Fiction Litterature

Un voeu

1

 twilight.jpg

Résumé : Jasper fait un vœu, celui de devenir humain pendant une année. Il rencontre Bella. A la fin de cette année, il doit faire un choix, soit il reste humain avec elle, soit il redevient vampire. Il choisit la deuxième proposition. Il revoit Bella 2 ans plus tard mais sa vie a complètement changé.

Disclamer : Tout à Stephenie Meyer.

Beta : Zazalo

BONNE LECTURE

PDV JASPER

Je la trouve enfin, je l'ai cherchée plusieurs mois, elle n'est pas facile à trouver où disons plutôt qu'elle ne se laisse trouver que parce qu'elle le veut. Très peu de personnes l'ont vue et leur vie a été complètement bouleversée.

- Major Jasper Whitlock.

- Et que puis-je pour vous ? demande la femme en face de moi

- C'est vrai, ce que l'on raconte sur vous ?

- On raconte beaucoup de choses sur moi, il va falloir être plus précis.

- Que vous pouvez exaucer un vœu ?

- C'est exact, me répond-elle. Et je suppose que tu en souhaites un ?

Le regard de cette femme me fait froid dans le dos mais je ne peux pas faire demi-tour, j'ai suffisamment cherché avant de la trouver mais par-dessus tout je veux ce vœu.

Cela peut passer pour un caprice mais il n'en est rien.

Je veux lui répondre que je suis venu pour prendre le thé mais la vexer n'était pas le but. Après tout elle détient mon avenir dans ses mains et jouer avec le feu n'est pas ce que je préfère. J'avais aimé cela mais plus maintenant.

- Je ne bois pas de thé, répond-elle neutre.

- Moi non plus.

Elle me fixe amusée. Je n'étais pas un ancien combattant pour rien, je ne me laisse pas faire, sauf Alice qui me manipulait. Je voulais m'éloigner aussi à cause de cela, ne pouvant plus vivre cette vie bien rangée, j'avais besoin d'action et de changement. J'aurais pu rejoindre Peter et Charlotte mais tenir la chandelle n'est pas mon passe-temps favori. Non, je veux autre chose, j'espère que cette femme pourra me l'apporter.

- Tu es à la fois indécis mais aussi déterminé. Cela est bizarre, commente-t-elle. Mais je pourrais t'apporter ce que tu veux.

Je m'efforce de ne pas trop y penser devant elle, je sais ce que je veux, alors je lui avais annoncé.

- Je veux une année en humain, dis-je sûr de moi.

- En es-tu vraiment sûr? Une fois fait tu n'auras plus le choix. Aucun retour en arrière ne sera possible, alors sois sûr.

J'acquiesce. J'avais passé des mois à peser le pour et le contre. Je n'ai jamais autant réfléchi pour prendre une décision comme celle-là. Il faut dire que ce n'est n'importe quoi non plus.

- Je suis sûr, affirmais-je en hochant la tête

- Tu n'auras aucun contact avec ta famille, ils ne sauront pas où tu es, sauf s'ils te trouvent, explique-t-elle.

J'acquiesce, encore. Je ne veux pas qu'ils me trouvent, je veux être juste moi. Me recentrer sur moi. Être juste avec moi. Sans qu'il y ait quelqu'un pour lire dans mes pensées, quelqu'un qui commente mon avenir et me dire ce que je dois faire ou non. Je ne veux plus de vie cadrée mais des surprises. Et surtout je veux aussi faire un break avec mon don, les émotions de ma famille me rende dingue, parfois.

- Tu as de bonnes intentions, commente-t-elle. Il est bien de faire des choses pour soit.

Elle me fixe, m'étudiant. Je n'aime guère cela mais elle est maitresse de la situation.

- Tu te doutes que ta vie va changer complètement ? me dit-elle mystérieuse.

Je voulais l'interrompre pour lui dire que cela m'importe peu mais elle me fait taire d'un geste de la main.

- Que toute ton éternité en sera bouleversée, continue-t-elle comme si elle savait ce qui allait se passer. Oui je sais ce qui va se passer. TOUT ce qu'il va t'arriver, dit la sorcière. Je sais aussi que tu finiras par me remercier, rigole-t-elle.

Rire que je ne partage pas.

Je suis septique mais je suis là et j'y reste. Je peux lui demander ce qui va m'arriver mais je doute d'obtenir une réponse.

