Mot pour mot

 

 

edward-cullen.jpg

Une petite OS qui m'est passé par la tête. Peut être un peut tiré par les cheveux, avous de juger !

Fichier audio : Mot pour motMot pour mot

Disclamer : Tout à Stephenie Meyer

PDV BELLA

Ca fait quatre mois qu'il m'a laissé. Il m'a demandé de vivre ma vie d'humaine.

J'allume une cigarette.

Au début je ne voyais pas ma vie sans lui.

Je réajuste ma mini-jupe noire avec fermeture éclair devant.

Mais maintenant… Je ne veux plus me morfondre.

Mes bas sont en place.

Je veux m'amuser seule ou accompagnée.

Je vérifie mon corset rouge et noir.

J'ai dix sept ans et la… Vie devant moi.

Je regarde mes bottes à talons aiguilles.

Il m'a demandé de m'amuser. Ok. Je vais le faire.

Je prends mon manteau en cuir.

Je recrache la fumée de ma cigarette bien entamée. Charlie va gueuler. Pas le droit de fumer dans ma chambre. Tant pis.

Je sors délicatement, marchant sans faux-pas avec mes talons et descend les escaliers.

« Ou vas-tu ce soir ? » demande Charlie

« Port angeles avec Mike et la bande. »

« Fais attention à toi. »

« Toujours. » dis-je écrasant ma cigarette dans le cendrier.

Charlie ne dit rien, il a l'habitude depuis trois mois. C'est mon nouveau plaisir.

J'entends la voiture. Je me précipite dehors. A peine ai-je fermé la porte que je me fais siffler par les garçons. Je tourne sur moi-même en me déhanchant, les allumant un peu plus.

« Allez, te fais pas désirer Bella ! » me dit Tyler alors que je les rejoins doucement.

Je monte sur la banquette arrière à coté d'Eric. Tyler monte devant à coté de Mike qui conduit.

Je cherche mon briquet en ouvrant la fenêtre.

« MERDE ! » râlai-je

Je me détache et m'avance derrière Mike, mes mains finissent dans ses poches à la recherche d'un briquet. Lui aussi fume. Alors que je frôle son entrejambe, la voiture fait un écart, mais moi je rigole vu que j'ai trouvé l'objet que je cherchais. Je rigole en allumant ma cigarette.

« Et bah, mon petit Mike, perturbé ? » me moquai-je

Pourtant il devrait avoir l'habitude. Je pose mes pieds sur les cuisses d'Eric. Sa main vient sur ma cuisse. Je le regarde avec un sourire en coin. Sa main remonte sur ma cuisse et s'arrête en haut de mes bas.

« Quoi ? Tu n'aimes pas ? » demandai-je innocemment.

Après mon petit mois de déprime, je me suis mis une grosse claque et ai fait des hommes, mes jouets. J'ai appris à mentir, domaine ou je n'excellais pas. Maintenant, je manipule, je m'amuse. Je ne reparle qu'avec ces trois la. Les autres n'ont pas d'importance. Je crois que je suis passée pour la salope du lycée. Ils racontent tous qu'après Cullen je couche avec Mike, Tyler et Eric. Comment les blâmer ? Ils n'ont pas vraiment tort. Mais je ne l'avouerais pas. Ils m'oublieront tous à la fin du lycée. Puis qu'ils viennent me dire quelque chose. Je vais les recevoir. J'ai changé, les gens m'évitent, soit disant je ferais à moitié peur. S'ils savaient…

« J'ai une autre surprise. » dis-je le fixant toujours.

Je prend sa main et la remonte encore. J'écarte légèrement mes cuisses. Ses doigts effleurent mes lèvres intimes. Je laisse échapper un gémissement provoquant même s'il ne me fait pas plus d'effet que ça.

« Tu vas nous rendre fou Bella. » dit Eric laissant ses doigts s'attarder sur mon intimité.

Je souris en coin. C'est le but mon petit c'est le but. Vous profitez de mon corps mais rien d'autre. Je n'ai plus de cœur. Il me l'a arraché en partant. Stupide mec.

