Mes amours

Chapitres précédents mes amours

bellaswan.jpg

Chapitre 31

OoO

 

PDV JASPER

Bella est trop honnête pour avoir se genre de comportement.

Il n'y a qu'une solution pour qu'elle soit complètement heureuse et je ferais tout pour qu'elle le soit. Prépare toi Emmett, parce que tu ne vas pas voir ce qui va t'arriver dessus. Je te connais trop et je sais appuyer là ou ça fait mal.

Tu l'aimes toujours, sinon tu ne trainerais pas les pieds pour sortir de l'appartement, et tu aurais encore moins ce visage si triste.

Foi de Jasper Withlock, on sera tous heureux.

OoO

PDV EMMETT

Les voir tous les deux m'a fait du mal, mais je ne pensais pas être capable de ressentir autant de souffrance. Savoir qu'ils ont couché ensemble est encore pire. Je voudrais tellement effacer les sentiments que j'éprouve pour elle. Ce n'est pas faute d'avoir essayer mais à chaque fois, il y a quelque chose ou quelqu'un qui me la rappelle. Soyons honnête, tout me fait penser à elle. Ma voiture, l'appartement, un tee-shirt, même quand je prend un foutu verre de jus d'orange son sourire chaleureux me revient en plein visage.

Il faut dire que notre relation a vite été intense. Je n'ai jamais été aussi bien avec qui que se soit, en dehors de Jasper mais il est juste mon meilleur ami.

Au moins je n'ai plus envie de lui exploser la figure, certes je lui en veux mais j'ai réussi à me calmer. Il n'y est pour rien et n'a rien fait contre mon dos. D'accord, il est tombé amoureux de ma petite amie mais il ne doit pas être le seul. Après tout elle est parfaite même avec son coté têtu et un peu déluré.

Elle me manque, c'est aussi pour ça que je me comporte comme le roi des cons, je suis trop blessé. Je ne la pensais pas capable d'une tel chose, mon ange ne pouvait pas me faire souffrir. Elle si douce et gentille. C'est un coup de poignard dans le dos. J'ai baissé ma garde et comme mon père, elle a tiré en plein cœur.

Finalement je ne peux m'en prendre qu'à moi même, j'aurai dû continuer ma vie et pas lui courir derrière comme je l'ai fait.

On ne l'y reprendra pas deux fois !

En marchant dans les rues, je croise une fille qui pourra remédier à mon problème. Je vais passer à autre chose et au passage, la faire souffrir. Il y a toujours en moi ce coté qui réclame vengeance ou alors mon coté con comme dirait Jasper. Mais cette fois il n'est pas là pour m' empêcher de faire une bêtise parce que je sais que s'en est une.

PDV BELLA

Je voudrais arrêter de me torturer pour lui, il ne veut clairement plus rien avoir à faire avec moi, alors pourquoi mon cœur continue de saigner pour lui ? J'ai un petit ami plus que parfait qui accepte que mon cœur soit partager et tout ce que je trouve à faire c'est de le blesser.

Il ne le montre pas mais je sais qu' il n'aime pas mon comportement. Je l'ai vu ce matin, ses yeux étaient si triste. Je me sens mal et j'ai l'impression que peut importe mes actes, rien ne marchera pour le rendre complètement heureux.

Je fais tout foirer.

Entre leur amitié, la peine que je n'ai voulu pour Emmett - bien qu'il n'y avait aucune solution et qu'un des deux aurait fini par souffrir - la tristesse de Jasper.

Pourquoi es ce que tout cela m'arrive à moi ? Ne puis je pas être normal ? Avoir une relation sérieuse comme celle de Rosalie et Edward ?

Mouais...

Si je suis complètement honnête avec moi même, je ne veux pas les échanger pour un seul homme. Je suis beaucoup trop tordu et bordel, c'est chiant !

Jasper m'amène le petit déjeuner au lit, nous nous blottissons l'un contre l'autre sans toucher au repas.

- Ça va aller ?

Je gémis comme un animal blessé et cache mon visage dans son cou.

- Quoi ? Demande t' il perdu

- Tu es trop parfait, marmonnais je

- Je sais, dit il arrogant.

- Idiot, dis je en le frappant sur le torse.

- Outch, dur, je passe de parfait à idiot.

- Oui mais tu es le mien.

Je l'embrasse doucement, notre baiser est plein d'amour et de tendresse. On arriverait presque à croire que nous n'avons pas vu Emmett.

- Je suis à toi, dit il la voix rauque. Et il est de mon devoir de te nourrir.

Après un bref baiser, nous nous donnons mutuellement à manger.

Les jours passent, une routine s'installe, et par chance, il n'a pas de long voyage à faire, comme quand je sortais avec Emmett, il était parti plus d'un mois.

Je ne sais pas si aujourd'hui je supporterai la séparation, mais je ne suis pas égoïste, s'il doit partir et bien je le laisserai faire.

PDV JASPER

Quelques semaines après notre altercation, je reçois un coup de téléphone. Un nouveau contrat de 15 jours en Amazonie pour décembre. Pour la première fois je ne veux pas partir et laisser Bella seule. Elle est émotionnellement instable même si elle fait tout pour le cacher.

Je pourrais le refuser mais j'ai aussi besoin d'argent et comment pourrais je faire des cadeaux à mon petit démon ? Surtout celui que j'ai prévu pour noël. Je n'en reviens pas que nous soyons bientôt à la fin de l'année.

Les jours passent, je ne sais pas comment aborder ce sujet. Au moment ou l'on pourrait être tranquille, il faut que nous ayons des soucis.

- A quoi penses tu ?

Je sors de mes pensées et observe ma jolie brune qui me regarde inquiète.

- Pourquoi cet air inquiet ?

- Tu es beaucoup dans tes pensées depuis notre nuit, je te trouve plus distant. Es ce que tu regrettes ? Demande t' elle d'une petite voix.

Je la regarde estomaqué. Comment peut elle croire une telle chose ?

- Non non, dis je en prenant ses mains dans les miennes. Jamais je ne pourrais regretter la superbe nuit que nous avons passé ensemble. Et si je ne m'écoutais pas on ne ferait que ça.

Elle rougit et baisse les yeux. C'est le moment où jamais.

- J'ai un nouveau contrat, en Amazonie.

Ma Bella se décompose, ses yeux deviennent brillant. Elle essaye de le dissimuler mais lorsque je la prends dans mes bras, ses barrières cèdent.

- Pardon, dit elle après quelques minutes en essuyant ses larmes. Quand pars tu ?

- Pour les fêtes de fins d'années, enfin une semaine avant, grimaçais je.

Cette fois, elle laisse couler librement ses larmes.

- Je ne suis pas égoïste mais je ne veux pas que tu partes. Je t'ai acheté un cadeau, j'ai trouvé le temps. Je vais faire quoi la première semaine de vacances sans toi ? Et Noël ? J'aurai voulu le passer avec toi.

- Moi aussi.

Une idée se forme dans ma tête mais je me garde bien de lui dire au cas où ils ne seraient pas d'accord. Il faut que je fasse déplacer mon voyage d'une semaine. Ça pourrait être parfait.

PDV BELLA

En apparence tout va pour le mieux, Jasper passe me prendre à la sortie des cours quand il n'a pas de photos à faire.

-Toujours dans la lune Swan ! Le beau Jasper te ferait il tellement prendre ton pied que tu as perdu tes neurones ?

- Punaise, oui.

Je pose brusquement mes deux mains sur ma bouche et la regarde choquée alors qu'elle se marre.

- Petite veinarde !

- Je ne crois pas que tu sois en reste avec Edward, je vous ai entendu toute la nuit. Heureusement que Jane et sa mère n'était pas là, sinon je pense qu'elle t'apprécierait moins sachant ce que tu et je site : Taille les meilleures pipes du monde.

- Oh tait toi !

Rosalie se met à me courir après en rigolant. On arrête à bout de souffle avant de se poser et de commencer nos plans.

- Tu as trouvé un stage ? Demandais je

Je ne m'en suis pas occupé avec ce qui m'est arrivé et puis soyons honnête, Jasper accapare tout temps et mon esprit.

- Oui je vais retourner là où j'ai fais les précédents. Pas toi ?

- J' en ai envie mais les moyens de transports sont compliqués de chez Edward.

- Parle en à ton chéri puis il ne te reste que quelques jours avant les délais.

- Je ne veux pas le déranger puis avec son départ dans 3 jours.

Excuse bidon, je ne dois pas négliger mes études pour un homme aussi parfait soit il. Rosalie hausse les épaules.

- Comment vas tu depuis ta rencontre avec Emmett ?

Je sais qu'elle n'a pas osé m'en parler et je crois qu'elle a bien fait.

- Bien quand je suis avec Jasper et mal quand je suis seule. Je ne peux pas m'empêcher de me demander ce qui se serait passer si j'avais pris d'autre décision.

Mon amie souffle exaspérée.

- Je n'y peux rien, me lamentais je.

Sans que je ne le vois venir mon amie s'est jetée sur moi, une poignet d' herbe dans la main pour me la faire manger. D'ailleurs elle ne s'en sort pas trop mal.

Je crache se que j'ai dans la bouche.

- Et moi qui voulait t'emmener diner, mais vu que tu sembles préférer l'herbe...

Rosalie ricane fière d' elle pendant que je continue d'enlever ces horribles brun d'herbe de ma bouche. C'est dégoutant.

Jasper m'embrasse sur la joue et s'installe à mes cotés, nous laissant travailler. Même concentrée, je vois Jasper avec un grand sourire.

- Que me caches tu ?

- Tu as trouvé un stage ?

- Et bien figure toi que Mademoiselle ici présente n'a pas de moyen de transport pour s'y rendre.

- Prend ma voiture. Voilà, problème résolu, dit il en m'embrassant sur la joue.

Rosalie ricane, heureuse.

- Tu n'as plus qu'à appeler !

Je grommelle avant de faire ce qu'elle me dit. Heureusement mon ancien Maitre de Stage me reprend avec plaisir.

- Cette journée est parfaite commente Jasper.

- Pourquoi ?

- Je te le dirais ce soir, dit il sans arrêter de sourire.

Pourquoi est il si heureux alors que nous allons être séparé pendant 15 jours. S'il ne se prend pas la tête pourquoi je ne peux pas en faire autant ?

Après plusieurs heures de travail, Jasper nous emmène diner. Je trépigne d'impatience, persuadée que c'est une bonne nouvelle sinon il ne serait si gai.

A peine installée à notre table, je presse la main de Jasper.

- Alors ?

- Alors quoi ?

- Jasper, gémissais je. Tu as l'intention de me faire languir longtemps ?

- Possible...

Nos petits joutes verbales durent quasiment tout notre diner. Il s'amuse comme un petit fou et j'avoue que moi aussi.

- Aller Jasper, dit moi, pleurnichais je.

- Ça dépend, que me donnes tu en échange ?

- Une nuit torride.

La table a coté de nous s'offusque.

- Quoi ? Sérieusement, vous l'avez regardé ?

Je me retourne devant leur tête choquée.

- Maintenant que j'ai choqué tout le monde, tu me dis ce que tu me caches ?

- Ça concerne le voyage.

- Oh.

Mon sourire disparait mais Jasper sourit et serre plus fort ma main.

- Tu sais que mon voyage a été décalé d'une semaine.

- Oui tu aurais du partir il y a quelques jours mais tu ne m'as pas dit la raison.

- A vrai dire, c'est moi qui ait demandé.

- Pourquoi ?!

- Calme toi mon démon. Je leur ai dit que j'avais besoin d'une assistante.

La colère monte de plus en plus, s'il ne s'explique pas tout de suite je risque d'exploser.

- Alors Miss Swan, acceptez vous d'être mon assistante pour ce voyage ?

Ma mâchoire se décroche, mon cerveau se déconnecte. Jasper se moque gentiment de moi.

- Je... Ce n'est pas une blague ?

Il veut que je vienne avec lui ? Mon dieu, j'en ai envie mais la partie compliquée de mon cerveau se manifeste et pense à Emmett.

- Je ne suis pas aussi cruel que ça.

Le regard de Jasper devient sombre, il regarde un couple qui entre dans le restaurant et ce n'est pas n'importe qui. Le choc dépasse la colère. Comment Emmett peut il sortir avec cette garce ?

OoO

A suivre...

En attendant je pars me cacher... J'avais prévu de faire une autre rencontre entre Emmett, Jasper et Bella qui va être explosive mais j'ai eu une autre idée et du coup ça à prit tout le chapitre mais au prochain ! Promis.

Vous aimez l'idée du voyage ?

Bisous bisous

  Chapitre 32

OoO

PDV BELLA

- Je... Ce n'est pas une blague ?

Il veut que je vienne avec lui ? Mon dieu, j'en ai envie mais la partie compliquée de mon cerveau se manifeste et pense à Emmett.

- Je ne suis pas aussi cruel que ça.

Le regard de Jasper devient sombre, il regarde un couple qui entre dans le restaurant et ce n'est pas n'importe qui. Le choc dépasse la colère. Comment Emmett peut il sortir avec cette garce ?

Nous restons tous les deux à fixer ce couple improbable. Comment peut il être aussi cruel, parce qu'il n'y a pas d'autre mot. Qu'il nous en veuille c'est une chose mais de la à nous faire souffrir volontairement. Il nous vise tous les deux en sortant avec cette petit chose diabolique.

Mes yeux me piquent mais je retiens mes larmes. Je m'efforce à ne pas montrer ma peine malgré tous les coups de couteaux qui se sont plantés en les voyant.

Jasper est comme moi, choqué mais la colère commence à prendre le pas sur ses émotions. Sa main qui tient la mienne se resserre fortement, me faisant mal, ses yeux lancent des éclairs.

- Jasper, couinais je

Je retire ma main douloureuse et la masse. Dieu merci Jasper détourne le regard d' eux et me voit me masser.

- Pardon, murmure t' il en embrassant ma main meurtrie.

Je lui fais un pauvre sourire pathétique.

- Tu veux rentrer ?

- S'il te plait.

Jasper fronce les sourcils et regarde autour de lui.

- Quoi ?

- Ils ne sont plus là, gronde t' il.

Je n'ai jamais vu Jasper autant en colère. Je passe ma main sur son bras pour le calmer.

- Rentrons, je suis fatiguée.

Lui et moi pensons à la même chose, sont ils rentrés dans ce restaurant uniquement pour nous faire enrager ?

Mon petit ami m'aide à enfiler mon manteau avant de sortir du restaurant, Emmett et Alice sont devant nous, elle coincée entre la Ferrari et Emmett, ses jambes entourés autour de la taille de mon ex petit ami.

- Quoi, tu te tapes mon ex, j'en fais autant, dit il avec un sourire mauvais. Sa greluche à le même air.

Les poignards sont de retour dans mon cœur. Il se détache de la salope et commence à l'entrainer vers le restaurant. Il vaut mieux, parce que Jasper est prêt à exploser. Mes larmes coulent, je ne fais aucun geste pour les arrêter. Cette fois, c'est le coup de grâce. Il ose s'exhiber avec cette Alice, en sachant que je la déteste, même lui, il ne l'aime pas, et Jasper et bien, il a toujours été clair, du sexe mais pourvu qu'elle n'ouvre pas la bouche.

Jasper va pour nous emmener loin d' eux mais je m'arrête et le regarde. Je sais qu'ils m'ont vu. D'ailleurs ils s'arrêtent et nous fixent, sans se détacher l'un de l'autre. La garce sourit très fière d'elle, je lui mettrais bien mon point dans la figure.

- Tu sais Emmett, tu es peut être peiné par toute cette histoire mais cela ne te donne pas le droit de te comporter comme tu le fais, c'est méchant voir cruel de m'infliger un tel spectacle. Je ne te savais pas si mesquin.

Mes larmes coulent toujours. Jasper me force à partir.

- Et Jasper, l'appelle t' il. Ça ne te dérange pas que ta copine aime deux mecs en même temps ?

Le venin dans sa voix appelle à la provocation mais Jasper reste calme, il sourit même. Un contraste avec tout à l'heure, je l'envie pour avoir un tel contrôle de lui même. Quoi il en soit, je vois vraiment qu' ils sont deux parfait opposés.

- Tu vois Em', contrairement à toi, je l'aime tellement que je l'accepte parce que je sais que son amour pour nous est égal... Oh, j'oubliai, pense à te protéger, on ne sait pas avec qui se genre de filles couches...

- Tu as bien couché avec moi, s'offusque Alice.

Chérie, tu n'étais qu'un trou parmi tant d'autres. Rien qui ne donne envie de s'attacher.

Cette fois si, nous partons. Jasper me fait monter dans sa voiture, il me rejoint rapidement et démarre aussi vite.

Je regarde Jasper et lui serre la main. Mes yeux se ferment fortement. Je les laisse fermés.

- Ne crois pas que je vais te répondre à cause de ce que nous venons de voir...

J' inspire et ouvre les yeux pour ancrer mon regard dans celui perçant de Jasper.

- Je veux venir faire ce voyage avec toi.

- Ne le prend pas mal mais ça n'a rien à voir avec eux ?

Je lui souris tendrement, ne pouvant pas être en colère. Après tout, ses peurs sont légitimes.

- Non, certes ils sont une raison de plus pour s'éloigner de la ville mais je ne supportais pas l'idée de ne pas te voir pendant 15 jours et passer les fêtes s...

Mais je m'arrête à temps. Jasper fronce les sourcils.

- Tu allais dire quoi ?

- Rien, dis je précipitamment.

- Tu ne vas rejoindre ta famille pour les fêtes ?

- Et toi ?

- Non, mes parents sont en voyage et de toute façon, on ne passe plus les fêtes ensembles depuis des années.

- Mon père habite loin et Renée et Phil sont je ne sais où et je ne veux pas les voir. Plus jamais, rajoutais je pour moi même.

Je crois que Jasper m'a entendu mais il ne dit rien, il me serre juste la main. Dieu merci, je ne suis pas prête à lui parler de mon infâme beau père. Certes, il ne m'a pas causé de traumatisme irréversible mais comme Embry, ils m'ont fait frapper en plein cœur, j' étais amoureuse de l'un d'eux et j'avais confiance en l'autre.

- Je suis désolé, me dit il après quelques minutes

- Pourquoi ?

- A chaque fois que je veux te faire passer un bon moment, il y a forcement une tuile qui nous tombe dessus.

- Tu n'y es pour rien, puis, on pourra se rattraper pendant ces 15 jours.

Jasper me fait son plus beau sourire ne réalisant pas complètement que je l'accompagne. Sa bonne humeur est contagieuse, je souris à mon tour.

- Tu es quand même au courant que je n'y connais rien en photo ?

Jasper rigole doucement avant de me répondre.

- Ne t'en fait pas, tu auras juste à porter mes appareils, dit il très sérieux.

Je le regarde offusquée. Il a toujours tout fait lui même et le ton qu'il emploie ne me plait pas.

- Et divertir le pro de la photo, dit il pervers.

On rigole tous les deux. Je ne pensais pas finir si bien la soirée malgré le petit passage désagréable. Je n'oublie ce qu' Emmett à fait, je souffre mais je suis triste pour lui, il est mal. J'espère que ça ira mieux pour lui, que ce soit avec moi ou avec une autre...

Il me dépose devant chez Edward, je lui ai enfin dit où je logeais et heureusement qu' Edward est fou amoureux de Rosalie sinon mon beau blond aurait fait une crise de jalousie, mais c'est plutôt moi qui devrait l'être, la petite Jane trouve mon chérie trop canon. Et cet idiot lui fait du charme la faisant rougir tout ce qu'elle peut.

- Je passe te prendre dans une heure ? Ça te va ?

- Je t'attendrais.

Je l'embrasse rapidement avant de rentrer dans la maison. Je ne l'avouerai jamais à Jasper mais il m' hôte une grosse épine du pied, je ne voulais pas passer les fêtes chez Edward, parce qu'ils ont pitié de moi, je l'aurai passé à l'hôtel.

Je me dirige vers ma chambre et commence mes sacs.

- Pourquoi ce sourire ? Me demande Edward.

- Oh tu m'as fait peur. Je ne t'ai pas réveillé ? M'inquiétais je.

- Tu déménages ? Dit il en fronçant les sourcils.

- Non, je pars en voyage pour 15 jours avec Jasper, comme ça vous serez en famille, tranquille.

- Bella, tu ne nous déranges pas, tu le sais.

- Je sais, mais ça me met quand même mal à l'aise. Déjà que vous m'héberger...

- Et cela nous fait plaisir.

- Tu ne m'enlèveras pas mon mal aise, qu'importe ce que tu me diras.

Il hausse les épaules mais reste là.

- Tu pars où ?

- En Amazonie mais je ne sais pas trop où.

- Cool.

Avant que j'oublie, je donne une petite boite et deux enveloppes à Edward. Il me regarde septique.

- Vos cadeaux de noël et c'est non négociable. Par contre n'ouvre pas le tien devant ta mère et ta sœur.

Edward rigole doucement, imaginant sûrement ce que j'ai pu lui faire comme cadeau. Il va les poser dans sa chambre et m'aide à sortir mes bagages.

- Embrasse ta famille pour moi et de Rosalie bien évidemment.

- Et toi, prend soin de toi, dit il en me faisant un bref câlin.

Bref, parce que le moteur du Dacia Duster de Jasper rugit pas loin de nous. Edward s'esclaffe avant de faire un signe de main amusé à mon petit qui lui répond par un signe de tête, son sourire n'est pas loin mais il s'efforce de rester sérieux ce qui me fait rire.

Une fois mes bagages dans le coffre, nous partons pour l'aéroport. L'avion n'est pas pour tout de suite mais nous avons des papiers à régler.

J'ai hâte de faire ce voyage, Jasper et moi avons besoin de passer du bon temps juste tous les deux.

PDV EMMETT

Je les vois s'éloigner sans se retourner, main dans la main, comme un couple heureux qu'ils sont. Moi aussi je l'étais avec elle. Je suis dans une colère noire après tout ce qu'ils m'ont dit. Je ne devrais pas l'être, j'ai tout fais pour me faire croire que cela ne me touche pas que je les détestais, que je n'en avais rien à faire, ma colère démontre tout le contraire, cela me touche trop.

- Dégage, grinçais je à Alice.

- Mais...

- Ferme là et barre toi.

- Mais...

- Tu t'attendais à quoi ? Bella et Jasper te détestent, je me suis juste servi de toi.

Elle me gifle avant de partir mais sa claque n'est rien en comparaison du regard, des larmes, des mots de Bella qui raisonnent en moi. Le regard déçu de Jasper me fait mal, jamais il ne m'a regardé ainsi, nous avons toujours été soudé et malgré toutes nos bêtises, on s'est soutenu, mais là, je me sens comme une merde. J'en suis peut être une ?

Je n'aurai jamais du faire ça, mais quand je les ai vu à l'appartement, heureux, j'ai crevé de jalousie et comme souvent, j'ai fais un truc complètement idiot mais je le savais.

Il faut que je réfléchisse à tout ça, vraiment et dans le bon sens...

Après avoir marché pendant des heures, mes pensées plus clairs, je rentre à l'appartement pour y retrouver mon meilleur ami et pour une fois depuis plusieurs semaines, faire une chose bien, lui parler.

Il y a une lettre sur la table. C'est du déjà vu et je n'aime pas ça. Les mains tremblantes, je l'ouvre.

« Cette fois ci tu as vraiment tout fait foirer. J'espère que cette fois, tu vas réfléchir correctement à tes actes et paroles.

Et pour cela tu seras tranquille. Je pars 15 jours en Amazonie avec Bella.

Tu ne peux t'en prendre qu' à toi même.

Jasper »

Je me laisse tomber lourdement sur la chaise. Cela ne m'était pas arrivé depuis de nombreuses années, une larme coule sur ma joue suivi d' autres.

Jasper a raison, je ne peux m'en prendre qu' à moi même.

Une partie de moi a toujours envié Jasper avec son calme, son coté réfléchi. Il a toujours pris les bonnes décisions comme avec Bella. J'aurai du voir qu'ils s'entendaient bien et qu'ils formaient un beau couple. Je n'aurai jamais imaginé qu'ils puissent me trahir... Non je ne dois pas penser à ça. Mon coté rationnel me dit qu'ils ne l'ont pas, qu'ils n'ont rien fait dans mon dos à part parler. Maintenant je suis prêt à l'entendre et à l'accepter.

Il l' a compris plus tôt que moi. Là aussi je l'envie et je le jalouse, pour plusieurs choses. D'abord il est avec mon ex petite amie et surtout il a réussi à passer au delà de sa jalousie - parce qu'il est comme moi - pour être avec elle. Il sait que soit disant Bella nous aime tous les deux et il arrive à accepter cela pour avoir une relation stable. Je sais qu'il est gêné de la situation, c'est normal mais c'est Jasper, mon meilleur ami.

Je suis dans une impasse. Certes, je veux lui parler et retrouver notre amitié, elle me manque. Je veux que l'on discute de Bella. Je dois aussi lui présenter mes excuses. Et après ? Qu'est ce que nous allons faire ? Elle ne va pas quitter Jasper pour retourner vers moi et ensuite le reprendre... Stop. Je m'emballe, personne ne me dit qu'elle va me pardonner, surtout avec toutes choses horribles que je lui ai dites où que j'ai faite. Ni Jasper, bien que j'ai sûrement plus de chance avec lui. Et de toute façon, il a toujours pris les bonnes décisions depuis que Bella a déménagé. Il lui a parlé, il a été patient avec elle. Je n'ai pas le droit de briser leur couple et je ne le ferais pas.

Si je ne peux pas l'avoir, je peux au moins redevenir son ami. Je ferais tout ce qu'elle voudra tant qu'elle n'aura plus ce regard blessé que j'ai vu il y a quelques heures. Moi qui m'était promis de ne jamais la faire souffrir surtout avec son passé trouble.

Par contre je vais me promettre une chose et je vais m'y tenir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour me faire pardonner.

OoO

A suivre...

Je stresse, j'espère que ce chapitre vous a plu, comme la confrontation ! J'espère que le PDV d' Emmett vous convient et qu'il est assez complet.

Emmett a enfin repris ses esprits, ce n'est pas trop tôt, vous allez me dires.

N'hésitez pas à me donner vos avis, bon ou mauvais !

xoxo

Chapitre 33

 OoO

 

PDV BELLA

Une fois mes bagages dans le coffre, nous partons pour l'aéroport. L'avion n'est pas pour tout de suite mais nous avons des papiers à régler.

J'ai hâte de faire ce voyage, Jasper et moi avons besoin de passer du bon temps juste tous les deux.

PDV JASPER

Je suis aussi excité qu' un gamin, nous allons rester 15 jours tous les deux.

Bella et moi sommes dans notre dernier avion pour l'Amazonie. Elle a réussi à s'endormir sur mon épaule malgré les turbulences que nous subissons ou alors c'est juste l'avion qui fait des bruits bizarre. Je sais que je devrais être habitué à ce genre de transport, après tout, je voyage dans le monde entier. Et parfois mes moyens de déplacements sont horribles.

Au moins, ma main dans celle de Bella, me sort un peu de mes pensées, comme le guide qui regarde un peu trop ma petite amie.

Je le fusille du regard mais rien n'y fait. Une turbulence plus forte réveille ma jolie brune qui tourne la tête dans tous les sens désorientée.

