Fiction Litterature

LE grand frère

Jeunesse

crossover.jpg

Republication de cette histoire, sans les fautes, quelques modifications de textes et légères réécritures.

Disclamer : Tout à JK Rowling et Emmett à S Meyer.

Beta : Oxymore


Chapitre du PDV externe et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire.

- Oh ! Mais où sont encore cachés ces petits monstres ? Ils vont me rendre folle, peste madame Granger.

- Es-tu allée voir dans le jardin, sous l'arbuste ? Rigole son mari.

Mme Granger soupire et se dirige d'un pas décidé vers l'endroit indiqué par son mari.

- Je vous tiens tous les deux ! Non mais qui m'a fichu des enfants pareils…

Les deux enfants en questions pouffent de rire dans leur main, faisant sourire leur mère, malgré elle. Du haut de leurs quatre et cinq ans, ils sourient, espiègles avant de retourner jouer avec la terre et des feuilles mortes. Mme Granger repart rassurée.

Si jeunes, si inséparables !


- Tu n'embêtes pas ma sœur, s'énerve Emmett.

- Lâche-là ta précieuse sœur, elle n'est pas en sucre, réplique le type.

- Ce n'est pas une raison ! C'est mon rôle de la protéger des connards comme toi…

- Tu ne seras pas toujours derrière elle pour la protéger, dit le type vexé, prêt à se jeter sur Emmett.

- Pas sûr !

Emmett attaque le premier en lui mettant son poing dans la figure.

Et c'est reparti, son grand frère se bat encore, mais, comme à chaque fois, Hermione le rejoint, personne ne touche à son frère.

- Non mais vous n'en avez pas marre de vous battre ?! Ça fait deux fois ce mois-ci. Vous avez huit et neuf ans, il va falloir vous calmer ! Crie Mme Granger énervée.

- Fallait pas embêter Hermione.

- Fallait pas embêter Emmett.
 


- Les enfants, à table ! Et Emmett, arrête d'embêter ta sœur.

- Je ne fais que la chatouiller. Il faut bien fêter son entrée à Poudlard !

- Je suis toute décoiffée.

- Parce que tu ne l’es pas d'habitude ?

Hermione ouvre la bouche et la referme sans qu'un son n'en sorte. Vexée, elle croise les bras et boude. Son frère, qui ne supporte pas de la voir ainsi, vient la prendre dans ses bras et l'embrasse sur la joue.

- Tu sais que je t'aime ma petite Mione.

- Moi aussi je t'aime.

- Vous êtes trop mignon, dit Mme Granger émue. Maintenant à table.

- Tu sais qu'il n'y a que toi qui a le droit de m'appeler comme ça. Tu es le seul qui compte.

Comme à chaque repas, ils s'assoient l'un à côté de l'autre.

- J'aime pas les brocolis, disent-ils en cœur.

Mme Granger soupire, eux rigolent.

- Mangez !

- Oui chef ! Disent-ils d'une même voix.

Leur mère leur envoie un regard soupçonneux, ils ne capitulent pas si facilement d'habitude. Effectivement, juste un regard, une idée et des brocolis qui s'éparpillent dans toute la pièce. Les deux garnements n'attendent pas et s'enfuient en courant dans la chambre de l'aîné.

- Sales gosses !

- En même temps, ma chérie, les brocolis, ce n'est pas très bon…

Les deux enfants s'allongent sur le lit, essoufflés de leur course.

- On s'écrira ?

- Oui.

- Toutes les semaines ?

- Oui.

- J'ai peur.

- Tout ira bien. Tu es la meilleure, que ce soit chez les moldus ou chez les sorciers. Crois-moi tu es brillante.

Emmett la prend dans ses bras, lui envoyant tout son soutien.

- Je serai comme toi !

Ils se sourient. Hermione se rapproche de lui ; quand elle a besoin de réconfort ou même si elle va bien, elle aime sentir sa présence, ça la calme instantanément.

- Tu es tout pour moi, je ne pourrai pas vivre sans savoir ce que tu deviens, murmure Hermione.

- Tu sauras toujours ce que je fais, rien ne nous séparera. Toi et moi, c'est comme les deux doigts d'une main.

Hermione finit par s'endormir dans la chambre de son frère. C'est une habitude chez eux.


Fin du premier micro chapitre ré-écrit.

Bisous

hp-drago

1 Veux pas y aller

Chapitre du PDV Hermione et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…

Hermione OOC dans les premiers chapitres

Beta Oxymore


- Eh toi ! Ça te dit qu'on aille faire un tour sur la baquette de ma nouvelle voiture ? Je voudrais voir si elle est confortable…

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et l’entraîne avec moi vers la sortie de la boîte où nous nous trouvons. De toute façon, vu les regards qu'il me lançait, il n'allait pas dire non.

A peine assis sur la banquette, je ne lui laisse pas le temps de respirer, que je suis à califourchon sur ses cuisses, l'embrassant à pleine bouche.

C’est bon. Passe-nous les détails, s’il te plaît…

Je profite de la dernière soirée à la maison ; je dois passer tout le reste de l'été au Square. Soi-disant pour ma sécurité. Foutaise. Quoi qu'il en soit je ne veux pas y aller, on se fait chier là-bas ; il n'y a aucune distraction. En plus, cette baraque est sordide. Elle me fait légèrement flipper et me faire insulter par les tableaux n'est pas mon passe-temps favori. Puis quand on est là-bas, je ne peux pas sortir sans être surveillée, on ne peut pas faire la fête, on est obligé de se coucher tôt, comme si on était encore des gamins. Sérieux ! Ce n'est pas une vie… C'est l'été ! Je veux mes maillots de bain, ma piscine. Ah ! Ça va me manquer. J'adore ma maison. Malheureusement mes parents sont amnésiques, il y’a plein de souvenirs d'eux et de mon frère. Inutile de dire que j'adore mon frère plus que tout.

Je soupire une énième fois et ferme ma valise.

- Hermione, tu viens ! Dit Ron content.

- J'arrive, j'arrive.

- Je suis heureux, on va passer deux mois ensemble, c'est trop bien, sourit-il.

Oh ouais, trop content ! Non mais quel con.

- On passe l'année ensemble Ron.

- Oui mais là, on est hors de Poudlard !

Malgré elle, Hermione esquisse un bref sourire devant la gaieté de son ami.

- Tu as toutes tes affaires ? On peut y aller ? Demande Tonks.

- Ai-je le choix ?

- Allez ! On va bien s'amuser !

- Si tu veux que je m'amuse, fais-moi une piscine et laisse-moi sortir en boîte.

- Pourquoi voudrais-tu aller dans une boîte ? Demande l'Auror, sérieuse.

- Laisse tomber.

On transplane au Square. Que l'enfer commence… Ginny me saute dans les bras, aussi heureuse que son frère.

- Je suis heureuse de te voir !

- Moi aussi, moi aussi.

J'aime bien Ginny même si parfois nous ne nous comprenons plus. Elle est restée enfantine sur certains points, comme les mecs, alors qu'ils sont devenus un de mes sujets favoris que ça soit en théorie ou en pratique, et je pratique pas mal...

Alors qu'elle, je ne suis pas persuadée qu'elle ait passé le stade des préliminaires. Ce qui m'énerve c'est qu'elle me fait la leçon. Pour elle, je ne devrais pas sortir et coucher avec autant de garçons - bien qu'ils n'y en aient pas eu tant que ça – mais j'adore m'amuser ; la guerre est proche, je ne veux pas avoir de regrets, je veux profiter à fond de la vie.

Puis, entre nous, elle ressemble trop à sa mère. Ça en devient flippant ! J'en ai des frissons dans le dos.

Laisse, c'est une coincée !

Néanmoins, j'aurais un regret si ma vie se finissait rapidement, c'est de ne pas avoir revu mon frère cette dernière année. Depuis qu'il a seize ans, je ne l'ai pas revu, à peine une lettre. En plus il a fait ses études à Dumstrang, mais avant cela quand on se voyait, nous étions toujours aussi proches, c'est pour cela que la séparation est douloureuse.

- Hermione ! Ma chérie ! Oh, tu as maigri, je vais te faire un bon sandwich, me dit Mme Weasley en me poussant vers la cuisine.

- C'est bon Mme Weasley, j'ai déjà mangé, merci.

Malheureusement, elle ne m'écoute pas et me force à avaler quelque chose.

- Hermione chérie, tu devrais t'habiller autrement. Tu vas donner des idées peu correctes aux garçons.

- Comme ? Je ne vois pas ce que vous voulez dire. Quelles idées ? Je demande, faussement innocente.

- Eh bien, dit-elle soudain gênée. Tu sais, ils vont vouloir aller plus loin que t'embrasser.

- Ah, vous voulez dire, coucher avec ?

- Oui, c'est cela.

- Oh mais ne vous inquiétez pas pour ça, je me protège, je mets des préservatifs. Une invention moldue. C'est génial, dis-je me retenant de rire devant son air choqué.

Je m'en vais toute contente. En montant dans la chambre, je croise deux rouquins identiques. Finalement l'été ne va pas être aussi nul que je le pensais.

- Salut les mecs !

- Salut Hermione, disent en cœur les jumeaux.

Je monte m'installer dans la même chambre que Ginny. Ma libido, il va falloir te calmer… A peine mes affaires rangées, Ginny m'appelle pour que je vienne voir notre nouveau prof de DCFM.

- Il est trop sexy, soupire Ginny.

- Ah bon ? Je demande en haussant un sourcil.

On descend donc voir le prof « trop sexy ». Il est de dos, mais ses fesses sont tout à fait charmantes mais lorsqu'il se retourne, c'est encore mieux. Je vais adorer suivre son cours, encore plus que d'habitude…

- Mr Bale, voici Hermione Granger, présente Mr Weasley.

- La meilleure élève de Poudlard, à ce qu'on dit, répond-t-il.

- Il ne faut pas exagérer, je réponds humble.

- Et modeste.

- Ça n'est pas ma seule qualité, dit ma libido pour moi.

Je lui fais mon plus beau sourire avant de quitter la pièce, à la recherche de mon meilleur ami.

Plus tard, à table, le repas se passe calmement, comme à chaque fois.

- Dis-moi, Hermione, tu as parlé à Molly d'une invention moldu. Les préservatifs. Qu'est-ce que c'est ?

Mr Bale et Harry s'étouffent à moitié mais le nouveau prof se reprend vite, si bien que quasiment personne n'y a prêté attention, sauf moi. Harry me fixe, clairement amusé.

- Mione ! Me réprimande-t-il gentiment.

- Oui mon bichon ?

- Comment vas-tu expliquer ça ?

- On peut leur montrer ?

- Mione !

- Quoi, quoi ? Je plaisante. Mr Weasley, c'est un moyen de contraception moldu. Ça protège des MST et ça empêche de faire des bébés. Je vous aurais bien montré comment on les met mais Harry est plus doué que moi dans ce domaine et Mme Weasley ne serait pas très contente.

Je me lève, embrasse mon meilleur ami sur la bouche et sors de la pièce fière de moi. Je vais leur montrer que je n'ai aucune envie de rester ici. Ils en auront tellement marre de moi qu'ils me jetteront dehors. En tout cas, je commence fort, devant quasiment tout l'Ordre du Phoenix ; Le directeur, les profs de potions et DCFM, Charlie, Bill, Sirius, Lupin, Tonks….

Même si je suis quasiment au rez-de-chaussée, j'entends Mr Weasley demander à Harry où ça se met. J'imagine mon meilleur ami, les joues rouges, gêné.

Mon bon cœur me fait redescendre, je sors un préservatif de ma poche et le tends au patriarche.

- A vous de trouver !

Ça, c'est ma Hermione.

Je m'en vais pour de bon. Lorsque Ginny entre je garde les yeux clos, espérant ne pas être dérangée. Dommage, elle me secoue jusqu'à ce que j'ouvre les yeux.

- Quoi ? Je gronde.

- Comment ça marche ?

- Hein ?

- Tes préserva… Machin.

- Demande à Harry, dis-je me cachant sous ma couette.

- Ecoute Hermione, dit-elle en tirant ma couette. Quand j'ai appris que tu avais couché avec Harry, je ne t'en ai pas voulu. Après tout, c'était fini entre nous et je ne voulais pas coucher avec mais ça m'a quand même fait mal au cœur. Alors je voudrais que tu me dises comment ça fonctionne. S'il te plait.

Je la fixe quelques secondes avant de comprendre.

- Toi, tu as un copain !

- Non.

- Alors tu veux coucher ?

- Non !

Je soupire devant son comportement.

- A toi de m'écouter. On est peut-être plus aussi proches qu'avant – certes je n'ai rien fait pour y remédier – mais tu peux me le dire, je peux comprendre.

- Okay. Je veux coucher.

- Pourquoi ?

- Pour être comme toi.

T'y arriveras jamais !

- Comment ça ? Je demande perdue.

- Je veux qu'on me regarde comme ils te regardent. Tu leur fais envie, moi ils m'ignorent.

- Avec cette mentalité, si tu couches, ils te prendront pour une salope. Rien d'autre. Les mecs me regardent parce que je m'habille sexy et que je joue avec eux. Je les attire. Point. Coucher n'y changera rien. A par passer pour la pute de Poudlard.

- Mais je veux le faire.

- Eh bien vas-y. Mais fais-le pour de bonnes raisons et pour ce qui est de mettre des préservatifs, laisse-le faire.

- C'est ce que tu fais ?

- Ça, ça dépend de mon humeur, dis-je coquine. Mais fais-le pour toi, pas pour une stupide envie de plaire.  Maintenant j'aimerai bien dormir. Bonne nuit.

- Bonne nuit.

Ginny ne m'a pas reposé de questions durant toutes mes super mortelles vacances pourries même si j'ai quand même réussi à négocier quelques sorties où j'ai vraiment pu m'amuser. Je leur ai mené la vie dure mais rien n'y a fait, ils ont voulu me garder.

Par contre j'ai réussi à choquer un bon nombre des membres de l’Ordre et ai beaucoup fait rire Mr le Directeur. Par contre Professeur Rogue va à mon avis m'en faire baver cette année. Je ne sais pas comment fonctionne le nouveau prof, un jour il rigole, le lendemain, il fait la tronche. J'espère que c'est un bon mais je ne devrais pas en douter vu qu'il fait partie de l'Ordre.

Ce soir, je boude mon dîner. C'est le dernier ici, je devrais être contente, on part pour Poudlard demain. Pourtant non. Les adultes me cachent quelque chose, je me demande juste quoi. J'espère qu'il n'est rien arrivé à mes parents. Ni Emmett. Je ne supporterai pas s'il lui était arrivé quelque chose.


A suivre.

A bientôt !

2 Le retour du grand frère

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…

Beta : Anelo7 et Oxymore


PDV HERMIONE

« Regarde Harry, on est chez nous !

- Ça fait du bien.

- Oui ! » confirme Hermione, un sourire heureux sur le visage.

On s'assied dans la grande salle, attendant la répartition.

«  Regardez, il y a un première année qui est vraiment grand, ou alors très stupide, dit Ron.

- Ouais, il a l'air plus vieux que nous, rajoute Harry.

- Ne le dévisagez pas ainsi, c'est gênant pour lui, commentais-je sans le regarder.

- Moi, je le trouve mignon, rajoute Ginny.

- Couche avec lui, toi qui en a tant envie. » me moquais-je à moitié en fixant Ginny.

Ses joues se colorent rapidement me faisant rire assez fort.

«  Le demeuré te regarde, dit Ron.

- On s'en fout, râlais-je.

- Nous allons répartir les premières années mais nous accueillons aussi un élève qui entrera en septième année.

- Tu vois Ron qu'il n'est pas débile.

- Mr Emmett Granger, si vous voulez bien vous asseoir. »

Je tourne brusquement la tête à m'en faire craquer les cervicales mais ça ne m'importe peu, je fixe mon frère. Je ne le lâche pas du regard, lui non plus. Je ne sais pas comment réagir. Cela fait quasiment un an qu'il ne m'a pas donné de nouvelles, et là, il débarque à Poudlard comme si rien ne s'était passé. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'il aurait dû finir ses études l'année dernière.

Le choixpeau réfléchit.

« Granger ? demande Ron, perdu.

- C'est ton frère ? » rajoute Harry.

J’acquiesce, incapable d'ouvrir la bouche.

«  Il va l'envoyer à Gryffondor. En tout cas, il est vraiment trop sexy.

- Tu veux te faire mon frère ? C'est dégoûtant.

- Tu as bien couché avec Charlie ! »

Je n'ai pas le temps de lui répondre que le choixpeau hurle : SERPENTARD

«  Serpentard ? Pourquoi ?

- Va demander au choixpeau… » répondis-je, amère.

Je ne lâche pas mon frère du regard. Il s'assied à côté de Drago Malfoy. Hein ? Pourquoi lui ? En plus ils ont l'air de se connaître… Non mais c'est quoi cette blague ?

Je ne mange presque rien, trop obnubilée par mon frère. A la fin du repas, je me lève en même temps que les autres mais me dirige vers le nouveau septième année.

J'adore ce moment !

Les verts et argents me regardent tous, mais je n'y prête pas attention, trop concentrée sur lui qui ne sait comment réagir. Moi je le sais. Je lui envoie un gifle magistrale. Ça doit être assez drôle à voir étant donné que mon frère est très grand et costaud alors que je suis l'inverse.

«  Attention la lionne est sortie ! » se moque Malefoy.

Je le fusille du regard et vais pour lui infliger le même traitement mais Emmett me retient.

«  Toi, lâche-moi ! Je vais lui dévisser la tête et toi aussi !

- Je ne risque pas de te lâcher, répond-il amusé.

- Mione, ça va ? demande Harry en arrivant derrière moi.

- Ça ira mieux quand je l'aurai étripé.

- Pourquoi il t'appelle « Mione » Il n'y a que moi qui le peu, boude mon grand frère en me lâchant.

- Lui a le droit parce que lui ne m'a pas abandonnée cette dernière année sans donner aucune nouvelle, dis-je triste. Et tu as perdu ce droit-là, Emmett. »

Je tourne les talons en m'en vais en bousculant ceux qui se trouvent sur mon chemin.

«  Pas très aimable la préfère-en-chef… » dit un mec.

Dommage, il est sur mon chemin et se prend lui aussi une gifle. Je m'isole pour pleurer dans ma chambre privée dans le dortoir de notre salle commune.

PDV EMMETT

«  Ce n'est pas les retrouvailles escomptées.

- T'inquiète, c'est ta sœur, elle te pardonnera, rigole mon ami en me tapant le dos.

- La question est de savoir quand… 

On se dirige vers notre salle commune.

«  Tu es sûr que tu la détestes ?

- Oh oui et tu t'en rendras vite compte.

- Drago, tu présentes ton ami ? demande une fille aux cheveux noirs.

- Tu te souviens de la fille pot-de-colle qui ressemble à un pékinois ? C'est elle. Pansy Parkinson.

- Un vrai canon. » grimaçais-je.

On part en rigolant. Je m'installe dans ma chambre, seul. Albus me l'a accordé. On savait que j'irai à Serpentard ; il ne restait qu'à convaincre le choixpeau. Drago entre la pièce et s'installe sur le lit comme s'il était chez lui.

«  Alors ? Prêt à reprendre une vie normale ?

- Je vais essayer mais une chose est sûre, prendre une douche tous les jours va être génial.

- M'en parles pas. Avec de l'eau chaude en plus. Le grand luxe ! »

PDV HERMIONE

« - Génial, tous nos cours sont avec les Serpentards, pestais-je.

- Au fait, Hermione, tu as une chambre seule ? demande Ginny.

- Oui.

- Tu peux donc, y ramener qui tu veux.

- Oui, répondis-je, voyant parfaitement où elle veut en venir. »

Dommage je lui dirai rien, elle devient un peu trop insistante et ça commence à m'énerver.

«  Salut Hermione.

- Salut Dean, tu vas bien ?

- Très, tu as passé de bonnes vacances ?

- Pas trop, je n'ennuyais. » dis-je avec une moue boudeuse.

Je lui fais un regard aguicheur. Il déglutit avec difficulté, j'en profite pour le tirer vers moi par sa cravate.

«  Mais si tu veux me consoler, passe ce soir. »

Je l'embrasse au coin des lèvres et pars pour notre premier cour de métamorphose. Après nous avons cours avec Mme. Bibine. Dès que je croise mon frère, je l'ignore, et je compte bien continuer pendant les cours mais monsieur se fait remarquer vu qu'il est aussi doué que moi. Le professeur McGonagall le félicite, nous félicite. Moi je boude alors que lui me fait des sourires d’excuses que j'ignore royalement. Et en plus, il me vole ma place de Miss Je-Sais-Tout.

«  Vous vous comportez comme un vieux couple. » se moque Ron.

Je lui envoie une tape derrière la tête.

« Miss Granger !

- C'est pour lui stimuler les neurones… » dis-je en guise d'excuse.

Le professeur retourne à son cours.

Mon Dieu que j'adore cette fille.


Durant le cours de vol, je me mets le plus loin possible de notre prof qui me déteste et je lui rends bien.

«  Je voudrais voir voler Mr Granger. »

Mon frère monte sur son balai. Sa technique ressemble à celle de Viktor Krum. Tout le monde est admiratif devant son talent. Malgré moi, je souris fière de lui. Il atterrit devant en se pavanant, Mme. Bibine est aux anges.

« Je constate que Miss Granger n'est pas aussi douée que son frère sur un balai. »

Emmett, surpris ouvre la bouche, je mets un coup de pied dans son balai qui le percute à la cuisse, le faisant taire. J'espère que personne n'a vu mon geste.

«  Bien, nous allons faire un match et tout le monde y participe. »

Les Gryffondors et les Serpentards se défient du regard, imaginant tous les coups bas qu'ils vont pouvoir se faire.

«  Oh non, je vous vois venir, mais nous allons mélanger les maisons ! Et Miss Granger, je veux vous voir sur un balai. »

Une fois de dos, je lui tire la langue, ce qui fait rire Emmett.

«  Je t'en veux toujours, alors si tu ne veux que je t'écrase ton balai sur la tête, arrête. » dis-je, énervée.

Mme Bibine fait les équipes, je suis avec Dean, Zabini, Emmett, Malfoy, Lavande et Seamus. Je crois que la prof a envie que l'on s’entre-tue. Ils montent tous sur leur balai sauf moi.

«  Miss Granger, sur votre balai !

- Non, j'ai le vertige. »

Emmett sourit, je le fusille du regard. Il s'envole toujours avec son sourire idiot sur le visage.

«  Elle est bizarre ta sœur. » commente Drago en me fixant.

Mon frère murmure un « oui » que j'entends à peine avant de s'envoler. Quant à moi, j'ai une brillante idée.

- Dean ? Tu veux bien que je monte avec toi, s'il te plaît ?

- Mais sans problème.

- Monte avec moi, je vole mieux que Dean, sourit Seamus.

- Non !

- Si !

- Je te remercie Seamus, la prochaine fois. »

Je l'embrasse sur la joue et monte derrière Dean. On décolle pour rejoindre le reste de l'équipe. Pendant qu'ils débattent sur une stratégie qui ne m’intéresse pas, j'écoute la conversation entre Malefoy et Emmett.

«  Elle est toujours comme ça ?

- Oh oui, une vraie petite-…

- Je t'apprécie mais si tu insultes ma petite sœur, je te torture et te tue. Compris ?

- Je ne fais que répondre à tes questions. » dit Malefoy nullement impressionné.

Je ne pensais pas qu'il avait autant de tripes…

«  Ça fait longtemps qu'elle se comporte ainsi ?

- À peu près un an, je crois.

- Eh merde ! »

Eh oui grand frère, j'ai changé. Je t'avais pourtant prévenu que je ne pouvais pas avoir une vie normale sans toi.

«  Quoi ?

- Non, laisse tomber.

- La partie commence dans cinq minutes. »

Dean a du mal avec moi mais ne dit rien. Emmett enrage, je le vois mais m'en amuse. Ma rancœur ne va pas se dissiper en quelques secondes. Après tout, il ne m'a pas donné de nouvelles pendant un an, il ne va pas retourner dans ma vie en un claquement de doigt même si la guerre est proche et que je risque de le perdre d'un jour à l'autre. Saloperie de fierté.

«  Mione, monte avec moi, il va te faire tomber, dit Emmett en se collant à nous.

- Ta sœur est assez grande pour prendre ses propres décisions. » réplique Dean.

Je regarde la réaction d' Emmett, je m'attends à y voir de la colère mais il n'y a que de la peine. Je soupire et capitule en tirant le pull de mon frère. Il m'aide à grimper sur son balai. Je m'accroche à lui.

«  Ton petit ami ?

- Ne dit pas de bêtise, et puis la fouine a dû te dire que non.

- La fouine ?

- Ton ami ne t'a pas raconté sa mésaventure en quatrième année ? crachais-je.

- Tu ne l'aimes pas.

- Je le déteste. C'est aussi la haine entre nos maisons, et ça depuis des années !

- Nous sommes en période de guerre, il faudrait vous rallier pour gagner.

- Je t'en veux, murmurais-je.

- Je sais.

- Ou étais-tu ? demandais-je tristement.

- Je ne peux pas te le dire, pas maintenant.

- Laisse-moi descendre. » dis-je froidement.

Pour une fois, il m’obéit. À peine les pieds touchant le sol, je quitte le cours et pars m'enfermer dans ma chambre. J'ai du mal à digérer que frère me cache des choses ; puis son amitié avec la fouine me reste en travers de la gorge. Je passe l'heure du déjeuner à ressasser tout ça. Et dire que ce n'est que le premier jour…


A suivre…

A bientôt.

3 : Essai, loupé...

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Je me rends à mon cours de Potions en traînant les pieds.

« Très bien, Miss Granger, assise à côté de votre frère ! »

Je m'assois et évite de croiser le regard de mon frère. Je boude même.

« Nous allons faire une potion compliquée, que vous devez faire à deux ! »

Il nous met les indications au tableau, je m'en fous. Emmett fait la potion seul, ça n'a pas l'air compliqué pour lui.

« Ca va miss Granger ? Vous ne voulez pas un thé ? demande sarcastiquement Rogue.

- Non merci ! Je veux bien un chocolat en revanche ! » dit ironiquement Hermione.

Elle a du culot !

« Moins cinquante points pour insolence Miss Granger !!! crache Rogue.

- Comme si j'en avais quelque chose à faire, le défie Hermione.

- Sortez de mon cours !! s’exclame Rogue, furieux.

- Avec plaisir !! » répond Hermione, énervée.

Je sors en claquant la porte du cachot.

«  Ouh là ! Elle se rebelle ta petite sœur chérie ! rigole Drago.

- Elle a tellement changé… dit le grand frère à voix basse, comme pour lui.

- Votre potion est parfaite Mr Granger. Dix points pour Serpentard.

- Merci. »


Une fois le cours fini je pars en Histoire de la magie. Histoire de la magie ? Je déteste cette foutue matière ! Pourquoi je ne suis pas aller en septième année l'année dernière ? Hein ? Quelle idée d'avoir voulu faire des études avancées d'auror ! On s'assoit à notre table, en face des Gryffondors.

« Hey mec ! Ça va ? demande Drago

- Ouais.

- Alors ! Tu as repéré des filles ? demande Drago curieux.

- Toi tu as passé deux mois sans voir personne et là tu ne peux plus te retenir !

- Tu me connais trop ! » sourit Drago.

Je vois ma petite sœur étonnée de voir Drago sourire.

« Mais tu étais comment avant que j'arrive ? » demande Emmett, sceptique.

- Pourquoi ?

- Mione, elle te regarde comme si tu débarquais d'une autre planète.

- Tu me connais comme un mec souriant qui m'éclate, mais à Poudlard je dois être comme mon père. Froid et méprisant. Je ne montrais pas mes sentiments.

- Et cette année tu vas être comment ?

- Moi… » dit Drago avec un sourire en coin

Je regarde dans la salle et voit quasiment tout le monde qui dort sauf nous trois. Cette année promet d'être sympa ! Puis je verrais bien mon meilleur ami avec ma petite sœur, ils ont tous les deux un caractère bien trempé. Drago reste calme alors qu'Hermione part au quart de tour. Par contre, elle fait les choses en douceur et lui y va en force. Ils seraient bien assortis. La Lionne et le Serpent…

« A qui penses-tu pour sourire comme ça ? demande Drago, amusé.

- A toi !

- Eurk ! Je ne te savais …

- Mais non banane ! … Tu as déjà eu une petite amie ? demande Emmett.

- Eurk ! Pour quoi faire ?

Ça va être un peu plus compliqué que prévu, mais ça va être ma mission pour l'année ! En plus des autres ! Année chargée en perspective.

« Tu as des idées bizarres, toi ! Il faut que tu t'amuses un peu ce soir ! grimace Drago.

- Toi et les filles !

- Que veux-tu ! On ne se refait pas ! » sourit Drago


Je regarde depuis le début du cours mon frère et son crétin d'ami. Surtout son crétin d'ami. Je n'ai jamais vu Malefoy ainsi. Lui qui, d'habitude, est si froid, là je le vois sourire, et limite rire ! Il montre ses sentiments et sincèrement je ne l'en croyais pas capable ! En plus sa réputation n'aide pas à paraître normal. « Je drague, prend et jette ». A ce que j'ai entendu, il couche même dans son propre lit pour mieux avoir le plaisir de les virer après. Ce type me sort par les yeux, même si dans le genre je ne suis pas mieux... Par contre le regard que mon frère a en ce moment ne me plaît pas, mais pas du tout. Qu'est-ce qu'il prépare… ?

Une semaine est passée, Dean me court toujours après mais je lui ai dit que ce n'était pas possible, je n'étais pas bien avec lui. Je suis fière de moi, j'ai tenu deux jours avec un mec ! Je lui ai sorti le baratin habituel, j'ai cru qu'il allait pleurer !

Je pars faire mes devoirs, voulant éviter mon frère au maximum. Pour ça je vais au fond de la bibliothèque, même si je sais que s'il veut me trouver, il y arrivera.

Je m'installe tranquillement à une table et commence mes devoirs, celui de métamorphose en premier. Mais je suis vite interrompue par mon frère, qui est seul.

« Tu vas m'en vouloir encore longtemps ? » demande Emmett.

Je continue mes devoirs. Emmett soupire et tire mon parchemin.

« Si tu ne m'écoutes pas, je brûle ton parchemin ! »

Je pince mes lèvres et croise mes bras, le fusillant du regard.

« Tu as tellement changé… soupire Emmett

- A qui la faute ! crache Hermione

- J'ai eu du travail !

- Oh ! Et ce travail t'a tellement occupé que tu en as oublié ta famille ! crache toujours Hermione.

- Je ne pouvais pas t'écrire !

- Et écrire une petite lettre avant de partir ! ça non plus, tu ne pouvais pas !

- Ecrire n'a jamais été mon truc ! »

Je lui envoie mon encrier à la figure mais d'un coup de baguette il le fait disparaitre. Je grogne de mécontentement.

« Tu sais Hermione que je suis Auror et qu'en t'en que tel, je devais partir en mission et ne rien dire à ce sujet.

- Je ne te demandais pas les détails de ta mission mais juste me dire que tout allait bien se passer !! J'avais besoin de mon frère ! Je sais que c'est égoïste ce que je vais te dire, mais je voulais que tu restes près de moi ! dit tristement Hermione.

- Je suis désolé Mione…

- On l'est tous un jour… dit Hermione, cassée.

- Je voudrais que tu me pardonnes mais il fallait que je parte, je n'avais pas le choix.

- Je sais ; tu m'as tellement manqué ces derniers mois, tu ne te rends pas compte à quel point j'avais besoin de toi, de mon grand frère.

Je ne peux plus retenir ma foutu fierté c'est-à-dire mes larmes. Elles coulent sur mes joues sans que je puisse les retenir. Mon frère vient me prendre dans ses bras et me berce.

« Je sais que tu as besoin de moi, tu as toujours eu besoin de moi, pour te sortir de tes embrouilles et ça depuis toute petite !

- Te moque pas ! pleure Hermione en le frappant.

- Tu es un aimant à problème, petite sœur, et là tu t'es mise dans de belles emmerdes.

- Non ! répond Hermione.

- Si, tu as vu ce que tu as fait de ta vie ! Elle est où ma gentille petite sœur ? Celle qui ne joue pas avec les garçons ? Je ne veux même pas savoir si tu couches avec. Tu couches ?

- Oui.

- Hermione !

- Quoi ? Toi aussi

- C'est pas pareil !

- Et en quoi ? demande Hermione, choquée.

- Je suis un mec !

- Je n'ai jamais entendu un mec aussi macho ! On est plus en 1900 ! Nous sommes au même niveau que vous ! Si on veut s'envoyer en l'air, on le fait, et autant que vous, Mr. le Macho !!!!

- Ne t'énerve pas Mione.

- Je m'énerve si je veux !!! » hurle Hermione

Je range mes affaires et sort rapidement en prenant un sixième année de Gryffondor au passage avec qui j’ai déjà couché. Je jette un sourire provocateur à mon frère, le défiant de m'en empêcher mais il n'en fait rien.

Beurk ! Beurk ! Beurk !

Une fois notre affaire finie…

« Alors Hermione, c'est que je t'ai manqué ? demande le type

- Rêve, je voulais juste provoquer mon frère et tu étais là au bon moment, dit Hermione, moqueuse.

- Ça me va, j'aime quand tu joues avec moi… »

Il m'embrasse dans le cou alors que ses mains descendent entre mes jambes. J'étouffe un cri de plaisir mais je ne veux pas recommencer, je l'arrête.

« Je crois qu'il faudrait que tu partes.

- Pourquoi ? Je veux rester avec toi, dit le mec surpris.

- Je croyais que ça ne te dérangeait pas que je joue avec toi ? Mais on remet ça plus tard ! » dit Hermione, amusée.

On s'habille, je continue un peu mes devoirs puis je pars manger. Je provoque mon frère du regard, il ne dit rien et serre juste les dents. Mon sourire s'agrandit.

« Tu t'es engueulée avec ton frère… dit Ron.

- Comment tu sais ? demande Hermione.

- Les potins.

- Oui.

- Pourquoi ? demande Harry.

- Parce que selon monsieur, les filles n'ont pas le droit de s'envoyer en l'air ! dit Hermione, énervée.

- Oh, le macho !! s’exclame Ginny.

- Merci de me comprendre Ginny !

- Entre filles, on se soutient ! »

Je suis vraiment remontée contre mon frère. C'est la première fois que ça m'arrive, je n'aime pas, mais je ne cèderais pas.


A suivre 

4 : Ca va faire mal

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…

Beta Anelo7 Merci pour ton super travail.


Ma petite sœur est remontée contre moi. C’est vrai que j’ai agi comme un con, mais je ne veux pas qu’elle se tape n’importe qui.

« Alors ? Emmett ! 

- Hein ? Quoi ? 

-Je te parlais de notre mission ! 

- Oui oui, c’est très bien. 

- Tu n’as rien écouté ! s’offusque Drago

- Absolument rien. 

- Tu sais, voir Granger aussi mal me réjouit mais tu devrais lui parler. Et comme ça, tu pourras te concentrer sur ta mission pour l’Ordre ! 

- Oui pardon, mais je ne sais plus comment la prendre, soupire Emmett

- Moi j’ai une idée.  dit Drago avec un sourire pervers

- Pas de cette façon ! C’est ma sœur, mais toi tu peux... »

Je veux voir comment il réagit, voir l'ampleur de ma mission.

« Eurk ! 

- Elle a tellement changé, elle est limite devenue comme toi quand on s’est rencontré. Elle est devenue froide et ne laisse personne l’approcher. Tu ne veux pas m’aider ? 

- Non mais tu es fou ! 

-  Je suis sérieux, je ne sais plus quoi faire, avant on était super proches, juste un regard et on se comprenait, là je me demande qui est cette fille… Ce n’est pas elle, ce n’est pas ma petite sœur, ma fragile petite sœur. 

-  Ta sœur n’a jamais été fragile ! 

- Je sais bien, mais son cœur l’est ou l’était, dit Emmett

-  A mon avis, ta sœur a toujours son cœur, sauf qu’elle le cache. 

- Comme toi ? 

- Je n’ai pas de cœur, dit Drago

-  Toi et moi sommes partis en mission plusieurs fois et tu as un cœur Drago Malfoy, mais tu as peur de t’en servir. 

-  L’amour rend faible. 

- Ou ça te rend plus fort. 

- Comme l’amour que tu portes à ta sœur ? Ça te rend dingue, ouais ! se moque Drago

- Si t’avais une sœur, tu te comporterais de la même façon. 

- Peut-être. 

- Tu m’aides ? 

- Si je te dis oui, on se remet à cette mission pour l’ordre ? demande Drago.

- Oui !

- Comment tu fais pour obtenir tout ce que tu veux ? soupire Drago

- La persuasion ! 

- Expose ton plan ! 

- Je voudrais que tu lui parles, demande Emmett

-  NON ! 

- S’il-te-plaît. 

- Tu veux que je lui dise quoi ? ‘‘Eh, salut Granger ! Tu vas bien ? Tu as vu, je suis pote avec ton frère. Il se sent super mal. Pardonne-lui, s’il-te-plaît. Et puis, tant que j’y suis, je te déteste cordialement...

-Je sais que vous vous détestez, mais tu peux essayer, puis c’est pas si mal ce que tu as proposé. Et si tu ne le fais pas, je balance à toutes les filles que tu as besoin d’aide pour b… 

- Tu n’oserais pas ? 

- Tu paries ? demande Emmett

- Traître ! 

-  Petite vengeance pour l’année dernière avec les filles en Italie. 

- Qu’est-ce que j’ai rit, rigole Drago

- Tu étais le seul ! »

Drago rigole.

On se marre tous

« Ok ! J’irai lui parler, le soir d’Halloween, dit Drago

- Tu es le meilleur ! 

- Je sais ! Bon on s’y remet ! Mon plan pour les convaincre ne va pas ! Tu as une idée ? 

- On ne peut pas utiliser la force, ils nous tueraient.

- C’est-ce que j’ai dit ! 

- On ne peut les corrompre, ils ont déjà tout. 

- Ils n’ont pas de femmes ! 

- On ne va pas leur donner des femmes ! 

- Si ! Les plus moches ! 

- On a qu’à leur donner ma sœur aussi...  bougonne Emmett

- A moins qu’on se serve d’elle p… 

- Oublie !  dit Emmett énervé

-  Rrrro ! Mais laisse-moi finir Mr.-Le-Protecteur ! Je disais, qu’elle pourrait négocier. On viendrait avec elle ; je suis sûr que ça pourrait marcher ! 

-  Non, non, non et non !!!! 

- Je ne te parle pas de leur laisser, juste de négocier. C’est important Emmett, réfléchis. 

- On verra. » bougonne Emmett


« Bonjour à tous. Je suis Mr Bale, votre nouveau professeur de DCFM. 

On observe toutes notre nouveau prof, il est toujours aussi sexy. Miam ! Je me demande s’il est marié… Apparemment non, il n’a pas d’alliance.

Il nous fait son baratin habituel, bla bla !! Matière importante, la guerre est proche ! On sait tout ça !! J’en ai marre ! Il fait partie de l’Ordre du Phénix mais, perso, c’est pas un bon prof ! Je baille bruyamment.

-  Je vous ennuie Miss Granger ? demande Mr Bale

-  Profondément ! soupire Hermione

-  Au moins, vous êtes honnête ! 

-  Sérieux, ça fait genre 20 minutes que le cours est commencé et je m'ennuie déjà. Alors que vous le savez très bien que j’adore les cours. Le seul truc passionnant ici c’est votre fessier Monsieur ; avec tout mon respect, bien entendu.

Je lui envoie un sourire complètement hypocrite. Je ne sais pas comment cerner ce prof mais il faut croire que lui aussi.

- Avez-vous d’autre remarque miss Granger ? Ou je peux continuer mon cours ? 

- Vous pouvez, répondit Hermione en baillant.

Je métamorphose mon crayon en oreiller et le pose. Sauf que ce Mr. Bale le retransforme en Cactus. Je me relève brusquement, le fusillant du regard.

« Nous allons faire des petits duels pour que je puisse évaluer vos niveaux. » dit Mr. Bale, amusé.

Je baille une nouvelle fois. J’aurais dû plus dormir cette nuit au lieu de faire des folies de mon corps. Mr. Bale nous met par groupe, soi-disant tirés au sort –Gryffondor contre Serpentard-. Ce prof m’est de plus en plus antipathique. Je me retrouve contre Goyle. Super... On commence, trop simple. Je pare tous les coups de ce crétin fini.

On fait ça la 1ère demi-heure.

Mr. Bale nous observe, il me fait un peu penser à Rogue dans un autre style, il toise, envoie des remarques désagréables, il a ses chouchous aussi. Je n’en fais pas partie bien entendu. Etonnant ? Euh… Non je vous l’accorde. Ron se fait expulser par mon frère et mon ami atterrit sur moi.

« Ron ! Pousse-toi ! Tu m’étouffes. 

- Pardon Hermione ! 

- Au lieu de t’excuser, pousse-toi, Non mais sérieux… Arrête de manger ! Tu es lourd. 

- Oh pardon Mione mais j’ai mal à la cheville !! J’ai entendu un CRAK quand je suis tombé !!

- Et bah roule !!! »  s’énerve Hermione

Je suis de plus en plus énervée, j’ai les nerfs à fleur de peau depuis la rentrée. Depuis le retour de mon grand frère. Il n’y a peut-être que lui qui me comprend aussi bien, ou du moins me COMPRENAIT, mais il est aussi un des rares seuls à pouvoir me mettre dans une colère noire.

Ron se pousse ENFIN de moi. Je me masse les côtes, j’ai trop mal. Emmett s’approche de moi et me tend sa main. Je la regarde, puis lui. J’approche ma main de la sienne mais je la pousse et me relève toute seule. L’air hautain je m’en vais. Harry aide Ron et ce dernier part à l’infirmerie.

Une fois nos essais terminés, il nous met par niveaux.

« Mr. Malfoy, Mr. Granger, Miss Granger et Mr. Potter êtes tous les trois au même niveau… Je vais mettre Miss Granger avec Mr. Malfoy. Nous allons éviter la confrontation frère/sœur pour aujourd’hui ! »

Il fait les autres groupes. On se met en place.

On se bat un peu, il m’envoie contre un mur une fois et moi aussi !! Le combat est serré. Je ne le savais pas si doué. J’ai toujours cru qu’il était un élève médiocre, je pensais que ses bonnes notes étaient dues au fait que son mangemort de père était haut placé. En y réfléchissant bien c’est complètement idiot, Mr. le Directeur et les profs ne se laisseraient pas influencer de la sorte !! Je me demande à quoi je pense parfois ! Un peu trop au mec, je crois. Ça m’a grillé les neurones ! Puis une chose de bizarre me revient en tête, il a été souvent absent lors de notre 6ème année.

Tu fais attention aux Serpentard TOI ?

Ne vous y méprenez pas ! Mais ne pas avoir votre emmerdeur attitré sur le dos vous fait du bien, croyez-moi ! Avec ses « sang de bourbe » à tous les coins de couloirs… Et dans le genre casse-couille, il détient la palme d’or !!!

« Avant que tu l’ouvres Granger, OUI j’apprécie ton frère ! C’est un très bon ami. 

- Ahh ! Je comprends mieux ! Toi et mon frère vous…  dit Hermione moqueuse

- Tu ne vas pas t’y mettre non plus !! » dit Drago plaintif, grimaçant

Je fais les gros yeux complètement mais vraiment largué… Choqué, Malfoy montre ses émotions, en plus il sourit devant ma tête, certes pour se moquer mais quand même ! D’ailleurs pour sa moquerie, je l’envoie au plafond la tête en bas. Je le fais redescendre sous les protestations du prof. On peut jamais s’amuser !

« Quoi qu’il en soit Granger, que ça te plaise ou non, ton frère est mon AMI, Oui, oui, je sais à quoi tu penses mais j’ai des amis, et plus que tu ne le crois… »  dit Drago se recoiffant.

Il s’éloigne de moi me bousculant au passage, je le regarde, outrée. Puis c’est quoi ces foutus sous-entendus ?! J’en ai marre du mystère qui plane autour de mon frère. Je suis lasse de tout ça. Ça m’épuise d’essayer de comprendre ce qui se passe, lasse de ne pas trouver de réponses, lasse de ne pas savoir où il était cette année passée. Je regarde mon frère tristement, je crois que je suis encore plus malheureuse que lorsque je ne le voyais pas. Je pouvais imaginer qu’il allait bien, qu’il était heureux. Vous allez me dire : « Bah pardonne lui !! » Non ! Ce serait trop facile. Je ne veux pas ! Foutue fierté. Mais mon cœur est blessé.

Je reprends mes esprits, je vois tout le monde qui me regarde bizarrement, mais un seul regard m’importe. Le sien. Ses yeux confirment mes cauchemars, sa souffrance. Je baisse la tête et sort du cours alors qu’il n’est pas fini. J’entends des pas derrière moi. Je me stoppe et, sans me retourner, je parle. Il est juste derrière moi, 50 centimètres tout au plus.

« J’ai besoin d’être seule, Emmett, laisse-moi le temps de tout mettre en place dans ma tête. C’est si embrouillé…

- Pardonne moi, ma petite Mione, je t’en prie. Je ne le supporte plus. 

- Moi non plus. 

- Mais… ? demande prudemment Emmett

- Mais je t’en veux !!! TU M’AS ABANDONNEE ! dit soudain Hermione, furieuse.

Oubliant que je suis une sorcière, je ferme mes points et le martèle de coup. Je sais que je ne lui fais pas mal mais là n’est pas le but. Ça me défoule. Lassé de me servir de punching-ball, il me retient les poignets.

« Lâche moi ! hurle Hermione

- Tu te fais du mal. 

- M’en fiche. » boude Hermione

Il pose sa tête contre mon front, de force, je n’ai pas le courage de me pousser. Je ne veux pas céder. Trop facile.

« Pardon… » lâche Emmett.


A suivre…

Verdict ?

Review ?

5 : Impossible

Beta : Aleno7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Les semaines passent. Je n’ai pas adressé la parole à mon frère depuis le premier cours avec Mr. Bale. Il m’a demandé pardon dans le couloir : il me tenait et je ne pouvais bouger, mais avec ma botte secrète (un coup de pied dans le tibia… On faisait ça quand on était dans la merde à l’école moldue, toutes les fois où on se battait, et il y en a eu !), je me suis détachée ou il m’a lâchée, je suis partie sans un mot, ni un regard.

Je me défoule pendant les heures de DCFM, on fait souvent des duels. Ils veulent nous préparer à la guerre. Pour moi c’est un défouloir, personne ne veut se battre contre moi. La dernière fois, j’ai envoyé Harry à l’infirmerie, je lui ai pété le poignet.

C’est le soir d’Halloween. Après, Mr. le Directeur nous permet de rester un peu pour les septièmes années, pour qu’on se défoule un peu. Il sait que nous allons nous battre en fin d’année. Chaque jour, nous respirons la guerre. Voldemort qui se prépare avec ses mangemorts.

« Mlle Granger voudrait-elle danser ? demande Harry.

- Mlle Veut bien ! » répond Hermione, faussement hautaine.

On se met au milieu de la piste, personne ne danse, pour cause la musique est à chier, mais d’un coup de baguette, la musique change, on commence à se déhancher, je me rapproche d’Harry et danse collée à lui, même avec mes chaussures, j’arrive à danser !

« Je crois que ton frère veut m’égorger ! rigole Harry.

- Je ne les laisserai pas te toucher ! » dit Hermione le serrant dans ses bras, protectrice.

On rigole, puis on est rejoint par d’autres courageux. On a la permission de minuit. On passe dans la cour des grands. Ironique bien sûr. Je vais boire un verre, je meurs de soif. Emmett me rejoint.

« Tu vas m’en vouloir encore longtemps ? » demande Emmett.

- Mmmm, oui !!! »

Je bois une gorgée.

« Tu m’as dit que j’avais changé cette année, mais toi aussi Emmett, tu as changé. » dit Hermione.

Je pose mon verre et rejoint mes amis. On passe au slow. L’autre préfet en chef de Serdaigle m’invite à danser ou je l‘invite. Je m’entends bien avec, il est gentil et sa maladresse me faire rire.

« Rejoins ta cavalière, beau gosse !! sourit Hermione.

- Arrête, tu me gênes. » rougit Ryan.

Il me fait rire, il est super timide. C’est pour ça qu’il est aussi doué en cours, il n’est vraiment pas doué avec les filles. D’ailleurs je me demande comment il a fait pour se trouver une cavalière !

« C’est pour ça que je continue ! » sourit Hermione.

Je l’embrasse sur la joue. Il s’en va. Moi aussi je me prépare à partir, mais on me retient le poignet. Je me retourne et voit…. Malefoy ? Hein ? Impossible. Je le regarde avec de gros yeux.

« Juste une danse Granger. »

Il ne me laisse pas le temps de répliquer que je suis déjà dans ses bras. Je pose mes mains sur le Serpentard. Il est bourré si vous voulez mon avis ! Complètement raide ! Je lui jette un regard soupçonneux.

« Tu veux quoi Malfoy ? »

- Danser.

- Ne me prend pas pour une cruche s’il te plait !

- …

- Bon tu accouches !

- ….

- Je m’en vais ! » dit Hermione, blasée.

Je vais pour me détacher du Serpent, mais il me retient.

« Ton frère m’a demandé de te parler, lâche Drago.

- Hein ?

- Ton frère m’a demandé de te parler ! articule Drago.

- J’ai compris ! Je ne suis pas abrutie ! Mais pourquoi ? Il n’est pas capable de se déplacer lui-même ?! s’énerve Hermione.

- Je n’y suis pour rien ! Ne m’engueule pas ! se moque Drago.

- Pour une fois, bougonne Hermione.

- C’est flippant comme tu peux ressembler à ton frère par moment ! »

Je vais en profiter pour changer de sujet !

« A ce propos, d’où tu connais mon frère ? demande Hermione.

- Là n’est pas le sujet. » répond Drago.

Et Merde !!

Loupé petite Lionne !

« Et quel est-il ? grimace Hermione.

- Emmett aimerait que tu lui pardonnes.

- Non ! répond fermement Hermione.

- Pourquoi ?

- Parce que je veux qui retire ce qu’il a dit ! Mais toi, tu dois être d’accord avec ce qu’il a dit !

- Contrairement à ce que tu penses, je ne suis pas d’accord avec lui. »

Je le regarde de travers.

« Bah oui ! Sinon comment je pourrai m’amuser sinon ! se moque Drago.

- Ça m’aurait étonné, venant de toi ! grimace Hermione.

- Tu peux parler Granger ! Tu as laissé ton surnom de Miss Je-Sais-Tout pour Miss Dévergondée ! »

Je lui écrase le pied (on danse toujours), il grimace, je souris.

« Bref ! Ton frère est malheureux sans toi. »

Il grimace au dernier mot.

«  Je ne vois pas ce que ça peut te faire !

- Ton frère est mon ami !

- Tu n’apprécies d’autre personne que toi-même ! Tu m’étonneras toujours Malefoy…

- Quand tu auras fini de m’en foutre plein la figure, tu pourras d’occuper de ton frère.

- Nia nia nia ! boude Hermione.

- Très mature, Granger, pour une préfète en chef ! » se moque le blond.

Je lui re-écrase le pied.

« T’as pas fini ! dit Drago en serrant les dents.

- Non ! » répond fièrement Hermione

- Soit mature Granger, ton frère est VRAIMENT pas bien, il pense à sa petite sœur ‘‘fragile’’.

- Fragile ?! se moque Hermione

- Pas mes pieds s’il te plait ! Je ne suis que le messager ! 

- Toi, messager ? Pfff !

- Je t’ai transmis après tu en fais ce que tu veux ! s’énerve Drago

- Très bien ! Je m’en fous ! »

Je commence à partir mais je rejoins Malefoy.

« Si ! Dis-lui que je lui aurais éventuellement pardonné si Monsieur s’était déplacé EN PERSONNE, et pas si son AMI l’a fait à sa place ! Et tu lui transmettras ça ! »

Je lui mets une gifle, et m’en vais pour de bon.

Drago me rejoint, la joue rouge.

« Plus jamais je ferais quelque chose pour toi ! s’énerve Drago

- Pardon ! » sourit Emmett.

« Alors Mione ! On danse avec Malefoy ?! rigole le survivant.

- Et quatre danses en plus ! rajoute Ron.

- Vous aviez l’air d’avoir une conversation passionnée !

- Oh la ferme ! » répond Hermione qui s’assoie lourdement sur sa chaise.

Ils rigolent tous, moi je boude.

« Par contre, j’ai adoré la baffe que tu lui as mise !! complimente Ron.

- Du grand art ! sourit Harry.

- Vous avez parlé de quoi ? demande Ron curieux.

- D’Emmett ! Monsieur envoie son AMI pour parler à sa place ! boude Hermione.

- Oh !

- De quoi voulais-tu qu’on parle ? »

Je me lève et m’en vais. Emmett me court après.

« Tu n’as pas envoyé ton cher ami ? J’espère qu’il t’a transmis la gifle ! crache Hermione.

- Mione… dit Emmett tristement.

- Ne m’appelle pas comme ça, grince des dents Hermione.

- Ce ne sont que des mots, Hermione !

- Des mots peuvent blesser plus que des gestes, Emmett, tu le sais. Toi plus que personne.

- Pardon, je n’aurais pas dû dire ça.

- Tu n’aurais pas dû, effectivement !

- Tu vas m’en vouloir longtemps ? 

- Possible !

- Tu es vraiment trop rancunière !

- C’est de famille, et puis c’est mon cœur que tu as brisé. »

Il s’approche de moi mais je me recule de lui.

« Fait attention tu vas t’en prendre une comme ton AMI Malefoy ! …. Et puis d’abord, depuis quand tu es ami avec lui ?!

- Tu le sauras plus tard ! » soupire Emmett

Je grogne de mécontentement.

« Pourquoi Potter t’appelle Mione ? » demande le grand frère.

- Potter ???? Il s’appelle Harry !!! Je te signale que tu es …

- Chut ! le coupe Emmett

- Il n’y a que les Serpentard qui appelle Harry « Potter » ! Tu serais passé de leur côté ?!

- Non !

- Alors qu’est-ce que tu fous chez les Serpentards !

- C’est plus simple pour ma mission.