« Au lieu de tripoter Bella, sors de la voiture. » grogne Mike

Je sors rapidement et embrasse rapidement Mike sur la joue. On est arrivé devant la boite la plus branchée de la ville. Normalement faut faire la queue mais vu qu'on y vient toutes les semaines, on est connus. Bon j'ai aussi couché avec le videur. Pas de ma faute j'avais un peu bu et dans le noir il avait des airs de LUI.

On s'installe à notre table. Je commence avec une vodka et red bull. Et oui je bois en plus. Eric essaye de remettre sa main sous ma jupe mais je le pousse.

« Plus tard mon poussin. »

Je bois un deuxième verre et part danser dans la cage. Je m'éclate pendant une bonne heure. Faisant défiler les mecs qui dansent avec moi. Je laisse leurs mains sur moi, ils ne me tripotent pas non plus. Faut pas pousser. Un type m'offre à boire, je le suis. On discute. Un peu, enfilant les verres. Je tiens bien l'alcool. Pour être bourrée, il m'en faut. L'habitude ? Surement… Après six ou sept verres je le quitte, il m'énerve. Je rejoins mes amis sans prêter attention aux autres. Pourtant je sens un regard insistant sur moi. Je n'y fais pas attention, j'ai l'habitude de ses regards. Ceux des hommes qui se demandent ce qu'il y a sous ma jupe et si mon décolleté n'est pas rembourré. Et non il ne l'est pas mais vous ne le verrez pas.

Je m'assois. Tyler embrasse une greluche. Eric est bourré et écroulé sur la banquette. Mike est sobre.

« Mon cher petit Mike. On va danser ? » demandai-je

Il ne se fait pas prier et me suit. On danse super serrés. En gros je l'allume à mort.

« Bordel Bella j'ai trop envie… »

Même pas foutu de dire le mot SEXE. Je lui répèterai en boucle jusqu'à ce qu'il tombe évanoui de gêne. On finit rapidement dans les toilettes. Mon estime de moi à sérieusement baissé mais je fais tout pour l'oublier… Autant pour lui que moi c'est très difficile. Il ne se rend pas compte de ce qu'il m'a fait subir. Il a dit que pour lui en vampire c'était dur mais MOI il y a pensé ? Non ! Pas une seule PUTAIN de seconde.

Voila, à chaque fois que je couche avec un garçon je repense à lui. J'aimerais que ce soit ses mains qui me touchent. Est-ce pour ça que je couche avec autant de personnes ? Surement.. Après tout je suis Bella… Isabella Swan. La... Ouh la, je m'égare. Peu importe.

Une fois fini, on retourne chercher Eric et Tyler. Une fois chez moi je m'écroule sur mon lit. Stupide condition d'humaine. Toujours fatiguée. Je m'endors toujours habillée. Le lendemain je me réveille vers quatorze heures. Je prend une douche et descend prendre mon petit déjeuner composé d'une cigarette et d'un verre de jus d'orange. Je rejoins mon père assis dans le salon, toujours avec ma cigarette.

« Lut. »

« Bonjour demoiselle. »

« Pas de leçon de moral, j'ai passé l'âge. »

« Je sais ma belle. Je sais. » sourit-t'il blasé. « Tu deviens vieille, fais gaffe. »

On rigole.

« Jacob a appelé. Il voulait te voir. » me dit Charlie « J'ai appris que les Cullen étaient TOUS revenus. Soit disant partis voir de la famille en Europe. »

« Ohhhhhh. »

C'est tout ce que je trouve à dire.

« Je retourne dans ma chambre. »

Je me vautre sur mon lit. Ca veut dire que demain je vais le revoir. Compte pas sur moi Cullen pour te tomber dans les bras. Je vais continuer ma vie comme je l'entend, même si au fond de moi j'ai envie de lui sauter dessus et de l'embrasser. De lui pardonner la souffrance qu'il m'a fait endurer. Juste pour calmer mon cœur qui saigne - façon de parler - à chaque seconde.