- Quand es ce que l'on arrive ? Bougonne t' elle. J'ai le dos en compote.

- Bien mon ange.

Elle m'embrasse rapidement avant de se recaler contre moi.

- Heureusement que tu es là, parce que sinon, je maudirais mon premier voyage à l'étranger.

Je la regarde surprise. Elle ne m'avait jamais dit cela.

- Je te promets que ce voyage sera inoubliable.

- Il l'est déjà puisque tu es avec moi.

On se sourit amoureusement et dieu merci, l'avion atterrit sur une piste de fortune. Mais même si je déteste ces moyens de transports je ne changerais pour rien au monde. J'ai quitté le monde de la mode, sa superficialité et ces femmes refaite de la tête aux pieds pour les paysages. Certes, c'est beaucoup moins payé mais rien ne remplace la beauté de ces lieux.

Nous n'avons pas fini notre trajet, on doit encore se « balader » dans un petit bateau à moteur. Après nous partons à la découverte de la forêt. Le guide viendra nous chercher quelques jours plus tard. J'ai quand même un téléphone satellite si nous avons des gros ennuies mais si nous ne dérangeons pas la nature, elle nous laissera tranquille. Enfin, c'est ce que je me dis. De toute façon, je dois faire le travail pour lequel on m'a payé.

Cette fois ci, c'est la WWF qui m'a engagé. *La WWF a lancé un programme pour sauver l'Amazonie : le 'Living Amazon Initiative'. Avec les gouvernements, les entreprises et les communautés locales, des alternatives sont recherchées afin de protéger la biodiversité en Amazonie.* Je suis fier d'y contribuer.

Lors de notre voyage en bateau, le guide nous explique avec un accent à couper au couteau, ce dont il faut faire et et ce dont il faut se méfier. Comment monter notre campement pour ne pas se faire piquer etc. J'en profite pour commencer à faire des photos. Même si cela ne fait pas parti de mon job, je prends aussi Bella qui est en admiration devant tout ce qui nous entoure. Personnellement j'aimerai bien voir - de loin - un pirarucu*, c'est un énorme poisson de 200 kilos ou alors un Dauphin Rose*, je suis sûr que Bella les aimerait. Mes patrons aimerait avoir plein d'animaux en photos comme le plus gros rongeur du monde, le capybara*.

Nous continuons notre chemin et à défaut de voir des iguanes, nous voyons des Ouistiti qui de nature curieuse nous observe de loin. Je ne loupe pas ce moment.

On arrive enfin à destination, selon le guide. Il dit qu'il nous reprendra là avant de s'éloigner le plus rapidement possible.

- Je rêve où il a peur ? Demande Bella

- Cette forêt n'est pas la première destination de vacances surtout avec les bêtes qui s'y cache. Bien que cela ferait une superbe photo, me retrouver nez à nez avec un jaguar ne me rassure pas.

- Aller en route Mr le photographe. J'ai hâte de découvrir tout ce qui nous entoure et surtout nous éloigner de cette dangereuse rivière.

Bella m'étonnera toujours. Elle est autant à l'aise en ville qu'en pleine jungle.

- Ba tu viens ?

Je reprends mes esprits et rejoins Bella qui se lance à corps perdu dans la foret. Je prends des photos qui selon moi ne sont pas de grand intérêt.

Épuisés nous mangeons rapidement avant de nous coucher dans le hamac, une moustiquaire sur nous.

Dormir à la belle étoile, ma jolie Bella dans mes bras. Que demander de plus ?

- Merci Jasper, murmure t' elle

- Pourquoi ?

- Pour avoir tout fait pour me faire venir avec toi. Nous avons besoin de ces moments tous les deux, loin de tous nos problèmes.

- Et bien laissons les où ils sont et occupons nous de nous, qu'en dis tu ?

- C'est une très bonne idée, dit elle avant de m'embrasser avec un peu trop vigueur, nous faisant tomber au sol, entortillés dans la moustiquaire.

Qu'importe, je l'embrasse quand même et profite pleinement de notre moment jusqu'à ce que Bella se mette à crier qu'une bête à frôler sa jambe nue. Effectivement le monstre en question est une petite grenouille, dieu merci, pas venimeuse.

Après cela notre nuit a été calme, comme les jours suivants, même si nous avons croisé des serpents, des singes et tout un tas de bestioles dangereuses et venimeuses.

Ces derniers jours, notre complicité a augmenté, on a pu se parler, se découvrir encore plus, vraiment profiter de chaque moment en étant sûr qu'une tuile ne va pas nous tomber dessus.

Bella a pris un de mes appareils et prend aussi des photos. Le prétexte trouvé c'est que, vu que je la prends la en photo, elle a le droit d'en faire autant avec moi. D'ailleurs on s'amuse un peu avec ça sans faire attention à ce qui nous entoure, c'est comme ça que l'on se retrouve tous les deux dans un trou, de la boue et des feuilles partout sur nous. Devant notre position ridicule, nous rigolons. J'essaye d'enlever ce qui s'est logé dans les cheveux de Bella quand à mon tour je sens quelque chose longer ma jambe.

- Ne bouge pas, murmurais je le plus bas possible.

Bella me regarde paniquée mais obéi. Son cœur, comme le mien bat très vite, résonnant dans nos oreilles. La grosse bête remonte le long de mon bras, dieu merci, la bête rampante ne peut pas toucher Bella. Par contre elle tourne doucement la tête et devant ses yeux exorbités, je tourne à mon tour la tête pour voir un monstrueux Boa Albinos qui continue son chemin comme si nous n'étions pas là.

- Ce n'est rien, tout va bien se passer, murmurais je. Ne bouge surtout pas.

J'avoue ne pas faire le malin en ce moment même. Ma tête ne bouge pas mais devant mes yeux, je vois le bras de Bella qui s'approche du serpent et délicatement ses doigts touchent le serpent qui ne semble pas se rendre compte de ce qui se passe et s'en va, continuant sa vie.

Une fois tout danger écarté, je me relève rapidement et entraine Bella avec moi. Je vais pour lui hurler dessus mais ses lèvres se posent sur la mienne, sa langue forçant l'entrée de ma bouche. Ses bras s'enroule autour de mon cou, ses mains dans mes cheveux m' empêchant de bouger, elle remonte même une jambe contre mon bassin et se frotte outrageusement contre moi.

- Non pas que je ne veuille pas te faire l'amour mais tu es sur que tu veux faire ça ici ? Entourés de bêtes venimeuses ?

- Jasper tait toi et agit ! Dit elle en arrachant les boutons de ma chemise.

Il ne m'en faut pas plus pour la plaquer contre un arbre, je la soulève pour qu'elle continue ce qu'elle avait commencé, c'est à dire enrouler ses jambes autour de mon bassin. Elle se frotte contre mon début d'érection, je pose ma bouche sur son cou, et contrairement à elle, je défais doucement sa chemise pour laisser apparaitre son soutien gorge.

Même si j'ai envie de la déshabiller complètement je m'abstiens, n'oubliant pas où nous nous trouvons. Par contre je m'attaque à son short et son sous vêtement. Je reste à genoux devant elle, observant ce paysage si parfait, ma douce appuyé contre un arbre centenaire, ses cheveux dans tous les sens, sa respiration rapide, sa chemise ouverte, sa poitrine gonflée par le plaisir, ses tétons tendus qui ne demande qu'un peu d'attention, son bas ventre nu, ses longues jambes bronzés. Délicatement, je lui fais mettre une jambe sur mon épaule et m'occupe de sa féminité. A son premier gémissement, on entend certains oiseaux s'envoler mais aucun de nous n'y prête attention. La seule chose qui m'importe sont les cris de Bella qui m'en demande plus.

D'une humeur joueuse, je m'arrête au mauvais moment faisant grogner Bella qui vu son regard va me le faire payer.

Elle tire ma chemise pour me mettre debout et me plaquer contre l' arbre. Nous nous embrassons passionnément, le gémissement de Bella se répercute directement dans mon bas ventre.

Je veux la prendre maintenant mais madame étant de la même humeur que moi se laisse tomber à genoux devant moi, baisse mon pantalon et mon boxer, et après un regard brulant et un sourire en coin, elle me prend le plus possible dans sa bouche. C'est à mon tour, avec mes bruits de faire fuir d'autres animaux. Je crois que j'aime le programme de Bella...

Cette fille est une déesse avec sa langue, je suis sûr le point de venir mais je reprends mes esprits et l'arrête. Trouvant cet arbre parfait, je la plaque contre celui-ci et la pénètre rapidement. Bella verrouille ses jambes autour de mon bassin, je la tiens fortement pour ne pas qu'elle tombe. Mes mouvements de bassins sont rapides nous faisant plonger dans le plaisir ultime.

Je voudrais profiter de ce moment post orgasmique mais la réalité nous rattrape et je secoue ses vêtements avant de la rhabiller et d'en faire autant avec moi.

Pour je ne sais quelle raison, Bella se met à rire. Je suis son regard et me rend compte que nous avons un voyeur.

Au dessus de « notre » arbre, il y a un autre foutu serpent d'enrouler autour d'une branche.

- Saloperie de bestioles, frissonnais je.

Bella me frappe sur le bras.

- Il est trop joli ! Petit petit ! L'appelle t' elle.

- Tu aurais l'air fine si jamais il s'approchait de toi.

- Ne soit pas sot, les serpents sont sourds, ils se repèrent par vibration.

- Et tu vas aussi me dire que l'on ne va pas finir dans leur estomac ?

- Exact. Ils se repèrent par chaleur thermique et leur proies ont des chaleurs plus élevés que les nôtres.

Bella m'embrasse sur la joue et s'éloigne de « notre » arbre.

- On continue ? Sauf si tu veux discuter avec l' anaconda.

Je frisonne violemment avant de la rejoindre et de la coller à moi avant de nous éloigner de ces bêtes. Je sais qu'elles sont là mais de là à les voir de si prêts... Non merci.

- Pourquoi as tu touché ce foutu serpent ? Me fâchais je.

Ce qui était prévu avant qu'elle ne me saute dessus.

- Je ne pouvais pas loupé une occasion pareille, explique t' elle calmement. Il faut profiter de chaque moment présent, tu ne crois pas ?

- Si, si.

- Aurais tu peur des serpents ?

- Apparemment pas toi, il va falloir que je me méfie d'eux. Je vais te garder à l'œil au cas ou tu voudrais rester ici.

- Ça dépend, tu restes avec moi ?

- Avec toi, j'irai au bout du monde mais pitié, pas ici.

Bella rigole avant de m'embrasser. Notre journée étant riche en émotion, nous ne tardons pas à nous coucher.

En pleine nuit, je suis réveillé par Bella qui me secoue brusquement.

- Quoi ? Demandais je paniqué

- Ça fait combien de temps que nous sommes là ?

- Hein ? Six jours, pourquoi ?

- C'est noël !

Mon cerveau se reconnecte et j'embrasse ma petite amie.

- Joyeux noël.

- Toi aussi mon Jasper.

Après quelques baisers, on se rendort. Demain nous rentrons au village ou une partie de nos sacs y sont, dont nos cadeaux de noël.

Nous rentrons tranquillement, mon appareil photo toujours dans les mains.

- Toujours en vie !

Le guide nous aide à monter dans le bateau, enfin il aide plus Bella que moi, d'ailleurs je lui fais comprendre par un regard noir, il me répond par un sourire édenté.

- Jolie fille !

- La mienne, dis je en posant mon bras sur ses épaules.

Bella semble s'amuser de notre combat de coq mais vu le baiser sur la joue et son sourire amusé, il n'y aura pas de représailles.

Une heure plus tard nous sommes dans notre tente de village. Bella se laisse tomber sur la paillasse, je la rejoins et m'assoie sur mes genoux, avec son cadeau. Je n'ai pas été très inspiré, rien ne me convenait pour elle. Alors j'ai fait peu original.

- Tiens, dis je un peu brusquement.

C'est aussi le premier cadeau que je fais à une femme. Tous les autres étaient pour Emmett et c'est beaucoup plus facile.

Bella se redresse pour prendre mon cadeau et l'ouvrir. J'observe son visage ravie, elle passe un doigt sur la bague ou il y a trois cœur d'entre-lacés et des petits diamants dans chacun des cœurs. Ça pourrait paraitre bizarre de lui faire ce genre de cadeau mais je lui montre que je l'aime quoi qu'il arrive par la suite. Je ne suis pas idiot et je connais Emmett, il va réfléchir et vouloir récupérer Bella, qui ne la voudrait pas ?

Bref, je reviens au moment présent.

- Oh, elle est très belle, merci Jasper dit elle avant de me sauter au cou. Tu me la mets ?

Elle me tend sa main droite et j'enfile la bague à son annulaire. Elle l'observe sous tous les angles, j'en profite pour la prendre en photo. Quand nous reviendrons, il faudra que je trouve un nouveau filtre. J'aime les effets de lumières avec lesquels je peux jouer.

- Ah moi ! Dit elle excitée.

Elle fouille dans son sac et sort un petit paquet. Ses mains tremblent, elle mord sa lèvre.

- Tu stresses ?

- Un peu, couine t' elle. J'espère que tu aimeras ton premier cadeau.

- Parce que j'en ai deux ?

- Oui mais l'autre tu l'auras plus tard ! Aller ouvre avant que mon cœur explose.

- Elle chatouille un boa mais elle a peur des réactions de son petit ami.

Bella me frappe gentiment et m'ordonne d'ouvrir mon cadeau. Prudemment je le déballe et vois ce dont je rêve. Je reste estomaqué devant son cadeau.

- Quoi ? Tu n'aimes pas ? Ce n'est pas bien ? Tu...

- Stop ! C'est juste parfait, dis je ému.

- Tu es sûr ? Tu ne dis pas ça pour me faire plaisir ?

- Oh non, je t'assure, c'est ce que je voulais. Un filtre pour mon appareil. Comment as tu su ?

- Oh, je voyais que tu faisais plus attention à cet appareil et j' avais remarqué que tu changeais souvent de truc sur ton appareil. Alors j'ai fait des recherches et j'ai trouvé ça. Je ne me suis pas trompée ?

- Non non, il est tout ce qu'il me faut.

Rapidement je le mets sur mon appareil et m'installe à coté de Bella pour nous prendre en photo.

- Voilà, parfait !

Et pour remercier Bella de son cadeau, nous passons la nuit à faire l'amour, et au passage nous en faisons profiter tout notre entourage et le guide... J'aime m'endormir avec la main droite de Bella sur mon torse et sentir sa bague contre ma peau.

Notre deuxième semaine se passe tout aussi bien que la première, j'ai pu m'amuser avec mon ceadeau, les photos vont être parfaite mais je vais avoir du travail à faire à tout trier et développer les autres. Vielle école quand tu nous tiens.

Je ne risque pas d'oublier le 1er de l'an, Bella m'offre mon autre cadeau, de la lingerie rouge sexy avec un corset en dentelle, accompagné d'un string, des bas et jarretelles. Inutile de préciser que nous n'avons pas beaucoup dormi de la nuit.

Cette année j'ai été gâté, mais pour que tout soit parfait, il me manque celui de mon meilleur ami. Il faut vraiment que nous parlions.

Néanmoins avec Bella, nous profitions de nos derniers moments avant le retour à la ville où Emmett nous attend.

OoO

A suivre...

* Source Wikipedia. Tout existe ! Promis.

Pas trop déçu ? Il y avait beaucoup d'attente par rapport au voyage, j'espère que cela vous convient, dites moi ce que vous en pensez !

Et je vous remercie d'avoir pris le temps de laisser des commentaires, j'ai vu que l'on avait dépassé les 400 reviews, c'est super, je suis super contente ! Merci à ceux qui ont ajouté l'histoire en favori et en alert.

Encore merci !

Pleins de bisous à tout le monde

 Chapitre 34

  OoO

  Chapitre 32 PDV EMMETT

 Si je ne peux pas l'avoir, je peux au moins redevenir son ami. Je ferais tout ce qu'elle voudra tant qu'elle n'aura plus ce regard blessé que j'ai vu il y a quelques heures. Moi qui m'était promis de ne jamais la faire souffrir surtout avec son passé trouble.

Par contre je vais me promettre une chose et je vais m'y tenir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour me faire pardonner.

 Chapitre 33 PDV JASPER

Cette année j'ai été gâté, mais pour que tout soit parfait, il me manque celui de mon meilleur ami. Il faut vraiment que nous parlions.

Néanmoins avec Bella, nous profitions de nos derniers moments avant le retour à la ville où Emmett nous attend.

Et quand je pensais qu'il nous attendait, je n'imaginais pas que ça serait à l'aéroport. C'est Bella qui l'a vu en premier. Et en voyant son regard paniqué, j'ai vite compris qui elle avait vu. Je lui ai dit que si elle le souhaitait, on pouvait partir en cachette vu qu'il ne nous a pas repéré. Mais ma forte et courageuse petite amie amoureuse des serpents, a dit que s' il était là, ce n'était sûrement pas pour nous lyncher sur la place publique. Enfin, nous l'espérions tous les deux mais connaissant Emmett... Non, il ne ferait pas ça.

Courageusement et main dans la main, nous nous avançons vers un tournant décisif de notre vie et je pense de notre relation, parce que, qu'importe ce qui sera décidé, tout changera et cette fois définitivement.

Je ne suis pas idiot, Bella est toujours en conflit avec ses sentiments. Au plus profond de moi, j'ai l'espoir qu'en restant prêt de moi, elle finisse par l'oublier mais il reste aussi mon crétin de meilleur ami et je ne peux pas briser ma relation avec lui, donc ils le verront toujours et leurs sentiments seront là, parce que, même s'il m'a affirmé le contraire, il l'aime encore, la preuve est qu'il est là, à stressé comme un homme amoureux.

Si jamais elle retournait avec lui, je pense que le conflit interne marcherait aussi dans ce sens, du moins je l'espère.

Que ce soit leur relation, où la notre, nous sommes fusionnels et on ne peut pas s'oublier.

Je ne sais pas où tout cela va nous mener mais il va y en avoir forcement un de nous qui aura le cœur en miettes. Mais cette fois, je ne laisserai pas Bella partir, nous avons fait l'erreur une fois, je ne recommencerais pas, même si je dois l'attacher à mon lit... Ok... On va quitter ce chemin et revenir à la réalité au lieu d'imaginer Bella nue et attachée à mon lit. Stop. Pourquoi nue ? Il n'y a que moi pour penser à ce genre de chose dans un moment aussi critique. Quoi que, Emmett se défend bien. C'est aussi pour cela que nous nous entendons bien. Pauvre Bella, avec deux pervers comme nous, elle n'est pas bien tombée. Enfin, elle n'a pas eu l'air de se plaindre de notre nuit...

- Tu crois sincèrement que c'est le moment de penser à ça ? Murmure Bella

Je la regarde étonné. Ai je parlé à voix haute ?

- Tu souris comme un mec qui vient de passer la meilleure nuit de sa vie.

Brusquement je serre Bella contre mon torse et rapproche mon visage du sien en laissant quelques centimètres de vide.

- Mais c'est le cas madame, et vu votre regard, vous avez, vous aussi aimé cela.

Ma petite amie rougissante, me frappe sur le torse et se recule en marmonnant un idiot. Mon sourire s’agrandit encore plus mais c'est de courte durée vu que nous sommes à quelques mètres de mon ami ?

PDV EMMETT

Ces 15 jours on été à la fois horrible et bénéfique. Ces jours au calme m'ont fait comprendre qu'ils me manquaient tous les deux plus que de raisons. Mon meilleur ami avec qui nous n'avons jamais été fâché plus de quelques jours, alors que là ça fait des mois ; et ma douce Bella, je pense que la savant en ville me rassurait et me confortait dans ma bêtise mais le fait qu' elle parte très loin et en plus avec lui, m'a fait vraiment prendre conscience que je pouvais la perdre définitivement et je ne le veux pas même si je ne l'ai pas montré. Je récolte ce que j'ai semé mais aussi les leurs.

Ces derniers jours, je me suis donné beaucoup de tords mais même si j'ai merdé en disant des choses horribles, ils ne sont pas tout blanc. Après tout ça a commencé avec Jasper qui est tombé amoureux de Bella et elle qui lui a rendu ses sentiments alors que nous étions toujours ensemble.

Je me suis senti trahi et comme si j'étais de la merde, comme si je n'étais pas un bon petit ami. Es ce que je ne la rendais pas heureuse ? Es ce que je ne lui suffisais pas ? Oui apparemment.

Et voilà ce sentiment qui me fait me sentir comme un moins que rien. J'ai eu raison de leur en vouloir même s'ils n'ont rien fait lorsque je faisais encore partie de l'équation, ils sont tombés amoureux l'un de l'autre, certes, personne ne peut contrôler ses sentiments mais il ne vienne pas de nul part. Tout ce la est trop compliqué.

Je n'aurai pas pu me trouver une fille qui n'aime qu'un seul homme, au lieu de Bella, qui est tordu mais c'est aussi ce qui la rend si charmante.

Puis comment peux t' on aimer deux personnes de la même façon qu'elle le prétend ? Pour ma part, je la crois indécise mais je ne suis qu'un homme qui est bien incapable de comprendre l'esprit trop tordu d'une femme, surtout celui de Bella.

Peut importe ce qui se passera à leur retour, nous devons mettre les choses au clair, qu' importe l'issu mais elle doit choisir. Je sais bien qu'il y a plus de chance qu'elle le choisisse lui mais nous devons clarifier les choses. Puis je veux retrouver mon meilleur ami, il me manque comme elle.

Bien sûr je la veux à mes cotés mais je ne me fais plus d'espoir, au moins je ne serais pas déçu.

Tout cela va me donner une migraine.

C'est le jour J, ils reviennent, mon calvaire va prendre fin, parce que passer les fêtes de fins d'années seul n'est pas génial. Au moins avec Jasper on se marrait bien, on passait un noël à s’empiffrer assis par terre devant la TV et à ouvrir nos cadeaux ; puis au jour de l'an, on se mettait une cuite mémorable et le lendemain on se promettait de ne plus recommencer... Ouais, jusqu'à l'année suivante. C'était notre rituel depuis des années, mais tout change. Je nous imagine tous les trois, même en amis - bien que je la préfèrerais dans mes bras - dans le salon, en train de boire du champagne, du papier cadeaux partout, riant à des blagues stupides, mangeant des cochonneries, bref nous serions heureux, vivant dans notre petite bulle de bonheur.

Je les vois s'avancer vers moi, plus amoureux que jamais. Et si j'arrivais trop tard, qu'elle ne voulait plus de moi, que ses sentiments avaient disparu ? Qu'ils allaient déménager pour vivre ensemble où qu'elle soit enceinte et qu'ils vont se marier...

Dieu merci, Bella arrête la stupidité de mes pensées en me saluant d'une petite voix. Ma voix est aussi incertaine que la sienne, Jasper quand à lui, ne desserre pas la bouche, sa prise se raffermi sur la hanche de Bella.

Un silence gênant s'installe entre nous, Bella regarde partout sauf nous deux. Jasper à la mâchoire serré, étant sûrement en plein conflit interne hésitant entre me casser la figure et trouver une solution pour savoir comment gérer nos problèmes. Quand à moi, j'observe ma jolie Bella qui a légèrement bronzé.

Ce qu'elle m'a manqué.

- Et si on allait ailleurs ? Proposais je.

Bella me regarde et pour la première fois nos regards se croisent, ses yeux brillent mais il y aussi un peu de tristesse. Tout cela l'affecte et sûrement plus que nous deux. Après tout, c'est elle qui est prise entre deux feux. Je ne vais pas complètement la plaindre, il ne faut pas exagérer, elle n'avait qu' à trouver une solution et taire ses sentiments pour lui. On ne se retrouverait pas dans cette situation.

Je me secoue la tête, coupant notre connexion et me sortant le coté négatif qui me submerge. Jasper grogne légèrement et prend la main de Bella pour la tirer vers la sortie.

Ce n'est pas gagné. Si Jasper n'y met pas du sien, on ne va pas y arriver. Je ne peux pas retenir mon sourire.

- Pourquoi souris tu ? Me demande Bella pendant que nous nous dirigeons vers la sortie.

- D'habitude c'est moi qui grogne et qui boude, là c'est Jasper, expliquais je en haussant les épaules.

Même s'il fait tout pour le cacher, j'ai vu un minuscule sourire sur son visage. Notre amitié n'est peut être pas fini. Bella rigole doucement avant de sauter sur le dos de Jasper pour lui embrasser la joue.

- Alors comme ça, tu boudes ?

- Non, grogne t' il.

- Menteur.

Bella redescend de son perchoir et se place devant lui, l’arrêtant et pour l'obliger à le regarder en posant ses deux mains sur les joues de Jasper.

- Jasper, le gronde t' elle. On a parlé. Ce n'est pas facile, pour aucun de nous trois, alors on doit tous y mettre du sien. D'accord ?

Pourquoi es ce que je me sens exclu ? Ah oui, parce que c'est le cas.

- Oui, dit il d'une petite voix.

- Bien.

Bella semble satisfaite et fait demi tour vers le parking. Nous restons plantés là, comme deux idiots avant de se faire réprimander.

- Comment es tu venu Emmett ?

Je vois bien qu'elle prend sur elle pour me parler d'un ton aussi détaché. Ce qui est normal vu la façon dont nous nous sommes quittés mais vu que j'ai fait le premier pas, elle fait le deuxième.

- Mmm, en bus ?

- Tu n'as pas l'air sur de toi, demande t' elle septique.

- Si, si en bus.

Bella hausse les épaules. Se sont les dernières paroles échangées jusqu'à l'appartement. Mon cœur commence à être douloureux à force de battre aussi rapidement.

Je ne suis pas le seul à être aussi crispé. La mâchoire de Jasper n' a pas desserré et les mains de Bella sont moites vu qu'elle les essuie sur son jeans toutes les deux minutes.

Toujours sans faire de bruits, on s'assoie sur les canapés dans le salon, personne n'ose prendre la parole.

Le téléphone de Bella sonne, nous faisant tous sursauter.

- Rose ? Couine t' elle mais son amie ne fait pas attention au son de sa voix, on l'entend parler même à plusieurs mètres.

- Ah ! Bella, je suis trop contente de t'entendre ! Tu vas bien ? Merci pour les cadeaux, ils sont supers ! J'adore, avec Edward on s'est bien amusé ! Élisabeth et Jane te remercient, et toi, raconte ton voyage.

- Oh, mmm, ce n'est pas le moment, je peux te rappeler plus tard ?

- Tu as une drôle de voix... Oh... Tu es... Tu vas... Ok, bon courage et ma chérie, ais confiance en toi.

- A plus.

Bella range doucement son téléphone.

- Quelqu'un veut il un café ? Je vais faire du café.

Rapidement Bella part dans la cuisine. J'observe chacun de ses gestes, Jasper fait pareil, elle semble comme chez elle, sachant où se trouve les affaires. Sa présence me manque ici et vu le soupire de mon ami, il pense la même chose.

- Je suis content de la revoir là, elle manque à l'appartement, laissais je échapper.

- Dit plutôt qu'elle te manque.

- Exact

- Pourtant il y a 15 jours, tu ne semblais pas le penser.

