le sas qui la séparait du reste de son appartement, elle retira sa cagoule intégrale ainsi que son boléro noir.

Oui elle était devenue complètement parano mais en temps que geek confirmée maintenant, elle savait qu'il était possible d'accéder à ses caméras intégrées dans ses portables, bien qu'elle les avait tous recouvert de scotch opaque. Cependant c'était aussi pour parer aux visions de la voyante au cas ou celle-ci se mettrait à sa recherche afin de trouver « Le Prophète » qui livrait tous les détails des caractéristiques vampires à la population ainsi que la liste des endroits où ils seraient susceptibles de se cacher pour les clans sédentaires. Elle avait fait une étude en se basant sur la ville des Volturi. Les endroits où il y avait un taux de meurtres et de disparitions bien inférieur aux chiffres nationaux et des alentours par exemple, était un signe qu'il y avait un clan sédentaire. Dans son article, elle avait même été jusqu'à dévoiler les règles et les lois des vampires.

Elle avait fait cela parce qu'elle se souvenait d'avoir elle même fait des recherches sur la question lorsqu'Edward avait commencé à lui tourner autour. Elle aurait aimé avoir ce genre d'informations à ce moment là. Si elle les avait eues, si elle avait eu vent de toutes les informations qu'elle détenait aujourd'hui peut-être qu'elle aurait pris peur et n'aurait pas voulu poursuivre cette relation. Si elle avait eu accès à ce genre d'informations, elle aurait aussi su comment faire pour échapper à James et à sa compagne par la suite. Si elle les avait eues, son père, ses amis et grands nombres de personnes de Forks et des alentours seraient encore en vie aujourd'hui.

C'est pour cela qu'elle prenait le risque d'attirer l'attention sur elle. C'était pour permettre à d'autres personnes qui étaient ou qui seraient dans sa situation de pouvoir s'adapter car tous n'auraient pas la chance d'avoir des loups mutants pour les sauver et les protéger. Aujourd'hui elle n'avait plus rien à perdre. Elle avait déjà tout perdu à cause des vampires.

Cela faisait sept mois qu'elle avait posté son article sur le net et elle savait qu'elle avait été repérée car son article avait disparu mais elle n'était pas ingénieur informatique pour rien. À chaque fois que l'article s'effaçait, il se dupliquait mais plus encore le serveur qui intervenait sur celui-ci était infesté par un virus qu'elle avait elle même créé. Sans les codes il était quasiment impossible pour qui que ce soit de l'éradiquer et elle se doutait bien que les vampires qui intervenaient devaient être des membres de la famille Royale donc ils devaient sans aucun doute travailler en réseau. Vu le temps qu'ils avaient mis à revenir à la charge après l'implantation de son virus, elle avait dû endommager tout l'ensemble de leur système informatique.

Cependant ce n'était pas la seule réaction qu'elle reçut après la parution de son article. Elle fut presque choquée de constater le nombre de messages de demande d'aide qu'elle avait reçu et cela augmentait bien évidemment la somme de travail. Car à chaque demande d'aide, un message automatique avec des conseils à suivre et répondant aux mots clefs était envoyé. Après elle relevait l'adresse IP du message et faisait des recherches sur la personne derrière. Elle devait s'assurer de ne pas avoir affaire à des vampires. Si les recherches étaient rassurantes, elle répondait en personne et personnalisait les conseils selon la situation décrite. Elle avait recensé plus d'une cinquantaine de message d'aide sérieuses. Elle faisait aussi un suivi de ceux-ci, c'est à dire lorsque les humains réussissaient à s'enfuir, elle prenait de leurs nouvelles. Malheureusement plus d'une vingtaine ne répondait plus aux messages mais avec les informations qu'elle avait récoltées avec ces demandes d'aides, elle avait même fait une nouvelle liste des personnes ayant été soient enlevées soit retrouvées mortes, qu'elle mettait à jour régulièrement en les plaçant sur une carte. Elle y détaillait aussi le physique des vampires signalés.

Certains vampires avaient essayés de la pister de cette façon. Elle avait découvert un bon nombre de faux profiles mais grâce à la localisation des adresses IP ou la non localisation de celles-ci ainsi que ses recherches administratives avec son système de reconnaissance faciale qu'elle avait développée, elle avait pu les repérer assez facilement. Ils se servaient la plupart du temps de photos prises sur le net. Elle avait même récemment déjoué un faux profile plus élaboré que les autres mais grâce à ce logiciel, elle avait pu retrouver la personne correspondante à la photo et elle n'avait rien à voir avec le profile qu'elle avait pu voir.

Depuis qu'elle avait mis cet article en ligne, elle vivait dans la crainte constante qu'elle soit repérée mais elle était aussi soulagée en pensant au nombre de personne qu'elle avait pu aider. C'était toujours ça qu'ils n'auraient pas.

Bella venait de terminer sa session de travail. Elle était conseillère hotline freelance pour divers entreprises informatiques. Cela lui permettait de travailler chez elle et de poursuivre sa petite entreprise personnelle sans avoir de compte à rendre à personne. Tant que son travail était fait et qu'elle récoltait de bonnes notes de la part des clients qu'elle aidait, elle disposait de son temps comme elle le désirait. De plus ça payait bien, même si ce n'était pas suffisant pour survenir à ses besoins. Pas des besoins courant comme le paiement de son loyer, de ses factures ou de son alimentation, son salaire était suffisant pour ça.

Elle avait d'autres besoin, comme se payer des ordinateurs performants ainsi que divers matériaux indispensables pour sa double activité mais pas seulement. Elle avait dû aussi prévoir des frais pour une nouvelle identité, deux voitures en plus de celle qu'elle conduisait quotidiennement et un local lui permettant de se cacher si elle venait à être repérée. Elle n'avait rien laissé au hasard et pour cela elle avait dû mettre à profit ses talents de geek pour faire rentrer de l'argent et remplir ses comptes en banque. Elle ne roulait pas sur l'or et avait même un train de vie tout à fait modeste mais elle ne manquait pas d'argent en cas de besoin.

Le soir était tombé et en regardant l'heure sur son écran elle se rendit compte que son épicerie allait bientôt fermer. Cela faisait trois jours qu'elle reportait ses courses mais là elle n'avait plus le choix, son frigo et ses placards étaient totalement vides et elle mourrait de faim.

Elle était arrivée à son sas intermédiaire lorsqu'elle entendit l'alerte de son entrée. Elle fit rapidement demi-tour pour aller vérifier qui entrait dans le bâtiment. Ils n'y avait que cinq logements dans celui-ci mais avec sa paranoïa coutumière, elle avait placé une mini caméra espion à détection de mouvement dans le globe de lumière à l'entrée, juste en face des portes. Elles s'achetaient maintenant n'importe où sur le net. Elle paniqua lorsqu'elle vit trois vampires pénétrer dans le hall d'entrée.

Ils l'avaient bel et bien repérée. Elle se demandait comment puisqu'elle était certaine qu'on ne pouvait pas remonter son IP.

Bien évidemment elle entra en panique une seconde avant de se reprendre. Ce n'était pas la première fois qu'elle avait des vampires aux trousses et elle donnait suffisamment de conseils qui avaient fait leurs preuves. Elle devait se les appliquer elle même. Elle se précipita pour sortir de sa pièce informatique après avoir lancé le virus qu'elle avait programmé pour le jour où cette situation se présenterait. Tout ce qu'elle avait sur les ordinateurs de cette salle serait détruit dans les trente secondes. Elle arriva dans son salon, essayant de s'exhorter au calme. Elle attrapa son sac à main, son téléphone et sortit rapidement de chez elle.

Elle savait qu'elle devrait les croiser mais elle ne les avait jamais vu jusqu'alors, elle était aussi certaine qu'ils n'étaient pas déjà venu car en plus de la caméra dans le hall d'entrée, il y a avait celles qu'elle avait placé autour de son bâtiment et dans son quartier qu'elle visionnait tous les jours au petit déjeuner.

Ils ne savaient pas qui elle était et elle avait une chance de pouvoir passer à côté sans qu'ils ne l'arrêtent. De toute façon elle avait aussi le plan B au cas ou.

Elle prit son téléphone et appela Karl dès que sa porte d'entrée fut fermée à clef.

-Club des 11, entendit-elle dans son téléphone.

-Papa c'est Lyna, je pars de la maison je ne vais pas tarder. Ne commencez pas sans moi, dit-elle dans le téléphone en descendant les marches.

Arrivée au premier étage elle croisa les vampires, le premier avait une tablette dans ses mains. Bien évidemment son cœur fit une embardée en les voyant. Elle baissa légèrement la tête essayant de faire passer son malaise pour un trouble que les vampires suscitaient chez les humains.

-Tu veux que je vienne te chercher ou que j'envoie l'un des gars ? demanda Karl à l'autre bout du téléphone. Il avait reconnu le mot de passe et il savait ce qu'il se passait.

Bella resta prise dans le regard sombre du premier des vampires qui montait, un grand aux cheveux blonds cuivrés savamment décoiffés.

-Lyna ?! appela Karl dans le téléphone alors que la jeune fille ne répondit pas.

-Heu... non ça ira, dit-elle alors que le vampire lui retourna un sourire en coin séducteur qui fit faire une embardée au cœur de la jeune femme. Elle lui sourit, un sourire timide avant de dévaler les escaliers plus rapidement en ajoutant dans le téléphone :

-J'en ai pour cinq minutes, attendez moi.

Elle arriva à la porte d'entrée du bâtiment et courut rapidement sur sa voiture qui était garée devant l'immeuble sur sa place réservée.

-C'est ici, indiqua Démétri devant la porte.

-C'est l'odeur de la fille qu'on vient de croiser ! releva Jane.

-Sur l'autre porte aussi, ajouta Félix alors que le traqueur venait de forcer la porte d'entrée d'où ils avaient repéré la surconsommation d'électricité.

-Merde c'est elle ! grogna Démétri en faisant demi-tour.

Lorsqu'ils sortirent du bâtiment, ils la virent dans une voiture qui venait de s'engager dans la circulation.

-Jane arrête là ! grommela-t-il contrarié parce qu'il venait de réaliser qu'il ne parvenait pas à capturer sa fragrance.

-Ça marche pas ! s'exclama-t-elle choquée en regardant la voiture prendre de la vitesse.

-MERDE ! Moi non plus ça ne marche pas. Il faut qu'on la piste, sinon elle va nous échapper, indiqua-t-il en courant sur leur voiture garée un peu plus haut.

Il n'eut pas de mal à remonter sa piste olfactive. Quand elle avait dit cinq minutes à son interlocuteur, elle n'avait pas menti. Le fait est qu'elle était à quelques rues à peine de son appartement.

-Elle est dans ce pub, indiqua le traqueur en tendant l'oreille à l'intérieur.

-Bon les gars j'ai besoin d'un coup de main ! Ma petite protégée à des emmerdes avec une saloperie de secte sataniste ! Ils arrivent il faut les bloquer ! J'ai besoin de quelques gars aussi pour la faire sortir par l'autre côté, indiqua une voix masculine. Démétri reconnut la voix de l'homme au téléphone.

-On va se faire bloquer par les humains à l'intérieur. Elle leur a dit que nous étions une secte sataniste, les informa-t-il.

-Elle est vraiment rusée, commenta Félix impressionné.

-Ouais elle commence à me courir sérieusement moi ! On fait quoi avec les humains ?

-Vous passer par devant, je vais derrière, il y a une sortie, indiqua Démétri en faisant demi-tour.

Il trouva l'arrière du pub et se posta dans l'ombre d'un conteneur à poubelle, attendant qu'elle sorte avec son escorte. Cependant ça ne bougeait pas et il trouva ça louche. Il décrocha son téléphone lorsqu'il vibra dans sa poche.

-Dem on s'est fait avoir l'autre sortie n'est pas derrière mais c'est le bâtiment à côté. Ils nous bloquent on peut pas sortir sans user de la force ! grommela Félix.

-La garce ! gronda le traqueur en se précipitant devant. À peine sorti de la petite ruelle, il vit passer une nouvelle fois la jeune femme dans une nouvelle voiture. Mais le pire de tout ça c'était cette puanteur de Javel et d’ammoniaque qu'il pouvait sentir. Il fronça le nez se le couvrant d'une main alors qu'elle était à son niveau mais de l'autre côté de la route. Elle le vit et elle lui destina un petit sourire tout en disant :

-Essaie de me pister maintenant traqueur ! Il lui retourna un sourire en réponse au sien tout hochant la tête pour accepter son défi.

Lui aussi était impressionné par ce petit bout d'humaine et elle venait doublement d'attiser son intérêt. Outre le fait qu'elle était très clairement à son goût que ce soit gustativement que physiquement parlant, elle venait d'éveiller son instinct de chasseur et il y avait longtemps qu'il n'avait pas ressenti ça.

Félix ayant usé de la force et provoqué une bagarre générale dans le pub, finit par sortir avec Jane sur ses talons. Tous les deux étaient clairement énervés.

-On fait quoi maintenant ? grommela la garde.

-On retourne chez elle, on va essayé de chercher une piste à suivre, indiqua le traqueur.

-Tu peux pas la pister ? demanda Félix surpris.

-Tu peux toi ? retourna-t-il en le fixant.

-Non mais mon odorat est moins puissant que le tien et puis cette puanteur m'empêche de sentir quoi que ce soit, répondit le costaud de l'équipe.

-Je ne peux pas non plus, elle vient de me cramer l'odorat. Il va me falloir quelques heures avant de le retrouver, lui répondit-il en tournant le regard vers le pub où des hommes mal en point pour certain et ensanglanté pour d'autres sortaient avec toujours cette envie d'en découdre.

-Bon allons-y, déclara Démétri en leur tournant le dos.

Ils venaient de fouiller tout l'appartement de la jeune femme. Ils avaient trouvé son espace de travail et ils avaient été clairement impressionnés une fois de plus surtout qu'ils n'avaient rien pu sortir des carcasses vide des ordinateurs. Elle avait lancé le même virus qui avait détruit tout leur système informatique au château. Après cette histoire, les rois avaient décidé de créer un espace informatique rien que pour ce Prophète avec plusieurs ordinateurs puissants mais non branchés en réseau pour s'occuper de son cas.

Ce n'était même pas par ce biais là qu'ils avaient pu remonter sa piste. Elle était tellement douée qu'elle parvenait à trouver chacun des faux profiles qu'ils avaient créés, elle n'était pas repérable par son adresse IP non plus parce qu'il changeait de pays toutes les dix secondes et son virus avait été si efficace qu'aucun de leurs experts n'avaient rien pu faire pour le bloquer avant qu'il contamine l'ensemble du réseau du château. S'ils avaient pu la repérer c'était grâce à Heïdi qui avait pu cibler un pays avec les textes qu'elle avait publié. Certaines tournures, certains mots étaient américains et non anglais comme ils l'avaient tous pensé au départ. Ensuite ce fut une longue, une très longue recherche en se basant sur les conseils qu'elle avait prodigué d'une part et sur la consommation d'électricité parce qu'avec les moyens qu'elle se donnait, il était évident qu'elle avait des besoins un peu plus prononcé qu'une famille classique. Ils avaient visités vingt-sept maisons et appartements dans cet état avant de tomber sur elle et ils en étaient à plus de trois cent dans divers états depuis le commencement de cette chasse au geek, il y a de cela quatre mois.

-Il y a rien à exploiter ici ! grogna Jane en cassant l'un des claviers.

-Pas plus que dans le reste de l'appart. Il est évident qu'elle vivait ici en stand bye. Elle s'attendait à ce qu'on l'a trouve. Il n'y a rien de personnel, même pas de courrier, pas une photo, rien de rien ! ajouta Félix.

-Nous avons affaire à une renarde mais nous savions déjà qu'elle connaissait bien son sujet. Ce sera un peu plus long mais on finira par lui mettre la main dessus surtout maintenant que nous avons sa fragrance et son visage, leur indiqua Démétri avant de prendre son téléphone pour avertir les Rois.

-Oui Démétri. Du nouveau ? demanda le Roi Aro.

-Oui monseigneur et les nouvelles ne sont pas forcément bonnes, répondit-il.

-Toujours aucune piste ?

-Si nous en avons une. Nous avons trouvé le Prophète qui est en réalité une Prophétesse mais elle est encore plus rusée qu'on ne le pensait. Elle avait posé des caméras tout autour de chez elle, elle nous a vu arriver et nous l'avons même croisée dans ses escaliers mais nous étions persuadé d'avoir affaire à un homme. Elle s'est enfuie.