Habillé d'une jupe blanche courte, d'un dos nu gris, des chaussures grises à talons style années trente, accompagné d'un manteau blanc, je monte dans ma voiture et part au lycée. Je ferme la porte de ma voiture. Vivement la fac pour commencer une nouvelle vie. Encore. Je prend mes meilleures amies - mes cigarettes - et en allume une. Je les vois loin de moi sur le parking. Je sens ce même regard que samedi soir. Etaient-ils en boite eux aussi ? Peu importe. Je me dirige de ma démarche gracieuse vers les bâtiments, fumant ma cigarette. Quand je passe à coté d'eux, je ne leur adresse pas un regard et les provoque crachant ma fumée. Je rejoins mes amis qui m'attendent.

« Salut Bella. Toujours aussi canon ! » me dit Mike

« Arrête tu vas me faire rougir ! » rigolai-je

Tyler passe son bras sur mes épaules en jetant un coup d'œil à Cullen derrière nous. Je ne veux pas savoir à quoi il pense mais je rigole attirant le regard des autres sur moi.

PDV EDWARD

Je vois Bella arrivé sur le parking et s'allumer une cigarette. Je lui avais dit de profiter de la vie, pas de la bousiller ! Ma colère monte doucement en moi. Je voudrais qu'elle me regarde et qu'elle comprenne que je suis désolé, que je ne voulais pas ça. Pitié Bella, regarde moi. Mais non, elle nous ignore royalement allant même jusqu'à me provoquer en crachant sa fumée devant moi. Mais le comble étant les pensées des trois garçons qu'elle rejoint et qui rêvent de coucher avec elle. Je retiens un grognement sourd quand Tyler passe son bras sur les épaules de MA Bella. Et ses pensées sont tellement érotiques. Gros pervers. Alice, rappelle moi pourquoi nous sommes revenus ?

Parce qu'Alice me l'a demandé.

Parce que ma famille me l'a demandé.

Parce que Carlisle a cru en mon avenir avec elle.

Parce qu'il me cache quelque chose la concernant.

Parce qu'elle me manquait.

Parce que au fond je savais que j'avais fait une connerie.

Parce qu'elle me manquait.

Parce que je suis complètement accro à cette humaine.

Parce que SURTOUT elle me manquait.

Jasper me tape sur l'épaule pour me réconforter. Après tout je l'ai cherché en la laissant.


 

Une semaine qu'elle m'ignore mais le vendredi j'essaye de lui parler et je me suis fait rembarré comme il faut.

« Bella ? Peut-t'on parler ? » lui demandai-je la retenant gentiment par le bras.

Elle se détache de moi.

« T'es qui toi ? On se connait ? » demande-t'elle froidement avant de partir.

« Je t'avais dit que cela n'était pas une bonne idée. » dit Alice enfonçant un peu plus le clou.

« Allons en boite ce soir ! » sourit Emmett. « Entre hommes ! »

« Si tu veux. » bougonnai-je

Le soir une fois notre relookage made in Alice réalisé, nous partons. ENFIN ! On va à Port Angeles, dans la boite la plus branchée. La soirée est bien avancée quand on entend des sifflements provenir de la piste. Ce que nous voyons avec mes frères est …

PDV BELLA

Jacob m'a piqué une crise comme quoi on ne se voyait quasiment plus. Alors ce soir on va en boite. Juste lui et moi. Je l'adore certes mais sortir juste lui et moi on dirait… Un couple. Sauf que je vois au loin les trois Cullen. Ok. Finalement on va bien s'amuser. Alors que nous sommes un peu imbibés, surtout lui, je le tire pour danser.

Je l'allume comme une folle, le pauvre, son pantalon n'en peut plus. Et mon cul se frotte outrageusement à lui. Mes mains glissent sur sa nuque. Le reste de mes cours de danse sont utiles. Je fais des gestes digne d'une strip-teaseuse. Rapidement tout le monde s'écarte pour me laisser faire. Des sifflements se font entendre. Allez Cullen, montre toi, je sais que tu entends leur pensées lubriques.