- Et bien pour une fois, occupe-toi des personnes qui ont besoin de toi ! »

Je m’en vais en pleurs, faisant claquer mes talons sur le sol. Je n’essuie même pas mes larmes.


A suivre…

Verdict ?

6 : Aie !!!

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Je veux trouver un beau cadeau pour Ron, pour son anniversaire ! sourit Lavande

- On a qu’à aller à Pré au lard ! rajoute Ginny

- Oh oui ! J’ai vu des super lunettes. » dit Luna

Attendez, elle va nous sortir un connerie ou un truc complètement dément.

«  A ce qu’il paraît, on peut voir à travers des vêtements. » rajoute Luna

Qu’est-ce que je disais !

URGENCE !!! A faire interner !!

«  Luna, ça n’existe pas ce genre de lunettes, dit Hermione.

- Je me demande à quoi elle ressemble ! s’exclame Luna, dans la lune.

- Hermione, tu sais ce que tu vas acheter à Ron ? demande Ginny.

- J’ai une petite idée mais il faut aller du coté moldu...

- Mais on n’a pas le droit ! s’écrit Lavande.

- Tu fais toujours ce qu’on te dit ? interroge Hermione en haussant un sourcil.

- Oui !! répond fièrement Lavande.

-Tu respecte toujours le règlement ? dit Hermione en levant un sourcil.

- Oui, MOI je le respecte ! dit Lavande encore plus fière.

- Je ne savais pas que c’était permis dans le règlement de s’envoyer en l’air dans les salles de classe vide …. » lâcha Hermione en haussant les épaules.

Lavande devient rouge pivoine.

«  Comment tu sais ? » demande Lavande gênée.

- Mystère…

- Comment tu sais tout sur tout !? demande Ginny.

- La connaissance c’est le pouvoir, garder ses sources c’est le conserver ! »

J’envoie un baiser à mon amie.

«  Tu ne sais pas tout ! » dit Ginny, mystérieuse.

On continue de marcher dans les couloirs.

«  Mais dit moi Gin’, qu’il a-t-il entre toi et le Serdaigle, comment il s’appelle déjà… Ah oui !! Thomas ?

- Euh… Et bien… Voila…. » bafouille Ginny.

Je passe mon bras sur les épaules de la rousse.

«  Alors tu aimes ? » sourit Hermione.

- Si j’aime ? Je comprends pourquoi tu y es passée. C’est trop bon ! »

Lavande et moi explosons de rire.

Mais de quoi elles parlent ? J’ai rien compris !

« Donc pour cette après-midi, on va à Pré-au-Lard puis à Nottingham (une ville moldue). Il y a un lieu de transplanage. »


«  Non ça c’est moche ! Ça je lui ai acheté pour Noël l’année dernière ! Ça pour la St-Valentin !!! dit Lavande.

- Moi non plus je ne sais pas quoi lui acheter… déclare Ginny blasée.

- Vous savez qu’il y a d’autres magasins que le Quidditch ? Puis, c’est ses 18 ans. Ça se fête comme il se doit. Si vous lui faisiez des cadeaux plus décalés ? Dignes d’un VRAI anniversaire !

- Accouche !

- Sa mère va lui offrir un truc tricoté par ses soins, son père va lui acheter un accessoire de Quidditch, un de plus. Tout ça est trop BANAL…

- Ça ne me dit pas ce que je vais lui acheter ! »

- Suivez-moi. »

On part, puis on transplane dans un coin tranquille.

«  LA, on va s’amuser !! » sourit Hermione.

Je pars devant, mes amies sur mes talons. On marche 5 minutes, je m’arrête devant une petite boutique.

«  Un SEX-SHOP ? s’écrit Lavande

«  C’est quoi ? demande la rouquine

«  J’aime beaucoup ce magasin… dit Luna.

On se retourne toute les trois vers la blonde limite choqué.

«  Je me suis acheté une lampe une fois, en forme d’homme et quelques autres trucs, explique Luna.

- Tu m’étonnes Luna.

- Tu n’es pas la seule à savoir t’amuser avec les mecs sauf que moi je préfère m’amuser avec des MORCEAUX d’eux.

Luna pousse la porte

- MORCEAUX ? s’écrient Lavande et Ginny en entrant dans le magasin.

-  Elle ne les découpe pas !! rigole Hermione.

Je jette un rapide coup d’œil et prend l’objet souhaité.

«  Voilà un morceau. Dis-moi si je me trompe Luna ? demande Hermione.

- La taille au-dessus.

Je rigole, le met en marche, il se met à vibrer et le donne à mes amies. Elles rougissent à vue d’œil. Je me marre, Luna sourit.

Je crois que je vais l’apprécier un peu plus maintenant. Je trouve rapidement mon cadeau pour Ron. Luna ne met pas longtemps à trouver, Ginny et Lavande c’est plus compliqué, elles ne savent déjà pas comment marche ou à quoi sert la plus tard des objets.

Après une bonne demi-heure, on se promène dans la ville, on boit un chocolat tranquillement dans un café quand on entend des bruits dehors. Des cris même : « Qu’est-ce qu’il se passe ? » « C’est qui ?! »  « Des hommes en noirs cagoulés !!! » « AU SECOURS » « Des monstres !! »… Mon dieu ! Des mangemorts ! On se cache sous la table. Ginny sort sa baguette.

«  Non Ginny ! Nous sommes entourées de Moldus !! Puis nous ne sommes pas censées être la ! Et puis on est sûrement en nombres inférieur ! Les aurors vont arriver ! » murmure Hermione

Un mangemort fait exploser la vitre.

«  Trouver les !!! crie un mangemort.

- Laissez-les moi vivant !

- Tout doux Bella ! Tu pourras t’amuser !

- Je veux ma revanche ! Depuis que toutes années je l’attend ! rigole Bellatrix.

- Et moi donc ! dit Lucius.

- Sale sang-de-bourbe !

- Traîtres à leur sang !!

Le bar où nous sommes est quasiment vide, les Moldus sont partis, il ne reste que nous quatre sous une table trop petite pour nous couvrir correctement. Et là, on dit, merci la nappe !

«  Il n’y a que Lucius et Bellatrix. » murmure Ginny.

- On les attaque ! dit Lavande

- Non ! Les autres mangemorts rappliqueront ! réplique Hermione.

Les pas se rapprochent de nous. On se serre. Les pieds de Bellatrix sont à un mètre de nous.

«  Viens Bella ! Il n’y a personne !

- J’aurai juré le contraire, soupçonne Bellatrix

«  ATCHOUM !!!!!!!!!! » éternue Luna.

Une Secondes plus tard, la table vole à l’autre bout de la pièce. Et merde !!! C’est décidé ! Je hais Luna.

«  Oh mais qui voilà !!! » sourit Lucius.

- La traître à son sang ! La sang-de-bourbe Granger ! dit Bellatrix.

- Ce n’est pas vous que l’on cherchait, mais on va pouvoir s’amuser un peu !!! dit dédaigneusement Lucius.

Je ne le montre pas mais je suis surprise, je pensais qu’ils parlaient de nous. Traître à son sang. Sang-de-bourbe.

Les autres mangemorts rappliquent. Youpi, on est entouré de dix d’entre eux. Aie, ça va faire mal, si vous voulez mon avis.

« Ramenez-les au maître, il sera content. Il aura la sœur au lieu du frère !!! »

Aie, c’est mon frère qu’ils veulent !!! Bande de cons !!!

« Oulà ! Mais la petite sœur a pas l’air contente que l’on parle de son frère CHERI !!! » rigole sadiquement Bellatrix

Je lui crache dessus.

Hermione !!!!

Elle me tire par les cheveux pour m’envoyer contre un mur. Ils ricanent tous bêtement. Moi j’ai mal à la tête mais j’en rajoute une couche. Je rigole jaune.

« C’est tout ? Bella chérie, tu me déçois, toi la GRANDE mangemort ! Pff, tu fais pitié !!! » crache Hermione

Bellatrix est tellement furieuse que la rage déforme son visage.

«  Hermione ! La ferme !!! supplie Ginny.

- Tu devrais écouter ton amie la traître à son sang ! menace Bellatrix.

- Va crever !! rage Hermione.

- ENDOLORIS !!! »

Je me tort de douleur au sol, je gémis.

«  On fait moins la maligne !!! Dis-moi ou est ton frère et son AMI le traître ! »

Je recrache au sol. Je me reprends un petit Doloris mais j’ai ce que je veux. Certes, mon plan n’est pas parfait, pas trop réfléchi mon plus, j’agis impulsivement la plus part du temps, je réfléchis en route.

«  Hermione ! Arrête de la provoquer !! » supplie Lavande.

PAF !! Lucius vient de gifler Lavande, elle saigne à la joue. Aie ! Mon plan déraille, Je ne vous l’ai pas dit ? Simple : les retenir le plus longtemps possible dans ce bar, peu importe les moyens, comme la torture… Sur moi, mais pas sur mes amis, sur moi. J’espère juste que les aurors vont se bouger le cul. Je me reprends un Doloris pour le plaisir de Bellatrix.

«  Ramenons-les ! »

- Mais oui ramenons-les au maître en rampant comme des bons CHIENS, j’ai juste une question ! Vous remuez la queue aussi ? dit Hermione moqueuse

Je me prends plusieurs Doloris d’un coup. Il secoue, la vache.

«  Ils vont arriver, puis on tient la chère sœur de Granger ! On va TOUS les ramener ensemble….. Mais pour le moment on va s’amuser un peu !!! » dit Lucius en grinçant des dents.

AÏE !!!


A suivre…

Verdict ?

7 : Pardon

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…

----------------------------

Lucius fait un sourire maléfique, je commence à flipper sérieusement. Pourvu qu’ils ne tardent pas !

«  Alors Miss Granger ? On ne trouve rien à dire ? se moque Lucius.

- Il n’y a rien à répondre à un être aussi méprisable que vous ! crache Hermione.

- DOLORIS !! »

La vache, ça secoue ! Je ne sais pas si je vais tenir longtemps, mon corps tremble encore.

«  Pas très coriace la petite !! se moque Bellatrix.

- On va s’amuser avec ses amies ! rajoute Lucius.

- Amuse-toi, moi je veux détruire la petite sœur chérie pour que le grand frère s’en morde les doigts, je n’ai pas oublié notre petite altercation. »

Bellatrix rigole sadiquement et s’amuse avec moi, Lucius lui se délecte de la vision des trois amies sans défense. Je commence à être à bout, je me sens partir dans l’inconscience quand un grand BOUM retentit.

On vient de défoncer ce qui restait du café moldu. Pourquoi ces foutus aurors confirmés pour ne pas dire vieux ne sont pas arrivés plus tôt alors que j’étais là dès le début, c’est d’ailleurs moi qui les ait prévenus. Je suis resté en retrait le temps qu’ils daignent encore arriver. Je suis très furieux. D’ailleurs j’envoie voler Bellatrix qui pointait sa baguette sur ma petite sœur.

« Mais qui voilà, le cher grand frère ! Je me demandais quand tu allais arriver.

Bellatrix se relève.

« -  Je suis là alors laisse ma sœur !

- Faut pas toucher la pauvre et fragile petite sœur. »

Emmett ne répond pas, et grince des dents.

« Petit Granger n’est pas content mais soit. Je m’amusais avec elle en attendant que tu pointes ton nez ! Nous avons un petit compte à régler toi et moi ! se moque Bellatrix.

- Mais tu n’as pas compris que tu n’étais pas de taille face à moi.

- Et ta sang-de-bourbe de sœur ne l’est pas face à moi. »

Cette sale garce rigole sadiquement, alors que je vois ma sœur allongée au sol, inconsciente, respirant faiblement. Ma respiration se fait plus intense, mes doigts se ferment sur ma baguette, le combat commence. Au début nous sommes à égalité mais je finis par prendre le dessus et ma fureur aussi ; j’envoie valser Bellatrix plusieurs fois contre les murs. Les autres se battent aussi mais nous sommes plus nombreux, on arrive à prendre le dessus, certains par lâcheté s’en vont en transplanant, je ne laisse pas une minute à Lestrange, je la malmène comme je peux, elle aussi m’a envoyé un ou deux sorts, mais rien en comparaison. J’entends une voix « Emmett ! Ta sœur ! ». Ces quelques mots me font arrêter, cette garce en profite pour transplaner, je me précipite vers ma sœur et la prend doucement dans mes bras. Je jette un rapide coup d’œil au bar, les autres filles ont dû sortir quand les Aurors sont arrivés, seule Hermione est restée, retenue par Bellatrix.

«  Hermione. Ouvre les yeux s’il-te-plaît. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? demande Emmett.

- Pas ici. Emmène-la à Poudlard, elle n’a rien de grave, elle est juste assommée, dit Tonks.

- Pompom s’en occupera, rajoute Lupin.

- Allez partez. »

On transplane, Hermione toujours dans mes bras. Je lui jette des regards inquiets, j’ouvre la porte de l’infirmerie avec un grand coup de pied et dépose Mione sur le premier lit. Pompom me jette dehors, je rejoins les amies de ma sœur.

«  Je veux des explications. Maintenant, demande Emmett.

- Comment elle va ? demande Lavande.

- Je n’en sais rien ! Que s’est-il passé dans ce foutu bar ? Et qu’est-ce que vous faisiez chez les Moldus ? Pré-au-lard n’est pas assez bien pour vous ?

- Foutu Gryffondor, ça veut conquérir le monde mais vous n’êtes pas capable de vous battre contre des mangemorts ! dit Drago en arrivant.

- Oh la ferme Malfoy, crache Ginny.

- STOP ! crie Emmett.

- Il ne s’est rien passé, du moins on a pas fait d’écriteau pour dire au mangemort qu’on se trouvait dans ce bar, explique Lavande.

- Sauf que Luna a éternué, dit Ginny.

- Et Hermione a trouvé un plan complètement crétin.

- Ses plans ne sont peut-être pas les meilleurs mais, ils ont sortis Harry et Ron des ennuis un nombre impressionnant de fois, dit Ginny triste.

- J’espère qu’elle s’en sortira.

- Y’a intérêt ! » rage Emmett.

Je m’en vais furieux, Drago me suit sans rien dire. Quand je suis dans cet état-là, je tuerais tout le monde.

«  Putain c’est pas possible ! » s’énerve Emmett.

Je frappe dans un mur, Drago s’appuie contre l’autre mur, croise les bras et met un pied sur le mur. Il attend que je me calme.

«  C’est bon t’es calmé ? demande Drago d’un ton neutre.

- Et si elle ne s’en sort pas ? demande Emmett, paniqué.

- Une Gryffondor en moins ! » dit Drago avec un sourire en coin.

Je grogne.

«  Arrête de faire le chien. Si tu veux représenter ta maison, fais le serpent ! dit Drago amusé.

- Drago… dit Emmett sur un ton de reproche

- Si on peut plus rire… Ta sœur est trop chiante pour qu’on se débarrasse d’elle aussi facilement. Puis elle sait que ça me ferait trop plaisir de ne plus l’avoir dans les pattes. 

- Là, tu n’as pas tort.

- Et puis ne dramatise pas, elle est juste évanouie. Je te parie que demain elle va mieux. »

Drago me tape sur l’épaule, je pars dire bonne nuit à ma petite sœur, même si elle ne s’en rendra pas compte. Drago part en sens inverse. Je crois que les mettre ensemble sera plus dur que prévu mais je sais, je sens qu’ils pourraient être heureux ensemble.

J’embrasse ma sœur sur le front.

«  Bonne nuit petite sœur, murmure Emmett

- Alors, Emmett ? »

Je sursaute et regarde au fond de l’infirmerie, d’ou proviens la voix.

«  Harry. Je ne t’avais pas vu, dit Emmett

- Aurais-je fait peur au grand Auror que tu es ?

- Pfff... »

Harry rigole.


A la première heure, je cours à l’infirmerie. Pompom est avec Hermione, mon cœur bat plus vite.

«  Pompom… dit Emmett la voix tremblante

- Elle va bien, tout est normal, elle s’est réveillée cette nuit. J’ai fait un bond de dix mètres dans mon lit tellement elle a crié fort. Elle dort pour le moment. »

Je souffle de soulagement. Je vais pour partir en cours quand j’entends Pompom me rappeler.

«  Je vais vous dispenser de cours pour aujourd’hui, Mr Granger. Miss Granger vous voudra à son réveil.

- J’en doute.

- Alors pourquoi a-t-elle crié votre prénom cette nuit ?

- C’est vrai ? sourit Emmett.

- Croyez-vous que je mente ? demande Pompom, choquée.

- Désolé, question stupide. »

Elle me fit un bref sourire et me laisse seul.

Les secondes, les minutes, les heures s’écoulent lentement en attendant son réveil, mais je ne bouge pas de ma chaise, j’en ai mal, je sens plus mes fesses. Pas un bruit dans l’infirmerie, seuls les pas de Pompom de temps en temps, et mon ventre qui crie famine. Je l’ignore et reste assis à surveiller ma petite sœur.

« Tiens mange. » dit Drago qui s’était approché de moi.

Je prends le sandwich que Drago me tend. Il reste avec moi, je bois aussi un peu.

«  J’aurais pas dû boire…

- Vas-y, je vais surveiller ta PRECIEUSE sœur ! » rigole Drago

Je le regarde de travers.

«  Je ne vais pas la toucher, ni même lui jeter de sort si c’est ce que tu penses.

- Mouais...

- Je pensais que tu avais plus confiance en moi ! dit Drago, faussement vexé.

- Mouais...

- Merci mec ! Je t’assure, endormie, ce n’est pas drôle. Je la battrais sans hésitation, puis c’est plus drôle quand elle se met en colère.

- Je me disais aussi. » soupire Emmett.

Je m’en vais rapidement au toilette.

«  Heureusement que tu dors Granger, c’est moi qui te surveille. J’en deviens taré, mais pitié, ne te réveille pas tout de suite, attend que je sois parti. » dit Drago

J’ai mal à la tête, mon dieu, la potion de Pompom ne fait plus effet. J’ouvre doucement les yeux pour en croiser des bleux. Hein ? Je cligne plusieurs fois des paupières et il est toujours là à me regarder. Percutant un peu, je pousse un cri, il est venu m’attaquer ?!

«  Oh tout doux Granger, je ne vais pas te bouffer. Je ne veux pas me rendre malade.

- Pincez-moi je rêve, ou je cauchemarde ! » supplie Hermione

Malfoy me pince.

«  Et non Granger, tu ne rêves pas. » dit Drago avec un sourire en coin.

Je me masse le bras.

«  NON MAIS T’ES PAS BIEN ! » hurle Hermione.

Je le pince à mon tour et le frappe mais je ne dois pas lui faire bien mal vu qu’il rigole à moitié ce qui ne m’aide à me concentrer pour y mettre toute ma force.

Emmett arrive en courant.

«  Ta sœur est folle ! En plus, elle a pas de force. Tu en avais plus que ça en troisième année… » sourit Malefoy.

J’arrête de frapper Malfoy et regarde mon frère.

«  Tu étais ou ? demande tristement Hermione à son frère

- J’ai juste fait un pause toilette !

- Tu n’étais pas là à mon réveil… gémit Hermione tristement.

- J’étais la toute la matinée !

- Je suis témoin… dit Drago, levant sa main droite.

- Oh toi la ferme ! » s’énerve Hermione.

Je les regarde se disputer.

«  C’est un signe du destin ! lâche Emmett.

Les autres me regardent, interloqués. Je me retiens de rire devant leur tête.

«  Je m’explique. Mione s’est réveillée parce que Drago était là, peut être que inconsciemment tu as besoin de lui... » explique Emmett.

Aïe, ils vont me tuer, je suis peut être allé un peu trop loin.

«  NON MAIS T’ES PAS BIEN. MOI AVEC LUI/ELLE ? EURK. J’AI RIEN EN COMMUN AVEC LUI/ELLE ! ET TOI, ARRÊTE DE DIRE COMME MOI ! » hurlent en même temps Hermione et Drago.

Ah ah, les têtes de psychopathes ! Mon fou rire, trop longtemps contenu, sort.

«  C’EST PAS DRÔLE ! » crient de plus belle Hermione et Drago.

On se fusille du regard. Grrr, je le déteste encore plus.

«  Bon moi, c’est pas tout, mais je vais en cours. » dit Drago

Drago nous laisse seul. Je m’avance prudemment et m’assoie sur ma chaise.

Aucun de nous parle.

«  Tu m’en veux toujours ? demande Emmett

- Il s’est passé quoi ? Je ne me souviens pas de tout… »

Je lui explique brièvement ce qui s’est passé. J’attends sa réaction qui ne tarde pas, elle me saute dans les bras en pleurs.

«  Je suis désolée, dit Hermione

- C’est plus à moi de l’être.

- Mais non.

- Mais si.

- On s’est tous les deux comportés comme des idiots et on est tous les deux désolés. » trancha Hermione, avec un léger sourire

Je sers très fort ma petite sœur dans mes bras.

«  Emmett tu m’étouffes…

- J’ai eu si peur pour toi. Ne refais plus jamais ça !

- Oui papa ! se moque Hermione

- Je t’aime petite sœur.

- Je t’aime grand frère. »


A suivre…

Verdict ?

Review ?

8 : On stagne

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Demain je peux sortir de l’infirmerie. Ça tombe bien j’en ai marre d’être ici, bon c’est vrai je passe la moitié de mon temps avec Emmett. Je suis heureuse de mettre réconciliée avec, il y avait un léger vide dans ma vie depuis son départ mais maintenant je suis entière. Je suis moi Hermione Granger.

«  Pourquoi ce sourire ? demande Emmett en entrant

- Je me rendais compte à quel point tu étais important dans ma vie. »

Je lui fais mon plus beau sourire. Il me prend dans ses bras.

«  Mon grand frère est devenu super sentimental.

- Ouais, mais le répète pas. Pense à ma réputation ! rigole Emmett.

- Ouais, de parfait Serpentard… !

- Mione, tu sais pourquoi je suis dans cette maison… soupire Emmett.

- Non justement !! Pourquoi tu es à Serpentard ?! M*rde ! B*rdel ! Tu es un auror ! Tu devrais être à Gryffondor avec moi ! Avec Harry ! Tu es du côté du bien ! … Tu es du côté du bien …? Hein ? Rassure-moi ?

- Mais bien sûr. C’est pour ma mission.

- Tu es agent double ? Tu es un espion ?

-Non. Tu es désespérante Mione, ou est passé ton brillant cerveau ? Tu as dû le laisser quand tu as perdu ta virginité ! » Il soupire encore plus.

Je commence à bouillir d’énervement.

«  Ne t’énerve pas Mione, mais … Comment dire ça sans te vexer … Tu es devenu … Banale… Une fille comme les autres. »

Je ne m’attendais pas à ce genre de paroles… Mon frère m’adore, mais parfois il peut être vexant. J’aurai pensé qu’il allait être plus « cru » dans ses paroles. Ma colère retombe aussi rapidement qu’elle est venue.

«  Je suis bien comme je suis, dit Hermione.

- En es-tu sûre ?

- OUI J’EN SUIS SÛRE !! Et puis d’abord c’est toi qui me dois des explications ! Je t’ai pardonné mais ma curiosité n’est pas assouvie.

- Tout viendra en temps et en heure. Pour le moment je n’ai pas le droit de te fournir des explications. Il faut que tu te reposes. Tu es toute pâle.

- Tu dois les attirer vu que tu es ami avec Malefoy. » grimace Hermione.

Je soupire. Je n’aime pas ou je n’ai pas envie d’aborder le sujet avec elle. C’est un sujet délicat.

« Je n’ai pas envie de te mentir alors je ne te dirais rien. » dit Emmett d’un ton ferme.

Il m’embrasse sur le front et se dirige vers la sortie. Je ne l’entends pas de cette oreille, me débat avec mes draps pour enfin réussir à sortir de mon foutu lit et cours après mon frère qui avance rapidement.

«  Oh non Emmett Granger ! Je veux des explications et je les aurais ! »

Je suis à quelques pas de mon frère et marche ou cours derrière lui. Pourquoi il a de plus grande jambes que moi ? Il finit par s’arrêter pour me regarder.

«  Non !! Retourne à l’infirmerie ! » dit Emmett fermement.

Il fait demi-tour pour fuir.

«  Finalement tu as bien fait d’aller à Serpentard, parce que niveau courage c’est pas top !! » s’écrie Hermione.

Je n’en pense pas un mot mais ce n’est pas grave, c’est suffisant pour mon super plan ! Il se stoppe un quart de seconde, j’en profite et lui saute dans le dos, enroulant les jambes autour de sa taille et mes bras autour de son cou, sans l’étrangler bien sûr.

«  AH AH ! Tu vas parler maintenant ! » dit Hermione fière et d’un ton triomphant.

Je soupire. Qui m’a foutu une petite sœur comme ça ? Aussi pot-de-colle.

«  Mione… dit Emmett, blasé.

- Allez ! Il est où ton sens de l’humour ?! Joue au moins la comédie deux secondes !! Pour me faire plaisir… boude Hermione.

- Oh non, pitié !! Ne me fait pas mal ! s’exclame Emmett d’un ton théâtral. Tu veux pas que je me mette à genou ? demande-t-il d’un ton sarcastique.

- Si si !! » sourit Hermione.

De vrais gamins ces deux-là !!

Devant la mine d’enfant de ma sœur je le fais, elle rigole comme quand on était enfant.

«  Et la naine terrasse l’ours, dit Drago en arrivant.

- Salut Drago ! dit Emmett.

- La fouine… grimace Hermione.

- Jolies jambes Granger. »

Je baisse les yeux et vois les jambes de ma sœur à découvert autour de ma taille.

«  Tu peux descendre Mione. »

Elle grogne mais descend en restant derrière moi.

«  Je te fais peur Granger ? se moque Drago.

- Même pas en rêve LA FOUINE !

- Tu devrais aller à l’infirmerie, Pompom va péter une durite.

- D’accord mais je veux …

- … Tes explications… Oui je sais tu les auras. »

Je m’en vais la tête haute, plus que d’habitude, parce que ma tenue est… disons, assez spéciale.

«  Jolie culotte Granger ! rigole Drago.

- Bravo Malefoy ! Pour la première fois de ta vie, tu en auras vu une !! »

Mon dieu j’ai honte. Malefoy qui m’a vu juste avec un top qui arrive juste au milieu de ma culotte. Le seule point positif c’est que pour une fois le jour de notre sortie à Pré-au-Lard, j’en avais mis une.

«  Tu reluques ma sœur là, dit Emmett.

- Ouais…

- Si tu veux continuer, sort avec, sinon pas touche. Je ne veux pas que tu te comportes avec elle comme tu le fais avec les autres !

- Elle est pire que moi ! » s’offusque Drago.

Je bougonne.

«  Viens, on est attendus, dit Drago.

- Je suis attendu partout, sourit Emmett.

- Le grand auror Emmett aurait peur de sa sœur ?! Pourtant elle fait pas peur avec son un mètre cinquante à tout casser ! » se moque Drago.

Drago se fout de ma sœur pendant tout notre chemin, on rentre dans une pièce où des gens nous attendent déjà.

«  Quelque chose d’intéressant Emmett ?

- Ouai ! Drago est obsédé par ma sœur, lâche Emmett.

- NON MAIS TU ES MALADE ? » hurle Drago.

Cela fait rire toutes les personnes dans la salle.

«  Si on passait aux choses sérieuses ? bougonne Drago.

- D’accord avec la fouine ! » dirent en cœur les jumeaux.


On est jeudi matin, cours de botanique pendant deux heures. Ensuite, on est libres. Il faut que je choisisse bien mes questions, Emmett m’a dit qu’il y répondrait en partie. Soi-disant « on » lui a donné l’accord. Je suis tellement dans mes pensées que la foutue plante me griffe au bras. Je pousse un cri déchirant le silence. Je pisse le sang en m’en foutant partout. Je pose ma main sur la blessure pour atténuer un peu le flot de sang qui en jaillit.

«  Mr. Malefoy, emmenez Miss Granger à l’infirmerie, dit Mme. Chourave.

- Pourquoi moi ? » s’offusque Drago.

Mme. Chourave me fait un clin d’œil -ce qui n’échappe à Drago-, regarde Hermione et ensuite Drago.

«  Parce que, Mr. Malefoy. Maintenant allez-y avant que Miss Granger ne perde tout son sang. »

Malefoy bougonne un truc du genre « foutue réunion » et « tu me le payeras Emmett ».

«  Tombe pas dans les pommes Granger. Je te laisserais sur place.

- Trop aimable, je savais pas que les Serpentards avaient le cœur sur la main.

- Mais je ne suis pas n’importe quel Serpentard Granger !

- D’ailleurs à ce propos. Pourq-… Non… Comment tu connais mon frère ?

J’attends à ce que lui aussi s’énerve ou m’envoie bouler mais non. Pompom arrive rapidement. Je m’assoie sur un lit et, contre toute attente, Malefoy s’assoie en face de moi. Je le regarde de travers tout en prenant soin de le détailler. Je dois avouer qu’il est plutôt pas mal dans le genre. Il pourrait presque concurrencer Cédric -paix à son âme - niveau beauté. Je le détaille un peu plus, je profite qu'il soit dans ses pensées, ses yeux océan avec une pointe de gris, son nez droit, pas un défaut sur sa peau, je dois dire que ses airs froids lui vont bien. Je me demande ce qu’il vaut au lit…. STOP ! Sors-toi ces idées de la tête Hermione. On parle de ton pire ennemi là.

«  Alors Granger ? On rêve de moi ? se moque Drago

«  Pfff ! Jamais !!

«  Ah bon ? Alors dans ce cas, arrête de me fixer de la sorte et ne dit pas non parce que ça fait deux minutes que Pompom est partie et que par conséquent, ton bras est guéri. » dit Drago encore plus moqueur

Oups, j’étais tellement dans mes pensées que je n’ai pas fait attention. Change de sujet.

«  Tu n’as pas répondu à ma question ! »

Malefoy se lève et sort, je lui emboite le pas.

«  Alors ? dit Hermione impatiente.

- Alors quoi ? demande Drago amusé.

- Comment tu connais mon frère ?

- Oh, ça ?

- Oui ça.

- Longue histoire.

- J’ai tout mon temps.

- Eh non, on arrive en cours ! A moins que Miss-Je-Sais-Tout et Reine des Dévergondées ne veuille pas aller en cours ?

- … 

- Stupide Gryffondor, tellement prévisible... » dit Drago amusé

Je plaque Mr. le Prince contre la serre numéro 5 - celle où on est en cours - et le fusille du regard mais mes lèvres ne peuvent s’empêcher de faire un léger sourire. Ma main s’attarde sur son torse, je peux apprécier sa musculature.

«  Mmmmm. » dit Hermione en le fixant.

Je laisse tomber mes doigts alors que j’arrive à ses abdos.

«  Tu permets ? Miss Prévisible en premier... » dit Hermione en ouvrant la porte.

J’entre fière de moi, le souvenir du visage de Malefoy surpris en tête. Il me suit. Je ne supporte pas qu’on me dise que je sois prévisible. Tout ce qu’on veut mais pas ça. Pourquoi ? Ça remonte à longtemps. Quand j’étais encore à l’école chez les Moldus, à l’époque j’étais Miss Je-Sais-Tout-Et-Prévisible, c’était mon surnom, normalement c’est inoffensif mais venant de leurs bouches à tous, ça sonnait comme une insulte… Depuis ce jour je ne tolère pas ce mot.

«  Premièrement, je te déteste, deuxièmement, ta sœur est folle et troisièmement, elle doit avoir ses règles. Ou alors faut qu’elle se fasse choper une bonne fois pour toutes.

- Tu te portes volontaire ? demande Emmett amusé.

- Oh la ferme Granger ! » bougonne Drago.


A suivre…

Verdict ?

9 : Pas encore Hermione… Try again

Beta Anelo

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Je me dépêche de sortir de cours mais la malchance est avec moi.

«  Bon les mecs, on se voit plus tard, il faut que je parle à Emmett.

«  Euh…. Mione ….

«  Oui Harry ?

«  Voilà, euh …

«  QUOI ? Bon dit, accouche ! dit Hermione, énervée et impatiente.

«  Tu veux pas m’aider pour le devoirs de potions pour lundi… ?

«  Tu veux pas qu’on voit ça ce weekend ? dit Hermione pressée

Harry jette un coup d’œil à Ron. Je fais comme si je n’avais rien vu pour leur égo de mec.

«  NON. » dit Ron d’un coup.

Ron, toujours aussi naturel... Je ne dis rien, trop pressée de me détacher de mes amis.

Une chose est sûre, Ron ne fera jamais de théâtre !

«  Pourquoi ? demande Hermione, surprise

- Ce weekend on peut pas, on a un match de Quidditch ! dit Ron.

- Et moi maintenant, JE NE PEUX PAS ! » hurlai-je.

Enervée, je remonte vers le château en bousculant tout le monde. Mais un truc me tracasse… Harry et Ron EUX AUSSI me cachent quelque chose. Et ne pas savoir m’énerve.

«  Salut Hermione !! s’exclame Ginny en souriant.

- Salut ! Tu ne sais pas où est parti mon frère ?

- Euh…

- Tu ne vas pas toi aussi me cacher quelque chose ?

- Non. Je les entendu parler d’aller s’entrainer.

- Merci ma chérie. »

Je la prends dans mes bras rapidement et monte au dortoir des Gryffondors poser mes affaires, mettre un jeans, puis je pars sur le terrain. Sauf que je suis un peu en avance, il n’y a personne. Je décide de partir dans les vestiaires. Ils y sont, je les entends depuis l’entrée... Je pousse la porte. Ils se stoppent, dommage que je n’ai pas un appareil photo.

«  Plus tard Mione j’ai entrainement là, dit Emmett.

- Ouai Granger dehors, rajoute Drago.

- NON ! hurle Hermione.

- Ta sœur est vraiment chiante… » dit Drago à Emmett.

Malefoy ainsi que les autres joueurs me poussent pour sortir, sauf Emmett.

«  Après, promis ! » sourit Emmett.

Je ferme mes poings, canalisant ma colère, je ne m’énerve pas. Pourquoi est-ce qu’il repousse la conversation alors qu’il a eu l’accord de je-ne-sais-pas-qui. Foutu ministère et foutu auror ! Mais je n’abandonne pas. Je les rejoins sur le terrain mais avant je fais un détour par les vestiaires des Gryffondors. Harry ne m’en voudra pas.

Une fois arrivée au terrain, je monte sur l’Eclair de Feu sous les regards moqueurs des Serpentards. Pour eux, je ne monte pas sur un balai, seule matière où je suis nulle.

Hermione, la reine des secrets.

«  Fait attention Granger, dit Crabbe.

- Tu vas te casser un ongle. » rajoute Goyle.

- Je ne savais pas que ta sœur volait. Elle a le vertige. dit Drago.

- C’est-ce qu’elle a dit ? demande Emmett amusé.

- Ouais, pourquoi ? dit Drago surpris.

- Ma sœur adore voler. Elle n’a rien dit pour laisser une chance à ses amis pour leur montrer qu’eux aussi était doués dans un domaine. Alors elle s’est fait passer pour nulle.

- Alors elle aime le Quidditch ?

- Non. Mais toi pour une personne qui la déteste je te trouve bien curieux…

- Il faut bien vu que nous sommes du m…

- EMMETT GRANGER !! hurle Hermione.

- Bon courage ! » dit Drago en s'éloignant.

Ma petite sœur s’arrête à quelques mètres de moi. Je m’attends à ce qu’elle s’énerve encore. Décidément, elle doit vraiment avoir ses règles en ce moment.

«  Un défi ? dit-elle calmement

Je suis plus que surpris et ne répond rien.

«  Tu refuses grand frère ? Finalement, maman a raison j’en ai plus que toi …

- Daphné ? Le souaffle. » dit Emmett entre ses dents.

Elle lui envoie mais je le rattrape avant.

«  Prêt à te prendre une raclée, Em’ ? rigole Hermione.

«  Dans tes rêves, microbe ! »

Je file le souaffle à Goyle, c’est lui qui fait l’entre-deux.

«  Le premier qui marque un but. » dit Hermione

Je suis plus rapide qu’elle et m’empare du ballon. Elle me colle au train, se décale et vient me percuter, je me dévie un peu d’elle.

J’aborde un sourire en coin, Em’ le voit. Il accélère un peu plus mais j’ai l’Eclair de Feu d’Harry donc je le rejoins sans problème.

Je regarde ma petite sœur qui est assise tranquillement sur son balai, sa baguette sortie. Il faut que je me dépêche de marquer avant qu’elle triche. Mais je ne suis pas assez rapide avec cet antiquité qui me sert de balai.

«  Accio souaffle. » dit nonchalamment Hermione.

Je récupère le ballon, mais mon ours de frère n’est pas très content. Je range ma baguette. On est arrêté tous les deux. Je fais sauter le ballon dans mes mains.

«  Attrape-moi si tu peux, grand frère... »

Je pars rapidement, il me suit, on fait un enchainement de figure, très aérien.

«  Doués, les Granger… lâche Daphné.

- J’avoue. » dit Drago.

Je me décide enfin à marquer mon but, mais je n’éprouve aucun plaisir. Le combat n’était pas loyal, notre grand-mère irait plus vite que lui.

On rejoint le reste de l’équipe.

«  Tu es douée Granger ! Tu veux pas me donner des cours ? demande Goyle.

- LA FERME GOYLE ! crie toute l’équipe.

- Je ne savais pas que tu aimais tricher Granger, je comprends mieux tes bonnes notes ! se moque Drago.

- Tu crois quoi Malefoy ? Que la triche vous est réservée ? dit Hermione.

- Tu aurais dû être à Serpentard ! dit Daphné.

- J’aurai dû… dit Hermione avec un sourire mystérieux.

-  Pourquoi tu ne joues pas ? Vous auriez peut être une chance de gagner la coupe de Quidditch.

- On l’a gagné l‘année dernière ! dit Hermione.

- Euuuuuuuh. Nan ! C’était nous ! » dit Drago.

Je réfléchis.

«  T’es sûr ?

- Oui Granger ! Mais tu devais être trop occupée avec tes copains pour t’intéresser à nous ! dit Drago en levant les yeux au ciel.

- Ouai, Zabini doit en avoir de bon souvenir. » dit Hermione avec un sourire en coin.

* Un ange passe*

Emmett est le premier à réagir.

«  Tu as couché avec Zabini ?! s’énerve-t-il.

- Euh, je suis là… dit Blaise.

- Plus pour longtemps !! » menace Emmett.

Je sens sur moi des petites mains pour me retenir. Je me stoppe moi-même parce que ce n’est pas elle qui me retiendra, mais lui faire du mal n’est pas envisageable.

« Tu ne vas pas casser la figure à tous les type avec qui j’ai couché, quand même… » dit Hermione avec une voix douce.

Je me recule et monte sur mon balai.

«  Blaise, je crois bien que tu vas devoir faire attention à toi quand tu dormiras ! rigole à moitié Drago.

- Merci Granger… dit Blaise amer.

- Mais de rien Zabini, ce fut un plaisir. » sourit Hermione.

Je pars reposer le balai d’Harry et j’attends qu’Emmett aie fini son entrainement.

«  Ce fut une performance intéressante. » dit Albus.

Je sursaute en voyant le directeur assis tranquillement à côté de moi.

«  Pourquoi n’avoir rien dit ?

- Pourquoi aurai-je dit à tous que j’étais douée dans tout ? Et puis, je laisse la vedette à Ron et Harry…

- Vous pourriez gagner la coupe.

- Possible, mais je suis une mauvaise joueuse et je passerai mon temps à tricher. De plus je suis une mauvaise perdante.

- Un point en commun avec Drago. » dit le directeur pour lui-même.

Depuis quand appelle-t-il les élèves par leur prénom ? Cette école est louche. Il y a un peu trop de mystère autour de moi.

«  Et je déteste le Quidditch. J’aime voler, certes mais ça reste un plaisir, explique Hermione.

- Votre frère est doué, il réussit tout ce qu’il entreprend. Un peu comme vous. Il pourrait être champion de Quidditch. On lui a proposé une place dans une équipe mais il a refusé.

- Pourquoi ? Ca a toujours été son rêve ! » s’offusque Hermione.

- Il a préféré rest-… ». Il s’arrête brusquement. « Je n’ai peut-être pas employer le bon mot, il a préféré veiller sur vous plutôt que de réaliser ses rêves. »

Je reste sur le cul. Il s’en va. Emmett a toujours voulu jouer au Quidditch en pro. Depuis qu’il est entré à l’école, c’est son rêve ! D’ailleurs il a failli redoubler sa deuxième année parce qu’il s’entrainait trop. Mais il n’aurait pas dû renoncé à SON rêve pour moi. Je suis capable de me défendre seule…


A suivre…

Verdict ?

Review

10 : Quelques réponses.

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


L’entraînement est fini, Emmett traîne dans les vestiaires, nous sommes seuls. Je me jette dans ses bras et colle mon visage contre son torse pour étouffer mes sanglots.

«  Pourquoi ? Pourquoi tu as renoncé ? demande Hermione

- Pour toi, pour moi, parce que je n’aurai pas supporter la si grande séparation te sachant en première ligne de danger. Toi, Potter et Weasley, vous attirez les ennuis comme personne !...

- Même pas vrai ! Tu n’aurais pas dû, mais merci… Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. Tu es tout ce qui me reste. » renifle Hermione.

Je resserre mes bras autour de la petite taille de ma sœur.

«  Mes réponses. » dit Hermione

Je me retiens de rire, elle ne perd jamais le nord.

«  Toi quand tu as une idée en tête… tu ne l’as pas ailleurs !

- C’est de famille, faut croire…

- Je commence par où ? Mais je te préviens je ne peux pas répondre à toutes.

- Tu étais où ?

- En mission.

- Pour les aurors ?

- En petite partie, la majorité pour l’ordre.

- …

- Tu n’as pas l’air surprise.

- Je le savais. Personne ne me l’a dit, j’ai deviné… Où étais-tu ?

- Par-ci, par-là…

- Comment connais-tu Malefoy ?

- Question suivante.

- Oh non ! Où as-tu rencontré Malefoy ? Il n’est pas CENSE être avec Voldemort ? dit Hermione en le menaçant avec son index.

- Tu crois que je serai ami avec lui si c’était le cas ?! »

Ma petite sœur grimace puis sourit.

«  Mais comment ai-je pu être aussi stupide ! Malefoy a changé de camp ! ….. Mais depuis quand ?

- Je peux te le dire maintenant qu’il a été découvert. Ca fait depuis la quatrième.

- Ca fait trois ans ? Mais comment ? Pourquoi on n’a rien su ?! dit Hermione, choquée.

- Il était espion pendant deux ans, mais quand sa mère s’est fait torturer devant ses yeux, il a pété un plomb et n’a pas supporté. Il a pris ses affaires, et nous a rejoint définitivement.

- Et c’est là que tu l’as connu… Malefoy fait partie de l’ordre. Putain ! lâche Hermione, sous le choc.

- Revirement de situation.

- Pourquoi on ne m’a rien dit ?

- Personne ne le savait, ou seulement les adultes si tu préfères, et moi.

- Quand Harry et Ron vont le savoir ?

- Ils le savent déjà. dit Emmett, hésitant.

- Depuis quand ?

- La rentrée… dit-il sur le même ton.

- DEPUIS LA RENTREE ?! TU TE FOUS DE MOI ?

- C’était pour te protéger… Tu veux savoir comment j’ai rencontré Drago ?

- Je t’écoute.

- Tu te souviens du portrait que tu m’en avais fait ?

- Oui, et à mes yeux ça n’a pas changé : arrogant, prétentieux, manipulateur… commence Hermione.

- … petit con, etc. A cet époque je venais d’être Auror.

- Oui à 17 ans. Le plus jeune depuis 1958.

- J’allais entrer en septième année, auror et membre de l’ordre. Vu ta description je n’en avais pas une très bonne opinion… Quand il est entré au quartier général, je me suis levé et je l’ai envoyé contre le mur, prêt à lui casser la figure. Ils se sont mis à trois pour m’empêcher de le réduire en bouillie. Le truc le plus fou c’est qu’il n’avait pas essayé de se défendre. Ça ne m’a pas étonné sur le coup. Mais après, la réunion est passée, puis vu que moi je ne suis pas aussi buté que tu peux l’être, et vu que tout le monde était d’accord avec lui, j’ai revu légèrement mes positions. Je ne l’appréciais guère, mais je le tolérais. Et puis l’ordre a forcé les choses en nous envoyant en planque tous les deux. Normalement c’était une mission simple mais il y a eu des complications, et Drago m’a sauvé les fesses. Depuis ce jour on est amis. »

Je fais une grimace dégoutée.

«  Quoi ? »

- Tu veux dire que je dois remercier Malefoy ? » lâche Hermione.

Je pars dans un rire bruyant.

« Euh … Ouais …

- Rêve toujours. Pourquoi tu refais tu ta septième année ? Tu aurais dû finir en juin dernier.

- Une fois entré, les choses se sont accélérés et j’ai dû partir en mission, des longues missions… Je ne pouvais pas rentrer à Durmstrang pour mes cours alors j’ai abandonné. C’était plus simple. D’ailleurs je ne sais pas comment Drago a fait pour gérer ses cours et passer en dernière année. »

Je regarde ma sœur qui est sous le choc, en train d’assimiler ce que je lui ai dit.

«  C’est pour ça que Malefoy était souvent absent l’année dernière …? conclut Hermione pour elle-même.

- Ouai, on était ensembles. Mais dit moi tu as fait attention à Malefoy ?

- Non ! Mais tu sais, ne pas se faire insulter pendant des semaines est plutôt agréable ! dit-elle choquée.

- Il était un vrai salaud ?

- Raconte-moi tes missions !

- Je peux pas…

- Pas le pourquoi, mais le comment c’était. Ça fait quoi de partir en mission ? » dit-elle excitée.

La porte s’ouvre.

«  Tu es toujours en vie ! Je pensais que la naine t’avait étripé vu que vous avez loupé l’heure du déjeuner ! se moque Drago.

- La naine elle t’emmerde !

- Susceptible en plus ! dit Drago, amusé.

- Alors ? Ca fait quoi de partir en mission ?

- Et jalouse, qui plus-est ! » rajoute Drago.

Je vais pour me lever et mettre une baffe à Malefoy mais mon frère me retient.

«  Non ma petite Mione. Il peut encore être utile…

- Ouais, et puis tu te ferais mal ! se moque Drago.

- Comme en troisième année ? dit-elle moqueuse.

- J’ai changé la naine, je fous ton frère par terre avec une seule main, alors toi…

- Emmett, lâche-moi ! Je vais le réduire en bouillie, Mr. Je-Fais-Partie-De-L’Ordre !

- Tu lui as dit ? demande Drago.

- Oui. Tout le monde le sait sauf elle, elle a le droit de savoir.

- Dis-lui-en le plus possible avant qu’elle te dévisse la tête.

- C’est moi qui vais te la dévisser si tu ne te tais pas ! dit Emmett

- Qu’est-ce que je devrais savoir ?  s’énerve Hermione

- RIEN ! dirent ils en cœur

- Les mecs, je n’ai pas le surnom de miss Je-Sais-Tout pour rien, alors DITES-MOI !  »

On se jette un coup d’œil.

«  Alors Granger, tu veux savoir comment c’est les missions ? dit Drago.

- Oui mais ne change pas de sujet.

- J’ai faim ! lâche Emmett.

- On va manger ! Viens Granger on va te faire visiter les cuisines. »

Emmett me jette sur son épaule et on se dirige vers les cuisines.

«  Choucroute. » dit Drago au portrait.

On s’assoie, Malefoy en face de moi. Emmett va voir les elfes.

«  Merci, dit Hermione sans le regarder.

- Pourquoi ? demande le blond surpris.

- Pour avoir sauvé mon frère.

- De rien… dit-il avec un sourire en coin.

- Pourquoi Harry et Ron savent que tu fais partie de l’ordre et pas moi ?

Emmett revient.

«  Va manger plus loin Em’ ! dit Hermione

- Ok je vous laisse en amoureux ! sourit Emmett

Je lui mets un coup dans la cuisse, il rigole et s’en va.

«  Je savais que tu étais folle de moi !

- Juste pour répondre à mes questions Malefoy ! Un type qui a foutu la moitié des filles de Poudlard dans son lit ne m’intéresse pas !

- Je te retourne le compliment Granger !

- Alors ? ça fait quoi de faire partie de l’ordre ? Harry et Ron sont content de t’avoir vu ?

- Bien sûr ! Ils m’ont sauté dans les bras ! Mais je pensais q-… dit-il moqueur.

- Tu penses, toi ?

- Oui. Je pensais que tu m’aurais étripé vu la description peu flatteuse que tu fais de moi.

Je ne dis rien un certain moment, grignotant dans mon assiette.

« - Je te détestais pour tes insultes, tes coups bas, tes airs de PUTAIN de sang-pur à la con, et le fait que tu sois du côté du mal. Tes regards de tueur, ton air supérieur, arrogant et prétentieux, avec ton air froid et « rien ne m’atteint, essayez toujours… » . Mais cette année, tu es différent. Je t’ai vu différent, je t’ai vu sourire, je ne t’en croyais pas capable ! » Drago sourit. « Tu vois ! Tu recommences ! Ça fait bizarre de te voir ainsi. Mais j’aime bien. Bon ça n’efface pas ce que je pense de toi, j’ai toujours envie de te dévisser la tête, mais ça s’améliore, peut être qu’un jour je t’apprécierai. Vraiment. Mais encore merci d’avoir sauvé mon frère, je ne survivrai pas sans lui, finit Hermione.

- EMMETT ! LA FERME. » crient en cœur Hermione et Drago.

J’en peux plus, je gloussais comme un idiot depuis le depuis mais j’explose de rire.

«  Tu permets Granger ? demande Drago.

- Je t’en prie. »

Je pousse mon assiette vers Malefoy. Il prend une patate et l’envoie sur mon frère. Une bataille de bouffe commence mais finit rapidement et pour cause : ils n’ont plus de munitions.

«  Très sexy, Granger, avec de la patate dans les cheveux. »

Je prends la-dite patate et lui fout dans la bouche.

«  Je retire tout ce que j’ai pu te dire Malefoy, tu es un petit con et tu le resteras ! s’énerve Hermione.

Je m’en vais rapidement.

«  Je persiste, vous iriez bien ensemble. » dit Emmett.


A suivre…

Verdict ?

Review 

11 : Tromperie

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Nous sommes tranquillement en train de déjeuner.

«  JE SAIS ! » s’écrie Hermione, triomphante.

Ron et Harry se jettent un regard paniqué, je SAIS qu’ils me cachent tous quelque chose de plus ; et je pense que ça me concerne vu qu‘ils me tiennent à l‘écart.

«  Tu sais on voulait te le dire ! » dit Ron, soudain paniqué.

Hermione la fouineuse. Petite Serpentarde !

«  Oui oui ! Tu ne nous en veux pas ? demande Harry, gêné.

- Pas si vous me donnez plus de détails ! dit Hermione d’une voix dure.

- Que veux-tu savoir ? demande Ron.

- Tout ! dit-elle froidement.

- Pas ici… dit Harry, stressé.

On part dans la chambre des garçons, on met Neville dehors et Harry ferme la porte. Je vais leur faire cracher le morceau, Emmett me cache quelque chose de plus grave, mais lui demander aurait été idiot. Alors je vais faire parler Ron et Harry.

Je m’assoie sur le lit d’Harry, mes amis en face de moi.

«  J’écoute, commence Hermione.

- Tu sais, on voulait te le dire mais l’ordre nous en a empêché. » dit Ron.

- Et puis on voulait te protéger… rajoute Harry.

- Ça je sais, tout le monde veut me protéger ! dit Hermione, à moitié énervée.

- Quand on apprit qu’IL te voulait, Emmett a pété un plomb. » dit Ron.

On en vient au fait. Je jubile intérieurement.

« Ouais, on ne l’avait jamais vu comme ça, il est plus comme Malefoy à garder son sang-froid mais là… 

- Il était flippant, et a tout pété sur son passage. Ça fait un an qu’on le connaît. Il t’aime vraiment Hermione, tu sais… dit Ron

- Moi aussi… » dit-elle pensive. Puis elle s’exclama : « ATTENDS STOP, tu m’as dit que ça fait un an que tu connais mon frère ? Et à la rentrée tu as joué la comédie ? » s’énerve Hermione.

Ron baisse les yeux. Je me lève hors de moi.

«  VOUS VOUS ÊTES FOUTUS DE MOI ?! ET JUSTE SOUS MON NEZ ?! » hurle Hermione.

- Pardon Hermione… dirent en cœur Harry et Ron.

- Il n’y a pas de PARDON qui tienne. Que vous me cachiez des choses, je peux comprendre, mais VOUS VOUS ÊTES FOUTUS DE MOI ! »

Il faut que ma colère sorte, je mets un coup de pied dans une table de nuit avant de l’envoyer voler à travers la pièce. J’arrache aussi les rideaux. Je tape partout afin de me calmer, Ron esquisse un sourire.

«  RONALD WEASLEY, ARRÊTE DE TE FOUTRE DE MOI ! » hurle Hermione.

Il laisse tomber son sourire mais c’est Harry qui s’y met. Toujours sous la colère je me jette sur Harry mais il envoie un sort pour se protéger.

«  Tu te calmes Mione, parce que c’était pour te protéger, ils nous avaient forcé à ne rien te dire ! On devait garder le secret ! » explique Harry.

Ça fait un an qu’ils savaient. Une putain d’année. Je souffle bruyamment, les minutes s’écoulent. Je me calme, mais mes amis ont l’air inquiet. Harry me tend sa main, je la prends et me rassoie entre mes amis.

«  Et pour Malefoy ? demande Hermione.

- A la rentrée. On l’a tous appris à la rentrée, explique Harry.

- D’ailleurs on était tous surpris de savoir que la fouine était avec nous, rajoute Ron.

- J’ai failli faire une attaque !

- Et moi j’ai failli lui envoyé un sort.

- Ouais ! Fred et George l’ont retenu ! rigole Harry.

- Ouais mais eux aussi ne peuvent pas le voir.

- C’est si difficile ? demande Hermione.

- OUI ! crie à moitié Ron.

- Non ! On est pas les meilleurs amis mais on se tolère.

- Fred et George lui rappelle qui il est à chaque réunion : LA FOUINE.