- Toujours vrai mais toi aussi tu sais très bien qu'il n'en ait rien. J'ai toujours eu du mal à gérer mes sentiments qu'ils soient positif où négatif, surtout négatif.

- Ouais, tu te comportes souvent comme un idiot. Je me souviens quand tu as rencontré Bella. Au début de votre relation, tu m’appelais souvent ayant peur de faire une connerie avec elle. Tu répétais qu' elle était la femme de ta vie, qu'il fallait être idiot pour laisser partir une femme comme elle.

- Je n'ai pas changé d'avis, je me suis juste perdu en chemin.

La tension entre nous remonte un peu.

- Ça foutrait la merde si je pensais la même chose, demande Jasper.

- Non, je ne crois pas. Nous devons arrêter cette situation et crever l'abcès. Puis je savais que tu l'avais dans la peau, sinon j'aurai encore moins accepté que tu te serves d'elle comme tu le faisais avec les autres.

Jasper et moi nous fixons, aucun de nous ne veut lâcher le morceau. Je ne sais pas si nous sommes plus avancé mais au moins, on sait tous les deux que nous aimons profondément Bella et que ni l'un ni l'autre ne lâchera l'affaire.

- Voilà, dit Bella en posant le café et son chocolat sur la table basse, inconsciente de notre discussion.

Chacun boit soi café, le mien est parfait, juste comme je les aime.

- J'ai beaucoup réfléchi à notre situation, commence Bella.

- Et ?

Jasper et moi avons parlé en même temps.

- Je t'en veux Emmett, pour toutes les choses horribles que tu m'as dite et faites.

Je baisse les yeux honteux. Je ne le vois pas mais j'imagine le sourire fier de Jasper.

- Pardon, lui dis je sincèrement en la fixant.

Elle soupire et détourne le regard.

- Fait pas le malin toi aussi, dit elle à Jasper. Tu t'es bien amusé à me rendre folle.

- Désolé bébé mais c'était trop tentant.

Bella se concentre de nouveau sur moi.

- Après notre rupture, Jasper et moi avons tout fait pour t'éloigner et te mettre mal à l'aise - même sans le vouloir - nous sommes aussi fautif, certes ni lui ni moi n'avons voulu cette situation mais on ne va pas revenir la dessus, n'est ce pas ?

Elle nous fixe avec un regard sévère sachant que l'un de nous allait intervenir. On acquiesce tous les deux. Bella reste silencieuse quelques minutes, on attend patiemment qu'elle continue parce qu'elle n'a clairement pas fini.

- Tout ça est tellement compliqué. Je ne sais pas comment expliquer ce que je ressens... Bref, Il faut que tu saches Emmett, qu' au début j'ai essayé de refouler mes sentiments pour Jasper et lui aussi.

- Heureusement !

Ils me fusillent du regard. La colère commence à refaire surface mais je la contiens. Si jamais je déconne encore je ne pense pas que Bella me le pardonne.

- Mais comme tu t'en doutes, je n'ai pu pas aller contre, néanmoins mon amour pour toi n'a jamais faibli. Je me sentais tellement mal, tu dois comprendre que je n'ai jamais voulu te blesser.

- Je sais.

- Non Emmett, je ne crois pas que tu en ais conscience vu ton comportement, claque t' elle. Nos sentiments ne se contrôlent pas et ta méchanceté gratuite m' a fait mal.

- Ouais, ramener Alice n'a pas été une brillante idée, rajoute Jasper.

La tension monte d'un cran. Les mots de Bella sont durs mais si Jasper s'y met, je ne sais pas si je pourrais rester calme.

- Et toi, tomber amoureux de la seule fille que j'ai aimé, tu crois que c'est mieux.

- Je sais que j'ai merdé mais après tout, c'était... Logique. Toi et moi on a les même gouts pour beaucoup de chose, et tu conviendras qu' il est difficile de lui résister.

Je bougonne et me calme

- Puisqu'on en est au confidence, continue Jasper, je suis tombé sous le charme de Bella depuis la première minute ou je l'ai vu, tu étais si désirable dans les fringues d' Emmett, assise à moitié nue sur le dossier de ce foutu canapé, les cheveux en bataille, les lèvres gonflées.

- Ok, grognais je me souvenant parfaitement de ce moment mais n'aimant pas du tout ses révélations.

- Et vous voir ensemble, parfois à vous entendre... Ça me rendait malade, je t'enviais Emmett. Pour la première fois, j'étais jaloux de toi. Tu avais trouvé la petite amie parfaite et quand j'ai vu les changements venant de Bella, j'ai profité sans dépasser les limites. Puis ça a été l'apothéose quand on en a parlé.

Jasper sourit tendrement à Bella. Mes émotions jouent au yo-yo, allant de la colère à l'attendrissement.

- Et égoïstement, tout aurait pu être parfait pour moi quand nous avons essayé de parler. Mais tu... Nous avons tous merdé à notre façon. Puis j'ai tenté à ma chance, alors ouais, tu peux m'en vouloir de sortir avec Bella, mais tu l'as laissé filé alors tu ne t'en prends qu'à toi même.

- Et tu voulais que je réagisse comment en apprenant que ma copine en aimait un autre que moi et en plus mon meilleur ami. Et pour couronner le tout, vous vous étiez avoués vos sentiments. Je me suis senti trahi par les deux personnes à qui je tiens. Que voulais tu que je fasse ?

Cette fois mon énervement est à son comble, Jasper est comme moi, en colère. J'entends Bella au loin dire qu'elle est désolée.

- Que tu ne te comportes pas comme un con et que tu écoutes jusqu'au bout ce que Bella avait à te dire ! Mais non, il a fallu que tu partes au quart de tour en insinuant des choses choses qui ne se sont jamais faite !

C'est en me retrouvant nez à nez avec Jasper que je me rends compte que nous nous sommes levés prêt à engager un combat de coqs.

- Oui mais après tes révélations au combien intéressante, j'ai eu raison de me méfier de mon meilleur ami qu'il m'a poignardé dans le dos en draguant ma copine !

- Je ne l'ai pas dragué ! On se charriait juste. Ne soit pas un crétin.

- Et toi, soit un véritable ami, ça changera !

PDV BELLA

- Mais arrêter ! Hurlais je. Vous ne comprenez pas, dis je les larmes coulant abondamment sur mes joues. Vous ne comprenez pas que vous me faites tous les deux du mal, à vous disputer à cause de moi ! Je ne peux pas choisir et je ne pourrais sûrement jamais, la force de mes sentiments pour vous est égal. Vous avez chacun des qualités que j'apprécie mais jamais je ne pourrais choisir l'un de vous deux. Je vous aime de la même façon...

Je reprends mon souffle, les regardant tour à tour sans jamais en fixer un plus longtemps que l' autre. Je ferme les yeux et prends une grande inspiration avant de lancer la phrase qui va tout changer à jamais.

- Alors, c'est soit vous deux, soit personne. Je ne veux plus de dispute, c'est trop nocif. C'est à vous de choisir. Je vous laisse réfléchir, moi j'ai pris ma décision, à vous d'en faire autant.

Je les embrasse chacun leur tour sur la joue avant de quitter l'appartement pour les laisser réfléchir.

Je sais que ce n'est pas sympa ce que j'ai fait mais je ne peux pas faire autrement. J'ai décidé ce que je voulais, je n'ai jamais été aussi sûr de moi même si j'ai eu beaucoup de mal à prendre une telle décision. Certes, ce n'est pas commun et j'ai essayé d'en aimer un plus que l'autre, de choisir mais à chaque fois, j'en reviens au même. Je me suis imaginée en ménage à trois, et j'aimais ça même si nous entrons dans une relation comme celle-ci il y aura sûrement des embrouilles et ça sera peut être voué à l'échec mais je ne vois pas les choses autrement.

OoO

A suivre...

Alors ? J'ai fait une fin pas trop sadique pourtant j'en avais envie mais non, je vous ai fait assez attendre.

Vous en pensez quoi ? Vous aimez la décision de Bella ? Et les garçons, que vont ils dire et faire ?

Laissez moi vos avis bon ou mauvais.

Bisous bisous 

Chapitre 35

 

 OoO

 

 PDV BELLA

 

Je les embrasse chacun leur tour sur la joue avant de quitter l'appartement pour les laisser réfléchir.Je sais que ce n'est pas sympa ce que j'ai fait mais je ne peux pas faire autrement. J'ai décidé ce que je voulais, je n'ai jamais été aussi sûr de moi même si j'ai eu beaucoup de mal à prendre une telle décision. Certes, ce n'est pas commun et j'ai essayé d'en aimer un plus que l'autre, de choisir mais à chaque fois, j'en reviens au même. Je me suis imaginée en ménage à trois, et j'aimais ça même si nous entrons dans une relation comme celle-ci il y aura sûrement des embrouilles et ça sera peut être voué à l'échec mais je ne vois pas les choses autrement.

J'appelle rapidement Rose pour l'informer.

- Je l'ai fais. Je leur ai dit.

- Tu veux que je vienne te chercher ?

- Oui, je me sens pas bien, un trop plein d' émotion.

- Ok, j'arrive et on ira s'enfiler un bon Hamburger.

Je rigole avant de raccrocher. Quelques minutes plus tard, mon amie arrive en trombe et sort rapidement de la voiture pour me prendre dans ses bras.

- Tu tiens le coup ?

- Oui, couinais je.

Rosalie m'aide à monter dans la voiture, nous partons en silence vers le premier fast-food. La blonde ouvre la bouche une fois installée avec notre nourriture.

- Tes deux amoureux se sont tapés dessus ?

- Non, soupirais je, mais ils ont failli. Je ne sais pas s'ils arriveront à discuter.

- Il faut dire que tu ne les as pas mis dans une position facile.

- Je sais, et je comprends. Il n'y a que moi pour me mettre dans ce genre de position.

- Tu as déjà songé à n'en choisir qu'un ?

Je fusille mon amie du regard, nous en avons déjà parlé, et c'est vrai que ça aurait été plus simple, mais je ne peux pas. Je ne veux pas. C'est sûrement un caprice mais c'est ainsi.

- Tu es mon amie, tu dois me rassurer.

Rosalie ricane et croque dans son hamburger.

- Tu es différente Bella, pourquoi ta vie sociale serait différente ? Puis, je serais à ta place, je voudrais les deux. Imagine toi plus tard, coincée entre leurs deux corps nues...

Je lui jette une frite au visage et souris. Mais mes sentiments vont au delà d'une bonne partie de sexe, je ne peux pas me séparer de l'un deux. L'éloignement d' Emmett m'était douloureux, heureusement que j'avais Jasper.

Tout en mangeant, je ne peux pas me sortir les garçons de la tête. Rosalie me rassure comme elle peut en certifiant que tout va s'arranger.

Quoi qu'il en soit, j'espère qu'il ne s'entre-tue pas.

PDV JASPER

Emmett et moi regardons Bella partir, la bouche ouverte. Vient elle vraiment de dire ce que je crois ?

Je me laisse tomber sur le canapé, vite rejoint par Emmett. Nous restons quelques minutes en silence, soufflé par les paroles de Bella. Je savais qu'elle souffrait de l'éloignement d' Emmett mais à ce point ? Ses sentiments pour nous, sont il aussi semblable au point de nous proposer une telle chose.

J'avoue avoir pensé à cela mais ça n'a pas duré plus que quelques secondes. Mais là, elle nous propose quelque chose d' hors du commun. Es ce que je suis prêt à partager ma petite amie ?

Je ricane intérieurement. Pendant toute la relation que j'ai entretenu avec elle, je me vantais d'accepter ses sentiments pour mon meilleur ami mais là, devant le fait accompli, je ne sais pas si je suis prêt à franchir le pas et la partager complètement.

J'ai besoin de réfléchir au calme et décide de m'enfermer dans ma chambre.

PDV EMMETT

Comment la situation a pu dégénérer ? Comment les sentiments de Bella en sont arrivés là ? Je veux la récupérer et l'avoir à mes cotés, mais la partager avec Jasper ?

Elle nous met dans une situation délicate mais après tout c'est Bella qui vivait dans un taudis, qui s'est armée d'une casserole en croyant qu'il y avait un cambrioleur, qui a dragué le petit copain de son amie pour être sur de ses sentiments, qui a refusé de conduire ma voiture préférant prendre un bus miteux.

Je n'en attendais pas moins d'elle même si bordel, elle nous fout dans la merde.

Jasper part dans sa chambre, aussi chamboulé que moi. Serais je capable de savoir qu'il la touche, qu'il l'embrasse, qu'ils couchent ensemble ? Où qu'ils discutent, qu'ils se sourient mais en même temps, Jasper doit penser la même chose de moi.

Nous auront beau réfléchir chacun de notre coté, il faut que l'on en parle et qu'on prenne ensemble la décision qu'importe ce qui sera décidé.

Après avoir pris un cadeau de paix, c'est courageusement que je me dirige vers sa chambre. Une bonne inspiration et je frappe à la porte. Un grognement me répond mais la porte fini par s'ouvrir. Pour ne pas voir son regard meurtrier, je brandi sa boite de gâteau préféré sous son nez.

- Paix.

Mon ami prend le paquet et me suit dans le salon. Il ouvre son paquet et le mange en silence. Même si je suis persuadé qu'il n'a pas faim, il fait tout pour retarder l'inévitable.

- Toi aussi tu en es venu à la conclusion qu'il fallait que l'on parle ? Dit il après avoir avaler la dernière miette.

- Ouais, soupirais je.

Je me mets à rigoler nerveusement. Jasper hausse un sourcil devant mon comportement bizarre.

- Tu fais partager ?

- Je me disais qu'il n'y avait que Bella qui est capable de nous mettre dans ce genre de situation.

- Elle est exceptionnelle.

- Et parfaite.

Avec mon ami, on se sourit complice.

- Jamais une fille ne nous a fait faire le dixième de ce qu'elle a fait, continue t' il.

- Non, d'ailleurs aucune ne sait jamais mise entre nous. Elles n'étaient que des passades sans importances.

Nous nous fixons, évaluant l'autre.

- On fait quoi, maintenant ? Demandais je. J'avoue qu'elle nous pose un sacré dilemme.

- Tu peux renoncer, dit il fier.

Je lui rends son sourire en coin.

- Si je renonce, elle renonce à toi aussi. Je ne l'ai jamais vu aussi sur de ses choix. Donc...

- Tu la veux ?

- Bien évidemment, dis je virulent.

- Tu crois que tu pourrais la partager ?

- Et toi ?

On se défie du regard mais je reprends la parole.

- Tu crois que ça marcherait ?

- Tu crois que tu supporteras de la voir avec moi ?

- Tu penses qu'on pourra avoir une telle relation ?

On continue à se poser des questions sans qu'aucun de nous y réponde. D'ailleurs, on se les posait pour savoir qui flancherait le premier.

Je me rends compte que nous sommes tous les deux bornés.

PDV JASPER

Notre conversation de sourds continuent mais mes pensées continuent leur chemin. Je réponds mentalement à ses questions.

Pour Bella je crois que je serais prêt à le faire mais il faut aussi qu' Emmett soit d'accord.

- Toi aussi, tu y penses, commentais je.

- J'ai du mal à faire autrement. Elle me retourne le cerveau.

C'est à mon tour de ricaner. Es ce que c'est pareil avec les autres ? Es ce qu'un homme ferait n'importe quoi pour la femme qu'il aime ?

- Devant le fait accompli tu as du mal à t'y faire malgré tout ce que m'as dit quand vous étiez ensemble, me dit Emmett sans reproche.

- Je me suis fait la même réflexion mais je ne veux pas la perdre.

- Moi non plus.

Encore une fois, nous nous regardons. Sans avoir à parler, notre décision est prise.

- Tu crois que c'est la bonne décision ? Demandais je stressé.

- Non, je n'en sais rien mais je sais que je veux le bonheur de Bella donc, si je dois en passer par là, et bien... Soit... Puis, c'est toi et pas un parfait inconnu. Si jamais tu la fais souffrir, je sais où tu habites.

- Ça c'est mon meilleur ami, mais je te retourne les hostilités.

- Je te botte les fesses tous les jours.

- Et ba, viens je t'attends ! Dis je en me mettant debout comme un boxeur.

Emmett rigole avant d'en faire autant. On s' envoie quelques coups mais gentiment. Sauf que prit dans notre jeu, Emmett me fait une prise me faisant tomber le visage contre le coin de la table et dans notre chute, son nez percute cette dernière. Nous crions tous les deux de douleurs, lui avec son nez et moi avec mon œil.

Lorsqu'on se regarde on ne peut que rire. Après nous êtres calmés on part se mettre quelque chose de froid sur nos stupides blessures.

On décide d'attendre demain avant d'aller lui parler, peut être qu'elle aussi aura changé d'avis. Quelque part, nous espérons que ça sera le cas, qu'elle choisisse l'un de nous, on souffrira un temps mais on arrivera à passer outre même si on souffrira. Après tout, ça arrive à tout le monde...

En tout cas, avec Emmett, nous avons besoin de retrouver notre complicité pour que l'on parte sur de bonnes bases surtout lorsque l'on rajoutera Bella a l’équation. On fera tout pour elle et pour son bien être et ça commence par notre amitié.

- Elle sera heureuse en nous voyant ainsi.

- Oui, elle s'en est voulu.

- Bella a un cœur en or à se soucier des autres. On ne doit pas la faire souffrir.

- Si jamais nous avons un problème tous les deux, on ne doit pas l'inclure.

- Ok, après tout, elle s'est ouverte à nous pour ses sentiments, elle a été très clair, à nous de nous en accommodé vu que nous sommes d'accord.

- Ça ne sera pas simple.

- Rien ne le sera plus.

Pourtant nous sourions tous les deux.

Notre nuit est reposante et c'est tous les deux que nous donnons rendez vous à Bella.

PDV BELLA

J'ai passé une fin de journée atroce et la nuit n'a pas été mieux. J'ai rêvé qu'ils me donnaient rendez vous pour me dire que j'étais complètement folle de faire un tel caprice et que ma prétention n'avait pas de limite, comme si j'étais capable de les garder tous les deux. Moi si banale et eux si parfait. Pourquoi se contenteraient ils d'une demi femme alors qu'ils pourraient en avoir 3 chacun.

Je me suis réveillée plusieurs fois en pleurs sans arriver à me calmer. Mes cauchemars ont peut être raison, suis je capable de les garder ? Ils finiront forcement par se lasser. Et si c'est le cas et bien j'espère que j'aurai savourée chaque minutes passées en leurs présences.

D'ailleurs s'ils acceptent, je me juge d'être toujours heureuse et de me rendre compte de la chance que j'ai de les avoir. C'est avec ces bonnes paroles que je fini ma nuit.

- Tu as une mine affreuse, commente Jane.

- Merci, grognais je.

- De rien, se moque la petite sœur d' Edward.

- Et, que veux tu, je profite de toi, vu que tu vas bientôt partir.

Hein ? Je regarde paniquée Élisabeth. Veut elle que déménage ?

- Jane, tu fais peur à Bella. Rose nous a dit que ta situation allait changer, me rassure Edward.

Je soupire soulagée.

- Dit Bella, tu viendras nous voir ?

- Bien sûr mais toi aussi tu pourras me rendre visite, tu seras la bienvenue.

- Tu es la meilleure.

- Non c'est toi, lui dis je en tapant dans sa main.

Jane est vraiment un amour et la plus gentille fille que je connaisse. Mon sourire tombe quand je reçois un SMS de Jasper.

- Un soucis, me demande Edward.

Je lis le message qui ne m'indique pas vraiment si je dois avoir peur où pas, néanmoins je réponds par la positive.

- Je ne crois pas.

- Tu sais que tu es la bienvenue, me rassure Jane. J'aime bien quand tu es là, on peut parler.

- Tu peux me parler, lui dit Edward.

Jane rougit.

- Ta petite sœur veut parler de truc de filles.

C'est au tour du grand frère d'avoir les joues colorées. Je ricane avant de les embrasser chacun sur la joue et de partir me préparer.

- Es ce que je suis jolie ? Demandais je à Jane.

Je fais tourner ma robe légère devant ma jeune amie.

- Oui, soupire t' elle d'envie. Tu vas voir le beau Jasper ?

Je souris devant son air amoureux.

- Tu lui feras un bisous de ma part ?

- Si tu veux rigolais je franchement.

- Tu n'as pas peur que je te le pique ?

- Non, dis je amusée.

- Parce que je suis dans un fauteuil roulant ?

Je m'accroupis pour être à sa hauteur et lui prends les deux mains.

- Non ce n'est pas pour ça, mais tu es un peu jeune pour lui. Et ne doute jamais de toi, d'accord ?

- Oui, dit elle d'une petite voix.

Je l'embrasse sur la joue.

- Souhaite moi bonne chance.

Je rejoins trop rapidement l'appartement. Je n'ai pas besoin de frapper que la porte s'ouvre pour laisse apparaitre les garçons.

- Mon dieu ! Que vous est il arrivé ? M'exclamais je en les dévisageant.

OoO

A suivre...

Alors ?Je me suis rendu compte que certaines voulait un peu de bagarre entre les garçons, donc j'en ai fait une... Elle vous plait ? Et leur amitié ?

Vous croyez que leur relation va durer ? Où que l'un d'eux va partir en courant ?

Vos avis me font toujours plaisirs !

Chapitre 36

 OoO

 

PDV BELLA

Je l'embrasse sur la joue.

- Souhaite moi bonne chance.

Je rejoins trop rapidement l'appartement. Je n'ai pas besoin de frapper que la porte s'ouvre pour laisse apparaitre les garçons.

- Mon dieu ! Que vous est il arrivé ? M'exclamais je en les dévisageant.

Les garçons se regardent avec de pouffer de rire. Es ce qu'ils viennent de se comporter comme deux filles qui cachent un secret ? Au moins, ils ont l'air réconcilié ce qui est une bonne chose. Si jamais ils acceptent ma proposition, il faut qu'ils soient comme avant, des amis inséparables.

Je les regarde suspicieusement pendant que je rentre dans l'appartement. Eux, ils semblent bien et détendu. J'espère qu'ils ont discuté de moi, mais vu le SMS de Jasper, je suppose que oui. En tout cas, ça ne m’empêche pas de stresser. Mes mains sont moites, ma gorge est sèche, mon cœur tambourine dans ma poitrine me faisant presque mal, mes jambes me supportent à peine. Heureusement que le canapé n'est pas loin mais je me retiens de me laisser tomber dessus, ça paraitrait bizarre. Et je ne veux pas montrer que je suis fébrile. Cela pourrait peut être changer leur réponse et je veux surtout qu'ils soient complètement honnête avec moi.

Les garçons s'installent en face de moi, toujours souriant. J'espère qu'ils ne vont pas me sortir un truc du genre « Et ! Sympa ta blague ! » Je m'efforce de ne pas penser aux choses désagréables dont j'ai rêvé cette nuit.

J'ai l'impression d'être à un rendez vous pour un travail mais je me rappelle que je suis juste en face des personnes dont je suis tombée amoureuse. Les répercutions ne seront pas dramatique si tout ne se passe pas comme je l'ai prévu.

- J'ai soif, dis je commençant à me lever mais Emmett est plus rapide et m'ordonne de rester assise.

Il part me chercher un verre d'eau qu'il me tend avec un grand sourire. Je lui murmure un « merci » Je ne veux pas me faire de fausse joie, mais j'ai l'impression que c'est plutôt bien partie.

Ne voulant pas entrer dans le vif du sujet et étant curieuse, je leur demande encore une fois ce qu'il s'est passé.

- Ce n'est rien Bella, ne t'inquiète pas, me rassure Jasper d'une voix douce.

- Tu rigoles, dis je septique. On dirait que vous sortez d'un combat de boxe !

- Tu n'exagères pas un peu ? Sourit Emmett. On en a vu d'autre, dit il en bombant le torse.

Un sourire nostalgique se dessine sur mon visage en repensant à notre première rencontre. Si j'avais su ce qui nous arriverait par la suite, j'aurai pris peur.

- Puis on s'est juste amusé, ricane Jasper.

- Amusé ? Vous plaisantez ? Dis je paniquée. Vous pourriez vous faire mal.

- Ce sont des jeux de garçons, on aime bien se donner des coups.

- C'est vrai que tu te débrouilles plutôt bien pour les recevoir, rajoute Jasper

- Tu m'as vu avec un coquart, il fallait bien faire pareil avec lui, dit Emmett.

- Crétin, grogne son ami en le bousculant. Et c'est quoi la prochaine étape, tu vas me péter le nez ?

- Pourquoi pas, ça te fera du bien d'abimer ta jolie petite gueule.

Les voir se chamailler fait remonter quelques souvenirs, lorsque Jasper venait de revenir de son voyage. Ils passaient leur temps à s'envoyer des pics.

- A quoi penses tu ? Me demande Jasper.

Je sursaute au son de sa voix si proche de mon oreille. Jasper est assis à ma droite.

- A nous j'espère ? Rajoute Emmett qui est assis à ma gauche.

- C'est une évidence, dis je en levant les yeux au ciel.

Je n'ose pas les regarder, mais je sens leurs regards sur moi. Dans une synchronisation parfaite, il me prenne chacun une main. Si il y a quelques minutes, je croyais que mon cœur battait vite, il n'en était rien par rapport à maintenant.

- Respire, on ne va pas te manger, me rassure Emmett.

- Enfin pas tout de suite, rajoute Jasper plein de sous entendu.

- Idiot, dis je en lui mettant un gentil coup de coude.

Malgré moi mes joues se colorent. Il serait mentir de dire que je n'avais pas pensé à cette partie de notre relation mais je ne crois pas être prête à ce genre de plan. J'avoue que l'idée peut paraitre excitante mais malheureusement pour moi, les souvenirs de mon passé toujours présent, moins douloureux mais toujours là.

- Bref, vous avez... Réfléchi ? Demandais je la voix tremblante

Autant aborder le sujet tout de suite vu qu'ils ne veulent rien me dire sur leurs bleues. Comment peut on jouer et finir avec un coquart et un hématome sur le nez ? Selon moi, ils étaient en colère et en sont vraiment venus aux mains...

- Oui, on a réfléchi, commence Jasper.

- Et on a discuté, rajoute Emmett.

- Et vous aller me rendre folle si vous n'en venez pas aux choses concrètes, dis je en commençant à m'énerver.

Mes doigts se ressent sur leurs mains, mes ongles rentrant sûrement dans leur peau vu les grimaces qu'ils font.

- Il faut dire que nous avons été très surpris par ta proposition mais ça parait logique.

- Pour Jasper, parce que moi... Hein, et bien... Je sais que les femmes sont beaucoup plus compliqués que les hommes mais toi, tu fais fort.

Je baisse les yeux gênée mais Emmett me relève le menton et m'oblige à le regarder.

- Ce n'est pas une critique négative, c'est ta différence qui fait que nous avons des sentiments pour toi. Et c'est aussi pour toi que nous nous retrouvons dans cette situation.

- Il n'y a que pour toi que nous nous sommes disputés, personne n'avait jamais réussi cet exploit et tu sais pourquoi ?

Je regarde Jasper et fais non de la tête.

- Parce que tu es la seule à qui nous tenons vraiment, me dit il tendrement. La seule pour qui ont ferait des choses insensées.