Ca y est il est la, avec Jasper et Emmett. Leur tête est impayable.

Choc.

Etonnement.

Choc.

Excitation.

Choc.

Envie.

Choc.

Désir.

Moi je rigole intérieurement. Tu en veux plus mon petit Jasper.

Excitation.

Jasper fait un sourire en coin que je lui rend. Je reporte mon attention sur mon ex petit-ami de vampire. Je fais des gestes encore plus sensuelles sur ce pauvre Jacob qui n'en peut plus. Ma langue glisse sur ma lèvre supérieure, mon regard est de braise. Mes mains glissent de ma poitrine à mon ventre, effleurent mon intimité.

Mais vient la fin de la chanson. Je me pousse de Jacob tout en fixant Edward. Avec mon ami nous partons.

« Tu viens Jacob, je vais me faire pardonner ! » lui murmurai-je à l'oreille, mon regard toujours planté dans les beaux yeux dorés du vampire.

Je sais que tu m'entends Cullen, mais tu vois ce que tu perds. Dommage.

Avec un rire frivole nous quittons la boite. Dommage que je ne sois pas empathe. Jasper doit se marrer.

Je dépose Jacob chez lui une fois pardonner comme il faut et part faire un tour…


 

Alice m'a envoyé des messages dimanche pour savoir ce que j'avais fait aux garçons, elle n'a rien vu, Jacob étant avec moi. Je ne lui ai pas répondu. On inverse les rôles Alice. Je te fais tourner en bourrique.

Puis techniquement je ne leur ai rien fait. C'est eux tous seuls qui ont regardé. Elle m'a dit qu'ils étaient dans la lune. Tous les trois…

Suis-je doué à ce point ? Faut croire.

Mais je sens que le lundi va être différent. Puis je me sens encore…

Pendant la pause déjeuner, je pars me promener dans les bois, j'ai compris que les filles Cullen voulaient me parler. Elles me suivent, je les entends derrière moi.

« Mais qu'ai-je donc fait à vos maris ? » demandai-je moqueuse sans me retourner.

Je trouve un arbre couché et m'y assoit. Elles se plantent devant moi. J'aurais presque peur.

« Pourquoi ne veux-tu pas nous le dire ? » supplie Alice. « Tu es pourtant ma meilleure amie. »

J'éclate de rire, un rire faux et m'allume une cigarette en croisant mes jambes dénudées.

« Était ma petite Alice. Tu es parti tout comme LUI. » crachai-je « Mais je sais, tu ne voulais pas, tu voulais rester avec la petite humaine que je suis … Bla bla bla bla bla. »

J'ai quand même une pointe de remord quand je la vois sangloter mais je ne le montre pas.

« Ton adorable frère t'a dit que moi aussi j'avais quelque chose à lui dire AVANT ? » demandai-je n'attendant pas de réponse. « Non, bien sur. Mais tu vois ce que MOI j'avais à lui dire aurait pu changer l'avenir mais MR étant trop égoïste à préférer lâcher la basse besogne et fuir à toute jambe. C'est sur que c'est plus simple de partir que d'assumer ses sentiments. » Je les fixe. « OH pitié ne me regardez pas ainsi, je sais qu'il m'aime toujours malgré qu'il a préféré prétendre le contraire. Je ne suis pas si sotte. Il suffit de voir sa tête. Mais rassurez moi, ce n'est pas parce que vous être revenus que vous CROYEZ que je vais vous pardonner en un claquement de doigt ? Hein ? Ca risquerait de me vexer. » dis-je avec une moue boudeuse.

« Comment oses tu nous parler ainsi ? » crache Rosalie

« En alignant un mot après l'autre » la provoquai-je sans la lâcher des yeux.

Il ne lui en faut pas plus pour faire exploser le bouchon de la belle blonde qui se met à courir très vite vers moi, surement prête à me tuer.