- Si on revenait à moi, dit Hermione, faussement gênée.

- Pardon… Nos réunions se font à Poudlard, c’est plus facile pour y assister.

- Oui oui... » dit-elle évasive.

De mieux en mieux, mais c’est qui IL ?

«  Tu as réagi comment quand Emmett te la dit ? demande Harry.

- Ouais, ça fait quoi d’être la personne que tu-sais-qui veut dans ses rangs ? » lâche Ron.

Je ferme les yeux pour mieux assimiler l’information. Deux bras viennent m’entourer.

«  On te comprend Mione, c’est dur à encaisser... » réconforte Harry.

Je fais oui de la tête les yeux fermés.

«  C’est dur mais ça va aller, dit Hermione, la voix cassée.

- On va t’aider Hermione, on est là pour toi. » dit Harry.

- Il ne me tuera pas et il ne t’aura pas. » dit Harry déterminé.

- Merci les mecs vous êtes géniaux... »

Je pose ma tête sur l’épaule d’Harry. Alors c’est ça qu’il me cache... Rien de bien grave ! Tu-sais-qui me veut juste à ses côtés. J’étouffe un sanglot. Pour une fois j’aurais mieux fait de refréner ma curiosité.

«  Je me demande juste pourquoi ? dit Harry, pensif.

- Moi aussi, je n’ai rien de particulier.

- Ouais ! Tu es juste major de promo ! Rien d’autre ! » rigole Ron.

On regarde Ron rigolant comme une vache.

«  Ce serait pour ça ? demande Hermione à Harry

- Tu es une sorcière puissante ! Et puis avec un bon « oubliettes », tu pourrais être de leur coté en deux secondes... Et tu es quasi imbattable en duel et sortilèges et dans les autres domaines aussi !

- Harry chéri, il faut que je t’avoue un truc.

- Vas-y.

- Je triche pour avoir de bonnes notes dans certaines matières.

- Et tous tes devoirs faits en avance ? demande Harry.

- Comme tu l’as dit, je suis douée en sortilège... » explique Hermione.

*Un ange passe*

«  Je suis choqué ! Miss Parfaite n’est pas parfaite !!

- Tu connais beaucoup de gens qui sont parfaits, toi ?

- … Non.

- Tu diras rien ? demande Hermione, inquiète.

- Non mais tu m’aides !

- Ça me va ! rigole à moitié Hermione.

- Vous parlez de quoi ? demande Ron qui revient sur terre.

- Rien !! »

On rigole.

«  Bon Hermione, on doit y aller on a une réunion… dit Harry, gêné.

- Ok ! »

Je laisse mes amis. Je pars m’allonger dans ma chambre. Je ferme porte rideau et me met dans le noir. J’espère qu’Harry ne va pas en parler parce que Emmett va lui dévisser la tête et à moi aussi par la même occasion. Malefoy a raison, j’aurai dû aller à Serpentard mais j’ai choisi Gryffondor.


«  Vous êtes en retard, lâche Emmett.

- On discutait avec Mione ! dit Harry.

- Ouais on lui demandait comment elle réagissait, rajoute Ron.

- Réagissait à quoi ? demande Emmett en serrant les dents.

- Bah, au fait que tu-sais-qui la voulait dans son camp ! dit Ron levant les yeux au ciel.

Respire, respire, respire, comment on fait ? Ah oui ! Inspire, expire, inspire expire, inspire expire. Ok, ça va mieux, je respire mais EUX plus pour longtemps.

«  Et comment le sait-elle ? demande Drago.

- Emmett le lui a dit. » dit Ron.

Tous les regards se braquent sur moi. Je fusille Ron et Harry du regard. Seul Drago semble se retenir de rire.

Ils vont souffrir, ils vont souffrir, ils vont souffrir…

«  On est mal barrés vu que c’est Potter qui est censé tuer face de serpent ! se moque Drago.

- Je ne lui ai rien dit. PERSONNE devait lui dire, dit Emmett énervé.

- Nous devions garder cela secret pour un certain, pour ne pas la paniquer, rajoute Tonks.

- Elle nous assurer qu’elle savait ! se défend Ron.

On reste tous en silence quelques minutes.

«  Réfléchissez bien les garçons. Vous l’a-t-elle dit clairement ? demande Albus.

- En y repensant, non, dit Harry.

- Elle vous a eu comme des débutants ! » se moque Drago amusé. « Et vous faites partie de l’Ordre ? On est mal.» dit-il dramatique

- La ferme Malefoy.

- Touché… dit Drago avec un sourire en coin.

- Stop ! Bon maintenant qu’elle le sait, nous pourrions envisager de la tenir le plus au courant… dit Albus.

Les adultes approuvent alors moi je ne suis pas d’accord du tout. Plus elle sera loin de ça, mieux ce sera… Parce que c’est un aimant à catastrophe, ma sœur. Je vais pour montrer mon mécontentement mais Albus me devance.

«  Je sais ce que tu en penses Emmett, mais plus elle sera au courant mieux elle pourra se défendre.

- Surtout devant Face-de-serpent ! dit Emmett, sarcastique.

- Ma décision est prise. Maintenant abordons les autres missions. » dit le directeur.

Pendant la réunion.

«  Respire, on les chope à la sortie pour leur faire la peau ! On va leur péter la gueule ! » dit Drago amusé

- La ferme Malefoy, grogne Emmett

- Si on peut plus rigoler.

- Malefoy tais-toi ! dit Harry

- Oh toi, écrase Potter ! Non seulement tu balances des infos à Granger mais en plus t’en fous pas une pour l’Ordre ! C’est pas toi qui part botter le cul aux ennemis ou ramener des alliés emprisonnés, alors tu te la fermes ! dit Drago énervé.

- Peut-être mais c’est pas nous qui ramons sur une mission depuis des mois !

- Normal vous n’en avez pas ! s’énerve à moitié Emmett.

- Stop ! La réunion est finie. Retournez dans vos dortoirs. Et Mr. Malefoy, pas de bagarre ce soir. » dit Albus

Drago grogne en croissant les bras. On part dans nos dortoirs.

«  Par hasard, tu ne connaîtrais pas le mot de passe des Gryffondor ?

- Est-ce que j’ai une tronche à savoir ? demande Drago

- Va te taper une Gryffondor et tu le sauras !

- Comme ta sœur par exemple ? dit Drago avec un sourire en coin.

-  Par exemple ! dit Emmett avec un sourire éclatant.

- Eurk !

- Dit qu’elle est moche aussi ? s’exclame Emmett.

- Euh … Ouais ! »

Drago part en courant moi sur ses talons.

«  Complètement immatures… dit Rogue.

- Laisse-les s’amuser un peu, Severus. J’ai hâte que le petit couple se forme… sourit Albus.

- Vous y croyez à cette pseudo prophétie ? Après tout, le professeur Trelawney est assez peu fiable.

- Il y a parfois des choses qu’il ne vaut mieux pas ignorer, ne sachant pas si elles sont importantes ou pas… » dit Albus mystérieux.


A suivre…

Verdict ?

12 : Souvenirs

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Je descends les escaliers me prépare à la confrontation, même si je vais tout faire pour la retarder au maximum. Je me colle à Ginny.

«  Journée entre fille ça te dit ? dit Hermione.

- Si tu veux ! »

Je mange rapidement et tire Ginny avec moi chez les Gryffondors sans un regard pour la table des Serpentards.

«  Mais pourquoi tu es si pressée ? Il y a pas le feu ! dit Ginny

- Non non, mais je voulais passer du temps avec toi vu qu’on s’est un peu éloignées ces derniers mois, dit Hermione avec une tête de chien battu.

Je la prends dans mes bras.

«  Une journée entre filles, massage, soin, manucure. Ça va être top ! Aller on y va ! »

Je tire Ginny par la main en jetant des rapide coup d’œil derrière moi.

«  Merde, murmure Hermione

- Hermione ! » crie Emmett

Merde Merde Merde. Vite le portrait !

« Il te veux quoi ton frère ? »

Te dévisser la tête ?

« J’en sais rien. Hésitation ! » dit-elle, stressée.

Le tableau s’ouvre, on se dépêche d’entrer. J’entends Emmett gueuler après le tableau. Je soupire de soulagement mais pas longtemps car le tableau s’ouvre sur Harry, Ron et … Emmett. J’entraîne toujours Ginny dans mon dortoir. Je claque la porte.

«  Ouf sauvée ! sourit Hermione amusée

- Toi tu veux éviter le beau gosse qui te sert de frère ! dit Ginny croisant les bras

- Ouais !

- Pourquoi ? Tu as une bonne raison au moins ?

- Si je te dis qu’il veut me dévisser la tête, c’est une bonne raison ?

- Euh …. Oui ! »

On passe notre journée entre fille, à parler de mec et de sexe aussi vu que Ginny y est passée !

«  Je coucherais bien avec Malefoy ! lâche Ginny.

- Pas moi !

- Pourquoi pas ? demande Ginny, choquée.

- En admettant que je doive coucher avec quelqu’un, ce serait uniquement pour la soirée et dans ce cas-là il me faut un mec mignon, et perso je ne trouve pas Malefoy très mignon. »

Ginny me regarde comme si j’avais insulté ses parents.

«  Oh fait pas cette tête ! Il a du charme, certes mais je suis pas trop fan des blonds, explique Hermione.

- Tu préfères les grands bruns sportifs, carrés, les yeux marrons genre bonbon bulgare ?

- Ouais… Mais arrête de parler de lui j’en mouille ma culotte ! dit Hermione se mordant la lèvre.

- Tu as couché avec Krum quand tu étais en quatrième année ?

- Non, pas vraiment.

- Ca veut dire quoi pas vraiment ?

- Préliminaire seulement.

- Raconte ! »

FLASH-BACK

Je marche avec Victor sur le pont de son bateau, il m’a fait visiter. Je m’appuie contre la rambarde, regardant le château. Je frissonne malgré le mois de juin. Il vient se mettre dans mon dos, je pose ma tête sur son torse. Ses bras autour de ma taille me réchauffent.

«  J’ai passé une agréable année en ta compagnie Hermione, dit Viktor.

- Moi aussi. »

Il m’embrasse sur la joue, je tourne la tête pour rencontrer ses lèvres, j’adore l’embrasser mais j’ai toujours peur que ça dérape et que ça aille trop loin. Une fois, ses mains se sont baladées sous ma jupe, j’ai pris peur et je l’ai repoussé. Il m’a fait part de ses envies, je lui ai toujours refusé, je lui en accordais un peu plus à chaque fois, une fois alors qu’on était dans la salle-sur-demande, sur un canapé, j’étais assise entre ses cuisses en train de lire, il me regardait, me caressant les bras mais je sentais qu’il voulait plus. Il regardait depuis quelques jours ma poitrine.

«  Tu peux si tu veux… » dit Hermione d’une voix timide.

Il m’a embrassée dans le cou et doucement ses mains se sont retrouvées sur ma poitrine, il l’a prise à pleines mains pour la masser doucement, sa bouche toujours dans mon cou, je l’ai entendu me murmurer de me détendre. Il a déboutonné mon chemisier pour être plus près de ma peau, j’avais fermé mon livre et posé ma tête sur son torse, ma respiration se faisait plus rapide. Mes mains caressaient doucement ses cuisses, plus un réflexe qu’une envie. Il a sorti ma poitrine de mon soutien-gorge, mes tétons durcis par l’excitation. Il les masse entre ses doigts, il a fini par me retourner doucement sur le canapé, sa bouche a remplacé ses mains sur ma poitrine, je ne savais pas quoi faire de mes mains alors je les ai posées sur ses épaules, ses mains ont voulu descendre plus bas mais j’ai senti son excitation contre mes cuisses, je lui fais comprendre rapidement d’arrêter.

Mais ce jour-là sur le bateau, je sentais que je pouvais aller plus loin, que j’avais envie d’aller plus loin. Je me suis retournée, j’ai posé mes mains sur son torse alors que, d’habitude, je les mets autours de son cou. J’ai approfondi notre baiser. Il a compris.

«  Tu es sûre ? demande Viktor.

- On peut essayer... »

Il me prend la main, on part dans sa chambre privée.

« Il y a des avantages à être joueur de Quidditch. » dit Hermione regardant la grande chambre

Il me suit doucement alors que je regarde les petits détails de sa chambre. Une photo m’attire, une photo de moi sur sa table de nuit. Je prends le cadre et en le regardant je m’assoie sur son lit, Viktor à côté de moi.

«  Tu es jolie sur la photo mais tu l’es plus en vrai. »

Je tourne la tête vers lui rougissant, il m’embrasse doucement tout en reposant le cadre à sa place initiale. On s’allonge doucement sur son grand lit. Notre baiser devint plus fougueux. Ses mains descendent sur ma poitrine alors que ses lèvres sont dans mon cou. En quelques minutes je me retrouve sans tee-shirt, il s’active à enlever mon jean. Mon cœur bat à tout rompre. Mon soutien-gorge rejoint le reste de mes vêtements. Je rougis.

«  Tu n’as pas rougir, tu es très jolie. »

Je rougis encore plus, il fait un léger sourire. Délicatement il enlève ma culotte et m’écarte les cuisses qu’il embrasse assez longuement pour que je me détende, Il finit par poser sa bouche sur mon intimité. Au début gênée, je finis par apprécier et pose même ses mains sur sa tête, le pressant de continuer. Il remonte doucement et vient pour m’embrasser. Au début hésitante de savoir que sa langue était sur mon intimité, je finis par l’embrasser et apprécier son baiser brûlant. Moi aussi j’ai envie de lui faire plaisir. Je passe mes mains sous son tee-shirt et le caresse doucement. Il l’enlève, j’apprécie la vue.

«  La vue te plaît ?

- Oui beaucoup ! » dit Hermione, continuant de le caresser.

Je deviens rouge écrevisse alors que lui sourit. Je le frappe gentiment. Il me prend dans ses bras et me fait rouler sur lui. Je l’embrasse doucement, je n’ai plus envie de le toucher avec mes mains je veux le goûter avec ma bouche. Mes mains descendent sur sa braguette, son bouton, il m’aide à enlever son pantalon et son boxer. Je suis légèrement impressionnée par ce que j’ai devant les yeux mais je le prends dans ma main et commence à le branler doucement. Je le regarde, il a l’air d’apprécier. Je le trouve super sexy à ce moment. J’approche ma bouche et le lèche, le prend dans ma bouche, je ne sais pas trop ce que je fais mais il ne me repousse pas donc ça ne doit pas être trop désagréable. Après plusieurs minutes il me pousse et jouit. Il me remonte pour m’embrasser.

«  Tu es sûre de n’avoir jamais fait ça ? Parce que tu es très douée ! » me dit-il avec son accent bulgare.

Je l’embrasse pour toute réponse.

FIN DU FLASH-BACK

«  Oh c’est trop mignon !

- N’est-ce pas ?

- Et ta première fois ? C’était avec qui ?

- Harry et toi ?

- Thomas… dit Ginny, rouge

- Tu n’entends pas quelque chose ?

«  Ahhhhhhhhhhhh ! vient d’une voix lointaine

- Ron !!! » crie un autre

«  Ron qui essaye de monter à l’étage des filles… »  commence Ginny. « Mais normalement, on peut monter ton escalier ? demande Ginny.

- Je sais sauf si tu déclenches le sort de ma chambre. » expliquai-je. « Et pouf ! Toboggan ! »

«  HERMIONE !! hurlent des voix de la salle commune.

- Ils te veulent quoi ? » demande Ginny.

Je hausse les épaules, plus d’indifférence que d’ignorance.

«  Je vais voir ! » dit Ginny.

Ginny descend, je la suis mais reste dans les escaliers des filles hors d’atteinte.

«  On veut voir Hermione, dit Emmett moitié énervé.

- Hermione descend ! » crie Ginny

Je descends quelques marches et m’assoie hors de leur portée. Je fixe mon frère qui a l’air énervé. Personne ne parle jusqu’à ce qu’Emmett prenne la parole.

«  T’es contente ? MAINTENANT tu sais ? s’énerve Emmett

- …

- NON mais il t’est passé quoi par la tête ! Tu ne pourrais pas pour une fois éviter d’être curieuse ! Ça t’avance à quoi de savoir ? Tu es contente de toi ?! Tu vas faire quoi maintenant que tu sais ? Hein ? Tu es fière ? Et puis tu n’as pas honte de manipuler tes amis ainsi ?! Non mais franchement Hermione ! C'est pas possible !! » dit Emmett d’une voix cassante.

Je l’écoute crier. Je suis plus blessée par le ton de sa voix que par ses paroles.

«  Emmett arrête. » dit Harry

Je regarde ma petite sœur, les yeux dans le vague, le sillon de larmes sur joues. Je vais pour m’avancer mais la voix de ma petite sœur me coupe dans mon élan.

« Parce que mon grand frère ne me faisait pas suffisamment confiance pour me le dire, j’ai dû me débrouiller seule pour savoir ce que tout le monde me cachait pendant UNE PUTAIN D’ANNEE ! Au fait, je vous déteste tous. Vous m’avez tous menti. Je ne veux plus voir. » dit Hermione d’une voix brisée.  « Personne. » dit-elle froide.


A suivre…

Verdict ?

Review 

13 : Nouveau pouvoir

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Ça fait une semaine que ma sœur n’est pas sortie de sa chambre après notre petite engueulade.

«  Mange un peu, elle va descendre d’ici quelques minutes, rassure Drago.

- Ca fait une semaine que tu dis ça.

- Oh tu es lourd ! Je sais ce qu’il te faut ! Une vraie fille. Alors, Astoria est pas mauvaise au lit, sinon une petite Serdaigle ! Mais BORDEL, oublie ta sœur deux minutes ! » dit Drago en levant les yeux au ciel.

Drago me tape amicalement sur l’épaule et part me dégoter une fille que je vais renvoyer chier au bout de 2 minutes.

En cours de vol…

«  Alors Harry, elle est sortie ? demande Emmett.

- Non, répond Harry.

- Faut qu’elle mange !

- Je ne m’en fais pas pour ça, Dobby doit la nourrir. Un conseil, oblige-la à sortir. Je sais pour les fêtes de Noël, par exemple. Passez du temps ensemble tous les deux !

- Ouais sauf que Drago doit les passer chez moi. Tu sais, vu qu’il ne peut plus retourner chez lui. Puis on déteste passer les fêtes à l’école, c’est trop impersonnel.

- Ne lui dit pas pour Malefoy ! » dit Harry amusé.

Dans le château je me décide enfin à descendre, je frappe à une porte.

«  Entrez. »

Je rentre dans le bureau.

«  Bonjour Miss Granger, quel plaisir de vous revoir ! En aviez-vous assez de votre chambre ? » demande le directeur, amusé.

Je m’assoie ignorant sa remarque désagréable.

«  Je suppose que vous voulez en savoir plus ?

- …

- Vous souhaitez entrer dans l’ordre et participer aux missions. Je vous comprends.

- Personne ne me comprend, sauf votre respect Monsieur, dit Hermione entre ses dents.

- Je sais bien Miss Granger. Pour la défense de votre frère, il a fait ça pour vous protéger.

- JE N’AI PAS BESOIN QUE L’ON ME PROTEGE. JE N’AI PLUS QUATRE ANS ! hurle Hermione en se mettant debout.

Je ferme les yeux pour me calmer, tout mon corps tremble.

«  Intéressant... » dit Albus pour lui-même.

Je me calme et me rassoie.

«  Savez-vous pourquoi Voldemort a peur de moi ? » demande le directeur

Je fais non de la tête.

«  Vous savez que la magie que nous avons en nous ne peut être exprimée qu’avec notre baguette… Néanmoins, certains sorciers qui ont une énorme puissance magique peuvent la laisser s’exprimer sans avoir besoin de quelque objet. »

- C’est pour ça que Voldemort à peur de vous ? Bien sûr, vous êtes capable de l’exprimer sans magie. Vous le faites d’ailleurs à chaque nouvelle rentrée. »

Il me fait un léger sourire compatissant que je ne saisis pas. D’ailleurs ça doit se voir.

«  Vous ne voyez pas où je veux en venir ? »

Je fais non de la tête.

«  Ma magie s'est exprimée alors que j’étais adolescent, j’avais à peu près votre âge. J’en ai brulé les rideaux de mon lit, je les détestais et j‘étais énervé. »

Je le regarde avec de gros yeux.

«  Comprenez-vous, Miss Granger, pourquoi Voldemort vous souhaite dans ses rangs ? »

- …

- Vous êtes surement une des rares personne qui est en mesure de me battre à un duel.

- Alors ce n’est pas parce que je suis excellente élève ?

- Voyons, Miss Granger ! dit Albus amusé.

- J’aurai du me doutez que vous saviez. » bougonne Hermione.

On reste en silence un moment.

«  Les autres m’ont ENCORE menti sur les raisons de Voldemort ?

- Non, je suis le seul à savoir pour votre magie.

- Comment l’avez-vous su ?

- Je sais tout miss Granger, dit Albus, tapotant sur le bout de son nez.

- Et Fumseck vous aide ! » dit Hermione regardant Fumseck.

Le phénix fait comme un bruit bizarre.

«  Aussi. Et le livre qui vous aide a été écrit par moi. »

Je deviens rouge écrevisse en trouvant un grand intérêt pour le tapis.

«  Je vous aiderai à renforcer votre magie, un cours par semaine.

- Bien Monsieur, dit Hermione les yeux plein d’étoiles.

- N’en voulez pas à vos amis, ils tiennent à vous. Et en temps de guerre il faut rester soudés. Ne donnez pas à Voldemort une bonne raison de vous récupérer. Ne rester jamais seule. Poudlard n’est pas sûr.

- Je n’ai pas besoin de PROTECTION ! dit Hermione énervée.

- Impulsive Gryffondor.

- Vous comme moi savons que j’aurais dû aller à Serpentard.

- Demain soir, 20 heures pour le cours ? Et je veux vous voir en cours, ne vous en faites pas pour vos professeurs. Aucune sanction.

- Merci. »

Je me lève et sort. Ça ne m’étonne pas de voir Rogue derrière la porte du bureau. Nous marchons jusqu’à la grande salle, les cours ne sont pas finis, nous sommes seuls.

Il part s’assoir, moi aussi. J’attends peu de temps, les autres arrivent. Tout le monde me regarde en coin.

«  NON MAIS C’EST QUOI VOTRE PROBLEME ? » hurle Hermione.

Je sens comme une brûlure au bout de mes doigts, je les regarde. A ma grande surprise, ma peau est rouge et dessus je peux voir des flammes, qui disparaissent aussitôt. Je referme les doigts et les mets sous la table. Harry et Ron s’assoient prudemment en face de moi.

«  Je ne vous en veux plus, dit Hermione d’une voix lointaine.

- Ca va Mione ? demande Harry.

- Ça va. » répond Hermione dans la lune.

A vrai dire, non. Voldemort qui me veut, ma puissante magie qui débarque… Comme si ma vie n’est pas assez compliquée.

«  Contente que tu sois sortie. Tu m’as manqué ! sourit Ginny.

- Toi aussi… dit Hermione dans la lune.

- Je suis époustouflée par ton enthousiasme. »

Je lui fais un pathétique sourire. Elle m’embrasse sur la joue en murmurant un « je suis avec toi » et moi je lui rends un faible « merci » Je regarde à la table des Serpentards et voit mon frère.

Je croise son regard, le mien est partagé entre la colère et la peur. Une immense peur pour ma sœur. Mais je suis aussi colère contre son impulsivité et ses réactions de gamine pourri gâtée.

Je baisse les yeux devant mon frère. La colère remonte doucement, mes doigts me brûlent. Je sors rapidement de la grande salle, cachant au maximum mes doigts sans les coller à moi : si jamais je prenais feu ? Je pars dans le parc sans faire attention à la neige qui est tombée. Ni au vent glacé qui me brûle les joues. Mes doigts sont rouges, les flammes augmentent. Je secoue mes doigts paniqués, je ne sais pas comment j’ai fait pour les stopper tout à l’heure. Les flammes remontent à toutes mes mains, je reste impuissante face à ce spectacle. Je n’ai pourtant pas mal mais je sens ma panique plus forte, mes sentiments plus fort, plus présent. Je sens toute la chaleur se répandre en moi.

«  Hermione ? » dit Emmett étonné.

Je me retourne étonnée vers mon frère. Il regarde mes mains, moi aussi, elles sont normales.

«  Emmett… » dit tristement Hermione

Je pars me jeter dans les bras de mon frère.

«  J’ai peur, Emmett.

- Je te protégerai.

- J’ai peur … De moi.

- Tu ne pourras pas te faire de mal, c’est ta magie, elle est en toi… Mais j’avoue que tu fais peur !

- Emmett ! Sois sérieux ! dit Hermione, étouffant un sanglot.

- Promets-moi que tu ne referas plus tes caprices de petite fille pourrie gâtée.

- Promis… bougonne Hermione

- Parfait alors on passe les vacances à la maison.

- Cool !

- Et Drago aussi.

Elle ouvre la bouche pour crier.

«  Tu as promis petite Lionne… Et tu me brûles.

- Pardon ! » dit-elle étonnée se poussant.

Je mets mes mains dans mon dos en me mordant la lèvre. Il vient me reprendre dans ses bras.

«  Garde tes mains dans ton dos. Je survis à des missions dangereuse sans une égratignure, et c’est ma sœur qui m’en laisse ! » dit Emmett amusé

Je regarde le pull de mon frère, il a la marque de mes doigts.


Je pars pour mon cour avec Monsieur le Directeur.

«  Bonjour Miss !

- Aidez-moi ! J’ai failli brûler Emmett plus de fois qu’il n’aura de bougie sur son prochain gâteau d’anniversaire ! Et en moins de 24 heures ! Il faut que je me contrôle ! » supplie Hermione.

Mes doigts me brûlent.

«  Vous voyez ! Ça recommence ! » dit-elle énervée

Je n’aime pas ce sentiment, ce n’est plus la peur, pas celle de me blesser mais celle de faire mal aux autres, et ce sentiment de puissance qui envahi mon corps tout entier. Seul l’étonnement me faisait arrêter ce pouvoir.

«  Laissez-vous envahir, Miss Granger. »

Je le regarde avec de gros yeux du coup, plus de flammes.

«  Pardon.

- N’essayer pas de le calmer, vous avez trop de colère en vous pour le moment, mais au contraire laissez-le vous envahir jusqu’au plus profond de vous. Ne vous retenez pas et on verra ce qui arrivera. »

Je le regarde, sceptique, mais Fumseck vient se poser sur mon épaule et passe son bec sur ma joue avant de retourner sur mon perchoir. Je fais ce que le directeur me demande et laisse la colère m’envahir, mes doigts me brûlent, rejoints par mes mains mes bras, mes épaules, je ne suis jamais allée aussi loin. Puis plus rien, mes jambes me lâchent, je tombe a genou.

«  Ce n’est pas grave Miss. C’est très bien. Continuez. »

Je recommence mais plus la nuit avance, plus je suis fatiguée, moins ma colère remonte.

«  Utilisez un autre sentiment.

- Et lequel ? La fatigue ? dit Hermione à quatre pattes, sarcastique.

- Manger un peu.

- Vous voulez me faire grossir ? Ça fait quatre fois que vous me proposez du chocolat.

- Voulez-vous arrêter pour ce soir ?

- Non. Je ne veux pas blesser mes proches, bon Malefoy ça ne me dérangerait pas mais bon, dit Hermione déterminée.

- Voyons miss, Mr Malefoy est un garçon gentil et courageux, dit Albus amusé.

-Pffff !! dit-elle croisant les bras.

- Retournons à notre tâche. »

Je recommence, je puise la force en moi, mais c’est au quatrième essai que j’y arrive sauf que le résultat m’étonne, je me sens légère, mais pleine de force et cette sensation de brûlure à l’intérieur de mes poumons, de tout mon être.

« Prodigieux, totalement fascinant, merveilleux, étonnant, parfait, improbable, si parfait, si fort. » murmure Albus pour lui-même.

Je ne fais pas attention à lui. Quelques secondes plus tard, tout redevient normal, mais le noir vient m’envahir. Je tombe lourdement au sol.


A suivre…

Alors ? Qu’est-ce qui est « prodigieux, totalement fascinant, merveilleux, étonnant, parfait, improbable, si parfait, si fort » ???

Verdict 

14 : Tu brûles Hermione

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


J’ouvre péniblement les yeux, je suis toujours dans le bureau du directeur.

«  Comment allez-vous miss Granger ?

- Je pète la forme ! dit Hermione se tenant la tête.

- J’ai peur de ne pas saisir Miss Granger, dit Albus haussant un sourcil.

- Je vais bien Monsieur, juste un peu mal à la tête.

- Je pète la forme... ? Drôle d’expression…

- Pourquoi me regardez-vous de cette façon ?

- De mieux en mieux, dit Albus dans la lune

- Ce coup-ci, c’est à mon tour de ne pas saisir…

- Nous savons, Miss Granger, que les Animagii sont peu étudiés dans notre monde mais nous savons une chose : nous ne pouvons pas nous transformer NORMALEMENT en … »

Mon cerveau tourne à une vitesse éclair, il n’y a qu’un animal dont nous ne pouvons prendre la forme. Cet animal possède une grande puissance magique et un corps humain ne pourrait la supporter. De plus, c’est un animal qui existe depuis des millions d’années…

« Oh mon dieu… dit Hermione une main devant la bouche.

- J’en ai bien peur miss. Vous êtes la première. La première indemne. »

Bien sûr, certains ont dû essayer…

«  Es ce grave ? demande Hermione, inquiète.

- Non, vous avez l’air tout-à-fait normale, une fois redevenue vous-même. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’impliquer Ste-Mangouste. Néanmoins j’ai prévenu le ministère que vous êtes à présent une Animagus. J’ai peut-être seulement omis de leur dire en quoi... »

Il me fait un clin d’œil. Je soupire soulagée. Je ne veux pas me retrouver à Ste-Mangouste comme cobaye…. Après rat de bibliothèque, me voilà rat de laboratoire. Décidément cet animal me poursuit.

«  Et pour les autres ?

- Nous mettrons l’Ordre au courant si vous le souhaitez.

- Pas vraiment. Chacun ses petits secrets... Pas vrai ?

- Vous informerez qui bon vous semble.

- Merci. Emmett sera le seul... Je crois qu’il a le droit de savoir, je l’ai tellement brûlé, le pauvre !

- Mais maintenant, vous devez vous contrôlez.

- Facile à dire, bougonne Hermione.

- Faite le vide dans votre tête, ne pensez à rien. Ou, plutôt si, pensez au fait qu’avec cette forme vous pouvez tuer les gens d’un seul coup de dent.

- Je tâcherai d’y penser…. Je peux aller me coucher ?

- Oui, reposez-vous aujourd’hui. »

Je regarde ma montre, quatre heures. Oui je vais dormir…


Le soir, je descends manger. Je m’assoie à côté d’Harry.

«  On t’a pris tes devoirs, me dit Harry.

- Merci… baille Hermione.

- Alors tu étais où ? demande Ron tout en s’empiffrant.

- Je dormais. Dumbledore m’a autorisée. On a travaillé tard sur mon petit problème qui n’en est pas -ou plus- un.

Je re- baille.

«  Alors tu as réglé ton problème ? demande Harry.

- On peut dire ça… Bon j’y vais j’ai encore cours, dit Hermione gênée.

Je me dirige vers la table des Serpentards.

«  Emmett, je peux te parler.

- Moi aussi je veux bien te parler, Granger ! dit Théodore

- Mais quand tu veux Nott ! répond Hermione, charmeuse.

- Bon on y va ! » bougonne Emmett.

Je fusille Théodore du regard en me promettant de le torturer pendant des heures s’il y touche à ma sœur. Je la tire gentiment par le coude.

« Touche-la et je te les fais bouffer ! menace Emmett fusillant du regard Théo.

- Emmett ! » réprimande sa sœur.

Je le tire par la main pour éviter qu’il fasse bouffer les couilles à mon futur amant potentiel. Je fais un clin d’œil à Nott puis m’éloigne. Emmett me lâche la main et se la frotte.

«  Quoi ? demande Hermione, choquée.

- Tu brûles Hermione, grimace Emmett.

- Pardon…. Viens, on y va. On va être en retard.

- Où ? »

Je ne réponds rien, on monte dans le bureau du directeur.

«  Bonsoir ! sourit Hermione

- Miss Granger, Mr Granger…

- Assied-toi grand frère. »

Il le fait. J’inspire un bon coup avant de lui raconter ma soirée d’hier soir et notre découverte.

«  Il va falloir te surveiller de près… Si face-de-serpent l’apprend, il va tout faire pour pouvoir te récupérer.

- Monsieur ? Vous n’avez pas une potion qui me ferait baissez ma température.

- Ouais ! Elle brûle !

- J‘ai bien peur que non, Miss Granger, cela devrait passer avec le temps. Votre Animagus et vous devez trouvé l’osmose parfaite… Mais pour le moment : entraînement ! »


«  Je suis crevée, lâche Hermione en étouffant un bâillement.

- C’est sûr que se transformer en …

- Chut ! Ne le dit à personne, s’il-te-plaît…

- D’accord, mais si Drago te met en colère, essaie de ne pas lui arracher pas la tête ! sourit Emmett.

- Pas sûr... »

Je l’arrête et la fixe sévèrement.

«  Mione, je sais que tu ne l’aimes pas mais…

- Mais c’est ton meilleur ami et tu l’apprécies. Ok, ok, je ferai un effort. » soupire Hermione.

Je l’embrasse sur la joue.

«  Promis. » rajoute la petite sœur.


«  Tu vas me manquer ! dit Ginny.

- On se sépare que deux semaines, et puis avec la chance que j’ai , je vais bien me faire attaquer ou un truc du genre, donc retour à Poudlard plus rapidement que prévu, dit Hermione avec un sourire forcé.

- Cool !

- Il y en a au moins une qui se réjouit de mon malheur ! grimace Hermione.

- Désolée ! Bonnes vacances !

- Toi aussi ! Pense à mettre des capotes !

- Je ne vois pas de qu-…

-Tut tut tut ! Je sais que toi et Harry vous allez vous amuser le soir. Mais t’inquiète ! Je lui ai laissé mon stock ! Vous n’en manquerez pas ! »

Ginny devient rouge tomate alors que je monte dans la calèche avec Malefoy et Emmett.

«  C’est quoi des capotes ? » demande Drago

J’hausse un sourcil en fixant Malefoy.

«  Tu n’aurais rien du dire. Hermione je SUPPOSE tu veux lui expliquer ?

- Ouiiiiiiiiiiii. » dit Hermione avec un sourire sadique

Ma petite sœur sautille sur sa banquette en frappant dans ses mains.

«  Je le sens mal, dit Drago pour lui.

- Pourtant ça n’enlève rien au plaisir ! C’est tout aussi agréable. » dit Hermione avec son sourire sadique.

Malefoy me regarde de travers avant que ses deux neurones de connectent. Moi je ne marre doucement.

« C’est quoi leur utilité ?

- A éviter que tu te reproduises… Bonjour l’horreur ! Pleins de Malefoy partout ! grimace Hermione.

- Je te retourne le compliment Granger ! »

On se fusille du regard. Je n’ai pas le temps de répliquer que nous sommes arrivés à la gare.

Une fois installée dans une cabine, je m’allonge sur la banquette et ferme les yeux pour dormir un peu. Ma nuit a été courte et agitée. Je ne savais pas que tous les Serpentard étaient aussi doués au lit ! Mon dieu, Nott m’a épuisée. J’en ai des courbatures ! Je me demande si Malefoy est aussi un bon coup... OULA ! STOP Hermione. Ne repense plus à Malefoy de cette manière. J’en frissonne. Je vais repenser à Théodore, tiens. Voilà c’est BEAUCOUP mieux…. Est-ce que la réputation de Malefoy est fondée ? Il faudrait que je vérifie... EURKK !!! Je recommence ! Non Hermione, tu ne vas rien vérifier du tout !!! Mais y penser ne te tuera pas. L’imaginer nu ne doit pas être désagréable, bon faut lui couper la tête mais sinon ça doit être potable. De toute façon, je suis attirée par les mecs de Serpentard ou ceux qui aurait pu y aller comme mon bonbon bulgare… Et puis, personne ne saura si j’imagine Malefoy à la place de Nott ou Zabini... Mmmm, je recommencerai bien ma soirée d’hier avec ses mains sur mes …..

«  A qui penses-tu pour sourire ainsi ? » demande Emmett

Je rougis légèrement. Mon dieu mon frère n’interrompt alors que j’ai des idées…

«  Alors ? » insiste-t-il.

Ça recommence je rougis encore plus.

«  Si ça se trouve tu pensais à Drago. »

Oh là là ! Je ne pensais pas un jour arriver à ce stade de gêne.

«  Tu pensais VRAIMENT à lui ? » demande-t-il, choqué.

J’ouvre les yeux et voit que Malefoy n’est pas là. J’ai un peu de chance.

«  Je vais lui dire. »

Finalement non.

«  Pas ça s’il-te-plaît. Ne dit rien. Puis j’y ai pensé un quart de seconde ! Pas plus ! supplie Hermione.

- D’accord, mais c’est bien parce que c’est toi. » bougonne le grand frère.

Je referme les yeux.

«  A qui pensais-tu alors pour rougir ainsi si ce n’est pas Drago ?

- A Nott. » dit Hermione les yeux fermés

Je grince des dents. Imaginer ce type toucher ma sœur me donne des envies de meurtres mais après tout elle ne fait peut-être que d’y penser… Oui c’est ça elle ne fait QUE y penser.

«  Je ne savais pas que les Serpentards étaient aussi doués… dit-elle pensive ?

- Tu as couché avec Théodore ?! Je vais le tuer et toi je vais te mettre une ceinture de chasteté !! »

Je me lève en panique et me cache derrière Malefoy qui - pour une fois - est là au bon moment. Je m’en sers comme d’un bouclier contre les mains d’Emmett. Mettez-vous à ma place aussi, mon frère ressemble à un ours ! Je fais pivoter Malefoy en fonction des déplacements de l’ours.

«  STOP ! » crie Drago

Personne ne l’écoute.

«  Pousse toi Drago ! Il faut que j’attrape le petit monstre qui me sert de sœur !

- Non Em’ ! Pas de ceinture de chasteté ! 

- Je suis d’accord avec Granger ! » dit Drago.

On le regarde, choqués.

«  Sinon, comment je pourrais parier avec Théo de coucher avec elle ? » dit Drago en haussant les épaules.

A ce moment, je ne sais pas si c’est moi ou mon frère qui est le plus en colère.

«  TU AS PARIE QUE THEODORE SE FERAIT MA SŒUR ? » hurle Emmett.

C’est Lui !

C’est lui ! Par contre je n’étais qu’un pari ?... Pas cool. Je suis blessée dans mon amour propre.

«  Ce que je n’avais pas prévu c’est qu’il en redemande. » dit Drago entre ses dents.

Je souris de toutes mes dents à mon frère mais me recache derrière Malefoy rapidement.


A suivre …

Ceinture de chasteté ou pas pour Hermione ?

Review 

15 : Vacances

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


On arrive enfin chez nous. Ça fait longtemps que je n’étais pas venu à la maison. Hermione ouvre la porte.

«  C’est toi qui fait le ménage Em’ !

- Pourquoi ?

- C’est comme ça ! Ne discute pas ! »

Elle me met un gentil coup de coude, je la prends dans mes bras et lui embrasse le dessus de la tête.

«  Tu es terrifiante quand tu imites maman.

- Elle me manque. Papa aussi…

- Moi aussi.

- Ce n’est pas que vous me donnez la nausée mais je suis crevé et j’ai faim ! dit Drago.

- Tu cuisines ! disent en cœur Emmett et Hermione.

- Pizza ? propose le blond.

- Oui parce que tes talents en cuisine sont nuls ! se moque Emmett.

- Tu n'es pas mieux !

- Tu te souviens quand on était à Tokyo ?

Je les regarde déballer leur souvenirs de mission, j’aimerai tellement partir avec eux. Moi aussi je voudrais botter le cul aux méchants…

«  Une horreur, on avait foutu le feu à la cuisine ! Et en Amérique, et qu’on était dans cette petite ville. Tu avais invité la blonde à dîner et au final tu as fait exploser le micro-onde ! (Drago explose de rire) J’imagine trop la tête de ta copine de la soirée ! »

Emmett boude. Malefoy se marre comme une baleine décolorée. Je prends un magazine et l’envoie dans la tête de Malefoy avant de vouloir prendre mon ours dans mes bras. Mais mes bras restent à mi-chemin.

«  Tu veux pas te baisser Em’ ? »

Il se baisse et me prend dans ses bras, je viens de grandir de 50 cm en deux secondes. Je le serre fort.

«  Les pizza arrivent. » informe Drago.

Malefoy nous laisse pour revenir avec une pizza quatre fromages juste pour moi. Je croque dans une part à pleine dents.

«  Finalement ces vacances vont peut-être bien se passer, dit Hermione.

- Ne parle pas la bouche pleine Granger, on dirait Weasley. »

Je me vexe et mange en boudant MA pizza. Je ne ressemble pas à Ron.

«  Si vous faisiez une trêve au moins pour les vacances ? propose Emmett.

- NON !!

- Soit !

On finit de manger en silence, moi je mijote un plan pour avoir deux semaines tranquilles avec les personnes qui comptent le plus pour moi. Si cette prophétie est vraie, elle est pas prête d’être accomplie… Mais je n’y crois pas trop, Trelawney est complètement barge.

Ça c’est sûr.

« MALEFOY SORT DE CETTE SALLE DE BAIN. » hurle Hermione en tapant contre la porte.

Et ça recommence. Hier soir c’était la même rengaine. Ils sortent en même temps de leur chambre, se défient du regard et se mette à courir dans le minuscule couloir mais Drago gagne et Hermione tape sur la porte en criant. Super, mes vacances ! Dire que dans deux jours c’est Noël… Youpi ! Il faut que je les force à se parler. Je sais. C’est quitte ou double. Le tout c’est OU... Je sais ! Dans le garage ! Ah non… j’ai pas de garage. C’est bon j’ai trouvé… !

Un peu plus tard dans la journée…

«  Em’ ! Tu n’as pas vu mes escarpins bleus ? demande Hermione.

- Je suis sous la douche Mione ! Va voir dans le placard de l’entrée !

- Je suis trop petite ! Viens m’aider ! S’il-te-plaît.

- Drago tu peux y aller ?

- Non. » répond Drago.

Malefoy est à l’entrée du placard les bras croisés se foutant de moi qui sautille pour attraper sa boite.

«  Peux-tu, Malefoy, s’il-te-plaît m’aider ?

- Ouais. »

Il s’avance mais la porte claque et se ferme à double tour.

«  Vous ne sortirez que quand vous arrêterez de vous engueuler, informe Emmett.

- Emmett ! OUVRE CETTE PORTE ! hurle sa sœur.

- Je suis d’accord avec elle.

- C’est un bon début. Bonne soirée. A +. »

J’ouvre la porte d’entrée et la claque comme si je sortais, sauf que je reste là pour les surveiller. Je prends à manger et m’assoie devant la porte.

«  Non mais pourquoi j’ai pas ma baguette ? Malefoy ouvre cette porte !

- J’ai pas ma baguette, bougonne Drago.

- Non mais quel con !

- Tu peux parler, stupide Gryffondor, toi non plus tu ne l’as pas.

Moi je souris en regardant mon trophée : leurs baguettes. Je vais passer une super soirée. J’espère juste qu’Hermione ne va pas se transformer.

«  Tu fais chier Malefoy, c’est de ta faute !

- Ce n’est pas moi qui suis UNE NAINE et qui n’arrive pas attraper une stupide paire de chaussures !

- LAISSE MES CHAUSSURES EN DEHORS DE CA !! » dit Hermione, énervée.

Oh non, pas ça. Tout sauf ça. Je regarde mes mains qui sont rouges... Malefoy les regarde aussi. Je me tourne dos à lui et me concentre sur le vide. Je fais le vide dans ma tête. Je n’ai eu que trois cours avec Dumbledore. Pas maintenant.

«  Alors Granger, je savais que tu n’étais pas normale... » dit Drago, amusé.

-C’est pas le moment Malefoy, dit Hermione entre ses dents.

- Si c’est le moment on est enfermé, tu ne peux pas fuir.

-Ferme-la. Bordel ferme-la… » insiste Hermione entre ses dents.

Je vois des flammes sur mes doigts. Pas maintenant... Non, non, je ne veux pas lui faire de mal ! Pas à lui ! Il est du bon côté c’est un gentil. Malefoy est gentil. Eurk. Mes doigts redeviennent normaux.

«  Je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi.

- Pour une fois que j’essaye de lui sauver la peau. » dit Hermione, serrant la mâchoire.

Les flammes reviennent sur mes doigts, mes mains.

«  Toi me sauver la peau ? Rêve. » se moque Drago.

Je ne l’écoute plus, je ne dois plus l’écouter. Je ne fais pas attention, je fais le vide, je ne pense au crétin sans cervelle qui est enfermé avec moi. Non, je n’ai pas envie de lui arracher la tête, lui et son putain sourire en coin, ses airs de merdeux supérieur, son… Et merde. Les flammes montent jusqu’à mes bras. J’entends son cœur accélérer, ses légers mouvements, je commence à me transformer, mes sens se développent.

«  Ok, là je flippe. » dit Drago d’une voix blanche.

Je me vide la tête, je ne dois pas laisser cette colère en moi, je dois la sortir. Emmett ne le pardonnera pas. Mes flammes reviennent sur mes mains. Je les ferme, les flammes disparaissent. Je m’assoie au sol.

«  Ne me met plus en colère Malefoy, dit Hermione

- C’est quoi ce que tu viens de nous faire ? demande-t-il en s’asseyant à côté d’elle.

- Ca ne te regarde pas !

- Tu as failli tous nous faire cramer !

- Je t’aurai brûlé. Je ne peux pas me faire de mal, dit-elle moqueuse.

- Je suis rassuré, rétorque-il, sarcastique.

- Oh la ferme. Tout ça c’est de ta faute !

- MA faute ? Non mais elle a du culot celle-là. C’est toi qui me déteste !

- Parce que tu m’apprécies peut-être.

- Je ne déteste pas, et je ne t’apprécie pas non plus… Mais disons que j’ai appris à te connaître au travers de ton frère. Par contre, toi, tu n’as pas raison valable.

- Ah non ? demande-t-elle en haussant un sourcil

- Oui, Emmett m’a décrit selon tes critères, peu flatteurs au passage, surtout basés sur mon côté Mangemort.

- Et tes sang-de-bourbe à la pelle ? Ou tes autres insultes ? Tes coups bas pendant les cours ?... Tu les as peut être occultés de ta mémoire, mais pas moi. »

Je pose mon menton sur mes genoux et ferme les yeux pour éviter de laisser ressortir cette colère qui ne demande qu’à s’exprimer.

«  Désolé pour ça. J’étais comme ça parce qu’on me disait de l’être, je devais me comporter comme IL le voulait.

- Pitoyable comme excuse, dit Hermione entre ses dents.

-N’est-ce-pas ?... » rajoute Drago dans un rire stressé.

Je le regarde avec de gros yeux.

«  Ne fait pas cette tête, tu es flippante.

- Pourquoi tu as parié avec Nott ?

- Pour m’amuser un peu. Je me venge de ton frère.

- Pourquoi ?

- Je me demande s’il est pas GAY.

- JE NE SUIS PAS GAY !!! » dit Emmett derrière la porte.

Malefoy se retient de rire, je le détaille discrètement. Il a du charme quand il laisse tomber son masque. Victor me manque. Il était beaucoup plus sexy. A chaque fois que je pense à Malefoy, je suis obligée de le comparer à mon bonbon bulgare.

«  Je sais que je suis beau mais arrête Granger.

- Perso, tu n’es pas mon type.

- Et c’est quoi ton type ? Victor Krum ?

- …

- Mais apparemment, tu n’es pas son type vu que vous n’êtes pas restés ensemble après le tournoi… » dit Drago moqueur.

Je ne réponds rien. S’il savait ce qu’on faisait à ce moment-là…

«  C’est quoi ce sourire en coin ? demande le blond.

- Mon pauvre chéri, tu t’amusais encore avec ta main alors que …

- Pfffff.

- Touché !

- Tu m’as espionné pour savoir ça ?

- Rêve, c’était juste les ragots.

- Et tu les as crus ? Je te croyais plus intelligente.

- Donc cette rumeur selon laquelle tu les fais toutes monter au plafond est fausse ? Je m’en doutais. »  dit-elle tragiquement.

Malefoy ouvre la bouche comme un poisson avant de la refermer.

«  Peu importe. C’est quoi ton animal ?

- Pardon ?

- Ton Animagus ?

Il lève les yeux au ciel en soupirant. Je le frappe dans le bras une fois et vais pour recommencer mais il me stoppe, sa main sur mon poignet.

«  Tu es bouillante.

- Je sais. » répond-elle en se dégageant.

Il regarde avec insistance ma peau, ça me gêne d’être détaillée ainsi. On reste en silence quelques minutes, quelques minutes de pur bonheur, mais forcément, le serpent ouvre sa bouche.

«  Alors ?

- Tu peux lui dire, il ne dira rien. Puis il fait partie de l’Ordre. » dit Emmett, toujours derrière sa porte.

Je me retourne vers Malefoy le menaçant avec mon doigt.

« Promets-le.

- Si je veux ! dit le blond.

- Promets-le. » dit Hermione entre ses dents.

Des flammes apparaissent sur mes doigts. Malefoy louche sur mon index avant d’insister sur mes yeux. Je le fusille du regard.

«  Ok, ok ! Je promets. »


A suivre …

Une idée sur l’Animagus d’Hermione ?

Review 

16 : Animagus

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Je ne suis pas sûre… hésite Hermione.

- Bon Granger tu accouches ? J’ai pas que ça à faire !

- Et tu veux faire quoi ? Ranger le placard ?! » s’écria Hermione, énervée. « Abruti… » dit-elle à voix basse pour elle-même.

- Mione, je sais ce que tu penses que lui… D’ailleurs à ce propos, Drago, …

- EMMETT ! TU AS PROMIS DE RIEN DIRE !! dit Hermione, rouge.

- Ok, mais juste pour laisser la maison entière. »

Malefoy se racle la gorge.

«  Em’, tu veux pas lui dire ? supplie Hermione.

- Non, c’est à toi de le faire, pas à moi ! répond son frère amusé.

- Mais il va se moquer…

- Ne dit pas de bêtise. Puis c’est toi qui peut le bouffer et pas l’inverse…

- Ok… Mon Animagus est un dragon.

- La lionne qui se transforme en dragon. Serais-tu folle de moi ? se moque Drago.

- Stupide serpent ! crache Hermione.

- Je veux bien croire que tout le monde veut me ressembler mais de là à ce que ton Animagus prenne la forme de mon prénom…

- Oui bah fais gaffe que le dragon que je suis ne se transforme pas et ne t’arrache pas la tête ! » dit-elle énervée.

J’ouvre la porte et regarde mon meilleur ami fait un pas en arrière pour s’éloigner de ma petite sœur qui sort furieuse dans le salon.

Flippante Hermione.

« Elle est flippante ta sœur avec ses yeux ! dit Drago à Emmett du placard.

- Quoi mes yeux ?! dit Hermione du salon.

- Elle a une très bonne ouïe maintenant, grimace Emmett.

- ILS ONT QUOI MES YEUX ? hurle Hermione revenu vers eux.

- Il y a des flammes dans tes yeux… » explique Drago.

De plus en plus bizarre mais je l’ai toujours su.

On attend mais rien ne vient, d’ailleurs Hermione s’enfuit en courant surement dans sa chambre pour regarder. Mes pensées sont confirmées quand elle pousse un hurlement. Elle redescend après plusieurs minutes. Drago se marre.

Moi aussi !!!

«  Je savais que tu étais bizarre Granger. Tu vas faire fureur avec tes yeux JAUNES !

- Oh toi le décoloré, on t’a rien demandé !!

- C’est naturel, moi ! répond le blond.

- Peu importe ! C’est MOCHE ! » le provoque la lionne.

J’ai ENFIN trouvé un sujet délicat chez Malefoy, son apparence. Je vais finalement m’amuser pendant ces vacances.

«  Non mais tu as vu tes cheveux ! On dirait une brosse à chiotte !

- Albinos !

- Gros cul !

- Face de … de pékinois !

- Dent de lapin !

- Les filles couchent avec toi parce qu’elles ont pitié de ton cerveau RAMOLLI !

- Et toi les mecs couchent avec toi pour pouvoir copier tes devoirs ! »

CLAC. Je viens de lui foutre une gifle. En plus ce petit con sourit en coin.

«  Dis, Granger, c’est vrai ce que l’on raconte ? Que tu es un mauvais coup ? »

Je me décroche la mâchoire mais me reprend rapidement.

« Et toi ? répond Hermione avec un sourire en coin.

- Moi quoi ? Un mauvais coup ? Ma réputation n’est plus à prouver !

-Non non, Malefoy, je te parle de l’herpès que tu leur refiles. » dit Hermione avec un ton typique Serpentard.

C’est à lui de ne plus savoir quoi dire. Je suis fière de la réplique parfaitement inventée.

Moi je me marre allongé sur mon canapé, d’ailleurs j’ai failli tomber plusieurs fois mais si ça continue, à force de se rapprocher, ces deux-là vont finir par s’embrasser. Mes rires redoublent. Se pourrait-il que finalement la prof de divination nous fasse une VRAIE prophétie ?

«  Ce n’est pas vrai, je ne leur refile pas d’herpès… » dit Drago en bougonnant avant de partir.

Je regarde mon frère, les bras croisés.

«  Pourquoi tu rigoles ? demande la lionne

- Un peu de plus et vous vous embrassiez ! rigole Emmett.

- Pff ! Stupide Serpent. » bougonne sa sœur


«  Alors Granger tu me le montres quand ton dragon ?

- … ». Elle baisse les yeux

- Alors ? Tu as peur ? Je m’en doutais ! dit le blond.

- C’est Noël Malefoy, pas aujourd’hui, dit Hermione blasée.

- Ok, mais demain je me rattrape.

- Si tu veux. »

Contre toute attente, on passe une soirée tranquille. On déballe nos cadeaux. Hermione m’a offert un balai.

«  Je ne sais pas si tu vas l’aimer, j’ai demandé au vendeur le meilleur, explique Hermione, inquiète.