- Comme se retrouver à partager une fille ? Dis je timidement.

- Oui, cela, mais comme l'a dit Jasper, on ferait n'importe quoi pour que tu sois heureuse. J'ai mis longtemps avant de comprendre que cela te touchait, que tu nous aimais tous les deux de la même façon, alors Jasper et moi sommes tombés d'accord.

- On veut faire comme tu souhaites Bella.

Les larmes de bonheur me montent au yeux. Je n'ose pas y croire, il me faut quelques secondes pour redescendre sur terre et me rendre compte que j'ai ce que je veux, ils ont accepté.

Je suis complètement soulagée et heureuse pourtant ils ne m'ont pas tout dit. Les mains fermes sur les miennes me le prouvent.

- On ne te garantit pas que tout va bien se passer ni même que ça va durer, mais on va tout faire pour y arriver, explique Emmett.

- Il va falloir que l'on trouve nos repères et aussi...

Je sais que tout ne sera pas parfait et je ne vous demanderais jamais une tel chose, vous en faites déjà beaucoup pour moi et mon caprice.

- Tu ne fais pas un caprice, me gronde Jasper.

- Tu veux juste être heureuse et tu te bats pour ça.

- Si jamais ça ne va pas, ou que cette situation vous pose problème, vous devez me le dire... Non laisse moi finir Jasper. Vous me dites que vous voulez mon bonheur mais la réciproque est vraie, je veux que vous soyez heureux. Ok ?

Je les regarde l'un après l'autre attendant leur réponse qu'ils me donnent rapidement.

- Bien, dis je avec un vrai sourire.

Le premier que j'ai depuis que j'ai quitté l'appartement hier. Toute la pression retombe même une légère tension persiste.

- On fait quoi maintenant ? Demandais je d'une petite voix.

Jasper fait signe à Emmett qui s'empresse de faire ce qu'il a en tête, il pose sa main libre sur ma nuque et me rapproche de lui pour m'embrasser. Notre baiser est au début timide, nous retrouvons nos marques, nos langues se caressent, s'apprivoisent. Nous finissons à bout de souffle mais nous restons proche l'un de l'autre. Pendant tout notre baiser, Jasper n'a pas arrêté de caresser de son pouce ma main.

- Tes lèvres m'ont manqué, murmure t' il.

- Tu m'as manqué.

- Je suis tellement désolé pour toutes les choses horribles que je t'ai dite où que j'ai faite.

Je ferme les yeux et inspire un bon coup.

- Es ce que tu les pensais ?

- Non, j'étais en colère, je voulais te faire souffrir mais jamais je n'ai pensé les mots que je t'ai dit. Tu dois me croire, me supplie t' il.

- Je te crois, le rassurais je en embrassant sa main que je tiens.

Il me murmure un « merci » en m'embrassant rapidement. Jasper me tire contre son torse, je me retrouve le dos contre lui, chacune de mes mains toujours accrochés à eux.

Je sens Jasper respirer mes cheveux avant de descendre dans mon cou, je tourne la tête vers lui pour l'embrasser.

Jasper est moins hésitant, nos langues se rencontrent plus vite, pourtant, notre baiser reste tendre. Je me recule, comblée, même si au début on pourrait se croire dans un porno bas de gamme, sans le sexe bien sûr...

Je sens que l'on va pouvoir faire quelque chose de bien, on aura une relation durable et on sera tous heureux. Je le sens au fond de moi.

Je soupire heureuse et m'installe confortablement contre le torse de Jasper, et sans oublier Emmett, que je tire vers moi. Il comprend vite le message et s'allonge de façon à ce que sa tête repose sur mon ventre.

Je ne sais pas combien de temps nous restons ainsi, allongés, sans parler ni bouger. Mais je pense que cela est nécessaire, on va avoir besoin de temps pour s'habituer à cela.

Bien sûr, notre moment calme est interrompu par mon téléphone. Emmett tend le bras et prend le portable. Au lieu de me le passer, il décroche et met le téléphone en haut parleurs.

- Que veux tu Rosalie ? Grogne t' il

- Quoi ? Je dérange ? Vous êtes en train de vous faire une bonne partie de sexe ?

Emmett rougit.

- Comment sais tu que...

- Vous alliez accepter sa proposition ? Vous l'aimez vraiment tous les deux. Bella a ce truc qui fait que, une fois que une fois que vous êtes dans son périmètre, vous ne pouvez plus vous en détacher. C'est bien pour Bella, prenez soin d'elle, tous les deux, n'est ce pas Jasper ?

- Oui M'dame !

- On prendra soin d'elle, puis après tout, si à deux on n'y arrive pas, plaisante Emmett.

- Vous avez plutôt intérêt. Bella a eu besoin de beaucoup de courage pour vous avouez ses sentiments et vous proposer cela. Elle vous a ouvert son cœur comme elle ne l'a jamais fait surtout avec son passé merdique. Alors Messieurs, si jamais je vois une seule larme sur son visage, je vous brise, dit elle menaçante.

Des larmes coulent sur mes joues. J'ai de la chance d'avoir une telle amie.

- Bella, tu vas bien ?

- Oui, dis je en reniflant.

- Bien. Quand est ce que tu viens chercher tes affaires ?

- Es tu pressé que je déménage de chez Edward ?

- Edward ? Grogne Emmett, tu vivais chez lui ?

Je me ratatine devant son regard mais Jasper prend ma défense.

- Et où voulais tu qu'elle aille sans argent et sans Job ?

- Oh... Pardon Bella mais tu ne vas plus vivre chez lui, tu reviens ici, dans ta chambre, dit il d'un ton sans appel.

Je sais que je devrais être offusquée de son ordre, je ne suis pas sa chose qui fait ce qu'il veut mais seulement c'est Emmett, il est comme ça. Je sais qu'il veut mon bien être et au moins ça prouve qu'il veut que je revienne prêt de lui.

- Et si Bella ne veut pas venir ? La provoque Rosalie.

- Bella sait à quel point elle m'a manqué et je sais que ça doit la déranger de rester chez lui sans payer.

Jasper et moi nous regardons étonnés devant le raisonnement plus que juste d' Emmett.

- Parce que tu vas accepter qu'elle paye un loyer ? Laisse moi rire.

- Elle me payera en nature.

- Je me disais aussi, soupire Jasper.

Rosalie se marre. Je mets un coup de pieds amusé dans la cuisse de mon cambrioleur qui se retourne vers moi horrifié.

- Tu ne le payais pas en nature au moins ?

- Si bien sûr, mais Rosalie était avec nous, pour qu'il n'y est pas de malentendu, me moquais je.

Les garçons me regardent choqués.

- Oh oui, c'était torride ! Rajoute ma blonde. Ah... Quel plaisir.

Les garçons se jettent un coup d’œil avant que Jasper me soulève et me remet sur le canapé. Lui et Emmett se dirige vers la porte. J'attends Rosalie se marrer avant de raccrocher.

- Vous allez où ? Demandais je mi septique, mi amusée.

- Chercher tes affaires, grogne Emmett. Reste là, il est hors de question que tu t'approches de nouveau de lui.

- Vous savez que c'est de l'humour ?

- Oui, grognent ils en cœur.

Je me mets à rire.

- Vous êtes jaloux ?

Tout en riant, je les rejoins.

- C'est moi qui devrait l'être ! Jane te fait de l’œil, dis je à Jasper.

- Jalouse ?

- Énormément, dis je amusée.

Nous partons chercher mes affaires afin de commencer un nouveau chapitre de ma vie.

OoO

A suivre...

Leur histoire est en route !

Je sais, on m'a dit de ne pas stresser pour mes chapitres mais bon, je le fais quand même ^^, surtout à ce moment de la fiction. Il y a beaucoup d'attente, alors j'espère que vous n'êtes pas déçu. N'hésitez pas à me donner vos avis !

Bisous

Réponse :

samystere : Merci pour ton commentaire. Et oui, beau programme en perspective, je vais beaucoup aimer l'écrire. J'espère que tu aimeras. Bisous

Mme Mc Carty : Et oui, enfin ! Toute l'histoire vient de cette idée. Je voulais en arriver là et je suis contente d'y être. Heureusement que tu es patiente parce que je suis la pro pour faire trainer les choses en longueur. Imagine, imagine, moi aussi je fais pareil quand j'écris, c' est pour ça que j'écris au « je » lol. Non je plaisante, quoi que... Merci de tes encouragements, ça fait chaud au cœur. Au début, je n'avais pas prévu mais finalement, l'idée a été abordé et je me suis dit pourquoi pas. Et c'est une bonne idée. Encore une fois, merci pour tes commentaires. Bisous bisous

 Chapitre 37

 OoO

PDV BELLA

Je me mets à rire.

- Vous êtes jaloux ?

Tout en riant, je les rejoins.

- C'est moi qui devrait l'être ! Jane te fait de l’œil, dis je à Jasper.

- Jalouse ?

- Énormément, dis je amusée.

Nous partons chercher mes affaires afin de commencer un nouveau chapitre de ma vie.

OoO

Une semaine que je suis revenue vivre ici et même si au début nous avons tous été gêné, maintenant ça va mieux. Certes nous n'avons pas encore passé l'étape de dormir avec l'un deux où dormir avec les deux. Je préfère attendre, bon j'avoue j'ai un peu peur que cela puisse déraper mais mes petits copains comprennent et je pense qu'ils sont comme moi. Après tout, ils sont amis et n'ont absolument aucun penchant homosexuel alors dormir « ensemble » n'est pas un truc de correct pour eux.

Pour le moment, on vit un début de relation « normale », on passe beaucoup de temps à s'embrasser mais ça me va. Je suis tellement heureuse, je n'arrête pas sourire, je me mets même à chantonner, faux mais je le fais. J'ai l'impression de vivre dans un conte de fée, Rose m'en a fait la remarque et d'ailleurs elle n'est pas la seule à voir que je respire le bonheur.

Mais j'y ai droit, je n'ai pas eu un passé horrible et comme beaucoup j'ai eu des moments plus bas qui malheureusement pour moi m'ont énormément affecté. J'ai dû me débrouiller seule à la fac, j'ai vécu dans un endroit insalubre, puis j'ai rencontré Emmett. Il m'a aidé à aller mieux, puis Jasper est arrivé. Il m'a vraiment retourné le cerveau. Nous avons eu beaucoup de bas tous les trois mais je ne le changerais pour rien au monde parce que sans ça nous ne serions pas là où nous en sommes et nous serons moins « fort ».

Pendant les premiers jours de mon retour, les choses ont été mise à plat, nous nous sommes avoué tous nos petits secrets concernant notre relation, j'ai bien évidemment gardé pour moi mes rêves et autres trucs que je ne raconte qu'à Rosalie. En tout cas, nous avons décidé que notre relation resterait secrète. Les gens ne comprendraient pas et nous ne voulons pas être jugé. On verra par la suite.

J' ai aussi observé le plus discrètement possible, les garçons pour voir s'ils sont bien dans cette relation. Je les crois suffisamment capable de me cacher leur gêne juste pour me faire plaisir. Et souvent je me demande comment j'ai fait pour tomber sur deux perles comme eux, parce qu'on ne peut pas dire que mon premier petit ami était semblable. Dans son genre il était... Comme un mec de 17 ans mais je me demande si les autres étaient pareil...

Et pourquoi je pense à lui d'ailleurs ? Je dois avoir le cerveau tordu pour penser à ce crétin, mais ça doit venir que je n'ai pas de tache d'ombre dans ma vie. Oui tout est parfait, du moins pour le moment.

OoO

Ce matin, je me lève et prépare le petit déjeuner, Jasper est le premier à se lever, il m'embrasse tendrement. Je me colle à lui pour savourer encore plus notre moment ensemble.

- J'aime ce genre de réveil, dit il la voix rauque.

- Et moi donc, souris je

On continue de se câliner jusqu'à ce que Emmett se lève.

- Et ! Moi aussi je veux mon câlin du matin, boude t' il

Jasper m'embrasse une dernière fois avant d'aller prendre son petit déjeuner, il laisse ainsi la place à mon autre petit ami qui m'assoie sur la table de la cuisine et s'installe entre mes jambes avant de s'emparer de ma bouche.

- Tu vas bien ?

- Oui Emmett, comme depuis une semaine.

Mon cambrioleur me fait sourire crispé. Comme tous les jours il me demande si ça va, il est vraiment attentionné avec moi. Je me rends compte qu'il a souffert de notre éloignement.

- Tu es tellement gentil, le rassurais je.

Je me laisse porter par Emmett qui nous assoie sur la même chaise. J'ai compris qu'il avait besoin de cette proximité et Jasper ne dit rien. Je les soupçonne d'avoir une conversation là dessus.

Je ne sais pas ce que je pourrais faire pour les remercier. Je radote mais j'ai l'impression de leur devoir quelque chose pour tout le bonheur qu'ils m'apportent.

Après un baiser à chacun, je pars pour la fac avec la voiture d' Emmett. Je ne regrette pas les transports en commun ni les mauvaises langues de la fac mais ça je m'en fiche.

PDV EMMETT

J'ouvre les yeux, le sourire aux lèvres, je suis tout simplement heureux, d'ailleurs mon érection l'est aussi...

Qu'importe, elle est dans sa chambre, pas loin de moi, de nous, avec moi, avec nous.

Au début je ne pensais pas que ça se passerait ainsi, j'aurai cru que nous serions plus gêné, qu'il y aurait des coups de gueules entre Jasper et moi sans qu' elle soit au courant et bizarrement tout ce déroule normalement comme si nous vivions ça depuis des années. Ni l'un ni l'autre n’empiète sur le territoire de l'autre. On se donne aussi de l' intimité lorsqu'on l' embrasse. C'est quelque part assez gênant et puis le coté jaloux pourrait ressortir. Je ne sais pas ce que Bella en pense, mais elle ne semble pas être dérangée par notre accord tacite.

Même si je la partage avec mon meilleur ami, je l'ai retrouvé, la belle brune dont je suis tombé amoureux dans cette ruelle. Elle et ses sourires, elle et sa gentillesse, elle et ses mots tendres, elle et ses baisers. Mon ange.

Je sais qu'elle n'a pas trop apprécié que je l'oblige à retourner vivre avec nous, mais je l'ai à porté de mains, je ne veux plus la laisser filer et quand elle est proche de moi, je suis rassuré, elle aura moins de chance de partir. J'ai déjà eu de la chance qu'elle aime Jasper et non un autre petit con. Quelle catastrophe cela aurait été. Je ne sais pas si je l'aurais supporté.

Je ne suis pas persuadé que notre relation va durer. Je ne doute pas de mes sentiments à son égards mais plus des siens. Je sais qu'elle nous aime de façon différente, elle nous l'a clairement dit mais j'ai toujours peur qu' elle trouve un homme qui a les qualités de Jasper et les miennes. Qu'est ce qui se passerait si elle revenait à la maison en nous disant cela ?

Je l'ai déjà perdu une fois, et si cela devait recommencer, j'aurai encore plus de mal à m'en remettre.

Je n'arrive pas à comprendre que son cœur soit partager « équitablement ».

Sinon l'autre solution c'est que ses sentiments progressent pour l'un de nous. Avec Jasper nous en avons discuté, de ça et d'autre chose. Nous nous sommes ouvert l'un à l'autre comme jamais nous ne l'avons fait et tout cela pour Bella.

Si on nous avait entendu, on aurait put croire que nous avions viré de bord ce qui n'est pas imaginable.

Bella nous fait vraiment faire des trucs complètement fou, je me demande si pour les autres c'est pareil. En tout cas, ce qui ne va pas l'être c'est la partie sexuelle. Je veux la retrouver dans mes bras mais je ne suis pas pressé, je veux faire les choses bien, encore une fois mais pour elle je ferai n'importe quoi.

Si j' accepte qu'elle embrasse Jasper et qu'ils se touchent, je ne sais pas si je suis prêt à les voir nus même si je suis dans la pièce. Enfin, nous n'y sommes pas, rien ne me dit que Bella veuille se genre de relation. Je ne crois qu'elle en ait envie.

Quoi qu'il se passe par la suite, tant que Bella est avec moi, je serais bien même si je les vois en train de s'embrasser dans la cuisine.

Je réclame mon dû qu'elle me donne avec plaisir.

Oui, nous serons heureux.

PDV JASPER

Ça me fait bizarre de dormir seul. Après nos vacances ensemble j'ai du mal à retourner à mon état de célibataire. Bella a quelque chose en elle qui fait que l'on s'attache très vite à elle et lorsqu'on est dans son périmètre on ne peut plus s'en détaché. Et vu que nous avons passé 15 jours perdu en pleine forêt le détachement est douloureux surtout avec notre fin de soirée plus que désastreuse.

Je ne pensais pas pouvoir m'attacher autant à une personne et à la copine d' Emmett. Je me rappelle m'en être voulu quand j'ai découvert que je l'aimais vraiment. Bien sûr j'ai tout de suite été attiré par cette femme qui respire le sexe mais c'est lorsque je me suis rendu compte du « plus » qui fait toute la différence que rien ne serait plus pareil. Je ne me suis pas trompé, bon d'accord si je n'avais pas avoué mes sentiments à Bella on en serait pas là, pourtant je ne regrette rien parce que si j'avais tout gardé pour moi je n'aurai pas connu le bonheur. Pourquoi serait il le seul à avoir une petite amie qui le comble ?

C'est vrai que j'aurai pût en trouver une autre mais Emmett et moi avons plein de point commun et apprécier la beauté de la brune en fait partie. Et qui résiste à elle ? J'ai bien vu tous les regards des hommes dans la rue qui regarde ma douce.

Ma Bella, je ne l'ai jamais vu si rayonnante. Je ne regrette pas mes choix.

Au début, je ne croyais pas que notre relation puisse ressembler à ça et pour être honnête, je ne pensais pas que nous oserions aller plus loin que la conversation, puis Emmett a embrassé Bella et ensuite je l'ai ramené vers moi pour à mon tour réclamer ses lèvres.

Lorsque nous avons passé un moment calme, je me suis rendu compte que j'étais bien. Je devais voir au delà de notre relation à trois, après tout, j'ai la femme que j'aime dans mes bras et mon meilleur ami qui est aussi heureux que moi. Ce n'est pas ce que l'on veut pour ces proches ?

Moi qui me targuait de dire que j'acceptais les sentiments de Bella pour Emmett, et bien je peux l'affirmer, je l'accepte vraiment. Oui, vraiment parce qu' avant et bien, je le pensais un peu mais je voulais aussi faire plaisir à Bella, elle avait besoin qu'on la rassure. Je ne sais pas ce qu'elle a vécu mais je sais qu'elle a cette fêlure qui apparait dans son regard et son passé n'a pas cicatrisé. Je me promets de l'aider.

Mais avant, je vais profiter d'elle, dans tous les sens. Je ne suis qu'un homme qui a envie de sa petite amie. Ma petite amie qui me fait des trucs de fou et qui porte de la lingerie à tomber. Comment ne pas avoir envie d'elle.

J'ai eu plusieurs fois envie d'aller la rejoindre pour la faire mienne mais je me suis retenu en me servant de ma main comme un ado. Pathétique. Surtout que je pense de plus en plus à notre nuit du premier de l'an...

Dès que je l'entends se lever pour nous préparer un bon petit déjeuner, je me « calme » et la rejoins pour profiter d'un moment seul avec elle sans que je jalouse les moments qu'elle passe avec Emmett, j'aime bien nos moments juste entre nous deux et j'en imagine plusieurs quand je la vois assise sur la table Emmett entre ses jambes ouvertes.

Je suis sûr qu'elle aimait nous avoir tous les deux ensemble, elle n'en a pas encore conscience mais je sais qu'elle appréciera. 

 OoO

A suivre...

Ce chapitre est un peu différent, vous aimez ?

bisous

  Chapitre 38

OoO

PDV BELLA

 

Je rentre épuisée de mon stage. Cela fait 15 jours que j'y suis et c'est l'enfer. Je savais que ce n'était pas une bonne idée d'y aller en Ferrari mais bien sûr Emmett ne m'a pas écouté. Je m'en suis prise plein la figure par les autres stagiaires. Mon patron me connait et sais où j' habitais et comment je suis vraiment. Il est le seul content que ma situation se soit amélioré mais les autres... Ils me prennent tous pour une petite bourgeoise. J'encaisse sans broncher et fais mon job le plus correctement possible et pour ne rien arranger mon patron veut m'emmener avec lui sur un chantier au lieu des autres. Certes je suis la plus vieille mais ils l'ont tous mal prit. Les quelques mois suivants vont être éprouvants. Heureusement que j'ai les garçons et que tout va bien entre nous.

Je n'aurai pas pût rêver mieux. Ils sont juste parfais, certes chacun à ses défauts mais j'ai su faire avec avant, je peux le faire maintenant puis même moi, je ne suis pas parfaite.

Je me laisse tomber lourdement sur la canapé, les yeux clos, un bras sur les yeux et profite du moment de calme que je peux avoir avant de travailler sur un plan que mon patron m'a donné. Ce n'est pas à rendre tout de suite mais il m'a demandé de m'en occuper voir de quoi je suis capable. Je me sens flattée et stressée. Quelle poisse.

- Mon ange ? Tu vas bien ?

Je grogne sans bouger le petit doigt. Doucement Emmett retire mon bras, j'ouvre le yeux pour voir son visage inquiet à quelques centimètres du mien.

- Tu es malade ? Tu veux que j'appelle un médecin ?

Je lui souris tendrement et passe ma main sur sa joue.

- Non mais je veux bien un câlin, s'il te plait.

Je lui fais une moue boudeuse qui le fait plus rire d'autre chose mais il me soulève du canapé pour s'y assoir et m'installer sur ses genoux. Je me cale contre son torse à l’abri de tous mes problèmes.

- Tu vas mieux ?

- Un peu, dis je d'une petite voix.

- Tu veux un massage, demande t' il gêné.

- Tu ferais ça ?

- Pourquoi tu es étonnée ?

- Venant de Jasper, je comprends mais moi.

- Pardon mon cœur.

Je l'embrasse rapidement.

- J' ai la tête ailleurs. Excuse moi.

- Je ne peux pas t'en vouloir et tu le sais très bien. Aller tourne toi.

Je me lève des genoux d' Emmett qui écarte les cuisses pour que je me rassoie. J'enlève ma chemise mais garde mon sous vêtement. Mon petit ami me décontracte divinement les épaules et la nuque.

- Tu devrais faire masseur.

- Tu me laisserais toucher une autre femme ?

Je fronce les sourcils et secoue la tête négativement ce qui le fait bien rire mais tant qu'il n'arrête pas son massage ça me va. Par moment, je sens même sa bouche dans ma nuque, me faisant frisonner de bien.

- Et bien, il y en a qui se font plaisir ici.

Je ne loupe pas le regards de Jasper sur ma poitrine qui se rince bien l’œil.

- Peut être mais en attendant, c'est toi qui bave depuis 5 minutes se moque Emmett.

Je ricane ce qui fait sortir Jasper de sa torpeur. Il tourne les talons et part faire je ne sais quoi dans la cuisine. Avec Emmett on se regarde perdu mais pour pas longtemps vu qu'il revient avec des tasses fumantes.

- Chacun son domaine mon pote !

Les deux amis se frappent les poings, je lève les yeux au ciel mais je prends quand même mon chocolat chaud.

- Alors qu'est ce qui s'est passé ?

Emmett arrête ses douces caresses parce que ça ne ressemble plus à un massage et me sert la taille. Je leur explique mes petits problèmes, Emmett se met en colère et a envie d'exploser la tête tout le monde et Jasper reste calme, je pourrai presque voir ses neurones tourner.

- Vous ne ferez rien, dis je ferme.

Ils me regardent comme si je les avais insulté.

- Quoi ? Ne faites pas ces têtes, je suis assez grande pour gérer ce genre de conflit. J'ai survécu 21 ans sans vous et je peux continuer à m'occuper de ça. Ok ?

Ils baissent tous les deux les yeux.

- Mais si jamais j'ai des soucis plus important, vous aurez le droit de faire ce que bon vous semble.

Ils me regardent avec des étoiles dans les yeux avant de se jeter sur moi et de m'embrasser chacun leur tour.

- Aller, pour te changer les idées, restaurant. Je vous invite ! Nous dit Jasper.

Nous partons mettre des tenues appropriées avant de partir. J' espère que ça se passera mieux que la dernière fois.

Jasper nous conduit dans un nouvel endroit. Je me félicite d'avoir mis une robe. En plus je sais que ça plait aux garçons.

- A mon chèque que j'ai reçu pour les photos en Amazonie et à celui de mon assistante !

Jasper me tend un chèque. Je manque de tomber de ma chaise en lisant le montant.

- Mais c'est beaucoup trop, m'exclamais je

- Non, ils ont dit qu'ils avaient tellement aimé les photos que j'ai eu un petit bonus.

- Rassure moi, ce sont les photos des animaux et de la nature ?

Les garçons se marrent devant mon idée mais Emmett demande quand même confirmation.

- Bien que les photos de Bella dénudée soit magnifiques.

Je lui mets un coup dans le bras.

- Tu n'as pas osé ?

- Il faut que tu me les montres !

Je frappe mon autre copain.

- Ils ont aimé celle où tu chatouilles un anaconda.

- Tu as quoi ?! Hurle Emmett. Et toi tu l'as laissé faire !

- Tu es bien placé pour savoir Bella n'en fait toujours qu'à sa tête.

- Oui, plus têtue, on ne trouve pas.

- Et elle obtient ce qu'elle veut.

- Je suis là, je vous signale.

- La preuve, finissent ils en cœur.

- Idiots !

Mais bien sûr, je ne peux pas leur en vouloir. Déjà que je ne résistais pas lorsque je ne sortais qu'avec un mais avec deux... Je me demande parfois ce qui me passe par la tête...

Tout notre diner se passe dans la bonne ambiance, les garçons ont vraiment retrouver leur complicité, ils se moquent beaucoup l'un de l'autre en me racontant d'autres anecdotes de leur passé. Je leur parle aussi de moi et de mon enfance avec ma mère, de mon père que je n'ai pas vu depuis mon entré en fac, du nouveau mari de ma mère mais je survole le sujet Phil. J'arrive même à en faire autant pour mon ex et seul petit ami. Dieu merci ils n'insistent pas. Je ne suis pas prête à leur en parler, ils savent que je leur cache quelque chose mais apparemment j'ai réussi à faire passer ça pour quelque chose sans importance.

Pour prolonger notre soirée, je leur propose même une petite balade. Jasper nous emmène dans un parc et nous faisons notre petite balade. Au début nous sommes silencieux, à marcher sans se toucher mais ça ne dure pas longtemps, je leur prends chacun une main et croise mes doigts au leurs. Ils me regardent étonnés et après s'être rendu compte que nous étions seuls, ils se détendent afin de profiter de notre moment. J'espère que l'on en aura d'autre.

Je fini par bailler, fatiguée de ma journée. Les garçons décident de rentrer. Une fois à la maison, il m'embrasse la joue avant de rejoindre ma chambre mais cette nuit là, je les veux à mes cotés. Je les tire par les mains dans le couloir vers ma chambre.

- Euh, Bella ?

Je me retourne vers Emmett, ne comprenant pas pourquoi il est si paniqué.

- Quoi ?