PDV ALICE

J'ai à peine ma vision de Rosalie sautant sur Bella que celle-ci se produit. Edward l'a surement vu et va arriver avec les garçons. Je n'ai pas le temps d'arrêter ma sœur qui se précipite sur Bella. Bella l'humaine. Néanmoins ce que je suis en train de voir me perturbe. Et pour cause : Rosalie n'a pas eu le temps d'atteindre Bella que celle-ci d'un geste négligeant avec son bras, l'a repousser. Je ne l'ai d'ailleurs pas vu se mettre debout, surement trop concentré sur Rosalie. Rosalie qui finit dix mètres plus loin, aux pieds des garçons qui reste ébahis comme nous tous.

Bella émet un grognement humain voyant sa cigarette écrasée. Elle s'en rallume une autre alors que Rosalie se relève choquée et énervée, elle va pour repartir à l'attaque mais Emmett la retient. Bella esquisse un faux sourire voyant la scène.

« Tu as tellement changé… » soufflai-je ne me préoccupant pas du fait qu'une humaine à envoyer un vampire loin d'elle.

Pour toute réponse elle éclate de rire, mais un rire vrai, elle en pleure. Je ne vois pas ce que j'ai dis de drôle. Rosalie se débat toujours très énervée.

« Rosalie, arrête, tu vas encore te faire du mal… Puis franchement… La honte… Se faire battre par une pauvre petite humaine fragile qui se brise SI facilement… » dit-t'elle fixant Edward. « La preuve… » dit-t'elle fixant Rosalie

Ce sont les mots qu'il lui a dit. La encore elle éclate de rire. Personne ne comprend et personne n'ose lui demander comment elle a pu faire CA.

« Quand vous serez moins … » commence t'elle « Non laissez tomber… »

Puis elle s'en va en fredonnant la berceuse qu'Edward lui a écrit. Chaque note est bonne, le ton est bon… Comment peut-elle se souvenir de cela aussi précisément ? Rosalie se calme même si elle rêve de dévisser la tête de Bella. Nous aussi on repart en cours.

« Elle a de la chance que tu l'aimes, parce que sinon… » dit Rosalie à l'intention d'Edward

« Il faudrait que l'on en parle à Carlisle. Aurait-t'elle un pouvoir ? » propose Emmett

« Il va se mettre à paniquer. Dès que l'on en parle il… » commence Jasper

« Il pense forcement à autre chose, me cachant ses pensées. »

« Il a insisté pour que tu retournes auprès de Bella. » dis-je

« Cette humaine est vraiment forte… » constate Rosalie toujours énervée.

Et si elle n'était pas ce qu'elle prétend être ?

PDV BELLA

Je repars toute fière de moi. Ca soulage. Par contre je risque d'avoir un bleu.

« Tu étais ou ? » me demande possessivement Mike.

« En train de me masturber dans les toilettes. » dis-je me suçant un doigt.

Non mais il se prend pour qui ? Stupide mec. En plus il bave. Voila les Cullen sont de retour et moi j'ai plus envie de m'amuser. Enfin plus envie de coucher avec n'importe qui. Je ne le montre pas mais je le trouve toujours aussi sexy et attirant. Vais-je résister à l'envie de l'embrasser ? De le toucher ? Certes il m'a fait mal, mais lui aussi s'est fait mal. Et vu son état il doit souffrir atrocement… Plus que moi ? Egalité. Mais s'il recommençait ses crises « Je vais te faire mal ? » le supporterai-je encore.

A moins que je lui dise comme j'avais prévu de lui dire il y a quatre mois ?

On verra.

Puis finalement non.

Il n'a que ce qu'il mérite.

Mais moi ?

Est-ce que je veux être heureuse ?

Est-ce que je veux un autre homme que lui ?

Probablement pas.

Impasse…

Lui dire.

Mais s'il m'en veut d'avoir garder ce secret pendant si longtemps ?

Si jamais il repart.