-Tu n'as qu'à la retrouver, ce n'est pas si compliqué pour toi ! entendit-il le Roi Caïus grogner.

-Je ne le peux pas. Mon don ne fonctionne pas avec elle, pas plus que celui de Jane d'ailleurs et je n'ai pas pu la suivre de façon plus normale parce qu'elle m'a cramé l'odorat avec de l'ammoniaque et de la Javel. J'ai perdu sa piste, leur annonça-t-il avec une petite grimace parce qu'il entendit le grognement de mécontentement du Roi Caïus.

-Il faut la retrouver et vite ! ordonna-t-il autoritairement.

-En effet bien que nous la pensions plus intelligente que la moyenne humaine, nous l'avions encore sous-estimée. Essayez de trouver une piste et fouillez son appartement.

-L'appartement c'est déjà fait, on ne peut rien en tirer. Il n'y a rien d'exploitable, elle a détruit tout son système informatique avec le même virus qu'elle nous avait implanté et son appartement est totalement vide d'indices.

-Vous avez son image et sa fragrance, puisque vous l'avez croisée, servez-vous en ! indiqua le Roi autoritaire.

-Oui, elle sent la freesia avec une note de fraise et je vous dessine son portrait que je vous envoie dès que possible, répondis-je.

-Très bien nous attendons ce portrait. En attendant essayez de trouver une piste, si vous y arrivez et tenez nous au courant, conclut le Roi Aro.

-Oui monseigneur, répondit le traqueur avant que le Roi ne raccroche.

Ils avaient passé les quinze jours suivants à essayer de relever une piste olfactive. Ils s'étaient également connecté sur son blog et eurent la surprise de voir un nouvel article. Elle informait ses lecteurs qu'elle serait momentanément indisponible, le temps pour elle de s'installer dans un nouvel endroit plus sécurisé car son ancien point de chute était compromis puisqu'elle avait failli se faire prendre par des vampires à son tour. Elle avait même été jusqu'à mettre des photographies de Félix Jane et Démétri qu'elle avait prise grâce à son système de vidéo surveillance.

Les vampires en question avaient été pas mal énervés et ils n'étaient pas les seuls et ce n'était rien en comparaison de la colère du Roi Caïus qui semblait maintenant en faire une affaire personnelle.

Ils venaient d'arriver au château. N'ayant pu récolter aucune piste, ils en revenaient au point de départ pour les recherches. Il leur fallait de nouveau réétudier tous les états des États Unis afin de repérer de nouvelles surconsommation d'électricité.

L'avantage qu'ils avaient par rapport à la dernière fois c'est qu'ils avaient maintenant une base comparative. Ils avaient convenus que tous les endroits qu'ils avaient déjà visités seraient exclus mais plus encore ils pourraient comparer avec ceux qui restaient à voir et ils se rendraient directement sur tous les nouveaux points de suralimentation.

Ils se présentèrent tous les trois devant les trônes occupés de la grande salle.

-Qu'il est plaisant de vous revoir après ces longs mois passés à l'extérieur, les accueillit le Roi Aro.

-Il est plaisant de rentrer à la maison mon Roi, répondit Jane et il était indéniable qu'elle le pensait.

-Nous avons pris connaissance de vos rapports quotidiens mais me permettez vous de voir par moi même cette jeune personne ? questionna le Roi Aro.

Ils répondirent tous par l'affirmative et le Roi fit un signe de tête afin que Démétri l'approche puisqu'il était le chef de mission.

Une fois à sa hauteur le traqueur tendit sa main et le Roi pu voir l'ensemble de la mission en seulement une minute.

-Oui je suis d'accord avec toi Démétri. Cette jeune femme cumule les qualités. Elle est aussi jolie et intrigante, qu'elle est intelligente, déclara le Roi Aro avec un petit sourire complice.

-Tu ne vas pas te mettre à l'admirer après tous les torts qu'elle nous cause et la façon dont elle nous fait perdre la face aux yeux de notre société ! grommela Caïus mécontent. Quant à toi si tu la trouves autant à ton goût, retrouve là ensuite nous pourrons consentir à te la laisser en dédommagement une fois que nous l'aurons entendu ! reprocha-t-il au traqueur.

-Je te rassure mon frère, il a bien l'intention de la retrouver. Il s'avère qu'elle a mis Démétri au défi de la retrouver. Je sais que tu vas y parvenir et je pense que ton idée pourrait être bénéfique en effet, acquiesça le Roi.

-Quel idée ? retourna Caïus.

-Il veut la contacter via son blog afin d'essayer d'en apprendre un peu plus sur elle. Il espère pouvoir l'hameçonner. Non plus en utilisant un faux profile mais en créant le sien.

-Vu l'intelligence et la paranoïa de cette fille, je doute qu'elle morde, répliqua Caïus.

-Sans doute mais l'orgueil a ses failles. On ne perd rien à essayer, déclara le Roi Aro.

-Si vous avez du temps à perdre. Cependant vous reprenez les recherches pour la localiser de nouveau au cas ou ton plan ne fonctionnerait pas ! ordonna le Roi Caïus.

-Oui maître, répondit le traqueur en se reculant car il avait compris que l'entretien tirait à sa fin.

Bella avait quitté le Colorado pour se rendre jusqu'à Kansas City où elle prit l'avion pour rejoindre l'Italie. Vu qu'ils l'avaient retrouvée aux États Unis, elle se doutait bien qu'ils la chercheraient sur ce continent là et il n'y avait pas meilleure cachette que celles qui étaient visibles. Elle savait que c'était culotté de se cacher aux nez et à la barbe de ces vampires mais elle espérait obtenir plusieurs mois, le temps pour elle de se créer une nouvelle identité puisqu'elle venait d'utiliser celle de secours.

Elle avait trouvé l'endroit parfait pour se cacher. Un appartement situé juste au dessus d'une grande boucherie en plein centre de Rome. Elle savait l'odorat des vampires sensibles et elle se doutait bien qu'ils ne s'approcherait pas volontairement de ce genre d'endroit. De plus elle n'avait pas besoin de placer des caméras, elle n'avait qu'à pirater celles de la rues ainsi que celle de la boucherie qui avait un système de vidéo surveillance qui filmait l'avant et l'arrière du magasin. C'était vraiment l'endroit parfait pour elle.

Bien évidemment, elle avait dû recommander du matériel informatique et cela prit un peu de temps pour qu'elle soit de nouveau opérationnelle.

Dix jours après son emménagement, elle avait tout reçu, tout branché et installé tous les logiciels nécessaires à brouiller sa trace, elle pirata tous les serveurs lui permettant d'accéder aux caméras de surveillance. Une fois son intendance terminée, elle pu enfin se reconnecter à son blog. Elle avait quelques messages en attente et elle y fit rapidement le tri. Les calomnieux, les farces et les hoax, elle les repéra très rapidement, cependant qu'elle ne fut pas sa surprise de tomber sur un message d'un dénommé « Traqueur Italien » elle cliqua dessus pour en lire le contenue. Elle ne doutait pas une seconde de qui il s'agissait lorsqu'elle lut l'entête.

Ce message est destinée à la Prophétesse.

Ma douce et jolie Prophétesse, comme tu n'as pas pu entendre ma réponse, je me permets de t'en faire part ici, puisque je n'aie pour le moment pas d'autre moyen de te contacter.

Je relève ton défi ma beauté et dans peu de temps nous pourrons avoir une véritable discussion en tête à tête.

Bien que je ne doutais pas de ton intelligence avant de te rencontrer, le fait est que je t'avais tout de même sous estimée et crois bien que ce n'est pas permis à tout le monde de me surprendre de la sorte.

Qu'il est dommage que tu aies une si mauvaise opinion de mon espère. Mais qui sait, peut-être changerais-tu d'avis si tu apprenais à me connaître ? En tout cas moi j'aimerai bien en savoir un peu plus sur toi, pas seulement pour te traquer mais à cause de ce que j'ai vu. J'aime beaucoup ton anticipation, ton intelligence et ton assurance et tu n'en manques pas car il fallait bien toutes ces qualités pour nous croiser dans les escaliers en sachant que nous venions pour toi. Je ne parlerai pas de ton si joli sourire, je sais déjà ce que tu penses des flatteries de personnes comme moi, mais sache que j'y repense tous les jours.

Peut-être aurai-je la chance d'une réponse, en tout cas je l'espère.

Je te dis à bientôt,

Démétri, le Traqueur Italien.

P.S : Ta photo ne me rend pas vraiment justice, si tu veux j'en ai d'autre à te proposer. Et il avait accompagné son post scriptum d'un smiley qui faisait un clin d’œil.

Bella resta de longues minutes abasourdie devant son écran. En réalité elle y resta plusieurs heures s'étant décidé à ne pas répondre et pour se concentrer sur les personnes qui auraient vraiment besoin d'aide. De plus elle devait remettre à jour sa liste et reprendre ses recherches et ses comparaisons sur les disparitions inexpliquées et les morts par attaque d'animaux. Mine de rien les morts par attaque d'animaux étaient la troisième cause de mortalité en Amérique. Juste derrière la maladie et les accidents impliquant des véhicules à moteur de tous bords confondu mais ça se tenait dans un mouchoir de poche pour les deux derniers.

Ce message du Traqueur Italien lui trotta dans la tête durant toute la semaine. Elle ne cessait d'y penser et elle revenait dessus assez régulièrement. Cela la mettait en colère aussi qu'il se permette cette légèreté. Qu'il lui fasse comprendre qu'il faisait de cette histoire une affaire personnelle.

C'est d'ailleurs sous une pulsion de colère qu'elle lui répondit un soir assez tard à la suite d'un second message qu'elle venait de recevoir de sa part.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse :

Chère Prophétesse ou peut-être devrai-je t'appeler Lyna ?

Je me sens un peu triste de ne pas avoir eu de réponse de ta part. Moi qui te pensais courageuse. Devrais-je revoir mes espoirs et mon estime de ta personne à la baisse ?

Après tout ce que tu publies sur ma communauté j'aurai pensé que tu aurais profité de la situation pour essayer de grappiller quelques informations supplémentaires à mettre dans ton blog.

Je t'en donne une gratuite, l'étau se ressert ma douce Prophétesse et dans peu de temps j'aurai enfin cette discussion en tête à tête que je voulais avec toi.

Bien à toi.

Démétri Traqueur Italien.

PS : je pense toujours à ton si joli sourire.

Message de la Prophétesse au Traqueur Italien.

Je ne sais pas comment je dois prendre tes messages. Tu dis que tu m'as sous estimée mais il est évident que tu me prends encore pour une idiote. Tu aurais dû comprendre que la flatterie ne fonctionne pas avec moi. Celle-ci ayant déjà été éprouvée sur ma personne par tes congénères, j'ai été échaudée et j'y suis devenue insensible. La psychologie inversée non plus d'ailleurs. De plus si tu étais si proche de m'avoir, je le saurai avant même que tu aies quitté ton château. Donc de deux choses l'une soit tu me prends vraiment pour une imbécile, soit c'est toi qui te surestimes beaucoup.

Quant à ce que je pourrais grappiller en échangeant avec toi, je pense que j'ai démontré que je n'avais pas besoin qu'on me fournisse de fausses informations pour alimenter mon blog.

Je peux même affirmer que je suis visiblement plus performante que vous sur le sujet car de ce que j'ai pu constater, le problème de disparitions massives et des corps mutilés retrouvés entre le Tennessee et le Kentucky n'ont pas été encore réglés. Pas plus que tous ces morts tout aussi mutilés et quasi quotidiens autour de Darhan en Mongolie alors que cela est supposé être ton travail, traqueur.

Mon petit blog suivit par seulement une petite centaine de personnes représenterait-il un danger plus important que ces disparitions et ces meurtres qui mettent indiscutablement votre secret en danger ? Je ne suis pas la seule humaine à savoir faire marcher ses neurones et un jour (peut-être plus proche que vous ne le pensez) un enquêteur va mettre le doigt dessus et votre secret ne sera plus qu'un secret de polichinelle.

La Prophétesse.

Elle envoya la réponse avant même de la relire sous le coup de la colère.

-J'ai une réponse ! s'écria Démétri devant son portable alors qu'il se trouvait dans la salle de divertissements avec Félix, Alec et Santiago.

-Qu'est-ce qu'elle dit ? demanda Félix en arrivant rapidement vers le traqueur suivit par les deux autres. Il se pencha au dessus de l'épaule du traqueur pour lire. Il étira un sourire à la fin de sa lecture.

-Elle a du mordant en plus. Je regretterai presque qu'on doive la tuer lorsqu'on l'aura attrapée.

-Oui moi aussi, répondit Démétri avec un petit sourire aux lèvres en se levant.

-Tu vas où ? questionna Alec surpris.

-Je dois aller voir les Rois et vérifier si les informations qu'elle vient de me donner sont vraies. J'espère pour nos experts qu'elle a tort parce qu'ils vont se faire remonter les bretelles sinon, répliqua le traqueur.

Santiago grimaça et hocha la tête en même temps.

Démétri rallia rapidement la salle de divertissement aux bureaux des Rois. Il alla directement à celui du Roi Aro.

-Oui Démétri l'invita-t-il à entrer. Ce dernier s'exécuta :

-Bonsoir maîtresse et excusez moi de vous déranger mais j'ai eu une réponse de la Prophétesse, indiqua-t-il en regardant le Roi.

-Vraiment ?! répondit ce dernier en souriant. Peux-tu me montrer ? demanda-t-il. Démétri hocha la tête et tendit sa tablette au régent alors que les deux autres pénétrèrent le bureau de leur frère.

-Qu'est-ce qu'elle dit ? demanda Marcus.

-Que visiblement il y aurait des problèmes inquiétants en Amérique du Nord et en Mongolie, répondit Aro avant de prendre son téléphone.

-Oui monseigneur ? répondit Marco au téléphone.

-J'aimerai que tu fasses des recherches et des vérifications entre des disparitions et des morts retrouvés mutilés dans le Nord des États Unis. Centre tes recherches sur les États du Tennessee et du Kentucky ainsi que sur la région entourant Dahran en Mongolie et je veux ça dans cinq minutes. Mets autant de monde que tu as sous la main pour ça, dit-il avant de raccrocher.

-J'espère que ce n'est pas vrai sinon on va encore passer pour des incapables ! grommela Caïus.

-On verra bien. En tout cas ton approche a fonctionné Démétri, je t'en félicite. Maintenant qu'elle a mordu, nous allons attendre d'avoir la confirmation ou non de Marco et tu pourras lui répondre.

Les Rois discutèrent de cette Prophétesse jusqu'à ce que le téléphone du Roi ne les interrompe cinq minutes piles après la demande au technicien informatique en chef du château.

-Oui Marco je t'écoute.

-Il y a bien une série importante de disparitions recensée au Tennessee et d'après le nombre de corps Mutilés retrouvés au Kentucky, le peu de temps écoulé depuis les première disparition et les derniers cadavres ainsi que les rapports des médecins légistes qui les ont autopsié, il y a tout lieu de croire que les responsables seraient vampires. Si je dois faire une estimation de personnes impliquées, je pense qu'il doit s'agir d'un clan de trois ou quatre personnes, indiqua-t-il.

-Je vois et pour la Mongolie ? questionna le Roi Aro.

-Ce serait aussi vampire mais là je pense qu'il s'agit d'un seul vampire qui se serait installé dans la région, répondit-il.

-C'est inadmissible que vous n'ayez pas vu ça plus tôt et que ce soit une humaine avec ses capacités restreintes qui nous signale cela alors que vous êtes toute une équipe ! tempêta Caïus. Il va falloir revoir vos méthodes ! grommela-t-il en colère.

-Merci Marco. Tu passeras me voir dans mon bureau demain matin avec toutes les informations que tu as pu avoir pour ces deux recherches, lui indiqua le Roi Aro avant de raccrocher.

-Elle est douée cette enfant ! commenta Narcissa.

-Oui douée et très intelligente, acquiesça son époux en hochant la tête. Démétri tu peux lui répondre que nous la remercions pour les informations qu'elle nous a transmises et que nous allons bien évidemment gérer ça dans les plus brefs délais et que si elle en a d'autres, qu'elle n'hésite pas à nous en faire part.

-Tu ne vas tout de même pas travailler avec elle ! s'exclama Caïus outré.