- Merci petite sœur, il est parfait. On va pouvoir battre les autres équipes ! »

Je vois que ma sœur se sent gênée. Je la prends dans mes bras.

«  Je suis content d’avoir fait ces choix, pour rien au monde je ne voudrais être ailleurs.

- Et tes rêves ?

- Plus tard quand tout ça sera fini. Ne t’en fait pas pour moi. »

Elle me fait un petit sourire. Elle m’a aussi offert de la crème contre les brûlures ce qui nous fait tous rire. J’ai offert à Drago un journal pour qu’il écrive ses histoires.

«  Malefoy écrivain ?

- Ça te pose un problème ? réplique le blond

- Non mais j’ai du mal à te voir la tête dans un bouquin, alors les écrire !

- Pfff. Allez Emmett, ouvre ton cadeau. »

Drago m’offre une chevalière. J’ai un autre paquet sans nom ni adresse. Je l’ouvre avec prudence. La petite boîte contient un collier avec une petite croix. Je le regarde comme si ça valait de l’or.

«  Ca ne vaut rien, dit Drago, amusé.

- Le prix n’a pas d’importance c’est la personne à qui ça appartient qui compte.

- Et à qui elle appartient ? » demandent Hermione et Drago, curieux.

Je les vois regarder la boîte avec précision à la recherche d’une moindre trace.

«  Ce n’est pas écrit. Mione, tu peux m’aider ? »

Elle m’attache la chaîne.

«  Y’a un mot. » informe Drago.

« Tu me la rendras quand tu ne me quitteras plus… »

Je ne peux pas m’empêcher de rire.

«  C’est qui ? demandent Hermione et Drago.

- Une fille ? insiste la petite sœur.

- Un mec ? rajoute Drago.

- Allez, dis-nous ! supplient les deux curieux.

- Ouvrez le reste de vos cadeaux. »

Drago prend son paquet.

«  Granger ? Tu me fais des cadeaux ? demande Drago surpris

- Si tu n'es pas content je le reprends !

- Merci.

- Ouvre. »

Il déballe le papier avec prudence.

«  La collection des James Bond ! Merci Granger. Mais comment tu le sais ?

- Emmett, dit Hermione avec un léger sourire

- Moi aussi j’ai un cadeau pour toi. »

Je déballe son cadeau, un pendentif en forme de trèfles à quatre feuilles.

«  Merci, Il est très joli, sourit Hermione de toutes ses dents.

- De .. De rien. »

Je déballe le reste de mes cadeaux. Emmett m’a offert un album photo rempli de lui pendant un an, un an de mission.

«  Pour te résumer ma dernière année. Normalement on avait pas le droit de prendre des photos, mais on l’a quand même fait. Notre côté Serpentard.

- Je n’ai jamais aimé les règlements, même si je n’arrive pas au niveau du cher trio d’or de Gryffondor, dit Drago fier.

- Arrête de me faire autant de compliment Malefoy, tu vas me faire rougir !

- Non mais sérieux, comment vous avez fait en six ans pour vous foutre dans la merde ? demande Drago.

- On est des aimants à problèmes !

- Tu m’étonnes. »

Je les vois ce sourire. Début de quelque chose, Une amitié ?

Harry et Ron m’offrent des bouquins - trop original, merci les mecs - et mes amies tout un tas de produits de beauté - ça c‘est trop fort. Je passe le reste de la soirée entourée de Malefoy et mon frère qui me commentent leur photos. Je finis par m’endormir sur l’épaule de mon frère.


«  Je vais ouvrir. » crie la Gryffondor.

Ma sœur descend les escaliers pour ouvrir à des amis sorciers qu’on a rencontré en mission.

«  Tu vas moins sourire quand ta sœur va les draguer, rigole Drago.

- HERMIONE ! hurle Emmett.

- Mais entrez, ne restez pas ici ! » s’exclame Hermione aux trois amis, assez charmeuse.

Je les laisse passer devant, j’en profite pour les détailler. Vraiment pas mal. J’en croquerais bien un morceau…

«  Granger tu baves, fait Drago, amusé.

- Jaloux ? demande Hermione.

- Tu rigoles, Tu me fais trop peur petit Dragon.

- NE M’APPELLE PAS COMME CA ! hurle Hermione.

- Je trouve que ça te va bien, petit dragon. En plus ça va avec tes yeux !

- Laisse mes yeux tranquille !

- Mmmm, non j’ai pas envie.

- Stupide serpent décoloré, crache Hermione entre ses dents.

- Moi aussi je t’aime petit dragon. »

Il s’en va dire bonjour à ses amis alors que je lui saute sur le dos pour l’étrangler.

«  Salut les mecs ! dit Emmett en entrant.

- Salut.

- Mione, arrête de l’étrangler. Les mecs, je vous présente ma petite sœur.

- Salut ! dit Hermione, toujours sur le dos de Drago.

- Au lieu de vous marrer, vous pouvez m’aider ? » demande Drago.


A suivre…

Review 

17 : Rapprochement

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Je vais danser ! informe Hermione.

- Je viens avec toi ! dit son grand frère.

- Non reste avec tes amis ! Je suis pas loin, je ne vais pas me faire bouffer !

- On sait jamais.

- C’est vrai, c’est elle qui va les bouffer ! rigole Drago.

- Le seul que je vais bouffer c’est toi si tu ne te la ferme pas.

- Bon on y va ? »

Je soupire mais part danser. C’est comme ça depuis le début de soirée. Il ne me laisse pas une seule seconde seule, il m’a même accompagnée jusqu’à la porte des toilettes. Moi qui comptait draguer ce soir c’est foutu. J’ai essayé avec ses potes mais si j’étais un mec, ça ferait le même effet. C’est trop nul.

Je fusille du regard tous les mecs qui s’approche de ma sœur. Je sais que ça l’énerve mais je ne peux pas m’en empêcher. C’est plus fort que moi. Elle ne se rend pas compte que pour moi aussi l’éloignement a été dur, elle m’a tellement manquée. J’ai peur que si je la laisse, elle va partir pour ne plus revenir.

«  Quoi ? demande Hermione

- Rien.

- Je ne vais pas m’enfuir. » dit Hermione avec un léger sourire.

Je ne sais pas exactement à quoi il pense, mais j’en ai une vague idée.

« Je reste près de toi maintenant. Toujours. Et même si un mec entre dans ma vie, tu auras toujours la place la plus importante, le rassure Hermione.

- Je ne te mérite pas.

- Je sais, mais bon tu es mon frère alors je te supporte. Laisse-moi m’amuser, s’il-te-plaît.

- Ok. Mais je te surveille… » souffle Emmett.

Il s’éloigne à la table moi je monte dans la cage ou j’ai repéré un beau mec. Mon petit pote, toi, tu es à moi.

«  Elle perd pas de temps, rigole Drago.

- Je vais le tuer… enrage Emmett.

- Laisse là elle fait rien de mal, dit Dan, un des amis.

- Sérieux, elle lui laisse aucune chance ! dit Chuck, un autre ami.

- Ça doit être drôle à Poudlard ! rajoute Nate, le troisième ami.

- Elle a couché avec un certain nombre de mecs, et sa réputation n’est plus à faire, informe Drago.

- Ma sœur n’est pas une salope ! rage Emmett.

- Je n’ai pas dit ça, je dis juste que les mecs en redemandent.

- Bon on change de sujet. Sauf si Drago aime vraiment parler de ma sœur ?

- Sinon les mecs, quoi de neuf ? » dit Drago, changeant brutalement de sujet.

C’est la première fois que je vois Drago gêné sur un sujet. Je vais peut-être pouvoir en faire quelque chose... Surtout que j’ai interdit à mes amis de l’approcher.

Je reviens à la table une heure plus tard.

«  Tu étais ou ? demande Emmett.

- Je ne te le dirais pas.

- Où ? Ne m’oblige pas à aller chercher l’autre type.

- On était sur la banquette arrière de sa voiture mais je ne vais pas te détailler ce qu’on a fait, tu dois le savoir ? Hein ? » le provoque Hermione « Rassure-moi, tu sais ? » dit-elle faussement tragique. « A moins que tu sois réellement gay. » rajoute-elle, apeurée.

Les trois potes se marrent alors que Malefoy se retient.

«  Comme tes amis. » dit Hermione avec un sourire en coin.

Les trois amis arrêtent de rire mais Dra… Malefoy est allongé sur la banquette, plié de rire.

« Mais t’inquiète pas, je t’aime toujours ! » rajoute Hermione, rassurante mais moqueuse.

Malefoy rigole encore plus et moi je ne tarde pas à le suivre. Malefoy se rassoie tout en rigolant. On finit par se stopper mais quand on les voit vexés en train de bouder à moitié, on repart en rigolant. Je n’arrive plus à me tenir, j’en ai mal au côtes, je m’appuie légèrement sur Malefoy.

«  Jolie Granger, je n’aurai pas fait mieux, complimente Drago.

- Merci. Je m’étonne moi-même. » sourit Hermione.

Ca va les chevilles ?

«  Arrêter de faire la tête, on rigole ! rassure Drago.

- Pffff… soupirent les quatre.

- Si on peut plus rigoler... Viens Malefoy on va danser. »

Je lui prends la main et le tire sur la piste mais bien sur quand on arrive c’est une musique calme qui commence. J’ai un moment d’hésitation mais je ne me dégonfle pas.

«  J’ai cru que tu te serais dégonflée, dit le blond amusé.

- J’y ai pensé. Mais je suis tellement folle de toi que je n’allais pas manqué une occasion de me coller à ton corps de dieu.

- Je suis flatté Granger. »

On se sourit. On danse Tranquillement ma tempe posé sur la joue de Malefoy, je ferme les yeux.

«  J’aime bien le vrai Malefoy.

- Moi aussi. »

Je lève les yeux au ciel. La chanson se fini je vais pour me pousser mais il me retient pour la suivante, tout aussi calme.

«  Fait attention Malefoy tu te ramollis.

- C’est déjà fait. Ou alors je l’étais déjà, mais je ne voulais pas le montrer. Cette année je suis MOI et pas le glaçon que mon père voulait que je sois, affirma Drago avant de garder le silence, plongé dans ses pensées.

- Malefoy., la chanson est finie…

- Désolé, j’étais dans mes pensées.

- Tu pensais à moi, Avoue !

- J’avoue tu m’obsèdes Granger, dit-il d’une voix profonde.

- Tu l’avoues enfin. Aller les amoureux on rentre, dit Emmett amusé.

- Eurk ! » dirent en cœur Hermione et Drago


«  Dis, Granger, ça te plairait de partir en mission ?

- Drago, on avait dit plus tard… râle Emmett.

- On est plus tard ! Puis si on ne se dépêche pas Face de serpent va les recruter et tu sais que ça nous mettrait dans la merde.

- C’est trop dangereux pour Hermione. Trouve une autre fille.

- Tu sais qu’elle peut le faire.

- Je peux savoir de quoi vous parler ? demande Hermione.

- Rien d’important, répond son grand frère.

- On essaye de convaincre une espèce de joindre notre côté mais ils refusent, ils ont déjà tout ... Sauf des femmes, explique Drago

- ET TU VEUX QUE JE SERVE DE MONNAIS D’ECHANGE ? NON MAIS TU ES VRAIMENT UN ENFOIRE MALEFOY. MOI QUI CROYAIS QUE TU AVAIS CHANGE !! hurle Hermione en le frappant avec son livre. « Stupide Serpent… dit-elle en arrêtant de le frapper .

- D’abord je veux pas t’échanger, je veux juste que TU leur parles. Rien de plus ! dit Drago en se massant le bras avec une grimace.

- C’est trop dangereux… bougonne Emmett.

- On dirait que tu n’as pas confiance en nous.

- On en parle à Dumbledore. »


«  Cela peut être fait. Faites juste attention à ce que vous dites et ne montrer pas vos désaccords. Ils pourraient en profiter. Et ne vous en faites pas Mr Granger, votre sœur s’en sortira… dit le directeur.

- Quand partons-nous ? demande le blond excité.

- Demain à 11 heures.

- Yes ! »

Je lève les yeux au ciel devant l’impatience de Drago.

«  Il est toujours comme ça ? murmure Hermione.

- Oui mais on s’habitue, répond son frère.

- Demain on part en mission. Demain on part en mission. Demain on part en mission. » répète Drago, toujours excité.

Je regarde les yeux de Malefoy, on dirait un gamin devant une sucette.

«  Quoi ? demande Drago toujours de bonne humeur.

- Rien. » dit-elle avec un léger sourire.

Le directeur me regarde, intrigué.

«  J’ai encore quelque chose à dire au directeur. Allez-y. » informe Emmett.

Drago sort en sautillant à moitié, Hermione le regard légèrement amusée.

«  Tu n’as pas fini ? demande Hermione.

- Non.

- Tu es barge ! » dit-elle fermant la porte du bureau.


«  Les vacances ont été bénéfiques ! commence le directeur.

- Oui ! Ça a commencé après une blague d’Hermione à mes dépends. Mais c’est en période. Un coup, ils sont comme ça, un coup ils se tueraient. Plus à se tuer quand même… Vous croyez à la prophétie ?

- Peu importe, le principal c’est qu’ils soient heureux, ensemble ou non. Mais racontez-moi vos vacances. Miss Granger est-elle parvenue à se contrôler ?

- Oui, mais avec Drago, on a testé son self-control. C’est vraiment impressionnant toutes ses flammes autours d’elle. Le changement de couleur de ses yeux, sa température corporelle... C’est quelque chose de puissant.

- Comme vous l’avez dit c’est puissant. J’ai peur que cela la fatigue prématurément, dit sérieusement le directeur.

- Où voulez-vous en venir ?

- Son cœur est extrêmement sollicité. Ses poumons le seront quand elle se transformera si elle crache du feu, et je pense que cela arrivera compte tenu des flammes observées auparavant. Il faut la ménager surtout que nous ne savons pas comment cela peut évoluer. N’oublions pas qu’elle est unique.

- Que pouvons-nous faire ? demande Emmett, inquiet.

- Une fois la guerre finie, je m’occuperai personnellement de faire des examens. Mais soyez vigilant à propos de son cœur : cela n’est qu’une hypothèse mais il doit battre à 230 par minutes, comme les dragons. Il ne faudrait pas qu’elle fasse une attaque…

- Bien Monsieur. Et une fois transformé ? Il n’y a plus de risque ? 

- Je ne penses pas, mais c’est l’étape où elle est en train de muter.

- J’avertirai Drago. »

Je sors et je vois Hermione moitié appuyée sur Drago, en train de somnoler.

« Je ferai attention. » dit Drago

Je fais un coup de tête vers ma petite sœur.

«  Elle n’a pas entendu, informe le blond.

- Je vais l’emmener dans son dortoir.


« Il n’y a que Mione pour s’endormir n’importe où. Sans vouloir te vexer Malefoy, rigole Harry.

- Je m’en fous, tu ne me mettras pas de mauvaise humeur, on part en mission demain !

- Essaye de ne pas casser le château avec ta joie. » se moque le survivant.

Je rigole avec Harry. On sait tous que la joie de Drago est dure à calmer, surtout quand il s’agit de botter le cul aux méchants ! Pour les recrutements, bizarrement, il est plus calme…


A suivre…

Comment va se passer leur mission ?

Vous pensez quoi du mini rapprochement entre Drago et Hermione ?

Review ?

18 : Mission

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Mais qu’est-ce qu’ils font ? s’impatiente Hermione.

- Du calme Miss Granger, il n’est que onze heure moins-le-quart. Laissez-leur le temps de venir, répond le directeur.

- Nous voilà ! Bordel Drago ! Arrête de sauter partout !! Je veux du calme. Je veux du calme… soupire Emmett.

- Ce n’est pas ici que vous le trouverez.

- Bon on y va. On est tous là ! dit Hermione.

- Je vais mourir, ils vont me tuer. Vous pouvez nous faire atterrir le plus près ? supplie Emmett.

- Oui bien sûr.

- Qui recule la pendule ? demande Hermione énervée.

- Bon on décolle, on va trop se marrer, sourit Drago.

- Qui m’a foutu ces deux gamins ? soupire le grand frère.

- Eh !

- C’est l’heure. Elle repartira dans trois jours à la même heure, informe le directeur.

On se met autour de la fourchette qui sert de portoloin, même sensation. On atterri dans un champs de Maïs. De MAÏS ?

«  On va recruter quoi ? Des fourmis ? dit sarcastiquement Hermione.

- En route. On a du chemin. » déclare Drago en commençant à partir.

Je le regarde de travers. Malefoy part devant. Em’ pose son bras sur mes épaules, on suit le décoloré.

«  On a transplané à la limite de leur territoire, on doit continuer à pied pour les rejoindre. Personne ne doit utiliser la magie dans leur territoire, ce serait un affront et on serait mort dans la seconde qui suit, informe Emmett.

- Ils sont comment. Faut que tu me donnes plus de détails. 

- Ce soir. On a pas mal de chemin à pied.

- Heureusement que tu n’as pas tes escarpins ! se moque Drago.

- Bah non, TU ne me les as pas attrapés !

- C’est pas de ma faute si tu es une naine.

- Tu vas voir ce qu’elle va te faire la naine ! »

Je lui saute sur le dos, mais dans mon élan on tombe au sol. Malefoy à la tête dans la terre et j’appuie pour en rajouter. Je suis en position de force me trouvant à califourchon sur lui.

«  Je vais mourir. Ils vont me tuer. » dit Emmett attristé

Je retire ma sœur de Drago qui se relève. Il s’essuie et avance en silence, sûrement vexé. On sort du champ de maïs pour arriver devant un marécage.

«  Ça pue, renifle Hermione.

- Comme tes chaussur-… AÏE ! Emmett, protège-moi ta sœur me frappe ! Je suis battu !

- Oh pauvre petit chou, c’est pas de ma faute si tu es une chochotte, dit Hermione, faussement attristée.

- Krum n’en était pas, répond Drago d’un ton amer.

- Jaloux ? Hermione en haussant un sourcil.

- Pffff. » lâche Drago en sautant dans le bateau.

Pendant leur petite dispute je suis monté à bord du bateau gonflable. J’aide ma petite sœur à monter, et on commence à avancer.

«  Victor Krum ? Le meilleur attrapeur ? Celui de Durmstrang ? Dans la même école que moi ?

- Lui-même… dit Hermione se mordant la lèvre inférieur.

- C’est ton ex ? Tu ne me l’avais pas dit ?! Quand ?

- En quatrième année, pendant le tournoi.

- TU NE ME L’AS PAS DIT ?! hurle Emmett.

- Et pour cause, tu réagis toujours impulsivement ! Une fois de retour, tu lui aurais refait le portrait ! Puis ce n’était pas vraiment sérieux.

- J’ai vraiment l’air d’un idiot ?

- Faut que je sois honnête ?

- Là elle n' a pas tort, tu peux être un peu stupide par moment, rajoute Drago.

- Rame et ferme-la. »

On reste en silence pendant quelques heures. La marche reprend dans une forêt.

«  C’est quand qu’on arrive ? Ça fait des heures qu’on marche, râle Hermione.

- Dix minutes de moins que tout à l’heure… soupire Drago.

- Bientôt.

- J’ai envie de faire pipi.

- Encore ? Tu es pire qu’une usine ! râle à son tour le blond.

- T’éloigne pas.

- Je ne vais pas faire sur le chemin. » s’offusque Hermione.

Je m’enfonce dans la forêt.

«  Toujours aussi content d’être en mission ? se moque le grand frère.

- Ouaaaaais !

- Tant qu’on y est, moi aussi j’y vais.

- C’est de famille. » soupire le blond.

C’est en rigolant que je m’éloigne à l’opposé de ma sœur.

«  Aaaaaaah !! » hurle Hermione toujours dans la forêt.

- Granger ?! »

PDV DRAGO

Je me mets à courir sans vraiment réfléchir.

«  GRANGER ? » hurlai-je.

- Au secouurs ! » répond-elle

Je tourne vers la droite, je cours. Pourquoi il a fallu qu’elle aille aussi loin ? Non mais franchement. Je la vois enfin allongée au sol, reculant en rampant face à une créature qui ressemble un peu à une panthère mais en plus flippant, avec des immenses crocs et des pointes au bout de la queue. Elle a aussi des cornes. Je n’en avais jamais vu mais je sais comment les faire fuir. La bête s’apprête à se jeter sur Granger, je réagis rapidement et lui jette un branche qui la touche au flanc sans la blesser. Granger tourne la tête vers moi, un peu soulagée. Au moins la bête ne fait plus attention à elle : et pour cause, elle s’apprête à me bouffer MOI. Je ne fais pas attention un quart de seconde, fouillant dans mes poches, la bête me saute dessus. Heureusement, j’entends juste à temps le cri affolé de Granger « ATTENTION » qui me fait me pousser sur le côté. Je me rapproche de Granger et me met devant elle. La bête se lèche les babines avec un air dément et ses yeux rouge. Granger se relève et reste derrière moi, je me mets de façon à la cacher de la bête.

«  Bordel, je l’ai mis où ! » pestai-je.

Je fouille dans mes poches. Je le trouve enfin, ce putain de briquet et l’allume. Je vais pour m’approcher prudemment de la bête, toujours le feu devant moi. Je sens la main de Granger sur ma chemise, me retenant.

«  Non. » dit-elle doucement

- C’est bon. »

Je tourne la molette de mon briquet sorcier et une grosse flamme sort. La bête recule en grognant mais finit par partir. Granger toujours derrière moi qui me tient.

«  Tu peux me lâcher ? demandai-je, gêné.

- Pardon.

- Ça va ? Tu n’as rien ?

- C’est bon, je crois. Il m’a juste un peu bousculée. » dit-elle d’une petite voix.

Je la regarde de travers, elle fait un pas mais je l’arrête.

«  C’est de l’autre côté. »

Je la prends par les épaules et l’emmène dans la bonne direction. Emmett nous attend.

FIN DU PDV DE DRAGO

Je les regarde étonné. Pourquoi ma sœur à des feuilles mortes dans les cheveux et pourquoi mon meilleur ami à ses mains SUR ma sœur. Drago, devant mon regard, les retire rapidement. On continue le chemin, en silence. Il regarde ma sœur trop souvent. On s’arrête dans une clairière pour la nuit. Je fais un feu pendant que Drago et Hermione montent les hamacs. Hermione s’allonge dans le sien.

«  Elle ne va pas s’envoler, t’en fais pas... » dit le brun.

Drago me regarde de travers.

«  Il s’est passé quoi dans la forêt ? »

Il me raconte ce qui s’est passé.

«  Elle va s’en souvenir de sa première mission, en tout cas !

- Ça c’est sûr. » baille Hermione.

Je m’assoie entre eux et mange tranquillement. Emmett me parle des créatures que nous devons approcher. Elles sont susceptibles, moches et détestent qu’on les contredise. En plus elle aime leur liberté. Une vraie partie de plaisir. Et dire que je vais devoir les convaincre de se battre avec nous…

La nuit se passe bien même si je me réveille souvent. J’aime pas dormir dans le hamac. Je veux mon lit. Bien sûr je ne leur dirais rien, moi qui voulait tant partir en mission je ne vais pas me plaindre.


«  Nous n’avons plus qu’à les attendre, ils vont arriver, nous sommes dans le centre. »

A peine la phrase de Drago finit qu’on entend du mouvement sur notre gauche. On aperçoit les créatures, pour ne pas les appeler monstres, apparaître et s’approcher de nous.

Je n’ai jamais rien vu de tel. C’est… EURK.. Qu’est-ce qu’ils ont à me regarder comme ça ? Ah oui, c’est vrai je suis une fille et ça, ils n’en ont pas. Forcément vu leurs tronches. Instinctivement je me rapproche d’Emmett.

«  Drago, Emmett et la charmante créature… Un présent pour nous ? » demande leur chef.

Il détaille ma sœur comme un bout de viande, je savais que ce n’étais pas une bonne idée. Je le savais.

«  Pas vraiment. » dit Drago entre ses dents.

Il me prend le bras et m’oblige à m’avancer vers eux. Je le regarde paniquée.

«  Va y. On est là pour ça. » murmure Drago.

Je m’avance prudemment d’eux tout en restant proche de mon frère et Malefoy. Je sens leur regard me vriller le dos et les regards des montres est plus comment dire envieux. Eurk. Ils vont baver. Hésitante, je commence mon discours soigneusement répété et appris par cœur, car au moindre mot de travers, ils peuvent nous tuer ou pire nous retenir prisonnier. Au fur et à mesure cependant, je prends de plus en plus d’assurance et eux commencent à douter, légèrement. Mon discours pour les convaincre est pas trop mal.

«  Pour finir, si vous décider de vous battre à nos côtés, vous pourrez voir des femmes et certaines pourraient vous suivre. »

J’aurai bien ajouté : Si elles le veulent mais vous êtes tellement moches. Mais ils m’ont dit que ce ne serait pas une bonne idée.

«  Resterais-tu avec nous jusqu’à la guerre ? demande leur chef.

- Euh. »

Je ne sais pas quoi dire, je ne veux pas me les mettre à dos.

«  Vous savez elle doit rentrer avec nous. Elle aide énormément, intervient Emmett.

- Elle est même indispensable, rajoute Drago.

- Elle peut, peut-être, s’exprimer seule… dit leur chef.

- Je dois rentrer. » dit-elle doucement


A suivre …

Sympa le petit sauvetage de Drago ?

Les créatures vont-elles laisser partir Hermione, Drago et Emmett ?

19 : Mauvais moment, mauvaise personne.

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  C’est votre choix, nous serons de votre côté. » informe le chef après quelques minutes de réflexion, sans avoir lâché Hermione du regard.

On souffle tous les trois. Pendant que je prends dans mon sac une boîte carrée, je peux voir Drago et Hermione se sourire. Je m’approche et donne la boîte au chef. Hermione rejoint Drago.

«  Elle vibrera lorsque la guerre commencera. Elle indiquera aussi le lieu où vous rendre. Nous pensons néanmoins que cela se passera à Poudlard.

- La charmante créature ne peut pas rester ? Nous pourrons prendre soin d’elle ici, propose le chef.

- Je n’en doute pas mais elle rentre, dit Emmett en essayant de rester calme.

- Et si nous décidons de la garder ? demande le chef.

- Je m’en verrai attristé. » dit Drago.

Drago pose un bras sur les épaules de ma sœur et la colle à lui. Hermione qui a compris son petit jeu, pose un bras sur sa taille. Ils iraient bien ensemble.

«  Devant cet argument je ne peux qu’acquiescer. Rentrer en paix. » dit le chef.

Ils ne se lâchent pas avant d’être sorti du centre.

«  Je savais que tu étais fou de moi Malfoy, dit Hermione, amusée.

- Tu pourrais être reconnaissante, je viens de te sauver ton jolie petit cul. A moins que tu en trouvais à un ton gout ?

- Eurk…

- Allez, dis-moi je ne le répèterai pas !

- Ok, j’avoue. Je suis folle de toi… mais pas désespérée ! Alors je vais rester célibataire.

- Tu avoues enfin.

- Embrassez-vous une bonne fois pour toutes qu’on parle plus, soupire Emmett

- Eurk. Eh ! Tout le monde aime m’embrasser. Pff ! N’importe quoi. » dirent en cœur Hermione et Drago.

Je tourne la tête à droite et lui à gauche. On boude chacun de notre côté. Emmett rigole.


«  Et là, Drago leur a fait croire qu’ils sortaient ensemble. Puis nous voilà.

- Tu vois que c’était une bonne idée de l’emmener.

- L’amour triomphe toujours. dit Fred d’un ton théâtral.

- La ferme Fred !

- Moi c’est George, dit Fred.

- Assume frangin.

- Lâcheur. » bougonne Fred

On se fait tous un regard lourd de sens sauf Drago qui ne remarque rien, perdu dans ses pensées.


«  Toi tu as un plan, dit Harry.

-  Comment sais-tu ça ?

- Ca fait 15 jours que vous êtes rentrés de mission et tu es la moitié du temps dans la lune. On dirait Luna !

- Ouais.

- Pourquoi veux-tu tellement les mettre ensemble ? demande le survivant

- Je sais que tu ne le connais pas comme moi, mais Drago est un type bien. Ils se complètent. Faut juste leur ouvrir les yeux.

- Bon courage, alors ! dit Harry amusé

- Je vais y arriver… Tu peux m’aider ? »

Je pars dans mes super plans.

«  Quand tu as une idée en tête tu ne l’as pas ailleurs, dit Harry avec un léger sourire.

- Tu m’aides ?

- Tu sais, si Hermione me demande de l’aide, je l’aiderai elle avant toi. C’est quand même ma meilleure amie.

- Meilleure amie avec qui tu couches…

- Je suis l’élu ! Tu ne dois pas me frapper…

- Non non, mais je peux te foutre ton balai dans un endroit mal placé si tu recommences. »

Je le regarde de travers. Harry déglutit avec difficulté.

«  Si tu laissais ta sœur faire ce qu’elle veut ? propose Harry.

- Tu dis ça pour sauver ton fessier ?

- Non, juste pour vous deux. Je sais ce que tu fais, et dans un sens je trouve ça bien mais jusqu’à une certaine limite quand même. Ta sœur a pris beaucoup d’indépendance l’année ou tu étais en mission. Avant, elle aurait apprécié et en aurait joué - au plus grand malheur de la gent masculine - mais si tu continues à agir envers elle de cette façon, tu vas la perdre… Tu vas l’étouffer et quand elle en aura marre, elle va exploser et tu la perdras… pour toujours.

- C’est plus fort que moi, ça en devient obsessionnel... Je m’en veux d’être parti.

- On le sait. Elle le sait, mais c’est une grande fille et elle sait se défendre … La plupart du temps. Surtout quand elle ne part pas dans ses plans foireux comme elle seule sait les inventer. Bref. Ne lui donne pas de raisons pour te reprocher de l’empêcher de vivre sa vie… ! »

Il me tape amicalement sur l’épaule et s’en va.


Plus tard…

«  Je suis vraiment collant avec Hermione ? demande Emmett à son meilleur ami..

- Euh….. Oui. Non mais elle était en retard de dix minutes et tu es allé la chercher !

- A juste titre, elle couchait avec un crétin.

- Et alors ? Ils se protégeaient. Laisse-la s’amuser un peu. On ne sait pas ce qui peut arriver. Et puis ce n’est pas parce que ta vie sentimentale est quasi inexistante qu’il doit en être pareil pour les autres.

- C’est sûr que comparé à toi qui ne peut pas garder ta braguette fermé plus d’une semaine, … bougonne Emmett.

- Tu ne peux pas me reprocher d’être une bombe et de faire plaisir à ses demoiselles qui ne demande que mes services !... »

Je ne réponds rien devant la prétention de mon ami. Il n’y a rien à répondre de toute façon. On marche en silence dans les couloirs.

«  JE SAIS !

- De ?

- Pourquoi t’es comme ça. » »

Je le regarde de travers. Quand Drago est comme ça, c’est pas bon signe.

«  Tu es un mauvais coup au lit. On sait pertinemment que les filles parlent entre elles d’où ma réputation - enfin bref - et tu refuses de coucher avec une fille pour ne pas avoir une mauvaise réputation. »

Il me déballe cela d’une traite sûrement fière de lui.

«  Oh, Tu m’as découvert. Je suis démasqué… se moque Emmett.

- Tu n'es pas drôle, boude Drago.

- Disons qu’on a pas le même humour. Je n’éprouve pas le besoin de coucher à tout va, c’est tout.

- Ne me dis pas que tu penses qu’on ne doit coucher que par amour quand même ?! demande Hermione en arrivant.

- Non, en mission je m’amusais beaucoup sauf quand avec Drago on se faisait des coups. Mais toi, petite sœur, tu es comme Drago : vous ne pouvez pas vous en passer… D’ailleurs je me demande pourquoi vous n’êtes pas ensemble. »

Emmett accélère le pas nous laissant seul. On se détaille.

« Jamais. » dirent en cœur les deux concernés.

Jamais je ne pourrais coucher avec.

C’est ce qu’elle dit !

Mais je ne peux pas m’empêcher de le détailler : il est vraiment bien musclé, de jolies formes, des épaules bien carrées, des jolies fesses, des jambes musclées, … Je me demande ce qu’il y a sous le pantalon. Blanc dans ma tête. LONG blanc. Je ne viens pas de penser ENCORE à Malfoy de façon pas très catholique… si ?

Si tu savais ce qu’on pense tous de ton corps !

Je secoue la tête pour chasser ses idées de ma petite tête. Je pars rejoindre Théodore, c’est mon amusement pour le moment, en plus il n’a pas peur de mon frère, ou plutôt il ne le montre pas. Qui n’aurais pas peur devant la carrure imposante de mon ours de frère.

Je suis en pleine action, plaquée contre un mur, Théo entre mes cuisses et LA mon cerveau me joue des tours, je repense à Malfoy et son corps. Je soupire non pas de plaisir en pensant à lui mais soupire blasé, soupire qui passe inaperçu dans les circonstances. Jusqu’à la fin j’ai des flashs de Malfoy à la place de Théo, et c’est dans un orgasme que je me pose cette question : pourquoi j’ai pensé à LUI ? Je me rhabille tout en détaillant Théo, essayant vainement de me sortir le blond décoloré de la tête. Je l’embrasse une dernière fois avant de sortir.


«  Tu as déjà pensé à une autre fille alors que tu couchais avec moi ? demande Hermione au survivant.

- Euh… répond Harry qui commence à rougir.

- Ne soit pas gêné, mon petit chou.

- Non. Tu as pensé à qui ?

- Peu importe… dit-elle gênée.

- C’est tellement inavouable ? A moins que ce soit moi ? rigole le survivant.

- Non, C’est pire. Mais le plus grave c’est que c’est venu comme ça. Je ne m’ennuyais pas en plus ! C’était super et les images de ce crétin sont apparues. Pouf. Comme ça.

- Peut-être que ton subconscient t’a fait penser à une personne, la personne que tu apprécies, genre tu es amoureuse de lui.

- JE NE SUIS PAS AMOUREUSE DE M… Lui...

- Ok, Je voulais juste d’aider, tu ne l’aimes peut être pas mais peut-être que tu le considères plus que comme un ami ? »

Je baragouine que ce n’est même pas un ami. Pourvu qu’il n’est pas entendu sinon il va savoir et va aller le balancer à tout le monde. Bonjour la grosse tête qu’il va prendre après ça.

Le mieux c’est de ne plus y penser. Je vais faire un break sur ma libido, histoire de l’oublier.

Je pars me coucher.


Il fait passer mon tee shirt par-dessus ma tête en me frôlant ce qui déclenche des frissons. Nos regards mêlés, la passion s’y lit, l’envie aussi. Je passe mes doigts sur ses abdos parfaitement dessinés, son nombril, mes mains sur ses fesses, je le colle à moi alors qu’il m’embrasse dans le cou, ses douces mains enlèvent ma jupe en la faisant glisser le long de mes jambes qu’il embrasse. Je ne me suis jamais senti aussi enivrée alors qu’on a à peine commencé. Je me retrouve rapidement nue avec ses doigts expert sur ma peau. Sa bouche n’est pas en reste, et je plie sous ses assauts… Moi qui intérieurement ne voulait pas céder, pas de suite tout du moins… Je reprends contenance et souhaite, moi aussi, lui faire plaisir. J’attends avec envie le moment où nous ne ferons plus qu’un. J’ai du mal à respirer tellement c’est bon, mais je continue. Ca vient, je viens. Lui aussi.

DRING

Je fais un bond de vingt mètres dans mon lit. J’éteins ce foutu réveil puis je pose une main sur mon front. Je colle de partout et mes draps sont emmêlés. Je ne veux même pas savoir quelle tête j’ai. Mes cuisses sont collantes. Mon dieu, j’ai rêvé de Malefoy. Je gémis. C’est de pire en pire.

Une fois douchée, je descends direction les cours de duel, je fais la tête. Je fais la tête à ma tête. Elle a pété un plomb et moi aussi je crois.

«  Bien dormi Mione ? demande Harry amusé.

- Oh la ferme, bougonne Hermione.

- Tu as rêvé de "lui" ? se moque Harry.

- Oui…

- Miss Granger, avec Mr. Malefoy pour vos duels. Mr. Potter avec Mr. Granger. » dit Mr Bale.

Je me dirige en traînant des pieds vers mon partenaire, tout en prenant soin de ne pas le regarder.

«  Tu as une sale tête Granger, Tu devrais dormir plus longtemps. » se moque le blond.

Je le fusille du regard. Grosse erreur, mon rêve me revient en mémoire.

«  Epargne- moi des sarcasmes ou des blagues de mauvais goût, je ne suis pas d’humeur. »

J’essaye d’y mettre toute ma haine mais ça n’a pas l’air de le convaincre car il rigole. Je ne peux pas m’empêcher de le fixer, il est plutôt pas mal comme ça. Et merde, non Hermione, tu ne dois pas penser ça de lui. C’est IMPOSSIBLE. Il est juste le meilleur ami de mon frère.

Harry se marre comme un idiot en fixant ma sœur et Drago. Là, je suis perdu.

«  Le survivant a pété un plomb, dit Emmett.

- Je suis surement pas le seul. Je te prédis que ta sœur va devenir folle dans peu de temps. »

A la fin de sa phrase Hermione crie en tapant des pieds pour évacuer sa colère. Harry rigole encore plus. Moi et Drago sommes pomés.


A suivre …

Hermione a-t-elle vraiment pété un plomb ?

Review 

20 : Le plan

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Alors Mione ? Ça va ?! Tu ne rêves pas trop de Malefoy ? dit Harry, moqueur.

- Oh la ferme… grommela-t-elle. Et puis comment tu sais ça toi ?!

- Au cours de duel… répondit-il en se retenant de rire. J’ai adoré ta crise de nerf, mais pourquoi ? Que s’est-il passé pour que tu sois dans cet état-là ? demande-t-il.

- Promets-moi de ne jamais répéter ca à qui que ce soit même sous la torture !

- D’accord, je promets. » dit-il levant la main droite.

Je lui raconte TOUT. Il se marre comme une baleine, moi je m’en vais en jurant de le torturer et de le tuer.

« Mione, attend ! »

Je continue mon chemin, l’ignorant, mais il me rattrape.

« Ne te vexe pas, mais tu ne crois pas que ça signifie quelque chose ?

- Ça ne signifie rien ! dit-elle en hurlant à moitié.

- Au contraire, sinon tu ne serais pas dans un cet état. Tu l’apprécies, avoue-le. Ron et moi avons réussi à mettre nos rancœurs de côté, je suis sûr que tu peux en faire autant.

- Non ! dit la lionne, butée.

- Puis il peut être sympa.

- Traître… »

Je m’en vais le nez en l’air. D’ailleurs, à force de parler du loup, je le croise et le bouscule. Il me crie dessus, je m’en fiche. Il faut que je me change les idées, que j’arrête de penser à LUI. Au décoloré que je déteste. Je continue de marcher dans le parc où il y a de moins en moins d’élèves. Ça doit être l’heure de dîner. Je n’ai pas faim, je suis énervée. J’arrive à contrôler ma transformation, ou même mes flammes, mais quand ça va trop loin je ne peux pas arrêter. Pourquoi je me transforme en dragon, d’ailleurs ?! Je n’aurai pas pu me transformer en chien ou autre ? Non parce qu’en plus ma transformation met plus longtemps.

Je ferme les yeux et laisse la chaleur m’envahir ? Mon cœur se met à battre plus vite, la chaleur monte sur mes bras, mon torse, mes jambes, pendant que mon rythme cardiaque accélère encore à en être douloureux. Ma tête chauffe, la sensation d’être à l’étroit diminue rapidement. J’ouvre les yeux, je suis plus grande, je suis transformée. Je déplie mes ailes et m’envole. Le directeur m’a dit d’être prudente, il ne sait pas comment mon cœur d’humain va réagir, je ne dois rien tenter sans lui, mais j’ai envie de voler, alors je vole. J’ai appris seule, juste mon atterrissage manque de grâce. Je n’ai jamais rien percuté vu que ma vue est beaucoup mieux développée qu’en tant qu’humaine. Je pars au-dessus du lac, je suis tranquille. Le brouillard se lève, et je vole tranquillement, les yeux clos. J’aime cette sensation de vent sur ma peau, encore mieux que de voler sur un balai. D’ailleurs ça j’ai arrêté, ça m’ennuie maintenant.

Il ne me reste plus qu’à essayer de cracher du feu mais là, en revanche, je ne sais pas trop comment m’y prendre. Je verrai avec Dumbledore.


« Tu n’as pas vu Hermione ? demande Emmett à Drago.

- Est-ce que j’ai une tronche à l’avoir vue ? »

Je jette un coup d’œil à Théodore. Hermione aime bien passer du temps avec lui en ce moment.

« Tu sais ou est ma sœur ? demande Emmett à Théodore.

- Euh … Non… »

Je me lève et part la chercher.

« Tu recommences ! Laisse-la vivre, elle a surement des devoirs en retard.

- Aller voir dans le parc. » dit Harry. « C’est là qu’on s'est quittés. »

Je vois Harry sourire comme un idiot en fixant Drago. On part dans le parc mais on y voit rien. Foutu brouillard.

« Elle ne peut pas être là, on y voit rien.

- Rentrons, ça me fait flipper ce temps. » dit Drago.

On se marre ouvertement.

« Vous marrez pas ! Dans tous les films d’horreurs c’est à ce moment-là que les tueurs débarquent ! En plus ils tuent les plus beaux en 1er. Je ne veux pas être le 1er à partir ! »

On rigole encore plus.

J’entends des voix,. Je descends alors et vole doucement au-dessus d’eux sans faire de bruit. Le brouillard ne me gêne pas, mais je vais en profiter pour m’amuser un peu. Je pousse un grognement sourd et bat des ailes plus fort. Ils se stoppent tous les trois. Leurs cœurs battent plus fort.

« Vous avez entendu ? » dit Malefoy paniqué.

- C’était quoi ça ? » demande Harry.

- J’en sais rien mais c’est pas normal ! »

Je re-grogne. Si j’étais dans mon corps je rigolerais à plein poumons. Je vole assez près d’eux, mais pas trop. Mes ailes battent fort.

« Ça vous dit pas de rentrer au château ? dit Harry.

- Tu as peur Harry ? dit Malefoy

- Non mais quand je ne connais pas mon ennemi, je bats en retraite, je préfère encore partir avec les plans foireux d’Hermione. »

Je grogne méchamment. Il est bien content de les trouver mes plans FOIREUX.

« Ok ! On rentre, doucement pour ne pas effrayer la bête… » dit Harry.

Ils ont déjà fait quelques mètres quand je me pose lourdement vingt mètres devant eux et les attend. Je vois le regard de mon frère, légèrement étonné. Les deux autres sont étonnés et vraiment pas rassurés.

« On est dans la merde. dit Drago.

- Je ne te le fais pas dire » rajoute Harry

Je me contente de fixer le dragon devant nous.

Je suis si impressionnante que ça ? Quasiment personne ne m’a vue. Même pas Emmett. Je grogne, en tournant la tête, pour apprécier mes proies tétanisées par la peur. Je gratte le sol avec une de mes pattes avant.

« On fait quoi ?

- Hermione n’est jamais là quand il faut ! » se plaint Harry.

Je me relève fièrement.

Là, je n’ai plus de doute. J’explose de rire et m’avance vers l’énorme bête.

« Emmett !! Non mais tu es malade ?! Il va te bouffer !

« C’est vrai que tu vas me manger, Hermione ? » demande Emmett à sa sœur.

Je l’ai reconnue. Même en Animagus elle reste elle-même.

« Hermione ?! » dirent-il en cœur.

Elle fait oui de la tête, si elle était humaine, elle rigolerait à plein poumons pour nous avoir foutu la trouille de notre vie.

Devant l’incrédulité d’Harry, on lui explique la condition d’Hermione. Je regarde et j’étudie sa forme. Vraiment jolie... Mes amis s’approchent.

Je les surveille du coin de l’œil. Malefoy approche sa main de ce qui est mon épaule, j’envoie ma longue queue fouetter l’air et venir sur moi faisant reculer Malefoy d’un bon. Je grogne en le fixant, j’approche mon nez de son visage et souffle fortement.

« Hermione, sois gentille… »

Je grogne sur mon frère.

« Note à moi-même : ne jamais plus la mettre en colère. » se dit Harry.

Je lui mets un léger coup de tête dans le dos, il ne m’a pas vu arriver, mais mon coup est peut-être trop fort car il fait un bond d’un mètre. Je redeviens moi-même en deux secondes et saute sur le dos d’Harry. On rentre au château.


« Mais qu’est-ce qu’elle fout ?! râle Emmett.

- En même temps, qu’est-ce qui t’es passé par la tête d’organiser un dîner juste tous les trois un vendredi soir ? Les personnes normalement constituées sortent, ou font des trucs dont - je suis sûr - tu ne sais même plus comment ça marche ! » se moque Drago.

La porte s’ouvre sur Hermione. Génial, je vais pouvoir mettre mon plan en action. Sauf que, derrière Hermione, il y a Harry. Et merde. Modification du plan : non seulement je dois partir à un moment mais je dois emmener Harry avec moi pour les laisser seuls. Hermione ne partira pas, c’est son plat préféré et Drago a de trop bonnes manières.

« Ca ne te dérange pas Emmett ? Harry était tout seul. » dit-elle innocemment.

On s’assoie, le diner se passe tranquillement, mais Emmett a l’air de bouder un peu. Moi je rigole bien. Ça me fait vraiment bizarre de voir mon ennemi -qui ne l’est plus vraiment- discuter avec mon meilleur ami. Mais c’est vrai qu’après avoir été un an mise à l’écart, j’ai dû louper pas mal de choses.

« Dis Harry, tu peux venir avec moi deux minutes ? » demande Emmett.

J’espère qu’il comprend ce que je veux.

«  Pourquoi ? On rigole bien ! »

Stupide survivant.

Ouais super ! Ils se foutent de moi. Youpi je me marre, je me venge sur la nourriture. Em’ non plus n’a pas l’air heureux.


Ok, plan 2 : enfermer Mione et Drago dans un placard ?… Non… déjà fait… Mmmmm… Il faut que je les enferme ou qu’ils soient seuls. Mais comment ? … JE SAIS !! Oh mon dieu, je viens de ressembler à Drago. Le tout, c’est de le mettre en place… Pas la peine que je demande à ce traître de Potter, il ne m’aidera pas. Drago ? Non, c’est le principal concerné.

« EMMETT GRANGER !! s’écrie la vieille McGonagall. Vous nous écoutez ?!

- Faites des efforts… » rajoute Rogue.

Oups, en pleine réunion ça fait un peu défaut.

La réunion finit enfin.

« Ça vous dit une petite soirée entre nous ? Une soirée détente avec toutes les missions qui s’enchaine ? propose Emmett en toute innocence.

- Oui ! dit Hermione, toute joyeuse.

- Un action-ou-vérité ! » crie Ginny toute aussi contente.

Parfait ! Tout ce passe comme il faut…. Pour une fois.

« Parfait ce soir, dans la salle sur demande à 20 heures. Les jumeaux vous rester. »


« Je commence, s’exclame Ginny.

- J’ai plus de tympans… grimace Harry assis juste à côté de Ginny.

- Oh mon bichon, dit Hermione en sautant sur son Harry et l’embrassant bruyamment sur la joue.

La soirée se passe bien. On rigole bien mais je n’ai toujours pas pu mettre mon plan en action. Après que les jumeaux m’aient torturé en me faisant épiler le torse par les filles, je vais me venger !

« Parfait ! Drago ! Action ou vérité ?

- Action !

- Tu vas avec Hermione, petite vengeance pour m’avoir torturé, partir dans la forêt pendant quinze minutes. Et puis pour être sûr que vous ne vous planquez pas en haut d’un arbre sans bouger, vous devez trouver une boîte rouge qui est au centre, et pour la voir vous devez être tous les deux... »

Je souris sadiquement, je pense très fort à la forêt que je veux, bien lugubre avec des bruits inquiétants, elle apparait. Ils se lèvent en bougonnant pour Drago et le regard meurtrier pour ma sœur. Depuis son incident en mission, elle évite de remettre les pieds dans une forêt.

« En route ! A moins que tu aies peur, Granger ? »

Je ne réponds rien et m’enfonce dans la forêt, Malefoy juste derrière moi. Je sens son regard sur moi, sur mes fesses plus particulièrement.

« La vue te plaît, Malefoy ?

- Beaucoup… » répondit-il, perdu dans ses pensées.

Je me retourne brusquement vers lui. Je croise son regard, grosse erreur. Toutes les minutes que j’ai passé à essayer de me le sortir de la tête sont parties en fumée.

« Quoi ? Peux-tu arrêter de me fixer comme si tu allais me sauter dessus !

- Ça te déplairait ? Toi qui ne refuses aucune fille dans ton lit. Toutes plus banales les unes que les autres, si tu veux mon avis.

- Mais tu n’es pas n’importe qui ; c’est-ce qui fait toute la différence.» me dit-il énigmatique.


A suivre…

Que va-t-il se passer dans la forêt ?

Hermione va-t-elle sauter sur Drago ?

21 : Le mal par le mal

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


La proximité de nos visages me trouble - chose rare - surtout avec le regard qu’il a en ce moment ; heureusement qu’il se recule finalement et avance dans la forêt.

On marche depuis un certain temps, toujours avec ces bruits inquiétants. Je ne suis pas rassurée mais j’essaye de ne pas le montrer.

Quelque chose touche mon épaule. Je hurle comme une folle en me retournant. Je regarde ce que c’est ou plutôt QUI c’est. Et là, je vois Malefoy qui se marre.

« Idiot ! »

Il rigole encore plus.

« Tu peux te marrer, mais c’est pas moi qui aie peur d’un petit dragon ! »

Il reprend contenance, douché.

« Il y a la boîte devant nous... »

Il montre l’emplacement. On s’avance mais.

«  C’est trop simple, il y a un piège quelque part. » dit Drago.

Il tourne la tête à droite et à gauche pour vérifier ses dires.

« Malefoy, on ne fait qu’une action, pas une épreuve du Tournoi des trois sorciers ! »

Je m’avance vers la boîte et la rétrécit pour la mettre dans ma poche. Il nous reste cinq minutes. On marche tranquillement quand j’entends un bruit sourd.

Instinctivement je me rapproche de Malefoy et va même jusqu’à lui prendre la main. Non pas vraiment par envie, mais aussi pour me rassurer. Je sais je sais, je suis à Gryffondor, les courageux, je suis accessoirement un dragon, mais me transformer m’épuise, un peu moins à chaque fois mais quand même ! Tout ça pour dire que je ne suis absolument pas rassurée dans cette forêt…. Vous ne me croyez pas ? Pffff …. Bande de méchants ! …

Ok ! J’avoue ne me regarder pas comme ça ! Je me dénonce ! Je n’ai absolument pas peur dans cette stupide forêt.

Mais je n’arrive à me sortir Malefoy de la tête… Il m’obsède ! Je vous jure, j’étais en cours de Potion, j’avais fini en avance ducoup je me suis mise à rêver qu’il me faisait l’amour sur la table et je peux vous assurer que j’aimais ça. Ça me frustre, bah oui ! Parce que figurez-vous que mes amants, les VRAIS, ils ne sont pas aussi doués que lui dans mes rêves, du coup je ne prends plus mon pied. Je suis frustrée. Je veux MALEFOY dans mon lit … Ou ailleurs.

J’ai décidé de combattre le mal par le mal, si je ne peux que quelques minutes le toucher, je prends ! Je sais aussi que je vais devenir encore plus folle mais tant pis. Puis qui sait, peut-être que juste un coup et après je serai « guérie » !

« Tu me broie les os, Granger ! »

Je desserre légèrement mes doigts, il y a un autre bruit, je me colle complètement à lui et accroche ma main libre à sa chemise. Je le fixe, surement avec envie vu le regard troublé qu’il me lance.

Il me recule de lui sans pour autant me lâcher la main. Tant mieux.

« Je te trouve bizarre en ce moment, Granger. »

Aurait-il vu qu’il m’obsédait jour et nuit ?

«  Bizarre ? Dans quel sens ?

- Tu es tout le temps dans la lune, serais-tu amoureuse ? demande-t-il essayant de rester neutre.

- Pas vraiment.

- Ah bon ? Et c’est quoi alors ? Tu veux un mec qui tient la route au lit ?

- Tu te proposes pour assouvir mes pulsions ? »

Il rigole. Pitié, arrête de rire, il est encore plus attirant. Je me mord la lèvre inférieure, le déshabillant du regard.

« Oh merde, tu es vraiment frustrée ! dit-il choqué.

- Tu n’as même pas idée… »

Je le détaille encore plus.

« Tu sais qu’ils ont fait des paris sur nous. Savoir ce que ça donnerait, toi et moi dans le même lit ? dit-il gêné.

- A ton avis ça donnerai quoi ? » dit Hermione en passant un doigt sur son torse.

Je le pousse gentiment contre un arbre et me colle à lui en me frottant doucement. Mon dieu, ça fait du bien, mais je veux plus, je le veux au complet. Totalement.

« Tu as vraiment le feu au cul.

- Je sais, mais je ne suis pas la seule avoir des problèmes d’hormones. » dit-elle alors que sa bouche n’est pas loin de la sienne.

Je frotte mon bassin contre le sien, où il y a une légère bosse.


Ça fait quinze minutes qu’ils sont là. Je fais disparaitre la forêt, on découvre, Hermione allongée sur Drago.

« Non mais bouge, Granger !

- C’est pas de ma faute si l’arbre a disparu, quand même !

- Comme si tu n’as pas fait exprès de tomber sur moi !

- Ça te dérangeais pas tant que ça il y a même pas une minute ! » dit-elle énervée.

Je les regarde d’un air moqueur. Je ne crois pas que mon super plan ait marché. Drago pousse Hermione et se relève. Puis il lui tend la main pour l’aider, elle la prend, il la relève et se retrouve collé, quasiment prêt à s’embrasser.

Mon regard est accroché au sien, je respire rapidement. J’entends quelqu’un se racler la gorge, je me pousse rapidement.

« Il faut que j’y aille, dit-elle précipitamment.

- Moi aussi, Dit Drago sur le même ton.

On se dirige rapidement vers la sortie sous les regards amusés de nos amis. Une fois sortis, je pars à droite et lui à gauche mais je m’arrête quelques mètre plus loin.