Mais cette fois-ci vraiment énervé.

Le supporterai-je ?

Non.

Mourir ?

Si cela était si simple.

Jacob ?

C'est sur il me tuerait sans hésiter.

Est-ce que je veux perdre mon ami ?

Au dépend de mon amour ?

Au dépend de mon cœur ?

Je l'ai traité de lâche.

Mais je ne suis pas mieux.

J'aurais pu le retenir.

J'étais trop anéantie pour parler et bouger.

Excuse ?

Stupide condition d'humaine.

A qui la faute ?

« Miss Swan ? Pouvez nous faire par de vos songes ? » demande mon prof.

Je lui fais un sourire d'excuse qui semble lui convenir.

Une fois arrivée chez moi, je redeviens MOI, fait mes devoirs et part faire un tour dans les bois.

PDV JASPER

Après notre entrevue avec Bella et nos cours mortellement ennuyeux, nous rentrons à la maison interroger Carlisle. Rosalie lui explique ce qui s'est passé. Je le sens tendu. Edward n'a pas l'air satisfait. Il doit encore lui cacher ses pensées.

Avec toutes mes années d'existence, je n'ai jamais vu un tel pouvoir.

« Serait-elle un genre de super girl ? » demande Emmett

« Ou un autre super héros ? » propose ma femme, très songeuse.

Carlisle retient un sourire devant notre bêtise. Faut dire qu'il y a de quoi.

« Tu as une explication. Pas vrai Carlisle ? » demande Edward.

« Oui, j'en ai une. Mais ce n'est pas à moi de vous le dire mais à Bella si elle le veut. Mais je peux toujours écouter vos propositions. »

Toutes les idées les plus idiotes sortent de nos bouches. Mais d'un coup je me fige, je sens un vampire. Les autres aussi. Il approche, il est proche de la maison. Sa vitesse ne réduit pas. Sans frapper à la porte le vampire entre. On se fige tous devant ELLE. Ses yeux sont bizarre, un mélange de rouge et or. On dirait un nouveau-né en train de devenir végétarien.

« Bonjour. » sourit Carlisle.

« Bonjour ! » répond-t'elle souriante.

Elle s'installe sur un canapé comme si de rien était en nous ignorant.

« Sympa vos idées, certes très stupides mais sympa. » rigole la vampire.

Quel culot. Carlisle vient s'assoir à son coté. Le reste de la famille la rejoint.

Etonnement.

Surprise.

Joie.

Edward est le seul à rester debout planté dans le hall, comme figé.

« Edward viens poser ton cul sur ce fauteuil au lieu de me regarder ainsi.. » ordonne-t'elle

Il vient s'assoir sans la quitter des yeux. Elle ne va pas s'envoler, pensais-je. Il grogne pour me répondre mais reste fasciner devant l'intruse.

Elle commence à discuter avec Carlisle comme si nous n'étions pas la.

« Vu leur tête, je vois que tu as gardé le secret. »

« Mais comme tu me l'a demandé. » sourit Carlisle. « J'avais juste des doutes quant à ton identité. Je ne t'avais jamais vu sous ta forme humaine. Mais ton regard m'a convaincu que c'était toi. »

Il rigole.

« Tu faisais déjà peur à la garde chez les Volturi. Démétri et toi étaient de vraies terreurs. »

« Et ! » Elle le frappe gentiment. « Sois gentil avec mon frère ! »

On reste tous étonnés des révélations du vampire. Démétri ? Son frère ? Mais au point ou nous en sommes. Et apparemment ce n'est pas fini.

« Puis d'abord il EST toujours ! » boude Bella nullement vexée.

« Au risque de te mettre en colère, mais pourquoi as-tu décidé de révéler ton secret que tu gardais si précieusement ? » demande notre père qui est le seul à piger la conversation. « Tu t'étais promis de le garder pour toi. Même si je n'ai jamais su pourquoi. »

« Pourquoi je ne peux pas lire dans ses pensées ? » boude Edward « J'essaie depuis quelques minutes et RIEN. »

Bella le regarde pour la première fois et sourit en coin.