Je le vois se tortiller sur place, mal à l'aise. Si je n' étais pas si curieuse, je me moquerai de lui comme le fait Jasper en ce moment, qui lui, semble avoir compris de quoi il s'agit.

- Mais arrête de te moquer ! Aide moi.

- Oh non ! C'est trop drôle.

- Ça ne te gêne pas ?

- Quoi ? Dormir avec Bella, où coucher avec elle alors que tu es aussi à poil que moi ? Demande Jasper avec un sourire en coin.

Je rougis en entendant ses paroles, Emmett est aussi gêné que moi. C'est du Jasper tout craché, il ne mâche pas ses mots et va droit au but mais c'est ce qui le rend si attirant. Et mon Emmett tout gêné, comme la première fois où nous nous sommes parlés à la librairie lorsqu'il m'avait avoué m'avoir suivi.

Je comprends enfin pourquoi il est comme ça, je m'approche de lui.

- Je veux juste dormir avec vous deux, rien de plus ok ? Dis je rougissante. Je ne suis prête à faire ce dont Jasper parle et si ça se trouve, je ne le serais jamais.

- Ca on en reparlera petit démon.

Je rougis encore plus. Jasper m'embrasse, se détache de moi et se dirige vers sa chambre.

- Tu vas où ?

- Mettre quelque chose de plus confortable.

- Mais tu reviens ? M'inquiétais je

- Crois tu que je voudrais loupé une nuit dans tes bras ?

Il lève les yeux au ciel.

- Voyons Bella, ne soit pas bête.

Je lui tire la langue. Emmett me murmure qu'il va lui aussi passer des vêtements plus confortable et revient. Quand à moi, je cours presque dans ma chambre et retourne quasiment toute ma penderie pour trouver quelque chose d'à peut prêt correct pour dormir.

C'est les fesses en l'air et le nez dans le placard que les garçons me retrouvent.

- Très jolie vue, tu ne trouves pas Jasper ?

- Parfaite, je dirais même.

Brusquement je me retourne vers eux avec mes vêtements en main, les cheveux dans tous les sens.

- On pourrait croire que tu sors d'une bonne partie de sexe, rigole Emmett.

- Dommage que ça ne soit pas le cas, soupire Jasper.

Je m'approche de lui, le frappe avec mon butin mais il réplique en me mettant une claque sur les fesses.

- Et ! M'offusquais je

Je passe à coté d' Emmett qui fait la même chose.

- Non mais c'est pas possible, dis je amusée

Lorsque je reviens, les garçons sont chacun d'un coté du lit, prêt à tomber, ce qui me fait rire mais pas longtemps vu les regards qu'ils me jettent. Je savais que j'aurai du mettre un grand tee shirt large au lieu de mon débardeur ainsi que mon petit short.

D'abord gênée mais ensuite amusée, je me dirige vers le pied du lit et marche à quatre pattes pour rejoindre ma place, au milieu, sous leur regard qui me brule la peau.

Je m'allonge sur le dos et reprends leurs mains.

- Vous n'avez jamais dormi ensemble ?

- Non, dirent ils en cœur. C'est un truc de filles.

- Pas faux.

Je ferme les yeux, heureuse. Les garçons finissent par se rapprocher d'eux même. Jasper qui est le plus à l'aise vient m'embrasser et demande rapidement l'accès de ma bouche que je lui accorde. Ces baisers sont toujours aussi sensuel tout en étant dominant. Il sait l'effet qu'il a sur moi, j'aime être un pantin entre ses mains. Je me sens désirée et femme, bien sûr c'est la même chose avec Emmett mais ses baisers sont différents, on se bataille, tout en restant caressant et doux. Encore une fois je suis à bout de souffle.

Leur deux baisers m' existent plus qu'autre chose surtout, inconsciemment je frotte mes cuisses l'une contre l'autre, les garçons ne loupent pas mon geste...

OoO

A suivre...

Alors, Lemon où pas ? Je sais que vous le voulez mais...

On n'oublie pas que même sous le soleil, un avis fait toujours plaisir.

bisous

 Chapitre 39

OoO

PDV BELLA

Je ferme les yeux, heureuse. Les garçons finissent par se rapprocher d'eux même. Jasper qui est le plus à l'aise vient m'embrasser et demande rapidement l'accès de ma bouche que je lui accorde. Ces baisers sont toujours aussi sensuel tout en étant dominant. Il sait l'effet qu'il a sur moi, j'aime être un pantin entre ses mains. Je me sens désirée et femme, bien sûr c'est la même chose avec Emmett mais ses baisers sont différents, on se bataille, tout en restant caressant et doux. Encore une fois je suis à bout de souffle.

Leur deux baisers m' existent plus qu'autre chose surtout, inconsciemment je frotte mes cuisses l'une contre l'autre, les garçons ne loupent pas mon geste...

  • Tu es un vrai démon, Swan, murmure Jasper.

Sa voix rauque me donne des frissons mais cette fois je me retiens de créer une friction.

  • La tentation incarnée, rajoute Emmett.

Jasper qui a toujours été plus audacieux et pose sa main sur ma cuisse pendant qu' Emmett se contente de la mettre sur mon ventre.

Mon cœur bat très vite, mes mains sont moites, je sens que les garçons sont aussi fébriles que moi. Tout pourrait déraper avec un mot, un geste, un regard. Une partie de moi en à envie, après tout, ce n'est pas donné à tout le monde se retrouver coincée entre deux beaux hommes qui sont l'un comme l'autre doué mais comme je leur ai dit plus tôt, je ne suis pas prête et les garçons non plus. C'est un cap à passer et je pense que pour notre relation c'est trop tôt.

Quelle excuse...

Mes craintes reviennent encore. Les mots blessant qu' Embry m'a dit remonte et les gestes de Phil... Si seulement je pouvais les oublier. Je me secoue la tête et me concentre sur ce qui se passe à coté de moi.

Je prends les mains qui sont sur mon corps et les serre doucement. Je soupire de bonheur en fermant les yeux, je m'enfonce un peu plus dans mon oreiller.

  • Vous êtes bien ?

  • Tu en doutes ? Demande Jasper

  • Vous faites tout pour que je sois bien, et ça marche, mais je me sentirai mal si vous n'étiez pas bien.

  • Bella, soupire Emmett. Tu nous connais, si ça ne va pas on te le dira où de toute façon, tu le verras, on est de trop mauvais menteur.

  • Parle pour toi !

  • Dois je te rappeler ce qui s'est passé lorsqu'on était au lycée et tu étais sorti avec deux filles.

Jasper grimace.

  • Il s'est passé quoi ?

  • Rien !

  • Oh non, au début tout se passait bien, puis un jour sa première copine a eu des doutes et il a tellement eu peur qu'il a tout avoué. La gifle magistrale qu'il s'est prise.

  • Oui, bon, on passe à autre chose.

  • Oh mon pauvre petit Jasper.

Je l'embrasse sur la joue.

  • Et moi aussi je me suis fait battre par cette folle !

Je hausse un sourcil en regardant Emmett. Jasper se met à rire.

  • On m'explique ?

  • Jasper et moi étions inséparable et cette fille a cru que j'étais au courant, et j'ai moi aussi eu droit à sa main sur ma joue. 

  • Tu étais au courant ?

  • Non ! Même pas.

C'est à mon tour de me moquer d'eux. Mes deux copains cachent leur visage dans mon cou.

  • Mes pauvres chéris.

  • On est battu, dirent ils en cœur.

  • Oh moins tout ça, me moquais je gentiment.

    Ils m'embrassent chacun la joue avant de retourner à leur place. On se murmure un bonne nuit avant de s'endormir paisiblement.

Lorsque je me réveille le matin, je suis sur le coté gauche en face d' Emmett, son bras me servant d'oreiller, sa main sur ma hanche Et Jasper est collé dans mon dos, son bras droit en dessous du mien, sa main juste sous la poitrine. Du Jasper tout cracher.

Si seulement nous pouvions rester comme ça, sauf que ma vessie se manifeste et là, je me retrouve dans un sacré dilemme. Déjà que pousser un seul bras est compliqué mais deux ? Pourtant, j'y arrive et je me faufile rapidement jusqu'à ma salle de bain.

Une fois rafraîchi de partout, je décide de préparer le petit déjeuner. Lorsque je reviens dans la chambre j'ai envie de rire mais je m'abstiens, je vais attendre leur réveil, ça sera beaucoup plus drôle. Après avoir posé le plateau, je m'installe à mon bureau et travaille sur projet de mon patron. Je voudrais lui présenter pour lundi, en plus j'ai plein d'idée. Une heure passe avant qu'ils ouvrent les yeux, je pose mon crayon et les regarde. Ils se sont encore plus rapprocher, leurs nez se touchent presque et je suis sûr que leurs jambes sont en contact.

Ils ouvrent les yeux en même temps et leur réaction est au delà de mon imagination. Je ne les savais pas si réactif au réveil surtout que l'un comme l'autre aime les réveils en douceur. Lorsqu'ils se rendent compte que ce n'est pas moi au milieu, ils poussent un cri relativement efféminé et font un bon en arrière en tombant chacun d'un coté du lit. Ils se relèvent et se regardent comme s'ils avaient 5 yeux, cela pourrait être tout mais ils crient encore une fois en se rendant compte que l'autre peut voir son érection matinal. Très rapidement ils se couvrent en se regardant choqué mais aucun ne bouge.

Pendant tout leur réveil, je n'ai pas arrêté de rire mais ils ne s'en rendent pas compte, du coup, je peux à loisirs de continuer de rire discrètement tout en profitant du spectacle.

J'attends de voir ce qu'ils vont faire mais vu qu'aucun d'eux ne bouge je me décide de me manifester.

  • J'ai préparé le petit déjeuner.

Ils sursautent et me regardent avec des yeux ronds sans pour autant retirer leurs mains. Je ne peux que faire un petit rire en les voyant.

Je prends le plateau et les thermos pour les boissons chaudes et m'installe au milieu du lit, toujours un sourire moqueur aux lèvres.

  • Vous venez ?

Ils se jettent un regard en coin, avant de revenir sur le lit, toujours en cachant leur intimité. Prudemment, ils se placent à coté de moi et soulagés ils remettent la couette sur eux.

  • Bien dormi ?

Ils grognent.

  • Moi j'ai passé une excellente nuit.

Comme tout le reste du week end. Nous ne sommes pas ressorti, on a préféré rester tous les trois. Même si il ne s'est rien passé pendant la nuit, il s'est passé quelque chose dans la tête des garçons et même si Jasper prétendant qu' une partie à trois ne le dérangerait pas tant que ça mais la réaction du Samedi matin a prouvé le contraire. Je pense que ça l'a fait réfléchir et que maintenant il est plus obstiné. Emmett a aussi réfléchi, il est plus tactile avec moi.

Dans la nuit du dimanche au Lundi, les garçons m'ont rejoint pour dormir et le lendemain ils ont voulu m'accompagner au travail. Je ne suis pas persuadée que ça va me rendre service... D'ailleurs j'en ai subi les conséquences plus tard.

Les filles qui ont bavé devant mes copains et les ont dragué – je suis jalouse mais en même temps égoïste, ils doivent se supporter alors je n'ai pas fait de crise - sans oublier d'être médisantes à mon égard, un peu comme à la fac. Les garçons eux, essayent de me draguer, se disant sûrement que sous prétexte que je suis bien entourée, je dois être une sacrée salope selon leur dire... Très flatteur...

Jusque là, ce n'était que des mots, mais lorsqu'un des garçons me met la main aux fesses, je me retourne te lui met un gifle. Heureusement que mon patron qui a vu toute la scène le revoit mais me convoque dans son bureau. Je m'assoie sur une chaise te baisse les yeux. Mon patron se moque de moi.

  • Vous n'étiez pas souvent convoquer dans le bureau du directeur.

  • Non Jamais.

  • Ne vous en faites pas Miss Swan, je ne vais pas vous gronder, dit il amusé.

Je lui fais un petit sourire crispé.

  • J'ai vu les plans que vous aviez fait. Je ne pensais pas que vous les rendiez si tôt.

  • J'étais inspirée, dis je en haussant les épaules pour cacher mon stress.

  • C'est très bon. Vous devez continuer à suivre vos idées, vous avez du talent.

  • Merci Mr.

  • Mais de rien et ne vous en faites pas pour tous les autres. Je vais régler le problème.

  • Vous savez j'ai l'habitude des mauvaises langues. J'apprends à vivre avec.

Il fait un signe de tête. Je prends congé.

  • Oh Miss, pensez à soigner votre main.

Je ne comprends pas ce qu'il dit jusqu'à ce que je baisse les yeux pour voir un bleu. Et merde. Génial. La soirée va être super. Entre Jasper qui a du partir pour un shotting photos depuis deux jours et Emmett qui va voir ma main, il ne va pas aimer.

Et comme je commence à les connaître un peu trop, lorsqu'il vient me chercher au travail, il m'embrasse et lorsqu'il prend ma main, il voit que je grimace.

  • Qu'est ce qui s'est passé ? Demande t' il inquiet et en colère. Et ne me dit pas rien.

A contre cœur, je lui explique, je sais comment cela va se finir. Je n'oublie pas comment nous nous sommes rencontrés, dans une ruelle où il se faisait tabasser.

En plus, je sais que le crétin va sortir d'une minute à l'autre. Vu que c'est mon jour de poisse, il se pointe et me détaille de la tête au pieds. Quel petit con de bourgeois qui se croit tout permis et qui refuse de subir les conséquences.

  • Toi espèce de garce, dit il en s'avançant vers moi.

Emmett voit rouge et se jette littéralement sur lui pour lui mettre son poing dans le nez. Vu le craquement je suppose que son nez est cassé. Le petit con recule de quelques pas mais Emmett ne semble pas en avoir fini avec lui, il le plaque contre le mur et le soulève par le col de quelques centimètres.

  • Vu que personne ne semble t'avoir appris les bonnes manières, je vais le faire.

  • Quoi, ta salope a aimé ça !

Je secoue la tête dépitée, Emmett lui remet un coup de poing et lui décroche la mâchoire avant de le laisser tomber au sol. Le petit con se met à pleurer.

Mon copain, qui est très sexy en colère, prend ma main valide et me fait monter dans la voiture. Il ne décroche pas un mot même lorsqu'il me soigne dans la salle de bain, m'allonge dans son lit et me prend dans ses bras.

Il prend ma main blessée et l'embrasse.

  • Je vais bien.

  • Je dois prendre soin de toi.

  • Et tu le fais très bien mais ne te comporte pas comme un homme des cavernes même si je dois avouée que tu as été carrément sexy quand tu l'as frappé.

  • Et je recommencerai, dit il fier de lui en se plaçant au dessus de moi.

Je grimace, même si il est canon, je n'aime pas trop ça. Un jour il aura des problèmes.

  • Je ne supporte pas que l'on te manque de respect, rajoute t' il avant de m'embrasser.

  • Tu ne peux pas essayer de ne pas le faire, sauf si je suis en très grand danger ? Proposais je doucement.

  • Tu es bien une fille, il ne faut pas se battre.

Je lui met un coup de poing dans le bras et avec mon pied, je le frappe à la cuisse.

  • Je ne veux pas que tu es des ennuies, c'est tout, puis moi aussi je me suis battu une fois.

  • C'est vrai ?

  • Ouaip ! Je lui ai pété le nez et la mâchoire, je pourrais te donner des cours pour frapper parce que ta technique laisse à désirer...

Sa tête vaut tout l'or du monde mais les représailles sont à la hauteur. Il se recule rapidement de moi, et part chercher je ne sais trop quoi dans sa penderie. Il se retourne triomphant avec une cravate dans la main. Ayant compris ce qu'il veut faire, je me mets à courir dans la chambre, lui sur ses talons et au moment où je vais pour sortir de la chambre il m'attrape d'un bras par la taille et m'emmène sur le lit, s'installe sur moi et attache mes poignets aux barreaux du lit. Moi qui avait pensé à cela il y a quelques temps déjà, je ne sais pas si je suis toujours partante mais j'ai aussi confiance en Emmett alors je me laisse faire.

Il se recule très fier de lui. Doucement il défait un à un les boutons de ma chemise, ses doigts effleurent ma peau sans vraiment me toucher, son souffle me fait frisonner, mes seins se gonflent, mes tétons se dressent.

PDV EMMETT

Voir mon ange si vulnérable attachée à mon lit m'excite beaucoup trop, je dois me calmer si je ne veux pas faire dans mon pantalon comme un puceau. J'ai tellement rêvé du moment où nous nous retrouverons seuls que je vais savourer et la vengeance est une bonne excuse, je vais lui faire me supplier de la prendre.

Pour me calmer, je défais son chemisier et effleure son corps avec ma bouche et mes doigts. Elle est déjà en train de gémir. Pour la faire taire, je l'embrasse et bouge mon érection qui commence à être douloureuse mais mon ange remue le bassin pour créer une friction que je refuse de lui donner pour le moment.

Je passe une de mes mains dans son dos et libère ses magnifiques seins tendus pour moi. Comme un affamé, je me jette dessus et leur procure toute l'attention qu'ils méritent. Ma douce murmure mon prénom et me supplie de la prendre, sauf que je n'en ai pas fini. J'ai besoin de redécouvrir son corps.

Ma bouche descend sur son ventre, je défais sa jupe et retire tout le reste de ses vêtements. Elle écarte les cuisses, ma jolie brune timide et gênée est très loin mais elle a toujours été la tentation incarnée sauf qu'elle ne s'en rendait pas compte. 

Même si j'ai envie d' y aller directement, je préfère la faire languir en commençant par embrasser sa cheville et faire le chemin jusqu'à l’intérieur de sa cuisse. Elle bouge son bassin et essaye de resserrer ses cuisses mais je les bloque ouverte, elle grogne de frustration mais je ne cède pas au contraire...

N'en pouvant plus, je pose ma bouche sur son sexe humide, elle crie de bonheur et même si j'ai envie de l'emmener à l'orgasme je me recule d'elle jusqu'à n'avoir plus aucun contact avec elle. C'est à son tour d’écarquiller les yeux sous le choc. J'avoue que même si c'est assez douloureux pour moi, j'aime la voir se tortiller sur mes draps essayant de défaire les liens, sa poitrine ronde bougeant légèrement, ses yeux mi clos qui me fixe avec envie.

J' en profite pour retirer mon tee shirt, mon ange regarde avec envie mon torse et sans s'en rendre compte, tire deux fois plus sur les liens qui ne cèdent pas. Le plus doucement possible, je laisse tomber au sol mon jean et mon boxer. Discrètement, je souffle de soulagement d'avoir libéré mon érection.

J'avais envie rester encore quelques minutes à l'observer mais lorsqu'elle passe sa langue sur ses lèvres, je me jette sur elle et pose brusquement ma bouche sur la sienne, je la sens sourire mais je ne m'en occupe pas préférant lui lever une jambe et la pénétrer. Nous soupirons tous les deux de plaisir. Je remonte un peu plus sa jambe pour la pénétrer plus profondément. Rapidement nous ne sommes plus que gémissement. Je m'accroche un peu plus à elle lorsque je sens nos orgasmes arriver. Lorsqu'elle murmure mon prénom, il ne m'en faut pas plus pour venir ce qui l’entraîne avec moi au paradis.

Ooo

A suivre...

Normalement, je n'avais pas prévu de Lemon pour tout de suite mais finalement, j'ai décidé d'être gentille. Ça vous plaît ?

Chapitre 40

OoO

 PDV EMMETT

Rapidement nous ne sommes plus que gémissement. Je m'accroche un peu plus à elle lorsque je sens nos orgasmes arriver. Lorsqu'elle murmure mon prénom, il ne m'en faut pas plus pour venir ce qui l’entraîne avec moi au paradis.

Je dois remercier Jasper d'être parti et de nous avoir laissé. Il se doutait que ça allait arriver et mon ami savait que j'avais besoin de me retrouver seul avec elle vu que nous avons été séparer plus longtemps.

Je ne crois pas que notre relation pourrait marcher si nous n'étions pas si amis et si l'on ne se connaît pas aussi bien.

  • À quoi penses-tu ? Demande une voix rauque de sommeil dans mon dos.

Bella passe ses deux bras autour de ma taille et m'embrasse entre les omoplates.

  • À toi et à notre relation.

Je prends sa main blessée et l'embrasse, son bleu dû au coup est presque parti mais ses poignets sont meurtries de notre nuit.

  • Tu y penses souvent ?

  • Malgré moi.

  • Tu n'es pas bien ? S’inquiète-t-elle

  • Si mais tu ne peux pas nier que notre relation n'est pas conventionnelle ; alors du coup, j'y pense. Déjà que je ne suis pas doué lorsque nous étions juste toi et moi alors maintenant...

  • Ne soit pas idiot, tu es un parfait petit ami et pour notre relation bizarre, on y va à notre rythme, pour que tout le monde soit bien. Et nous avançons tous dans le flou. Alors ne t'en pré-occupe pas. Ok ?

Elle m'embrasse sur la bouche et part s’asseoir sur le canapé avec le chocolat que je lui ai préparé. Rapidement je la rejoins avec un plateau repas que j'avais prévu de lui apporter au lit.

  • Comment vont tes poignets ?

PDV BELLA

Je le regarde en fronçant les sourcils.

  • Qu'est ce que j'ai dit de mal ?

  • Tu regrettes ce qu'on a fait ?

Je lui montre les poignets.

  • Hein ? Quoi ? Non non, jamais je ne pourrais regretter et je veux même recommencer, dit-il d'une voix suave.

Il se penche vers moi et m'embrasse. Nous nous allongeons, moi sur lui, prêt à recommencer un nouveau round même si je suis épuisée et que j'ai mal partout. Emmett passe ses mains sous ma culotte pendant que je caresse son torse.

  • Mon dieu, mais qu'est ce que vous avez avec ce canapé ?

Je relève la tête vers Jasper qui nous regarde amusé.

  • Salut petit démon sauvage.

  • Et !

  • Il n'a pas tord, dit Emmett en aplatissant légèrement mes cheveux et en glissant son pouce sur mes lèvres gonflées.

Je me recule d' Emmett et sautille vers Jasper pour l'embrasser. Il fait glisser ses mains de mes bras jusqu'à mes poignets.

Il les porte à son regard et fronce les sourcils. Il les fait tourner dans ses mains, se demandant sûrement comment je me suis fait ça plus le bleue sur les phalanges.

Mal à l'aise, je rougis et le ricanement d' Emmett n'arrange pas les choses. Jasper fait des aller-retour entre lui et moi avant de lâcher un « oh » significatif.

Je rougis encore plus.

  • Vous n'y êtes pas allé de main morte ! Le lit est toujours debout ?

Je suis offusquée de ce qu'il dit mais en même temps c'est très Jasper qui se rapproche de son ami pour lui taper dans la main.

  • Infernal, dis-je à moi même.

  • Et ouais, que veux-tu, je suis une bête de sexe, dit-il alors que je bois une gorgée de mon chocolat que je recrache.

Les garçons me regardent étonnés en train d'étaler mon chocolat sur mon tee-shirt.

  • Choquée petit ange ?

  • Pourtant tu en as vu d'autres, non ?

Je lève les yeux au ciel devant leurs bêtises mais pour une fois je reste maître de moi-même.

  • Tu ne devais pas passer une semaine pour tes photos ? Demandais-je

  • Je vous dérange peut-être ?

  • Ne soit pas stupide.

Je les embrasse chacun leur tour avant d'aller au travail.

J'aurai cru que Jasper serait gêné ou qu'il aurait un malaise entre nous mais non. Il faut dire que Jasper est le plus ouvert de nous trois pour les relations sexuelles.

Quelques jours plus tard c'est au tour d' Emmett de partir quelques jours, son père l'a appelé et souhaite le voir, il lui a ordonné de venir. Sympa le beau-papa. Du coup Jasper et moi sommes tous les deux pour quelques jours et selon nos paris il revendra en moins de 24 heures. Je ne connais pas son père mais vu le portrait qu'ils m'en ont fait, je ne veux vraiment pas rencontrer cet homme qui ce souci plus de son argent que de son fils. Il l'oblige à revenir en un claquement de doigts et il accourt. Je ne le blâme pas, il lui permet de vivre sans avoir de problème financier mais il reste que son père est selon moi un mauvais homme.

  • Et toi, Bella, pourquoi tu ne parles jamais de tes parents.

Bien sûr Jasper aborde encore le sujet lorsque nous passons la soirée tous les deux.

  • Père flic, mère couguar, parents divorcés, beau-père... Con, résumais-je rapidement.

Il va peut-être comprendre que je ne veux toujours pas abordé le sujet de ma famille.

  • Et toi ?

  • Parents aimant qui ne comprenne pas la passion de leur fils.

  • Ok. On n'aborde plus le sujet parent.

  • Ca me va.

Le reste de notre soirée se passe dans sa chambre, à se câliner sans pousser nos caresses.

  • Pardon, on a dit que l'on en parlait plus mais... Tu as l'air tendu lorsque tu parles de ton beau père.

  • Hein, non, non, tu hallucines.

Je me recule de lui et lui tourne le dos. Je reprends mes esprits en fermant les yeux et en m’efforçant de me vider la tête.

Je sursaute lorsque Jasper pose sa main sur mon épaule.

  • Bébé, pardon, je suis désolé

Je soupire et lui dis que ce n'est pas grave. J'arrive sans qu'il voit mon visage à me blottir contre le lui, j'arrive même à m'endormir dans ses bras réconfortant où je sais que personne ne me fera de mal ou ne me dira des choses horribles.

Comme souvent, lorsque je pense à Phil ou Embry, j'en « rêve » la nuit et je me réveille en sursaut. Jasper lui, dort toujours, un léger sourire aux lèvres. Je passe quelques minutes à l'observer sans le toucher puis je décide de m'amuser avec son corps sans qu'il ne soit au courant. Je trouve cela excitant et ça me permet de me venger pour toutes les tortures mentales qu'il m'a fait subir.

Le plus délicatement possible je lui caresse la joue. Il tourne son visage vers ma main comme s'il demandait plus. Du coup, je continue de le toucher en glissant ma main sur son cou et sur son torse. Il n'y a pas un seul centimètre carré de sa peau que mes doigts n'ont pas touché. Une fois fini c'est à ma bouche de prendre le relais et vu la bosse de son boxer je pense que je lui fais de l'effet, même en dormant.

Je me suis quand même demandé si je l'avais réveillé mais il serait incapable de rester si décontracté et insensible.

Amusée et maintenant excitée par mon petit jeu, je descends plus bas et baisse son boxer pour libérer son érection que je prends en bouche tout en fixant son visage pour voir s'il va se réveiller. Je m'amuse beaucoup de la situation surtout lorsqu'il commence à se réveiller en ondulant son bassin et en gémissant légèrement.

Il finit par bouger ses mains sûrement pour me chercher, j'en profite pour accélérer mes va et viens sur son érection ce qui le réveille complètement. Il ouvre les yeux et me regarde étonné. Si je pouvais sourire, je le ferrai mais je préfère m'occuper de lui. Lorsque je sens qu'il est proche, ma main prend la relève et l'embrasse. Il se soulage enfin sur les draps.

  • Bon réveil, dis-je amusée.

  • Bonne nuit joli démon.