- Effectivement, je ne te dirai rien puis tu veux des surprises, non ? me demande-t-elle amusée

Je sens que la situation commence à m'échapper mais je me force, sans vraiment le faire, à répondre.

- Oui.

- Parfait, dit-elle un sourire carnassier aux lèvres. Tu vas être servi.

Elle s'approche de moi, toujours ses yeux plantés dans les miens.

- Que ton vœu soit exhaussé ! murmure-t-elle d'une voix charmeuse en me caressant la joue.

Je me sens bizarre, ce n'est pas douloureux comme la transformation en vampire mais ce n 'est pas non plus agréable, je sens les changements qui s'opèrent en moi, mes sens redeviennent humaines, je vois moins bien, j'entends presque plus rien - comparé à ma vie de vampire -, ma température remonte, il m'est indispensable de respirer, j'ai même senti le premier battement de mon cœur, et par-dessus tout je ne ressens plus les émotions, je suppose que mon charisme reste présent, normalement. Je l'avais humain, il doit être toujours là ?

- Satisfait ? demande-t-elle amusée.

- Je suppose, dis-je incertain.

Ma voix humaine m'a surpris mais je me doute que je ne suis pas au bout de mes surprises.

Je l'avais voulu, et maintenant je suis servi.

Toujours avec son sourire amusé elle m'a tendu un miroir.

- NON MAIS C'EST QUOI CE BORDEL ? hurlais-je

A suivre…

OoO

Enfin si ça vous plait ?

Bonnes ou mauvaises critiques ?

Je vais m'enterrer dans un trou ou je continue d'écrire ?

2

Beta : Zazalo

PDV JASPER

- NON MAIS C'EST QUOI CE BORDEL ? hurlais-je.

Je m'étudie sous toutes les coutures. Je suis... Oh mon dieu... Je... C'est... Je suis...

- Comment ? Tu n'aimes pas ? demande-t-elle toujours moqueuse. Tu es humain, non ? Tu as eu ce que tu voulais, continue-t-elle amusée.

- On dirait que j'ai 17 ans ! » grinçais-je des dents. J'ai été transformé à 20 ans !

- Je sais, dit-elle amusée en haussant les épaules.

Elle me tourne le dos pour retourner s'assoir dans son fauteuil. Je la regarde faire, elle s'amuse clairement de la situation, mais je savais aussi à quoi m'attendre, cette femme est considérée comme une sorcière avec énormément de pouvoir et de savoir. Je dois lui faire confiance même si je trouve cela bizarre, d'ailleurs ses dernières phrases étaient bizarres et pleines de mystère.

- Oh j'oubliais ! Tu es inscris au lycée, en dernière année. A Harbor à Newport Beach, Californie, rajoute-t-elle toujours moqueuse.

- Hein ? dis-je estomaqué.

Non mais qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Comme si je n'allais pas assez au lycée. Je ne veux pas y retourner et puis quoi encore ?

- Mais LA, ça sera différent. Tu es différent. » dit-elle toujours amusée. « Puis de toute façon tu n'as pas le choix.

Je retiens mes paroles pleines de colère pour me concentrer et ne pas sortir des mots que je pourrais regretter. Et ne pas oublier que maintenant je ne suis qu'un simple humain sans vraiment de défense.

- J'ai peur de ne pas saisir le pourquoi du comment, dis-je d'une voix relativement calme.

Je suis aussi assez perdu mais une voix au fond de moi me dit d'avoir confiance. Je deviens fou ? Je n'ai pas écouté beaucoup de monde dans la vie et on ne peut pas dire que ça m'a vraiment réussi...

- Je sais, mais tu comprendras bientôt, dit-elle à nouveau mystérieuse.

J'essaye dans ma tête, tout un tas de scénario mais rien n'est cohérent.

- Très bien. Nous sommes le 25 juin, tu as une année, jour pour jour. Le 25 juin de l'année prochaine nous nous reverrons.

Elle va pour m'envoyer dans ma nouvelle ville - je ne sais pas si je voulais aller au lycée, je verrai bien mais si elle l'a décidé c'est qu'il y a surement une bonne raison - mais avant j'ai une question.

-Ma famille pourra-t-elle me retrouver ?

- Ta vraie famille n'est pas forcément les personnes que tu crois, explique-t-elle mystérieuse et moqueuse

J'ai à peine cligné des yeux que je me retrouve sur le bord d'une plage, en face d'un bâtiment qui propose des locations d'appartements. Je me souris à moi-même, cette femme est incroyable mais un peu flippante. Encore pire qu'Alice. Je frissonne en pensant à elle. Je ne veux pas penser à mon ex ni à personne d'autre. Il n'y a que moi.