« Ah, les jeunes ! » souffle la vampire.

On s'offusque tous.

« Et quel âge as-tu ? » crache Rosalie

« Mmm, cinq cent deux ans dans quelques mois. » dit-elle comptant sur ses doigts « Et toi ? »

On la regarde tous choqués.

« Bref. « Souffle Bella « Je n'aime pas parler de moi. »

On esquisse tous un sourire. Cela ne change pas.

PDV BELLA

Je dois me lancer, j'ai fait le plus dur et le plus important, protéger les pensées de Carlisle. Je veux qu'ils l'apprennent de ma bouche. Je souffle inutilement.

« Pour en revenir à ta question, j'y ai pensé pendant presque un an. » Je regarde Edward.

J'y ai pensé depuis que je sortais avec Edward. Je voulais lui dire mais après cinq cent ans de silence c'était dur. Je ne me cherche pas d'excuse. Je suis consciente de mes erreurs. En sachant qu'il était un vampire, j'aurais du lui dire au bout de quelques minutes mais non. Je me suis dégonflée, le courage n'est pas ma principale qualité. Puis apparemment il aimait mon coté humain, mon cœur qui bat, mon sang, mes larmes et tous les désagréments qui vont avec… Comme aller au toilette, dormir…

Un raclement de gorge me fait revenir sur terre.

Je souris sans joie repensant à cette journée horrible ou tout s'est fini entre lui et moi.

« Mais le jour ou je me décide ENFIN, ça ne se passe pas comme prévu. »

Je peux voir Edward chercher dans ses souvenirs.

« Allez, Edward, réfléchis, je suis sur que tu vas trouver. Puis je ne suis pas tomber amoureuse de toi juste pour ton physique. »

« Le jour ou… »

« Mais vas-y, dis-le. »

J'enfonce un peu plus le couteau dans mon cœur mort et surement dans le sien.

« Bella… » me supplie-t' il

Mes émotions en temps que vampire sont décuplées mais mes émotions en temps d'humaine sont plus… sensible, et sont ma faiblesse.

Je ne lâche pas Edward des yeux, je veux qu'il voit ma tristesse, mon désespoir.

Je ne sais pas combien de temps on reste les yeux dans les yeux.

« Bon on va vous laisser. » dit Alice

« Ca va bien se passer » me promet Carlisle « Bon courage »

Je l'ai beaucoup apprécié pendant son séjour chez les Volturi. Je faisais parti de la garde. Carlisle est différent des autres. Il a de la compassion, il a un coté humain. C'est cela qui m'a fait me servir de mon don plus souvent, même si je le garde secret comme si j'en avais honte. Peut être est ce le cas ?

PDV EDWARD

Je la détaille, ses paroles m'ont fait du mal mais pas autant que j'ai pu nous en faire. Parfois je suis trop con.

Elle est si belle, si parfaite. Cela fait bizarre de la voir en vampire. Plus les minutes avancent, plus ses yeux deviennent comme les miens.

« Tes yeux. » dis-je

« C'est normal, ils sont rouges quand je me transforme. »

« Et comment fais-tu pour… »

Je fais un geste vague désignant tout son corps.

« Vas-tu éviter le sujet en me parlant de mes modifications ? » me demande-t'elle

« Cela en fait parti. » la contrai-je

« Je ne vois pas en quoi notre rupture fait partie de ma condition vampirique »

On se toise. Aucun de nous deux ne veut parler en premier.

« Je m'en veux. » m'excusai-je

« Moi aussi je t'en veux… »

Ses mains tremblent, elle souffle inutilement contenant sa colère mais je la devance.

« Chaque minutes écoulés depuis que je t'ai laissé dans les bois sont une torture pour moi. Mais ce n'était rien en comparaison de ce que tu m'as fait subir au lycée."