Il m'embrasse rapidement.

  • Je peux savoir d'où t'est venu cette idée ?

  • Pourquoi ? Tu n'aimes pas, dis-je joueuse, sachant qu'il a plus qu'aimer.

  • Ne joue pas avec moi, tu sais qu'à ce jeu, je suis le meilleur.

  • Mais j'ai gagné la première bataille.

  • Je te le conçois et j'ai aimé que tu gagnes, dit il en s'allongeant sur moi.

  • Et j'ai aimé gagné.

  • Mais tu vas encore plus aimer que je gagne, dit il en se frottant contre moi.

  • Oh, oui, j'aime que tu gagnes, gémissais-je.

Il m'embrasse dans le cou tout en continuant de se frotter contre mon centre humide. Je le sens reprendre de la vigueur.

Mais mon Jasper décide de gagner une autre bataille avant de gagner la guerre. Il fait glisser une main entre nos deux corps et fait rentrer trois doigts dans mon antre chaud. Je suis rapidement au bord du précipice vu mon état d'excitation et Jasper remporte une bataille juste avec ses doigts.

  • Alors c'est qui le meilleur ? Fanfaronne-t-il.

  • Mouais, pas mal...

Il ne lui en faut pas plus pour me retourner et me mettre à quatre pattes avant de me pénétrer rapidement et fortement. Les prémices d' un autre orgasme monte en moi et vu la cadence à laquelle va Jasper, il ne tiendra pas longtemps.

Effectivement, une poignée de minutes plus tard, il nous plonge vers un orgasme dévastateur.

Je me laisse tomber sur le ventre, Jasper à moitié sur moi qui veut dire quelque chose mais je le coupe.

  • Si tu parles de bataille ou de guerre, je te botte les fesses.

  • Oui m'dame mais j'ai quand même gagné.

Avec tous les efforts du monde je prends un oreiller et le frappe avec.

  • C'est tout ? Tu vas voir !

Il se met à me chatouiller avant de repartir pour une autre partie de sexe.

Entre lui et Emmett, je vais vite être sur les rotules mais si c'est le prix à payer pour les avoir tous les deux et bien, je l'accepte avec plaisir. D'ailleurs, il faudrait être folle pour refuser deux hommes aussi parfait l'un que l'autre.

Mon dieu, je ne le pensais pas possible, mais je les aime encore plus.

OoO

A suivre...

Alors ? Alors ?

Bisous

 Chapitre 41

OoO

PDV BELLA

Il se met à me chatouiller avant de repartir pour une autre partie de sexe.

Entre lui et Emmett, je vais vite être sur les rotules mais si c'est le prix à payer pour les avoir tous les deux et bien, je l'accepte avec plaisir. D'ailleurs, il faudrait être folle pour refuser deux hommes aussi parfait l'un que l'autre.

Mon Dieu, je ne le pensais pas possible, mais je les aime encore plus.

OoO

Je suis réveillée en sursaut par la porte d'entrée qui claque. Jasper est déjà debout. Je me demande comment il fait pour se lever de si bonne heure, surtout après la nuit que nous avons passé.

J'entends les garçons parlés dans la cuisine et Emmett s'énerve contre son père et que décidément, il ne peut pas rester plus de 24 heures avec lui sans qu'il est des effusions de sang, donc il s'en va. Pendant que Jasper réconforte son ami, je me faufile dans ma chambre et enfile les premiers sous-vêtements que j'ai.

Il faut que j'achète un énorme cadeau à Rosalie pour m'avoir aidé à refaire ma collection de lingerie.

Une fois les pièces de tissus enfilés, je me dirige vers eux.

Ils arrêtent leur discussion et me détaillent. Je tourne sur moi-même tout en souriant. Emmett retrouve le sourire et vient m'embrasser. Il cache son visage dans mon cou et inspire fortement.

  • Tu sens le sexe et mon meilleur ami. C'est bizarre parce que ça ne me dérange pas.

Tous les trois, nous rigolons légèrement. Les mains d' Emmett descendent sur mes fesses. La légère pression qu'il exerce commence à me faire tourner la tête mais ses mots me redescendent brutalement sur tête.

  • J'adore ta tenue mais mon père va beaucoup moins l'aimer. Il est en bas, au téléphone. Il arrive.

  • Quoi ?

Jasper et moi avons parlé en même temps. Là où mon expression reste choquée, Jasper grimace. Je recule Emmett de mon visage pour lui demander si c'est une blague mais vu son air triste, non.

Mon cambrioleur me fait un regard désolé, je l'embrasse sur la joue et me détache de lui pour aller m'habiller. Heureusement, je suis à peine dans le couloir que la porte d'entrée s'ouvre.

Je cours pour aller m'enfermer dans ma chambre et retourner mon placard pour trouver une tenue correct.

Pourquoi est ce que j'ai l'impression que rien ne va et que ça ne plaira pas au grand homme d'affaire McCarty ?

Quelle poisse.

Je décide de faire simple et de mettre un chemisier rose pale ainsi qu'un pantalon noir. Comme ça, je serais prête pour aller au travail cet après midi.

Prudemment j'entre dans le salon où j'entends son père demander à Jasper s'il prend toujours des pâquerettes en photos. Je ne le connais pas mais je ne l'aime pas. Jasper répond que oui, sûrement pour ne pas offenser Mr McCarty, mais l'homme renchéri en disant qu'il aurait mieux fait de continuer à prendre des femmes en photos, au moins il y a matière à regarder.

Pourquoi ma main me démange ? Es ce que ça serait mauvais si je me laissais aller à le frapper ?

Malheureusement pour moi, Emmett me voit et m'invite à entrer. Son père me détaille de la tête aux pieds. Je ne baisse pas les yeux et le fixe attendant qu'il est fini son « inspection ».

  • Papa, je te présente Bella, elle occupe la dernière chambre.

  • Enchantée Mr McCarty.

  • Moi de même Mademoiselle.

Il se tourne vers Emmett.

  • Te paye-t-elle un loyer ?

  • Non, Bella avait besoin d'un endroit correct où vivre, alors je l'héberge.

Je m'attends à ce qu'il dise de quelque chose désobligeant concernant l'argent mais non. Ce qu'il dit est bien plus offensant.

  • Bien. J'espère au moins que tu profites de sa présence.

Nous savons tous ce qu'il sous-entent et nous sommes tous les trois choqués, mais Emmett se reprend le premier.

  • Bella est notre amie, et je la respecte beaucoup trop pour qu'elle me paye le loyer en nature.

  • Je n'ai jamais dit cela.

  • Non, mais tu le sous-entent tellement fort qu'il est difficile de passer à côté.

  • Fait attention Emmett, je pourrais te priver de tout tes biens.

Jasper et moi regardons l'échange en silence, inquiet de ce qui pourrait se dire par la suite. Nous savons que même si Emmett n'est pas intéressé par l'argent de son père, il l'aime l'avoir ça lui permet de garder un lien avec celui-ci. Et si nous devons partir et bien nous le ferons même si je pense que les garçons feront tout ce qui est en leur pouvoir pour rester ici.

  • Mais je t'en pris, fait.

Nous sommes plus qu'étonné de la réaction d' Emmett.

  • Comme ça tu te débarrasseras complètement de ton fils et je ne serais plus une gêne pour toi.

Cela ne dure que quelques secondes mais je vois que son père est blessé par les mots de son fils.

  • Alors, va-y, arrête de payer le loyer, arrête de payer l'assurance de ma voiture, je t'en pris, reprend ton argent vu que, apparemment, je ne suis pas un investissement rentable pour toi !

Encore une fois son père est blessé mais Emmett ne le voit pas vu qu'il part s'enfermer dans sa chambre pour se calmer.

Un silence de plomb s'installe dans le salon.

  • Eumm, un café ? Proposais-je.

  • Hein ? Euh, oui mademoiselle.

Jasper va pour rejoindre Emmett mais je l'arrête par le poignet et le fusille du regard d'un air de dire « si tu me laisses seule avec lui, je te castre ». Du coup mon petit ami va s’asseoir en face de lui mais ne dit rien. Je reviens rapidement avec le café et quelques biscuits. Je meurs de faim.

  • Sinon Mademoiselle...

  • Swan.

  • Mademoiselle Swan. Vous travaillez dans quel domaine ?

  • Je suis en dernière année à la fac pour être architecte.

  • Bien. Vous pensez avec votre diplôme ?

  • Je suis bonne élève et mon patron me dit que je suis douée dans ce que je fais.

  • Donc lorsque vous serez diplômée, vous comptez arrêter de jouer les pic-assiette et vous trouvez un appartement et un job, je suppose ?

Je serre les dents et lui sors mon sourire le plus commercial possible.

  • Non je compte épouser Emmett et dilapider tout votre argent. Je trouve que c'est un bon plan de carrière, vous ne trouvez pas ?

C'est à son tour d'être choqué. Non mais. On n'a pas du le faire taire souvent.

Jasper sourit derrière sa tasse.

  • Et sinon, vous, vous travaillez dans quel domaine ? Demandais-je détachée.

S'il croit que son comportement va me faire pleurer, il se met le doigt dans l'oeil.

  • Je vous trouve bien insolente, jeune fille.

  • Je le suis parce que la personne en face de moi le mérite... Je n'aime pas votre condescendance à mon égard, pourtant je ne vous le fais pas remarquer... Ah si.

Je lui sors encore mon sourire commercial.

  • Faites attention, je peux vous briser.

  • Et comment ? En me retirant ma bourse inexistante ? En coupant les vivres et accessoirement le seul lien avec votre fils, mais je vous en pris. Vous perdrez plus que moi.

  • Je peux vous couper toutes les portes des cabinets d'architectes.

  • Soit, faites, j'ai prévu de monter moi-même mon cabinet avec la magie d'internet et entre nous ; vous ne trouvez pas cela « petit » de vous attaquez à une jeune femme de 22 ans. Avez-vous peur que je vous fasse de l'ombre ?

A cette pensée, je me mets à rire bruyamment. Bella Swan a remporté par K.O. J'attends la réplique mais il se contente de me fixer.

  • Ca fait longtemps que vous couchez avec mon fils ?

Je hausse un sourcil mais ne répond rien. Jasper s'étouffe avec sa boisson. Je lui tape gentiment dans le dos.

  • Pourtant, vous n'êtes pas le genre de femme qu'il fréquente en temps normal.

  • C'est pour ça que je suis là et qu'elles, non.

Encore une fois, je lui fais mon plus beau sourire. Jasper me regarde avec admiration. Je ne peux que le regarder avec amour.

Mr McCarty nous regarde tour à tour avant de sourire comme s'il venait de découvrir un trésor.

  • Et il sait que son meilleur ami couche avec sa copine ?

Jasper se décompose mais moi je lui tiens tête et le fixe.

  • Bien évidemment, pour qui me prenez vous ? Demandais-je choquée.

Mr McCarty me regarde les yeux grand ouvert et pour l'échever, j'envoie la phrase qui déchire.

  • Puis, vous savez ce que l'on dit. A deux c'est bon, à trois, c'est encore meilleur.

Après quelques minutes de silence, si on ne compte pas Jasper qui s'étouffe, je me lève, me dirige vers la porte d'entrée et l'ouvre.

  • Maintenant, si vous vous vouliez bien aller mettre votre nez ailleurs que dans la vie de votre fils qui s'en sort très bien sans vous, dis-je en désignant la porte.

Encore une fois, je le vois triste mais il n'est tellement antipathique que j'en ai que faire. J'attends un peu avant qu'il ne se lève et pose sa tasse avec des gestes contrôlés. Doucement il se dirige vers moi et s'arrête à ma hauteur.

  • Je vous conseille de mettre un terme à votre relation sinon, je mettrais mes menaces à exécutions, dit-il pour que je sois seule à l'entendre.

  • Je vous pensais plus intelligent , Emmett vous trouve brillant mais moi, je ne vois qu'un homme dépassé qui a plein de regret et qui ne sait pas comment retourner dans la vie de son fils... Vous ne me faites pas peur Mr, même si vous ne le montrez pas, vous l'aimer et vous ne pourrez jamais le mettre à la rue.

  • Je peux vous atteindre, dit-il moins assuré.

  • C'est vrai, je vous le concède, je ne suis rien pour vous, mais pas pour Emmett, si vous me toucher, vous le toucherez. Et quand bien même, vous mettriez vos menaces à exécutions, je m'en sortirai quoi qu'il arrive. Vous n'êtes pas le premier à me mettre des batons dans les roues. J'ai flanché une fois, j'ai retenu la leçon, donc maintenant je réplique.

  • Petite impérieuse.

  • Possible, mais n'oubliez pas que je n'ai rien donc je n'en perdrai pas plus mais vous qui avez tout, vous perdrez plus que moi, quoi qu'il arrive.

On se fixe dans une bagarre silencieuse.

  • Très bien, puisse que tout est dit, je vous demanderai de partir.

Il fait quelques pas dans le couloir.

  • Au plaisir Mr McCarty !

Il ne se retourne pas, au contraire, il s'éloigne plus rapidement. Je referme la porte et m'appuie contre celle-ci, très fière de moi.

Les lèvres de Jasper se posent sur les miennes et m'embrasse passionnément. Il colle son corps contre le mien.

  • Bordel Bella, tu ne te rends pas compte à quel point tu étais sexy.

Je rigole et lui tape sur le bras.

  • Je peux le sentir Mr Whitlock, dis-je en frottant mon bassin contre le sien.

  • Diablesse.

  • Merci !

Je me décale de lui pour rejoindre Emmett. Jasper me suit.

  • De quoi avez vous parlez à la porte.

  • Rien d'important, ne t'en fait pas.

  • Non, c'est vrai, tu t'es juste mis à dos l'un des plus grand homme d'affaire de la ville.

  • Ba tu vois, pas de quoi s’inquiéter.

Je l'embrasse sur la joue avant de frapper à la porte de la chambre d' Emmett. Pas de réponse. Doucement j'ouvre sa porte et ne le voit nulle part. Jasper va voir dans la salle de bain mais il n'y est pas.

Après un petit coup d’œil, on se dirige vers ma chambre et la, il y a Emmett allongé sur le ventre, la tête dans mon oreiller. Sans faire trop de bruit, même si Emmett nous a entendu, je rentre doucement et m'allonge à côté de lui et lui caresse le dos. Jasper vient s'allonger de l'autre côté et croise ses bras derrière sa tête.

  • Tu as toujours été nul pour jouer à cache-cache, se moque Jasper.

Emmett grogne mais ne bouge pas.

  • Tu aurais du voir Bella, une vraie lionne. Ton père a ramassé ses dents, ricane Jasper.

Emmett relève la tête et me regarde étonné.

- Mon père est parti ?

  • oui, il avait des choses à faire, dis-je.

  • Dit plutôt que tu l'as foutu dehors, ricane Jasper.

Je hausse les épaules et m'allonge sur mon lit. Emmett se tourne vers Jasper.

  • Punaise, je veux les détails !

Jasper lui raconte toute l'histoire dans les moindres détails et comme Jasper il m'embrasse passionnément.

  • Ne m'en veux pas Emmett, mais je n'aime pas trop ton père.

Les deux garçons se mettent à rire.

  • Tu crois qu'il va mettre ses menaces à exécutions, demande Emmett légèrement inquiet.

  • Je ne sais pas, dit Jasper.

  • Non, dis-je ferme. Il ne fera rien.

Les deux garçons me regardent avec des yeux ronds.

  • Comment tu peux en être sur ?

  • Il tient à toi et ne fera rien contre toi.

  • Mais toi ?

  • Ne t'en fait pas, je m'en sortirai, quoi qu'il arrive, puis mes menaces ne sont pas écoutés par un sourd.

  • Tu l'as menacé ?! Dirent-ils en cœur.

  • Si peu. Mais faite moi confiance. Tout ira bien, je le sais.

OoO

A suivre...

Alors papa McCarty ? Et Bella ?

J'espère que vous avez aimé, parce que moi, je me suis éclatée à l'écrire:p

bisous bisous 

 Chapitre 42

OoO

PDV BELLA

 - Il tient à toi et ne fera rien contre toi.

  • Mais toi ?

  • Ne t'en fait pas, je m'en sortirai, quoi qu'il arrive, puis mes menaces ne sont pas écoutés par un sourd.

  • Tu l'as menacé ?! Dirent-ils en cœur.

  • Si peu. Mais faite moi confiance. Tout ira bien, je le sais.

OoO

Et j'ai eu raison. Cela fait deux mois que son père nous a rendu visite et il ne s'est rien passé, comme je l'avais dit.

Les garçons sont étonnés qu'il ne fasse rien, et ils sont toujours sur leur garde mais à chaque fois, je les rassure et j'aime ça.

On finit toujours dans une de nos chambres, allongés sur le lit, moi entre mes deux hommes, à nous câliner. J'aime ces moments-là, nous sommes dans le calme, juste tous les trois, éloigné des autres.

Nous sortons tous les trois, entre « amis », parfois avec Rosalie et Edward qui filent le parfait amour. Edward ne sait pas pour nous et je ne pense pas qu'il comprenne ce que nous vivons. Edward est sympa mais parfois, je le trouve coincé.

Pour compenser nos sorties en amoureux, je sors soit avec l'un, soit avec l'autre mais je n'aime pas ça, en laissant l'autre à la maison. Je culpabilise mais à chaque fois, ils me rassurent en me disant qu'ils sont heureux de se faire une soirée en célibataire. En gros, ils passent une soirée jeu vidéo à boire et à manger n'importe quoi, selon leur mot. Je passe les détails « croustillants » dont ils m'ont fait part.

Je culpabilise moins quand je les laisse tous les deux et que je pars pour une soirée filles, mais cette fois, c'est eux qui se demandent ce que je fais et avec qui. J'avais adoré les faire tourner en bourriques lorsque je leurs avais raconté qu'un bel homme bronzé avait posé ses mains sur moi et qu'il m'avait emmené au paradis. J'ai cru qu'ils allaient exploser de colère, jusqu'à ce que je rigole à en pleurer. Ils ont cru que je leurs avais fait une blague mais en fait, c'est vraiment arriver, avec un bon massage.

Depuis ce jour, c'est eux qui me massent, ne voulant pas qu'un autre homme me touche.

Je me souviens d'un soir, ils se sont mis à deux à me masser, je portais juste une culotte et ils m'ont massé de la tête aux pieds. L'ambiance dans la chambre était électrique. Il ne suffisait que d'un mot, d'un geste et j'aurai profité de mes deux hommes ensemble.

L'idée est assez alléchante mais je ne suis pas prête à cela, et eux, je ne pense pas non plus, enfin je n'espère pas. Nous sommes donc restés sage malgré leur pantalon plus que tendu. Je me suis senti mal, je voulais leur faire du bien - j'ai l'impression d'être une dévergondée – mais mon blocage est bien présent.

J'ai toujours cette gêne en moi. Je n'arrive pas à me sortir les mots d'Embry et de Phil de ma tête. C'est beaucoup trop ancré, mais je pense que c'est parce que j'y crois. Après tout, pourquoi n'auraient-ils pas raison ? Au fond de moi, je sais que c'est faux, Jasper et Emmett sont toujours là, à en demander plus. Je pense qu'ils ne sont pas prêt à passer le cap à trois, se voir nu n'est pas dans leur objectif et c'est tant mieux pour moi, on recule l'échéance parce que je sais nous y arriverons.

Dieu merci, ils savent aussi que quelque chose me bloque. Ils ont essayé de me faire parler mais je suis restée hermétique. Un jour je leurs dirai mais on va attendre quelques mois... Voir plus...

  • Bella ? Tu es prête ?

Je jette un coup d’œil à mon réveil et me rend compte que je suis en retard.

  • Quelques minutes et je suis prête.

  • Ah, ces femmes, soupire Jasper.

  • J'ai entendu ! Criais-je à travers ma porte.

    Jasper ricane en s'éloignant. Ce soir nous allons à une exposition de tableaux tous les deux. Jasper et Emmett ont décidé de passer une soirée en privé par semaine. Parfois, on sort au restaurant ou au cinéma, parfois on reste tous les deux dans nos chambres, où encore, on va se balader main dans la main dans les rues désertes. Sans oublier mes sorties avec Rose.

    Même si parfois je suis fatiguée, j'arrive à tenir notre routine. Puis je pense que c'est bien de s'éloigner les un des autres, pour ne pas être trop les uns sur les autres et s'étouffer.

J'enfile mes derniers bijoux, ajuste ma robe et sors de ma chambre.

Lorsque je rentre dans le salon, les garçons sont en admiration devant ma robe rouge bustier et longue.

  • Quoi ? Vous n'aimez pas ? Je peux aller mettre un rideau de douche ?

  • Non surtout pas, tu es parfaite, je vais faire des jaloux.

Jasper se penche vers moi et m'embrasse délicatement.

  • Merci, dis-je les joues légèrement rouges.

Je sens les mains d'Emmett dans mon dos et sa bouche sur mon épaule nue. C'est leur nouveau jeu, me coincer en sandwich et par conséquent me faire rougir.

  • Tu es magnifique mon ange, dit Emmett avec la voix rauque.

Bien sûr et comme souvent, je sens leur érection contre mon corps. J'espère que l'effet que j'ai sur eux ne partira pas. Pendant ces moments-là, je me sens belle, désirée et femme.

  • Il faut y aller ma belle.

  • Mmm, oui...

Les garçons ricanent mais Jasper me prend la main et m'emmène vers la porte. Emmett en profite pour regarder mes fesses.

  • Passez une bonne soirée, nous dit-il.

  • Toi aussi, dis-je en baissant les yeux sur son jean tendu.

  • Tu t'en occuperas plus tard, dit-il en posant sa main sur son sexe.

  • Mais quand tu veux, dis-je en me léchant la lèvre inférieure.

Jasper ricane devant la tête de son meilleur ami, mais nous ne profitons pas du spectacle vu que mon beau photographe referme la porte.

J'arrive de plus en plus à apprécier ces moments de complicité que nous avons, soit à deux, soit à trois. Avant, j'avais toujours un petit moment où je regrettais mes gestes et mes mots, comme si se n'était pas moi de faire ce que je faisais. Je me rends compte que j'étais légèrement bête alors maintenant, je profite deux fois plus de ça parce que je sais qu'ils ne me jugeront pas et je pense même qu'ils aiment ça. Il m'arrive même de les provoquer gentiment, et mon jeu préféré étant de me promener en sous-vêtements dans l'appartement. Je commence à en avoir une collection mais juste pour acheter ces bouts de tissus, je veux bien aller faire du shopping.

  • As-tu un autre copain ?

Je sursaute et regarde Jasper, choquée.

  • Hein ? Demandais-je complètement larguée. 

Néanmoins, lorsqu'il sort de l'ascenseur, je reprends vite mes esprits et le rejoins rapidement.

  • Par quel chemin tes pensées sont allées pour me sortir une telle bêtise ? Et au passage, tu as de la chance que je ne le prenne pas mal, parce que tu risquerais de passer une très mauvaise soirée, dis -je sur un ton un peu dur.

Bon, finalement, je suis peut-être un peu vexée. Jasper soupire devant sa bêtise, se place en face de moi, ses mains sur mes hanches, son front contre le mien.

  • Pardon, murmure-t-il. Je ne suis qu'un crétin.

  • Je ne te le fais pas dire, dis-je doucement vue que je ne suis plus en colère.

D'ailleurs, comment pourrais-je l'être quand il est tout triste. Je pose mes deux mains sur ses joues.

  • Pourquoi crois-tu une absurdité pareille ? Je passe tout mon temps avec vous deux ou avec Rosalie.

  • Tu es tout le temps dans tes pensées, tu souris et tu as des étoiles dans les yeux.

C'est à mon tour de soupirer.

  • Tu es un parfait abruti, dis-je en m'éloignant de lui.

Je me dirige à grand pas vers sa voiture, je l'entends me rattraper, j'imagine qu'il doit se sentir mal mais au moins, il ne me fera pas le coup deux fois.

Il ouvre sa voiture de loin, et je m’engouffre rapidement dedans. Jasper s'installe plus doucement derrière le volant et me jette des coups d'oeil craintif.

Nous sortons du parking et c'est à ce moment que je décide de lui prendre la main tout en souriant. Il me regarde étonné.

  • Tu ne m'en veux pas ?

    Je hausse un sourcil.

  • Je sais, je suis un abruti.

Je pouffe de rire devant sa tête. Je vois qu'il est perdu, il faut dire que ce n'est pas forcement facile de suivre mon comportement.

  • Tu ne vois pas pourquoi je te trouve idiot.

  • Non pas vraiment. Je sais que je le suis, tu le liquéfies le cerveau Miss Swan.

  • Je ne sais pas si c'est un compliment, dis-je en grimaçant à mon tour.

  • C'est bizarre, mais ça en est un.

  • Ok, si tu le dis, je vais te croire.

Nous retombons dans le silence mais je vois Jasper se tortiller sur son siège.

  • Si tu continues, tu vas froisser ton costume.

  • Tu vas me torturer encore longtemps ?

  • Mmm, peut-être.

  • Bella, gémit-il, j'ai compris la leçon, s'il te plait.

Je le regarde, amusée.

  • Oh regarde, on est arrivé !

À peine garé, je saute de la voiture mais cette fois, Jasper m'a vite rejoint et m'a coincé dans ses bras. Je ne peux que sourire devant son air déterminé.

  • Es ce que ça t'es venu à l'esprit que je ressemblais à une ado amoureuse parce que je suis complètement comblé avec vous deux, que je ne pense qu'à vous et à chaque fois j'ai un sourire idiot et des étoiles dans les yeux ?

  • Mais quel abruti.

Il se frappe même le front avant de m'embrasser et en murmurant entre chaque baiser un pardon.

  • Tu es tout pardonné.

Nous entrons enfin dans la galerie. Jasper a quelques photos d'exposés, dont quelques-unes de notre voyage. Je suis fière de mon homme, je me retiens de me pavaner.

Jasper se fait aborder par plusieurs personnes dont j'oublie le nom au bout de quelques secondes mais j'aime l'attention qu'il me porte sans oublier son travail.

Un acheteur nous laisse enfin tranquille, Jasper en profite pour me voler un baiser.

  • Ca fait plaisir de vous voir tous les deux. Vous formez un beau couple, nous complimente Edward.

  • Merci.

Je vois que Rosalie a réussi à tenir sa langue sur notre relation. Nous discutons un peu tous les quatre jusqu'à ce que Jasper soit appeler par un des hommes pour qui il travaille occasionnellement. Rosalie en profite pour se moquer de mon comportement envers Jasper et de la fierté que je montre à son égard.

Nous passons une bonne soirée, jusqu'à ce que j'entende une voix que je préférais oublier.

  • Pourquoi grimaces-tu ?

Je lui montre une petite brune, les cheveux quasiment noirs.

  • Oui et ?

  • C'est juste l'ancien plan de Jasper.

  • Oh ! C'est la salope que tu as viré de chez toi ?

  • Oui, c'est elle, grimaçais-je. Je me demande ce qu'elle fout là.

  • Et avec Ken, rajoute Rosalie.

  • Ken ?

Qui s'est celui-là ? Je regarde dans la même direction que Rosalie et tombe sur mon ancien partenaire de cours qu' Emmett avait foutu dehors.