-Comme tu l'as dit toi même, avec ses compétences diminuées elle est capable de damner le pion à nos équipes surqualifiées. Si elle voit des anomalies avant nos équipes, autant qu'elle nous fasse parvenir ce qu'elle a découvert avant que ça prenne des proportions démesurées. De plus c'est l'occasion de lui montrer une autre facette de notre nature. Elle nous craint et il est évident qu'elle a côtoyé l'un de nos congénères pour avoir obtenu toutes ces informations sur nous. Certes elle nous cause du tort mais elle n'a qu'une centaine de personne à travers le monde qui suit son journal en ligne. C'est une goutte d'eau dans l'océan et qui sait avec toutes les qualités qu'elle accumule, peut-être arriverons nous à la recruter. En tout cas j'aimerai beaucoup avoir un esprit comme le sien dans notre château sans parler de sa faculté qu'elle a de résister aux pouvoirs de Jane et Démétri. Elle a un don cette enfant et pas seulement un don en informatique, expliqua patiemment Aro.

-Oui mais moi je ne suis pas d'accord ! Elle a révélé le secret et la peine est indiscutable dans ce cas de figure.

-Nous verrons bien ce que nous ferons une fois que nous aurons réussi à lui mettre la main dessus, répliqua le Roi Aro.

-Enfin si nous y parvenons, ajouta Marcus avant de faire demi-tour pour retourner dans son bureau.

-Je vous ferais parvenir sa réponse si elle me répond, indiqua Démétri avant de quitter le bureau du Roi à son tour.

Il ne rejoignit pas ses amis dans la salle de détente, il alla directement dans ses appartements et s'installa dans son canapé pour répondre à la jeune femme. En entendant les paroles d'Aro, une sorte d'espoir s'était insinué en lui et il voulait tout tenter pour essayer de lui ouvrir les yeux et il préférait être seul pour cela.

-Ma douce Porphétesse,

J'ai mis un peu de temps à te répondre car j'ai dû demander une vérification de tes informations. Je sais que tu n'es pas sensible à la flatterie mais tu peux te targuer d'être effectivement plus efficace que nos experts qui je n'en doute pas une seconde vont se faire taper sur les doigts. Mes Rois te remercient pour ces informations et te font savoir qu'ils vont régler ces problèmes dans les plus brefs délais. Donc j'imagine que je vais être de retour dans ton cher pays d'ici quelques heures. Peut-être consentiras-tu à m'offrir un tête à tête pour cette discussion que j'attends avec tellement d'impatience ?

Je dois aussi te transmettre la proposition du Roi Aro qui te demande de ne pas hésiter à nous faire parvenir ce genre d'informations si tu devais de nouveau mettre le doigt dessus.

Tu as aussi impressionné son épouse qui a glorifié ton intelligence. Ça aussi je me devais de te le dire.

Pour revenir sur ton message, je ne te prends pas du tout pour une imbécile, je pense que tu as assez prouvé que tu était pourvue d'une intelligence rare pour une humaine, cependant je ne me surestime pas non plus. Bien que dans ton cas il me soit difficile d'être aussi bon qu'habituellement pour des raisons que je t'expliquerai le jour où je te retrouverai. J'aurai cependant une question. Comment savais tu que j'étais traqueur ? Je doute que malgré tes vastes connaissances tu savais qui j'étais lorsque nous nous sommes rencontrés.

Ton traqueur personnel, Démétri.

Conclut-il son message avec un petit sourire amusé.

Il attendit une réponse un bonne partie de la nuit devant son écran mais aux alentours de trois heures du matin, il se doutait qu'elle ne répondrait plus. Il espérait que c'était parce qu'elle s'était endormie et non plus parce qu'elle ne voulait pas répondre.

Alec arriva vers les autres, aux premières heures du matin, il entra et s'installa dans le fauteuil près du canapé occupé par le traqueur. Laissant ce dernier dans ses réflexions. Au bout de quelques minutes, il se décida à rompre le silence.

-Heïdi te cherchait lorsque tu es allé chez les maîtres, lui dit-il.

-Oui je sais elle m'a envoyé un message.

-Et je te retrouve ici tout seul perdu dans tes pensées. Ça ne s'est pas bien passé avec les maîtres ?

-Si enfin le Roi Caïus est particulièrement remonté et je pense que Marco va en prendre pour son grade tout à l'heure.

-Les informations de l'humaine étaient vraies ? Demanda-t-il surpris.

-Oui toutes vraies et visiblement aux Etats-Unis ce serait un clan de trois ou quatre personnes.

-Aïe, je plaindrais presque Marco, s'amusa Alec. Donc pourquoi es-tu seul cette nuit alors qu'Heïdi était plutôt bien disposée ?

-Ça ne me disait rien, répondit le traqueur.

-Vraiment ?! s'étonna son ami. Qu'est-ce qu'il se passe ? C'est cette humaine qui t'échappe qui accapare ton esprit de cette façon ? Je suis sûr que tu vas finir par lui mettre la main dessus, même si elle est insensible à ton don, elle finira par faire une erreur ou baisser la garde. C'est une humaine après tout, ils ne peuvent pas être à cent pour cent tout le temps et la colère du Roi Caïus finira par passer.

-Elle a paré à ses failles humaine. Cependant ce n'est pas vraiment le fait qu'elle me tienne en échec qui me travaille même si ça me frustre pas mal, avoua le traqueur.

-C'est quoi alors ?

-Je sais pas. J'ai ce désir de la retrouver mais.. je sais pas... j'ai pas envie qu'ils la condamnent.

-Elle te plaît ?

-Oui. Elle m'a tapé dans l’œil lorsque nous l'avons croisée avant même de savoir que c'était elle que nous recherchions. Elle a quelque chose cette fille. Le Roi Aro a émis l'idée qu'il pourrait peut-être la recruter cependant après les articles que j'ai lu, j'ai bien peur qu'il soit difficile de la convaincre. Elle a écrit dans sa réponse qu'elle avait côtoyé pas un mais des vampires et j'ai bien peur que ces rencontres aient été un peu trop violentes pour qu'elle veuille bien remettre son jugement et qu'elle me laisse lui montrer une autre facette de notre nature. Je suis persuadée qu'elle pourrait comprendre notre rôle dans ce monde et voir que nous ne sommes pas tous si sauvages et sanguinaire qu'elle le pense mais je crains qu'elle reste campée sur sa décision.

-Il est normal qu'elle pense cela, c'est une humaine, elle est la base de notre alimentation et au risque de te contrarier, je suis désolé mais nous sommes sauvages et sanguinaires. Si tu ne me crois pas, demande à ta prochaine proie ce qu'elle en pense. Démétri soupira car en effet avec cet aspect là de sa nature, il ne pourrait pas défendre son point de vue et ça l'accablait encore un peu plus.

-Tu sais si le Roi Aro veut la changer, il pourra peut-être y parvenir. Une fois qu'elle sera de l'autre côté de la barrière, elle comprendra. En tout cas elle n'aura plus le choix. Je serai toi j'éviterai de perdre mon temps dans cette approche et concentre toi pour la retrouver. Au plus tôt tu le feras, au moins elle fera de mal avec son blog. Cela favorisera le Roi Aro dans sa position et toi tu auras ta prochaine maîtresse, indiqua Alec en se levant et destinant un clin d’œil au traqueur.

Bella laissa passer deux autres semaines après le dernier message du Traqueur Italien lui indiquant que le ménage avait été fait et que les situations étaient réglées. Elle fut surprise et intriguée par la suite de son message car le traqueur s'était confié sur le sentiment qu'il avait le sentiment d'avoir fait une bonne chose et que c'est pour cette raison qu'il était au château, car cela lui apportait un peu de stabilité. Il aimait se sentir utile, il aimait agir pour que le monde soit meilleur pour tout le monde. Il avait également renouvelé l'offre de Rois de les tenir informés si elle trouvait de nouvelles anomalies bien qu'il lui avait aussi assuré que les équipes informatiques s'étaient faites remonter les bretelles et qu'un nouveau protocole de recherche avait été mis en place. Elle était restée dubitative et incertaine. Elle se demandait qu'elle approche il tentait et quelles étaient ses intentions réelles.

Elle se doutait de ses intentions mais cela l'avait travaillé et elle avait dû se faire violence pour compartimenter le comportement du vampire dans la section manipulation de son esprit. Ils étaient tous des menteurs et des manipulateurs. Il espérait sans doute arriver à la faire douter, essayer de l'endormir afin qu'elle baisse la garde et fasse une erreur pour la trouver mais il pourrait essayer tant qu'il voulait, elle ne se ferait pas avoir. Elle était rodée à cet exercice.

Si elle avait décidé de lui répondre c'est qu'elle venait de recevoir un message d'urgence d'une de ses lectrices qu'elle suivait depuis plusieurs mois. C'était une jeune fille qui était la proie un peu particulière d'un nomade. Ce dernier avait décimé sa famille et il l'avait traquée à travers toute l'Allemagne et même en France et en Belgique. Il tuait systématiquement toutes les personnes qu'elle approchait. Il la retrouvait systématiquement malgré les conseils qu'elle lui prodiguait et à chaque fois il lui entaillait une partie du corps pour s'abreuver de son sang sans la mordre. Une fois son but atteint, il la libérait pour qu'elle reprenne sa fuite et lui se remettre à la pourchasser à nouveau. Il venait de la retrouver et la libérer. Elle était au bout du rouleau et pensait même au suicide pour arrêter le calvaire qu'elle vivait.

Message de la Prophétesse au Traqueur Italien.

Pour commencer, j'ai pu constater qu'en effet vous avez tenu parole et que le ménage a été fait que ce soit en Amérique où en Mongolie. Je ne sais pas s'il est bon ton de vous remercier d'avoir éliminé cinq de vos congénères mais je peux sans mal dire que c'est un soulagement pour tous les humains qui se trouvaient dans leurs sillages.

J'aurai une question qui mérite une réponse assez rapide.

Que pensent tes Rois des traqueurs qui prennent en chasse des humains par jeu et pour occuper leur longue éternité ? Pas pour les tuer mais pour les chasser, s'en abreuver sans les mordre et les laisser repartir en vie afin de continuer la partie ? Y a-t-il un code ou une loi contre ça ?

La Prophétesse.

Elle envoya le message et attendit devant son ordinateur une réponse. Bien sûr elle ne passa pas tout son temps seulement à attendre, elle faisait ses propres recherches et en même temps qu'elle s'occupa de sa hotline car elle avait repris son activité.

Son alerte lui annonça une réponse six heures plus tard.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour ma douce Prophétesse.

J'ai crains que tu ne voulais plus me parler et cela m'a un peu attristé. Je suis heureux que tu l'aies fait même si c'est cela n'est que purement professionnel.

Pour répondre à ta question, les Rois sont contre ce genre de procédé. Les humains sont notre source de nourriture c'est vrai mais nous ne devons en aucun cas les torturer. Nous avons un code déontologique à respecter et si ce que tu dis est vrai, ce dont je ne doute pas, il est coupable de violation de la loi puisqu'il a dévoilé le secret à un humain.

Si tu pouvais me donner les informations que tu possèdes : caractéristiques physiques et olfactives du vampire en question ainsi que le lieu de la dernière rencontre entre cet humain et le vampire, nous interviendrons dans les plus brefs délais. Les rois ont déjà mandaté une équipe dont je fais parti et nous attendons ton retour pour nous y rendre.

Démétri ton traqueur.

Bella leva les yeux au ciel devant la signature du Traqueur. Il avait pris l'habitude de se désigner comme son traqueur personnel et elle avait compris que cela avait une connotation plus intime que menaçante.

Message de la Prophétesse pour le Traqueur Italien.

S'il y a échange entre nous ce ne sera que purement professionnel et parce que comme dans ce cas de figure je suis impuissante pour aider mes congénères et que cela entre dans votre rôle. De plus j'aimerai que tu cesses cette approche personnelle que tu souhaites instaurer entre nous, cela me dérange et m'irrite.

Pour en revenir au sujet professionnel. C'est un vampire mâle entre vingt-cinq et trente ans d'âge physique. Il a dit avoir cent quarante deux ans à sa proie. Il n'a pas donné de nom. Son odeur n'est pas très clair pour la personne qui me l'a signalée. Ça varierait entre barbe à papa et une senteur se rapprochant plus de l'agrume. Désolée de ne pas pouvoir être plus précise mais la victime était à chaque fois terrifiée si bien qu'elle ne pouvait pas se concentrer.

La description physique. Blond cheveux longs attachés. Il mesure entre 1,85 et 1,90 m et a de larges épaules. Il a tué toute la famille de la victime, il y a quelques mois et depuis il la prend en chasse. Il la retrouve systématiquement malgré mes conseils que la victime suit à la lettre d'après ce qu'elle m'a certifié. Il l'a retrouvée quatre fois depuis le début de cette chasse. Il tue toutes les personnes qu'elle approche et sans forcément s'en nourrir. La dernière rencontre était il y a huit heures dans la ville de Lille en France.

J'espère sincèrement qu'il ne s'en sortira pas et que vous ferez vraiment quelque chose pour ce genre de psychopathe car c'est une mesure assez courante chez vos congénères.

La Prophétesse.

Elle envoya son message et reçut une réponse très rapidement.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Cette histoire sera bien plus rapide que tu ne le penses. Je connais ce vampire qui s'appelle Hans. Je sais précisément où il se trouve et nous partons sur le champ. Tu peux être rassurée c'est la sanction ultime qui a été décidée pour lui et je me ferai une joie de l'appliquer personnellement pour toi.

Si tu as d'autres informations, fais les moi parvenir car nous ne tolérons pas ce genre de comportement.

Démétri ton Traqueur.

P.S je sais que cela t'irrite mais c'est l'assurance que tu penses à moi et pas seulement pour le travail. Il agrémenta son post scriptum d'un smiley faisant un clin d’œil.

-Je n'aurai pas dû lui dire que ça me contrariait, soupira Bella en se levant pour rejoindre son espace de vie.

Elle avait faim, elle devait se laver car cela faisait presque dix huit heures qu'elle était sur son ordinateur et surtout elle devait dormir un peu.

Lorsqu'elle se réveilla en milieu de matinée, elle se fit un café et se rendit directement dans sa salle de travail. La première chose qu'elle vérifia ce fut si elle avait reçu un message du Traqueur et elle en avait un.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour ma douce Prophétesse.

Ce message pour te dire que nous avons trouvé Hans. Il était toujours en France. Pour la petite information, ce n'est pas un traqueur. Il n'avait aucun pouvoir. Ce qui ramène la question à laquelle tu n'as pas répondu : comment savais-tu que j'étais traqueur ?

Est-ce que tu considères tous les vampires qui chassent comme tel ? Si oui je me sens un peu offensé car oui j'avoue que je suis un peu orgueilleux concernant mon don puisque je suis considéré comme le meilleur traqueur de notre monde. Tu es à ce jour ma seule déconvenue mais je me rassure en sachant que je ne suis pas le seul que tu tiens en échec.

Pour en revenir à la mission je suis au regret de t'apprendre que nous avons aussi récupéré ta protégée. Elle était sur le point de se jeter d'un pont. Nous lui avons proposé les deux options qui s'imposent dans sa position et malgré qu'elle s'apprêtait à mettre fin à sa vie, elle a choisi la morsure. Son suicide n'étant que pour mettre fin à la traque qu'elle subissait.

Cependant elle te fait savoir qu'elle t'est reconnaissante et elle te remercie pour ton intervention. Elle espère que tu ne lui en voudras pas trop d'avoir choisi la morsure.

Quant à moi je tiens à te rassurer sur le fait qu'elle sera bien traitée. Elle va rester avec nous le temps qu'elle passe son cap nouveau né et dès qu'elle aura assez de contrôle, elle a décidé qu'elle partirait visiter le monde, puisque c'était un projet qui lui tenait à cœur.

Je te souhaite une belle journée et à très bientôt.

Démétri ton Traqueur.

Bella entra en colère et c'est sous l'impulsion de celle-ci qu'elle répondit à son message.

Message de la Prophétesse au Traqueur Italien.

Je n'arrive pas à croire que vous l'ayez changée ! Vous tuez un vampire mais vous le remplacez par des êtres innocents ! Est-ce dans vos méthodes de profiter de la détresse des humains pour maintenir votre population ?! Je suis en colère ! Si je vous avais envoyé ce message c'était pour faire cesser cette chasse pas pour que vous changiez sa victime en monstre ! Si j'avais su cela, je ne vous aurais rien dit.