"Mais je t'ai pris au mot Edward, je me suis amusée." dit elle brisée, comme si elle faisait tout pour oublié. "Mais tu n'as pas pris en compte que je NE peux PAS t'oublier."

"Moi non plus." soufflai je à vitesse vampirirque. Je me rapelle mes moments de souffrance et vu son regard elle aussi souffre. "Je pourrais m'excuser pendant des années tu les refuserais toujours. Je t'ai laissé pour que tu vives une belle vie bien remplie loin du mons… »

« Si tu avais su AVANT ce que j'étais, m'aurais tu laissé ? » demande-t'elle brisée

« Non. » dis-je catégorique "J'avais peur de te briser à chaque fois que tu étais près de moi."

« Et maintenant, il va se passer quoi entre toi et moi ? »

« Cela dépend que de toi, soit tu retournes avec ces crétins en redevenant humaine et tu continu cette mascarade, soit tu restes TOI, la Isabella Swan qu'à connu mon père, celle que tu es au fond. » dis je essayant de rester neutre mais avec une pointe d'espoir pour la deuxième solution.

« Et toi que veux-tu ? L'humaine avec un cœur qui bat, un substitut de sang dans mes veines, une dormeuse, une faible humaine ou ton égal ? »

« Que voulais-tu me dire avant que je fasse la plus grosse boulette de ma vie. »

« Ce que je voulais te dire ? Tu n'en as pas idée ? » demande t'elle choquée

« Si mais je veux que tu me le dises. »

« Tu aimes souffrir ? »

« Cela n'est rien en comparaison de ta souffrance, je l'ai vu dans tes yeux d'humaines. »

« Ce que je voulais te dire c'était ça. » Elle se désigne. « Mais tu vois le problème c'est quand je reste trop longtemps humaine je garde leur faiblesse. Leur vulnérabilité aux sentiments. Tu étais ma faiblesse Edward Cullen." souffle t'elle " Mais ça c'est fini. »

Je la regarde vraiment étonné.

« Mais maintenant à toi de décider si tu veux voir la Bella qui est ton égal ou garder dans ta tête le souvenir de la fragile et innocente Bella. Parce que tu vois, j'en ai marre d'être humaine, de dormir, de fumer, de boire, de coucher avec des crétins pour t'imaginer à leur place, juste m'imaginer dans tes bras. »

Je me mets à genoux devant elle, je prend mes mains dans les siennes. Je veux qu'elle comprenne que j'ai fait une énorme erreur, qu'elle soit humaine ou vampire mais Je vais avoir du mal à me faire à sa condition vampirique. Mais je crois que je la préfère comme elle est...

« Je veux, toi, la vraie toi. » dis-je m'approchant d'elle.

Elle se met à genoux comme moi.

« Embrasse-moi. » souffle t'elle.

Pour la première je ne me retiens pas. Je peux sentir son soulagement, sa frustration, surtout sa frustration, son amour. Comment fait-elle pour ne pas m'en vouloir ? Cette fille est en or.

On s'assoit sur le canapé toujours en s'embrassant.

« Ferme les yeux » me murmure-t'elle

Je m'exécute.

« Ouvre. » dit-t'elle deux secondes plus tard

Elle est plantée devant moi en sous-vêtements sexy.

« Cullen tu as trente secondes pour me faire l'amour sinon je peux t'assurer que tu ne verras plus mon cul ! » dit elle laissant sortir toute sa frustration.


 

FIN

Voila cette petite OS est finie, j'espère qu'elle vous a plus ! La fin est peut être un peu rapide mais Bella est frustrée et elle a tellement rêvé de lui, alors pourquoi attendre ? Puis vous résisteriez ? Moi, personnellement NON !

22 votes. Moyenne 3.64 sur 5.

Commentaires (4)

1. Katner jeudi, 29 Décembre 2016

J'ai bien aimé cette os.

2. bella 23 samedi, 03 Mai 2014

3. love lundi, 10 Septembre 2012

4. love lundi, 10 Septembre 2012

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : mercredi, 26 Avril 2017