  • Quand Ken et Barbie se rencontrent, soufflais-je.

  • Ça ne donne rien de bon, rajoute ma blonde.

  • Vous m'expliquez ? Demande Edward.

Rosalie lui raconte rapidement l'histoire.

  • Je crois qu'elle veut Jasper, dit Edward.

Je suis son regard et vois la petite salope se diriger vers mon chéri. Je décide d'en faire autant et j'arrive avant elle. J'en profite pour l'embrasser sur la joue, malgré les personnes avec qui il discute.

-Pardonnez moi Messieurs, mais Jasper me manquait trop, dis-je en leur souriant.

  • Vous êtes toute excusée Mademoiselle. Jasper ne devrait pas laisser une si charmante jeune femme seule.

  • C'est vrai ça, tu n'es pas gentil avec moi, dis-je amusée en le frappant gentiment sur le bras.

Les hommes rigolent discrètement.Une fois tout le monde calmé, je jette un coup d’œil autour de nous, Alice a fait demi-tour et fulmine loin de nous.

Les personnes qui discutaient avec Jasper nous laisse, il en profite pour me questionner sur mon comportement. J'hésite à lui dire mais je finis par cracher le morceau.

  • En fait, tu es jalouse ?

  • Non, c'est juste que cette fille ne me revient pas.

  • Tu as raison, c'est une peste et tu es jalouse.

Je fais une moue boudeuse qui disparaît lorsqu'il m'embrasse.

  • Il y a des personnes qui ne savent pas se tenir, crache une voix d'homme.

Je reconnais sans mal la voix de mon ancien partenaire de cours. Je sens sous mes doigts, les muscles de Jasper se contracter.

  • C'est un crétin, oublie-le et rentrons. Veux-tu ?

  • Tu sembles connaître le sujet.

Ma grimace répond à sa question. Comme avec Edward, je lui explique la petite histoire. Lorsque j'ai fini, il rigole en se moquant de lui.

  • Donc, tu n'es pas sorti avec lui ?

  • Et qui est jaloux ? En plus, je sortais avec Emmett et je ne suis pas du genre à tromper mon petit ami.

  • Je le sais mon petit démon.

Jasper me caresse la joue avant de nous emmener à la maison où nous allons passer le reste de la nuit dans sa chambre à profiter l'un de l'autre.

OoO

A suivre...

Alors, le retour d' Alice ? A votre avis, elle va faire quelque chose contre eux ? Et « Ken », ils vous avaient manqué ?

OoO

Voilà la visite virtuelle de l'appartement d' Emmett comme je l'imagine. 

bisous

 Chapitre 43

OoO

PDV BELLA

Ma grimace répond à sa question. Comme avec Edward, je lui explique la petite histoire. Lorsque j'ai fini, il rigole en se moquant de lui.

  • Donc, tu n'es pas sorti avec lui ?

  • Et qui est jaloux ? En plus, je sortais avec Emmett et je ne suis pas du genre à tromper mon petit ami.

  • Je le sais mon petit démon.

Jasper me caresse la joue avant de nous emmener à la maison où nous allons passer le reste de la nuit dans sa chambre à profiter l'un de l'autre.

OoO

Je finis de me préparer dans la salle de bain, mais j'entends la conversation des garçons.

  • On va au ciné, tu ne veux pas venir, demande Emmett ?

  • Non merci. Aller voir Prisoners sans moi.

  • Pourquoi ?

  • Voir Bella baver devant un acteur n'est pas mon passe-temps favori. Puis c'est votre soirée.

  • Je t'ai entendu, dis-je en entrant dans le salon. Puis Jake Gyllenhall est absolument parfait.

Emmett boude alors que Jasper se moque de moi.

  • Fait attention, on va finir par se vexer où être jaloux, dit-il amusé.

  • Vous n'avez aucune raison de l'être. Il est comme une sorte de fantasme alors que vous êtes la réalité.

Je les embrasse chacun leur tour. Quelques minutes plus tard nous sommes sur la route pour le cinéma et le diner.

  • Comment tu te sens ? Me demande-t-il.

  • Je me rends compte que la fin des études est proche. Mon stage est fini, il ne reste que quelques semaines avant les examens. Après, on sera livré dans la vie adulte, alors je me sens inquiète et confiante à la fois.

Emmett me prend la main.

  • On sera là pour toi, on ne te laisse pas tomber.

  • Je sais et vous ne vous rendez pas compte à quel point je vous suis reconnaissante. Sans vous, je ne sais pas comment je m'en serai sorti.

  • Tu aurais réussi, tu l'as bien fait avant que l'on arrive. On est juste un coup de pouce de dieu.

  • Rappelle-moi de le remercier en priant tous les soirs.

  • Je peux t'aider à le prier... dit-il suggestif.

Je le frappe au bras, amusée.

  • Aller, allons voir ton fantasme mais après je te jure que ton Jake, tu vas l'oublier...

  • Oh mais j'ai hâte d'y être, l'allumais-je.

Je survole ses lèvres avec les miennes avant de le laisser sur place pour aller chercher du pop corn et une boisson. J'en profite pour rouler des hanches, sachant qu'il ne va pas en louper une miette. Rapidement, il me rejoint, se colle dans mon dos et pose ses mains sur mon ventre.

  • Toi aussi, tu m'as sauvé Bella. Sans toi, je ne serais qu'un gosse de riche qui aime se battre avec des crétins.

Je tourne mon visage vers le sien, cette fois, on s'embrasse vraiment sans pour autant faire une démonstration de notre amour. Je n'aime pas ça, je trouve cela trop intime.

Le reste de notre soirée se passe bien et Emmett a tenu sa promesse, j'ai non seulement oublié le bel acteur mais en plus, j'ai oublié mon nom. Décidément, je suis gâtée avec eux.

Ma vie pourrait être parfaite mais il y a toujours l'épée de Damoclès qui tourne au-dessus de ma tête. Je sais qu'arrivé à un moment, je vais devoir leur parler de mon passé mais en grande frousarde que je suis, je vais tout faire pour retarder le moment.

JL lendemain, je suis réveillée par la sonnette d'entrée qui fait du bruit en continue, comme si quelqu'un s'amusait avec. Je ne sais pas qui sait, mais je le déteste. Puis pourquoi personne ne va répondre.

Les yeux à moitiés ouverts, je sors de la chambre d'Emmett et me dirige vers la porte pour l'ouvrir.

  • Toi ! Tu n'es qu'une salope !

Je regarde qui m'insulte de si bon matin et la personne en face est la dernière à la quelle je pensais.

  • Pardon ? Dis-je perdu.

  • - Oh, ne fait pas ta maligne ! Continue-t-il en hurlant à moitié. Je ne te pensais pas si manipulatrice et garce.

Je le regarde, les yeux grands ouverts. Il continue de me dire que je ne suis pas fréquentable, que je ne vaux pas mieux que les autres filles, qu'il est dégoutté de m'avoir aidé et hébergé chez lui, de m'avoir laissé approcher sa famille. Je finis les larmes aux yeux, blessées par les paroles d'une personne que je considère comme étant mon ami.

Après ce qui me semble être des heures Emmett et Jasper - qui sont alertés par les cris – arrivent enfin à mon secours.

Emmett, égal à lui même, recule Edward de l'appartement et avec sa force il l'envoie contre le mur du couloir extérieur. Jasper me prend dans ses bras pour me consoler. Il me murmure des mots doux pendant qu'Emmett hurle sur Edward.

  • Non mais c'est quoi ton problème ?!

  • C'est elle, cette garce ! Dit il en me voyant dans les bras de Jasper.

  • Tu as de la chance d'être mon ami, parce que tu mériterais que je te tabasse.

  • Bien sûr, défends la copine de ton meilleur ami alors que tu couches avec !

On le regarde choqué. Je savais bien que j'avais senti un regard pesant lorsque l'on attendait pour entrer dans la salle.

  • Comment sais-tu ? Demande Emmett la voix blanche.

  • Oh, mais je vous ai vu hier soir à fricoter dans le dos de Jasper. Vous n'avez pas honte franchement. Vous êtes pitoyables. Je ne te pensais vraiment pas comme ça Bella. Tu caches bien ton jeu.

Edward ne s'en est pas rendu compte mais nous sommes soulagés de savoir pourquoi il m'en veut. Certes, je n'apprécie pas toutes ses insultes – et j'en parlerai à sa chérie qui s'occupera de lui – mais j'aime la loyauté qu'il a pour ses amis. Certes, je n'aime pas la façon dont il révèle nos secrets, mais nul n'est parfait.

- Oh, ce n'est que ça ? Dit Emmett soulagé.

- Que ça ? Non mais c'est une blague ?

  • Tu ne veux pas entrer pour discuter ? Propose Jasper.

Edward écoute son ami et entre dans l'appartement sans oublier de nous fusiller du regard Emmett et moi. Néanmoins, sa curiosité est piquée, vu que je suis toujours dans les bras de Jasper et qu'il ne semble pas offusqué des révélations.

Notre ami s'assoie sur le fauteuil pendant que nous nous asseyons sur le canapé, moi entre mes deux hommes. Pour le moment, je ne tiens que la main de Jasper vu que pour Edward, nous sommes le bon couple.

  • Je te remercie d'être un bon ami, commence Jasper, mais avant je veux que tu t'excuses auprès de Bella. Même si ce qu'elle a éventuellement fait n'est pas correct...

  • Et ! Le frappais-je. Tout est correct entre nous. Tu le sais.

  • Mais pas Edward, me dit-il avant de se tourner vers Edward. Tu n'avais pas à être aussi insultant envers elle. Même si elle ne le montre pas, tu lui as fait énormément de peine et ça je ne le tolère pas.

  • Moi non plus, rajoute Emmett en gonflant les muscles.

Je le remercie en lui prenant la main. Bien évidement, Edward ne loupe mon geste ce qui le rend encore plus septique. Mes deux hommes fixent notre invité.

  • Excuse-moi Bella, ma colère m'a fait dire des choses que je ne pensais pas.

  • Bien. Je te pardonnerai mais plus tard, c'est méchant ce que tu m'as dit. Maintenant, pour que tu comprennes, je sors toujours avec Jasper mais je sors aussi avec Emmett, expliquais-je directement.

De toute façon, je ne pense pas qu'il est une autre façon de l'annoncer. Edward nous regarde tour à tour, la bouche à moitié ouverte avant de se mettre à rire, sauf qu'en nous voyant sérieux, il se calme.

  • Ce n'est pas une blague ?

  • Es ce qu'on a l'air de rire ? Demandais-je. Cela fait plusieurs mois que notre relation dure.

  • C'est... Woua... Bizarre. J'avoue ne pas comprendre comment vous faites. Vous partagez une femme.

On voit bien que l'idée ne lui plaît pas.

  • Que tu n'acceptes pas, on le comprend et soyons honnête, on s'en fiche, dis-je ferme en le fixant durement. Néanmoins, tu garderas notre relation pour toi.

  • Et Rosalie ?

  • - Crois-tu que je puisse cacher une telle chose à ma meilleure amie ? Me moquais-je.

Je ne vais pas être sympa avec lui. Je n'ai pas aimé le jugement qu'il a fait à mon sujet alors qu'il ne savait pas tout.

  • Et puis, elle m'a conseillé cette relation, rajoutais-je en voyant sa grimace. Mais tu n'as pas à lui en vouloir, je lui ai fait promettre de garder cela pour elle et même si ça ne lui plaisait pas, elle l'a fait pour moi.

  • Bien, je vais vous laisser à votre... Relation que vous garder secrète. N'assumez-vous pas ?

Les garçons vont pour se lever mais je les arrête.

  • Tu sais, j'ai foutu le père d' Emmett dehors et je lui ai fais peur pour qu'il n'y ait pas de répercutions, donc tu ne me fais pas peur.

Mes mots le refroidissent.

  • Et pour ton information, nous assumons notre relation, seulement nous ne voulons pas nous justifier devant des personnes étroites d'esprits.

Edward se dirige, comme un automate vers la porte, je me lève pour le suivre. Je fais signe aux garçons de rester où ils sont.

  • Tu es quand même le bienvenu à la maison, seulement ne soit pas choqué et encore moins insultant.

  • Sinon tu vas me botter les fesses ? Demande-t-il plus léger.

Je lui souris, contente d'avoir retrouvé notre complicité. Il est un bon ami pour moi.

  • Je ne dirais rien, promis et encore une fois, je m'excuse pour toutes les choses horribles que je t'ai dite.

  • Je sais, et tu le seras encore plus lorsque ta chérie sera au courant.

  • Tu n'oserais pas ?

  • Si, je vais le faire, puis c'est de bonne guerre, non ?

Il grimace mais ne dit rien.

  • Embrasse ta sœur pour moi.

Après un signe de la tête, il nous laisse. Je rejoins mes deux chéris et m'avachis sur le canapé.

  • Il ne sera pas le seul à réagir ainsi, dit Emmett.

  • Je sais, soupirais-je en même temps que Jasper.

  • Ce que j'ai dit tout à l'heure, je le pense, on est au-dessus de tout ça. Nous trois ensemble, nous sommes fort.

Une bonne semaine plus tard, je me rends compte qu'être forte pour notre histoire est très dure. Malheureusement pour moi, pendant notre sortie cinéma, Edward n'était pas le seul à nous avoir vu avec Emmett. Alice la garce et Ken qui en fait s'appelle Riley nous ont vu et ils se sont fait un malin plaisir à raconter à tous que je suis une garce qui sort avec deux hommes.

Les horribles mots qu'Edward m'avait dit ne sont rien en comparaison de ce que j'entends à la fac. Bien évidement, Alice et Riley en ont rajouté, histoire de me faire passer pour une traînée.

Heureusement que j'avais Rosalie à mes côtés sinon, je serai rentrée chez moi me cacher jusqu'aux examens.

Les jours sont passées, c'est de moins en moins mauvais, pour moi, j'arrive mieux à gérer. J'arrive aussi à garder la tête haute parce que je sais que les filles sont jalouses de moi - bon, je n'en sais rien, mais cela me remonte le moral de me dire ça – et j'aime le fait que les garçons se libèrent matin et soir pour venir à la fac avec moi.

Cela fait fulminer de rage Alice parce qu'elle s'attendait sûrement à ce que je m’effondre et qu'elle récupère Jasper. Dommage pour eux tous, nous n'en sommes que plus fort. Et je la nargue en lui faisant des grands sourires. Et plus je la vois fulminer, plus je souris.

Les garçons m'ont aussi avoué demi-mots qu'ils étaient soulagés que nous n'ayons plus à nous cacher. On n'a plus à faire attention à nos gestes même si nous ne sommes pas démonstratifs.

Bref, je n'irai pas jusqu'à leur dire merci, mais quelque part, ils nous ont enlevé une grosse épine du pied. S'il n'y avait pas eu les insultes, tout aurait été parfait.

OoO

A suivre...

Alors ? La réaction d' Edward ? Je sais que j'ai survolé la fin concernant Alice et sa langue de vipère mais je ne voulais pas faire une autre confrontation préférant juste dire qu'ellle a tout raconté, parce que c'est là où je voulais en venir depuis longtemps. Puis cela évite un autre chapitre qui selon moi n'aurait pas été très important.

Dites-moi ce que vous en pensez.

Chapitre 44

OoO

PDV BELLA

Bref, je n'irai pas jusqu'à leur dire merci, mais quelque part, ils nous ont enlevé une grosse épine du pied. S'il n'y avait pas eu les insultes, tout aurait été parfait.

OoO

  • Aller, bébé, debout. C'est l'heure.

  • Non, dis-je la tête dans l'oreiller.

  • Tu as encore révisé tard ?

  • Non... Oui...

Emmett rigole doucement en caressant mon dos.

  • Tu vas être en retard.

  • Veux pas y aller.

  • C'est la dernière ligne droite.

Je souffle déprimée. Le stress que j'ai accumulé ces dernières semaines me pèsent vraiment, je suis au bout. Heureusement que dans quelques jours, tout sera fini, j'usqu'aux résultats. Ce qui me console c'est que Rosalie est comme moi, elle tape aussi sur les nerfs d'Edward. Je pense que même s'ils ne le montrent pas, je les énerve. Du coup je préfère être seule dans ma chambre à m'énerver et à stresser dans mon coin.

  • Aller, petit démon, debout. Tu ne vas baisser les bras maintenant.

  • Si, dis-je la tête toujours dans mon oreiller.

  • Même avec tout ce qu'on a vécu cette année ? Tu veux renoncer ? Demande Emmett.

Ils savent où appuyer pour me faire réagir.

  • Qu'elle aille se faire foutre, dis-je en me retournant pour voir Jasper debout avec un bon petit déjeuner dans les mains.

Il pose le plateau sur mes cuisses avant de s'installer sur le lit, du côté libre. Ils me regardent manger.

  • Au diable les regards et leur avis. Je n'ai pas galéré pendant 4 ans pour louper mes examens.

  • Examens que tu vas réussir haut la main.

Ouais, je n'irai pas jusque là mais si je les réussis, je serai contente.

OoO

Rose m'attend, comme depuis quelques semaines à l'entrée de la fac. Elle a l'air aussi inquiète que moi. Edward l'embrasse rapidement, me fait un signe de tête et fuit, ce qui me fait rire. Je me souviens d'une petite discussion que nous avons eu tous les deux :

« Je me doutais qu'il y avait quelque chose de louche. C'est vrai, quel mec accepterait de voir son ex filer le parfait amour avec son meilleur ami sous le même toit ? Me dit-il choqué.

  • Ouais, tu n' as pas tort, dis-je amusée. »

Nous avons beaucoup rit après ça et notre amitié est redevenu comme avant.

  • Heureusement que c'est la fin parce que je ne garantis pas la survie de mon couple.

  • Idem, soupirais-je.

  • Te plaints pas, si il y en a un qui part, il t'en restera un.

  • Et s'il fuit tous les deux ? Comment vais-je survivre ?

  • Double séparation, aie ! Le sexe a trois a des avantages mais pour le reste...

  • Arrête, on n'en est pas là. Tu le sais.

Rose m'étudie pour comprendre les mots cachés. Si elle a la réponse, je suis preneuse, parce que je suis complètement perdu. Il m'arrive parfois de les vouloir tous les deux ensemble, j'y ai pensé quelques fois, lorsque je fais l'amour avec l'un d’entre-deux mais je me demande s'ils seront d'accord et si je ne me dégonflerai pas.

Parfois, je m'amuse avec eux, je les allume, je me frotte à eux pour ensuite les laisser en plan. J'arrive à voir dans leurs yeux qu'ils ont envie de moi et qu'ils seraient prêts à passer le cap mais encore une fois, à la dernière minute, j'arrête tout et fuis.

Mais je sais pourquoi, je fais ce blocage. Ce que je déteste mon ex-petit ami et mon beau-père. Il faudrait que je leur dise pourquoi je me comporte ainsi. Seulement, j'ai peur de leur réaction. Es ce qu'ils seraient - en y réfléchissant bien – d'accord avec lui. Si je devais les perdre, j'aurai du mal à m'en remettre mais encore une fois j'arriverai à m'en remmettre. Parfois, je voudrai me laisser aller et baisser les bras, juste pour pouvoir compter sur les autres mais je ne sais pas si j'en serai capable.

  • Tu es encore partie dans tes sombres pensées.

  • J'imaginais s'ils se séparaient de moi.

  • Ne soit pas idiote, ils ne te plaqueront pas parce que tu refuses un plan à trois.

  • Je sais bien, je ne parlais pas de ça, je me demande comment ils réagiront si je leur parle d'Embry.

Rosalie m'arrête à l'entrée de notre salle d'examen.

  • Écoute, Embry est un sombre crétin qui ne mérite pas tes tourments et les garçons ne vont pas te quitter. Maintenant, on laisse nos problèmes ici et on se concentre à 400% sur ce qui va se passer dans la salle.

  • Et si jamais ça arrive ?

  • Tu t'en sortiras Swan, tu es une guerrière et c'est admirable.

Mon amie a raison. C'est déterminée et en laissant nos problèmes derrières nous que nous entrons dans la salle.

OoO

4 heures plus tard.

  • J'ai mal à la tête, soupirais-je.

  • Il faut que j'aille au toilette ! Me dit mon amie en courant vers les pipi-room.

Je la suis en rigolant. Une fois qu'elle a soulagé sa vessie dans un grand soupir de soulagement, elle me dit qu'elle a faim.

Nous partons dans le premier restaurant non loin de la fac. Même en déjeunant, on parle de notre prochain examen qui ne dure que deux heures.

Les 2 jours suivants s’enchaînent rapidement, je ne vois pas le temps passé, j'ai l'impression de passer ces derniers jours en salle d'examen.

Pour nous décompresser, on décide de se faire une soirée au bar, avec les garçons, bien entendu.

Pour fêter la fin de nos examens, je mets une belle robe verte, prêt du corps qui arrive à mi-cuisse mais pas trop décolleté. Je sors ma plus belle paire d'escarpins. Heureusement que je suis moins maladroite que lorsque j'étais adolescente, sinon j'aurai couru à la catastrophe. Par contre, le mal aux pieds sera toujours présent mais cela n'a pas d'importance, on va faire la fête.

Lorsque je rejoins les garçons dans le salon, ils sont sans voix. Je fais un tour sur moi-même les faisant siffler d'admiration. Mes joues me chauffent légèrement.

Ils m'embrassent chacun leur tour.

  • On ne va peut-être pas sortir finalement, dit Emmett en regardant mes fesses.

  • C'est une bonne idée, on va rester là et on va fêter tes examens à notre façon... rajoute Jasper.

Je les frappe en même temps, gênée par les mots prononcés.

  • On ne peut pas faire faux-bond à Rose, esquivais-je.

Je me dirige vers la porte - sans le voir, je sais qu'ils se regardent – mais ils ne bougent. Dans l’embrasure de la porte, je m'arrête et me tourne vers eux.

  • Après, si vous voulez rester là, je ne vous en empêche pas, je peux m'amuser toute seule, les allumais-je avec une voix rauque de plaisir et en faisant glisser mon index de mon cou jusqu'à mes seins.

Leurs regards suivent attentivement mon geste, j'en profite pour partir rapidement dans le couloir. C'est lorsque je suis devant l'ascenseur qu'ils me rejoignent. Je ne peux pas retenir un sourire amusé.

  • Ah, vous venez finalement ?

Lorsqu'ils bougonnent, je mets à rire, ils finissent par faire comme moi. Lors du trajet, ils me taquinent sur mon comportement et me font remarquer qu'ils me préfèrent ainsi. Je me rends vraiment compte que j'ai été désagréable alors je m'excuse mais ils les balayent comme une poussière devant les yeux. Pour eux, tout est pardonné si je réussis mes examens.

C'est dans la bonne humeur que nous entrons dans le bar qui est déjà bien rempli. La fête a déjà commencé pour beaucoup de monde et beaucoup ne se souviendrons pas de leur courte soirée vu dans l'état où ils sont.

Même si je ne suis pas une fervente partisante des beuveries, je sais que ce soir, je vais me lâcher et finir dans le même était qu'eux.

D'ailleurs, on commence maintenant avec une Tequila. Rose et moi commençons fort avec plusieurs verres.

  • Vous ne tiendrez pas la soirée, se moque Emmett.

  • Ce n'est pas le but... rigole Rosalie en buvant son verre.

  • Et puis ? Tu ne te crois pas assez fort pour me porter lorsque je serais trop ivre ? Le provoquais-je.

On rigole tous devant son air choqué. Néanmoins, on se calme un moment en buvant de la bière mais la Tequila finit par nous appeler.

En fin de soirée, j'ai la tête qui tourne ou bien es ce le sol qui bouge tout seul, je ne sais pas mais j'essaye de me diriger vers la sortie pour prendre l'air et calmer le bruit incessant dans ma tête. Je sens les garçons me suivrent, je les entends ricaner mais je n'y prête pas attention, je préfère faire attention où je marche et à ne pas régurgiter les verres d'alcool.

Une fois dehors, je respire à plein poumon, cela me fait du bien mais la terre tourne toujours.

  • Tu vas arrêter de bouger, grommelais-je toute seule.

  • Toi aussi tu trouves, dit Rosalie avec une voix pâteuse.

  • Oh, tu es là ! Je t'avais perdu.

Je me dirige vers mon amie qui ne sent pas très bon. Je grimace en sentant l'odeur, Edward nous dit qu'il va ramener Rose avant qu'elle ne vomisse encore.

  • Au revoir copine ! Criais-je joyeuse en sautillant partout.

Sauf que j'arrête rapidement, mon estomac n'étant pas d'accord.

  • Oulà, me sens pas bien...

Jasper se rapproche de moi et passe son bras autour de ma taille. Je me tourne vers lui et l'admire.

  • Tu es super canon, on te l'a déjà dit ?

  • Oui, toi chérie.

  • Tu te moques, boudais-je.

  • Mais non...

  • Siiii.... Emmett !

  • Oui mon ange ?

Je me jette dans ses bras mais avec mon état, je trébuche et finis le nez contre son torse. Je me recule et me frotte le nez.

  • Tu m'as fait mal, boudais-je.

  • Tu veux un câlin ?

  • Non, dis-je en tournant le dos.

Il rigole, Jasper ricane en nous observant.

  • J'adore la voir bourrée, elle très drôle, sourit Jasper.

  • Mais ! Je ne suis pas bourrée...

  • Non, tu es pleine, dit Emmett.

Je me retourne vers lui.

  • Tu es musclé, dis-je en le tripotant à moitié.

  • Ok, avant que tu me déshabilles sur place, on va y aller.

Emmett me porte comme une jeune mariée mais je me débats alors il me repose au sol et à peine mes pieds touchés, je ressaute dans ses bras, mais j'enroule mes jambes autour de sa taille, mes bras autour de son cou.

  • Beaucoup mieux comme ça ! Dis-je fière de moi.

Emmett pose ses deux mains sur mes fesses pour me soutenir.

  • J'aime cette position, c'est trop bon ! Et vous les garçons, vous aimez ?

  • Tant qu'on est avec toi, tout est parfait Bella, me dit Emmett

  • Tu es parfaite, nous sommes heureux de t'avoir trouvé, me rassure Jasper sans le savoir.

Je reste en silence jusqu'au retour à la maison, non seulement, la voiture me brasse trop et j'ai peur de vomir si j'ouvre la bouche et en plus, les paroles de Jasper tournent en boucle dans ma tête.

Une fois garée, je descends de la voiture mais l'alcool est toujours là, je trébuche, à croire que je suis de retour à mon adolescence. J'ai envie de rire et de pleurer en même temps.

  • Bella, s'inquiète Emmett, pourquoi tu pleures ?

  • Et pourquoi tu ris en même temps ?

Je me décale de la voiture qui me retenais et me jette dans leur bras en pleure.

  • Moi aussi je suis plus qu'heureuse de vous avoir trouvé.

Je veux m'arrêter là mais mon filtre verbal est déréglé, alors je continue.

  • Ma vie sentimentale aurait été une catastrophe.

Je ne voulais pas dire ça alors j'essaye de me taire mais c'est sans compter sur les garçons qui me posent pleins de questions. Je sais que je vais craquer mais j'arrive à tenir jusqu'à l'appartement.

Je me dirige vers la cuisine et trouve une bouteille d'alcool, je bois plusieurs gorgée de je ne sais pas quoi.