Je me rends compte qu'à cet instant, je suis où je voulais. J'ai enfin réussi. Je souris. Un vrai sourire. Je suis heureux et serein. Il n'y a que mon bonheur et uniquement le mien. Juste ressentir mes propres émotions est quelque chose que j'avais oublié et j'apprécie de retrouver cela.

J'ai mis quelques jours à m'habituer à ma nouvelle vie, que ce soit pour les choses matériels ou ma nouvelle condition. Et je me souviendrai longtemps de la première fois ou j' avais fait mes courses. Je n'avais pas mangé de la nourriture depuis des années donc j'avais pris les choses au hasard. J'y avais passé quasiment ma journée. Et le pire dans tout cela c'est que je n'aime pas la moitié des choses... Je suis un humain très difficile.

Je me balade longtemps dans la ville, la nuit ou même le jour, avoir la sensation de la chaleur du soleil sur ma peau me fait un bien fou. Les passants me prennent surement pour un fou quand je regarde mes bras au soleil, ils ne scintillent pas et moi je souris comme un idiot. Mais je n'ai que faire du regard des autres.

Finalement je me suis rapidement fait à ma nouvelle condition. Je redécouvre les joies d'être normal, de taper dans un ballon, de ne pas faire peur aux gens, de ne pas avoir envie de leur sauter dessus pour les dévorer. Par contre ce qui n'a pas changé, c'est le regard de la gente féminine sur moi. En tant que vampires nous attirons les regards, mais étant humain, ma première humanité, je n'avais pas prêté attention aux jeunes demoiselles, j'avais pour objectif de rentrer dans l'armée, elle était mon seul but.

Mais là, en période d'été, les hormones des jeunes sont en ébullition. Je remercie la sorcière de ne plus être empathe. J'aurais été fou rapidement mais là c'est juste mes hormones que je dois gérer. Et honnêtement c'est quelque chose que je gère plus facilement. J'ai ressenti les émotions des humains tellement de fois que maintenant cela m'est familier, bien que différent. Je suis redevenu un jeune adulte humain avec tout ce qui va avec bien que c'est moindre vu mon âge. J'ai un certain contrôle de moi.

Un soir, je me balade sur la plage, j'ai entendu du bruit. Une fête. Je m'approche. J'en avais entendu parler mais le voir est une autre histoire. C'est comme si en étant vampire on voyait la vie sans jamais la vivre. Ou comme si on regardait un film sans jamais pouvoir y participer mais là, tout est à ma portée. A moi de saisir ma chance.

Un groupe d'hommes jouent au football américain, plus loin il y a un feu avec de la musique, des gens à moitié nus en train de danser et surement dû à l'alcool. J'ai vu arriver dans ma direction le ballon de foot. Je l'attrape sans vraiment de souci. Avec les garçons de ma famille on jouait souvent au football. En plus musclé bien sûr.

- Eh ! ENVOIE ! crie un mec en levant le bras dans ma direction.

Je vise avant de lui envoyer.

- Joli passe, commente-t-il après avoir récupéré le ballon.

- Merci, dis-je crispé

J'ai encore ce reflex de rester sur la défensive, oubliant que je n'ai quasiment plus rien à cacher. Mon secret ne se voyait plus. Et surtout que je ne suis plus dangereux pour les autres. Je n'ai pas discuté avec beaucoup de monde depuis ma transformation.

- Tu es nouveau dans le coin, on ne t'a jamais vu par ici.

- Ouais, je viens d'arriver en ville, dis-je me détendant un peu.

Je ne suis pas trop habitué au contact facile avec les gens, j'ai passé 148 ans à fuir les gens ou eux me fuyait tout dépend du point de vue.

- Je m'appelle Alex, voici Jackson, Jerad et Ben.

- Jasper.

- Salut ! dirent-ils tous souriant.

On a rejoint la fête, j'ai fini avec un verre de bière dans la main et me suis vite habitué à cette foule, c'est la première fois que je me retrouve avec autant de monde autour de moi depuis que mon cœur bat. Ayant la discussion facile, j'ai appris qu'ils sont dans le même lycée que moi et qu'ils font tous partis de l'équipe de foot. Ils veulent même que je passe les tests pour entrer dans l'équipe. Après tout pourquoi pas, je veux du changement et de la spontanéité, j'allais être servi.