Quant à ta question : oui tous les chasseurs sont des traqueurs à mes yeux et cela ne fait aucune différence pour moi que ce soit un don ou une déformation liées à vos sens.

Je ne te dis pas à bientôt car on va arrêter là toute cette mascarade. Je savais qu'il était impossible de vous faire confiance. Vous êtes tous des menteurs et des manipulateurs et c'est bien la dernière fois que je me ferais avoir et ça c'est une promesse.

La prophétesse.

Démétri venait de prendre son service dans la grande salle lorsqu'il sentit son téléphone vibrer. Il le sortit pour lire la réponse de la Prophétesse. Il avait été plutôt de bonne humeur jusque là mais celle ci vira totalement à la lecture du message de l'humaine qui occupait toutes ses pensées.

Il passa toute sa garde à ruminer si bien qu'il ne faisait plus vraiment attention à ce qu'il se passait dans la grande salle. Bien évidemment cela n'était pas passé inaperçu aux yeux du Roi Aro. Il était le plus attentif à son entourage.

À la fin de la session de doléance, il appela le traqueur.

-Démétri reste un instant je te prie, lui demanda-t-il alors que les autres gardes avaient été prié de prendre congé. Ce dernier s'avança devant les Rois

-Tu as été soucieux tout le long de la garde. Aurais-tu un problème ? demanda-t-il avec bienveillance. Le traqueur soupira et répondit.

-J'ai reçu un message de la Prophétesse et elle a mal réagi aux conséquences de la dernière mission.

-Comment ça ? questionna le Roi Aro.

-Je lui ai dit que nous avions réglé le problème de Hans et que nous avions également proposé à Noémie les choix qui s'imposaient à sa situation mais elle a très mal réagi à cela.

-Pourquoi le lui avoir dit ?! De plus ce sont des affaires internes au château tu n'as pas a en discuter avec l'humaine ! le reprit le Roi Caïus.

-Je ne suis pas d'accord avec toi Caïus. Le fait que ce soit elle qui nous ait indiqué le problème, il est normal que nous lui retournions un compte rendu. Cependant il était évident Démétri qu'elle le prendrait mal, tu n'aurais sans doute pas dû lui parler de Noémie.

-Je voulais me montrer totalement honnête afin d'essayer de gagner sa confiance. Elle n'est pas idiote, sans nouvelle de Noémie, elle se serait doutée que nous étions derrière sa disparition.

-Oui tu as raison. Qu'a-t-elle dit qui te met dans cet état d'inquiétude ?

-Qu'elle ne nous contacterait plus, qu'elle arrêtait là cette association, qui je sais n'en n'est pas une, mais j'avais basé la suite de mon approche sur celle-ci. C'est une personne avec du caractère et je me doute qu'elle va respecter son engagement surtout après les mots qu'elle a eu.

-Qui sont ? questionna le Roi Marcus.

-Que nous sommes des monstres menteurs et manipulateurs et qu'elle ne se ferait plus avoir par nous.

-Oui elle est un peu excessive et j'imagine que sa propre histoire doit être la cause de son état d'esprit nous concernant. Je ne saurais pas vraiment te conseiller Démétri puisqu'il est évident que tu avais tes propres projets la concernant. Cependant je crains que nous devions nous accorder sur l'avis de Caïus. Malgré ses nombreuses qualités, elle ne fera pas un bon vampire car elle est trop fermée à notre condition. Si on lui soumet la même alternative qu'à Noémie, il est évident qu'elle choisira la mort, lui retourna Aro. Il est temps que nous reprenions nos recherches de façon plus actives et efficaces et que nous la retrouvions. Nous lui avons laissé une chance et elle ne veut pas la saisir, nous ne pourrons rien faire de plus pour elle Démétri et j'en suis désolé, s'excusa le Roi Aro avec compassion car il avait pris connaissance de l'intérêt que la jeune humaine avait suscité chez le traqueur.

-Je comprends, répondit le traqueur affecté sans pour autant le montrer.

-Tu peux prendre congé Démétri, déclara le Roi avec un peu de peine car il a vu à l'instant même ou il a prononcé ces quelques mots scellant le sort de l'humaine, la tristesse et l'espoir quitter les yeux du garde.

Démétri alla directement dans ses quartiers. Il ne se sentait pas de passer la soirée avec ses amis, pas ce soir. Ce soir il avait besoin de solitude car il ne se sentait pas bien.

Cependant Heïdi l'attendait devant ceux-ci.

-Salut toi ! lui lança-t-elle avec un sourire qui ne cachait pas la véritable raison de sa présence.

-Pas ce soir Heïdi, lui répondit-il.

-Ton pas ce soir, s'éternise, Démétri, lui retourna-t-elle un peu contrariée. Je vais finir par perdre patience, lui dit-elle.

-Dans ce cas on va se faciliter la tâche, donc pas ce soir et plus jamais, trancha-t-il sèchement avant de la passer pour aller s'enfermer dans ses appartements.

Il alla directement sur sa table basse et attrapa sa tablette qu'il alluma.

Il resta des heures devant le curseur qui clignotait, c'est à l'aube qu'il se décida à lui écrire et tant pis pour les conséquences. Le mal était fait, peut-être arriverait-il a arrondir les angles avec le temps.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour ma douce Prophétesse,

Je sens bien ta colère dans ton message et je me doute que tu n'es pas le genre de personne à ne pas tenir sa parole et cela m'attriste profondément et doublement. Malheureusement suite à ton dernier message le seul Roi qui t'étais le réceptif s'est rangé à l'avis de ses frères. J'ai bien peur qu'il n'y ait plus d'espoir quant à ton avenir lorsque nous arriverons à te trouver car c'est une certitude que nous y arriverons. Peut-être que ce sera dans dix jours ou alors dans quinze ou vingts ans mais il est évident qu'à un moment tu feras une erreur.

Je sais que tu penses que nous sommes tous des monstres manipulateurs et menteurs et oui dans une certaines mesures nous le sommes sans doute mais il est tellement étroit d'esprit pour une personne aussi intelligente que toi de croire que le monde est soit blanc, soit noir. Il y a différentes nuances de couleur dans la vie et tous les vampires ne sont pas des monstres menteurs et manipulateurs et tous les humains ne sont pas des couards idiots, je pense que nous sommes les deux exemples qui le prouvent. J'imagine que tu as déjà mangé de la viande et que tu connais des personnes qui le font aussi, tes parents, un frère, un sœur, des amis. Êtes vous des monstres pour autant ? Méritent-il de brûler sur la croix pour manger une espèce vivante ? Les vampires se nourrissent d'humains c'est vrai mais tous ne sont pas comme tu le décris. Nous sommes beaucoup malgré cela à respecter la vie des humains et nous ne trouvons pas tolérable de les torturer ou de les mutiler.

Alors oui nous nous nourrissons d'humains et oui moi aussi je le fais mais suis-je vraiment un monstre pour autant ?

Tu me reproches de t'avoir menti et manipulée et je viens justement de me faire remonter les bretelles par l'un de mes Rois pour t'avoir tenu au courant des résultats de cette mission et pour t'avoir dit la vérité. J'aurai pu ne rien te dire concernant Noémie. J'aurai pu te laisser me poser la question lorsque tu aurais compris qu'elle avait disparu. J'aurai pu aussi lui demander de te rassurer avec un message pour ne pas t'alerter et maintenir ce contact tenu entre nous mais je ne l'ai pas fait et pourtant ça aurait été beaucoup plus simple. J'ai préféré être honnête avec toi comme je le suis depuis le début.

Tu vas sans aucun doute penser que les mots qui vont suivre sont encore une vile manipulation de ma part mais ce n'est pas le cas. Je me soucie de toi et je voulais seulement apprendre à te connaître. Pas seulement pour ton odeur qui c'est vrai me plaît beaucoup et pas dans l'intérêt gustatif du terme. Tu m'as intrigué dès l'instant où je t'ai croisé dans ces escaliers. J'aime ton intelligence, ta ruse, ton courage et la détermination dont tu fais preuve pour venir au secours de tes congénères. J'étais tellement heureux et soulagé qu'on ait réussi à instaurer cette sorte d'alliance entre nous car cela me permettait d'avoir un contact avec toi.

Ne reste pas sur cette position. Laisse moi une chance de te montrer que je ne suis pas le même monstre que tu as rencontré et qui a forgé ton jugement.

Bien à toi,

Démétri ton Traqueur.

C'est déterminé que Démétri envoya son message. Il n'allait pas baisser les bras. Ce qu'il avait vu chez elle, les Rois le verraient aussi, il en était certain. Il fallait seulement qu'il arrive à apprivoiser cette femme suspicieuse et sauvage. Il fallait qu'il y arrive avant qu'ils ne lui mettent la main dessus afin de pouvoir plaider pour elle. Il devait lui sauver la vie même si c'était pour entrer dans cette vie qu'elle semblait exécrer. Il fallait qu'il lui prouve qu'ils n'étaient pas tous pareil, qu'elle ne deviendrait pas forcément un monstre en devenant comme lui. C'était étrange l'intensité de ce désir et la peur d'échouer qu'il ressentait. Il ne pouvait tout simplement pas s'en détourner et passer à autre chose sans essayer. Jamais il n'avait ressenti ça avec d'autres personnes, humaines ou vampires confondues.

En se levant ce matin et comme tous ceux depuis quelques mois Bella se rendit dans son espace de travail après s'être servi son café dans sa tasse thermos. Elle s'installa derrière ses écrans et elle ouvrit la boite de messagerie de son blog pour voir si elle avait reçu un message du Traqueur Italien.

Elle s'était tenue à son engagement de ne plus communiquer avec lui mais le fait est que pratiquement tous les jours, il lui envoyait un message sauf lorsqu'il partait en mission. Elle vit son nom et cliqua dessus avant même de regarder les autres messages en attente.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour, ma douce Prophétesse,

J'imagine que tu dois être en train de dormir vu l'heure qu'il est cependant je ne pourrais pas t'envoyer de message dans les jours à venir. Je dois partir en urgence pour un grave problème que la famille doit régler et qui implique des nouveau-nés. Tout un tas de nouveau-nés donc si tu es dans le Dakota du Nord, évite de sortir dans les jours à venir. Oui je vais encore me faire taper sur les doigts pour t'avoir révélé ça mais j'imagine que si nos experts ont pu voir ce qu'il se passait là bas, tu l'auras remarqué avant eux et fait ce qu'il faut pour te garder en sécurité. C'est la mission la plus dangereuse que nous ayons menés ces dernières années. Il n'est pas simple de s'occuper de nouveau-nés et d'autant plus quand ils sont plusieurs d'un coup. Je te recontacte quand je rentre. En attendant fais attention à toi.

Avec toutes mes pensées, Démétri ton Traqueur.

Bien évidemment Bella savait de quoi il parlait mais contrairement à ce qu'il pensait, elle n'avait remarqué ces disparitions que la veille. Elle avait même passé une partie de la soirée à se questionner sur le fait de l'informer ou non.

Elle était soulagée qu'elle n'ait pas eu besoin de le faire, cela lui permettait de garder sa ligne de conduite. Cependant lorsqu'elle réalisa qu'elle était en souci pour lui, elle se leva d'un bond agacée en se fustigeant à voix haute.

Elle sortit de son espace de travail pour s'habiller. Elle devait prendre l'air et visiter Sergio, le restaurateur chez qui elle avait ses habitudes et qui lui servirait de nouveau rempart si elle devait s'enfuir comme la dernière fois. Cette fois-ci ce n'était pas l'excuse d'une secte mais d'un cartel de prostitution. Sa nièce avait été enrôlée dans ce genre de trafic et elle était décédée il y avait un peu plus de deux ans maintenant elle savait qu'il ne resterait pas de marbre. Elle savait aussi que ce n'était pas bien d'abuser des faiblesses des personnes mais cela était nécessaire afin de garantir sa survie.

Cela faisait plus d'une semaine qu'elle n'avait pas eu des nouvelles de Démétri et elle s'inquiétait un peu. Même si dangereuse ce genre de mission ne devait pas prendre autant de temps, surtout qu'elle avait suivit la démographie et les avis de disparition sur ce secteur avec plus d'attention et cela faisait quatre jours qu'il n'y avait pas eu de nouveaux signalement de disparition et les morts de nature « sauvages » avaient également très largement diminués.

Lorsqu'elle s'installa devant ses écrans, comme à son habitude, elle chercha dans sa boite de réception un message du traqueur.

Elle s'agaça de nouveau en constatant qu'il y avait un nouveau message de lui.

Elle ne l'avouerait pas ouvertement mais elle avait appris a apprécier ses messages. La plupart retraçaient ses journées sans jamais trop entrer dans le détail. Il lui racontait aussi quelques anecdotes amusantes des personnes qui venaient en audience ou même les pitreries de ses amis. Elle avait appris à connaître un peu Démétri mais le fait est qu'elle ne savait pas si ce n'était pas seulement une apparence qu'il travaillait afin de redorer son image à ses yeux ou si vraiment c'était sa personnalité.

Bella venait de se lever et comme une routine bien rodée, elle alla directement dans sa pièce de travail pour vérifier ses messages car elle commençait vraiment à s'inquiéter pour le traqueur. Elle fut surprise de l'intensité de son soulagement lorsqu'elle vit son nom dans sa messagerie.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour ma douce Prophétesse ou peut-être devrais-je t'appeler Isabella ou encore Bella puisqu'il semblerait que c'est comme ça que tu préfères qu'on t'appelle.

Bella resta interdite et entra dans une sorte de panique. Elle fit rapidement un tour de son périmètre de sécurité par le biais des caméras de surveillance mais elle ne vit rien de suspect.

La peur qu'elle ressentait actuellement ne pouvait être décrite. Elle était si paniquée et angoissée qu'elle n'osait pas lire la suite du message. Cependant elle savait qu'elle devait le faire. S'il avait commencé ce message de cette faon et vu la longueur de celui-ci, elle savait qu'il allait lui dire quelque chose d'important et bien que cela la terrifiait, elle se résigna.

Elle reprit donc la lecture du message, les mains tremblantes, le cœur battant à un rythme effréné et le souffle court.

Message du Traqueur Italien à la Prophétesse.

Bonjour ma douce Prophétesse ou peut-être devrais-je t'appeler Isabella ou encore Bella puisqu'il semblerait que c'est comme ça que tu préfères qu'on t'appelle.

J'avoue que j'ai été un peu surpris en apprenant ton histoire mais pour te soulager et te rassurer il faut que tu saches que la menace rousse qui pesait sur toi est de l'histoire ancienne maintenant et ton père ainsi que tes amis ont été vengés. Je m'en suis personnellement occupé. C'est elle qui avait créé une armée de nouveau-nés afin de venir à bout des Cullen. Un clan que tu connais bien d'après ce que j'ai compris.

Je suis désolé de devoir être le messager surtout pour ce genre de nouvelle qui je sais va t'affecter. Il faut que tu saches cependant que je n'y suis pour rien. Je sais que je suis un Volturi et que de ce fait tu me classes dans la même catégorie et en temps normal oui j'avoue que cela ne me pose aucun problème mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui je veux que tu saches et que tu aies la certitude que je ne suis pour rien dans ce que je vais te dire et que la part de mon travail n'a pas été au delà de ce qu'il s'est passé au Dakota du Nord.

Donc avant que tu ne t'enfuies de nouveau, j'ai un message de la part de mes Rois. Ils te font savoir, qu'ils souhaiteraient te rencontrer assez rapidement maintenant qu'ils savent qui se cache réellement derrière la Prophétesse et que pour te motiver à accepter cette rencontre, ils te font savoir qu'ils sont allés à Forks pour chercher une motivation suffisante afin de te faire venir à eux. Ils ont fait venir une amérindienne du nom de Leah ainsi que son frère du noms de Seth.

Encore une fois je suis vraiment désolé mais si tu m'avais parlé, si tu m'avais raconté ton histoire j'aurai pu t'aider. J'aurai pu plaider pour toi et je te promets que je l'aurai fait. Je me sens si frustré et impuissant maintenant.

Les Rois te donnent trente six heures pour te rendre à Volterra et je ne préfère pas t'annoncer ce qu'il risque d'arriver si tu ne le fais pas. Je pense que je n'en n'aie pas besoin. Cependant ils t'assurent que si tu viens, ils les laisseront repartir. Ils ne sont là que pour te forcer à te rendre parce qu'ils savent que sans une motivation suffisante, tu ne le feras pas.