Jasper essaye de m'arrêter mais je grogne que j'en ai besoin. Même avec mon état d'ébriété avancé, je sais et ils savent que je vais leur raconter mon passé.

En titubant avec ma bouteille à la main, je me dirige vers le canapé et me laisse tomber lourdement. Ils me rejoignent et attendent en silence que je me lance, ce qui ne tarde pas. Je ne les regarde pas, préférant fixer ma bouteille. Je ne veux toujours pas leur dire mais mon état d’ébriété, je ne me contrôle plus, et au fond de moi, j'en ai marre de garder cela pour moi.

  • Lorsque j'étais ado, je suis sorti avec un mec, Embry. Tout allait bien entre nous, il était toutes mes premières fois, premier baiser et première fois.

Je m'arrête, les larmes coulent toutes seules sur mes joues, à croire que je vais leur annoncer une catastrophe. Je sais que je les inquiète. En trouvant du courage en moi, je prends chacun une de leur main et leur jette un bref coup d’œil.

  • Es ce qu'il t'a fait du mal ? Physiquement ? Demande Emmett.

  • Non non, ce n'est pas si grave.

  • Si tu te mets dans cet état, ça l'est, rajoute Jasper.

  • Merci, dis-je émue.

Je vais pour reprendre une gorgée mais ils m'en empêchent en me disant que le coma éthylique n'est pas une solution alors je continue.

  • Bien sûr, on a continué à coucher ensemble, pour moi, tout allait bien mais du jour au lendemain, il m'a plaqué.

Je sais qu'ils sont perdus.

  • Je sais que ça ne semble pas grave mais les mots qu'il m'a dit m'ont torturé. Il a dit qu'il me plaquait parce que j'étais un mauvais coup au lit, que j'étais fade et qu'il se faisait chier.

Les réactions des garçons me remontent le moral. Ils sont choqués, disent que c'est n'importe quoi, que ce type est un connard, et qu'il ne sait pas ce qu'il dit.

  • Bien sûr à tout juste 18 ans, on prend ces mots au sérieux.

Ils rajoutent que c'est lui le mauvais et que je ne dois pas le croire. D'ailleurs, ils me l'ont prouvé à nombreuses reprises.

  • C'est pour ça que tu ne t'approchais pas des hommes à la fac ? Demande Emmett.

  • En grosse partie, oui, dis-je légèrement soulagée. Mais ce n'est pas tout. Mon beau père Phil nous a entendu, il m'a coincé contre un mur dans le salon et m'a « proposé » de me donner des cours, qu'il pouvait m'aider à m'améliorer...

Je frissonne de dégoût en y repensant.

  • J'ai réussi à me dégager avant qu'il ne me touche. 15 jours plus tard, je déménageais pour la fac.

  • C'est pour ça que tu vivais dans un taudis et que tu as refusé l'argent de ton beau-père, conclue Jasper.

  • Oui, je ne veux rien lui devoir.

Je me rends compte que mes larmes coulent abondamment sur mes joues. Les garçons me serrent dans leur bras. Je me sens soulagée de leur avoir dit et je m'en veux d'avoir douté d'eux. Ils passent les minutes suivantes à me rassurer par des mots doux. On s'endort sur le canapé.

OoO

Après m'être remise de ma cuite, les garçons étaient aux petits soins pour moi, ils ont compris mes réticences pour coucher avec eux et même s'ils ne me l'ont pas dit, ils ont compris pourquoi je me comportais ainsi. Il n'y a pas qu'eux qui ont réfléchi, moi aussi et vu que leur réaction m'ont rassuré ; mes hormones se lâchent.

Un soir tranquille devant la TV, blottis les uns contre les autres, les choses ont dérapé. Comme souvent, nous nous embrassons, mais cette fois, je sens que les choses vont aller plus loin et cette fois, je ne fuirais pas. Je les veux vraiment, ensemble.

Nos baisers sont plus passionnés, nos respirations plus lourdes. Je sens leur désir pour moi, comme ils sentent le mien lorsque leurs mains se déplacent sur mon corps. Nos vêtements sont toujours en place mais leurs pantalons sont ouverts, j'ai pu leur montrer où je voulais aller et voir si eux aussi était prêt. Lorsque leurs mains ont touché mes zones érogènes, j'ai su que nous allons aller jusqu'au bout.

Lorsque mes vêtements commencent à être retirée, je me lève du canapé et les emmènent dans la chambre d' Emmett, son lit étant le plus grand.

Jasper se place devant moi pendant qu' Emmett se retrouve derrière. Je sens leur bouche sur ma peau dénudée, mon soutien gorge fini loin de nous, ils profitent de leur nouveau jeu, mais c'est à mon tour de les séparer de leurs habits. Je ne fais pas que ça, ma bouche profite pour partir à la découverte de leur corps. L'un après l'autre, je leur montre à quel point je les aime. Pourtant, je ne touche pas avec ma bouche les parties qui réclament le plus d'attention. Mais n'étant pas mauvaise avec eux, je leur montre d'une autre façon, avec mes mains et mon regard que je les veux tous les deux, ensemble.

Lorsque je leur procure cette caresse, je suis toujours entre eux mais ils sont aussi bien placé pour me toucher.

Nos respirations sont haletantes, mes gémissements commencent à devenir incontrôlable et nous n'en sommes qu'au début. J'en suis presque à venir mais il faut dire que d'avoir quatre mains qui parcourt mon corps double mon plaisir sans parler de leur bouche.

Lorsque mes jambes sont sur le point de me lâcher, les garçons m'allongent sur lit avant de mettre à coté de moi. Je les embrasse tour à tour, ce qui permet de nous calmer quelques secondes. Vu la tension sexuelle qu'il y a, si nous continuons ainsi, la soirée va se finir plus vite que prévu.

Je pense que les garçons veulent aussi me laisser la possibilité de choisir. Après tout, pour eux, le plus dur a été fait, se retrouver nu l'un en face de l'autre. Je ne pensais pas que je pouvais les aimer plus mais c'est le cas.

J'ai toujours un fantasme qui n'est pas des plus originales mais je vais pouvoir le réaliser.

Ne voulant pas arrêter là, je me tourne vers Emmett et lui montre à quel point j'aime son torse avant de descendre plus en bas. Je relève mes fesses faisant comprendre à Jasper là ou je veux en venir. Il ne lui faut pas longtemps pour faire ce que je lui demande. Je sens sa bouche sur la peau de mon dos tout en sentant à quel point il aime ce que nous sommes en train de faire.

Même si je suis concentrée sur toutes ces sensations, je ne loupe le coup d’œil des garçons.

Si je croyais être comblée, le fait de le sentir dans cette position, me rend très heureuse. Emmett m'aide à lui faire plaisir en guidant mes gestes. Si chacun de leur côté, ils me font du bien, ce n'est pas comparable aux minutes qui viennent de s'écouler.

Même si j'aimerai que cela dure plus longtemps, Jasper se recule de moi pendant qu' Emmett m'attire pour lui aussi profiter de moi différemment. Il reste allongé sur le matelas, moi sur lui. Nous profitons l'un de l'autre avant que Jasper ne se joigne de nouveau à nous.

Cette fois, les gestes sont inversés, maintenant, je suis sur de mes compétences et leu respiration bruyante de plaisir me le prouve. Nous redoublons nos gestes sans changer de place.

Je sens le plaisir ultime monter en moi mais encore une fois, ils m'arrêtent. J'aurai envie de les fusiller du regard mais je suis de trop de bonne humeur pour cela.

Eux aussi se calme ne voulant pas finir la soirée maintenant.

N'étant pas complètement d'accord avec « leur pause » je décide de m'amuser seule, sous leur regard lubrique. Je ne joue pas longtemps, me retrouvant contre leur deux corps chauds, se frottant outrageusement contre moi.

Jasper qui se trouve devant moi fait glisser une de ses mains sur mon corps pour lui donner l'accès au plaisir qu'il trouve facilement. Je penche la tête en arrière, sur l'épaule d' Emmett. Sa bouche se retrouve sur ma peau, ses mains sur mon corps, me détendant encore plus. Lui aussi fini par réclamer son plaisir en faisant comme Jasper.

Je me crispe quelques secondes à cette nouvelle sensation mais leurs caresses me détendent. Ils reprennent leurs mouvements quasiment ensemble. Je ne sais pas si c'est fait exprès mais c'est divinement bon.

Il ne nous faut pas longtemps pour nous retrouver haletant, transpirant, gémissant de plaisir.

Cette fois, ils me laissent atteindre mon apogée et je ne crois pas être monté aussi haut de toute ma vie. La sensation de les avoir ensemble est juste indescriptible.

Mes hommes me rejoignent dans les limbes du plaisir ultime.

Nous nous laissons tomber sur le matelas. Mon cœur n'arrive pas à se remettre pourtant dans un dernier effort, je me redresse et les embrasse.

  • Je vous aime mes amours.

  • Moi aussi, dirent-ils en cœur.

Sur ces belles paroles nous nous endormons pour mieux recommencer.

OoO

A suivre, l'épilogue !

Alors, vous avez pensez quoi de ce dernier chapitre avec THE révélation et THE Lemon ?

Bisous

Epilogue

4 ans que je vis un parfait amour atypique. 3 ans que j'ai fini mes études. 2 ans que Rosalie et moi avons monté notre entreprise d’architecture sur internet. 1 an que notre entreprise marche très bien. 6 mois que Rosalie est enceinte.

J'ai été très heureuse pour elle surtout que je vais être tata. Elle et Edward forment toujours un magnifique couple. Ils parlaient d'enfant depuis quelque temps mais ils voulaient attendre d'avoir une vie stable avant de fonder une famille et ils l'ont fait. Rose a toujours voulu des enfants. C'est des rares choses sur lesquels nous ne sommes pas d'accord.

On est pareil pour beaucoup de chose mais ça... Non. Hors de question. Pourtant elle m'a dit que lorsque je serai dans une relation stable, j'y réfléchirai. Oui, et bien, je l'ai fait. J'ai réfléchi et la réponse est toujours non. Puis pourquoi voudrais-je être comme tout le monde ? Ma relation n'a rien de normal pourquoi voudrais-je avoir un semblant de normalité ? Et admettant que j'ai un bébé, bonjour la normalité qu'il aurait... Oh fait mon chéri, maman couche avec papa et avec tonton... Je ne veux pas que mon gamin se fasse frapper à l'école.

Nous avons accepté notre relation et qu'importe ce que disent les gens lorsque nous sortons mais de là à le faire subir à un enfant... Non. On pourrait croire que c'est une excuse mais non. C'est une raison parmi tant d'autres.

Bref, je rentre de ma visite chez Rose et son petit bébé. Je sais que je serai une bonne tata, d'ailleurs je gatte déjà mon neveu.

Edward se moque de moi en me disant que je vais changer d'avis mais il ne comprend toujours pas comment fait notre relation pour durer. Même s'il n'était pas contre notre relation, il pensait qu'on se lasserait ou que les garçons finiraient par se taper dessus mais encore une fois, non.

Leur amitié est encore et toujours plus solide, heureusement pour moi !

  • Alors, petit démon, tu veux un bébé ? Se moque Emmett.

Je frissonne mais pour uen fois, je rentre dans son jeu.

  • Mais oui, Emmett, fais moi un bébé tout de suite. J'ai envie de partir pour 9 mois à grossir et 18 ans à pouponner. Le bonheur ultime, dis-je d'une voix niaise.

Jasper arrive derrière moi en ricanant et m'embrasse sur la joue.

  • Tu lui fais le coup à chaque fois et si tu lui donnes de telles idées, il faudra les assumer plus tard... Tu sais, se lever en pleine nuit pour le nourrir, lui changer sa couche, nettoyer ses régurgitations et le mieux de tout, l'adstience pendant sa grossesse et après...

Emmett grimace, nous nous moquons de lui. Il faut dire que nous avons unevie sexuelle très active que se soit à deux ou à trois. Dieu merci, les garçons n'ont jamais eu envie de faire des choses entre-eux. Je ne sais pas si j'aimerai ça.

Lorsqu'il se met à bouder, je vais le prendre dans mes bras.

  • Pas de bébé, demande-t-il avec une petite voix.

  • Pas de bébé.

OoO

Je me réveille en sursaut et cours vomir au toilette. Les garçons, que j'ai reveillé, viennent me voir.

  • Ca va ?

  • J'ai la tête dans les toilettes, comment veux-tu que j'aille bien ? Crachais-je.

  • Pardon, dit jasper peunaud.

  • Ce n'est rien, m'excusais-je à mon tour en m'esuyant la bouche.

On retourne se coucher. Cela fait quelques jours que je me lève tous les matins pour aller vomir. Je crois que je couve quelque chose. En plus, je suis vraiment fatiguée. Je m'endors pour quelques heures mais Rose vient me reveiller. J'ai oublié que nous avions rendez vous.

  • Alors, on fait la grasse matinée ? Se moque-t-elle.

  • Mais, je suis malade, me plaignais-je.

  • Tu n'es jamais malade. Aller, fait de la place à la femme enceinte de 8 mois.

Je me décalle sur le coté de mon lit. Ma blonde se laisse tomber lourdement.

  • J'en peux plus !

  • Tu l'as voulu, me moquai-je.

  • Oui, dit elle en caressant son ventre amoureusement.

J'observe mon amie, rayonner de bonheur.

  • Tu es heureuse, commentais-je.

  • N'est ce pas ?

Elle me sort son plus beau sourire.

  • Par contre, toi tu as une salle tête.

Je la frappe sur le bras.

  • Et ! On ne frappe une femme enceinte.

  • M'en fiche. Baleine !

  • Petite nature. Qu'as tu ?

  • Je vomis tous les matins, je suis trop fatiguée.

Mon amie réfléchit quelques secondes.

  • J'étais pareil au début de ma grossesse.

Je la regarde choquée.

  • Quoi ? Même en prenant la pillule tu as doublement de rapport, ça devait bien arriver.

Je commence à paniquer, vraiment. Des larmes coulent sur mes joues. Rose me prend dans ses bras.

  • Mais, je ne veux pas, pleurais-je.

  • Tu en vois que les mauvais cotés. Il ya plein de bons moments.

  • Mais pour moi, ils ne surpassent pas les mauvais. N'essaye pas de me faire changer d'avis. Puis imagine, j'ai un bébé, qu'importe le père, l'autre se sentira délaissé et soit il me quittera, soit il voudra lui aussi un gamin... Le cauchemar.

Rose m'embrasse sur le frond. Au pire, il y a l'avortement. Oui, je ne vois pa spourquoi je panique. Mais avant, je vais faire un test.

OoO

Oh merde ! Non, non. Pitié, tout m'est pas ça.

  • Bella, ça va ? Ca fait 20 minutes que tu es dans la salle de bain ? Demande Jasper.

  • Hein ? Oui, oui, j'arrive, dis-je d'une voix étranglée.

  • Tu vas bien ?

  • Oui, j'arrive, deux minutes.

Je jette un coup d'oeil furieux au batonnet que je tiens. Pourquoi, il dit positif ce truc. C'est que des conneries. Je prends le troisième test et encore une fois, je fais pipi dessus. J'attends d'interminable minutes.

Lorsque le resultat s'affiche, je souffle de soulagement. Je ne voudrai voir que celui là mais je ne peux pas oublier les deux autres positifs.

J'appelle Rose pour lui dire. Nous décidons d'aller fair eune prise desang. Je ne veux pas en parler aux garçons tant que je ne suis pas sûr.

Je les rejoins pour déjeuner, j'essaye de masquer mon stress.

OoO

3 jours, les resultats sont là, j'ouvre les resultats fébriles. Rose est comme moi, inquiète.

  • Oh mon dieu, dis-je en même temps que Rose.

  • Je ne suis pas enceinte.

  • Et moi, je ne le serai plus dans quelques heures.

  • Hein ?

  • Je viens de perdre les eaux.

  • Oh merde, lâchais-je en restant plantée là.

  • Bella, je t'adore mais il faut que tu m'emmènes à l'hopital.

J'arrive à garder mon calme et mettre Rosalie dans la voiture qui commence à souffrir.

  • Appelle Edward, dit lui de se bouger les fesses, dit-elle en respirant vite.

Tout en conduisant, je lui obéis. Je ne veux pas mettre une femme sur le point d'accoucher en colère. Lorsque nous arrivons, Edward est sur place, à nous attendre avec une équipe.

Une fois seule, j'appelle les garçons.

  • Il faut qu'on parle, gronde Emmett.

  • Hein ?

  • Viens à la maison, maintenant.

  • Rose a perdu les eaux, elle est à l'hopital.

  • On arrive, dit-il sur un ton plus doux.

Ils mettent 15 minutes à arriver. Après un baiser de leur part, Jasper me colle sous le nez, mes trois tests de grossesses. Ils ont l'air furieux.

  • Vous avez fait mes poubelles ? Demandais-je choquée.

  • Es tu enceinte ?

  • Pourquoi tu ne nous l'as pas dit ?

Ils continuent avec leurs questions sans que je ne puisse en placer une. Je décide donc de sortir ma feuille et je leur montre chacun leur tour.

  • Je voulais être sur avant de vous en parler.

On se fait calin soulagé avant d'aller s'assoir sur les chaises inconfrotables de la salle d'attente. Je pense aussi à contacter Elisabeth et Jane,

6 chocolats pour moi et plusieurs disaines de cafés pour les autres, Edward revient avec un énorme sourire, prend sa famille dans ses bras, il revient vers moi, j'ai le même traitement de faveur.

  • Félicitation, tu es la marraine d'un beau petit garçon.

Je sautille partout, heureuse.

  • Comment va Rose ? Demande Elisabeth.

  • Fatigée mais elle va bien.

  • On peut les voir, demande Jane.

  • Bien sûr.

Jasper pousse le fauteuil de Jane, ce qui la fait sourire. Même à 17 ans ans, elle toujours le béguain pour lui. Edward nous conduit jusqu'à la chambre. On entre sans faire de bruit. Rose rayonne avec son fils dans les bras. Le nouveau papa les rejoint, lui aussi heureux.

  • On vous présente Simon Edward Masen, nous dit la jeune maman.

On veut tous prendre le bébé dans nos bras, mais Rose en maman très protectrice ne veut pas nous préter son jouet. On ne s'offusque pas, on sait que plus tard, on pourra.

Epuisés, on rentre à la maison.

  • Avant que l'un de vous ne fasse une blague. Pas de bébé ! Jamais, clair ?

  • Oui chef !

OoO

Quelques mois sont passés depuis l'accouchement de Rosalie. Tout est redevenu normal. Nous avosn décidé de nous faire un pic-nik dans un parc pas loin. On profite des rayons du soleil.

Notre déjeuner se déroule tranquillement jusqu'à ce qu'une bande de mec d'environ notre âge se mette à jouer au ballon oval.

Je leur jette un coup d'oeil sans interêt jusqu'à ce que je tombe sur un visage beaucoup trop familié et celui de son cousin, Quil.

Génial, même paèrs tant d'années, mon cœur est malmené. Je ne suis pas malheureuse, je suis juste triste de sa méchanceté. N éanmoins, je suis passée à autre chose et je sais que tout ce qu'il m'a dit est faux.

  • On rentre ? Je commence à avoir chaud.

J'essaye de cacher mon malaise et surtout, j'évite de regarder dans sa direction. Je pris pourqu'il me voit pas. Je ne veux pas le confronter, et vu ce que j'entends, il n'a pas l'air d'avoir trop changé.

  • Tu ne veux pas profiter un peu ? On est bien là.

Devant, le regard tendre de Jasper, je ne peux pas refuser alors je m'allonge, ma tête sur son torse et je ferme les yeux. Emmett me soulève les jambes pour les poser sur ses cuisses. Les garçons discutent de diverses choses mais je ne les écoute pas vraiment jusqu'à ce que j'entende Emmett hurler de faire attention après les garçons qui jouent au ballon.

Je relève la tête perdue. Jasper me dit qu'ils ont envoyé le ballon sur nous. Je vais pour fermer les yeux mais je croise le regard de mon ex petit ami.

Il me reconnaît et appelle son cousin tout en me fixant et en ricanant.

  • Et merde, jurais-je.

Je ne sors pas souvent des gros mots, alors lorsque j'en lâche un, c'est qu'il y a quelque chose de mauvais. Les garçons le comprennent vite.

  • Tu les connais ? Demande Jasper.

  • Malheureusement. On peut aller maintenant ? Les suppliais-je.

  • Pourquoi es-ce qu'il te regarde comme ça, lui ? Son pote a compris, il baisse les yeux.

  • En même temps, tu l'as déjà frappé, au cinéma, tu te souviens.

  • Oh et l'autre con, c'est qui ?

Je baisse les yeux gênés.

  • C'est mon ex, murmurais-je.

  • On va lui faire la peau, dit Jasper avec un sourire mauvais.

Emmett m'aide à me lever et me garde dans ses bras, tant mieux parce que j'ose à peine bouger et surtout, je ne regarde pas dans leur direction. Je les entends parler sur mon moi. Jasper range les affaires. Lorsqu'ils pensent que nous partons, Embry en grand crétin qu'il est se dirige vers nous.

  • Tiens, tiens, mais ça ne serait pas Bella Swan ?

Il me détaille de la tête aux pieds, ce qui énerve les garçons. Je sens les muscles d' Emmett se contracter et Jasper devient tendu.

  • Et tu es ? Demande Jasper.

  • L'ex de Bella.

  • Ah, oui, elle nous a parlé de toi et pas en bien, dit Emmett dédaigneux.

Embry ricane. Je sens que les insultes vont arriver.

  • C'est plutôt moi qui en aurait à dire, ricane-t-il fier de lui.

  • Ouais, elle nous en a parlé, commence Jasper en le toisant à son tour.

Je peux voir dans les yeux de mon ex qu'il se sent intimidé par mes deux copains. Je ne peux pas retenir mon sourire.

  • Et on est content que tu ne sois plus avec elle, parce qu'on a trouvé une vraie perle, dir Emmett en passant sa main sur mes fesses.

Je sens Jasper se rapprocher de mon dos et poser une main sur ma taille, l'autre sur ma nuque.

  • Et nous contrairement à toi, on sait en profiter.

Jasper décale mes cheveux pour m'embrasser derrière l'oreille sur une zone sensible me faisant soupirer de bien être.

Je sais que mon ex ne loupe pas une miette de nos gestes.

  • Et, on ne se lasse pas de lui montrer à quel point nous sommes heureux de l'avoir trouvé, rajoute Emmett, la voix rauque.

Je sens son bassin frotter contre le mien. Je croise son regard noir de desir. Même si je ne vois pas Jasper, je sais qu'il est dans le même état que nous.

  • Tu profites de ce que tu vois, ricane Jasper. Tu peux te faire plaisir parce que maintenant, elle est à nous et nous ne sommes pas suffisament idiots pour la laisser filer.

Je me tourne vers Embry qui est choqué de nous voir ainsi. Il ne sait plus quoi dire. Je sais qu'il ne s'attendait pas à ce que je sois comme ça. Avec son égo, il pensait que j'allais être toujours blessée par ses paroles et renforncer mon manque de confiance.

Je jubile intérieurement, il n'a que ce qu'il mérite.

- Si tu es sage mon pote, on te laissera regarder, dit Emmett à l'attention d'Embry.

  • Ouais, voir ce que tu as perdu, rajoute Jasper qui ensuite m' embrasse sur la bouche.

Emmett en fait autant avant de nous emmener loin de ce crétin qui reste planté sur place.

Une fois loin de lui, j'arrête les garçons pour les prendre dans mes bras. Je leur montre a quel point je suis heureuse de les avoir trouvé.

-Je vous aime mes amours.

OoO

Fin

OoO

Ca y est ! J'attends vos dernières impressions. En tout cas, merci de m'avoir suivi jusqu'au bout dans cette histoire. J'espère vous retrouver sur les autres.

XoXo

10 votes. Moyenne 4.90 sur 5.

Commentaires (17)

1. hp-drago samedi, 14 Décembre 2013

coucou Minnie35
C'est vrai que le rôle de maman lui va bien.
Pour Bella, s'était le suspens, je ne voulais pas qu'elle est d'enfant, je préfère leur relation à trois comme elle est.

à bientôt sur les mes autres fictions, en ce moment, je finis ma fiction sur Emmett et Bella qui fera 4 très long chapitres.
bisous

2. Minnie35 samedi, 14 Décembre 2013

Ahah enfin la fin !!!!!
J'adore Rosalie enceinte je l'ai toujours imaginée comme cela ^^
Hum pour la fausse grossesse de Bella c'est parce qu'au départ tu voulais la mettre enceinte ou c'était juste pour mettre encore un peu de suspense jusqu'à la fin ??
En tout cas j'aime beaucoup la fin de l'épilogue je me demandais comment tu allais finir, et bien je trouve que tu finis en beauté.

A plus sur les fictions en cours et celles à venir.

3. Miss Egypte samedi, 14 Décembre 2013

Salut !
Zut c'est déjà l'épilogue... lol
Ça fait 4 ans ?? Wouah ils sont au top de leur amour :D
"Au fait mon chéri, maman couche avec papa et avec tonton..." => MDR oui c'est tout ce qu'il y a de plus anormal lol
Oh Emmett veut un bébé ?
Pourquoi Jasper dit qu'il y a abstinence pendant la grossesse ? C'est pas forcement vrai, enfin c'est peut-être juste un point de plus pour faire bouder Emmett lol
Bella égoïste ! Elle veut pas qu'ils s'aiment entre eux mdr
Oh aller Bella ne sait pas quelle est enceinte ? C'est Rosalie qui va lui dire alors...
Si Bella avorte je ne suis pas sûre que les garçons vont apprécier.
A mon avis les garçons ont trouvé les trois test de grossesse, Bella à pas était très intelligente en les jetant dans une des poubelles de l'appart...
Et voilà j'avais raison :)
Ah donc elle était juste vraiment malade.
"ne veut pas nous prêter son jouet" => Voyons Bella c'est pas une façon de parler de son filleul lol
Tu as écris "pique-nique" en abrégé ? lol
Aie aie aie Embry est arrivé ! Ça va barder...
Mdr Jasper avec un sourire mauvais ? Ça doit être impressionnant à voir !
Oh punaise ça va être drôle !
Je savais bien qu'Emmett était un exhibitionniste lol
Ohlàlà ils sont chaud ! mdr J'adore trop ce qu'ils font devant Embry !! Bien fait pour lui, ce sale c*n !
C'était vraiment vraiment super !!!! J'ai vraiment aimé ta fic !! Et ton style d'écriture est géniale ! Bravo à toi !
Bonne continuation pour tes autres histoires !
Kiss !!

4. hp-drago samedi, 07 Décembre 2013

coucou Minnie35
Et oui, je suis sadique mais encore une fois, je veux m'avancer sur mes autres fictions. Merci pour le plaisir que tu as à lire ma fiction
bisous

5. Minnie35 vendredi, 06 Décembre 2013

Dis donc tu joues la sadique en nous faisant autant attendre pour avoir l'épilogue !!! Vilaine !!!

Je regarde tous les jours s'il n'apparait pas sur cette page où est toujours marqué en nous narguant 'épilogue à suivre'...

Oui je sais je suis impatiente ^^

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017