Alors que nous discutons deux filles se sont approchées de nous, dont une qui s'est penchée pour embrasser Jackson.

- Tu nous présentes ? a demandé l'autre fille à Alex en me fixant.

- Jasper, je te présente Kristen, la fille la plus nympho de la fête ! s'est-il moqué.

- Eeeh ! dit-elle amusée en le frappant gentiment au bras. Allez, viens danser avec moi ! dit-elle me tirant vers elle par ma chemise.

- LAISSE-LUI UNE CHANCE ! » crie Alex amusé à Kristen. « IL EST NOUVEAU ! LE TRAUMATISE PAS ! »

Elle rigole en roulant encore plus des fesses. Mais je suis amusé de son comportement.

C'est parfois agréable de ne plus penser et d'apprécier la vie.

J'ai commencé à danser avec elle. Une fille sympa qui ne se prend pas la tête puis j'ai fini par danser avec un nombre incalculable des jeunes demoiselles qui à ce que j'ai compris voulaient toutes coucher avec moi. Mais pourtant je les ai toutes refusées.

Je veux m'amuser mais je garde mes principes, je respecte les filles et coucher avec elle juste pour la soirée n'est pas envisageable. Je m'étais suffisamment amusé avec Maria et ses amies quand j'étais encore le major Jasper Whitlock.

Je rentre avec Alex qui habite non loin de chez moi.

- Sympa vos soirées, dis-je

- Tu n'en as pas de comme ça chez toi ?

- Non, dis-je amusé repensant à nos soirées en famille, beaucoup plus calme.

- Et tu vas t'y habituer, c'est tout l'été comme ça ! Sourit-il

Et Effectivement, tout l'été avait été comme ça, fête, alcool, filles mais toujours pas de sexe, enfin pour moi parce que les autres ne se gênent pas. Bien que parfois ça me démange, je résiste.

Par contre je ne comprends pas vraiment pourquoi je suis là, je veux connaitre la vraie raison de ma venue ici. La sorcière ne m'a pas envoyé ici juste pour faire ce que je faisais, c'est-à-dire rien.

Je veux vraiment savoir. Elle gère tout et ne laisse rien au hasard, son immortalité et ses pouvoirs font d'elle la personne la plus puissante qui puisse exister. Il y a des raisons à ma venue ici et si cela se trouve il y en a aussi à mes vacances d'adolescent ? Je suis dans le brouillard.

Soyons honnête ma vie humaine est cool et c'est amusant mais je commence déjà à me lasser. Je suis content que la rentrée soit demain.

OoO

A suivre...

Bon rien de bien passionnant dans ce chapitre mais dans le prochain Bella arrive.

Mais je veux bien vos avis !


 

3

Beta Zazalo

PDV JASPER

Je veux vraiment savoir. Elle gère tout et ne laisse rien au hasard, son immortalité et ses pouvoirs font d'elle la personne la plus puissante qui puisse exister. Il y a des raisons à ma venue ici et si cela se trouve il y en a aussi à mes vacances d'adolescent ? Je suis dans le brouillard.

Soyons honnête ma vie humaine est cool et c'est amusant mais je commence déjà à me lasser. Je suis content que la rentrée soit demain.

OoO

Ça fait quelques heures que je suis dans ce nouveau lycée avec des cours que j'avais déjà fait mais ma mémoire humaine est moins bonne que celle de vampires, alors je dois travailler... Impensable, j'allais mettre des heures pour tout faire, enfin si je les faisais et cela n'est pas sûr. Je n'ai pas signé pour être un Geek. Même si la sorcière gère ma vie, elle ne peut pas tout contrôler. Je l'imagine mal assise en face de moi avec une règle en métal prête à me taper sur les doigts si je ne faisais pas mes devoirs. Risible...

Mais tous mes tracas d'humain se sont envolés quand je l'ai vue.

ELLE.

Elle ne m'a pas vu mais moi oui, des beaux cheveux marrons avec des reflets plus clairs, - sûrement dus au soleil -, une silhouette fine et gracieuse, des formes là où il faut, soyons honnête comme je les aime. J'ai vu ses yeux quelques secondes, marrons, un abime sans fond dans lesquels on peut se perdre.

- Salut mec, a dit Alex me tapant gentiment dans le dos.

Je ne LA quitte pas des yeux. ELLE, je ne sais pas si c'était la raison de ma venue ici mais je l'espère de tout mon cœur.

- Jolie plante, a commenté Alex en suivant mon regard.