Je suis tellement désolée Bella. J'espère que je n'aurai pas de mission urgente avant ta venue car j'aimerai vraiment être présent lorsque tu arriveras. Au pire appelle moi au numéro que tu trouveras à la fin de ce message, je viendrais te chercher personnellement à l'aéroport.

Démétri.

Bella se leva et fit les cents pas devant ses écrans. Elle était en panique totale elle n'arrivait presque plus à réfléchir. Elle glissa contre la porte de sa pièce et se retrouva assise les genoux à hauteur de sa poitrine tout en se tenant les cheveux entre ses doigts et laissant ses larmes couler le long de ses joues.

-C'est pas vrai ! cria-t-elle de rage.

Elle se releva en colère et attrapa son téléphone et entra le numéro de téléphone que le traqueur lui avait envoyé à la fin de son message.

Elle hésita un instant en faisant les cent pas dans son espace, puis elle se décida.

Il n'y eut qu'une seule tonalité.

-Oui ? entendit-elle.

-Je veux une preuve ! ordonna-t-elle. Si tu connais mon histoire tu dois savoir que le coup du traquenard on me l'a déjà fait. Sans preuve vous n'aurez rien et pas de photos, les photos ça se retouche.

-Je sais que tu ne me crois pas mais je te promets que je n'y suis pour rien et ce n'est pas moi qui suis allé les chercher. Les Rois savent que je t'apprécie et ils n'ont pas voulu m'avertir avant qu'ils ne soient au château, lui indiqua-t-il.

-J'en ai rien à foutre je veux une preuve. Je veux les entendre ! ordonna-t-elle.

-Très bien, acquiesça-t-il. Elle entendit du vent fouetter le micro de son téléphone. Puis elle entendit frapper à une porte.

-J'ai Bella au téléphone. Elle veut une preuve qu'ils sont bien ici. Une seconde après elle l'entendit répéter la même phrase. Bella est au téléphone est elle veut une preuve que vous êtes bien au château.

-Espèce de salope ! S'ils ne te tuent pas je te jure que c'est moi qui le ferai ! hurla Leah.

-Vas-y doucement ou je te jure que ce que tu as subi tout à l'heure sera un doux souvenir ! gronda Démétri. C'est bon reprend les, je veux plus l'entendre celle-là ! indiqua-t-il à quelqu'un d'autre. Tu as ta preuve, dit-il ensuite au téléphone.

-D'accord. Lorsque je vais venir je vais appeler et quand je serais aux portes de Volterra vous devrez les y conduire et les libérer. Si vous ne le faites pas, j'ai pris certaines dispositions, dont un dossier complet vous concernant qui sera envoyé à tous les gouvernements ainsi qu'à différents médias dans le monde entier avec des preuves et les témoignages des victimes que j'ai pu aider que vous ne pourrez pas étouffer. Si vous les libérez, j'annulerai la programmation de cet envoi.

-Ils ne vont pas apprécier Bella, soupira le traqueur qui de nouveau se retrouvait totalement impuissant et prit entre deux feux.

-Alors ça c'est le cadet de mes soucis. Je me livre avec la promesse que j’effacerai tout ça. J'ai prouvé que j'étais une personne de parole. Dans cette histoire vous avez plus de certitudes que j'en ai de mon côté. Oh et inutile d'essayer de pister mon téléphone, il est intraçable, conclut-elle avant de raccrocher.

Bella passa ensuite les trois heures suivantes à mettre à jours ses dossiers, à envoyer les dernières recommandations aux messages qu'elle avait reçu et à rédiger un avis sur sa page en signifiant à ses lecteurs qu'elle avait été prise et qu'elle ne pourrait dorénavant plus les aider. Elle leur conseilla de se rappeler tous les conseils qu'elle leur avait prodigués car elle ne doutait pas que son blog disparaîtrait rapidement. Elle leur souhaita bonne chance à tous avant de couper sa page. Elle savait qu'elle n'y reviendrait plus.

Une fois qu'elle eut tout fini la fonction informatique, elle mit son virus en action. Elle ne garda que son ordinateur portable qu'elle allait emmener avec elle pour faire ce qu'elle avait dit.

Elle était dans sa voiture en train de penser à tout ce qu'elle avait fait et aussi étrange que cela puisse paraître elle ne ressentait pas que de la peur, elle ressentait aussi de la satisfaction et une sorte de soulagement.

La satisfaction parce qu'elle avait comptabilisé quatre vingt sept personnes qu'elle avait pu aider concrètement à travers le monde en l'espace de presque trois ans. Quatre vingt sept personne qui pourraient vivre grâce à elle. C'est sûr que c'était peu quand on regardait en fonction de tous les morts mais c'était tout de même presque une centaine de personne qui vivait grâce à elle et elle en tirait une certaine fierté car elle n'était qu'une humaine après tout.

Le soulagement résultait du fait que Victoria était enfin morte, ce qui était apparemment un exploit après le nombre de fois ou les Quileute l'avait confrontée. Cependant son sentiment de soulagement venait aussi du fait que tout s'arrêtait. Elle avait conscience qu'elle avait aidé un peu de monde et elle était fière de cela mais depuis près de trois ans elle vivait pratiquement recluse et dans la crainte de se faire attraper. Il ne fallait pas croire ce n'était pas une sinécure de vivre dans cet état d'esprit permanent. Il fallait prendre en compte le manque de relation sociale même si elle n'était pas du genre très sociable mais le fait de devoir vivre seule sans créer d'attache sincère, sans soutien, sans aide, sans oreille pour écouter et dans la peur constante de les voir débarquer au saut du lit ou à l'angle d'une rue lorsqu'elle devait sortir, c'était très pesant à force. Elle avait fait ce qu'elle a pu, elle avait résisté longtemps bien plus que n'importe quel autre humain et même les Rois vampires n'étaient pas parvenu à l'attraper, jusqu'à ce qu'ils mettent la main sur les Cullen.

Elle mit presque quatre heure à rallier Volterra. Elle se gara à l'entrée de la ville comme elle l'avait dit et prit son téléphone. Elle prit une grande inspiration et rappela Démétri.

-Bonjour Isabella, entendit-elle.

-Qui êtes vous et où est Démétri ?! demanda-t-elle.

-Je suis le Roi Aro et compte tenu de l'implication personnelle de Démétri dans cette histoire, j'ai décidé qu'il était préférable qu'il reste en retrait.

-Bien évidemment. Cependant je ne transigerai pas sur les conditions que j'ai imposées. Vous me voulez, je suis là mais vous devez relâcher les Quileute sans quoi tous les dossiers que j'ai préparé seront envoyés dans une heure à une très grande liste de médias et de gouvernements.

-Oui j'avais compris l'assurance que tu avais prise. Nous t'envoyons les loups avec une escorte.

-Une dernières chose. Ce n'est pas la seule garantie que j'ai prise. Si je n'ai pas l'assurance que mes amis repartent en sécurité de Volterra, j'ai une personne de confiance qui aura la charge d'en faire autant si je ne l'appelle pas pour lui donner le mot de passe que nous avons convenus. Donc inutile de faire suivre les Quileute pour les éliminer une fois que vous m'aurez mis la main dessus.

-Je me doutais que tu aurais pris d'autres précautions, il y a bien longtemps que nous ne te sous-estimons plus. Tu peux être rassurée, tes amis repartirons d'Italie et rentreront chez eux vivre leurs vies tranquillement sans qu'il ne leur soit fait aucun mal. Tu ne nous as pas laissé le choix. Si nous avons recourus à ce genre de méthode c'est parce que tu restais insaisissable. Nous aurions pu nous en prendre à tes amis humains mais si nous avons opté pour les Quileute, c'est parce qu'ils connaissent le secret de par leur nature. Ils pourront donc repartir chez eux tranquillement parce que nous savons qu'ils ne le dévoileront pas. Nous poursuivrons cette discussion lorsque tu seras au château, puisque nous avons un délai de temps à respecter. Dans le personnel que nous t'envoyons, il y aura notre responsable informatique. Tu devras procéder devant lui à l'annulation de tes envois. Je sais que tu es une personne honnête qui tient ses engagements et que tu feras ce que tu as dis. Je te dis à tout à l'heure Isabella, dit-il avant de raccrocher.

Bella faisait les cents pas à côté de sa voiture, il y a même un automobiliste qui s'était arrêté pour lui venir en aide pensant qu'elle était en panne. Elle le renvoya rapidement afin de n'impliquer aucun autre humain. Elle savait qu'ils n'avaient pas le droit de tuer dans leur ville, que c'était leur règle mais il y a bien longtemps qu'elle ne leur faisait plus confiance.

Environ un quart d'heure plus tard, une luxueuse berline noire au vitres teintées se gara devant elle. Il en sortit deux vampires et les deux Quileutes.

-Espèce de salope ! gronda Leah en s'apprêtant à sauter sur la jeune humaine. Elle se fit retenir au dernier moment pas son frère.

-Arrête ça ! lui dicta-t-il en se plaçant entre les deux femmes. Tout comme Félix afin de protéger l'humaine.

-Tu ne nous as pas assez pourri la vie comme ça avec tes sangsues ! Mon père, Sam, ton père et tous les autres sont morts à cause de toi et encore une fois nous subissons ta vénération pour ces vermines ! J'espère vraiment que tu vas crever ! lâcha-t-elle mauvaise.

-Tu sais quoi Leah, je l'espère aussi, répliqua Bella le regard dur et les dents serrées avant de se rendre sur le capot de sa voiture pour ouvrir l'ordinateur portable.

Marco se plaça dans son dos et la regarda taper frénétiquement sur son clavier. Elle y passa plusieurs minutes lorsqu'elle eut terminé, elle se recula en laissant l'ordinateur ouvert.

-Vérifie ! lui dit-elle en lui tendant un papier avec les codes qu'elle avait créé afin de sécuriser ses documents. Ce dernier se plaça à son tour devant l'écran et inspecta l'ordinateur de fond en comble.

-Pourquoi est-ce qu'ils nous ont enlevé ? lui demanda Seth en regardant la jeune femme et les vampires.

-Parce que depuis un peu plus de trois ans maintenant je leur pourris la vie. J'ai créé un blog qui permet aux humains pourchassés d'obtenir de l'aide et pour leur permettre de s'adapter et de s'échapper. Ils n'ont pas réussi à me mettre la main dessus et pourtant ils ont mis leur grand traqueur à ma poursuite. Ils ont failli m'avoir il y a un peu plus d'un an et demi mais j'ai réussi à m'enfuir sous leurs nez et ils n'ont pas vraiment appréciés. Ils ne savaient pas qui j'étais avant de tomber sur les Cullen récemment. Ils s'en sont pris à vous parce qu'ils savaient que je me rendrais pour vous sauver. Les Quileute ont bien assez perdu à cause de moi et je ne pouvais supporter l'idée qu'il vous arrive quelque chose et oui même à toi Leah, ajouta-t-elle en voyant la moue de dégoût de la louve.

Seth tu vas aller à cette adresse, lui dit-elle en lui tendant un papier qu'elle avait gardé dans la poche de son jean. Tu trouveras une personne qui va vous aider. J'imagine que vous n'avez pas de passeport ?

-Non, ils nous ont enlevé alors qu'on allait à Port Angeles. On avait rien sur nous, répondit le loup.

-Je m'en doutais. Il va vous aider à rentrer au pays. J'ai tout pris en charge vous n'avez à vous occuper de rien. C'est une personne de confiance vous pouvez y aller sereins. Vous pouvez prendre ma voiture, je n'en n'aurai plus besoin. Une fois que vous serez sur place, tu lui donneras l'enveloppe qui est dans la boite à gant et dis lui de m'appeler immédiatement.

-Merci Bella, dit-il un peu perturbé.

-Tu n'as pas à me remercier, ta sœur à raison, si vous êtes dans cette situation c'est à cause de moi et c'est normal que je vous aide à partir. Vous serez ma dernière bonne action avant que j'aille rejoindre mon père.

-Je suis vraiment désolé, s'excusa-t-il.

-Peux tu juste faire une dernière chose pour moi ? lui demanda-t-elle après qu'elle ait regardé le vampire qui était sur son ordinateur le fermer et vérifier ce qu'il se trouvait dans la boite à gant.

-Dis moi, répondit ce dernier.

-Dis à Jacob que je le remercie pour son aide à l'époque et que suis désolée pour tout ça. Je suis désolée de l'avoir perdu et qu'il m'a manqué chaque jour depuis que j'ai dû quitter Forks.

-Je lui dirais, acquiesça Seth.

-C'est bon on peut y aller ?! grommela Leah en regardant les vampires.

-Oui et faites pas de vague sinon on vous retrouvera ! lui retourna le vampire avec l'ordinateur.

Cette dernière passa et alla s'installer directement dans la voiture côté conducteur alors que Seth s'arrêta à hauteur de Bella et la prit par surprise dans ses bras.

-Merci Bella. Pour ce que tu as fait pour ces humains et pour nous. Je transmettrais ton message à Jacob, je te le promets.

Bella avait les larmes aux yeux et répondit seulement par un petit sourire triste et un hochement de tête.

-On y va ! indiqua Marco en poussant la jeune femme sans ménagement.

-Vous pouvez y aller en douceur quand même ! grommela Seth.

-Bouge Seth ! gronda Leah de la voiture alors qu'elle venait de démarrer.

Bella se rendit dans la voiture et monta à l'arrière par la porte que Félix tenait ouverte. Il était assez mitigé sur la situation. Certes elle était dangereuse pour leur communauté mais il savait que Démétri serait affecté par sa mort. Il avait développé une admiration déconcertante pour elle et il avait essayé de la sauver en vain. Démétri était son meilleur ami et c'est pour cela qu'il était mitigé.

Il s'installa à ses côtés alors que Marco prenait place au volant. C'est dans un silence plombant qu'il retournèrent au château.

Lorsqu'ils arrivèrent, Félix sortit le premier et tint la porte à la jeune femme. Elle était digne et hormis quelques larmes qui avaient perlés au bord de ses yeux lors de ses adieux avec les amérindiens enfin avec le loup seulement, elle n'avait montré aucune autre émotion.

Il pouvait entendre son cœur s'affoler à certains moments mais il admirait le courage dont elle faisait preuve.

Ils venaient d'entrer dans le château par les garages et Marco saisit le bras de la jeune femme fermement et sans douceur.

-Toi tu me lâches immédiatement ! grommela-t-elle retenant la grimace à cause de la douleur que lui provoqua la main du vampire sur son bras.

-Parce que tu vas m'y contraindre peut-être ?! railla ce dernier. Sans ton ordinateur tu ne vaux pas grand chose ! Maintenant avance, je n'ai pas que ça à faire.

Bella entendit un grognement menaçant avant de voir débarquer le traqueur.

-Je te conseille de lever ta main tout de suite ! tonna-t-il menaçant en se plaçant devant eux mais toisant froidement son congénère.

-Il va falloir te faire une raison Démétri, malgré tes messages quotidiens, tu as échoué à la convertir. Des messages assez touchants d'ailleurs.

-Tu as lu mes messages ?! demanda le traqueur contrarié.

-Elle était difficile à repérer mais ton ordinateur à toi est une véritable passoire, se moqua le chef informatique. Elle n'en n'a plus que pour quelque minutes à vivre et tu ne peux plus rien y faire alors passe à autre chose, déclara Marco sans défaire sa main sur le bras de la jeune femme.

-Je te le dis une dernière fois, lâche la ! Et moi je peux parfaitement te contraindre à le faire.

-C'est moi le chef de cette mission et les Rois t'ont clairement ordonné de ne pas intervenir ! répliqua le chef informatique.

-Oui qu'elle mission dangereuse que d'aller chercher une humaine qui se rend volontairement ! Que penses-tu qu'elle puisse faire maintenant qu'elle est au château et que tout le monde est sur le qui-vive ?! Mais on sait tous pourquoi tu es si hostile et pourquoi tu prends du plaisir à cette situation. Après sa mort tu retrouveras ta place de geek numéro un. Mais tu sais quoi ? Même si elle meurt, tout le monde saura que tu n'es qu'un second. Qu'une simple humaine est parvenue à te damner le pion plus d'une fois ! Alors maintenant tu la lâches et JE la conduis à la grande salle, insista-t-il intransigeant.