« Eh, Malefoy ! »

Je le rejoins, je me colle à lui te l’embrasse à pleine bouche. Je me recule et part.

« C’est tout ? crie-t-il, choqué et probablement frustré.

- Pourquoi t’en veux plus ? » dit Hermione avant de tourner au coin du couloir.

Finalement je ne peux pas coucher avec lui, c’est impossible. Juste l’embrasser, c’est déjà bien. Ca suffit amplement. Je trouve un autre mec pour me soulager, mais pas le blond décoloré. Peut-être un autre blond ? Par moment je l’aime bien mais à d’autres, j’ai envie de lui arracher la tête. Je sais, je sais, je change tout le temps d’avis, mais je suis une fille, c’est normal. Par contre ses baisers sont parfaits. Je ne trouve pas d’autre mot mais je pense que ça va aller mieux maintenant.


Je rejoins Drago à la fin de notre soirée.

« Alors raconte !

- Il n’y a rien à dire.

- C’est ça, Alors vous avez fait quoi dans la forêt ? demande Emmett, curieux.

- Rien, par contre ta sœur m’a embrassé dans le couloir. Et crois-moi, je comprends pourquoi les mecs lui courent après, surtout si elle est aussi douée au lit que quand elle embrasse.

-  Tu as embrassé ma sœur ? Intéressant.

- Intéressant pour vos paris ? »

Il sait pour nos paris ?

«  Oui je sais. J’ai été espion pour l’Ordre je te rappelle…. Et ta sœur m’a embrassé parce que, à mon avis, elle est attirée par un mec, voir amoureuse.

- De toi ?

- Mais non, idiot, ne dit pas de bêtise. Elle est juste frustrée. »

Les jours qui suivent, on essaye avec Drago de découvrir de qui elle est amoureuse. C’est pas gagné, alors on demande de l’aide à Harry qui s’est marré comme une baleine quand on le lui a demandé.

FLASH BACK

Il a repris son souffle.

« Pourquoi ? »

Il continue de rigoler.

« Ca n’a rien de drôle Potter ! On est juste curieux, et puis on veut l’aider. Tu nous prends pour qui ? Ca évitera qu’elle me saute dessus à chaque coin de couloir, dit Drago pour calmer Harry qui rigole toujours.

- Tu nous aides ?

- Si … Vous voulez ! »

Il s’en va en rigolant toujours. 

FIN DU FLASH BACK

« Alors Mione, tes amours vont bien ? me demande Harry.

- Oui… dis-je, sceptique. Pourquoi ?

- Ton frangin et son pote veulent savoir qui tu as dans la tête ! »

Il se retient de rire.

« Oh mon dieu... »

Moi aussi je rigole. On rigole comme deux idiots.

« Pourquoi ils rigolent ?

- Stupides Gryffondors. »

Quand ils nous voient les regarder, on redouble de rire.

« En tout cas Mione, il y a deux solutions pour toi. Soit tu lui dis que tu es attirée par lui, soit tu lui sautes dessus pour passer ta lubie.

- J’opte pour la 2ème solution. J’en peux plus. Puis il est hors de question que j’aille le voir et que je lui dise : "salut, je rêve que tu me fasses l’amour dans tous les coins de Poudlard. Tu m’obsèdes jour et nuit !"… Oh oui, je ferai fureur surtout auprès de lui.

- Attaque ma biche.

- Je vais faire ça… dit-elle, pas du tout déterminée.

- Tu te dégonfles Granger ?

-  Ouais, je l’ai idéalisé je crois… Et si jamais je suis déçue ? Si jamais il n’est pas à la hauteur ou si ça ne colle pas ?

- …

- Quoi ?

- Tu es plus qu’attiré physiquement par lui. Et ne dit pas non, sinon tu t’en foutrais mais là tu ne veux pas être déçue.

- Pfffff…

- Prouve-le.

- Quand tu veux.

- Ce soir.

- Très bien ! répond Hermione fièrement.

- Ce soir tu te fais …

- Viktor ?

- Viktor ? se demande Harry perdu. Non, non, pas Viktor. »

Il pouvait pas rester dans son pays celui-là !


A suivre …

Que fait Viktor là ?

Va-t-elle coucher avec Drago ?

A suivre …

22 : Juste pour un balai

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Je me lève et viens le voir. Il me prend dans ses bras et me fait tourner dans les airs. Je rigole comme une folle.
Toute la salle nous regarde, mais je m'en fiche. Zut, Dumbledore vient vers nous.


« Bonjour Mr. Krum. Chers élèves, voici pour quelques mois votre nouvel surveillant. Mr. Rusard étant malade. »

Je ressaute dans les bras de Viktor. Je trouve ce prétexte bidon, il y a autre chose là-dessous mais je ne vais m'en plaindre.

« Miss Granger, Mr. Malefoy, vous aiderez Mr. Krum à s’habituer au collège.
- Bien Monsieur ! dis-je toute contente. Viens, on y va. »

Je le tire par la main. Malefoy nous suit, mais il fait la tête.

« Tu peux partir Malefoy, Hermione peut me faire visiter.
- Et elle va te faire visiter quoi ? Sa chambre ? dit-il amèrement.
- Hermione est ta petite amie ?
- Non ! hurlent-ils ensemble.
- Vous êtes bizarre, vous les Anglais.
- Bon on continue, dit-elle à moitié vexée.
- Fait pas la tête Hermione. Je t'aime bien. »

Il m'embrasse sur le front. On continue notre chemin son bras sur mes épaules et Malefoy qui fait la tête.

 



« Non mais c'est quoi ton problème ? Il ne t'a rien fait !! hurle Hermione sur Malefoy une fois que Viktor est parti.
- Il m'énerve c'est tout !
- Pff, pauvre type. »

Je m'en vais énervée et je rejoins Harry.

«  Non mais quel espèce de crétin...
- Qu'est-ce qu'il a fait ? demande Harry alors qu’Hermione se vautre sur le canapé.
- Il n'a pas arrêté d'embêter Viktor. Moi je voulais m'amuser, mais cet idiot a tout gâché.
- Ça ne t'ai pas venu à l'idée qu'il était peut-être jaloux ? »

J'explose de rire. Malefoy jaloux ? N'importe quoi. Ils sont tous tarés dans cette école.

« Je ne plaisante pas. Tu le chauffes depuis plusieurs jours, tu l'embrasses dans le couloir, et vous avez même failli vous sautez dessus dans la forêt. Puis tout le monde voit que c'est tendu entre vous mais dans le bon sens.
- Toi aussi tu as parié ! dit la lionne choquée.
- Ok. J'avoue. Mais tu m'as dit que tu allais te le faire . Alors fait le. Et Viktor sera reparti dans quelques mois, Malefoy non. Sans compter que… c'est de qui que tu rêves depuis plusieurs jours ... et nuits ?
- Malefoy.
- Parfait. Alors maintenant, saute-lui dessus. Ah, et puis je crois qu'ils ont entendus au fait.
- Hein ? »

Je me retourne brusquement paniquée. Harry se marre mais pas pour longtemps parce que je le frappe.

« Espèce d'idiot. Tu m'as fait trop peur ... Mais pourquoi veux-tu que je me fasse Malefoy ? Tu as parié quoi ?
- Je suis offusqué. Je fais ça pour la santé mentale de ma petite Mione adorée... Et j'ai parié mon balai.
- TON BALAI ?! NON MAIS ESPECE D'ABRUTI ! TU VAS FAIRE COMMENT POUR JOUER SI TU PERDS ? hurle Hermione.
- Mais si tu gagnes petit dragon, je t'invite au restau le dernier sur Pré-au-Lard.
- Quand ?
- Ce weekend. Mais dépêche on est jeudi, dit Harry d’un ton sérieux.
- Tu fais quoi ce weekend ? demande Viktor en arrivant.
- Viktor ! Toi et moi devons parler de tu sais quoi. » dit Harry.

Il part avec Viktor dans un endroit tranquille alors que moi je pars à la recherche de Drago qui doit être avec Emmett. Je les trouve dans une cour, vautré sur des bancs.

« Salut les mecs.
- Tu n'es pas avec ton Viktor ? demande Drago d’un air désagréable.
- Si, tu le vois pas ? Il est juste à côté de moi pourtant, répond-elle sarcastique.
- Tu veux quoi, petite sœur ?
- Une après-midi billard samedi. Vous venez avec moi ? J'ai demandé à tout le monde mais ils veulent pas. S'il-vous-plaît... »

Je fixe Malefoy avec un air de cocker.

« Ça marche pour moi, Je vais vous foutre votre plumée, dit mon ours de frère sûr de lui. Tu vas voir, petit dragon, tu vas perdre…
- C'est-ce qu'on va voir gros ours.
- Pas envie… boude Drago.
- Allez, viens ! Sinon, on invite ce cher et tendre Viktor, surtout qu'il a l'air de toujours apprécier ma petite sœur. Il serait pas mal comme beau-frère...
- C'est bon je viens ! Mais rien n'est gratuit. »

Il toise ma sœur et s'en va.

« Alors petite sœur ? Pourquoi cet intérêt soudain pour Drago ? Je croyais que tu aimais bien jouer au chat et à la souris avec lui ?
- Alors comme ça tu veux bien de Viktor comme beau-frère ?
- Rêve. C'était juste pour faire réagir Drago. Mais toi, raconte !
- C'est à cause de votre foutu pari. Harry a parié son balai et s'il le perd on a aucune chance de gagner la coupe. Donc...
- Donc tu fais ça pour ton meilleur ami et ta maison et non parce que tu en as envie… ?
- Bien sûr que si, que j'ai envie de lui » dit-elle, peut-être un peu trop fort.

Je souris en coin. Je t'ai eu, petit dragon. Tu es attirée par Drago… Je suis trop fort.

« Si tu lui répètes, je t'égorge Granger. » menace Hermione.

Ce doit être assez comique moi qui fait une tête de moins que lui. On rentre l'intérieur.

« Alors, tu es attirée comment par lui ? »

Je soupire, j'hésite à lui dire, je ne veux pas qu'il lui répète. Ça serait la pire des honte pour moi.

« Promets.
- Je promets de ne rien dire à qui que ce soit. Comme quand on fait tourner en bourrique Maman.
- C’est obsessionnel. dit-elle honteuse. Ça ne m'était jamais arrivé, j'ai honte. Honte d'être dépendante de mes hormones.
- Obsessionnel ? » répète son frère perdu.

Je lui raconte tout comme je l'ai fait Harry. Je me sens ridicule, stupide, je deviens comme toutes ses groupies avec la cervelle creuse.

« Si tu dis que je suis amoureuse, je t'étripe.
- Loin de moi cette idée, mais avoue que tu l'aimes bien ! insiste son frère.
- J'aime son corps. Tu lui coupes la tête et c'est parfait. Et puis je ne veux pas faire ma vie avec. Juste un coup et c'est bon, ça passera ! dit-elle sûre d’elle. Enfin je crois… » dit-elle pour elle-même.

Je le fais rire. Au moins il y en a un qui est content. On part en cour de DCFM après notre heure de libre, je m'assoie au fond de la salle. Je n'aime pas trop Mr Bale, et puis je préfère rêvasser de Lui, cet idiot qui occupe mes pensées.

« Miss Granger ? Pouvez répondre à ma question ? m'interroge mon prof.
- Hein ? Quoi ? Pardon ?
- Ma réponse.
- J'en sais rien. ». Tout le monde est étonné.
- Vous préféreriez sans doute nous faire part de vos pensées ?
- Je rêvais de vous Monsieur. J'imaginais tout un tas de truc que vous pourriez me faire et cette activité se pratique souvent sans vêtement… dit-elle, sans gêne.
- Euh, bien, continuons... ». Lui par contre est gêné.

Je retourne dans mes pensées et lui à son cours.

« Elle est vraiment bizarre ta sœur, dit Drago. Ce mec lui a vraiment tourné la tête.
- Tu n'as même pas idée… dit Emmett plein de sous-entendus.
- Je me demande qui c'est !
- Ma sœur t'obsède ? » demande le grand frère curieux.

Il ne préfère pas répondre et suivre le cours, mais je le vois jeter des coup d'œil à Mione. Ah, ces deux-là ! Il faut vraiment que je les case ensemble.


 




« Je casse.
- Non c'est moi !
- Non !
- Euh... essaye de parler Drago.
- Si.
- Honneur aux filles espèce de goujat, dit-elle fière de sa réplique datant du début du siècle dernier.
- Pas envie.
- Euh ... ». Il recommence, mais personne ne l'écoute. Pauvre Drago…
- Mais, Allez Em', Je casse !
- Non !
- Si !
- Non !
- STOP ! » hurle Drago.

On le regarde, choqué de nous interrompre dans notre duel.

« C'est pas trop tôt. Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer les règles de votre jeu ? »

On le regarde avec des énormes yeux globuleux.

« Tu as dit que... » commence Emmett.
- J'ai joué avec une fille SUR le billard. Nuance… informe Drago. Donc, vous m'expliquez ? »

Je lui explique les règles. On commence, je laisse ma sœur casser vu que Drago est avec elle.

« A toi, Drago. »

Il tient ça n'importe comment. Je viens me mettre devant lui et l'aide avec mes mains sur les siennes. Je lui explique en même temps.

« Tu voix comment faut faire ?
- Mmmmmm.
- Malefoy, concentre-toi sur mes mains et pas sur mon cul qui touche la boss...
- C'est bon on a compris ! » l’interrompt-il d’un ton désagréable.

J'esquisse un sourire. Les premiers coups ; on joue comme ça. Malgré la nullité de Malefoy, on s'en sort pas mal. Je me couche quasiment sur la table pour pouvoir rentrer notre dernière boule.

Je vois mon meilleur ami se pencher pour regarder sous la mini-jupe de ma sœur. Je lui mets un léger coup de coude.

« Si tu cherches ma culotte Malefoy, tu la trouveras pas. » Blanc des garçons. Sourire amusé d’ Hermione.

 

« Oui, j'en ai pas mis. » dis-t-elle, énigmatique.

Je me moque d'eux. Depuis le début Malefoy essaye soit de regarder soit sous ma jupe soit mon décolleté. Pas très subtil comme mec. La partie suivante, Emmett et Drago jouent ensemble. Je m'amuse à déconcentrer Drago en me mettant devant lui et faisant mine de me gratter le ventre en remontant mon top. Sinon je me mets à côté de lui et lui souffle dans le cou. Il se loupe à chaque fois. Je crois que je le perturbe. Emmett me « gronde » et moi je rigole. Drago essaye de me déconcentrer mais je lui réponds tout simplement que ça m'excite. Je ne sais pas s'il comprend où je veux en venir. Sinon je me passe la langue sur mes lèvres en le fixant, provocatrice jusqu'au bout. Je passe devant lui en me frottant. En gros je l'allume à mort. Même à Poudlard je ne faisais pas ça. Ou en moins pire... Et cet idiot reste impassible du moins en extérieur. Je l'ai juste vu serrer un peu la mâchoire mais il reste lui-même. On dirait que je ne lui fais aucun effet. Pourtant il devrait comprendre que je le veux ; pour le pari et pour me satisfaire. En plus je ne me suis comportée comme ça qu'avec lui cette dernière semaine. Je continue toute l'après-midi. NON MAIS IL EST AVEUGLE OU QUOI ?
L'après-midi se finit, on rentre tranquillement vers le château, mais moi je boude. Lui, ce CRETIN, discute tranquillement avec mon frère.
CE TYPE EST AVEUGLE,
ESPÈCE DE CRÉTIN DÉCOLORÉ AVEUGLE.


A suivre …

Malefoy est-il vraiment aveugle ? Hermione va-t-elle réussir à coucher avec ?

Review ?

 

23 : Stupide mec aveugle

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Viktor, qui nous attend à l’entrée du château, nous demande comment s’est passé notre après-midi.

« Oh toi la ferme ! »

Ma sœur le dépasse et marche devant nous.

« Elle a quoi ta sœur ? demande Drago.

- Pour un tombeur et exprès de ses demoiselles je te trouve particulièrement nul aujourd’hui. » argumentai-je.

- Hein ? N’imp… . Il voit Hermione remballer un type Gryffondor en y mettant toute sa NON-délicatesse. Oh… fit-il surpris.

- Rassure-moi, tu as bien compris que ma sœur t’allumait à mort ? Pas qu’elle a un sale caractère ? demande Emmett, pas rassuré.

- Oui j’avais compris je ne suis pas idiot.

- Parfois on se le demande.

- Je croyais que c’était un jeu de plus.

- Je ne crois pas qu’elle voulait SEULEMENT jouer aujourd’hui. Mais à mon avis, reste avec tes pouffes écervelées. Les filles intelligentes sont trop complexes et fougueuses pour toi… rétorque Emmett adore le provoquer.

- On parie ? Ah non pas besoin, Vous l’avez déjà fait. » dit-il amer.

Je ne pense pas qu’il est digéré le fait qu’on est parié sur lui.

« Eh, Granger !

- Tiens voilà l’aveugle ! dit-elle toujours énervée et vexée.

- Doucement petit dragon, je voulais te proposer une autre partie… dit-il. Plus en intimité… ! rajoute-t-il à son oreille. Elle ne le voit pas mais il doit sûrement sourire en coin.

Il commence à partir, il faut que Harry gagne. Je rejoins Malefoy. On monte dans la salle sur demande, et au passage on croise Harry. Je lui fais un clin d’œil discret.

« Je peux savoir ce qui t’a décidé à ENFIN bouger ton cul, Malefoy ? » demande Hermione une fois dans la salle-sur-demande.

- Tu aurais voulu que je te saute dessus dans la salle ? 

- Un point pour toi Malefoy.

- Je compte bien en marquer d’autres… » dit-il se rapprochant d‘elle.

Je recule mais heurte le mur, je me mords la lèvre inférieure anticipant ce qui va suivre. Je l’embrasse à pleine bouche, tellement soulagée de ce baiser que j’étouffe un gémissement.

« En manque Granger ?

- Tu n’as même pas idée… dit-elle impatiente lui arrachant sa chemise.

- C’est-ce que je vois… rajoute-t-il aussi impatient.

On finit rapidement dans le lit. Nos vêtements ont vite rejoint le sol. Mes mains sont partout sur son corps musclé comme je l'avais imaginé. Ma langue suit le même chemin ce qui le rend fou vu ses grondements de plaisir. Mais rapidement les rôles sont inversés, me retrouvant à sa merci. C'est à mon tour de gémir à tout va, surtout quand sa bouche se retrouve sur ma chatte dégoulinante de plaisir. Mais monsieur le tombeur ne m'emmène pas au 7ème ciel. Il s'arrête avant et me tire sur le bord du lit, lui se mettant à genoux par terre, entre mes cuisses. Sa queue tendue vient rapidement me pénétrer rapidement mais en douceur. Douce sensation. C'est tellement bon !

« Drago… » gémit-elle.

Il me répond par un grognement d'homme vraiment excitant. Mon état de frustration est tel que mon orgasme ne tarde pas à exploser. Mon blond me suit rapidement.

On essaye de reprendre notre respiration, allongés l’un à côté de l’autre.

«  Mon dieu, que ça fait du bien ! dit-elle souriante de toute ses dents.

- Je te le fais pas dire Granger !

- Emmett et Harry vont gagner leur pari.

- Tu ne peux pas parler d’autre chose alors qu’on vient de coucher ensemble ?!

- Tu veux parler ? Moi je voulais recommencer. Mais tant pis pour toi Malefoy. »

Je commence à me lever mais il me retient. On repart pour un tour, et le fait qu'il me prenne à quatre pattes est vraiment génial, surtout que cette position est ma préférée et avec Malefoy, je veux bien recommencer... En tout cas c'est aussi bien que le premier. Finalement il est aussi bien que dans mes rêves.

« Dis-moi Granger…

- Mmm ? »

J’essaye de reprendre mon souffle.

« Tu ne nous a pas dit qui était LE mec de tes pensées ? »

Je tourne la vers lui, le regard effaré.

Je me lève rapidement, ramasse mes affaires et part de la chambre en murmurant un « pauvre con.».

Je pars m’enfermer dans ma chambre et je ne sais pas pourquoi je pleure en jurant contre lui et en l’insultant de tous les noms. Et merde. Harry a raison. Bon j’arrive à cette conclusion seulement le dimanche vers onze heures. Malefoy est un crétin fini doublé d’un aveugle, triplé d’une tête de connard et plus c’est un mauvais coup…. Bon d’accord c’est faux mais faut bien que je me défoule contre cette tête décoloré.

On frappe à ma porte.

« Il n’y a personne ! » dit-elle la voix enrouée.

La personne entre quand même. Il s’allonge à côté de moi, moi qui est sur le ventre la tête dans mes oreillers.

« Qu’as-tu Mione ? » demande son meilleur ami.

Sans qu’il le sache il retourne le couteau dans la plaie.

« Tu n’as pas pu coucher avec ?

- Si… soupire t’elle triste

- Alors ? Je ne comprends pas.

- Il a rien compris… Elle se relève les yeux explosés vers son meilleur ami qui la prend dans ses bras.

- Il est nul.

- Non ! Enfin si c’est un crétin abruti stupide avec le cerveau ramolli qui ferait mieux de retourner avec ses pouffes !

- Mais tu l’apprécies comme il est et il t’a touché plus que tu ne le voudrais. On ne commende pas ses sentiments.

- Toi tu es amoureux de Ginny. Il rougit. Je suis contente pour vous ! dit-elle en l’embrassant sur la joue. Vraiment contente !

- Allons manger, j’ai faim.

- Pas moi.

- Courageuse Gryffondor… » siffle Harry.

Il s’en va en sifflotant, je prends une douche et descend. Je m’assoie à côté d’Harry. Il y a un gros blanc dans la grande salle. Tout le monde nous regarde Malefoy et moi.

« Côté positif … commence-t-elle.

- Ils nous écoutent… murmure Harry.

- … tu gardes ton balai, dit-elle en haussant le ton de sa voix. Mais côté négatif, si tu pers ton match je peux t’assurer que tu ne pourras plus jamais satisfaire ta copine… lâche-t-elle en jetant un coup d’œil amusé à Malefoy et Emmett. Quoi ? Un problème ?

« Tu as couché avec moi juste POUR UN BALAI ? » hurle Malefoy.

Je rigole jaune.

« Tu croyais quoi Malefoy ? Désolée mais je ne suis pas une pouffe sans cervelle. Tu n’es qu’un mec parmi tant d’autre. »

Je me lève et m’en vais la tête haute, fière surtout en apparence parce que je n’en mène pas large. Je pars dans le parc, dans mon coin pour me transformer. Je pars voler, me vider la tête, mais toujours énervée je pousse un cri de dragon qui doit faire trembler tout le château et ses habitants.


On entend tous un cri de douleur d’une énorme bête. Monsieur le directeur nous regarde. Il n’a pas l’air content mais alors pas du tout. Drago, Harry et moi le rejoignons dans son bureau.

« Explications. » demande d’un ton sec le directeur.

Aucun de nous n’ose parler.

« Ma patience a des limite jeunes gens, dit-il. Mr Malefoy ? interroge-t-il après un petit temps d’attente.

- Je n’ai rien fait ! s’exclame Drago choqué.

- Non tu as juste couché avec et ensuite pour une fois tu aurais dû fermer ta bouche d’abruti Malefoy ! » crache Harry énervé.

Je regarde tour à tour Drago et Harry. Je suis perdu. Il s’est passé quoi ?

« Vous savez que tant que nous n’avons pas fait des études sur sa transformation c’est dangereux pour elle. Sur ce, allez la calmer avant qu’elle ne… On entend un énorme craquement. …détruise la forêt ou le château. » finit-il.

On marche.

« Je vais voir ma sœur. annonce Emmett.

- Je viens avec toi, rajoute Drago.

- Tu en as assez fait pour le weekend Malefoy. Et si elle te voit, elle risque de te détacher la tête du corps. Et si elle ne le fait pas ce sera moi qui m’en chargerai… menace Harry. Ne lui refais plus jamais de mal, termine-t-il en s’en allant.

- Tu m’expliques ?

- Pas envie… » bougonne Drago avant lui aussi de partir.

Je rejoins ma sœur qui vole au-dessus du lac, j’appelle mon balai, monte dessus et par voler à côté de mon dragon de sœur. Elle fait comme si je n’étais pas là mais après quelques longues minutes elle se met sous moi, je saute de mon balai pour atterrir sur son dos.

Je m’approche suffisamment du sol pour qu’il jette son balai. On repart plus haut plus vite. On survole tout Poudlard. Deux heures plus tard je repose mon frère et me transforme.

« Ca fait du bien tu ne trouves pas, grand frère ? demande-t-elle en souriant, resplendissante.

- C’est impressionnant et décoiffant. » Elle rigole « Je préfère te voir souriante, tu es tellement mignonne ma petite sœur. »

- Toi aussi tu es canon grand frère ! s’exclame-t-elle avant qu’il la prenne dans ses bras.

- Au risque de te mettre de mauvaise humeur il s’est passé quoi avec Drago ? »

Elle se renfrogne .

« Tu ne veux pas en parler ? »

Elle baisse les yeux.

« Pas grave…

- C’est pas ça, c’est juste que…. commence-t-elle.

- Tu n’as pas aimé ? Tu as été déçue ? questionne Emmett.

- Non c’est pas ça. De ce côté-là c’était parfait… C’est après il a dit quelque chose qui ne m’a pas plu.

- Genre tu étais juste un coup ou genre plus romantique ?

- Ni l’un ni l’autre, dit-elle moitié triste moitié énervé. Et sérieux, Malefoy romantique ? dit-elle en rigolant. C’était genre blessant…

- Il a pas aimé ? crie-t-il à moitié surpris ?

- Ne soit pas idiot ! On parle de Malefoy, une poupée gonflable le satisferait…. Il a… commence-t-elle avant de soupirer et de se raviser. Non laisse tomber, je ne sais même pas pourquoi je me mets dans cet état.

Elle l’embrasse sur la joue et retourne dans son dortoir.

«  Toi tu as des sentiments pour lui… dit Emmett à lui-même. Allez, à l’autre idiot maintenant. »

Je monte dans le dortoir voir Drago.

«  Je suis un crétin… annonce Drago.

- Je ne te le fais pas dire.

- Un meilleur ami ne sert pas à réconforter l’autre quand il ne va pas bien ?

- Pas quand le meilleur ami en question est grand frère avant tout…. Explique.

- J’ai agi comme un con et-… commence Drago.

- Je sais, coupe le grand frère

- Le truc c’est que je ne sais pas pourquoi, soupire-t-il. Elle te la dit ? demande-t-il plein d’espoir.

- Non. »

Drago re-re-re-soupire.

« Je me trompe ou tu l’aimes bien ?

- Oui mais pas comme tu l’imagines, en amie.

- Mais oui je vais te croire… murmure Emmett. Et tu couches avec toutes tes amies filles ?

- Non ta sœur est la seule que j’ai. Je pige rien, c’est vraiment trop compliqué les filles ! Je lui ai juste demandé qui était le mec de ses pensées, et elle est partie comme une furie ! »

Alors c’est CA. Mon dieu… Mais qu’ils sont idiots, autant l’un que l’autre. Mione aurait dû aller à Serpentard, en bonne Gryffondor elle aurait pas pu lui dire ; non il a fallu qu’elle fuit.

« Ok je sais ce qu’il me reste à faire, dit Emmett blasé. On dirait deux gamins de cinq ans.

- Quoi ? demande Drago pas rassuré.

- Soit je vous referme dans un placard pour que vous parliez, soit je te greffe un nouveau cerveau et à elle du courage.

- Tu n’as pas d’autres proposions ?

- Réfléchis deux secondes. »

Il est aveugle ! Je vous jure il est aveugle. Je vais sauter de la tour d’astronomie. HELP ME. Toi, esprit de merlin, aide-moi.


A suivre …

Ca y est, ils ont ENFIN couché ensemble ! Vont-ils s’expliquer ? Vont-ils recommencer ?

Review ?

 

24 : Parce que MOI je rêve de toi

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


On est à une réunion de l’Ordre. Je boude royalement Malefoy. Viktor est assis à côté de moi. Je ne fais pas vraiment attention à la réunion – ironique, moi qui voulait tellement en faire partie.. Je rumine des pensées pas très gentilles sur le blond décoloré.

Je me « réveille » quand j’entends tout d’un coup les mots « Emmett » et « mission » dans la même phrase.

« Emmett tu partiras avec Harry, à vous deux cela devrait aller, le diadème a été détecté, annonce le directeur.

- Quand ? demande Hermione paniquée.

- Mercredi soir, cella devrai prendre quelques jours.

- Mais on est mardi ! rajoute-t-elle paniquée, ce qui fait rire bon nombre de personne devant sa remarque stupide. Oh ça va… » mais elle aussi rigole un peu.

Mione ne le montre pas, mais je sais qu’elle a peur. Elle ne le confirme après la réunion.

« Je reviendrai, puis je pars avec le survivant, je crains rien, dit-il d’un ton léger.

- Bah justement, Harry et sa poisse légendaire, moi aussi je suis partie avec lui.

- Je TE promet que je reviendrai. »

Malgré ma promesse elle reste un maximum de temps avec moi avant mon départ.

Je prends mon grand frère adoré dans mes bras. Je ne veux pas le lâcher.

« Mione ? Il faut que je parte.

- Tu feras attention à toi ? dit-elle paniquée, ses larmes ne sont pas loin de tomber elles aussi.

- Et moi ? Je peux mourir, c’est pas grave ? dit Harry boudeur.

- Malefoy, fais un câlin à Harry, dit-elle un peu amusée malgré son angoisse.

- Eurk… dit Malefoy.

- J’ai découvert ton fantasme Mione ! se moque Harry.

- Merde, je suis démasquée » dit-elle faussement tragique mais finit par rire avec Harry. Les deux Serpentards ne rigolent pas.

« Allez, c’est de l’humour !

- Il est l’heure ! » rappelle le directeur.

Je me détache à contre cœur de mon frère, ils partent rapidement, moi aussi je pars rapidement voulant éviter le décoloré mais Merlin n’est pas avec moi, Malefoy me suit.

« Tu vas m’éviter longtemps ?

- …

- Je peux savoir ce que j’ai fait ? »

Elle ne répond rien.

« Ton frère m’a ordonné de te parler alors je ne lâcherai pas ! »

Elle fait un mini sourire bref. Il lui a dit la même chose.

« Bordel, mais tu vas parler ! »

Je lui envoie un regard meurtrier et m’enfuit le plus rapidement possible.

Les deux jours qui suivent je le fuis. Sauf qu’au cours avec Hagrid, il me met avec Malefoy. On doit partir chercher des plantes pour nourrir ses espèces de bestioles et bien entendu on se retrouve seuls.

Je le vois qui s’énerve de mon comportement qui consiste à l’ignorer en beauté. Il me coince contre un arbre et me tient.

« Ma patience à des limites ! Dis-moi ce que je t’ai fait ?! grimace Malefoy.

- Pourquoi tu insistes tant ? C’est que je te manque ? dit-elle moitié énervée moitié curieuse.

- Qui c’est ?! » re-demande-t-il avec un sourire en coin et son air « je m’en fout, rien ne m’atteint ».

Je me dégage de lui et part du cour. Mais qu’est-ce qu’il peut m’énerver ! Mais pourquoi il a fallu que je m’attache à ce crétin décoloré. Pourquoi il m’obsède même après avoir couché avec ?! Moi qui pensait que je pourrais passer à autre chose et recommencer ma vie comme avant... Pourtant j’ai essayé avec Viktor, mais je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. MOI avec Viktor, LE type parfait tout du moins physiquement, et bien non. Je n’ai pas réussi à oublier le décoloré qui bien entendu arrive en ce moment. Il voit mes larmes.

« Ton frère va bien, j’en suis sûr… »

Je le regarde outrée.

« Tu n’as vraiment rien compris ? dit-elle blasée.

- Je devrais comprendre quoi au juste ?

- A qui tu rêves la nuit Malefoy ?

- Euh… Aux filles… !

- C’est ça que tu devrais comprendre. »

Je me lève mais il me retient.

« Explique-moi.

- Tu ne le mérites pas. »

Il la rapproche de lui et envoie un de ses regards.

« Vraiment pas… Bordel arrête de me fixer ainsi ! »

Il continue. Elle s’énerve et va craquer.

« Parce que MOI je rêve de toi !! »

Sous l’étonnement, il me lâche. Moi toujours énervée et n’arrivant pas à me calmer, je continue mes révélations. Peut-être que ça ira pieux après. Bon j’ai un doute parce que je vais me ridiculiser mais tant pis au moins il saura..

« C’est bon tu as compris ou faut que je te fasse une dissertation de deux parchemins ? »

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et m’en vais. Encore. Moi, je peste dans les couloirs. Je croise un élève qui se moque de moi, je m’approche et lui envoie la plus belle gifle de ma carrière. J’y met toute ma colère, je vais pour continuer à le frapper mais deux bras me retiennent.

« Tout doux Hermione, il n’a rien fait. Ce n’est pas Malef-… » Ron la retient alors que Ginny a parlé.

- NE DIT PAS SON NOM ! Ce petit con ne mérite pas que l’on s’intéresse à lui ! crie Hermione.

- On t’a entendu tout à l’heure... dit la rousse toujours aussi calme.

- Oh… lâche-t-elle pendant que l’autre idiot qu’elle a frappé en profite pour partir.

- Je peux te lâcher ? » demande son ami Ron.

Je me rend compte que je ne touche plus le sol, j’acquiesce, il me pose et souffle.

« Tu n’es pas légère Hermione.

- Ron, laisse-nous, s’il-te-plaît. » ordonne sa sœur.

Une fois qu’il est parti, on marche dans un couloir.

« C’est un idiot, commence Ginny.

- Je ne te le fais pas dire… grogne Hermione. Tu crois qu’il a compris ce que je lui ai dit ? s’inquiète la lionne.

- Je pense. »

Elle souffle.

« Il sait, il est assis en plein milieu du couloir. C’est Malefoy. Mais tu devrais aller t’expliquer avec lui quand même... Au moins voir ce qu’il en pense ! Qu’il n’y ai pas de malentendu entre vous...

- …

- Me regarde pas comme ça, je sais j’ai changé, je te comprend mieux maintenant ! Même si tu es un peu trop torturée pour mon esprit. »

Elle rigole.

« Je ne connais pas Malefoy et encore moins ses sentiments, mais il avait l’air d’avoir pris un coup après ta révélation… » Elle la regarde encore de travers.

C’est qu’elle devient perspicace la petite Ginny !

« Hermione, Tu recommences.

- Désolée.

- Tu ne vas pas aller le voir… Tu vas encore l’éviter au maximum, c’est ça ?

- Non. » dis-je pas pur esprit de contradiction. Ginny la regarde de travers.

« C’est à ton tour de me regarder bizarrement là !…. Disons que j’essaye de ne pas me trouver dans la même pièce.

- Et admettons qu’il ressente la même chose pour toi ?

- On parle de Mister Poudlard là, pas d’un mec comme les autres !

- Je sais bien, mais il ne te faut pas un mec comme les autres. Regarde, tu es sorti avec Viktor, tu as couché avec Harry et tu l’adores, ton frère est le plus jeune Auror, tu es entourée de personnes exceptionnelles, ... Et puis je ne te demande pas de te marier et de faire une tripotée de gosses, juste de lui parler !

- Non ! insiste Hermione. Allez, on va manger. »

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et la tire vers la grande salle. On mange tranquillement. Je lève les yeux vers Ginny qui me parle, mes yeux se baladent sur la table des Serpentards et n’y voit pas Malefoy. Je ne montre rien mais je suis légèrement inquiète. Il n’est pas à l’abri d’une attaque depuis le début de l’année vu qu’il a officiellement changé de camp. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé, ce serait dommage, pour l’Ordre du phénix, pas pour mon cœur.

Je me dirige vers la bibliothèque dans le but de trouver un livre qui pourrait me sortir le décoloré de la tête. J’en trouve un, je vais me mettre à MA table mais il y a déjà quelqu’un… Génial… C’est ironique bien sûr. Je m’assoie quand même à côté de lui. Oui, la table est petite. Il relève la tête de ses bras.

« Prend au moins un livre Malefoy. » dit-elle froidement.

Il ne répond rien, je commence à lire mais je sens son regard insistant sur moi. Je pose mon bouquin et accroche mon regard au sien.

« Pourquoi tu m’as dit ça ? me demande Malefoy.

- Tu m’as posé une question j’y ai répondu, dit-elle en essayant de ne pas paraître troublée.

- Je sais, mais pourquoi MOI ? Après tout on est…

- Ennemis ?

- Non, on est toi et moi. On est des opposés.

- Désolée, mais je ne contrôle pas mes sentiments. Si tu crois que ça m’amuse d’être attiré par toi…

- Et tu ne pouvais pas le garder pour toi ? dit-il amèrement. Surtout si ça ne te plaît pas !

- Parce que même si je suis encore dans une phase "je refuse mes sentiments", je ne peux pas les occulter. J’y peux rien si je pense tout le temps à toi au point que je n’arrive plus à me concentrer ! Alors je le redis encore : tu m’obsèdes Malefoy, et ça n’a pas l‘air de vouloir passer, alors va falloir t’y habituer. »

Elle referme son bouquin.

« Puis tu devrais avoir l’habitude avec toutes tes groupies » rajoute-t-elle.

Je commence à me lever vu la tête de parfait idiot qu’il est en train de faire mais il me retient par le poignet et me rassoit.

« C’est vrai que j’ai l’habitude de toutes ses filles mais il a plusieurs différences entre elles et toi. »

Je déglutis difficilement devant la profondeur de son regard.

« Lesquelles… ? demande la lionne avec peine, la voix tremblante.

- Tu n’es pas une groupie et tu ne me laisses pas indifférent. »

C’est à son tour de partir précipitamment. Non mais c’est énervant ! Il n’a pas le droit de faire ça ! Je lui cours après il m’a vu, il entre dans les toilettes pour hommes. Rien à foutre, je le suis.

« Tu ne vas pas t’en tirer comme ça Malefoy ! dit-elle énervée.

- Sors de là, Granger ! Tu es dans les toilettes pour hommes ! dit-il moitié choqué qu’elle l’ai suivi jusqu’ici.

- Je sais où je suis. Je ne suis pas idiote. Explique-moi ta dernière phrase de tout à l’heure. »

Il soupire se déplace et vérifie qu’il n’y a personne. Moi, je pose mes points sur mes hanches attendant qu’il desserre la mâchoire. Je tape même du pied, ce qui le fait légèrement sourire.

« J’attend.

- Je vois ça ! dit-il amusé alors qu’elle le fusille du regard. C’est quel mot que tu n’as pas compris ?

- J’ai compris tous les mots Malefoy ! Je veux juste savoir ce qu’il y a de caché !

- Ne t’énerve pas, ne t’énerve pas ! Tu es plus qu’un coup d’un soir, dit-il gêné. C’est ça que tu veux entendre ? »

Il essaye de reprendre contenance.

- Je veux savoir ce que tu penses vraiment… dit-elle tristement.

- Mais je le pense Granger, je ne vais pas te sortir de longues phrases pleines d’amour (il grimace un peut à ce mot) mais pas parce que je ne les pense pas, c’est que je ne serai comment m’y prendre. Pour tout te dire, je suis plutôt nul pour dévoiler mes sentiments. »

Il regarde le sol depuis le début.

« J’ai l’air d’un idiot surtout devant toi. La vérité, Granger, c’est que tu me perturbes plus que de raison. Plus que n’importe qui. »

Il fixe toujours le sol alors que moi je suis estomaquée. On reste en silence, lui apprenant par cœur le sol et moi le fixant la bouche entrouverte. Pour la première fois je le trouve VRAIMENT mignon, je le trouve humain, même s’il souriait un peu plus cette année, là il a une réaction normale. Je crois que c’est à ce moment que j’ai totalement et définitivement craqué. Mes pas m’amènent à lui, je pose mes deux mains sur ses joues et lui relève la tête. Je le regarde attendri. Mes pouces le caressent doucement. Je plonge dans ses yeux.

« Tu veux quoi exactement ? demande-t-elle doucement.

- Toi »

Il se mord la lèvre, ne voulant sûrement pas dire ça où pas de cette façon.

«  Et c’est moi qui suis impulsive ? »

Elle sourit.

« Ça me va, dit-elle le plus sérieusement possible.

- C’est les toilettes pour mecs ici ! » crache méchamment un mec qui entre.

Je me recule de Malefoy, on sort, je n’oublie pas de fusiller du regard le crétin qui a tout cassé. On marche dans les couloirs en silence.

« Ca veut dire que tu es ma petite amie ? finit par demander Malefoy.

- Que si tu le veux. Ça marche dans les deux sens. »

Elle se retient de rigoler, mais il ne faut pas, ça gâcherait tout et elle n’en a pas envie.

- Je n’ai jamais eu de petite amie lâche Malefoy

- Et Parkinson ? demande-t-elle plus que surprise.

- Non, elle me collait juste.

- Ça te fait peur ? D’avoir une petite amie ?

- Juste que ce soit toi. Parce que aussi bizarre que cela puisse paraitre, j’ai besoin de toi. »


A suivre …

Hermione et Drago ensemble ? Vos avis ?

Review ?

25 : Chantage et non-retour

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


«  Moi aussi j’ai besoin de toi, et puis on peut y aller doucement, le rassure Hermione. On n’est pas obligé de se marier demain ! » rigole la lionne.

Lui, ça ne le fait pas rire, il grimace même. Moi je rigole un peu plus.

« Tu peux arrêter de te foutre de moi ? boude mon nouveau petit-ami.

- Oh ça va. Souris un peu ! »

Il fait un sourire forcé.

«  Tu veux faire quoi ? demande-t-elle.

- J’en sais rien, c’est toi l’experte en petit ami. »

Je le pousse dans une salle vide, énervée de son comportement bougon. Je l’ai peut-être bousculé un peu trop fort, il s’assoie sur une chaise. Je ne lui laisse pas le temps de bouger, que je m’assoie sur lui et l’embrasse. Il y répond rapidement.

« Il faut que tu arrêtes d’être de mauvaise humeur avec ta petite amie, parce que sinon celle-ci pourrait te plaquer… dit-elle entre deux baisers.

- Tu n’oserais pas ? répond-il lui aussi entre deux baisers.

- Tu ne sais pas de quoi je suis capable, dit-elle amusée

- Et je n’ai pas le droit de faire quoi d’autre ?

- Me tromper, mais cela va dans les deux sens bien entendu. Sinon tu vies ta vie. Et tu as l’obligation de m’enlever mes vêtements maintenant et de me prendre sur cette table, dit-elle se collant à ses parties intimes.

- Dis-moi si je me trompe, mais on ne doit pas attendre d’être pleinement amoureux pour ça ? dit-il amusé devant ma tête.

- Non tu ne te trompes pas, mais toi et moi on n’est pas comme les autres... » argumente-t-elle se frottant à lui et enlevant sa chemise.

En un quart de seconde je me retrouve assise sur la table, lui entre mes jambes. On enlève nos vêtements rapidement sans trop bouger de position. Je ne me lasse pas de l’embrasser alors que je balade mes mains sur son corps. Avec ma mains droite, je prends sa virilité et commence doucement mes vas et viens. Ses doigts entrent dans mon vagin. Après plusieurs minutes de plaisir, il retire ses doigts et me pénètre, je m’étend sur la table lui toujours debout. J’enroule mes jambes autour de ses fesses et le presse d’aller plus vite, plus loin. On change de position, il retourne sur sa chaise et moi je me remet à califourchon sur lui. On finit comme ça. Je l’embrasse tendrement.

« Vous étiez ou ? Vous êtes en retard ! interroge Fred.

- Ouais, vous faisiez quoi ? rajoute George.

- Je vous en pose des questions, moi ?! » répond-elle amusée en s’asseyant, Malefoy à ses côtés.

La réunion commence mais Fred et George nous observe. Mais je n’y prête pas attention.

« Vous avez des nouvelles d’Harry et Emmett ? demande Hermione inquiète. Ils doivent rentrer demain, non ?

- Oui miss Granger mais nous n’avons pas de nouvelles... » commence le directeur.

Je le regarde, paniquée.

« Mais ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal, on leur a demandé ne nous prévenir qu’en cas de problème, je suis persuadé que tout va bien ! » la rassure Dumbledore.

Mais je ne serai rassurée que lorsqu’ils seront de retour. Malefoy me prend discrètement la main, je le remercie par un bref sourire qui ne passe pas inaperçu aux yeux des jumeaux. On n’en a pas fini avec ces deux-là. Il faut que je leur parle.


« Je voudrais que vous gardiez ce que vous avez vu pour vous, s’il-vous-plaît. » supplie Hermione aux jumeaux.

- J’aime bien la voir supplier, pas toi ?

- Moi aussi, Fred, moi aussi.

- Ne gâchez pas tout ! fait-elle en les fixant. Pour une fois, au moins un certain temps… Et puis, si je me rappelle bien, vous vous êtes fait un paquet de fric sur mon dos et celui de Malefoy avec le pari. Et à ce que j’ai entendu, vous pariez encore… »

Je souris en coin.

« Il faut savoir se détendre ! argumente Fred.

- Quel est ton plan, Miss Je-Sais-Tout ? interroge George.

- Je vous aide pour vos paris, à les gagner, bien sûr. D’ailleurs, vous en avez gagné un, certes je n’avais pas prévu, je l’ai découvert en chemin. »

Ils la regardent, étonnés.

« Salle de classe, aujourd’hui. Mais là n’est pas le sujet. Je veux votre silence.

- Pourquoi le veux-tu ? demande George. Malefoy est de notre côté, votre couple ne choquera personne !

- Je sais bien, mais je ne veux pas que cela s’ébruite. Dans quelques temps, vous pourrez le clamer haut et fort, ajoute-elle en les fixant. De toute façon je ne vois pas pourquoi je discute avec vous. VOUS fermez vos bouches et je fermerai la mienne pour vos petites ventes improvisées… Que même Dumbledore ne sait pas. »

Ils me fixent avec de gros yeux.

« Comment tu le sais ?! interroge Fred.

- Je garde mes sources ! répond Hermione en souriant fièrement.

- D’accord, cède George.

- Et pour nos paris ? continue Fred

- Je veux trente pour cent pour ce où je vous aide. Non négociable bien sûr.

- Ok. »

Je les laisse et rejoint mon petit-ami qui m’attend dans le couloir.

« Alors ?

- On va bien s’amuser.. dit-elle en l’embrassant sur la joue et en sautillant partout.

- Tu devrais aller à Serpentard. Expose tes plans. » demande Malefoy qui pose son bras ses épaules et la tire vers lui.

Je passe mon bras sur sa taille. On part s’enfermer dans la salle-sur-demande, je lui expose mes plans.

« Tu as raison, on va bien rigoler. Tu es machiavélique, mon petit dragon...

- Je sais je sais, en plus je fais des progrès, mes plans sont de moins nuls ! dit fièrement Hermione.

- C’est bien tu commences à réfléchir et à agir ensuite. » se moque Malefoy.

Je le frappe doucement mais il me bloque contre lui, mes mains dans son dos, je suis bloquée.

« Tricheur, Je vais me transformer en dragon, tiens !

- Ah non ! » s’exclame-t-il la lâchant et se reculant, sauf que cet idiot se loupe et tombe les fesses sur un pouf.

Je rigole.

On passe la soirée tous les deux à discuter.

Je me réveille ou plutôt ON me réveille vers onze heures.

« C’est qui ? demande mon amie Ginny.

- Hein ? demande la lionne endormie. De quoi tu parles ? »

Je me gratte la tête alors qu’elle s’assoie au pied de mon lit.

« C’est qui ? demande-t-elle hystérique

- Je t’en pose des questions ? grogne-t-elle remettant la tête sous sa couette mais elle la secoue.

- Alors ?

- Marre, grogne toujours Hermione. Laisse-moi dormir.

- Ta nuit a été agité à ce que je vois.

- Non.

- Ton frère et Harry rentrent aujourd’hui.

- Je sais. Comme ça tu pourras aller l’embêter LUI et pas moi. dit-elle désagréable.

- Tu n’es pas drôle…

- Je sais. »

Ginny abandonne et me laisse seule. Je traine encore dans mon lit un peu puis je me lève. Je passe ma journée à la bibliothèque à essayer de lire, mais je suis trop inquiète. Ils doivent rentrer normalement selon les calculs savant du directeur vers dix-sept heures. Toutes les minutes je regarde l’heure. Pourquoi ça ne va pas plus vite ?! Je ferme mon livre de rage. Quel est l’idiot qui ralenti le temps ?

Je pars reposer mon livre, un type vient me voir. Je cherche un livre qui pourrait plus attirer mon attention.

«  Salut Hermione ! sourit le type de Serdaigle.

- Salut… répond-elle méfiante.

- Dis-moi, tu fais quelque chose pour la prochaine sortie à Pré-au-Lard ? »

Je rêve ou il me drague ?!

« Parce que j’aimerais bien y aller avec toi ! » charme le type.

Ah non non, je ne rêve pas.

« C’est gentil mais je ne suis pas intéressée. » dit-elle en essayant d’être la plus gentille possible.

Je trouve un livre et commence à partir mais le type me retient par le bras. Je n’aime pas son regard.

« Peux-tu me lâcher s’il-te-plaît ? » fait-elle en serrant les dents, tentant de se contrôler et de ne pas se transformer.

Respire.

« Allez, juste quelques heures ! Toi et moi seuls...

- Eh, toi ! » appelle une voix que je connais.

Le type se retourne et se reçoit son point dans le nez, il tombe K.O. Je le regarde étonné.

« Quoi ? demande-t-il étonné. Ce n’est pas ce qu’un petit-ami est censé faire ?

-  Si si... Mais venant de ta part, ça m’étonne. C’est très Gryffondor ton comportement… » sourit la petite amie.

Il me prend la main et me tire contre lui.

« Embrasse-moi au lieu de dire des bêtises. » dit-il alors qu’il me relève le menton.

Je m’embrasse en lui murmurant un merci. On reste un peu tous les deux avant de finalement monter dans le bureau du directeur. C’est l’heure où ils doivent arriver. On attend tous impatiemment leur retour qui en fin de compte, ne vient pas...

Ca fait une heure qu’ils devraient être là. Je me ronge les ongles, je vais m’attaquer la peau si ça continue. Drago qui est à quelques mètres de moi me rejoint et me tient les poignets. Je le remercie du regard.

« Ils vont bien, j’en suis sûr. » la rassure-t-il.

Les autres suivent notre échange du coin de l’œil mais évitent tout commentaire de peur que je me mette en colère. Néanmoins notre échange doit être bizarre pour eux. C’est vrai que, normalement, je ne le porte pas dans mon cœur.

Au dîner ils ne sont toujours pas là, le directeur nous envoie manger même si le cœur n’y est pas. A la fin du repas on remonte attendre, mais rien ne se passe. La nuit avance, mais pas de retour du survivant et de mon frère. Mes larmes menacent de sortir, dans ma tête tous les scénarios catastrophes se font. Je sors du bureau pour m’éloigner de cette pression, je me laisse glisser contre un mur, la tête entre mes mains, et je pleure. Un bras se pose sur moi, je reconnais Malefoy et son parfum. Il me relève, on part dans un endroit plus calme, moi toujours accroché à lui.

« Ton frère est solide, et Potter n’est pas appelé le survivant pour rien ! » essaye de plaisanter Malefoy.

Ça marche, elle sourit un peu.

Le lendemain je ne vais pas en cours, Emmett et Harry ne sont pas rentrés. Le surlendemain non plus.

Je ne bouge pas, mais Drago vient me voir dans ma chambre.

« Tu es entré comment ? demande-t-elle surprise.

- Par le tableau. Les jumeaux m’ont laissé entrer, répond-il en souriant. De vrais passes-murailles ces deux-là. »

Il me rejoint sur mon lit et me prend dans ses bras.

« Et puis, c’est pour un de leur paris aussi. »

Je pose ma tête sur son torse. Il est un peu gêné. D’habitude quand on est dans un lit ont fini rapidement sans vêtements. Je prends sa main et la pose sur mon dos, l’autre je la laisse dans ma main et entre croise nos doigts. On reste comme ça. Rien que par ca présence, mon moral remonte un peu. J’ai bien fait de rester avec lui, j’ai besoin de lui. Je souris rien qu’à cette pensée. J’ai besoin de me changer les idées. Drago a dû le lire dans ma tête.

«  Pourquoi t’as choisi Gryffondor ?

- Parce que j’adore le rouge.

- Granger...»

Je soupire, blasée.

«  Le choixpeau m’a proposé les quatre maisons. J’avais lu l’histoire de Poudlard je connaissais leurs qualités, alors j’ai regardé la tête des gens, et ceux de Gryffondor étaient sympathiques.

- Granger Granger Granger … soupire Drago en fermant les yeux.
- Oui mon amour ?

- T’es pas possible. Tu ne peux pas répondre ?

- Mon bisou. » demande-t-elle avec une moue

Malefoy me fait pivoter sous lui et m’embrasse sur la joue, j’ouvre la bouche pour montrer mon mécontentement mais.

«  Tu n’as pas précisé où ! »

Il se rallonge à côté de moi.

«  Je suis allée à Gryffondor parce que je me sentais plus proche de mon frère. Il a toujours été courageux et je voulais être comme lui.

- Tu as toujours été comme lui, vous êtes pareils tous les deux. »

Je m’accroche à sa chemise.

«  Dis-moi qu’il va revenir… » demande la lionne triste et suppliante.

Il me prend dans ses bras avec douceur.

«  Il va revenir. » murmure Drago

Il m’embrasse doucement sur le front et continu de me bercer.

«  Je suis sûr qu’ils vont bien. Ils ont quelques jours de retard, rien de bien dramatique… »


A suivre …

Ou sont Harry et Emmett ? En vie ? Ou mort ? Blessé ?

Vous pensez quoi du petit couple ?

Review ?

 

26 : Ne refait plus jamais ça

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Notre petit moment intime est interrompu par Ginny qui entre sans frapper.

« Malefoy ? Qu’est-ce que tu fous là ? » demande la rousse surprise.

- Je prends le thé, répond sarcastiquement son petit-ami.

- Tu veux quoi Ginny ? demande Hermione avant la catastrophe.

- Ton frère et Harry sont rentrés. »

Ni une ni deux, on est déjà debout. On passe rapidement dans la salle commune, ils s’étonnent de voir Malefoy mais ne disent rien.