Je retiens un grognement possessif, qui est surement pathétique comparé à mon ancien moi, le Major Jasper Whitlock. Avec Alice, j'étais plutôt du genre... Castré... Une raison supplémentaire pour avoir fait ce vœu. J'ai besoin de retrouver le vrai moi. Un mélange entre le Major et le petit ami d'Alice... Enfin c'est comme ça que je voudrais être, mais je ne sais pas si j'y arriverai un jour. Mais je ferai tout pour que ça arrive.

Cette fille peut-elle m'aider ?

Alex me sort de mes pensées.

- Mais elle est carnivore, oublie-la, sourit-il en me tapant dans le dos avant de partir pour son prochain cours.

Carnivore ? Moi aussi je l'avais été...

OoO

- Alors comme ça, Mr Jasper a repéré une fille ? se moque Ben.

- Woua ! Finalement tu n'es pas gay ! rit Jackson.

Tout l'été ils n'avaient pas arrêté de se moquer de ma non vie sexuelle. Pourtant, j'ai beaucoup plus d'expérience qu'eux mais ils n'ont pas besoin de le savoir.

- Ouais, Isabella Swan, se moque Alex.

- OUTCH ! ont dit Ben, Jackson et Jerad.

- Si tu tiens à la vie, ne l'approche pas, m'a informé Jerad.

- Ouais, a frissonné Ben.

Je les regarde étonné. Je ne comprends pas en quoi elle est si horrible. Douce et gentille lui convient mieux.

Un ange tombé du ciel.

Je la vois entrer dans la cafétéria, elle reste à mes yeux, gracieuse, parfaite. Les mecs se moquent gentiment de moi mais je n'en ai que faire et reste persuadé qu'elle est la raison de ma venue ici. Je ne vais pas leur dire que je suis un vampire ayant une année en humain qui suppose avoir trouvé sa compagne. Ils me prendraient pour un fou et finiraient par m'enfermer à l'asile... Non merci !

- Un jour, un mec l'avait invité à sortir avec elle et avait eu le malheur de poser son bras sur ses épaules, elle l'a chopé aux couilles, a serré tellement fort qu'il n'a pas pu bander pendant 3 jours. » raconte Ben.

Malgré tout ce qu'ils me racontent je trouve toujours cette fille désirable. Les filles avec du caractère et qui ne se laissent pas faire sont les plus intéressantes à mes yeux. De plus, elle a de la personnalité et n'est pas une de ces filles communes que j'avais déjà rencontrées.

- Je crains qu'il soit déjà mordu... se moque Jerad.

- Sérieux mec, ne t'approche pas d'elle, tu y laisseras des plumes, m'a dit sérieusement Alex.

- Puis tu n'es sûrement pas son type.

- Et c'est quoi son type ? demandais-je curieux.

- Pas ceux qui sont footballeurs et populaires, enfin pour ce qu'on en sait.

- Enfin si elle a type d'homme parce que ça, on n'est pas sûr... ricane Ben.

Mais je ne les écoute que d'une oreille distraite, je veux savoir, c'est un besoin. Rapidement, je pars m'enfermer dans une salle de classe vide. Je dois la contacter.

- EHHH !

Je ne sais pas trop comment l'appeler et me mettre à hurler « La sorcière. » Si quelqu'un m'entendait cela pourrait avoir des conséquences dramatiques.

- EEGG OH !

Je me sens con, terriblement bête, mais malgré cela je continue. Je suis du genre borné et pas réputé pour être patient.

- C'EST POUR CA QUE JE SUIS LA ?

J'entends un rire mélodieux dans mon dos et me retourne brusquement vers le bruit. Dans l'encadrement de la porte se tient Isabella Swan, les bras croisés, clairement en train de se moquer de moi, pleurant même de rire. Et moi je me sens comme un idiot mais malgré le ridicule de la situation, un sourire apparait sur mes lèvres.

Aller savoir pourquoi, moi le Major Jasper Whitlock se ridiculisant seul, m'en amuse. Je suis un humain pathétique.

- Finalement, l'année ne va pas être aussi chiante que je le pensais, dit-elle un sourire sur le visage.

Elle me détaille rapidement avant de faire demi-tour pour s'éloigner. Le temps de reprendre mes esprits pour lui courir après, elle a disparu du couloir.

J'avais imaginé autre chose pour notre première rencontre. Finalement être vampire a du bon. Mais je ne vais pas me démonter, elle est à moi et le sera quoi qu'il arrive. Enfin bon pour cela, il faut son accord, ne voulant pas la forcer à faire quelque chose qu'elle ne voulait pas. Je ne suis pas ce genre d'hommes et respecte les femmes.