Marco grogna mais Félix intervint :

-C'est bon lâche la. Il a raison, elle ne pourra plus s'enfuir maintenant qu'elle est là et il ne te laissera pas passer tant que tu ne l'auras pas fait ! indiqua le garde en plaçant sa main sur le bras de son collègue. Il savait parfaitement que la situation pouvait dégénérer parce qu'il savait que le traqueur n'abandonnerait pas et qu'il était capable de faire une bêtise qui lui attirerait encore plus les foudres des Rois.

Sentant qu'il ne ferait pas le poids, Marco se résigna et libéra le bras de la jeune femme en la dardant d'un regard noir.

À ce moment seulement le traqueur consentit à baisser son regard sur la jeune femme et ce qu'elle vit dans son regard lui serra le ventre. Il y avait de la peine et de la tristesse dans celui-ci. Elle commençait à croire tout ce qu'elle avait appris que ce soit dans ses messages ou dans les paroles du Roi lorsqu'il avait soulevé l'implication personnelle du traqueur.

-On y va ? lui proposa-t-il avec plus de douceur. Elle hocha la tête et calqua son pas sur celui du traqueur.

-Contrairement à ce qu'il pense, j'en ai pour un peu plus de quelques minutes à vivre et je pourrais en profiter pour t'apprendre à sécuriser ton ordinateur pour ne plus qu'il aille y fouiller, lui proposa-t-elle.

-Si c'est possible alors oui, j'aimerai bien bénéficier des conseils de la Prophétesse, lui retourna-t-il avec un sourire tendre. Étrangement elle se surprit à lui retourner son sourire et même à se sentir un peu plus rassurée avec lui à ses côtés.

Bon ce n'était pas non plus Byzance. Elle n'était pas vraiment sereine mais le fait de savoir qu'il y avait au moins une personne à ne pas lui être totalement hostile la soulageait et elle était contente que ce soit lui parce qu'elle avait appris à le connaître avec le temps.

-Elle est bien morte ? demanda-t-elle afin qu'il lui confirme ce qu'il avait écrit dans son message ce matin même.

-Oui et pas sans douleur, je peux te le garantir. Si j'avais eu connaissance de ton histoire plus tôt, j'aurai été encore moins tendre, lui répondit-il en la regardant avec une lueur farouche.

-Merci, lui retourna-t-elle reconnaissante. Il lui destina un sourire triste qui adoucit son regard.

-Nous arrivons, lui dit-il avec une petite grimace alors qu'ils venaient de tourner à l'angle d'un couloir qui les amenait devant les portes de la grandes salles qui étaient ouvertes. Elle tout un tas de personnes et elle put reconnaître les silhouettes qui lui avaient été si familières à une époque.

-J'ai bien peur que rien ne me soit épargné, soupira-t-elle. Démétri posa sa main en signe de réconfort et de soutient sur l'épaule de la jeune femme alors qu'ils pénétraient dans la grande salle.

Ils furent accueillit par un grognement du Roi Caïus qui fut suivit par un reproche seulement énoncé par le prénom du traqueur :

-Démétri !

-Désolé mon Roi mais puisque ce sont ses derniers instants, je ne peux être ailleurs, s'excusa-t-il.

-Je vous avais dit qu'il fallait lui faire quitter le château ! gronda le roi mécontent.

-Et nous étions d'accord avec toi, cependant nous ne pensions pas que cette jeune personne serait aussi près de nous. Où vivais-tu ces derniers temps  ? demanda le roi Aro.

-Je me suis installée en Italie après que vous ayez failli m'attraper. Il n'y avait pas meilleur endroit à travers le monde que ce pays pour me cacher de vous. Je savais que vous alliez privilégier mon pays pour vos recherches et j'ai compris comment vous aviez réussi à me trouver après avoir pirater vos serveurs.

-Tu as piraté nos serveurs ? demanda-t-il surpris.

-J'avais un œil constant sur vos recherches en effet, répondit-elle avec une certaine fierté.

Le Roi Aro étira un sourire amusé alors que le regard du Roi Caïus se rétrécit davantage. Elle les avait fait passer pour des imbéciles jusqu'au bout.

-Tu ne manques ni d'audace, ni de courage, répondit-il. Marco, appela-t-il en levant sa main de son accoudoir.

-Oui mon Roi, accepta ce dernier en se présentant devant son régent en lui donnant la sienne. Bella se risqua à tourner la tête sur sa droite pour regarder tous les Cullen présents. Elle pensait qu'elle allait ressentir un élan de colère parce que c'est à cause d'eux qu'elle s'était fait prendre et elle en ressentait un peu tout de même. Peut-être même une douleur à cause de leur histoire passée mais ce qu'elle ressentit, et elle en fut la première surprise, fut de la nostalgie et cela n'était pas seulement destiné à Edward mais bien à l'ensemble de la famille. Tous à l'exception de Rosalie la regardèrent certains avec de la compassion, d'autres affichaient de petits sourires tristes qu'elle ne leur rendit pas.

-Bien, déclara le Roi Aro après avoir pris connaissance de ce qu'il s'était passé dans l'esprit de Marco. Bella tourna le regard sur lui, délaissant les Cullen.

-Quand est-il de cette dernière garantie ?

-Lorsque les Quileute seront arrivés à destination, mon contact devra m'appeler. À ce moment là je lui donnerai le mot de passe que nous avons convenu et il vous enverra ici dans une enveloppe que j'ai affranchie la dernière clef contenant les preuves et les témoignages que j'ai réuni. La clef est cryptée et il n'a pas les connaissances nécessaire pour venir à bout de mon cryptage. Une fois que j'aurai la certitude qu'ils seront en sécurité, je vous donnerai les clefs du cryptage pour que votre chef informaticien puisse la décoder.

-Nous devons te faire confiance sur parole j'imagine ?! Qu'est-ce qui nous assure que tu lui donneras le bon mot de passe ou que tu nous donneras à nous le bon cryptage ?! répliqua le Roi Caïus.

-Je ne doute pas qu'elle fera ce qu'elle a dit. Elle a prit ces garanties pour permettre à ses amis de rentrer chez eux en toute sécurité. C'est une protectrice et bien plus que ces loups quand on prend connaissance des vies humaines qu'elle a permis de sauver. Elle sait que si ces informations venaient a être révélées, l'humanité entrerait en guerre contre nous mais ils se feraient du mal à eux même et le but de cette jeune personne à toujours été de les protéger, plaida Aro.

-Tu peux certifier cela sans même la toucher, répliqua avec sarcasme Caïus.

-Non mais j'ai appris moi aussi à la connaître depuis le temps que nous la cherchons. Si elle avait voulu nous dévoiler aux yeux du monde, elle l'aurait fait bien plus tôt. Et puis j'imagine avec les préjugés qu'elle nourrit à notre égard, elle doit penser que les premiers à périr seront ses proches, se justifia-t-il. Cependant oui je pense qu'une petite confirmation s'impose. Enfin si j'arrive a accéder à son esprit, ajouta-t-il en se levant.

Bella serra la mâchoire mais se résigna à déposer sa main dans celle du régent devant elle après que Démétri lui ai prit l'autre pour l'encourager à obtempérer.

Elle n'avait plus d'échappatoire et le seul espoir qu'elle avait encore, enfin la seule petite satisfaction qu'elle pourrait retirer de cette situation, c'est que son esprit lui soit tout aussi inaccessible qu'à Edward.

Le Roi Aro posa son autre main sur celle de la jeune fille en lui destinant un sourire énigmatique. Il la libéra et tourna son regard sur le traqueur à côté de la jeune fille tout en plaçant une main réconfortante sur son épaule.

-Je suis déso... mais il s'arrêta soudain en fronçant le regard dans celui du traqueur. Ce dernier tressailli intérieurement mais ne se déroba pas.

-Qu'est-ce qu'il y a ? questionna Caïus alerté par l'arrêt soudain de son frère devant le traqueur.

-C'est tragiquement prodigieux, soupira-t-il en faisant demi-tour pour retourner sur son trône. Je n'entends plus les pensées de Démétri, pas plus que celles d'Isabella. Elle le protège, dit-il en les regardant tous les deux.

-Je sais ce que tu penses Aro mais nous avons pris une décision ! intervint tranchant Caïus.

-Oui je sais, soupira-t-il une nouvelle fois. Isabella, nous allons te laisser te reposer dans une pièce sous surveillance et sans ordinateur. Ton téléphone portable sera à la charge de Jane qui sera responsable de ta surveillance. Elle te le rendra lorsqu'il sonnera afin que tu puisses répondre à ton contact. Lorsque ce sera fait, tu reviendras et nous ordonnerons ta sentence. Je suis désolé d'en arriver à cette sanction extrême, tu aurais dû accepter l'aide de Démétri, nous aurions encore pu te sauver à ce moment là.

-Me sauver pour faire de moi un monstre ?! Non merci. La mort sera sans doute douloureuse mais elle sera salvatrice et libératrice.

-Puisque toi aussi tu es d'accord, nous ne te retenons pas ! trancha Caïus. Maintenant à vous ! dit-il avant de s'adresser aux Cullen.

-Une dernière chose avant de te laisser partir Isabella, intervint Aro. Les Cullen vont être jugés pour violation de la loi parce qu'ils t'ont laissé à ton humanité en partant. Aurais-tu un avis sur la question ?

-Absolument aucun.

-Le fait de savoir qu'ils risquent tous la même sanction que toi ne te touche pas ? Pourtant je vois encore des liens entre vous, se fit entendre le Roi Marcus.

-Ce sont des vampires eux aussi, qu'ils soient végétariens ou non. Ils respectent la vie humaine mais ils ont fait de la mienne un enfer et ils sont indirectement responsable de la mort de nombreux humains dont mon père et du premier Alpha de la meute des Quileutes. Ils ne se sont pas inquiétés de ce qu'il pouvait m'arriver lorsqu'ils sont partis, ils ne se sont pas souciés non plus de cette psychopathe qu'ils m'ont laissé sur les bras. Je ne vois pas pourquoi je devrais me soucier d'eux maintenant. Ils n'ont pas voulu de moi et ils n'ont pas respecter vos lois. Qu'ils en subissent les conséquences, répliqua Bella.

-Nous sommes vraiment désolés, se fit entendre Esmé touchée par les mots assez durs de la jeune femme.

-Oui moi aussi je l'étais lorsque je me suis retrouvée toute seule et abandonnée avec Victoria après moi, répondit-elle avant de tourner la tête sur Démétri.

-Nous pouvons y aller ? lui demanda-t-elle.

-Toi oui, lui non ! se fit entendre sèchement le Roi Caïus.

-Allons mon frère, je pense que nous pouvons leur laisser ce peu de temps à passer ensemble, plaida Aro. Allez-y, leur dit-il avec bienveillance.

Démétri profita de cet élan de générosité du Roi et tira la jeune femme qui le mettait en émoi et lui causait tant de souffrances afin de la faire quitter la salle. Alors qu'ils se retournaient Jane se présenta devant eux et tendit la main en direction de la jeune femme. Bella comprit et lui remit son téléphone avant que celle-ci toujours en silence leur tourne le dos pour les précéder. À l'extérieur de la grande salle elle allait tourner à droite pour les conduire dans l'une des salles d'attentes mais Démétri intervint.

-Dans mes appartements, lui signifia-t-il seulement. Elle le fixa et hocha la tête en accord. Ils parcoururent le chemin en silence et une fois devant les appartements du traqueur, elle lui signifia :

-Je reste à l'extérieur.

Ce fut autour de Démétri de répondre par un signe de tête avant d'ouvrir la porte.

-Entre et fais comme chez toi, dit-il à la jeune femme en fermant la porte derrière.

-C'est ta pièce, commenta Bella mal à l'aise.

-Oui, dit-il en la reprenant par la main pour la conduire au canapé. Elle fixa son attention sur sa tablette.

-Je n'ai pas le droit d'y toucher mais prends la et je vais te dire ce que tu dois faire pour protéger tes données et ta correspondance, lui dit-elle afin de porter son attention sur autre chose que la sentence en attente.

Il s'exécuta et se plaça dans le fond du canapé et elle s'installa près de lui. Pendant près d'une demi-heure elle lui donna les instructions nécessaires et une fois terminé il reposa sa tablette sur la table basse et se repositionna dans son canapé. Il passa son bras autour de ses épaules de la jeune femme et l'attira contre lui.

-Merci pour ton soutien Démétri et merci aussi pour tous les messages que tu m'as envoyée tous les jours. Je regrette vraiment de ne pas avoir fait l'effort de te laisser une chance, lui avoua-t-elle.

-Je le regrette aussi, soupira-t-il. Et même si je suis en colère et frustré, je comprends pourquoi tu as réagi de cette façon après tout ce que tu as vécu que ce soit avec les Cullen, ce James ou le reste de son clan qui t'ont traqué des années durant. C'est surtout aux Cullen que j'en veux. Ils savaient les risques qu'il y avait de laisser une compagne éplorée, ils savaient aussi qu'ils violaient la loi. S'ils avaient fait ce qu'il fallait on n'en serait pas là ! dit-il laissant sa colère transpercer sa voix.

-Quand arrivera le moment de la sanction... est-ce... est-ce que tu pourrais le faire ? lui demanda-t-elle la voix tremblottante.

-Je ne peux pas décider cela Bella. C'est à eux de décider qui aura cette tâche à accomplir et j'ai bien peur qu'avec l'humiliation dont se sent victime Marco, cela lui revienne. En tout cas il peut en faire la demande et elle peut lui être accordée en dédommagement des préjudices que tu lui as causé.

-Je vois, soupira-t-elle. J'aurai aimé que ce soit toi parce que je sais que je serais partie vite et sans trop de douleurs. C'est pas la mort qui m'effraie mais la douleur. J'ai connu le venin de vampire et je sais malheureusement à quoi m'attendre.

-Tu peux toujours demander, cela ne coûte rien même si je t'avoue que je ne me sens pas le courage de le faire. Pas avec toi, dit-il en prenant sa main et la portant à sa bouche. Il déposa un baiser dessus avant de la serrer dans ses bras tandis que les larmes de la jeune femme se mirent à couler le long de ses joues.

Ses barrières lâchaient les unes après les autres. Elle avait peur, elle se sentait si mal dans sa peau et la consolation d'avoir aidé toutes ces personnes et les Quileute n'était plus suffisante pour lui faire tenir le coup surtout lorsque le vampire présent, le seul qui se soit visiblement battu contre elle et ses Rois pour l'aider, la prit dans ses bras et la serra fort pour la réconforter.

Il n'avait plus de raison de jouer la comédie. Elle était bien là et son sort était sellé, il n'avait vraiment plus aucune raison. Elle se laissa aller contre lui, essayant de se reprendre un peu car elle ne voulait pas lui laisser le souvenir d'une pleurnicheuse et il était étrange qu'elle y parvenait parce que l'odeur de ce vampire arrivait à l'apaiser. Elle aimait son odeur et elle voulait que ce soit lui qui exécute la sentence pour partir avec ce parfum.

-Tu as protégé mon esprit, dit-il au bout d'un moment.

-Je ne sais pas comment j'ai fait ça, lui répondit-elle sans se défaire de l'étreinte même si elle commençait à avoir un peu froid. Je savais que j'avais cette particularité et qu'Edward ne pouvait pas m'entendre mais je ne pensais pas que c'était plus général. J'ai toujours pensé que c'était à cause d'une anomalie de mon cerveau, lui confia-t-elle.

-Non moi non plus je ne peux pas capturer ton essence et c'est pourquoi je ne pouvais pas te retrouver. Jane non plus n'a pas pu se servir de son don contre toi lorsque tu t'es enfuie. Les Rois pensent que tu es un bouclier et visiblement un puissant bouclier puisque tu as pu protéger mon esprit.

-Je partirai au moins avec la satisfaction que je ne suis pas anormale, alors, dit-elle essayant de sourire mais ce début d'esquisse fondit vite lorsqu'elle vit le regard tourmenté du traqueur. J'ai jamais compris pourquoi tu t'étais focalisée sur moi de cette façon. J'ai pensé au début que c'était comme pour les autres, soit à cause de mon sang, ensuite pour essayer de m'attirer à toi mais aujourd'hui je sais pas, dit-elle.

-Je te l'ai dit pourquoi et plus d'une fois qui plus est. Bien sûr que ton odeur a été le premier facteur mais ta fragrance pas ton sang et puis il y a eu tout le reste. Si j'avais été le premier de mon espèce à t'avoir vu, je te promets que tu aurais une autre vision de nous aujourd'hui et si j'avais été présent lorsque ce traqueur t'a mis la main dessus et mordu, je n'aurai certainement pas retiré le venin. Il n'y a rien qui me déplaît chez toi si ce n'est ton tempérament obstiné qui nous a conduit où on en est aujourd'hui, lui répéta-t-il en la regardant dans les yeux cette fois. C'était plus simple que derrière un écran d'ordinateur, en tout cas plus simple pour qu'elle puisse comprendre. Il posa sa main qui n'était pas autour de son corps, sur sa joue.