On se dirige vers le bureau mais Ginny nous stoppe.

« Non Mione, à l’infirmerie… » articule avec peine la rousse.

Paniquée, je me lance à toute jambe vers le lieu-dit. Je n’ai jamais couru aussi vite de toute ma vie. On arrive, et je freine à peine devant la porte, manquant bien entendu de tomber. Drago me retient, mais je ne le remercie pas et pousse fortement les grandes portes. Je cours vers les deux lits, sauf que je suis arrêtée dans mon élan par le professeur Rogue. Je tombe sur les fesses, je le fusille du regard mais m’étonne juste après. Il a des contusions sur le visage et le bras en écharpe. Il est aussi tout décoiffé.

Ça ne change pas.

Je ne sais pas si j’ai le plus mal au coccyx ou à la tête. Bref je me relève, aidée de mon petit ami. Rogue n’a pas bougé. Je vais pour m’avancer mais.

« Laissez-les se reposer, revenez plus tard, ordonne Rogue.

- Vous n’auriez pas dû… murmure le blond, mais trop tard.

- PARDON ?! hurle Hermione. CA FAIT 48 HEURES QUE J’ATTEND ! JE VEUX VOIR MON FRERE ET HARRY ET MAINTENANT !! » s’époumone-t-elle.

Il me laisse passer devant ma fureur et, vu sa tête, devant mes yeux qui ont probablement dû devenir jaunes. Je sens mes doigts brûler. J’arrive à me contrôler sauf dans mes excès de rage.

Je m’approche doucement des lits d’Em’ et Harry. Je m’assoie entre les deux. Harry a un bandeau sur la tête et Emmett a le nez cassé et un cocard. Drago se rapproche de moi mais je le recule violemment. Je continue mon inspection. Harry doit avoir une jambe de cassé et Emmett quelques côtes et le poignet. Je pleure, Drago refait une tentative d’approche tout aussi infructueuse que la première sauf que je me retourne vers lui et le martèle de coup en hurlant.

« C’EST DE TA FAUTE. TU M’AVAIS DIT QU’ILS ALLAIENT BIEN !! C’EST DE TA FAUTE !  »

Je continue de la frapper mais il finit par m’immobiliser. Je me débat comme une furie.

« Calme toi, ils vont bien, rassure Drago.

- TU DIS N’IMPORTE QUOI ! continuait Hermione de hurler sur son petit ami. REGARDE-LES ! »

Enervée qu’il me tienne ainsi, je laisse ma colère sortir. Les flammes sortent des mains et remontent sur mes bras. Par obligation, il me lâche.

« Tu es complètement folle ! » dit son petit-ami avant de partir.

Je ne fais plus attention à lui et me re-concentre sur les blessés. Ginny n’a pas pu entrer. Interdiction. Moi, je m’en fiche, personne m’empêchera de rester ici, avec mon frère. Je les regarde, Malefoy est complètement sorti de ma tête, ce qui m’inquiète c’est EUX. Je pleure.

« Mr. Malefoy a raison, ils vont bien. Ils …. commence Rogue.

- On ne vous a pas demandé votre avis professeur, dit-elle amer.

- Stupide Miss Je-Sais-Tout… soupire le maitre des potions. Vous allez pourtant m’écouter. »

Elle ouvre la bouche, mais est vite interrompue.

« Taisez-vous ! crache-t-il. ILS DORMENT ! Ca fait plusieurs jours qu’ils n’ont pas dormi correctement » affirme Rogue.

Je le regarde de travers.

« Ca veut dire que je dois leur survie à vous ? » demande-t-elle.

Il me regarde de travers, non part stupidité mais surement pour ma déduction rapide.

« Ne les voyant pas revenus lundi soir, vous êtes allé les chercher mais ils s’étaient foutus dans la merde, donc vous les avez secourus d’où vos blessures. Je me trompe ?

- Non, répond simplement Rogue mais d’un ton froid. Ces deux idiots sont des aimants à catastrophes. Votre frère et vous, vous ressemblez vraiment.

- Arrêtez de me complimenter ainsi, je vais rougir. »

Je regarde mon frère.

« Alors ils dorment juste ?

- Oui. » confirme Rogue.

Je pleure une nouvelle fois, mais de soulagement. Ça veut aussi dire que je m’en suis prise à mon petit-ami injustement alors qu’il voulait juste m’aider…

Oui, le pauvre quand même, tu as été méchante avec ce pauvre Drago...

Mais avant je dois m’expliquer avec le directeur avec ses missions « sans risques »… Je t’en foutrais, moi, du sans risque. D’ailleurs il arrive.

« Je sais miss Granger je sais, vous avez très envie de me faire brûler les cheveux et ma jolie barbe mais vous ne le ferez pas. »

Je grogne. Il sourit.

« Allons allons Miss Granger, ils vont très bien ! Et puis Mr. Granger a l’habitude des missions dangereuses. Lui et Mr. Malefoy ont en vues d’autres...

- Je sais, mais je ne le savais pas. LA c’est différent…

- En quoi ? Parce que vous et Mr. Malefoy sortez ensemble ? »

J’ouvre la bouche étonnée. Il sait vraiment tout.

« Ça n’a rien à voir. Emmett est le seul qui reste près de moi. Il est le seul de ma famille. Et puis d’abord c’est de votre faute !

- J’en suis conscient Miss Granger, affirme Dumbledore. Allez donc vous reposez. »

Je pars, c’est un ordre. Epuisée je m’endors même si je dors mal.

Avant d’aller en cours, je pars voir mon frère, quand j’entre, il est réveillé, Harry dort toujours. Il y a aussi Malefoy. Je fais comme s’il n’était pas là, non pas que je lui en veuille toujours, au contraire. C’est à moi que j’en veux de m’être comportée de la sorte, je n’aurai pas dû. Je ne sais pas comment il va réagir... Je m’avance prudemment vers mon frère qui me sourit, je l’embrasse sur la joue.

Je vois ma sœur avancer, elle m’embrasse tout en ignorant mon meilleur ami qui a un regard triste. Je me doute qu’ils ne se sont pas parlé ces deux-là pendant notre absence. Je vais pouvoir m’en occuper, on a plus de mission de prévue. Et de toute façon, ce serait trop dangereux pour nous de sortir du château avec tous les Mangemorts qui nous sont tombés dessus. Heureusement que Rogue était là. Il nous a sauvé la vie.

« A quoi tu penses grand frère ?

- Rien d’important, répond-il en souriant. Tu n’as pas beaucoup dormi, tu as vu ta tête ? la taquine Emmett.

- Non mais tu t’es pas vu, avec ton nez et ton œil ! rétorque-t-elle en rigolant.

- Je vais en cours, à plus tard, annonce Drago.

- Tu devrais y aller toi aussi. On a botanique, dit Em’ à sa sœur.

- Pas envie… boude la Gryffondor. Je ne veux pas me faire bouffer par ses stupides plantes.

- Mione...

- Oh ça va, On dirait papa, boude sa sœur un peu plus.

- D’accord, reste mais je veux savoir tout ce que tu as fait ces derniers jours… Et je constate qu’avec Drago, ça ne va pas mieux, déclare-t-il en fixant sa sœur qui est gênée.

- Je vais en cours » dit-elle précipitamment.

Je fuis rapidement. Je ne veux pas avoir cette conversation avec lui. Déjà, ça ne le regarde pas, et puis je ne sais même pas si Drago va vouloir me reparler après ce que je lui ai fait. Bordel, je ne peux pas réfléchir avant d’agir, un peu ?! Et écouter, juste écouter, Hermione. C’est pas compliqué. Je pars en cours à reculons. J’arrive en retard.

« Entrez, Miss Granger. »

Je vais me mettre à coté de Ron, le plus loin de Drago. Je ne le regarde pas pendant le cours, mais je sens quelqu’un me regarder, et je sais que c’est lui. Ca me met mal à l’aise, mes mains tremblent, j’arrive à peine à me concentrer. C’est la première fois que ça m’arrive. Oh mon dieu. C’est ça être amoureuse ? Aie … Ca veut dire que je l’aime. Snif. J’espère qu’il ne m’en voudra pas…

C’est la fin du cours, heureusement parce que j’ai failli finir à l’infirmerie au moins trois fois sous les moqueries de Ron. Je vous jure les amis ; c’est plus ce que c’était. Je me dépêche de sortir pour rattraper Malefoy mais j’étais tellement plongée dans mes pensées qu’il est parti rapidement. Et puis forcément, on a deux heures de libre. Tant pis, je vais voir Emmett et Harry mais en chemin je croise des complications.

« Salut Hermione, dit un mec avec qui elle a couché il y a quelques mois.

- Salut… répond-elle, méfiante.

- Ça te dit pas que toi et moi, on aille se promener dans le parc ? propose-t-il.

- Non merci. » dit-elle catégorique.

Je vais pour passer mais il me bloque le passage.

« Aller, on va bien s’amuser toi et moi… »

Il me caresse le bras. Je me dégage fortement.

« Je t’ai dit non ! grinça-t-elle entre mes dents. Laisse-moi passer maintenant !

- Non non jolie Hermione, rétorque-t-il en lui tenant fermement le poignet. On va bien s’amuser… »

Il commence à me tirer mais je me débats, j’oublie que je suis une sorcière.

« NON MAIS TU VAS ME LÂCHER, ESPECE DE CRETIN ?! » hurla Hermione dans le couloir.

Ce crétin me broie les os du poignet.

« TU la lâches. Tout de suite » dit son sauveur, appuyé nonchalamment contre un mur, les bras croisés, en face de nous.

Le type s’arrête, ne me lâchant pas. Il toise mon sauveur.

« Malefoy ? dit-il surpris, avant de se ressaisir. Laisse-nous passer. Ca ne te regarde pas, crache-t-il.

- Je n’aime pas me répéter. Fait ce que je te dis, répond-il avec un sourire en coin. Et ça me regarde plus que tu ne le crois…

- J’ai pas envie. J’ai envie de m’amuser avec Hermione. Puis t’es pas son mec ! »

Il rigole jaune.

« Non, en effet… » dit-il froid.

Mon cœur se fissure.

« Mais ce n’est pas une raison pour abuser d’une fille. Et si son frère te tombe dessus, je ne donne pas cher de ta peau.

- Son frère ne me fait pas peur.

- Soit tu es stupide soit tu ne tiens pas à la vie, sourit Malefoy. Va te trouver une autre fille.

- Non, c’est Hermione que je veux. »

Drago soupire devant son entêtement. Le crétin me broie toujours le poignet.

« Et d’ailleurs, je ne suis pas persuadé que ça plaise à son copain non plus, même si en ce moment ils sont en froid. Et plus il est assez protecteur.

- Pfff…

- Tu commences à m’énerver sérieusement, lâche Drago en sortant sa baguette et en la faisant tourner dans ses doigts. Maintenant tu lâches son poignet et tu te tires. »

Mon petit-ami pointe - enfin je crois - sa baguette sur le type. Là, il se dégonfle enfin et me lâche. Pas trop tôt je ne sentais plus ma main ! Je me frotte le poignet. Le type se barre rapidement.

« Merci…

- Je t’en veux toujours, dit-il d’un ton froid.

- Je comprends, dit-elle toujours dans un murmure. Je suis désolée, rajoute-elle sur le même ton.

En prime, je baisse les yeux.

« Il va m’en falloir un peu plus. Tu n’avais pas à agir comme ça, surtout avec moi.

- Je sais. Je m’en veux. Je n’aurai pas dû me comporter ainsi mais j’avais tellement peur pour mon frère.

- Ne te cherche pas d’excuse.

- Non bien sûr. Je devrais apprendre à réfléchir avant d’agir.

- Je ne te le fais par dire. » répond -il d’un ton froid.


A suivre …

Vont-ils se réconcilier ?

Emmett et Harry sont enfin de retour ! Et vivants ! Je ne pouvais pas les tuer !

Review ?

 

27 : Bagarre, explication, réconciliation

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Il s’en va comme il est venu, en silence. Je n’ai plus envie ni la motivation d’aller voir mon frère. Je pars m’enfermer dans ma chambre mais je passe obligation dans la salle commune. Je ne prête pas attention au personne qui si trouve. Néanmoins on vient me déranger dans ma chambre. Je m’allonge en boule sur mon lit.

« Salut Mione !

- Oh… Salut Harry… dit-elle dans un sourire triste. Tu es sorti de l’infirmerie !

- Oui. Ton frère aussi d’ailleurs.

- … 

- Ça va, Mione…? »

Je renifle, je sens les larmes monter.

« Ton poignet.... Qu’as-tu fait ? demande son meilleur ami inquiet.

- Rien de grave. » dit-elle en fixant son poignet.

Harry s’allonge à côté de moi.

« Alors, qui te fait des misères ?

- Mon petit-ami.

- Tu as un petit-ami ? demande Harry surpris.

- Ne fait pas cette tête, je peux aussi me poser avec un garçon.

- Mais Malefoy ? Tu l‘as oublié ? Harry est perdu

- … »

Elle le fixe avec insistance.

« Oh, c’est lui ? »

Je fais oui de la tête.

«  Et il t’as fait quoi ? Si c’est lui pour le bleu je vais lui dire deux mots à ce sale Serpentard ! s’énerve Harry

- Non non, ce n’est pas lui le bleu. Et c’est de ma faute, lui n’a rien fait.

- Dommage, je lui dois une droite... » sourit Harry.

Moi ça ne me fait pas rire. Le voyant, il me caresse doucement la joue. Je renifle pour retenir mes larmes.

« Je l’ai brûlé. »

Harry hausse les sourcils

« Tu sais avec …

- Oh….

- J’étais tellement paniquée à cause de vos blessures que je n’ai pas réfléchi.

- Ah ma petite Mione, mais ton impulsivité nous a sorti plusieurs fois de la merde, tu sais ! »

Il sourit.

« Ne t’en fait pas ça va s’arranger.

- Tu crois ? »

- Mais oui, comment veux-tu qu’il te résiste ? Tu as déjà réussi l’exploit d’en faire ton petit copain ! sourit le survivant. Tu regrettes ? 

- Bien sûr que non ! »  crie-t-elle à moitié.

- Dans ce cas-là, je vais même aller le voir et s’il ne veut pas me croire je le tabasse pour toi, rigole Harry.

- Tu veux vraiment le frapper ? Hein ?

- Euh… Oui !

- Merci Harry. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi. »

Il ouvre la bouche mais elle l’interromp.

« Si je sais, des bêtises. Pas la peine de le répéter. »

Il rigole et je l’accompagne. On finit par descendre à la recherche de mon petit ami.

« Au fait personne n’est au courant pour lui et moi… dit Hermione doucement.

- Je ne dirais rien.

- Merci. Même pas à Emmett, rajoute-elle

- J’ai compris. Je n’ai pas ton cerveau, mais je ne suis pas stupide.

- Désolée.

- Ils sont là-bas. J’y vais. » sourit Harry.

Je rigole nerveusement.

« Quoi ? demande mon meilleur ami.

- On dirait juste des ados prépubères… Tu sais, je tiens vraiment à lui, il est vraiment important pour moi, dit-elle doucement.

- Ne t’en fais pas… Il y a une partie que tu veux que je lui refasse ? rigole Harry.

- Fais donc attention à ce qu’il ne te frappe pas ! rigole la lionne. Il pourrait te foutre à terre.

- Je suis le survivant, rien ne peut me tuer ! plaisante Harry.

- Tu veux que je me transforme pour voir comme va réagir le héros national ? se moque-t-elle. Allez, va te battre.

- Tu aimerais qu’on se batte pour toi ? C’est ton fantasme ! Avoue.

- J’avoue, j’avoue ! Par contre, je veux bien que vous viriez vos fringues aussi.

- Grosse perverse… grimace son meilleur ami.

- Moi ? Mais je suis un ange !

- Mais bien sûr…

- Parfaitement ! dit-elle sans aucune prétention, aucune.

- Rappelle-moi avec qui tu as perdu ta virginité ? argumente son meilleur ami.

- Tu n’es pas mieux que moi.

- Je sais, mais je ne le nie pas ! »

On rigole devant son faux air de pervers.

« Allez, je vais réaliser ton fantasme. »

Il se dirige vers les deux Serpentards. Je lui crie.

« Arrache-lui sa chemise avec tes dents. » rigole-t-elle.

Je vois la tête de quelques premières années choqués. Je rigole encore plus.

Un peu plus tôt.

On marche avec Drago dans le parc.

« Alors ?

- Alors quoi ? demande son meilleur ami.

- Il sait passé quoi avec ma sœur ? demande Emmett

- Rien. » répond -il précipitamment, un peu trop même.

On s’assoie dans l’herbe. Au loin on voit ma sœur et Harry. Ils s’arrêtent alors qu’ils nous ont vu. On entend pas leur conversation mais ils ont l’air de bien rigoler. Drago un peu moins.

« Non mais regarde-les. Qu’est-ce qu’ils ont à se marrer comme ça ? » marmonne Drago.

Je le regarde de travers, il ne s'est jamais comporté de cette façon. En plus il ne lâche pas ma sœur du regard… Qu’est-ce qu’il s’est passé pendant ces quelques jours ? Il faut que je le découvre. A moins que…

« Tu sors avec ma sœur ?

- Non ! répond précipitamment Drago

- Vous avez parlé ?

- Oui.

- Et…?? Insiste le brun, à bout de patience.

- Et quoi ? se moque Drago.

- Alors ? Le résultat ?! J’ai l’impression que c’est pire, mais il y a quelque chose qui ne va pas dans le tableau, sauf que je n’arrive pas à mettre la mains dessus… »

Il réfléchit.

« Non, je ne vois vraiment pas.

- Voilà Potter !

- Faut qu’on parle, Malefoy ! dit Harry en croisant les bras sur sa poitrine. En privé. »

Il se lève en soupirant et s’éloigne.

« Tu vas lui en vouloir longtemps ? demande de but en blanc Harry.

- Oui.

- Hermione est butée je le sais, mais je ne pensais pas que tu l’étais

- St Potter a parlé. Ma vie avec Hermione ne te regarde pas.

- Si justement, c’est ma meilleure amie que j’ai retrouvé effondrée dans sa chambre. »

Malefoy le fixe étonné.

« Elle s’en veut. Tu la connais, elle est impulsive, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle tient à toi. Et personne n’a eu cette place privilégiée, même pas Krum. Mione va me tuer de dire ça mais tu l’obsèdes jour et nuit de ca depuis des semaines, informe Harry.

- Elle n’avait pas à faire ça, je voulais juste l’aider ! se défend Drago, légèrement troublé par ces révélations.

- Mais elle le sait ! Mais son frère est toute sa vie, sa seule famille, sans lui elle perd pied... Toi et moi avons du mal à le comprendre parce que nous sommes fils unique, mais pour être parti en mission avec les deux, je peux te dire qu’ils sont complémentaires. Hermione était différente l’année où elle n’avait pas de nouvelle, c’est aussi pour ça qu’elle a tellement changé. Elle compensait.

- Pourquoi n’est-elle pas venue elle-même ? interroge Drago.

- Tu l’aurais écouté, peut-être ? Non, elle t’a fait des excuses. Son mal-être témoigne de sa sincérité. »

Harry et sa grande sagesse.

« Et si tu ne lui pardonnes pas je te frappe, rigole Harry. Je t’en dois une !

- Mais frappe, je t’en prie, de toute façon j’ai plus de force que toi, Et je ne lui pardonnerai pas… Pas tout de suite en tout cas. »

Harry lui envoie une droite, Drago répond mais plus gentiment. Ils ne se battent pas vraiment c‘est juste une petite bagarre entre amis si on met à part le premier coup envoyé par Harry. Drago finit décoiffé, et Harry l’est toujours. Je me précipite pour les séparer, Hermione me rejoint mais me retient. Je vois ses larmes sur ses joues. Drago se relève et la fixe. Hermione part en courant. Je suis le seul à être perdu et je ne le suis d’avantage que quand Harry prend la parole.

« Ça te suffit comme état ou tu veux continuer ? » demande Harry pas très gentiment.

Moi je pars dans la bibliothèque, tout au fond de la salle, dans un coin quasi noir où personne ne va. Je m’assoie au sol, replie mes jambes près de moi et pleure. Je pose mon front sur mes genoux.

Je n’en ressors que le soir. Je ne vais pas en DCFM et sortilèges. Pas envie. Je ne vais pas manger non plus. Je me dirige vers la salle des Gryffondors, pensant ne trouver personne. Sauf bien sûr un blond décoloré assis par terre à côté du tableau de la grosse dame. Quand il me voit il se lève.

« Va-t’en Drago si c’est pour me jeter encore… dit-elle tristement.

- Non non. Je … Euh… J’ai agi comme un idiot. Tu t’es excusée et moi je t’… dit Drago

- C’est avant tout de ma faute. Je n’avais pas à te repousser, tu n’y étais pour rien… Je m’en veux tellement. »

Je me retiens de pleurer pendant qu’il me caresse le visage.

« Ça se voit. Tu ne devrais pas pleurer autant. Je ne veux pas te voir pleurer surtout à cause de moi, commence Drago.

- J’arrêterai d’être une insupportable chieuse, sourit la lionne pitoyablement.

- Surtout pas, dit Drago en l’approchant de lui. C’est comme ça que je t’adore. »

Je l’embrasse doucement.

« Je ne veux plus que tu sois loin de moi, c’était horrible.

- Je te promet mais tu me promets de ne plus me brûler, dit Drago

- Promis. »

On monte dans ma chambre, épuisée je m’endors avec mon amoureux.


«  Oh merde ! dit-elle affolé en fixant mon réveil. Drago, lève-toi !! »

Elle le secoue.

« Qu… Quoi ? demande-t-il endormi.

- On est en retard ! Lève-toi ! »

Hermione commence à se lever mais il la retient et l’embrasse.

« Drago ! le réprimande la jeune fille. On a cours dans quinze minutes dans le parc avec Hagrid ! »

Je me dégage, m’habille rapidement. Drago se lève, et d’un sort il fait venir des vêtements propres et s’habille. Je le regarde faire.

« En fait tu m’as forcé à me lever pour pouvoir me mater ! » se moque Drago.

Je lui tire la langue avant de lui sauter dessus, il en tombe sur le lit, je l’embrasse avec fougue et commence à lui enlever sa chemise.

« On va être en retard… » argumente Drago alors qu’elle l’embrasse sur le torse.

Hermione grogne pour toute réponse.

« Voyons, Miss Granger, ce n’est pas bien ce que vous faites. »

La lionne vient de passer sa main sur son service trois-pièces.

- Hagrid ne dira rien. » dit-elle souriante, commençant à le caresser.

Dans un effort il me repousse, je re grogne.

« Ils vont se douter de quelque chose si on arrive en cours en retard… dit son petit ami. Il ne nous reste que cinq minutes en plus. »

De mauvaise grâce je me lève. On part en cours sans vraiment se presser.

« Drago ? »

Il se tourne.

« Pourquoi on garde ça pour nous ? demande-t-elle.

- Pour ne pas qu’il t’arrive quelque chose. Les Mangemorts s’en prendrait à toi. Ils l’ont un peu mauvaise depuis que je suis parti, argumente son petit-ami.

- Je sais me défendre, et puis ce n’est pas comme si tu étais encore un Mangemort.

- Tu veux que les autres le sachent ? demande-t-il.

- Pas spécialement, mais j’en ai marre de te retrouver dans un coin, de me cacher. Et puis, tout le monde s’y attend. Et ne me sort pas le prétexte qu’il ne faut pas que les Mangemorts le sachent. Néanmoins je ne te force pas. Si tu ne veux pas c’est pas grave. »

Je vois dans son regard qu’il ne veut pas, je l’embrasse sur la joue pour  lui faire comprendre que je ne lui en veux pas mais je suis quand même un peu triste. J’essaye de ne pas le montrer. On sort finalement.

On est à une vingtaine de mètres de la cabane d’Hagrid quand ….


A suivre…

28 : Simples gestes Gryffondor-Serpentard

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


On approche de la cabane de Hagrid quand Drago me prend la main et entrelace nos doigts. Je lui fait un sourire resplendissant, il me répond par un bref sourire timide.

« Désolée Hagrid, dit-elle.

- Pas de problème Hermione. » répond son professeur

On s’assoie comme si de rien était. Aujourd’hui c’est théorie. On est tous assis par terre devant sa cabane. Il ne fait pas très chaud alors je me colle à Drago, il ne bouge pas mais j’ai toujours froid alors je prends son bras et le met sur mes épaules. Je me cale confortablement. Tous les regards sont braqués sur nous, je m’en fiche. Même Hagrid n’a pas l’air de s’intéresser à ce qu’il dit. Le mieux c’est les regards de Harry et Emmett. Moi je jubile intérieurement.

Je vois ma sœur arriver en retard avec Drago, et là, au comble de la surprise mon meilleur ami lui prend la main. Tout le monde est étonné à part Harry. Nos visages sont tous semblable. Choqué, étonné, perdu, largué, et encore choqué. De tout le cours, je ne les lâche pas du regard. En plus, ma surprise augmente quand elle se blottit dans ses bras. Je suis content, j’ai ce que je voulais, mais je suis quand même surpris. Je pars cinq jours en missions et ces deux-là se mettent ensemble ! Il me faut des explications.

A la fin du cours, Harry vient nous voir avec Emmett qui croise les bras sur son torse.

« Explication ! menace le frère.

- On a cours de métamorphose, dit la lionne pour énerver son grand frère.

- On a dix minutes. » réplique celui ci

On se dirige tous les quatre vers le château.

« Je t’avais dit que tout s’arrangerait ! sourit Harry. En plus tu as vu on s’est battu ! rigole le survivant. Ça t'a plu ?

- Non, dit Hermione froide.

- Ma sœur n’aime plus la bagarre ?

-  Tu lui as pas arraché sa chemise. »

Je fais un coup de tête vers mon petit ami.

« Je me disais aussi… dit Emmett blasé.

- Tu aurais voulu que tout le monde voit mon corps de dieu ?

- Non, mais moi je l’aurai vu. »

Je passe ma langue sur mes lèvres avec un regard provocateur. Il déglutit mais jette un coup d’œil à mon frère. Il va rester distant quand mon frère sera dans les parages. Il faut que je lui en touche deux mots.

En même temps, il est flippant ton frère.

Je ne lui en veux pas trop. Et puis c’est vrai qu’à sa place je serais pareil. On a tous vu comment se comportait mon frère quand on me touchait.

Je vais jouer les gros durs, on va bien rigoler. Petite vengeance mon petit Drago. Petite vengeance.

FLASH BACK

Je sortais avec un Serpentard de sixième année. On avait fini de manger, il m’avait rejointe. Il posa sa main autour de ma taille, sa main à commencer à descendre sur mes fesses. Réaction normale, on passait plus de temps à coucher ensemble qu’à parler. Emmett qui suivait la scène depuis le début s’était levé d’un bon, il avait pris le mec par le col et l’avait plaqué contre le mur.

« Je t’interdis de poser tes mains sur ma sœur ! » grimace Emmett.

Le type ne touche quasiment plus le sol. J’essaye de retenir mon frère mais pas trop, de toute façon je n’ai aucune chance.

« Si tu savais ou je les ai mis hier soir… » provoque le type.

Ce type est idiot. Il veut mourir. Emmett le décolle du mur avant de le replaquer plus durement.

« Oh ça va, ta sœur n’est pas une sainte, et puis elle a aimé ça. »

Ce type veut mourir. Ce type va être célibataire dans quelques minutes.

« Ne la retouche plus jamais ! dit son frère très menaçant.

- Je fais ce que je vé-... » commence le Serpentard.

Il se tait parce que le point de mon frère vient d’arriver dans sa mâchoire qui d’ailleurs émet un craquement pas très rassurant. Emmett s’en va et moi je jette le défiguré.

FIN DU FLASH-BACK

C’est l’après-midi pendant le cours sortilège que je peux lui parler.

« Pssst , grand frère… murmure la préfète en chef.

- Oui ma petite sœur adorée? Qu’est-ce qu’il y a ?

- J’aimerais que tu arrêtes de faire flipper Malefoy.

- Tu le défends maintenant ? Il s’en est passé des choses ! rigole Emmett.

- C’est mon petit-ami... Tu ne vas pas lui casser la figure ? demande-t-elle inquiète.

- Ca ne te dérange pas qu’Harry se batte avec lui ?

- Non, parce que le survivant se serait pris une déculottée, sourit Hermione. Et puis tu ne fais pas partie de mes fantasmes, rigole-t-elle, avant de reprendre la parole d’un ton inquiet. Alors ?

- Je ne sais pas, je vais voir... »

Je vais la faire patienter en peu. Bien sûr que je ne lui ferai rien, depuis le temps que je voulais qu’ils soient ensemble…. Mais je ne vais pas leur dire… Ça leur apprendra de ne m’avoir rien dit. Na ! Mmm… Ca fait très fille ce que je viens de dire, non ?

« Arrête de lui faire peur, s’il-te-plaît ! » supplie la petite sœur.

J’adore voir ma petite sœur me supplier.

« Moi faire peur ? Je suis un ange.

- Je ne vois pas ton auréole sur ta tête, se moque Hermione. Il… Il est important pour moi… ajouta-t-elle doucement.

- Je vais voir… » cède l’ours

C’est la fin du cours, je sors rapidement, les laissant flipper un peu. Je vais me venger. On ne laisse pas Emmett Granger de côté ! Même Harry était au courant… Puis c’est quoi son histoire de fantasmes ? J’en frissonne d’horreur.

« Mon frère va nous en faire baver.

- Je suis mort.

- Mais non. Tu es son meilleur ami ! Je crois qu’il se venge plus du fait qu’on ne l’ai pas mis au courant…

- Tu crois ?

- Mais oui. » le rassure-t-elle.

Je lui souris avant de l’embrasser et partir en cours de runes anciennes.

Je m’ennuie pendant ce cours, je suis seule à le suivre. Les autres ont fini. J’espère qu’Emmett ne va pas trop le …

faire flipper un peu le petit Drago. Je vais bien m’amuser. J’attends juste que Mione soit partie à son cours.

« Mon petit Drago, faut qu’on parle… » dit Emmett d’une voix sadique.

Il me sourit en coin. Merde, je suis sûr qu’il n’a pas peur de moi. Saloperie de petite sœur.

« Bon j’y vais. » dit Harry en s’éloignant rapidement.

Nous on part dans une petite cour près du château. Drago s’assoie sur un banc, moi je me plante devant lui en faisant le « grand frère protecteur ». Il sourit en coin et croise aussi les bras. On se toise, au début nos regards sont durs mais ils s’adoucissent peu à peu. On reste quelques minutes - je crois - sans bouger, juste à respirer.

Drago a toujours son sourire en coin et moi je fini par sourire complètement alors que nos regards sont amicaux.

« Tu vas me donner les détails ? Ou faut que je rentre dans ton cerveau ?

- Il a des détails que je vais garder pour moi… dit Drago.

- Comme ? »

Il hausse un sourcil d’un air de dire: tu te fous de moi j’espère ?  Je comprends.

« Tu as couché avec ma sœur ? s’écrie Emmett. Je vais te faire bouffer ta baguette ! » dit Emmett à moitié sérieux, à moitié heureux.

Moi je suis en cours de runes anciennes, en plein devoir. Il y a donc un silence de plomb dans la salle jusqu’à ce que l’on entende la douce voix mélodieuse de mon frère sous une fenêtre de notre salle. Je baisse les yeux sur ma copie. Note à moi-même : l’étriper à la fin du cours. Je vais louper mon devoir s’il ne se tait pas.

« Oui ! Et même que c’était génial si tu veux tout savoir. » renchérit Drago.

Je vais louper mon devoir… Le prof me regarde de travers. Je me plonge sur ma copie alors que les autres élèves attendent avec impatience la suite…. Mon Dieu... Ne donnez pas les détails s’il-vous-plaît…

« Je peux savoir où ? demande-t-il. Et combien de fois ? »

Pitié, si dieu ou autre divinité existe, faite les taire… Le prof n’apprécie pas trop de savoir que la préfète en chef que je suis s’envoie en l’air dans tout le château.

« Miss Granger, vous serez collée pendant un mois tous les soirs. Et estimez-vous heureuse que je n’en parle pas au directeur. »

Dommage, me dis-je intérieurement, au moins je n’aurai rien, vu que lui aussi a parié sur notre couple avec Drago.

« Je vais garder ça pour moi.

- Vous connaissant ça doit être partout.

- Ouais, tu as raison, mais on a préféré faire ça dans ton lit. » se moque Drago.

Les élèves me regardent étonnés alors que moi… Bah moi je ne fais rien… j’arrive même pas à me concentrer.

Je regarde mon meilleur ami d’un air outré. Il se met à rire, moi aussi…. Je l’ai bien cherché quand même.

« Ah mon petit Drago, tu m’as bien eu. »

« Miss Granger, vous direz à Mr. Malefoy que la punition s’applique aussi à lui.

- Bien Madame.

- Comme ça vous pourrez explorer d’autre coin du château… Mais vous garderez vos vêtements. Mais je suis sûr que le ménage va autant vous occuper. »

Les élèves ricanent. Je les fusille du regard, ils retournent à leur occupation. C’est-à-dire écouter mon petit ami et mon frère.

Drago me raconte comment ça s’est fait. Je suis content pour eux deux même si je ne l’attendais pas à ce que cela se fasse aussi rapidement.

Heureusement que Drago a baissé le son de sa voix, on entend que des murmures et heureusement, les élèves ne comprennent rien. Ils retournent à leur devoirs. Moi je fais quasi feuille blanche.

« Tu ne vas pas me casser la figure ? demande Drago peu rassuré.

- Bien sûr que non… Tu es le seul que mérite ma sœur… Je t’ai fait flipper aujourd’hui ?

- Ouais, dit-il peut fière. Mais en même temps je ne suis pas à Gryffondor, le courage ne fait pas partie de mes qualités.

- On s’est retrouvé dans des situations qui aurait fuir la plupart des lions.

- Comme avec les loups garous !! » rigole Drago.

Moi aussi je rigole. On l’a échappé belle ce coup-là.

Le prof nous dit que c’est la fin du cours. Je dépose mon devoir.

« Vous aviez déjà fait mieux, Miss Granger. »

Je hausse les épaules. Je déteste cette prof. Je rejoins mon frère dans le but de le tuer après des heures et des heures de souffrance.


A suivre ….

Hermione va-t-elle étripé son frère chéri ?

 

29 : Je ne veux pas, pitié je ne veux pas.

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Je me dirige comme une folle furieuse vers mon frère. Je tape des pieds, mon souffle est court, mes yeux lancent des éclairs. Je dois probablement ressembler à Bellatrix Lestrange. M’en fiche je vais l’étriper, le torturer, lui arracher tout ce qui sera à portée de mains.

« Je crois que ta sœur est plus flippante que toi en ce moment. » rigole Drago.

Qu’est-ce qu’on a encore fait ?

« Toi, je vais t’étriper, dit-elle une fois arrivée à notre hauteur.

- Mon petit dragon… commence Drago mais elle le coupe.

- Je m’occupe de toi après… grince la lionne des dents. Et tu auras aussi envie de le tuer quand tu sauras pourquoi je suis énervée, continue-t-elle sur le même ton. Mais avant, Emmett, je vais te faire souffrir !

- Je peux savoir pourquoi ?

- POURQUOI ? » s’époumone Hermione.

Je m’éloigne et marche quelques pas pour évacuer un bout de ma colère. Je reviens à l’attaque.

« Vous savez sur quelle salle donne ces fenêtres ? demande-t-elle en leur montrant les fenêtres de la salle de rune ancienne.

- Non, dirent-ils en cœur.

- C’est ma salle de rune ancienne et vous voyez on était en devoir aujourd’hui, commence Hermione tout en essayant de ne pas exploser de colère. Disons qu’on VOUS A ENTENDU DISCUTER, explose-t-elle vraiment énervée

- Oups, dirent les deux en cœur.

- Mais attendez c’est pas le mieux !

- D‘habitude ça ne te dérange pas que l‘on parle de ça, dit son grand frère.

- J’y viens, j’y viens. »

Je respire un coup avant de me lancer. 

 « Le plus drôle, c’est que la prof vous a entendu quand c’était la partie où Drago et moi on s’amusait un peu partout dans le château, elle l’a -comment dire - A-DO-RE. »

- Oups…

- Comme tu dis mon petit Emmett, dit-elle d’un ton sadique. Alors TOUT est de TA FAUTE !

- C’est Drago qui a parlé ! se défend son frère.

- MAIS C’EST TA CURIOSITE QUI L’A FAIT PARLER ! » hurle-t-elle.

Je fais un sourire sadique en pensant à ma vengeance. Je me retourne vers mon petit ami, m’approche et l’embrasse doucement. Je reste dans ses bras.

« Alors moi tu m’engueules et lui tu l’embrasses ? dit-il choqué. Lui aussi a parlé.

- Je sais bien. Mais comme je te l’ai dit la prof n’a pas digéré nos parties de jambes en l’air, donc la mauvaise nouvelle pour toi et moi Drago, c’est qu’on est collés pendant un mois.

- Emmett, je vais te tuer, grimace Drago.

Je souris jaune.

« On va faire quoi pendant nos colles ?

- Du ménage… informe la lionne sans joie.

- Tu veux le torturer Hermione ? »

Elle fait oui de la tête.

« Tu me laisseras m’amuser aussi ?

- Si tu veux. »

- Ne dors que d’un œil Emmett, tant ce soir que les soirs prochains... »

On s’éloigne main dans la main.

« Bon weekend Emmett ! » dit la Gryffondor sadique.

- Amuse-toi bien ! » rajoute Drago.

On marche dans les couloirs.

« Les profs vont nous avoir l’œil… soupire dépitée Hermione. Sans parler que ça a dû faire le tour de Poudlard. »

Je gémis, blasée.

« Mais non, je suis sûr que non ! » le rassure son petit-ami.

Une bande d’élèves de Serdaigle passent à côté de nous.

« Alors c’est vrai ce qui s'est dit en cours ? demande l’un d’eux curieux.

- Vous couchez ensemble depuis longtemps ?

- C’est vrai que vous avez fait ça dans le bureau du directeur ?

- J’ai entendu dire que vous l’avez fait en cours de Potions ? »

Je les regarde dépitée, prête à leur sauter à la gorge. Ce que je m’apprête à faire d’ailleurs, mais Drago me retient par la taille.

« Oui c’est vrai, mais on ne fait plus de démonstrations publics. Désolé. » dis Drago amusé

Il me tire loin des Serdaigles. Lui, il sourit, sûrement fier de sa bêtise alors que moi j’ai envie de tous les égorger. Heureusement pour eux que Drago les protège.

« Aller viens on a une réunion de l’ordre.

- Veux pas y aller, boude-t-elle. 

- Mais si, ça va être marrant… sourit Drago.

- Oh oui on va bien se marrer, en plus il y a la moitié des profs, youpi, soupire-t-elle sarcastique. Je suis sûr que cette vielle peau leur a tout dit. »

Lui, il sourit en coin avant de m’embrasser. C’est à reculons que je rentre dans la salle. Drago lui rigole devant la tête outrée et choquée de certains professeurs. Certains me jettent des regards attristés genre "Je ne vous croyais pas comme cela miss Granger"… Tsss, je ne suis pas une sainte non plus.

Ca, on le savait déjà.

« Bien, commençons la réunion. » dit le directeur.

Ouf, j’en avais marre de ce silence et ces regards sur nous. Comme s’ils ne prenaient pas de bon temps eux aussi. On parle de l’avancement de Tu-Sais-Qui sur le monde sorcier, il contrôle à présent la gazette du sorcier, en plus ses attaques sur les Moldus doublent.

« Nous pensons avoir trouvé une formule ou une personne qui pourrait affaiblir Tu-Sais-Qui avant que Harry ne puisse le tuer. » dit Arthur Weasley.

Tous expriment leur joie.

« Le seul problème, continue Arthur, c’est que nous n’en savons pas plus. »

La joie de tous retombe.

« Néanmoins, il y a un indice sur LA bonne personne, informe Arthur

- Quel est-t-il Arthur ? demande le directeur.

- "Un don unique et jamais égalé aidera le survivant", récite Arthur.

- Y a-t-il autre chose Arthur ? demande le directeur

- Il y a des initiales : T.C.V. F.. Mais nous ne savons pas ce que cela veut dire. De plus, ça ne correspond à personne. Nous ne sommes pas plus avancés.

- Nous avons un problème. Voldemort est aussi au courant de cela et recherche cette personne. Il va essayer d’attaquer doublement Poudlard parce qu’il y a un autre indice qui se trouve dans le château, dit Lupin.

- Nous devons chercher la personne qui a un don unique. » dit Mr Bale.

Je ne dis rien mais je vois le directeur me fixer avec insistance. Il ne pense pas tout de même que c’est de Moi qu’il s’agit ? Non. Ce nest pas possible Pitié, je veux pas

« Notre priorité est de trouver cette personne et de la protéger au maximum. Nous devons aussi trouver ce que signifie ces initiales, ordonne Lupin. Il faut aller le plus vite possible avant que vous-savez-qui ne la retrouve. Sans elle nous sommes perdu. Le prend pas mal Harry.

- Pas de soucis, dit Harry. Et puis, comme ça, je ne serai pas tout seul à mourir ! » plaisante Harry tout en restant légèrement sarcastique.

Le connaissant, il doit être content d’être aidé directement même s’il le passe sous la plaisanterie. Je sais que c’est dur pour lui d’avoir toute cette pression sur les épaules. Je pose ma main sur son épaule, réconfortante.

« On va t’aider ! dit sa meilleure amie avec un sourire rassurant. Puis on a vécu des choses toi et moi depuis nos onze ans. On est toujours en vie !

- Même si on eu chaud aux fesses, sourit le survivant. Mais il faut quand même retrouver cette personne, réplique Harry en redevenant soudain sérieux.

- Je suis sûr que nous la trouverons… » dit le directeur en me fixant.

Oh non pas moi, je ne veux pas… Je ne veux pas mourir ou avoir une infime chance de survivre. Je veux devenir vieille, édentée et pleine de rides. Je veux vieillir avec un homme, je veux avoir des enfants, enfin plus tard, je veux un métier, je veux une maison, je veux… Je veux juste une longue vie.

« Bien la réunion est finie. Les élèves, allez manger… Miss Granger, pouvons-nous parler quelques minutes, je vous prie ? » dit le directeur.

Tout le monde se lève mais je suis plus rapide et pars en courant. Je cours dans les couloirs, le plus vite possible ; personne ne me rattrape, je pars dehors, mes larmes coulent. Je ne veux pas… Je n’en ai pas envie. Je pousse les portes du hall, je continue à courir, me transforme, et m’envole. Même sous ma forme de dragon, je pleure. Je ne suis pas discrète, je vole au-dessus du lac. Avec mes supers oreilles j’entends les aurors sortir et me voir. M’en fiche. J’entends leur discussion, tout en volant au-dessus du lac, j’y plonge parfois mes pattes.

« Albus, regardez, un dragon ! dit Arthur

- Je n’en ai jamais vu de semblable… ajoute Mr Lupin.

- Il faut que j’en parle à Charlie, qu’il viennent l’étudier ! s’enthousiasme Arthur.

- Je ne penses pas que ce soit une bonne idée, sourit Albus

- Vous laissez faire ça ? Aussi proche du château, C’est dangereux ! dit Molly.

- Je suis sûr que tout se passera bien, ne vous en faites pas Molly, la rassure le directeur. Elle ne fera pas de mal aux élèves… rajoute le directeur plein de sous-entendus.

- ELLE ? » dirent-ils en cœur.

Il se contente de sourire avant de se diriger vers le lac, les trois aurors à sa suite. Il me fixe, je grogne méchamment. Les aurors sortent leurs baguettes mais reculent, je re-grogne. Le directeur leur dit de baisser leur baguette tout en me fixant. Je grogne une nouvelle fois, je n’ai pas envie de venir, je rase l’eau du lac, ma queue frôle l’eau.

« Je ne penses pas qu’elle soit coopérative… dit Molly pas très rassurée.

- Mais non mais non, répond le directeur d’un ton léger. Voyons Miss, venez ! »

J’accélère, leur fonçant dessus. Les trois aurors reculent, j’atterrit brutalement devant le directeur. Lui, il n’a pas bougé d’un centimètre. Certains élèves sont attroupés près du château. Ils arrivent par petits groupes. Je me redresse fièrement devant eux. Le directeur sourit. Les aurors se rapprochent.

« Comment avez-vous dressé cette bête ? » demande Lupin curieux s’approchant de moi.

Je grogne méchamment, je ne suis pas une bête et je ne suis pas DRESSEE.

« Elle n’est pas dressée, elle est libre, rétorque le directeur comme en écho à mes pensées.

- Vraiment impressionnant… murmure Lupin, toujours curieux. Je peux la toucher ?

- C’est à elle qu’il faut le demander, sourit le directeur.

- Mais elle ne comprend pas ! s’étonne Arthur.

J’approche ma grosse tête d’Arthur et lui souffle dessus, avant de me tourner avec Lupin. Il pose un doigt sur mon nez. Il me chatouille, j’éternue. Génial, je m’enrhume. Albus sourit, il se retient de rire. Je me remet devant lui, le surplombant de toute ma hauteur.

« Pourquoi vous enfuir Miss ? »

Le dragon ne bouge pas.

« Vous avez compris de qu’il s’agissait. Vous voyez j’ai tout de suite pensé à vous quand Arthur et Lupin l’ont trouvée. Vous êtes unique. Néanmoins, je ne sais pas - pour confirmer mes pensées - ce que signifie ces initiales. Mais c’est à vous de le trouver. »

Il lui sourit tristement.

« Je suis sûr que cela ne sera pas trop compliqué, vu que c’est lié à vous et à votre condition. »

Je le fixe.

« Professeur Dumbledore, des explications s’imposent. Je ne comprends absolument rien ! dit Molly.

- Vous n’avez toujours pas compris ? demande le directeur.

- C’est une… Une… Mais … C’est … Impossible ! dit Lupin dans un souffle.

- La preuve que non… » sourit Albus


A suivre …

Comment va le prendre son entourage ? Va-t-elle trouver les initiales : T.C.V.F. ? Et vous ?

30 : Dur à encaisser, même pour une Gryffondor.

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


« Une personne unique. » continue Albus.

Je grogne de fierté

« Mais qui est-ce ? demande Lupin. Un élève n’aurait pas la force de cette transformation, ni même un adulte ! Les transformations sont trop intenses pour le corps humain ! »

Je rôde autour de Lupin alors qu’il fait son inspection.

« C’est impossible, Albus, vous avez dressé un dragon. » affirme Lupin.

Et moi, je pousse le Lupin en question, vexée. Le directeur sourit et en profite pour renvoyer les élèves. Seul Harry, Emmett et Drago reste ainsi que les autres membres de l’Ordre.

« Vous allez la vexer ! » rigole Dumbledore.

J’avais dit que j’étais d’accord pour qu’on leur dise, mais je ne pensais pas qu’il s’amuserait autant. Il m’a suppliée un peu comme un enfant de lui laisser annoncer ma condition. Et moi en attendant, je ne crache toujours pas de feu et je m’ennuie un peu. Ils se sont tous approchés de moi avec prudence sauf Emmett, Drago et Harry.

« Qui est-ce ? demande Lupin qui commence à perdre sa patience légendaire. Je n’y crois pas, d’autant que vous avez dit ELLE. Une fille ne peut pas le supporter, leur résistance sont FAIBLES !

- C’est un peu macho ce que vous dites Monsieur Lupin, dit Emmett.

- Ça ne va pas lui plaire, rajoute Drago.

- Je ne LA mettrai pas en colère si j’étais vous, confirme Harry.

- Ne dite pas de bêtise, je n’y crois pas. Vous faite une farce Albus. »

Je grogne et me plante devant le directeur avec son accord. Je le surplombe de toute ma hauteur. Je me transforme sous les yeux ébahis de l’ordre et ma prof je-vous-colle-pour-vos-parties-de-jambes-en-l’air !

« Alors comme ça Mr. Lupin, ma résistance est faible ? demande-t-elle de mauvaise humeur. Je ne vous savais pas si macho, vous me décevez professeur… ajoute-elle en toute innocence et un peu triste.

Du coup il ne sait plus où se mettre. Emmett en rajoute un couche. Il me prend dans ses bras.

« Ma petite Mione, ne t’en fait pas, ne soit pas si triste, dit tristement Emmett.

- Je suis déçue… » pleure-t-elle à moitié.

Lupin est très gêné, Albus sourit. Les membres de l’Ordre regardent Lupin de travers devant ma fausse comédie et mes faux pleurs. Emmett me berce.

« Je suis désolé, Miss Granger, vous êtes très résistante et capable de vous transformer en dragon. » s’excuse Lupin.

Je me redresse toute fière de moi.

« Je sais, dit-elle fière, toutes traces de larmes disparues.

- Elle vous a eu Monsieur ! rigole Emmett. Tu es toujours aussi douée pour jouer la comédie

- Merci, merci. Faites pas la tête Mr. Lulu, la chose la plus importe à retenir c’est que j’ai raison et que vous avez tort. »

Les jeunes rigolent même Tonks sourit.

« Vous pensez que c’est Miss Granger qui peut aider Mr. Potter ? demande Mr Bale, le prof de DCFM.

- Je ne sais pas, mais je le pense. Néanmoins il nous faut des confirmations, dit le directeur. Il faut absolument trouver ce que veut dire T.C.V.F…. Je voudrais que vous gardiez cela pour vous. Même le Ministère n’est pas au courant. Donc silence. Il en va de la vie de Miss Granger. »

Ils sont tous d’accord et chacun rentre chez eux. Bien sûr Molly m’étouffe dans un câlin avant de partir.

« Alors Mione, toi et moi on est dans la merde ! rigole Harry.

- Je ne te le fais pas dire mon petit Ryry, On va botter le cul à face-de-serpent ! »

Je rejoins mon petit ami et l’embrasse. Mes hormones débloquent, j’ai trop envie de lui, maintenant tout de suite. Lui aussi vu nos regards. Sauf que pour tout gâcher, ma prof "je-vous-colle-un-mois" vient nous interrompre.

« Je vous prierais de vous détachez l’un de l’autre. Vous en avez assez fait. Vos colles commencent lundi, dit-elle avant de partir en grommelant. Je vais vous les faire passer vos envies moi !

- Par Merlin, faut qu’elle se fasse sauter un coup ça ira mieux ensuite… » grimace Drago.

Je me recolle à mon amoureux et l’embrasse pour lui faire comprendre ce que je veux.

« Puis-je savoir, les enfants, ce qu’il s’est passé ? demande en toute innocence le directeur.

- Vous allez, vous aussi nous coller ?

- Mais non, et puis vous avez raison, Amusez-vous bien ! Puis en temps de guerre il faut savoir décompresser… sourit le directeur avant de partir tout content. Mais pensez à vous protéger ! »

Il disparait dans le château, il ne reste plus qu’Harry, Emmett, Drago et moi.

« Je rêve ou le directeur nous a autorisé à nous éclater ? demande Harry perdu.

- Je crois… » dit Emmett tout aussi perdu.

Moi je détaille mon petit ami avec envie, rien que de le voir dans ses habits, je trempe ma culotte. Je le tire avec empressement vers le château. Il rigole. Je trouve une salle vide, et me jette sur mon petit ami avec empressement. Je lui arrache presque sa chemise en le plaquant contre le mur.

« Tu veux encore te faire coller ? » demande son petit ami alors que ses mains remontent sous sa jupe.

- Pour avoir un orgasme avec toi ? Oui, répond-elle en l’embrassant sur le torse. Fais-moi l’amour s’il-te-plaît, je peux plus ! » supplie-t-elle.

On finit de se déshabiller chacun de notre côté tout en s’embrassant. Vraiment très pressé. Une fois nue, je me frotte outrageusement à mon petit ami. Je l’embrasse dans le cou sur une de ses zones sensibles. Il grogne et me plaque contre le mur, il pose ses mains sur mes fesses et me soulève, je souris en enroulant mes jambes autour de lui, il me pénètre, je soupire de soulagement. Il sourit et m’embrasse tendrement avant de commencer ses va et vient. Moi je m’accroche à ses épaules pour ne pas tomber. Je le griffe au passage, et lui me mord gentiment. Il me pose au sol, on se dirige vers une table poussiéreuse et je m’allonge sur la table, le ventre sur celle-ci et mes jambes toujours au sol. Drago a une magnifique vue son mon fessier. Il s’approche et me pénètre avant de continuer ses va et vient tout en en tenant fermement mon bassin. Moi je m’accroche à la table. Je fini par laisser exploser mon plaisir sous ses coup de bassin. Il se laisse tomber sur moi et embrasse le haut de mes épaules. Je tourne la tête, il m’embrasse. J’aime quand il reste en moi après. Il finit par sortir et se reculer, je fais une légère grimace, déçu qui le fait sourire. Je m’assoie sur la table, les jambes toujours écartées. Je le rapproche de moi et me blotti dans ses bras en l’embrassant tranquillement. Je passe doucement mes mains sur son dos. Mes lèvres atterrissent sur ses griffures.

« Je t’ai griffé… dit-elle doucement.

- Je t’ai mordue… » répond-t-il en passant ses mains sur la morsure.

Je pose ma tête et ferme les yeux. Personne ne parle. On ne fait que respirer. Ça aurait pu paraitre romantique si on était pas dans une salle de classe poussiéreuse, des chaises moitié tombées… J’aime bien ces moments de tendresses après nos envies bestiales. Parfois ça énerve Drago, lui qui a plus l’habitude de jeter les filles après.

« Arrête de soupirer. » murmure la lionne.

Il m’embrasse doucement et se recule.

« Mais euh… boude Hermione.

- Je te ferai pleins d’autres câlins mais pour le moment, je veux juste me laver. Mais je t’autorise à venir te laver avec moi... »

- J’arrive »

On se rhabille rapidement avant d’entamer le second round dans la salle de bain des Serpentards. Cette fois, c’est tout en douceur. Je me balade en serviette dans le couloir du dortoir des Serpentards. Je me fais siffler. Drago enrage intérieurement, il me tient la main. On part dans sa chambre. Je me colle à lui.

« Tu as le droit de faire me faire un gros câlin maintenant que je suis tout propre et absolument parfait, canon, indispensab-… »

Hermione le fait taire d’un baiser.