-Je suis tellement en colère, soupira-t-il en la fixant dans les yeux avant de se pencher sur le visage de la jeune femme dans ses bras. Elle se laissa faire totalement happée par la profondeur du regard du vampire. Elle y voyait clairement cette colère mais aussi la douleur qu'il ressentait et cela raviva ses larmes.

Lorsqu'il prit possession de ses lèvres avec ce besoin qui le tenait au ventre, avant de glisser sa langue dans sa bouche, Bella sentit quelque chose se passer en elle. Quelque chose de destabilisant et de puissant. C'est une sorte de courant électrique qui la traversa de part en part et qui s'intensifia sans que cela ne soit douloureux. Au moment précis où sa langue entama un ballet avec celle du traqueur, elle sut. C'est une évidence qui s'imposa à elle avec tellement de force qu'elle comprit et ses larmes redoublèrent mais elle ne cessa pas le baiser.

Ce fut le traqueur qui le fit lorsqu'il la sentit haleter et qu'il sentit ses larmes redoubler. Il avait ressenti lui aussi cette connexion et cela lui fit mal parce que ce qu'il venait de confirmer avec ce baiser, il l'avait pensé ou rêvé plutôt depuis qu'elle avait mis un terme à leur correspondance électronique.

-Je suis tellement désolée, s'excusa-t-elle les larmes aux yeux. Dans son regard, il vit qu'elle venait de réaliser elle aussi. Il ferma les yeux et grimaça. L'instant d'après il était debout tout en la portant dans ses bras.

-Qu'est-ce que tu fais ? lui demanda-t-elle soudain alerte alors qu'il était devant sa fenêtre de chambre.

Sentant que quelque chose n'allait pas et ayant entendu la surprise dans la voix de l'humaine, Jane entra juste à temps pour voir Démétri portant la Prophétesse devant la fenêtre ouverte.

-S'il te plaît, ne m'oblige pas à te faire du mal Démétri, le supplia-t-elle.

-Ne fais pas ça, s'il te plaît, intercéda Bella en faveur de la garde. Il plongea son regard dans celui de sa compagne et elle vit encore la douleur dans celui-ci. Démétri n'eut pas le temps de se positionner car il entendit en même temps que les deux autres personnes présentes un téléphone sonner. Tout en tenant Démétri à l’œil, Jane s'approcha d'eux avec le téléphone de Bella dans la main. Bella s'essuya le visage avec ses doigts avant de prendre le téléphone.

-Oui, répondit-elle en décrochant alors qu'elle était toujours dans les bras du traqueur. C'est lui qu'elle regardait alors qu'elle répondait à son contact.

-Jane c'est Sergio, tes amis son bien arrivés. Ils viennent de repartir avec une personne de confiance. Ils seront rapidement chez eux, indiqua-t-il.

-Tant mieux et je te remercie pour tout Sergio. Tu peux envoyer dans l'enveloppe qu'ils t'ont remise, ce que je t'ai laissé ?

-Le mot de passe ? lui demanda-t-il.

-Traqueur, répondit-elle en destinant un petit sourire au sien. Un sourire qu'il lui retourna.

-J'envoie ça. Ça part au courrier de demain matin, déclara-t-il confirmant de ce fait le mot de passe. C'est vraiment terminé Jane ? Tu vas vraiment pouvoir rentrer chez toi ? demanda-t-il avec un certain espoir.

-Oui c'est enfin terminé, acquiesça-t-elle. Merci pour tout Sergio.

-Donne moi de tes nouvelles de temps en temps l'américaine, lui dit-il avec affection.

-Je le ferai, mentit-elle. Je te laisse, je vais devoir partir moi aussi, lança-t-elle sans détourner son regard du traqueur.

-D'accord. Prends soi de toi et à bientôt, conclut-il avant de raccrocher.

Elle retira son téléphone de l'oreille et le montra à Démétri.

-Tu peux le détruire pour moi s'il te plaît ? Sergio est le dernier humain que je peux encore et que j'aimerai protéger, lui indiqua-t-elle.

Il hocha la tête et la déposa sur le sol avant de prendre le téléphone qu'elle lui tendit. La seconde d'après ce n'était plus qu'un amas de petit débris irrécupérables.

-Merci, lui dit-elle sans pouvoir détourner son regard de son visage grave.

-Allons-y, se fit entendre Jane qui ne se sentait pas bien.

Ce qu'elle voyait devant elle lui faisait mal au cœur et elle ne pensait pas un jour pouvoir ressentir quelque chose comme ça. Cependant il était évident qu'il y avait un lien fort entre eux et cela devait être bien plus intense que ce à quoi elle pensait car Démétri avait été sur le point de faire une grosse bêtise. Il avait été sur le point de tout lâcher pour elle, pour la soustraire aux Rois et la mettre en sécurité. De plus le regard qu'ils échangeaient ne laissait pas de place au doute.

-Allons-y répéta-t-elle en se déplaçant et de façon à ce que l'humaine n'entende pas elle rajouta. Je suis désolée Dem.

Ce dernier hocha la tête et prit la main de la jeune femme parce qu'il savait qu'il n'y avait plus rien à faire. Il s'en voulait tellement de ne pas avoir réagi plus tôt. Il aurait dû se décider avant et ils seraient déjà loin. Aucun traqueur n'était aussi bon que lui et avec les compétences de Bella associées aux siennes, jamais ils n'auraient pu être repérés.

Ils arrivèrent aux grandes portes et il lui signala en lui serrant la main :

-Les Cullen sont encore dans la grande salle, elle hocha la tête en réponse alors qu'ils entraient.

-Vous revoilà, les accueillit Aro mais sans sa joie habituelle.

Il se désolait de devoir condamner cette jeune femme à mort. Elle avait un tel potentiel et il se doutait que cela affecterait le traqueur, lui qui avait nourri une si grande obsession pour elle.

-J'imagine que nous en avons terminé avec les garanties ? demanda-t-il de confirmer.

-La clef arrivera dans deux jours ici au château. Il me reste qu'à vous donner mes codes, dit-elle. Je pourrais avoir un ordinateur ?

-Tu peux nous les donner oralement ! Nous avons une mémoire infaillible, lui retourna le Roi Caïus.

-Ce serait bien trop long de le faire de cette façon. Ce ne sont pas que de simples chiffres, c'est tout un programme qui vous permettra de débloquer le cryptage avec un protocole d'écriture à suivre, répondit Bella résignée.

-Marco, un ordinateur s'il te plaît, acquiesça le Roi Aro. Ce dernier s'éclipsa en une fraction de seconde pour revenir moins d'une minutes plus tard avec un ordinateur portable qu'il avait ouvert et qu'il tendit à l'humaine. Bella lâcha la main de Démétri pour le prendre. Elle s'installa ensuite sur le sol jambes croisées devant les Roi et commença à pianoter frénétiquement sur les touches afin de retranscrire le code qu'elle avait élaboré.

Derrière elle Marco ouvrait de grands yeux en voyant la complexité du code qu'elle était en train d'écrire. Il devait reconnaître qu'il aurait mis du temps, beaucoup de temps à le décrypter et sans doute n'y serait-il pas parvenu car bien qu'il la savait intelligente, il n'aurait jamais pensé qu'elle avait ce niveau là. C'était un code comprenant plusieurs clefs mais surtout c'était un programme monté en pyramide. Elle devait en écrire une partie le valider puis revenir au milieu de celui-ci pour y introduire une nouvelle séquence et le revalider et ainsi de suite. Elle mit près d'une demi-heure à écrire son programme dans un silence presque révérencieux qui n'était brisé que par le bruit des touches du clavier ainsi que par les soupirs exaspérés du Roi Caïus qui signifiait de façon répétitive son agacement.

-Tu n'auras plus qu'à fait un copier/coller de la première partie pour accéder au contenu de la clef, indiqua-t-elle au vampire. La seconde partie est la clef pour bloquer le virus qui te servira pour accéder à mon blog, lui confia-t-elle en lui remettant l'ordinateur. Démétri lui tendit la main pour l'aider à la relever. Ce qu'elle accepta.

-Nous y sommes donc, déclara le Roi Aro.

-J'ai tenu ma part de l'engagement, j'ai détruit tout mon système avant de venir ici. J'ai neutralisé et détruit tous les documents qui devaient partir et vous allez recevoir après demain le dernier support sur lequel je gardais ces informations. Avec le code que je vous ai remis, vous pourrez également accéder à mon blog, ajouta-t-elle.

-Ta page internet n'était pas prévue dans le contrat, retourna le Roi Aro surpris.

-Non elle ne l'était pas. Si je vous l'ai donné c'est parce que j'aimerai que vous m’accordiez une dernière volonté, lui expliqua-t-elle.

-Tant que ce n'est pas de te laisser la vie sauve, répliqua dédaigneusement le Roi Caïus.

-Ce n'est pas ça. J'aimerai.. si vous le permettez que vous consentiez à laisser Démétri se charger d'exécuter la sentence, demanda-t-elle.

-Ce n'est pas une demande courante, répondit le Roi Aro. Démétri, consens-tu a lui accorder cette faveur ?

-J'aurai préféré l'éviter mais je connais les raisons pour lesquelles elle veut que ce soit moi et seulement pour cela je le ferai si vous lui accorder ce souhait, répondit le traqueur la mort dans l'âme.

Il était totalement désespéré, si bien qu'il en avait mal physiquement au cœur et au ventre.

-D'accord, nous consentons à t'accorder cette dernière volonté, acquiesça le Roi Aro.

-Moi je ne suis pas d'accord, se fit entendre Marcus.

-Pardon ? s'exclama Aro plus surpris que jamais.

-Tu n'es pas d'accord ? Mais on s'en fout de qui la morde tant qu'elle ne survit pas à cette journée ! s'agaça Caïus.

-Ce n'est pas pour la morsure que je ne suis pas d'accord c'est pour la sanction.

-Tu perds la tête ?! s'énerva Caïus. Nous étions d'accord ! Nous avions voté à l'unanimité ! gronda le roi fougueux.

-Nous étions d'accord ce matin oui, maintenant je ne le suis plus, répondit patiemment Marcus.

-Il va falloir t'expliquer mon frère parce que je ne comprends pas non plus, intervint le Roi Aro.

-Pour résumer si vous tuez la jeune femme, il vous faudra le faire avec Démétri. Ce n'est pas pour rien qu'il nourrissait une telle obsession pour elle.

-Oh c'est pas vrai ! gronda le Roi Caïus en se levant énervé.

-Que cela ne te plaise pas j'en conviens. Maintenant à toi de voir ce que tu veux vraiment. Soit apaiser ta colère parce que nous nous sommes fait rouler par une simple humaine et perdre notre traqueur. Soit garder notre traqueur et accorder à cette jeune femme le changement. Avec cette option nous gagnerons également un brillant esprit en plus d'un bouclier efficace puisqu'elle a déjà prouvé qu'il était évolutif, plaida Marcus.

-Voilà un retournement de situation inattendu, s'exclama Aro en regardant les concernés. Qui eux même échangeaient un regard ou se mêlait espoir pour l'un et incertitude pour l'autre. J'imagine que c'est la raison pour laquelle vous avez voulu être jugé en même temps qu'Isabella, finit par comprendre le Roi en regardant la voyante.

-J'ai effectivement eu une vision en ce sens, acquiesça Alice. Je n'ai pas voulu vous laisser me toucher car je sais que cela n'aurait rien changé pour vous personnellement mais le Roi Caïus aurait pensé à une manipulation de ma part. Bella devait prendre connaissance de certains faits par elle-même car sans cela, la vision ne se serait pas réalisée. Nous aurions perdus la vie avec Bella mais vous auriez perdu aussi votre traqueur.

-Et ce n'est pas de la manipulation ça peut-être ?! Et explique moi ce qui pourrait dans ce cas de figure vous épargner ?

-Vous mes seigneurs mais je ne vais pas vous dire de quoi il en retourne. Je ne veux toujours pas intervenir dans vos réflexions pour ne pas les influencer, déclara-t-elle en se reculant pour prendre place dans les bras de son compagnon.

-J'ai un peu de mal à faire la liaison, commenta Aro. On reviendra sur vous dans un moment nous allons d'abord en terminer avec l'affaire d'Isabella. Il semblerait que vous ayez tous deux un droit de regard sur cette décision, déclara le Roi Aro. Démétri ?

-Si mon avis compte il est évident que je plaiderai la morsure et le changement de Bella. Cependant si vous restez sur vos positions je pense que la prédiction du Roi Marcus sera a envisager, déclara-t-il en serrant la main de Bella un peu plus fort et l'attirant contre lui.

-C'est pas possible ! gronda Caïus encore une fois. Sur toutes les femelles que tu peux avoir il fallait que ce soit celle-là ! s'emporta-t-il.

-Allons Caïus, personne ne peut rien faire contre cela ! Tu es en colère j'en conviens mais pense à ce qu'elle pourrait apporter à notre château. De ce que j'ai vu par la réaction de Marco lorsqu'elle était en train d'écrire son code c'est qu'il est évident qu'il aurait mis beaucoup de temps à trouver ce code.

-Tu étais déjà acquis à sa personne au début de cette histoire.

-Parce qu'elle a des qualités intellectuelles indiscutable, des compétences qui permettraient à nos équipes d'être beaucoup plus performantes et parce qu'elle est essentiel à l'équilibre de Démétri.

-Tu ne le savais pas ça au début sinon tu serais resté sur ta position première !

-Non c'est vrai mais c'est un élément à prendre en compte.

-De toute façon on se dispute pour rien, tu l'as entendu ! Elle ne veut pas devenir un monstre ! Je ne vais pas t'apprendre ce qu'elle pense de nous et de ce fait de Démétri aussi !

-C'est un fait, soupira Aro en tournant le regard sur le couple et percevant l'avertissement silencieux que Démétri était en train de soumettre à la jeune femme.

-Isabella, je pense que tu as compris de quoi il en retournait concernant ta relation avec Démétri et notre position à nous. Pouvons nous espérer que tu puisses de ce fait revoir ton jugement personnel ?

-Je pense que je vais avoir du mal avec ça. Cela fait presque dix ans que je ne vois que le pire de votre espèce. Cela dit je reconnais que hormis le problème avec Noémie, vous avez été efficaces et vous avez tenu votre position. Vous avez aussi tenu votre promesse de ne pas tuer les Quileute et oui je reconnais aussi que Démétri est spécial à mes yeux et j'ai compris l'importance qu'il avait pour moi. Mais malgré tout ça, je ne peux me résigner à devenir une tueuse. Je ne peux pas tuer un humain que ce soit pour me nourrir ou non.

En entendant la jeune femme et la détresse dans sa voix alors qu'elle expliquait sa position, Aro comprit subitement ce qu'Alice n'avait pas voulu leur révéler. Il tourna la tête pour la fixer et elle lui retourna un sourire entendu.

-Je vois. Jane s'il te plaît, demanda-t-il en tendant sa main. Cette dernière grimaça en regardant Démétri et s'avança jusqu'au Roi pour lui remettre sa main. Le Roi prit connaissance de ce qu'il s'était passé dans les appartements de Démétri. À l'origine, il voulait confirmer que les deux compagnons s'étaient bien reconnus mais il découvrit ce que Démétri avait failli faire. Il lui adressa un regard de reproche qui n'échappa pas à Caïus qui dans le même temps vit le traqueur baisser la tête et les yeux.

-Qu'est-ce que tu as vu ? lui demanda-t-il suspicieux.

-Rien de bien grave. Malgré notre injonction, Démétri a laissé Isabella toucher à son ordinateur mais elle l'a seulement fait pour augmenter ses protections, mentit-il car s'il venait à révéler la vérité à Caïus cela aurait été plus délicat de plaider leur cause.

Je te remercie Jane, dit-il en la laissant repartir à sa place.

-Alors que faisons nous ? demanda Marcus.

-Il est évident que nous ne pouvons pas nous passer des qualités de Démétri et à titre personnel je ne le veux pas. J'ai bien peur que tu n'aies plus le choix Isabella. Nous allons procéder à ton changement et nous accordons cet honneur à ton compagnon. Cependant ! dit-il en levant la main pour la couper dans son élan. Nous comprenons que tes convictions profondes seront un frein à ton adaptation parmi nous et contrairement à ce que tu as pu penser de nous, nous nous soucions de celles-ci. Il y a une option qui pourrait te convenir. Une option que tu connais d'ailleurs et je suis même surpris que tu n'aies pas plaider pour cela après que tu aies pris connaissance du lien qu'il y a entre Démétri et toi.

-Je ne pensais pas que cela puisse être une option et vous aviez été parfaitement clairs concernant mon avenir.

-J'en conviens. Donc je le répète nous allons te changer mais pour des raisons de praticité tu resteras le temps de te faire à ta nouvelle condition dans notre domaine de Volte Basse qui n'est qu'à une heure de route d'ici et qui dispose d'une réserve de nourriture qui pourra te satisfaire. Tu y resteras avec ton compagnon bien entendu. Durant ce temps tu reprendras tes activités puisqu'il est indéniable que tu es une experte en informatique et que tes compétences seront un atout non négligeable qui nous permettront d'agir un peu plus rapidement que nous le faisions jusqu'à aujourd'hui. Tu seras sous la directive de Marco et c'est à lui que tu devras des comptes pour cet aspect là de ton travail. Tu devras également partager ton savoir afin que nos experts puissent s'améliorer. Est-ce que cela vous convient mes frères ? demanda-t-il en regardant tour à tour Marcus et Caïus.

-Moi ça me convient parfaitement, répondit Marcus.

-Pas moi. Elle s'en sort sans même une tape sur les doigts et je trouve ça scandaleux après ce qu'elle a fait ! Cependant vous êtes majoritaire dans ce vote ! Quant à toi Prophétesse, dit-il en crachant son pseudonyme. Je veux que tu saches que je vais t'avoir particulièrement à l’œil et au moindre écart je ne te louperais pas ! trancha Caïus mauvais. Bella baissa la tête comprenant qu'elle devait se taire et ne plus le contrarier.

-Passons à vous maintenant ! décréta le Roi Aro alors que Démétri affichait un sourire heureux sur son visage alors qu'il fixait sa compagne dans les yeux.

Quelques part elle n'était plus si contrariée parce que le bonheur de Démétri lui était parfaitement perceptible. Elle savait qu'elle troquait ses valeurs qu'elle avait toujours défendues et qu'elle retournait sa veste un peu vite mais ce soulagement et cet espoir en plus du bonheur de savoir que Démétri était heureux faisaient qu'elle culpabilisait beaucoup moins. Elle échangea un sourire avec lui et il la serra dans ses bras.

Les gardes que ce soit Jane, Félix et Alec qui étaient dans un coin de la salle étaient eux aussi herueux de se retournement de situation. Ils avaient eu peur lorsque la mort de Démétri avait été envisagé un instant et ils se demandaient comment ils pourraient passer à autre chose après ça. C'était purement inenvisageable pour eux et surtout pas de cette façon.

-Vous vous êtes rendus coupable de violation de la loi. Vous êtes également responsable, même si c'est indirectement, de la mort de nombreux humains ainsi que des modificateurs qui sont une espèce en voie d’extinction. Par ce même raisonnement vous êtes aussi responsables de la situation et des conséquences qui s'en sont suivies. De ce fait je propose comme condamnation, une assignation à résidence avec l'obligation de soutenir et d'épauler Isabella dans le régime qu'elle souhaite aborder. Vous serez également condamnés à un service actif au sein de notre garde durant les deux prochaines décennies, ce qui vous contrait bien entendu à nous faire bénéficier de tous vos talents dans tous les domaines qu'ils soient.

-Tu plaisantes ?! s'exclama Caïus. Pas de sanction plus disciplinaire que ça ?! Je ne suis pas d'accord du tout ! s'emporta le Roi blond.

-Tu crois ? répondit son frère avec un petit sourire. Regarde notre nouvelle recrue Caïus, dit-il. Je crois qu'il n'y a pas meilleures sanctions pour tout ce petit monde que de les obliger à vivre ensemble après toutes leurs rancœurs et leurs culpabilités qui les habitent et cela pendant une longue période, expliqua-t-il.

En tournant la tête vers la concernée, il la vit les sourcils froncés et le regard clairement hostile. Il sourit appréciant cette perspective.

-Oui je comprends mieux ton raisonnement et en effet je suis assez favorable à cette mesure tout compte fait, acquiesça-t-il plus serein. Ils allaient tous vivre un enfer durant la période nouveau-né de la jeune femme et oui cela apaisait un peu sa colère.

-Bien nous en avons terminé avec cette affaire. Marco dès que la clef arrivera tu feras le nécessaire. En attendant il va falloir un poste de travail à Volte Basse pour la Prophétesse, dit-il avec un sourire en regardant la jeune femme. Je te laisse voir avec elle ce qu'elle désire comme matériel.

Démétri, je suis heureux que tu puisses enfin trouver le repos et je te souhaite tout de même bon courage pour les moments que tu vas traverser au cours de cette année.

-Merci maître d'avoir œuvré pour trouver une solution qui convienne à tout le monde et si je dois vivre en enfer une année durant, c'est vraiment peu cher payé pour avoir la chance de l'avoir avec moi.

-Je n'en doute pas une seconde. Je vous laisse retourner dans vos appartements, vous rejoindrez Volte Basse après les Cullen. Ils vont devoir sécuriser le manoir et le remettre en état afin de mieux accueillir Isabella. Ne tardez tout de même pas pour la morsure, leur conseilla-t-il.

Démétri tira la main de sa compagne avec un sentiment d'euphorie qu'il eut du mal à contenir dans la grande salle, cependant à peine la porte de la grande salle passée il l'attrapa pour la faire tourner dans les airs. Elle riait heureuse de le voir dans cet état. Elle était heureuse de le voir rayonner de bonheur, heureuse d'avoir pu échapper à la mort et heureuse d'avoir un avenir avec Démétri parce qu'elle avait compris lorsqu'il l'avait embrassée qu'ils étaient faits l'un pour l'autre mais surtout elle était heureuse qu'il n'ait pas eu à vivre sans elle parce qu'elle était certaine que malgré le peu de temps passé ensemble, elle ne pourrait plus vivre sans lui. Par contre elle était beaucoup moins heureuse à la perspective de passer une année enfermée avec les Cullen mais elle refoula cette pensée, voulant seulement profiter de cet instant.

Félix sortit de la grande salle avec Marco et il sourit lorsqu'il vit son meilleur ami faire tournoyer son humaine dans les airs et il était heureux pour lui alors qu'il entendait cette dernière rire de bon cœur.

-Il va me falloir ta liste ! se fit entendre Marco qui lui était plus contrarié qu'autre chose. Parce que Démétri avait raison sur un point. Le fait est qu'elle reste vivante, il serait que le numéro deux dans leur domaine même s'il conservait sa place de chef.

-Plus tard Marco, répliqua Démétri en reposant Bella sur le sol avant de l'embrasser sans se soucier qu'ils avaient des spectateurs.

-Bon je passerai plus tard pour les présentations officielle, s'amusa Félix en laissant le jeune couple à leurs affaires. Marco déguerpit lui aussi.

Quinze mois plus tard !

-Dépêche toi je ne veux pas rester une minute de plus ici ! grommela Bella en débranchant et rangeant tout son matériel dans des cartons.

Elle venait enfin de réussir son test. Elle pouvait enfin quitter ce maudit manoir et mettre un minimum de distance entre les Cullen et elle.

Comme l'avait prédit le Roi Aro, cette année fut un enfer pour tout le monde et bien que les Cullen aient essayés au début de se faire pardonner, Bella avait tenu bon. Elle ne pouvait pas pardonner aux responsables de la mort de son père et de ses amis. Bon Sam n'était pas vraiment un ami mais il l'avait protégé et il l'avait sauvé aussi. Il s'était sacrifié pour cela. Non elle ne voulait pas leur pardonner et les voir tous les jours ravivait ses douleurs et ses colères, c'est pour cela qu'elle avait eu autant de mal à se sortir de cette période puisqu'elle était toujours sur les nerfs.

Il y avait eu plusieurs altercations violentes et notamment entre Bella et Rosalie, Bella et Edward aussi ainsi qu'entre les Volturi et les Cullen en règle général car de par le lien qui unissait Bella à Démétri, évidemment les amis du traqueur avaient pris fait et cause pour la Prophétesse. C'est seulement grâce aux interventions de Jasper et d'Alec qu'ils ont pu éviter quelques drames.

-Je fais aussi vite que je peux, s'amusa Démétri dans la pièce d'à côté, leur chambre. On devrait peut-être appeler les Rois pour leur dire que nous rentrons, indiqua-t-il en fermant la dernière valise.

-Non, ils voudront s'assurer eux même que j'ai bien assez de contrôle et le nouveau test pourrait se faire dans quelques jours, grinça-t-elle en pliant tous ses câbles.

-Ce qui serait plus raisonnable. C'est seulement la première fois que tu résistes au sang. Qui sait si tu venais à croiser un humain plus alléchant ?! répondit-il.

-Je te dis que ça va je me contrôle maintenant ! répliqua-t-elle agacée ce qui fit sourire Démétri dans la chambre.

Seulement il n'était pas idiot, il n'allait pas sourire devant elle alors qu'elle était sur les nerfs. Elle avait passé son cap nouveau né mais il savait que tant qu'elle resterait avec eux, elle ne pourrait pas décolérer. Il avait hâte lui aussi de retourner au château et de pouvoir la voir plus apaisé et plus sereine. De la redécouvrir en quelque sorte.

-J'ai terminé, dit-il dans l'encadrement de la porte de sa salle de travail.

-Tu peux mettre ces cartons dans la voiture s'il te plaît ? demanda-t-elle. Et fait attention c'est fragile.

-Oui je sais, dit-il en s'emparant des cartons en question. Il croisa Jasper en descendant les affaires de sa compagne et ce dernier lui destina un clin d’œil amusé. Une sorte de solidarité masculine. Une fois toutes leurs affaires dans la voiture, Bella monta sans même un mot à personne alors qu'ils s'étaient tous réunis sur le perron. Cela l'avait profondément agacé d'ailleurs.

-C'est bon on peut y aller, dicta-t-elle en tournant la tête de l'autre côté pour ne pas les voir.

-Détends-toi mon ange, c'est fini, tenta de l'apaiser Démétri en posant sa main sur la sienne. Elle tourna la tête vers lui pour le regarder dans les yeux. Elle s'apaisa un peu et lui sourit.

-Ce sera terminé lorsque tu m'auras fait quitter ce maudit manoir, déclara-t-elle en haussant les sourcils pour lui faire comprendre qu'il était temps d'y aller. Il rit et démarra le moteur.

-À plus, lança-t-il tout de même aux Cullen.

-Mouais malheureusement, répliqua Bella en bougonnant.

-À la semaine prochaine, répondit Alice tout sourire. Elle aussi était soulagée du départ de Bella. Même si elle comprenait les griefs et les reproches de la dernière Volturi car elle avait raison sur ce point là, elle était heureuse de savoir qu'ils allaient tous retrouver un peu de sérénité avec son départ.

Bella et Démétri venaient d'entrer dans le château les bras chargés des cartons contenant les ordinateurs de Bella. Ils se rendirent immédiatement dans la grande salle.

Les Rois furent surpris de voir le jeune couple de compagnons, le seul à l'exception faite des couples royaux, faire leur apparition.

-Doit-on s'attendre à voir les Cullen débarquer pour nous signaler la mort d'un de leurs membres ? lança avec ironie le Roi Caïus.

-Malheureusement non, répondit Bella avec une grimace.

Ce qui étira le sourire sarcastique du régent.

Lui aussi avait pris fait et cause pour la Prophétesse et pourtant c'était pas gagné au départ, cependant les éclats, les altercations et les conflits presque quotidien que les gardes prenaient plaisir à leur rapporté avait fini par venir à bout de sa rancune contre la compagne de leur traqueur. Le fait est qu'il avait dû choisir entre deux maux et il avait décidé de favoriser les membres permanents de son clan bien évidemment.

-Que faites vous ici ? demanda Aro avec un sourire lui aussi.

-Elle a réussi son test et n'a pas pu attendre avant de plier bagage, répondit le traqueur avec un sourire amusé que tous partagèrent.

-Un test réussi sur combien de raté ? demanda le Roi Caïus avec ironie.

-Un test réussi à deux cent pour cent et je suis passée à côté de la secrétaire qui est toujours en vie, vous pouvez vérifier, répondit Bella.

-Nous te croyons sur parole, répondit le Roi Aro sans se départir de son sourire.

-Pour une personne qui ne voulait pas nous approcher, je te trouve bien pressée de rentrer au château, lui retourna Caïus.

-Ça n'aurait été que de moi, je serai rentrée bien plus tôt et je suis même persuadée que si j'avais pu le faire, j'aurai eu un contrôle tout à fait respectable depuis bien longtemps, se défendit-elle.

-C'est possible en effet, admit Aro qui s'amusait de l'ardeur de la jeune femme.

-Maintenant que je suis ici et que j'ai pu faire un deuxième test pour confirmer le premier avec la secrétaire, me permettez vous de me mettre au travail. J'ai trouvé quelque chose que j'aimerai creuser un peu, dit-elle avec impatience.

-Vraiment ? Où ? demanda Aro.

-En Nouvelle Guinée mais j'aimerai affiner mes soupçons avant de transmettre mon rapport à Marco pour qu'il confirme, leur signifia-t-elle.

-En parlant de ça. Marco nous a fait savoir qu'il désirait nous quitter. Il attendait que tu intègres le château pour le faire, leur apprit le Roi Aro.

-Pour quelle raison ?! s'exclama instinctivement Bella choquée avant de se reprendre. Je suis désolée, c'est sorti tout seul, s'excusa-t-elle en grimaçant.

Marco n'était pas devenu un ami proche mais ils avaient appris avec le temps à s'entendre surtout qu'ils avaient la même passion. Elle pensait qu'il lui aurait dit s'il avait décidé de partir.

-Si au départ il voyait ta présence comme une sorte de rivalité aujourd'hui il a réalisé qu'elle lui était aussi bénéfique pour lui permettre de réaliser certains de ses projets. Cela fait un long moment que Marco est parmi nous et que nous dépendions de ses connaissances, ce qui fait qu'il nous était plus utile au château que sur les missions de terrain et visiblement cela a créé un manque chez lui. De ce fait tu te vois promue chef de la section informatique puisque malgré ton jeune âge tu as le plus de compétences en ce domaine, lui signifia Aro.

-C'est vrai ?! s'exclama-t-elle surprise.

-Oui c'est vrai. Je te laisse rejoindre Marco qui t'expliquera en quoi consistera exactement ta fonction, acquiesça Aro avec bienveillance et le regard pétillant.

-Oui maître, répondit-elle avant de tourner son regard sur Démétri qui arborait un beau sourire voyant le regard de sa compagne briller avec cet éclat particulier de fierté.

Il était si fier d'elle. Il était tellement heureux en la voyant aussi épanouie alors qu'il était passé si près de la perdre.

Il vivait dans le bonheur depuis que les Rois avaient décidé de la changer au lieu de lui accorder la mort qui avait été décidée en premier lieu. Il savait qu'à partir d'aujourd'hui ce serait un bonheur sans tâche et parfait parce qu'elle faisait ce qu'elle aimait et ce pourquoi elle était douée mais plus encore parce qu'il n'y aurait plus d'ombre au tableau maintenant qu'elle avait intégré le château alors que les Cullen avaient été prié de rester à Volte Basse.

La vie ne pouvait pas être plus belle et le plus extraordinaire c'est qu'elle serait comme ça tous les jours de leur très, très longue existence.

FIN

Date de dernière mise à jour : 08/05/2020

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Leithi
    Coucou,

    Oh j'adore cet OS, rien à redire le mordant de Bella est juste topissime !!!
    J'aime beaucoup ce couple également et Caius fidèle à lui même jusqu'au bout !

    xoxo
  • Ptite-Julie05
    • 2. Ptite-Julie05 Le 09/05/2020
    Salut salut

    Merci d’avoir publié la nouvelle histoire de Betifi !!!

    Je suis toujours fan des tes histoires !
    Celle ci est avec un de mes duos favoris.
    C’est toi qui me les a d’ailleurs fait découvrir ensemble !

    Continue d’écrire c’est toujours un plaisir de te lire !

Ajouter un commentaire