« Eh, tu n’as pas le droit ! s’offusque-t-il.

- Je vais me gêner ! rigole Hermione. Tu es mon petit ami et donc tu dois supporter tous les caprices de ta petite amie parfaite !

- Finalement on va peut-être arrêter… » dit-il tout à fait sérieux.

Je le regarde de travers.

« Je plaisante ma puce… » dit-il en me mettant à califourchon sur lui.

Il pose ses mains sur son visage.

« Je ne veux pas te quitter. Je tiens à toi comme je n’ai jamais tenu à quelqu’un. » déclare-t-il sérieux.

Il m’embrasse. J’y réponds alors que la porte s’ouvre brusquement sur mon idiot de frère. On le regarde sans bouger.

« Hum, je repasserai…» dit-il tout content.

« Non reste, c’est bon… » soupire Drago.

Je l’embrasse rapidement, avant de m’assoir à côté de mon petit ami qui est accessoirement en serviette, il reste allongé.

« Vous m’en voulez ?

- Tu as peur de notre vengeance ? se moque Drago.

- Moi, peur ? Pas de ton esprit en tout cas. Par contre de ma sœur, un peu.

- Je me vengerai, sois en sûr. Mais avant je voudrais être sûre pour ce qu’on a parlé pendant la réunion, dit Hermione pas rassurée du tout.

- On va trouver, t’inquiète pas » la rassure-t-il.

Je ne réponds rien, j’ai peur que ma voix ne déraille, mes émotions sont un peu trop prête à ressortir. Je n’ai pas envie qu’il voit que je craque. J’envie le vrai courage d’Harry. Je ne serai jamais comme lui. Et puis si ça se trouve je ne suis pas cette personne unique comme peut le croire le directeur. Pourtant quelque chose au fond de moi me dit que c’est moi. Mais je ne veux pas. Je ne dois pas craquer non plus et pas devant eux. Devant personne.

« Je vais y aller… déclare-t-elle finalement, sa voix déraillant un peu. Ferme les yeux. » ordonne-t-elle à son frère.

Je m’habille rapidement et embrasse rapidement Drago qui n’a pas bougé par contre ses yeux ne m’ont pas lâché. Je fais un pauvre sourire avant de sortir.

Je pars marcher dans les couloirs n’ayant aucune destination particulière. Quand je me retrouve seule, mes larmes coulent. Je me force à marcher pour ne pas craquer complètement, même si mes larmes coulent abondamment. J’entends des voix, je me précipite dans une pièce pour me cacher …. Je jette un coup d’œil à la pièce qui s’avère finalement être un placard à balai. Je me laisse glisser au sol et étouffe un sanglot peu discret quand la personne passe, elle va pour ouvrir la porte mais une autre personne arrive. Je ne fais pas attention à elle, j’essaye de faire le moins de bruit possible mais je crois que je ne suis pas trop discrète…


Avec Drago on part au petit déjeuner mais on croise Harry et Ron.

« Vous n’avez pas vu Hermione ? nous demande Harry le samedi matin.

- Non pourquoi ?

- Elle n’a pas passé la nuit avec toi Drago ? insiste Harry.

- Non. Elle est partie en début de soirée. Pourquoi ? demande Drago.

- Elle n’est pas rentrée cette nuit. Ginny est venue la voir dans sa chambre mais elle n’y était pas… informe Ron.

- Ta sœur est peut être venue alors qu’elle était avec nous ? propose Drago.

- A minuit ? ... » demande Harry

*Blanc*

« Allons déjeuner, elle sera sûrement dans la grande salle. » rationnalise Emmett.

On se dirige tous à table. Elle n’est pas à la table des Gryffondors. Drago n’aime pas trop ça.

« Desserre les dents. Je suis sûr qu’elle va bien.

- Si ça se trouve elle s’est envoyée en l’air avec un pauvre crétin névrosé de Gryffondor, crache Drago.

- Elle est peut être partie voler ? commence Emmett. Puis ma sœur ne te trompera pas. » affirme-t-il sûr de lui alors qu’on quitte la grande salle.

On est rejoint par les deux Gryffondors.

« Tu ne sais pas ce qu’elle fait, rajoute Drago.

- Ne dit pas de connerie, ma sœur ne te trompe pas.

- Je confirme, elle en est incapable, confirme Harry.

- Qu’est-ce que tu en sait toi ? grogne Drago.

- Parce que je suis son meilleur ami et qu’elle me confie plein de détails sur sa vie. 

- Je ne vois pas le rapport…

- Le rapport banane, c’est qu’elle a essayé de te sortir de sa tête - avant que vous sortiez ensemble - en couchant avec le premier venu et qu’elle n’a même pas réussi ! rigole le survivant en pensant à sa conversation avec la lionne. Alors ce n’est pas MAINTENANT que vous sortez ensemble qu’elle va le faire ! rigole encore plus le survivant.

- Bon ça va elle ne me trompe pas, ok. Mais elle est où ? demande le blond.

- Vous ne l’avez pas trouvé bizarre en partant hier soir ? demande Ron

- Elle avait l’air triste, mais c’est normal avec la pression qu’elle a en ce moment : son Animagus que veut absolument Face-de-Serpent. C’est dur pour elle, même si elle ne le montre pas. Elle fait tout pour t’aider Harry. Elle se met la pression et prend son rôle de meilleure amie très à cœur. »

Ils méditent tous sur mes paroles.

« Elle est parti décompresser dans un coin. Si ça se trouve elle vole sur son balai. » dit Emmett en toute sagesse.

On part voir sur le terrain de Quidditch.


A suivre …

Vont-ils trouver Hermione ?

31 : Une nouvelle élève

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Il n’y a personne.

« Allons prévenir le directeur, dit Ron.

- La carte du Maraudeur ! » dit Harry dans une illumination.

On court dans le dortoir chercher la carte. On cherche Hermione, elle est dans un placard à balai au 3ème étage. Je regarde qui il y a dans le couloir. Il y a deux personnes mais une seule retient mon attention... Que fait-elle là ? Elle devrait être en Amérique. Pas à Poudlard avec le directeur. Qu’est-ce que ça veut dire ?!

« Emmett, tu viens ? » l’appelle Harry.

Je les rejoins. Je suis dans mes pensées.

« Je suis sûr qu’il a une explication à sa présence ici… rassure Drago. On va aller la voir, mais seulement après avoir trouvé ma petite amie.

- Je n’aurai jamais cru que tu prononcerais ces trois mots un jour ! » rigole à moitié Emmett.

On arrive à destination. On ouvre la porte du placard mais Hermione n’est plus là. Et merde. Harry ouvre la carte. Personne, plus d’Hermione. Ni de … Et merde !

« Mais où est-elle ? peste Drago. Dans le parc ? »

On part dans le parc à la recherche d’Hermione. Mais on ne la trouve pas.

« Il ne nous reste plus qu’à aller voir le directeur ! soupire Ron.

- Il va être joyeux quand on va lui annoncer qu’on a "perdu" Hermione… » se plaint Harry.

La porte de mon placard s’ouvre, j’y ai passé la nuit. Je ne veux pas en sortir. Je veux rester là toute ma vie et qu’on me foute la paix, C’est trop demander ? Apparemment oui, Je ne veux pas sortir. Tous mes problèmes vont revenir. Je n’ai pas dormi de la nuit, j’ étais plongée dans « ma vie parfaite » sans face-de-serpent, sans méchants, sans dragon, sans initiales. Juste une vie calme. Si je pouvais y rester… Mais une fille me regarde de travers. Celle qui a ouvert la porte. Je ne la connais pas mais elle est très jolie. Grande, blonde, les yeux verts. Mais pas la taille mannequin genre anorexique et forme planche à repasser. Elle a des formes et un magnifique visage. Je la regarde étonnée.

« Bonjour ! me salut-elle.

- ‘jour… baragouine Hermione pour toute réponse.

- Tu ne veux pas sortir de ton placard ? propose la blonde.

- Non, répond-elle, ferme. Pas envie.

- Voyons Miss Granger, vous n’allez pas passer votre vie ici, tout de même ? sourit le directeur en arrivant.

- Granger ? demande étonnée la fille.

- Oui Miss. Mais allons dans mon bureau en discuter, propose le directeur.

- Non ! grogne Hermione toujours dans son placard.

- Souhaitez-vous que je vous fasse aménager votre chambre ici ? demande le directeur, amusé par son comportement.

- Et des toilettes, rajoute Hermione. 

- Vos amis vous cherchent, Miss Granger. »

Je hausse les épaules, indifférente. Je veux fermer les yeux et oublier.

« Miss Granger… la sermonne le directeur. Je vous croyais plus forte que ça. Et sans vous, Mr. Potter a peu de chance de s’en sortir. Vous souhaitez laisser tomber vos amis ?

- Arrêtez de me prendre par les sentiments ! C’est dur ! se lamente-t-elle pitoyablement. Mais je sais… Harry vit ça depuis sa naissance et bla bla bla… Je dois être forte…. Bla Bla Bla … » soupire Hermione d’un ton blasé.

Je consens enfin à me lever. On se dirige vers le bureau quand Viktor arrive en courant – Merlin, qu’il est sexy – oh là, Mione tu t’égares, Tu sors avec Drago, Mais Viktor a des fesses… miam... Et ses mains qui bougent comme ça… Je les imagine sur mon corps dénudé…. STOP. Pense à Drago. Mais Viktor …Je me gifle VRAIMENT pour me remettre les idées en place.

« AÏE... »

J’y suis peut-être aller un peu fort. Ils me regardent tous les trois comme si j’étais folle. Je suis folle.

« Il y a un moustique. »

Super comme mensonge Hermione. Très brillant pour ton niveau. Surtout qu’il n’y a pas de moustique dans ce côté-là du pays. Le directeur s’excuse, il nous rejoint dans quelques minutes. Le directeur et Viktor partent.

« On va marcher dehors ? » propose la blonde.

On part dans le parc, je me masse la joue, je peux voir un léger sourire sur son visage parfait.

« Pas la peine de rigoler…

- Tu pensais à qui pour te gifler de la sorte ?

- Pas à la bonne personne… Je repensais à mon ex alors que j’ai mon petit ami … Que j’aime… Enfin je crois.

- Tu crois ?

- Je suis vraiment attirée par lui, je suis super bien quand il est près de moi mais on a été ennemi pendant six ans, alors... Ce qui est sûr c’est qu’il m’obsède jour et nuit, explique Hermione. Mais toi, que fais-tu ici ? Je ne t’ai jamais vue avant.

- Je… commence la nouvelle.

- Nous pouvons y aller ! » nous dit le directeur qui vient d’arriver derrière nous.

On se dirige vers son bureau. Je me laisse choir sur un fauteuil alors que la fille et le directeur s’assoie en délicatesse. Le directeur sourit.

« Vous allez bien, Miss Granger ? Vous avez l’air fatiguée… demande le directeur.

- Mis à part que je n’ai pas dormi de la nuit, que je viens d’apprendre que j’étais SÛREMENT la personne qui pouvait aider Harry à vaincre face-de-serpent, vous envoyez mon frère en mission, il revient dans un sale état, c’est quoi la prochaine ? Vous allez envoyer mon petit ami combattre les Mangemorts avec une pâquerette ? hurle Hermione moitié hystérique.

- Peut-être pas avec une pâquerette mais avec une baguette ! plaisante Drago en entrant. Monsieur le Directeur. » le salue-t-il d’un mouvement de tête.

Drago vient m’embrasser sur la joue, Harry et Ron entrent. Emmett reste sur le pas de la porte à fixer la nouvelle. Trop fort la tête de mon frère avec la bouche grande ouverte. Drago me lève, s’assoie, je me rassoie sur lui. J’enroule mes bras autour de son cou alors que lui me colle un peu à lui en me tenant par la taille.

« Tu m’as manquée… » murmure son petit ami à l’oreille.

La nouvelle nous jette un coup d’œil une fois qu’elle a lâché mon frère du regard et que ce grand benêt s’est assis sans quitter du regard la nouvelle qui, elle, fixe Drago avec insistance. Je l’aimais bien mais si elle continue de le regarder comme ça, je lui arrache ses magnifique yeux.

« J’aurai pu faire apparaitre un autre siège Mr Malefoy, sourit Dumbledore.

- Je préfère celui d’Hermione. Rosalie, peux-tu arrêter de me fixer ainsi, c’est gênant. » dit le blond à Rosalie.

ROSALIE ? Comme il la connait ? Je le regarde de travers.

« Qu’est-ce que tu fais là ? demande d’une voix blanche Emmett qui ne lui va pas du tout.

- Bonjour Emmett » sourit Rosalie d’une voix douce avec un sourire à faire fondre … mon frère et sûrement aussi tous les garçons.

Je l’ai jamais vu comme ça. Drago sourit, il se retient sûrement de se foutre de la figure de mon grand frère.

« Forcément, les filles de Poudlard sont fades comparé à Miss Rosalie Hale, sourit Drago.

- Merci, grimace Hermione. Ca fait toujours plaisir à entendre… boude-t-elle

- Sauf toi mais tu ne comptes pas, enfin pour sortir avec ton frère.

- Mouais...

- Mais tu es la plus belle de toutes… se rattrape Drago.

- Alors comme ça Drago, tu as une petite amie ? Qui l'eut cru ? » rigole Rosalie en fixant Hermione.

Je les regarde chacun leur tour, passablement énervée. Non mais c’est qui elle ? Moi possessive ? Euh… oui. Et puis cette fille est vraiment belle. Je fais gros boudin à côté d’elle. Enfin n’importe qui de toute façon même Paris Hilton fait fade. Puis d’où ils la connaissent ? J’ai compris qu’elle tenait mon frère par la peau des couilles mais qu’en est-il avec Drago ?

« Pardon, je ne me suis pas présentée… dit Rosalie. Je suis Rosalie Hale, ancienne élève de l’école de Salem en Amérique et Auror. »

Je fais un bref sourire et me tourne vers le directeur.

«  Miss Hale va venir finir l’année parmi nous. Elle va rester pour aider lors de la guerre finale. Elle fera émetteur entre nos deux écoles, explique le directeur.

- Tu iras en cours ?

- A mon plus grand malheur, oui. Albus, s’il-vous-plaît ? Je ne peux pas faire autre chose ? J’ai déjà mes ASPICs ! Je vais m’ennuyer… supplie la blonde.

- Non Miss Hale, sourit le directeur. A moins que vous vouliez aider les elfes de maison ? se moque le directeur

- Votre humour est douteux…

- Vous irez en cours, Miss Hale. Miss Granger, en tant que préfète-en-chef, vous aidera.

- A une condition, dit Hermione. Je veux savoir comment vous vous connaissez.

- Curieuse ! dirent en cœur Emmett et Drago.

- On va tout t’expliquer, mais pas ici, sourit Rosalie. On peut aller dans ton placard si tu veux… se moque la blonde.

- Je n’ai pas fait déplacer votre lit, encore ! rigole le directeur.

- Dans la salle commune des Gryffondors, dit Hermione en baillant, ne relevant pas la moquerie de son cher directeur.

On sort du bureau, Drago me soutient parce que ma nuit blanche se ressent, il est quand même onze heures du matin.

« Dragon je te parie cinq galions qu’elle s’endort dans cinq minutes ! rigole Ron.

- Oh la ferme » dit-elle moitié endormie et avachie sur Drago qui la tient pas la taille.

Je marche moitié endormie, je trébuche. Drago soupire, je me sens décoller du sol pour me retrouver dans ses bras.

« Emmett ? Où est passé Drago ? Le Drago dragueur invétéré qui saute sur tout ce qui bouge ? » demande Rosalie amusée et moqueuse.

C’est sûr que l’année dernière quand on a rencontré Rosalie, Drago a dragué toutes ses copines… Certes elles étaient canons et Drago s’était beaucoup amusé.

« Fous-moi la paix Rosalie… grogne Drago. Occupe-toi donc d’Emmett, dit le blond avec un sourire en coin. AÏE, non mais tu es folle ! crie-t-il sur la blonde.

-  Qu’est-ce qui se passe ? demande la Gryffondor endormie.

- Ta future belle-sœur vient de me frapper ! boude Drago.

- Oh mon chéri. Méchante Rosalie, je vais lui botter le cul… Après avoir dormi… »

Elle l’embrasse rapidement avant de se rendormir.

« Même pas peur ! sourit Rosalie. Elle n’oserait pas ? demande-t-elle peu rassurée tout de même.

- L’auror Rosalie Hale aurait peur de ma petite sœur et meilleure élève de Poudlard depuis 20 ans ? se moque gentiment Emmett.

- Je ne l’imaginais pas ainsi. Je la voyais à ton image, dit Rosalie. Pourtant tu m’en as parlé.

- Mais elle l’est. Sauf qu’en ce moment elle a une baisse de régime, dit-il en fixant tendrement sa petite sœur que Drago dépose dans un canapé. Et puis si elle ne passait pas son temps à coucher avec son petit ami dans tous les coins de Poudlard, elle se reposerait, se moque gentiment son grand frère.

- Et si son crétin de grand frère était moins curieux, Hermione ne se serait pas énervée pour le mois de colle qu’on a récolté.

- Il est passé où ton meilleur ami ? murmure Rosalie Au fait Drago, tu as le bonjour d’Alice.

- Et ? demande Drago. 

- Ton meilleur ami a changé, dit tragiquement Rosalie. Elle se lève et le secoue gentiment. Qui es-tu ? Qu’as-tu fait de Drago ?

- Emmet » supplie Drago qui se fait toujours secouer.

Merlin, que j’adore cette fille !

« Rose, lâche-le, tu vas lui enlever ses derniers neurones. »

On rigole tous les deux.

« Sans compter que Mione te tuera si tu touches à son jouet préféré…

- C’est pas un jouet… dit d’une voix endormie la sœur qui vient de se réveiller.

Elle s’assoie sur le canapé. Drago la rejoint et la prend dans ses bras en nous fusillant du regard. On s’abstient de faire la moindre remarque. Drago et Hermione se fixent sans rien dire, sans bouger, mais on peut voir qu’ils se sont trouvés. Ils respirent le bonheur et l’amour. Ils le font souvent, à se mettre dans leur bulle et rien ne les atteint. Le plus mignon, c’est qu’ils ne s’en rendent pas compte.

« C’est incroyable, il a vraiment changé... souffle Rosalie, ébahie de les voir aini.

- Le pouvoir des Granger ! rigole Emmett. Tu m’as manquée… dit-il plus doucement. Et merci pour ton cadeau de Noël.

- Tu l’as toujours ? demande-t-elle surprise. Moi, j’ai ta bague, regarde ! »

Elle lui met sous le nez.

« Et-moi ton collier. »

Il lui montre.

« Tu sais que ces deux curieux se sont posés des questions sur la provenance ? »

On rigole ensemble comme en Amérique quand j’avais fait cramer le dîner que je lui avais préparé. J’avais lamentablement loupé une soirée qui me tenait vraiment à cœur.


A suivre…

Rosalie a débarqué ! Et un bref coup d’œil sur Alice…

32 : Conséquence d’une nuit blanch

Beta : Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


« Tu veux tout savoir Mione ? » demande Emmett à Hermione coupant leur petit moment.

Elle tourne la tête vers nous.

« Tu m’as parlé Em’ ? »

Je lui souris.

«  Oui, veux-tu qu’on te raconte l’histoire qui concerne Rosalie ? »

Elle me fait son plus beau sourire.

«  Bien, avec Drago on partait en mission en Amérique, pour Salem. L’école de magie, commence Emmett

- Je sais ce qu’il y a à Salem, le coupe la Miss-Je-Sais-Tout qui lui sert de petite sœur.

- Laisse-moi finir ! » boude le grand frère. Elle sourit, il continue.

« On allait à Salem pour savoir s’ils souhaitaient nous rejoindre pour la prochaine guerre. Le directeur nous a fait entrer dans l’école, en tant qu’élève. On est entrée en 8ème année et-…

- En 8ème année ? Il y a combien d’années et comment sont les cours là-bas ? Vous étudiez quoi ? Les profs sont-ils bons ? Vous faites du Quidditch ? Vous êtes sous forme de maison ? Combien y a-t-il d’élèves ? Es ce mixte ? Comment sont les garçons ? Ils sont mignons ?

- Ohhhh… » râle Drago.

Hermione est pliée de rire sur le canapé.

- Je me demandais quand vous alliez me faire taire. Mais je veux mes réponses, dit Hermione redevenue sérieuse. Puis si Rosalie va devenir ma belle-sœur, j’ai le droit de TOUT savoir !

A ma dernière phrase, mon frère et Rosalie sont gênés. Quoi ? J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? Je regarde Drago.

-Je t’expliquerai… »

Son petit ami m’embrasse.

« Tu peux continuer…

- On est donc entrés en 8ème année. 

- Pas dans ma classe parce que même si l’école est mixte, les classes ne le sont pas. Sauf pour les 8ème années, où quelques cours sont en commun avec les garçons, explique Rosalie

- Avec Drago on n’était pas très doués en cours, avec nos niveaux 6ème année. Mais on s’en fichait, on était là pour se renseigner discrètement sur les élèves, pour savoir s’ils voulaient nous rejoindre, continue Emmett.

- Par contre on est vite devenu populaires, explique Drago. Ce qui est devenu plus facile pour discuter. 

- Surtout qu’à Salem, ce n’est pas un château, il y a le bloc pour les cours et le réfectoire. Sinon il y a des dortoirs surveillés pour les six premières années, sinon les autres sont dans des maisons individuelles, explique Rosalie.

- Trop cool ! lâche la lionne ébahie, ce qui fait rire tout le monde. Vous étiez avec qui ?

- Le directeur nous avait mis avec les élèves les plus influents. On n'a pas mis longtemps à rassembler la majorité des élèves. Seule un groupe de filles, les meilleures, ne voulait pas nous approcher.

- On n’avait pas confiance, se défend Rosalie. Vous débarquiez la bouche en cœur, à faire tourner les têtes et à mettre votre nez là ou vous ne deviez pas ! 

- Comment vous avez fait alors ? demande Hermione curieuse

- Drago a mis son nez entre les cuisses d’Alice. lâche Rosalie. Désolée Hermione, la diplomatie n’a jamais été mon fort. 

- Pas grave, je connais à peu près le passé de Drago. Puis c’est maintenant, tant qu’il ne me trompe pas, ça va. - Et comment à fait Monsieur le tombeur ? demande Hermione à son petit ami.

- Ça a été relativement simple, vu qu’elle voulait me voir, c’était la seule de la bande, d’ailleurs. Une fois qu’elle ne les a plus eues sur le dos, elle est venue me voir, et voilà.

- Et comment elle s’en est débarrassée ? demande Hermione.

- Elle les a enfermées dans un placard, rigole Emmett.

-Te marre pas Emmett, boude Rosalie.

- Le plus drôle c’est qu’avec Alice on voyait le placard, on entendait aussi leurs cris hystériques. Et Emmett le sauveur a ouvert la porte, mais Rosalie qui était en train de tambouriner est tombée sur lui. »

Drago se marre alors que le grand frère devient rouge et Rosalie aussi.

« Les mains d’Emmett se sont retrouvées sur la poitrine de Rosalie. »

Ils se marrent tous, comme des baleines. Rosalie et moi sommes super gênés.

« Ensuite Alice et moi on est vite partis, puis il y avait Jasper qui me regardait de travers. 

- C’est qui Jasper ?

- Un de nos anciens colocataires, explique Drago. Jasper, Peter et Edward. Je ne sais pas pourquoi il m’a fait la tête…

- Jasper s’est ENFIN décidé à avouer ses sentiments à Alice, une fois que vous étiez partis,  explique Rosalie - C’est un peu grâce à toi qu’il s’est décidé. Et puis il crevait de jalousie.

- Tu vas pouvoir ouvrir une agence matrimoniale, se moque Hermione.

- Je ne pense pas que tu sois très contente si je dois coucher avec les filles, se moque le petit ami.

- Pfffff… boude sa copine avant qu’il ne se penche pour l’embrasser.

- Après le petit incident du placard, j’en ai profité pour inviter Rosalie. Elle a, au début, dit non mais je ne sais pas par quel miracle elle a cédé. J’ai eu droit à une soirée. 

- Il a préparé un dîner et il a fait exploser le micro-onde, se moque son traître de meilleur ami.

- Ah c’est elle la fille de ton rencard ! rajoute la petite sœur qui l’enfonce un peu plus.

- Allez-y, enfoncez-moi un peu plus.

- D’accord ! dirent en cœur Hermione et Drago.

- N’oublie pas notre petite vengeance Em’… commence Drago.

- Notre mois de colle, finit Hermione.

- UN MOIS DE COLLE ? Mais vous avez fait quoi ? demande Rosalie étonnée.

- Emmett a interrogé Drago sur le côté vraiment privé de notre relation. Drago a répondu, sauf qu’ils l’ont fait sous la fenêtre de mon cours et la prof n’a pas trop apprécié. 

Rosalie rigole.

« Bon pour changer de sujet, depuis notre soirée complètement foirée…

- Par ta faute, coupe Drago

- Par ma faute, remue le couteau dans la plaie. »

Drago sourit de toutes ses dents, je fais non de la tête je n’ai pas fini d’en baver.

«  Rosalie est devenue le porte-parole de l’école. C’est pour ça que tu es là je suppose ? »

Elle me fait oui de la tête avec un sourire charmeur. Je baisse la tête. Merlin, cette fille me rend dingue. Déjà que je n’ai jamais été très doué avec les filles mais avec elle c’est encore pire. Disons que je suis assez timide quand il s’agit de draguer une fille qui me plait vraiment. Si je n’en ai rien à faire, ça va tout seul, mais avec elle j’agis comme un puceau de douze ans. Je suis pitoyable. En plus avec Rosalie notre relation a toujours été ambiguë. On est attirés l’un par l’autre, on en est pleinement conscient. Rosalie en joue, elle est consciente de ma nullité avec elle et elle s’amuse avec ça. Elle trouve ça amusant de me voir rougir… Oui MOI Emmett Granger, je rougis. Pourquoi il n’y aurait que les filles qui auraient ce privilège ? Et moi je ne peux pas me venger parce qu’avant de la mettre mal à l’aise, il va falloir que je me lève tôt le matin. Je trouverai un jour le moyen de me venger. Je trouverai. Ça va être plus dur parce que mon esprit de vengeance n’est pas aussi développé que celui de Drago et Mione, qui vu leurs regards sadiques m’informe que je vais souffrir. Le regard de ma petite sœur, va de moi à Rosalie. Son sourire s’agrandit.

«  Mione, n’y pense même pas.

- Rosalie va dormir où ? demande innocemment sa sœur.

- Pas avec toi.

- Ok, le problème est réglé, Rosalie tu dormiras dans ma chambre, En tant que préfète-en-chef je dois t’aider à t’intégrer à notre superbe école. »

Elle pourrait concurrencer Face-de-serpent avec cet air conspirateur.

«  Mais pour le moment… »

Hermione baille.

« Je vais aller préparer ta chambre, Drago tu viens ? »

Il va pour répliquer mais elle lui fait un sourire aguicheur, il la suit sans rechigner.

« Elle le tient par la peau des couilles ! » rigole Rosalie.

Tu m’étonnes

Drago et moi montons dans ma chambre, il me suit en traînant légèrement les pieds, je me colle à lui alors que nous montons les escaliers. Je prends ses mains et les mets sur ma poitrine, je laisse tomber ma tête sur son épaule alors qu’on marche toujours.

« Drago, j’ai envie de toi… » dit-elle sensuellement.

Je descends une de ses mains vers mon entre-jambe, pas très pratique alors qu’on marche.

« J’ai envie que tu me fasses l’amour, tu m’excites tellement, j’en peux plus depuis tout à l’heure à être à tes côtés, sentir ton parfum, ta main qui caresse ma cuisse... »

Il déglutit avec peine, je peux sentir son début d’érection contre mes fesses. Ses mains remontent d’elles-mêmes sur ma poitrine alors qu’il commence à la masser à travers mon top. Je gémis de plaisir. Merlin, qu’il est doué ! Heureusement que ma chambre n’est pas loin, je l’ouvre brusquement et la referme avec la même rapidité une fois que l’on se trouve dedans.

«  Pressée ? » rigole à moitié Drago alors qu’il embrasse la clavicule, ses mains toujours sur sa poitrine.

Je le pousse contre le mur et me retourne vers lui l’embrassant à pleine bouche et maladroitement. Les mains descendent, alors que ses mains sont sur mon fessier. Je déboucle sa ceinture et baisse son pantalon. Ses mains à lui sont sous ma jupe en train d’enlever ma culotte. Je baisse les yeux et vois qu’il n’est pas complètement prêt. Je grogne de mécontentement.

« Eh, laisse-moi le temps ! » rigole Drago devant son envie pressante.

Je le pousse sur le lit, m’assoie à califourchon et l’embrasse avec empressement et envie. Je me frotte à lui, en gémissant à moitié. Lui, cet idiot, sourit en coin. Pour la peine je lui mords gentiment le cou.

«  Si tu crois que ça va m’aider, se moque Drago.

- Mais fait un effort, ! » se lamente-t-elle.

Il rigole. Toujours impatiente, je prends ses mains et les colle sur mon fessier. Je me frotte à lui tout en enlevant ma jupe. J’enlève rapidement le reste de mes vêtements. D’un seul coup je me retrouve allongée sur le matelas, alors que lui se lève et enlève son caleçon. Je me mords la lèvre inférieure devant le spectacle qui est devant moi. Je me lève et le rejoint, vu que monsieur se fait désirer. Je le pousse sur le lit, il s’assoie sur le rebord, je me remets à califourchon sur lui mais cette fois, il me pénètre - enfin - je pousse un soupir de satisfaction, j’enroule mes bras autour de son cou alors que cet idiot sourit en coin. Pour lui enlever, je l’embrasse. Je commence les va-et-vient. Il agrippe mes fesses pour m’aider. Décidément j’adore cette position, je trouve rapidement mon point G. Le point négatif, c’est que mon orgasme ne tarde jamais à arriver. Drago le voit, il m’allonge sur le lit tout en me pénétrant, j’enroule mes jambes autour de ses fesses musclés - vive le Quidditch - je retiens un bâillement, j’ai tellement envie de lui que j’en ai occulté mon envie de dormir. Ma tête est posée sur mon matelas confortable. Drago a sa tête dans mon cou, son souffle chaud me fait du bien. Je ferme les yeux pour savourer se plaisir, sauf que…

PDV DRAGO

Je relève la tête de son cou, je vois ses yeux clos, sa respiration lente. Elle s’est ENDORMIE. Je me retire d’elle. Ça me coupe toute envie. Je tire le drap et la recouvre, je m’allonge près d’elle et la regarde dormir.

«  Être si pressé pour ça ?... » soufflai-je dépité.

Tu m’étonnes, Mione t’a pas assuré.

«  C’est la première fois que ça m’arrive... Je suis si mauvais au lit ? »

Hermione en dormant vient se coller à moi et pose sa tête sur mon torse.


A suivre …

Est-ce que vous vous seriez endormi ?

33 : Jalouse ? Carrément…

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


« Elle le tient par la peau des couilles ! rigole Rosalie.

- On va faire un tour ? propose Emmett à Rosalie.

- Pourquoi pas ! »

On part marcher dans les couloirs, j‘avais surtout envie de me retrouver seul avec elle. On marche en silence. Je ne sais pas trop quoi dire. Merlin, Drago a raison. Je suis un boulet avec les filles…

« Tu vas souffrir mon petit Emmett…. » rigole gentiment Rosalie.

Je boude. Elle se rapproche de moi et me murmura à l’oreille.

« Mais s’ils sont trop méchants avec toi, je te consolerai… »

Merlin, j’adore quand elle prend sa voix super sexy. Je rougis sans le vouloir, elle rigole doucement. Son index frôle ma joue.

« J’aime bien quand tu rougis, je trouve ça adorable et vrai. La plupart des garçons sont des salops et ils cachent leur sentiment. Mais pas toi. Ne change surtout pas, Emmett. »

Je la fixe alors qu’elle me fait un sourire timide.

« Je n’imaginais pas ta sœur comme ça, vu comment tu me l’avais décrite : travailleuse, sérieuse, sage mais se mettant dans des situations pas possibles, et assez timide avec les garçons. Là, elle est différente.

- Mouais…

- J’ai touché un point sensible ? demande Rosalie.

- On peut dire ça comme ça. »

Je souffle un bon coup.

« Elle était comme ça avant. Avant c’était ma petite sœur qui avait besoin de moi, c’était moi qui la protégeait des mecs, on était tellement proches... Puis je suis parti en mission pour l’Ordre. C’est là que tout a dérapé. Hermione m’en a voulu d’être parti… souffle-t-il.

- C’est un peu égoïste de sa part, grimace Rosalie.

- Oui, mais je la comprend. On a jamais vraiment été séparés. Ça lui a fait un choc.

- Je trouve ça quand même égoïste avec tout ce que Drago et toi avait fait pour sauver notre cul de face-de-serpent ! » s’énerve doucement Rosalie.

Heureusement que c’est Rosalie qui dit ça parce que ça aurait été une autre personne je lui aurais déjà encastré la tête dans le mur.

« Elle ne l’a pas encaissé, c’est à ce moment-là qu’elle a changé. Je ne sais d’ailleurs pas vraiment ce qui sait passé. Je sais que juste après avoir perdu sa virginité avec Harry, elle a enchaîné les mecs. Puis ses études sont passées au second plan… »

Je rigole jaune. La tête que j’ai dû faire quand je l’ai découvert.

« Nos retrouvailles ont été compliquées. Je m’attendais à retrouver ma petite sœur, mon INNOCENTE petite sœur. Un peu naïf comme raisonnement.

- Comment s’est-elle retrouvée avec Mr le Casanova ?

- Harry et moi étions partis en mission. Quand on est revenus, ils étaient ensemble. Je crois qu’Hermione s’est inquiété, et qu’elle a trouvé du réconfort dans les bras de Drago. Puis j’ai tout fait pour les mettre ensemble aussi. J’espère que ça va durer… »

On continue de marcher, sans but précis.

« Hermione a fait plus que tu ne le crois contre face-de-serpent et ça depuis ses onze ans. Avec Harry et Ron, ils ont leur petit rituel, chaque année ils l’affrontent. » rigole Emmett sans joie.

J’avais cru faire une syncope quand le directeur m’avait dit ça, ce que Hermione m’avait caché.

« Elle est très douée pour se foutre dans les embrouilles… constate Rosalie.

- Tu n’as même pas idée à quel point, dit-il entre ses dents.

- Mais maintenant, elle peut être tranquille, et vivre normalement. Les aurors et membres de l’Ordre sont plus nombreux, et Harry est plus puissant. Il va le détruire. Puis toi et Drago avez ramené un bon nombre d’alliés, dit-elle avec une pointe de fierté.

- Tu sais, j’ai beau t’adorer, j’ai du mal à encaisser qu’on dise du mal de ma petite sœur. » dit-il légèrement menaçant.

On entre dans la salle commune où il n’y a personne.

« C’est là où tu te trompes. Hermione ne sera tranquille qu’après la fin de la guerre. Dumbledore t’a parlé de notre dernière découverte ? Sur l’être unique qui va aider Harry ?

- Oui mais je ne vois pas en quoi ta s-… C’est ELLE ? demande Rosalie très surprise.

- On suppose. Elle a des dispositions particulières et uniques. C’est sûrement pour ça qu’elle s’est enfermée dans le placard, c’est très dur d’apprendre ca… Oui, je sais, alors "comment fait Harry pour continuer d’avancer" ? J’en sais rien, mais une fois le choc passé ET encaissé, elle ira mieux et à eux deux, ils vont lui botter le cul.

- J’espère ! » dit une voix derrière nous.

L’intéressé s’assoit en face de nous.

« Moi non plus je ne sais pas comment je fais, mais j’ai pris l’habitude de vivre avec. Mais Mione est très forte, j’ai confiance en elle. Et c’est grâce à elle qu’on est toujours en vie ! rigole doucement Harry. 

- Eh oui, ma petite sœur est la meilleure ! dit le grand frère fièrement.

- Ca on le savait déjà, dit Drago en descendant les escaliers du dortoirs des filles.

- Pourquoi pour TOI ça ne fait pas un toboggan ? demande étonné Harry

- Tu as déjà entendu parler de magie ? se moque gentiment Drago. Puis qu’est-ce que tu veux faire dans le dortoirs des filles ?

- Rien. » dit franchement et honnêtement le survivant.

Drago le regarde, à moitié étonné avant de se plonger dans ses pensées.

FLASH BACK ; PDV Drago

« Je trouve Harry bizarre en ce moment, dis-je.

- Ah toi aussi tu as remarqué ? » me confirme Hermione « Il a rompu avec Ginny. Depuis il est bizarre. Il n’a même pas eu d’autre aventure. »

- Comment tu sais ça toi ? 

- Je garde mes sources…

- Allez, dis-moi, à ton petit ami, suppliai-je.

- D’accord mais tu gardes ça pour toi ! me menace ma petite amie. Ce sont les elfes de maison qui m’aident, ils traînent à droite, à gauche. Du coup je sais tout sur tout le monde.

- Tu exploites les elfes !

- Même pas vrai, Dumbledore fait pareil ! Sauf que lui, il a Fumseck en plus ! dit-elle outrée. - Revenons à Harry. Il ne regarde plus les filles…

- Il est peut être homo… » dis-je, peu sérieux.

Elle me fixe longuement.

« Non, tu crois ? » dis-je à mon tour, outré.

Elle hausse les épaules.

FIN DU FLASH BACK

« Drago, tu es avec nous ? » s’exclame son ami Serpentard.

- Oui oui, un souvenir.  répond-t-il. Alors Harry, tes amours ? Tu as qui en vue ? demande Drago en plaisantant.

- Oh, personne en vue… dit-il gêné. La guerre approche, j’ai pas trop le temps d’y penser…

- Même pas pour la soirée ? insiste Drago. Tu sais ça pourrait te détendre ! »

Je ne sais pas si Drago dit ça pour moi où pour Harry.

« Pourquoi tu veux me détendre ? se moque Harry dans un élan de courage.

- Non… Ça ira je te remercie, Mais si je n’avais pas Hermione… dit Drago plein de sous-entendus, avec son éternelle fierté et son sans-gêne.

Le pauvre Harry, il en rougit jusqu’à la racine des cheveux.

« Heureusement que Hermione ne t’entend pas ! se moque à moitié Emmett.

- Je suis sûr qu’elle ne serait pas contre de se retrouver coincée entre Harry et Drago… » dit Lavande arrivant avec Ron.

Harry rougit encore plus. Drago a l’air ailleurs.

« Alors mon pote, ça avance ? » demande Ron.

Harry le fusille du regard.

« Fallait que je me taise ? dit piteusement Ron.

- Ouais, bougonne le survivant.

- Désolé. »

Drago fixe avec insistence Harry. Son éternel sourire en coin apparaît. On reste dans un silence pesant.

« Alors tu aimes notre école ? demande poliment Lavande

- Oui, pour le moment ça va. En plus j’ai hâte de voir la qualité des cours ! dit Rosalie peu sûre d’elle.

- Lavande est la petite amie de Ron et fait partie de l’Ordre, tu peux parler.

- Ok, je veux pas aller en cours, J’ai fini mes études ! J’ai AUCUNE envie d’y retourner.

- Je compatis à ta peine. »

Lavande lui sourit.

« Mon pire cauchemar, faire deux fois les même cours ! »

Elle en frissonne. On rigole.

« Ou est Hermione ? demande Lavande.

- Elle dort, dit Drago. Ton lit est prêt et les elfes de maison ont amené tes affaires, explique Drago à Rosalie

- Merci. Je vais voir ma chambre. Emmett, tu me montres où c’est ?

- Ok.

- Et les escaliers ? » dirent en cœur Harry et Ron.

Drago et moi rigolons. Ginny et Lavande sourient

« Les escaliers d’Hermione ne se transforment pas, dirent en cœur Lavande et Ginny.

- Ca facilite la communication… rajoute Drago.

- En cas de soucis... »

J’en remet une couche.

« Donc ton baratin sur la magie, c’est des conneries ? demande Harry à Drago.

- Non Potter, la magie existe, se moque Drago.

- Je sais bien ! boude Harry

- Je suis peut être un bon sorcier, mais de là à déjouer la magie de Poudlard… »

Rosalie et moi montons dans la chambre d’Hermione.

« J’adore ! » dit Rosalie un peu fort.

Hermione grogne. Moi je souris.

« Toujours aussi discrète… »

Je m’assoie à coté de ma sœur qui sort sa tête de sous sa couette.

« Bien dormi ? »

- Mouais, pas assez… Tu sais que je t’adore Em’ mais le fait que tu sois assis sur mon lit alors que je suis nue me gêne un peu.

- TU ES NUE ?! Non mais tu as fait quoi ?

- Du tricot… » répond Hermione, blasée et moqueuse

Je vais pour m’énerver, encore, je sais, surtout que c’est complètement idiot.

« Emmett, tu nous laisses ? »

Elle me fait un sourire craquant. Je grogne gentiment, embrasse ma sœur sur le front et sort.

Je remets ma couette sur ma tête dans le but de me rendormir, ignorant la présence de Rosalie. Je peux l’entendre s’assoir sur son lit et souffler un bon coup. Je m’attend à ce qu’elle ouvre la bouche pour dire quelque chose de banal sauf que ce qui sort de sa bouche me scotche véritablement.

« Je suis jalouse de toi. »


A suivre …

Vous pensez quoi du comportement de Rosalie ? Et sa dernière phrase ? Jalouse ?

34 : Mains baladeuses en plein cours de vol

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


Tu ne t’y attendais pas à celle-là ?

Je la regarde étonnée avant d’exploser de rire, mais devant sa tête super sérieuse, je me calme d’un coup et continue de la fixer.

« Ne me fixe pas comme ça s’il-te-plaît. Et je ne changerai pas d’avis. Je suis jalouse de toi.

- Je ne vois pas pourquoi. »

Je suis totalement perdue. Cette fille est une bombe, elle a fini ses études, elle est auror, sûrement un brillant cerveau. Je ne vois pas ce qu’elle peut m’envier. Elle rigole doucement.

« C’est pourtant simple, dit-elle.

- Trop simple pour moi.

- Ou trop naturel.

- Tu ne veux pas me le dire parce que là je sèche… souffle Hermione. En plus j’ai la tête dans le cul. »

Je baille.

« Ton frère.

- Quoi mon frère ? »

Je ne pige rien du tout. Elle soupire tristement.

« TU ES AMOUREUSE DE MON FRERE ?

- Tu ne t’en étais pas rendu compte ? demande-t-elle sceptique.

-  Je me doutais que tu avais des sentiments pour lui. »

Je baille.

« Mais je ne vois pas pourquoi tu es jalouse.

- Je suis jalouse parce que ton frère est attentionné avec toi, quand il parle de toi c’est avec fierté, et il ne faut surtout pas mal parlé de sa petite sœur chérie sous peine de torture, crache-t-elle à moitié. - TU ES sa vie.

- Et il est la mienne. Mais ça restera mon frère. Puis si tu le veux tellement, saute-lui dessus ! suggère Hermione en se rallongeant. Mais être jalouse de moi est complètement idiot. Surtout que c’est moi qui pourrait être jalouse. Après tout c’est mon frère, personne ne nous a jamais séparé. » rajoute-elle mystérieusement.

Je ferme les yeux et me rendors. Je pense que Rosalie va cogiter un peu. Je ne vais pas tout lui servir sur un plateau d’argent non plus. Et puis si elle était plus observatrice, elle comprendrait les sentiments de mon frère à son égard.

C’est reparti pour les cours. On a cours de balai. Rosalie adore voler et jouer au Quidditch.

« Aujourd’hui nous allons faire les évaluations, donc je vous prie miss Granger de monter sur votre balai. Au moins pour que je puisse vous noter, même si je dois vous mettre un T. »

Ça les fait tous rire. Je vois ma petite sœur fulminer, ses yeux deviennent jaunes. Pas bon ça, parce que en principe les flammes apparaissent peu après ça. Drago aussi l’a vu. On se précipite vers elle pour la cacher de la prof et qu’elle ait le temps de se calmer.

Alors que les garçons m’éloignent de la prof, je peux voir le regard haineux de Rosalie. Je me calme rapidement. Heureusement que les autres n’ont pas vu mon changement de comportement.

« Tu devrais essayer de te contrôler ! » sermonne Emmett.

Je ne sais pas comment j’ai réussi mais un grondement fort est sorti de ma gorge.

« Emmett, c’est bon, je m’en occupe. »

Emmett s’en va en bougonnant.

« Hermione, regarde-moi. »

Il lui tient la tête et la fixe.

« Voilà, respire, ne regarde que moi, ce sont des idiot mais on s’en fiche. Regarde-moi, juste moi. »

Drago la calme.

« On ira voir le directeur ce soir. »

Il la dévisage.

« C’est bon, on peut retourner en cours ? »

Je fais oui de la tête. Drago pose son bras sur mes épaules, on rejoint la classe.

« Montre à cette stupide prof ce que tu es vraiment. De toute façon, qui mieux qu’un dragon peut voler ? » la taquine Drago.

Il me provoque pour me pousser à bout et monter sur son balai. Il sourit en coin, fier de lui et monte sur son propre balai.

« Aujourd’hui vous devrez passer dans des cercles de différentes tailles. Attention certain bougent. Plus vous les touchez plus vous perdez de points. Vous avez 20 cercles à passer. Un cercle par point. Bien on commence au tirage au sort. Ah, j’oubliais : les cinq plus rapides auront une petite surprise. Bon courage ! »

Les évaluations débutent par Harry. Ca foutrait presque des complexes.

« VAS-Y HARRY ! hurle Hermione. T’ES LE MEILLEUR !

- Merci ! » dirent en cœur et Emmett qui boude un peu plus et Drago.

J’embrasse Drago amoureusement et ensuite je saute dans les bras de mon ours. Je vais lui donner une raison d’être jalouse. Je l’embrasse sur la joue.

« Je t’aime mon grand frère chéri. Tu es ma vie, tu le sais ! » dit-elle juste à lui.

Il boude mais l’écoute.

« Personne ne nous séparera, ajoute-elle, même si Drago compte beaucoup pour moi et puis toi tu as Rosalie… » dit-elle mystérieusement.

J’embrasse mon frère sur la joue et saute de ses bras.

« Allez, c’est à ton tour » sourie le petit dragon.

Il me sert très fort dans ses bras.

« Je t’aime ma petite sœur. Toi aussi tu es ma vie. »

Il m’embrasse le haut de la tête et grimpe sur son balai.

« Mr. Potter à vingt point en une minute. Ferez-vous mieux, Mr Granger ? » demande Bibine.

Elle donne le départ. Je crie comme pour Harry qui rigole à côté de moi.

« Tu sais que l’on ne t’entend pas ? se moque Harry.

- Je sais bien mais Bibine m’entend ELLE et voir ses grimaces est tordant ! »

On rigole tous les deux.

« Mr Granger : vingt points en 58 secondes. Mr. Malfoy, à vous.

- Bonne chance mon amoureux ! Si tu gagnes, je te promet une soirée torride pour me rattraper...

- Un mois de colle ne vous a pas suffi ? se moque Harry et Emmett.

- Non ! » s’exclame-t-on ensemble.

Drago part. Bien sûr, il fait vingt points en 58 secondes. Comme Emmett. Les autres passent. Merlin, comment Goyle qui joue au Quidditch arrive à ne faire que cinq points ? 

« Votre équipe est une équipe de bras cassés ! se moque Hermione.

- Tu peux parler Ron a fait quinze points ! rétorque le petit ami.

- Et Crabbe dix ! rajoute la lionne

- MISS GRANGER ! » hurle Bibine.

Je relève la tête vers elle.

« C’est à vous. » ordonne-t-elle.

Contre toute attente, je viens me mettre devant la ligne de départ sans balai.

« Vous n’oubliez pas quelque chose miss Granger ? » se moque Bibine avec des airs de Rogue.

Je lui fais un sourire hypocrite. Je fixe le balai d’Emmett.

« Debout. » dit Hermione sans hausser le ton de la voix.

En moins d’une seconde le balai a fait vingt mètres pour se retrouver dans ma main. Je l’enfourche sous les regards ébahis des autres et de la prof. Je ne l’aime pas. Elle non plus. C’est la seule prof que je n’ai jamais pu encadrer.

« Elle va nous foutre une plumée… » dirent Emmett et Drago.

Je souris en coin alors que la prof donne le départ. Je m’élance le plus rapidement possible, je passe à travers les anneaux à pleine vitesse, je tourne à droite à gauche, la tête à l’envers, j’arrive au anneaux qui bouge, je calcule rapidement leur trajectoire sans ralentir, je fonce pour les cinq derniers. Je fonce en piquet vers le sol, droit sur la ligne d’arrivé. Je me pose en douceur devant bibine qui fixe le chronomètre. Je descends délicatement de mon balai.

« Vous avez raison ça mérite un T… T comme "Terriblement-parfait". » se moque Hermione.

Tout le monde a les yeux fixés sur le chronomètre. Je rends le balai d’Emmett. J’en profite pour me recoiffer.

« B… Bien… bafouille la prof. V-… vingt points pour miss Granger et un chrono de 53 secondes. Suivant !

- Elle ne va pas s’en remettre ! » rigole Emmett.

Je m’assoie entre les jambes de mon petit ami et m’appuis sur son torse. Ses mains sont sur mon ventre et les miennes sur ses genoux.

« Tu es terriblement sexy sur un balai tu le sais ? murmure Drago. Si on était pas en cours, je t’arracherai tes vêtements et te ferai l’amour dans toutes les postions. » dit son petit ami d’une façon carrément érotique.

Et plus il me mord le lobe de l’oreille. Je me mord la lèvre pour ne pas gémir. Par Merlin, je ne vais pas tenir encore une heure dans ses bras. En plus ses mains sont passées sous mon pull et son mon tee-shirt. Il me caresse la peau. Ses doigts viennent sous mon pantalon. Pourquoi ne me serre-t-il pas plus aussi ? Heureusement que mon pull est grand et qu’on ne voit pas où sont les doigts de mon petit ami. Je serre mes doigts sur ses genoux alors qu’il s’amuse avec mon string. Cet enfoiré le tire gentiment vers le haut pour me faire une pression sur mon clito. Il le relâche et recommence. Son autre main remonte sur mon ventre, et à la base de ma poitrine. Il m’embrasse sur la joue, sur l’oreille, je peux sentir son sourire en coin alors que ma respiration devient plus erratique. Je vais finir par lui broyer les genoux s’il continue.

« Arrête, je t’en prie… dit-elle dans un souffle. 

- Tu dis ça mais ton corps me dit le contraire. »

Il accentue la pression avec mon string, je sens que je vais gémir. Je me mords le doigt violemment.

« Si tu ne me baises pas rapidement, je ne réponds plus de moi. » souffle-t-elle.

Il rigole et remonte ses mains sur mon pull. Oh le salop !

Tu l’as bien cherché ! Tu t’es endormie

Il va me laisser en plan. Sale Serpentard. Monsieur se met à discuter avec Emmett. Harry vient s’assoir à côté de moi.

« J’ai cru qu’il allait te baiser sur place… murmure Harry.

- J’aurai bien aimé, boude-t-elle un peu frustrée. Et toi ? Une personne en particulier en vue ? Je sais que oui. Mais pourquoi tu ne veux pas me le dire ? »

Silence.

« Bref, je ne t’oblige pas à en parler, mais si tu veux le faire, tu sais que je suis là. »

Je prends sa main et la serre amicalement. On se sourit. J’espère qu’il va m’en parler, un jour ou l’autre. Je ne veux pas qu’il cache ses sentiments, même si je ne suis pas sûre de ce qu’il ressent.

« Rosalie Hale ! » appelle Bibine.

Rosalie se lève, la plupart des garçon la fixe, Emmett enrage mais ne dit rien. Mon grand frère est un vrai boulet avec ses sentiments.

Je l’observe, cette fille est douée. Elle finit à une minute deux secondes et vingt points. Je vais faire un effort pour m’entendre avec elle, même si elle me déteste. Je l’applaudis en criant un « OUAIS !! ». Elle me regarde étonnée, je lui rend un sourire. Il faut que je les case ensemble ces deux-là.

On part manger.

« Au fait tu as une idée pour notre vengeance ? demande Drago.

- Oh que oui, tu vas voir, il va payer ! dit-elle sadiquement.

- Raconte-moi tout. »

Il me rend mon sourire sadique. Je lui explique mon plan. Il est tout à fait d’accord avec moi.

« Bien, avant que nous ne commencions à déjeuner, je vous informe que nous allons organiser une pièce de théâtre. Tous ceux qui souhaite y participer en tant qu’acteur ou pour l’organisation, s’inscrivent sur le parchemin. Merci et bon appétit ! »

J’envoie un regard équivoque à Drago. Il sourit en coin.


A suivre …

Une idée de vengeance ?

35 : Nom de code : Vengeance

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


On va bien se marrer dans les jours qui vont suivre.

« Alors les premiers cours de Poudlard ? demande Hermione à Rosalie.

- Pourquoi tu me parles ? C’est vrai, je te fais comprendre que je ne t’apprécie guère et toi tu t’accroches… !

- Parce que je t’aime bien. Et puis ça t’évitera des regrets parce qu’une fois que tu seras avec mon frère, tu n’auras plus de raison de ne pas m’apprécier. »

Je lui souris amicalement avant de continuer de manger. A la fin du repas, je vais m’inscrire sur la feuille, avec Drago on s’inscrit pour faire le scénario. On inscrit Emmett et Rosalie. La vengeance commence…

Quelques jours plus tard, la liste définitive est affichée. Le directeur dit même les noms.

« Pour le scénario et réalisateur , nous avons Hermione Granger et Drago Malefoy… » commence-t-il.

On se fait applaudir. Le scénario est déjà écrit et je peux vous assurez qu’il va cartonner. Surtout que le directeur l’a approuvé.

« Pour les deux rôles principaux, nous avons Miss Rosalie Hale et Emmett Granger. »

Les deux élèves concernés s’étouffent et nous fusillent Drago et moi du regard. Moi je fais un sourire triomphant. Vengeance, ça fait une semaine qu’on a commencé à nettoyer le château à la brosse à dent. J’ai eu du chewing-gum dans mes cheveux et Drago est resté collé à un mur par la peau du visage. Pomfresh a dû venir le décoller pour éviter de lui arracher la peau ! Tout le casting est annoncé. Les répétition ont lieu le mercredi et les weekend.

Ce samedi soir Drago va exécuter un bout de notre plan. On se retrouve tous les deux dans un couloir.

« Tu les as ? »

Il me tend les deux bouteilles. On entre dans une salle de classe vide. Je sors mes deux flacons et les verse dans les bouteilles. On les secoue bien.

« N’oublie pas, dix minutes, rappelle Hermione à son petit ami.

- Ne t’en fais pas. Demain on va bien rigoler... Dors bien ma chérie !

- Toi aussi. » répond-t-elle en baillant.

Il repart dans son dortoir après m’avoir embrassé, et je vais dans le mien. Cette sale prof a eu ce qu’elle voulait. Ca fait une semaine que Drago et moi n’avons pas pris de bon temps avec ces foutues heures de colle. Puis avec les répétitions de la pièce qui ont commencé, on n’a pas une minute. Sans oublier mes entrainement deux fois dans la semaine avec le directeur. On essaye de comprendre comment j’ai pu grogner alors que je ne m’étais pas transformé. Puis je dois aussi cracher du feu. En rajoutant que l’on cherche toujours ce que veut dire : T C V F.

Je pars prendre ma douche alors que Drago m’a encore piqué ma salle de bain.

« Quoi ? Il y avait trop de monde ! » se défend son meilleur ami avant de sortir.

Je fais couler l’eau et rentre sous la douche. Merlin, le théâtre me tue, puisqu’on n’a, bien entendu, pas pu se désister. Je coupe l’eau et me savonne. Je me shampooine les cheveux. Je vais pour rallumer l’eau mais là, rien. C’est quoi ce bordel ? Je tourne les poignets de bouche. Rien, NADA. Je tape dans la tuyauterie. Pourquoi j’ai pas pris ma baguette. Allez, redémarre ! J’ai de la mousse dans les yeux ! Au bout d’un certain temps l’eau revient. ENFIN. Je me rince rapidement, très énervé. Je m’essuie à peine et part me coucher.

Je descends prendre mon petit déjeuner avec Drago. Je vois le regard des autre sur moi. Ils ont l’air… moqueur ? Je n’y prête pas attention. Seulement, quand je rentre dans la grande salle, certains explosent de rire dont ma petite sœur, Harry et Ron. Rosalie me fait un regard désolé et Drago sourit, se retenant de rire. Hermione m’envoie un miroir alors qu’elle est toujours pliée de rire. Je me regarde dans le miroir et là...

« AAAAAH ! » hurle le Serpentard devant son reflet.

Drago est aussi plié de rire que toute la salle. Même les profs se marrent. Je regarde mes cheveux, ils sont ROSES et un ROSE de BARBIE !

« Trop jolie ta couleur de cheveux, ma biche ! » m’enfonce Drago.

Je boude mais j’essaye quand même de l’enlever. Ça ne marche pas ! Pourquoi ça ne marche pas ?!

« Composition de ta sœur et des jumeaux. » m’informe Drago.

Je grimace et mange la tête dans mon assiette. Rien d’inhabituel par contre il me manque un truc : OU SONT LES POILS SUR MES JAMBES ET MES BRAS ? ET SUR MON TORSE ? ET SOUS MES BRAS ? ET … Non, je ne veux pas regarder à cet endroit.

« Très jolie épilation ! » se moquent Drago et Hermione qui se roulent par terre tellement ils rigolent.

Je jette un rapide coup d’œil et gémis de tristesse en voyant que je n’ai plus aucun poil NULLE PART. Tout le monde rigole, sauf Rosalie qui sourit gentiment.

« C’est pas la fin du monde, ça repousse… rassure la jolie blonde.

- Je suis épilé de la tête au pied, j’ai les cheveux roses, que va-t-il m’arriver de pire ?! se lamente Emmett. Et VOUS POURRIEZ ARRÊTER DE RIRE ?! » hurle-t-il sur ses tortionnaires.

Je sais que c’est eux. Drago a dû mettre ça dans mes produits.

« Au fait grand frère, réunion de l’Ordre ce soir, l’achève sa sœur.

- Ma journée est un enfer. Je vais aller sauter de la tour d’astronomie.

- Moi je trouve que c’est pas si moche que ça, un mec épilé ! le rassure Rosalie. Bon pour les cheveux… »

Inutile de vous dire qu’à la réunion je m’en suis pris plein la figure surtout qu’il a fait extrêmement chaud dans la salle, donc tee-shirt. Puis Hermione et Drago ont tout raconté dans les détails. Le seul point positif, Rosalie m’a soutenu en me tenant la main.


Drago et moi trainons dans les couloirs. On a pas envie de se séparer, puis il faut qu’on mette au point la suite de notre vengeance.

« On devrait attendre que ses cheveux soient redevenus normaux. Mais on pourra faire ça la semaine prochaine. Je te ferais entrer dans les dortoirs, dit Drago.

- Parce que je n’ai pas le droit d’y rentrer avant ? demande-t-elle boudeuse.

- Non ! » dit il ferme.

Je le regarde outrée.

« Je plaisante…

- T’es méchant ! boude Hermione. Fais-moi un bisou. » dit-elle montrant sa joue.

Il m’embrasse, je montre mon autre joue, il m’embrasse, je montre mon front, il m’embrasse mais soupire. Il embrasse ensuite mon nez, mes lèvres. Le baiser est un peu long. Il me colle contre le mur.

« Tu veux que je t’embrasse ailleurs ? »

Je montre mon cou, il m’embrasse. Je le pousse de moi, je défais les boutons de ma chemise et l’écarte, Drago fixe mon soutien-gorge. Je descends mon index en le fixant, je le passe entre mes seins et lui montre mon nombril, il grogne mais m’embrasse quand même. Un baiser rapide, mais je le colle à moi avec mes mains derrière sa tête, il embrasse mon nombril et fait glisser sa langue. Je ferme les yeux en me retenant de gémir. Il se relève en en me tenant les poignets au-dessus de ma tête, il se colle à moi.

« Fini de jouer Miss Granger…

- Au contraire, le jeu commence. »

Je me détache de lui, et fait glisser mon index de mon nombril jusqu’à mon entre-jambe, je m’y arrête un peu mais repart. Je soulève ma jupe et lui montre l’intérieur de ma cuisse, mais plus bas. Je fais son sourire en coin, il se met à genoux, pose ses mains sur mes fesses et m’embrasse sauf que ses baisers remontent, je me force à le pousser. Je remonte mon index sur mes lèvres.

Il sourit en faisant non de la tête.

« Mais euh, j’adore quand tu m’embrasses ! » dit-elle pour sa défense.

Il s’approche et m’embrasse rapidement. C’est à mon tour de grogner.

« Je croyais que tu voulais jouer ? » demande son petit ami très fier de lui.

Je redescend mon index sur mon genoux. Il est déçu mais le fait quand même. Alors que ses mains sont sur mes hanches, je les remonte sur ma poitrine. Il se remonte rapidement. Je passe ma main sur son entre-jambe, par-dessus son jean et frotte ma main. Je fais descendre mon index libre sur ma poitrine. Il s’empresse de l’embrasser. Ses deux mains descendent sur mes fesses, je remonte ma main sur son dos. Il me soulève, j’enroule mes jambes autour de lui. Il fait des coups de bassin, je gémis. On se regarde dans le blanc des yeux. On ne va pas plus loin.

« On ne vous dérange pas, j’espère ? » demande Rogue accompagné de Mr. Bale.

Drago et moi les fixons sans bouger. Je fini par me détacher de lui, je me retourne rapidement pour leur montrer mon dos. Je rattache mon chemisier et me retourne vers eux.

« Une explication ? demande Rogue

- Un trop plein d’hormones ? rajoute Bale

- Vous mériteriez un mois de colle supplémentaire, crache Rogue.

- Mais apparemment récurer les moindres coins du château ne les calme pas. » rajoute Bale.

C’est décidé, je hais ces deux profs. Je les vois comploter d’un seul regard. Ils sont homo ou quoi ? La sanction va tomber mais notre sauveur le directeur arrive.

« Voyons, que se passe-t-il ici ? demande le directeur, souriant.

- Ces deux élèves fricotaient dans les couloirs ! » grimace Rogue.

Les trois adultes discutent.

« Tu crois que Rogue est toujours puceau ? Pour être aussi coincé ? murmure Hermione à l’oreille de Drago.

- Non, miss Granger, je ne lui suis plus ! » s’énerve Rogue.

Je me retiens de rire ou de partir en courant vu sa couleur de joues et ses regards meurtriers.

« Dans les couloirs dites-vous ? demande le directeur sérieux. Bien, la prochaine fois ne faites pas ça à la vue de tous ! sourit le directeur. Il y a de jeunes élèves. Cela serait dommage qu’ils vous croisent. »

- Vous n’allez pas les punir ? demandent Rogue et Bale, étonnés.

- Pourquoi ? Ils ont déjà un mois de colle et quoi qu’il arrive, ils se retrouveront, le château est immense… Vous pouvez y aller les enfants, à moins que vous vouliez me dire quelque chose ?

- Oui, dit le beau blond. Mais en privé, s’il-vous-plaît. »

On part dans le bureau du directeur. Bale et Rogue enragent. Je suis sûre qu’ils sont homos.

« Vous en êtes sûre, miss Granger ? » demande le directeur amusé.

On entre dans le bureau. On s’assoie. Je tiens toujours la main de Drago, je ne veux pas le lâcher.

« C’est pour ce qui s’est passé en cours de vol… J’ai grogné, dit-elle tristement.

- Je ne vois pas où est le problème ?

- Je n’étais pas transformée. J’étais moi ! explique-t-elle inquiète.

- Vous alliez vous transformer ? demande le directeur

- Non, j’étais énervée, mes yeux étais jaunes, je n’avais pas de flammes. »

Le directeur réfléchit, moi je m’inquiète.


A suivre …

36 : Indice

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…-


« Je pense que c’est une évolution. Votre Animagus et vous fusionnez de plus en plus. 

Il réfléchit encore avant de poursuivre.

« Crachez-vous du feu ?

- Presque. »

J’étonne les deux hommes. Je n’en avais parlé à personne.

« J’ai sorti de la fumée de mes naseaux, par contre j’ai dû boire trois litres d’eau après.

- C’est très bien, mais ne vous fatiguez pas. Restez en forme.

- Bien Monsieur.

- J’ai une question, dit Drago. Vous avez dit qu’ils fusionnaient. Cela veut dire qu’elle crachera du feu en forme humaine ? Je ne veux pas me retrouver chauve !

« Je ne pense pas que ça aille jusque-là, dit le directeur amusé. Je pense à sa température qu’elle pourra contrôler. Rappelez-vous, avant elle brûlait. Maintenant c’est normal. Plus tard elle pourra gérer cette température en l’augmentant et en la baissant. Pour ses yeux aussi. Ses grognements sont la continuation. Mais je doute qu’elle crache du feu. » rassure le directeur.

Je soupir de soulagement. Drago aussi.

« Miss Hale va bien ?

- Oui même si je crois que ces amis doivent lui manquer.

- Elle devrait les revoir rapidement. Et pour les initiales ? Vous n’avez rien trouvé ? … Cherchez ce qui concerne l’Animagus de Miss Granger. »

On le remercie puis on sort.

Le reste de la semaine, je passe le peu de temps à essayer de cracher du feu. Je pars dans une cour éloignée. Je me transforme et essaye de cracher du feu. Seule de la fumée sort. Ça m’énerve. Je tape de la patte, je craque le sol. Je grogne de mécontentement. J’entends un rire ou plutôt deux rires. Je tourne la tête. Drago et Emmett rigolent. Rosalie est planquée derrière mon grand frère.

« Je savais que ta sœur était un dragon, mais c’est vraiment flippant de la voir en vraie. » souffle Rosalie

Je m’approche d’eux.

« Tu n’y arrives pas ? » demande Drago compatissant.

Je fais non de la tête. Drago vient poser sa main sur mon épaule. Si je pouvais frissonner, je le ferai. J’ai du mal avec le contact physique quand je suis transformée. C’est vachement profond, intense. Ça remonte au plus profond de moi. Rosalie s’approche de moi et pose un doigt sur moi. Je grogne. Elle se recule brusquement. Je la fixe.

« Pardon, dit Rosalie.

- Ne t’excuse pas, c’est très dur d’avoir un contact physique, la rassure Emmett. Je ne te raconte pas Drago s’est fait grogner dessus un bon nombre de fois et c’est toujours chaotique ! rigole Emmett. Je ne te parle même pas avec sa délicatesse. Elle m’aurait arraché la tête. »

Ils rigolent. Moi je trouve pas ça très drôle. Je fais demi-tour et m’envole.

« Reviens Mione, on arrête ! » dit Emmett sans crier.

Je reviens me poser.

« Bon allez, crache du feu, ‘tite sœur, et décoiffe Drago ! » rigole Emmett.

Mon chéri le fusille du regard.

« Eh, j’ai le droit, J’ai les cheveux roses. »

Drago et moi pouffons de rire, sauf que je me met à tousser et crache du feu sinon une flamme, une mini-flamme. Sous le coup, je me retransforme en humaine. Mes jambes me lâchent à moitié, mais super-grand-frère me retient. Il m’embrasse sur le front. Il me prend dans ses bras et m’emmène dans ma chambre. Drago s’allonge près de moi. Rosalie et Emmett discutent. Moi je suis dans le brouillard.

« Ca va ma puce ? » demande doucement Drago.

Je fais oui de la tête. Ma gorge me fait un peu mal. Je récupère ma bouteille d’eau et la vide. Ils rigolent tous les trois.


« Je ne vois pas où on pourrait chercher ses initiales, soupire Rosalie.

- Ouais, on a fait toute la bibliothèque, RIEN ! rajoute Emmett.

- Il faut trouvé l’indice qui se trouve dans le château, dit Drago.

- Comment tu sais qu’il y en a un ? » demande Rosalie.

J’ai pensé la même chose.

« Emmett, souvient toi. Au ministère il y avait une espèce prophétie qui disait que l’être unique serait aidé par l’indice de l’école.

- Il faut rassembler tout le monde et chercher cet indice mais à mon avis il va être dur à trouver. La prophétie a plus de quinze ans, conclut Emmett. Mais pour le moment, allons manger !

- Je te suis ! » sourit Rosalie.

Drago va pour les suivre mais je le retiens.

« On arrive ! » dit Hermione

Ils sortent.

« Laisse-les un peu seul. »

Drago m’embrasse on les rejoint cinq minutes plus tard. Je marche la tête baissée, la luminosité me donne mal à la tête. Drago m’embrasse sur la joue et part à sa table. Je rejoins la mienne toujours les yeux rivés au sol.

Je regarde plus attentivement le sol… il y a des inscriptions. Je n’y ai jamais vraiment prêté attention, ça ne veut pas dire grand-chose, je n’arrive pas à les lire...

Je m’assois et sort ses inscriptions de ma tête. Le lendemain, toutes les personnes qui font partie de l’Ordre recherche l’indice.

Plus les jours passent, plus les inscriptions au sol me reviennent en mémoire. Juste ma curiosité maladive. Elles sont quasiment effacées, elles doivent être là depuis des générations. Mais pour le moment, on doit continuer de se venger. Avec Drago on s’est introduit dans la chambre de mon frère, plus précisément dans son placard.

« Tu crois qu’ils vont se sauter dessus quand ? demande son petit-ami.

- Je ne sais pas, mais en tout cas, c’est vraiment chaud. Ils sont attirés comme des aimants et RIEN… soupire Hermione. - On dirait qu’ils vont s’embrasser mais finalement au dernier moment ils se reculent en étant gênés.

- On est tombé sur deux handicapés des sentiments... dit Drago alors qu’ils vient se coller à sa petite amie et l’embrasse sur la joue. Tu as bientôt fini, charmante demoiselle ? Parce que mon placard veut lui aussi être visité... »

Je rigole mais reste dans ses bras. Je finis ce que j’ai à faire. J’espère ne pas avoir loupé mes sortilèges, la présence de Drago me suffit à me déconcentrer. Je me retourne vers lui.

« Tu veux aussi que je m’amuse avec tes vêtements ?

- Non c’est bon, mais il y a autre chose avec quoi tu peux t’amuser… » dit-il plein de sous-entendus.

On part dans sa chambre avant que mon ours de frère rentre dans sa chambre et ne se doute de quelque chose.

Le lendemain, je me lève et m’habille. Je trouve bizarre que Drago et Hermione n’aient rien tenté. Je pars dans la chambre de Drago le réveiller, il y a bien sûr Hermione qui, ELLE, est déjà réveillée.

Je me suis réveillée dans la chambre de mon petit ami. Je le regarde dormir, je passe doucement mes doigts dans ses cheveux, sur sa joue. Il gémit doucement dans son sommeil. Je souris doucement. Je souffle sur son visage pour le réveiller. Il gémit plus fort, signe qu’il est réveillé. Je lui caresse doucement la joue. Je sais qu’Emmett est entré dans la chambre puis qu‘il est reparti. Et je sais aussi qu’on va être en retard en cours de métamorphose.

Il ouvre les yeux et me fait un sourire endormi. On se fixe, sans bouger, juste à se fixer. J’adore ces moments. Juste lui et moi, et rien d’autre.

« Bon les tourtereaux, On se lève ! dit Emmett qui vient de revenir dans la chambre. Vous avez quinze minutes avant le cours et MacGo’ va vous tuer si vous n’êtes pas là ! »

On arrive à l’heure au cours. Par contre, on n’a pas pu voir notre travail sur les vêtements d’Emmett. Mais on a toute la journée, c’est pas grave.

On se dirige vers le cour de balai. c’est là qu’on voit notre travail... Harry et Ron pouffent de rire devant le fessier de mon frère. Même Rosalie sourit.

« Joli boxer Emmett ! » sourit Rosalie.

Moi j’explose de rire. Drago sourit. Les autres ont les yeux rivé sur Emmett qui touche son postérieur, o il y a deux cœur.

« Hermione… menace Emmett.

- Oulà, pas bon pour moi, ça. »

Ma sœur se met à courir, elle saute sur son balai et je la suis. Je lui cours après pendant un bon quart d’heure. Bibine ne dit rien. Une fois calmés, on redescend mais on reste ensemble vu qu’on est par binôme.

« Mione, tu ne veux pas enlever les cœurs ?

- D’accord, dit Hermione. Mais Rosalie n’a pas lâché ton boxer des yeux… sourit-elle. Tu es sûr ? Parce que je trouve ça sympa moi ! rajoute la lionne.

- S’il-te-plaît… »

Il me fait sa tête de chien battu. Je cède.

« Et toi, tu attends quoi pour sauter sur Rosalie ? Elle n’attend que ça.

- Qu’est-ce que tu en sais ?

- J’en sais qu’elle et moi on discute le soir. Je ne suis pas un ermite, je parle aussi aux autres, rigole Hermione. Allez, lâche-toi ! Au pire tu risques quoi ? D’être heureux ?

- Mais je veux que ça soit différent…

- Tu es à Serpentard, tu es rusé et malin. Trouve, mais rapidement, elle ne t’attendra pas toute sa vie… »

On fait nos exercices. Drago est avec Rosalie.

« Alors, les mecs de Poudlard te plaisent ? demande Drago

- Et toi c’est du sérieux entre toi et Hermione ?

- Oui, je crois bien. Ça fait bizarre, hein ?

- Venant de ta bouche, ouais… rigole Rosalie. Mais je suis contente pour toi. Hermione est gentille.

- Pourtant, tu ne l’aimais pas au début…

- Ouais, j’étais jalouse, et je crois qu’une partie de moi le sera toujours.

- Pourquoi ? demande Drago surpris. Tu n’as pas de sentiments pour moi ? demande-t-il inquiet.

- Non non, je te rassure ! rigole Rosalie. C’est juste qu’elle est la sœur d’Emmett, et la complicité qu’il y a entre eux est… »

Drago et Rosalie nous regarde alors qu’Hermione et moi faisons un gros câlin de famille.

« Forte ? Intense ? finit Drago. Ouais, par moment je ne me sens pas à ma place quand ils sont ensemble. Mais je me dis que les sentiments d’Hermione à mon égard sont aussi fort que ceux qu’elle a pour son frère, explique Drago sérieusement. Mais bon ca je n’en suis pas sûr, rajoute-il, un peu stressé.

- Ne t’en fais pas, je suis sûre qu’elle tient vraiment à toi ! le rassure Rosalie. Puis, à ce que j’ai compris, ni toi ni elle n’avez vraiment eu de relation sérieuse avant et cela est une belle preuve, tu ne crois pas ?

- Mais toi, tu attends quoi pour sauter sur Emmett ?

- Je ne suis pas très douée pour faire les premiers pas. Et je n’ose pas, je crois.

- Il va bien falloir si tu veux être avec lui, parce que Emmett est trop coincé malgré tous les sentiments à ton égard. Et crois-moi il n’a pas quitté le collier que tu lui as envoyé à Noël, explique Drago. Alors, saute-lui dessus ! Ne t’en fais pas toi non plus, tout ira bien, restez vous-mêmes !

- Merci ! » dit-elle du fond du cœur.

On jette un cœur d’œil à Rosalie et Drago qui eux aussi se font un câlin.

« Faut qu’on fasse attention, grand frère, ils vont se barrer ensemble ! rigole Hermione même si, au fond, elle a un peu peur.

Emmett va pour ouvrir la bouche mais…

« ROSALIE !! » hurle une voix.


A suivre …

Qui vient de hurler ? Des idées ?

 

37 : T C V F

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


« ROSALIE !! » hurle une voix.

Ladite Rosalie dans les bras de mon homme tourne la tête. Je peux voir quatre personnes arriver. Deux filles et deux hommes. Rosalie se détache de MON chéri et saute dans les bras des deux filles. Drago et Emmett s’avancent vers eux. Drago prend la petite aux cheveux noirs dans ses bras. C’est la fin du cours. Vu qu’apparemment, je suis devenu invisible, je pars déjeuner avec Harry et Ron.

« Ca va Mione ? demande le survivant.

- Oui, oui…

- Sûre ? insiste son meilleur ami.

- Mais oui, je pense à l’indice. On a fouillé quasiment tous les recoins du château, mais et s’il se trouvait juste sous nos yeux ?

- Tu as découvert quelque chose ? demande Ron.

- Je ne sais pas, peut être… »

Je repense aux inscriptions sur le sol. Ça ne me coute rien de vérifier. Puis avec Drago on a décidé de ne plus embêter Emmett. Donc j’ai du temps libre. Le seul problème c’est que pour bouger les tables, il me faut l’autorisation d’un prof. Je ne veux pas demander au directeur, il est trop occupé pour le moment.

« Hermione ? Tu sais qui sont les nouveaux ? demande Ron.

- Non et je m’en fous. » dit-elle sur un ton cassant

Je mange rapidement et part voir Mr. Bale sans un regard pour la table des Serpentards qui ont l’air de bien rigoler.

Une fois nos bonjour terminés, je me retourne pour chercher ma petite sœur mais elle a disparu. Tant pis, je retourne voir nos amis de Salem. On se dirige vers le château pour aller déjeuner. Nous sommes tous à la table des Serpentards, on rigole bien même si Drago jette régulièrement des regards à ma sœur qui, elle, mange en boudant.

« Qui regardes tu comme ça ? Ta future conquête ? demande Alice rigolant à moitié.

- On peut dire ça… dit Drago fixant ma sœur.

- La pauvre, sourit gentiment Bella.

- Tu parles, je suis sûr qu’elle en redemandera ! rigole Edward. Qu’est-ce qu’elle ont pu nous embêter, les filles à Salem, après votre départ. »

On rigole tous. J’ai beaucoup aimé la complicité qu’on avait tous ensemble. Par contre, Drago est un peu ailleurs. On se met à parler de Poudlard. Les garçons dormiront dans mon dortoir et les filles avec Hermione et Rosalie.

« Non mais pourquoi vous n’allez pas en cours ? Alors que moi j’y suis OBLIGEE ? » s’énerve Rosalie.

On rigole deux fois plus. Pauvre Rosalie, dans un élan de courage je la prend dans mes bras.

« Ils ne sortent toujours pas ensemble, constate Alice.

 Non… souffle Drago

- Les boulets, constate Bella.

- Qui est la fille là ? » demande Jasper.

On relève la tête pour voir Hermione partir de la table des profs vers la porte. La plupart des garçons la fixent avec envie. Certain la sifflent. Je me retiens de ne pas leur arracher la tête.

« Le meilleur coup de Poudlard ! » dit Théodore qui est à côté de nous.

Je le fusille du regard.

« Mignonne… disent Edward et Jasper.

- Pourquoi elle fait la tête Hermione ? » demande Emmett à Drago

Je hausse les épaules. Je ne sais pas. On part en cours de potions, même si Alice, Bella, Edward et Jasper ne sont pas obligés d’aller en cours ils viennent avec nous. Hermione est dans le couloir, entourée de Harry et Ron. Elle nous snob.

« Mignonne mais pas très aimable… » constate Jasper.

Je les vois arriver, je fusille du regard la naine aux cheveux noirs. Puis ces filles sont carrément des bombes. Elles sortent d’où ? De Salem sûrement. Et les mecs, canon. Si je n’étais pas avec Drago, je crois que j’en ferais mon quatre-heure... Mais pour le moment je suis énervée contre eux.

On entre en cours, Rogue me fait assoir à côté de la naine.

« Bonjour, moi c’est Alice. » dit-elle souriante.

Je ne réponds rien et commence ma potion. Rogue qui m’en veut toujours pour le petit incident dans le couloir me pourrit en plein cours. Autant ça a amusé Mr. Bale, mais pas Rogue.

« On ne vous a jamais appris la politesse ? » crache Rogue à l’égard d’Hermione.

Je le fusille du regard. Je ne réponds rien.

« Cinq points en moins pour Gryffondor. »

J’attends qu’il est le dos tourné pour lui tirer la langue ce qui fait rire mes amis. Alice n’essaye pas de re-communiquerr avec moi. Une fois la fin du cours, je pars rapidement, Drago essaye de me rejoindre mais je l’ignore ce qui étonne beaucoup de monde, vu que nous sommes inséparables.

« Alors ? demande Emmett à Drago une fois qu’il est revenu mais vu sa tête c’est pas brillant.

- Faudrait qu’elle me parle pour savoir… » dit-il un peu triste.

Cela étonne nos amis. Drago n’est pas du genre à s’intéresser à une fille.

« Mais c’est qui cette fille pour toi ? »

Il ne répond pas. On entre en cours d’histoire de la magie. Le prof commence son cours, nous on discute. Drago est avec nous mais son esprit est ailleurs. Hermione regarde par la fenêtre.

Je regarde par la fenêtre, mes larmes coulent sur mes joues en silence. Pourquoi je réagis ainsi, si fortement ? Après tout, il n’a fait que la prendre dans ses bras… Pourquoi je réagis de la sorte ? Je suis vraiment idiote. Et jalouse … Non, je ne suis pas jalouse, je suis possessive. Voilà, il n’y a que moi qui ait droit de finir dans ses bras. Pas une mini-bombe sur pattes. Il n’y a que moi qui ait le droit de le toucher. Je renifle. Merlin, je suis devenue une de ses pouffes qui font la tête pour un rien.

Je me dépêche de partir dans la grande salle où le professeur Bale m’attend.

« Un problème miss Granger ? demande le prof voyant mes yeux rouges.

- Non non, je veux juste un duel pour me défouler. Et pas de transformation, ça me fatigue. Pourtant j’adorerais voler au-dessus de lac, faire le tour du château, soupire-t-elle de plaisir.

- Aller en place Miss Granger ! »

Mr. Bale pousse les tables, je me force à ne pas regarder le sol. On commence notre duel. Je me retrouve au sol rapidement, la tête, sur ce qui semble être une tête de dragon. Ma tête. Je n’y prête pas attention et me relève rapidement. Je finis écrasée par mon prof mais je me suis quand même bien battue. J’ai gagné quelques manches. Mr. Bale est appelé par Dobby pour aller dans un couloir du 4ème étage. Je fais un clin d’œil à l’elfe. Ils sortent. Je me retourne vers le sol pour voir les inscriptions. Il y un gros cercle qui doit faire vingt mètres de diamètre. Au centre il y a un dragon qui ressemble étrangement à mon Animagus. En fond il y a le signe de la femme : un petit cercle avec en dessous une croix. A ce signe est entouré un serpent. J’esquisse un sourire. Merlin, ça confirme. Moi qui aurait dû aller à Serpentard, heureusement que j’ai insisté auprès du choixpeau pour aller à Gryffondor. Je voulais être comme Emmett, courageuse. Sauf que ma ruse a plus de dominance sur ma vie. Je passe mes doigts sur les reliefs des dessin. Je regarde ce qui est écrit sur le cercle. Ce n’est pas écrit en langue connue... Je pars à l’opposé du cercle, mais c’est toujours illisible. Je me demande comment faire pour le lire… A moins que...

Néanmoins, je suis curieuse de savoir ce qu’il y a écrit au-dessus du cercle. Je réfléchis au moyen de le savoir. Cet indice est pour l’être unique et pour un Serpentard. Soit c’est du fourchelangue soit c’est une langue de Dragon. Ils savent lire, les dragons ? J’ai suffisamment de place pour me transformer. Je me concentre et me transforme. Je regarde les inscriptions, et parvient à les déchiffrer. "Transformation, Chaleur, Vol, Feu". Il faut juste pour le lire avoir une vision plus développée. Par curiosité je survole le dessin.

Seulement je vois un groupe de personnes entrer dans la Grande Salle alors que je suis encore sous forme de dragon. Je reconnais Alice, Jasper et les autres nouveaux. Ils sortent leur baguette. Oups, je suis sûrement dans la merde… En plus, ils commencent à me jeter des sorts, je grogne. Je ne peux pas me poser pour me transformer. Pourvu que quelqu’un arrive. Je regarde un instant la porte et un sort m’atteint, j‘ai la tête qui tourne, je ne me sens pas bien. J’atterrit sans trop de délicatesse, mes jambes ou pattes ne me porte plus, je m’avachis, ma tête tourne toujours. La porte s’ouvre à la volée. Drago et Emmett arrivent paniqués vers moi.

« NON MAIS VOUS ETES MALADES ?! » hurle Emmett.

Drago me fixe. Je suis toujours au sol, et toujours sous forme de dragon. Emmett gueule sur les autres idiots. Il leur explique qui je suis.

« Tu n’as rien ma puce ? Tu peux te retransformer ?

- MERLIN ! » crie Rosalie en entrant.

Elle s’agenouille près de moi. Je suis toujours au sol et pas assez concentrée pour redevenir moi-même. Elle avance sa main vers ma tête mais s’arrête. J’avance ma tête vers elle. Je frissonne à son contact.

« Merci… murmure Rosalie.

- Le sort va se dissiper dans quelques minutes, dit Emmett. Tu vas bien, ‘tite sœur ? »

Je grogne en guise de réponse. Les autres s’approchent.

« C’est ta sœur ? demande Bella.

- Oui.

- Oh la pauvre; Jasper, tu es un idiot ! réprimande Bella

- Eeeh ! Edward l’a jeté en même temps que moi ! s’offusque Jasper

- Mais la différence c’est qu’il la fait grimper au rideau avec donc pas d’engueulade. » rigole Alice.

Bella devient rouge pivoine. Edward la prend dans ses bras. C’est à ce moment que je me retransforme. Drago se précipite et me sert très fort dans ses bras. Il m’embrasse sur le front.

« Tu m’étouffes Drago… dit-elle doucement.

- Pardon, pardon, pardon, pardon. Tu vas bien ? Tu veux aller à l’infirmerie ? dit-il inquiet

- Non c’est bon, ça va déjà mieux. »

Il m’aide à me lever mais me garde dans ses bras. Je m’accroche à lui.

« Ca va, terreur ? demande Emmett.

- T’en fais pas, je vais survivre. Après tout je suis unique ! dit la brune sur un ton amusé.

- Tu l’acceptes enfin ? demande son petit-ami.

- Je n’ai pas le choix… »

Je montre du doigt les symboles. Drago m’aide à avancer.

« Un dragon qui te ressemble, le symbole de la femme et un SERPENT ? dit Emmett. Tu aurais vraiment du aller à Serpentard.

- C'est illisible.

- Sous l'œil humain oui, mais sous forme de dragon, non. "Transformation, Chaleur, Vol, Feu"… T C V F !

- Un mystère de résolu ! sourit Emmett avant de la faire tourner dans tous les sens.

- Va pas me la casser, dit Drago fermement.

- Oh ça va, Elle est pas en sucre ta chérie ! rigole Emmett

- Non mais elle va gerber si tu ne la poses pas. » dit la petite sœur.

Il me pose, ma tête tourne, Drago me rejoint et m’embrasse doucement. Les autres nous regarde étonnés, ou plutôt Drago.

« Ils sortent ensemble ? demande Jasper très étonné.

- Oui et le mieux c’est que ça dure, dit Emmett fièrement, regardant sa sœur et Drago.

- Ouah, On aura tout vu » dit Bella.

- Ils viennent de briser le cœur de millier de filles et garçons ! rigole Edward.

- Tant que ce n’est pas eux qu’ils brisent. » rajoute Emmett.

Je les vois se fixer comme ils le sont souvent. Je ferais bien pareil avec Rosalie…

Saute-lui dessus, banane !

« Vous voulez des explications sur ma sœur, et moi j’en veux sur votre venue ! Allons dans la salle-sur-demande.

- Ils font quoi ? demande Jasper

- Bon les amoureux, On décolle ! »

Je n’aime pas être couper dans mes moments avec Drago, mais je lui en veux toujours un peu de l’avoir prise dans ses bras. Mais je sens que je vais devoir des excuses à Alice…


A suivre …

Vous pensez quoi de la venue des anciens élèves de Salem ?

38 … C’est pas trop tôt !

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


La soirée s’est bien passée, je me suis excusée en privé à Alice. Drago m’a dit qu’il ne la considérait que comme une amie et qu’il ne s’intéressait qu’à moi, que je n‘avais pas à m’en faire mais qu‘il trouvait ça attendrissant. On a passé la nuit tous les deux. Il ne voulait pas me laisser seul . Il est trop mignon.

Je me réveille avant lui. Je le regarde dormir. Je souffle sur son visage, il se réveille en grognant. Je souris.

« Eh, c’est moi qui grogne normalement !

- Bonjour mon petit dragon. » sourit son petit ami.

Je l’embrasse doucement, on se lève et s’habille pour aller en cours de DCFM. On descend au petit déjeuner main dans ma main.

« Tu as dit quoi à Alice hier ?

- Rien ! » répond-elle trop rapidement.

Il me regarde de travers avant de me coller contre le mur.

« Mon petit dragon, dis-le-moi et ne me mens pas.

- Je me suis mal comporté envers Alice alors je me suis excusée.

- Pour quelle raison ?

- On va manger, j’ai faim.

- Mioneeeee !

- J’ai pas aimé quand elle t’a pris dans ses bras… » baragouine-t-elle boudant un peu.

Lui, cet idiot, rigole.

Il y a de quoi !

« Je ne connaissais pas cette partie de ta personnalité ! » rigole Drago.

Vexée, je lui envoie mon point dans le bras, il rigole. On entre finalement dans la grande salle. Drago, juste derrière moi, passe ses bras autour de ma taille et me colle contre son dos. Il m’embrasse dans le cou.

« Tu es ma vie, ma petite lionne. Ou mon petit serpent… murmure Drago. Personne ne changera ça. »

Je rigole.

« Et puis, c’est moi qui devrait être jaloux ! On n’est pas ensemble une journée, et les mecs essayent de te récupérer ! sourit Drago.

- Tu manges avec moi, j’ai peur des autres.

- Bien sûr mademoiselle... » sourit son petit-ami devant son air de chien battu.

A notre table, on voit les deux amoureux enlacés. Moi aussi je mangerais bien avec Rosalie, mais elle est à la table des Gryffondors.

« Il forme un joli couple, constate Alice.

- Qui l’aurait cru ? grimace Jasper.

- Sois gentil avec mon meilleur ami Jasper, s’il-te-plaît, je sais que tu ne l’apprécies pas parce qu’il a couché avec Alice mais je te signale que vous êtes ensemble depuis avec elle. Et puis Drago est comme ça, dit Emmett.

- Et il ne la trompe pas ? demande Edward.

- Non. Bizarrement non.

- Elle doit assurer au pieu ta sœur, rigole Edward.

- Je ne te le fais pas dire ! dirent en cœur Blaise et Théodore.

- Ils se sont fait coller un mois pour avoir couché dans une bonne partie du château.

- A qui la faute ! dit Drago arrivant avec sa petite amie.

- On va en cours, vous venez avec nous ? Ça va être drôle.

- Ouais, elle va vous souhaiter la bienvenue à Poudlard en vous envoyant à l’infirmerie, rigole le survivant.

- Pff, même pas vrai ! boude-t-elle. Et toi petit chou, tes amours, Ça avance ? dit Hermione pleine de sous-entendus. Parce que j’ai entendu des choses…

- Impossible ! dit-il fièrement

- Et toi tu te devrais te méfier de ses sources, elles sont fiables, rajoute Drago. Pourquoi tu m’as pas dit ? boude-t-il.

- Parce que tu dormais encore ce matin et que je ne voulais pas te réveiller, tu es trop sexy quand tu dors, répond-elle en se collant à lui.

- Seulement quand je dors ? » demande-t-il taquin.

Je passe mes bras autour de son cou, je me soulève et passe mes jambes sensuellement autour de sa taille avant de l’embrasser à pleine bouche. On se fait siffler par toute la grande salle.

« Carrément chaud bouillant ! » rigole Rosalie.

Moi aussi je voudrais bien embrasser Rosalie, la prendre dans mes bras…

« Bon on va en cours, dit Emmett d’un ton sec. Et Drago, arrête, tu vas lui décoller la langue. »


Les deux premières heures de DCFM se passent bien. Les deux heures qui suivent, on fait des duels. On doit apprendre à protéger une personne. En plus il y a les quatre maisons présentes.

«  Bien Mr. Granger avec Mr. Malfoy, Miss Hale avec Mr. Philippe (l’autre préfet en chef), Miss Granger avec Mr. Potter… dit Mr Bale.

- Oh non, dit-elle triste. Je veux être avec Drago, s’il-vous-plaît ! »

Je fais une moue boudeuse. Le prof me regarde, blasé, et soupire.

« Ok… Miss Granger avec Mr. Malfoy, Mr. Granger avec Mr. Potter »

Hermione va pour ouvrir la bouche mais est interrompue.

- Quoi Miss Granger ?

- Emmett et Harry ensemble ? »

Le prof souffle.

- Cette fille va me tuer… dit-il pour lui-même. Miss Hale avec Mr. Granger, et Mr. Philippe avec Mr Potter. Mes groupes vous conviennent ils ?

- Parfait ! dit-elle souriante. Plus que parfait…. rajoute-elle pour elle-même en voyant Harry et Ryan ensemble.

- Tu n’es pas possible… soupire son petit ami. Par contre, je ne comprends pas pourquoi le prof cède à tous tes caprices. »

Je hausse les épaules. On se met contre Emmett et sa future chérie. Rosalie contre Drago

« Hermione, tu m’en veux pas si je l’abîme ton chéri ? demande Rosalie.

- Touche-pas en dessous de la ceinture.

- Eh ! » s’offusque le concerné.

Je lui souris de toute mes dents. Les combats commencent. Pas très doués pour protéger leur coéquipier. Enfin ils se débrouillent toujours mieux que les autres. Seul Harry se montre plutôt doué pour protéger son coéquipier... Intéressant…

« AÏE ! » hurle Hermione.

Je me retrouve projetée contre le sol. Je grogne.

« Ca va Mione ? demande Drago inquiet. Je suis désolé !

- C’est pas grave. Je vais juste avoir un gros bleu sur le cul.

- ON ECHANGE ! crie le prof. Ça va Miss Granger ? demande Mr Bale.

- Mouais... »

Je me bat contre mon grand frère.

« Allez, petite sœur, je vais te foutre ta plumée. Je suis Aur… commence son frère mais elle lui envoie un sort.

- Et moi je suis déloyale, grand frère chéri. Et j’ai battu une fois mon prof. » explique Hermione alors qu’il se relève.

Je reste devant Drago alors que lui protège Rosalie. On enchaîne les sorts. J’envoie un sort de confusion à Emmett, et j’attaque Rosalie d’un sortilège de Glu. Elle se retrouve donc collée au mur. Je reviens sur Emmett et l’envoie d’un coup de baguette sur Rosalie. Ils restent collés, l’un en face de l’autre.

« Miss Granger, Vous faite agence matrimoniale ? » sourit le prof regardant Emmett et Rosalie essayant de se décoller.

Seulement, ce sont leurs vêtements qui sont collés, donc si ils tirent, ils se retrouvent nus…

« Mione, décolle-nous !

- Mmm, non. »

Je fais un sourire d’excuse à Rosalie qui se sent gêné. Le prof qui a pitié fait le contre-sort mais rien ne se passe. Il envoie quelqu’un chercher le professeur de sortilège. Ma petite sœur fait un sourire triomphant. Merlin, j’ai envie de lui tordre le cou à ce moment précis. Qu’est-ce qu’elle nous a encore inventé.

« Cela te dérange d’être collé à moi ? demande Rosalie triste.

- Oui, dit-il sans réfléchir. Enfin non mais pas dans ses circonstances. »

Je me retiens de ne pas l’embrasser, même si j’en crève d’envie. Puis serait-elle d’accord ? Elle si parfaite, si belle, gentille, brillante…

« Quoi ? » demande-t-elle

Oups, je n’ai pas arrêter de la fixer.

« Rien rien, dit-il gêné.

- Tu crois que ça va durer encore longtemps ? Toi, moi, nos silence gênés ?

- Je ne vois pas de quoi tu parles, dit Emmett buté, mais aussi très gêné.

- Emmett… soupire la jolie blonde. Ta sœur a raison, on est des empotés des sentiments. »

« Bon ils attendent quoi ? Je ne peux pas faire plus, soupire le brun énervé.

- On va leur rajouter un philtre d’amour, rigole Bella.

- Et encore, je suis sûr que ça ne suffirai pas ! se moque Hermione.

- Ton frère est un boulet, commente Edward.

- Dixit le mec qui j’ai été obligé de coincer contre un mur pour pouvoir l’embrasser, rigole Bella alors qu’Edward boude.

- Tu n’as fait que l’embrasser ? Tu lui as carrément arraché ses fringues, oui ! rigole Alice.

- J’y peux rien si mon mec est un vrai dieu ! » dit Bella se mordant la lèvre inférieure en détaillant Edward.

Bon nos tourtereaux ils font quoi ? 

« Tu ne veux pas m’embrasser et on en parle plus ? propose Rosalie rouge de honte.

- Tu…Tu… Tu…

- Oui Emmett, je veux que tu m’embrasses. J’en ai marre de cette situation, ça me bouffe, j’en rêve même la nuit. Je comprends ce qu’Hermione a ressenti quand elle fantasmait sur Drago. Alors s’il-te-plaît Emmett, fais que cette situation s’arrête. Embrasse-moi, supplie Rosalie

- Mais…

- Pas de mais, FAIS-LE ! »

Je lui souris et lui obéis. Je m’approche ou ma tête s’approche de la sienne, nos lèvres sont proches quand…

« Je vais pouvoir vous décoller, jeune gens ! » sourit le prof qui vient d’arriver.

Et merde !

Et merde !

Et merde !

Non mais c’est pas possible ! Il y était presque et faut qu'il débarque. Grrr. Le cours peut continuer. Drago et moi sommes contre Harry et Ryan. Drago est contre Ryan.

« Soit gentil avec Ryan, je ne pense pas qu’Harry soit content si tu abîmes son copain, murmurais-je à mon petit ami.

- Son… copain ? demande Drago surpris.

- Oui, mais chut. Je ne suis néanmoins pas sûr. Il me faut une petite confirmation. »

J’embrasse mon amoureux rapidement mais m’interromps quand on entend des cris de joie derrière nous. On tourne la tête pour voir….


A suivre …

On voit quoi ?

39 … Encore un ?! Décidément ! C’est la saison des amours …

Beta Anelo7

PDV d' Hermione, Emmett et les phrases soulignées appartiennent à un mystérieux inconnu qui s'incruste dans l'histoire…


pour voir Emmett et Rosalie s’embrassant à pleine bouche.

Une fois que le prof nous a décollés, Rosalie s’approche de moi et m’embrasse à pleine bouche. On entend au loin des cris. Mais je n’y prête pas attention, ses lèvres sur les miennes sont beaucoup plus intéressantes. Quand nos langues se touchent, je frissonne de plaisir. On arrête à bout de souffle.

« C’est bon ? demande Mr Bale. Ou faut-il que j’ouvre une agence de rencontre ? » grimace le professeur légèrement amusé.

Moi je rigole. Mr Bale nous fusille du regard. Je redouble mes rires.

« LE COURS CONTINUE ! » hurle le professeur.


On déjeune tous ensemble. Je ne sais pas trop comment me comporter avec Rosalie, je lui ai juste tenu la main. Drago et Hermione sont dans leur bulle.

Je me frappe la tête contre la table.

« Qui a-t-il Emmett ? demande gentiment Bella.

- Rien… » grogne Emmett

Mes traîtres d’amis rigolent. Rosalie m’embrasse.

« Qu’ils sont mignons ! sourit la petite sœur. Puis on va bien rigoler. Pas vrai les amoureux ?

- Tu as de la chance, pour le moment, parce qu’après la guerre, je te torture et je te tue ! » sourit sa petite amie alors qu’elle la menace

Ca fait trop bizarre de le dire : Petite amie, petite amie, petite amie, petite amie, petite amie, petite amie. Rosalie ma petite amie.

« Pourquoi ce sourire idiot ? demande Drago.

- Il ne s’est pas remis du fait que MAINTENANT, il peut embrasser Rosalie quand il veut… » informe la sœur.

Je pose mon bras sur ses épaules et la colle à moi.

« Je t’aime petite sœur, murmure Emmett pour qu’elle seule l’entende.

- Moi aussi je t’aime mon grand frère. »

On se sourit doucement. Les autres sont attendris. Ma sœur sourit doucement à Rosalie. Hermione m’avait dit que Rosalie était jalouse d’elle. Je n’ai jamais compris pourquoi. Les filles sont compliquées… Apparemment ça va mieux entre elles vu que ma petite amie – par Salazard, j’adore - lui retourne son sourire.

On se dirige vers notre cours. Les amis de Salem ne viennent pas. Ils avaient quelque chose à faire.

On s’installe.

« Je ne veux pas casser la super ambiance, mais est-ce qu’ils vous ont dit pourquoi ils étaient là ? demande la petite sœur.

- Ils t’ennuient ? Tu es jalouse ? se moque Drago.

- Oh ça va ! bougonne sa petite amie. Alors vous savez ?

- Non, ils ne nous l’on pas dit. Mais on devrait le savoir rapidement je pense... »

Effectivement le soir, le directeur nous convoque.

Quand on ressort, différentes expressions sont sur nos visages. La peur pour Hermione, l’excitation pour Drago, Rosalie l’anticipation, et moi l’envie. Harry est comme Hermione, paniqué. Il faut dire qu’ils vont jouer un rôle décisif. S’ils se loupent, on y passe tous.

« Je vais faire un tour, dit Hermione, la voix bizarre. Harry tu peux venir ? »

Hermione embrasse doucement Drago, prend le bras d’Harry, ils partent je ne sais pas trop où. Mais ces deux-là, même si on les cherchait dans le château, on ne les trouverait pas. Hermione pose sa tête sur l’épaule de son meilleur ami.

« Tu n’es pas jaloux Drago ? s’étonne Jasper

- Pourquoi ? Je devrais ? Harry est son meilleur ami. » explique Drago avec son sourire en coin.

Il se retient de dire autre chose.

« On part tous dans la chambre des filles, chez les Gryffondors. »


Je pose ma tête sur l’épaule d’Harry. Je retenais mes larmes jusque-là mais elles finissent par sortir. Harry me colle contre lui.

« Tu es au courant que tu vas briser le cœur de toute la gente féminine ? pleure Hermione.

- Ne t’en fais pas Mione, on va réussir. Après tout je suis le survivant et tu es l’unique ! » rigole Harry mais sa voix est étranglée.

On entre dans une salle cachée par un rideau. Il y a des tables, des chaises, des canapés, des fauteuils. On se laisse tomber sur un canapé, toujours accrochés ensemble comme des bouées de sauvetages. Je suis secouée de sanglots.

« Comment tu fais pour ne pas craquer ?

- Ca fait seize ans que je le supporte. Mais on se rapproche, c’est de plus en plus dur. Ce qui me console c’est que tu partages mon fardeau et que nous ne sommes pas seuls. Même si je dois mourir, je sais qu’ils essayeront et avec un peu de chance, il mourra. » explique Harry.

Je renifle piteusement.

« Mais tu as le droit de craquer ma puce. » la rassure Harry.

Je me remet à pleurer, accrochée au torse mon meilleur ami. Je ne sais pas combien de temps on reste là. J’ai juste mal à la tête et aux yeux.

« Ça va mieux ? » demande doucement Harry.

Je relève la tête vers lui. Il a comme moi les yeux rouge.

« On est nuls. »

On se moque de nous même.

« Ca va mieux. Je crois. J’ai peur.

- Moi aussi, mais pas pour moi. Si je dois mourir je mourrai, mais c’est ceux que je vais laisser, la douleur engendrée…

- Je ne veux pas laisser Drago, Emmett. Ils sont ma vie.

- Tu l’aimes vraiment ?

- Oui, je ne lui ai jamais dit. Pas encore. Il va peut-être falloir que je lui dise avant la guerre, rigole Hermione jaune. Et toi, tu lui as dit à Ryan ? Et ne nie pas je le sais. 

- Oui, je lui ai dit. Je veux vivre le moment présent, et m’amuser…

- Dit moi tu n’as pas viré homo à cause de moi ?

- Mais non, c’est les filles en général. Pourtant je ne peux pas dire que j’ai perdu ma virginité avec une mocheté. Mais je ne ressentais rien…

- Pour mon égo, ne dit plus rien.

- Sentimentalement parlant. Juste une amitié profonde. Ginny ne sait pas pourquoi je l’ai plaquée, mais elle essaye de revenir.

- La pauvre…

- Tu ne le penses pas.

- Non mais quand même. Je le prendrai mal si Drago devenait homo. Je serai contente pour lui mais mon égo en prendrai un sacré coup.

- A mon avis c’est pas prêt d’arriver, rigole Harry

- Je sais, Je t’aime mon petit chou.

- Moi aussi ma Mione.

On reste en silence une bonne partie de la nuit. On s’endort. Je me réveille, je suis allongée dos au canapé, Harry entre mes jambes, sa tête sur mon ventre. Je passe mes doigts dans les cheveux noirs de mon ami. Il grogne.

« Ca c’est pas les abdos de Ryan, se moque son ami.

- Ce n’est pas magnifique fessier de mon homme, se moque Hermione à son tour.

- Tu sais Mione, on va la gagner cette guerre. Je l’ai rêvé cette nuit.

- Tu pourras devenir prof de divination, rigole la lionne. Mais on va tout faire pour la gagner.

- Tu craches du feu ? On en a besoin.

- Je sais, gémit la brune. Mais j’y arrive pas…

- C’est rien. Je te fais confiance. Tu peux le faire, tu nous as sorti de bien des galères, tu vas encore le faire ! Après on vit une vie loin de tout ça. On aura tous la vie qu’on a voulu. » promet Harry.

Je l’embrasse sur la joue. Je dois le faire, quitte à ne pas aller en cours. On compte sur moi.

« On devrait y aller, on est déjà en retour pour Potions. Rogue va nous tuer. »

J’attends que Harry soit dans son dortoir, pour me changer rapidement et sauter par ma fenêtre. Je me transforme au vol. Trop bien, la sensation de plénitude avant la transformation. Je grogne de plaisir. Je dois y arriver.


On voit Harry entrer en cour seul. Hermione n’est pas avec lui. Je me demande où elle se trouve. On ne la voit pas de la journée. Ni au dîner. Par contre, je me décide de suivre le directeur quand il sort dans le parc, accompagné de Mr. Bale. Je sais qu’ils m’ont entendu mais je m’en fiche. Je vois ma petite sœur en Dragon allongée sur le sol, la respiration saccadée.

« HERMIONE ! »

S’ils ne m’avaient pas entendu, c’est chose faite. Je me précipite vers elle.

« Vous tuer à la tâche ne nous aidera pas. » réprimande doucement le directeur.

Elle re transforme. Mr Bale qui a l’air inquiet l’aide à se relever. Ma sœur est toute blanche.

« Je me sens pas bien. »

Elle se penche en avant et vomit.

« Ça va, elle va parfaitement bien ! » sourit le directeur.

Le prof et moi le regardons étonnés.

« J’allais le dire. » grimace Hermione.

Je viens prendre ma sœur dans mes bras, je n’aime pas les regards du prof sur MA sœur. Je passe un bras dans son dos et derrière ses genoux.

« Emmenez-la manger un peu. Mais ménagez-vous miss Granger.

- Je vous accompagne, propose gentiment Mr. Bale.

- Non je peux m’en occuper. » grogne le grand frère protecteur

Le directeur pose une main sur l’épaule du prof. Je l’emmène en la portant jusqu’aux cuisines. Elle grignote, dans ses pensées.

« Toi aussi tu le trouves bizarre ? demande la petite sœur.

- Oui, grogne son frère. Je n’aime pas ses regards et ses gestes envers toi.

- Il a voulu me parler un jour dans les couloirs mais on est pas aller au bout de notre conversation. »

Une fois son estomac de moineau rassasié, je la raccompagne dans sa chambre. Les filles ne sont pas là. Elle va pouvoir dormir tranquillement.

« Tu veux voir Drago ? Je peux aller te le chercher, le couvre-feu n’est pas dépassé.

- Oui, s’il-te-plaît, je ne veux pas être seule…

- Bien. »

Je l’embrasse sur le front, elle se met dans son lit. Je ressors.

On frappe à ma porte. Drago ? Déjà ? Non.

« Entrez. » dit-elle, prudemment.

Mr. Bale entre.

« Je ne te dérangerai pas longtemps. Je peux m’asseoir ? »

Je lui montre une chaise. Je le regarde de travers.


A suivre …

Que l