Je me demande ce qu'elle pense de moi après mon petit moment de folie, mais ça montre que je suis différent des autres... Bon peut être pas spécialement en bien, elle doit me prendre pour un fou... Génial...

Je suis borné et m'accrocherais pour lui prouver que je suis quelqu'un de bien surtout saint d'esprit. Ce qui pour le moment n'est pas gagné, n'ayant pas fait une bonne première impression. Mais bon, rien n'est joué.

OoO

Pendant la semaine suivante, je l'ai peu vu même si nous suivons quelques cours ensemble. A chaque fois que je la croisais elle avait un sourire moqueur sur ses lèvres envoutantes. J'étais aussi entré dans l'équipe de football américain mais cela n'avait pas beaucoup d'importance par rapport à elle.

Ma vie est bien même si dès que j'essaye de l'approcher elle fuit. C'est comme si on jouait au chat et à la souris, par contre je suis confus, me demandant qui était le chat et qui était la souris... Cette fille a quelque chose de sauvage dans le regard. J'arrive quelques fois à la cerner mais toutes mes théories partent en fumée quelques instants plus tard. Cette fille est une énigme et je la trouve vraiment étrange pour une humaine. Après tout à ses yeux, je suis peut-être une énigme ? Si toute fois elle s'intéresse à moi, chose qui n'est pas sûre.

- Alors mec ? Toujours en train de penser à la tigresse ? Demande Alex.

- Oh mais lâchez le, le pauvre ! Il est amoureux ! rajoute Jerad encore plus moqueur.

Je grogne en lui envoyant ma serviette sale au visage. Nous sortions de nos douches après l'entrainement épuisant, je ne me souvenais pas que les courbatures étaient aussi douloureuses, j'avais mal partout. Malgré tout je ne regrette rien, je suis heureux d'être là même si je cours après ma belle, je deviens obsédé par elle, je peux être considéré comme un taré mais je n'en ai que faire.

Si on compare ma vie d'humain à celle vampirique, elle aurait surement été ma compagne bien que je ne connais pas ce sentiment. Après tout on rencontre le grand amour une seule fois dans sa vie, qu'elle soit courte ou non.

J'avais connu l'amour avec Alice, elle m'avait montré les bons côtés en moi - et pour cela je lui en serais éternellement reconnaissant - même si elle pour le moment elle doit surement faire la tête mais qu'importe - mais je savais qu'entre nous ça ne durerait pas.

Il y a quelques mois, j'ai fait quelque chose uniquement pour moi et cela n'était pas arrivé depuis des décennies. Alice l'a mal pris, bien qu'elle ne sache pas exactement ce que j'ai prévu.

Mais avant mon amour pour Alice, il y a eu Maria, si l'on peut considérer ce que nous avons vécu, comme une relation. En dehors de ces deux femmes, je n'ai pas eu de relations sérieuses. Juste des femmes de passage, je ne veux pas me lancer dans une relation sérieuse avec n'importe qui. Lorsque j 'ai croisé le regard de Bella, tout le reste n'avait plus d'importance, comme si mes relations précédentes n'étaient rien en comparaison de son regard, même moqueur.

Je me dirige vers la route pour rentrer chez moi, j'y vais à pied, n'habitant pas loin.

- Dur entrainement, a dit une voix féminine dans mon dos.

Je me retourne étonné vers elle. Avant même de la voir, j'ai reconnu sa voix. Bien sûr, son regard moqueur est toujours là.

- Tu... Tu...

Et bien sur elle se moque encore de moi.

- Heureusement que tu es doué en foot parce que tu n'as pas l'air très intelligent, commente-t-elle légèrement déçue.

Déçue ? Pourquoi est-elle déçue ? Après tout, nous ne nous connaissons pas.

- Je pensais que tu étais différent, mais finalement je me suis trompée, soupire-t-elle en tournant les talons.

Elle se dirige vers le parking. Je dois me reprendre avant qu'elle parte, encore...

- ATTENDS ! criais-je.

OoO

A suivre...

Alors cette rencontre avec Bella ?


 

4

Beta Zazalo

PDV JASPER

« ATTENDS ! » criais-je.

Elle se stoppe et se retourne vers moi, un sourcil haussé.

- Miracle, il sait aligner deux syllabes ! se moque-t-elle, levant légèrement les mains en l'air.

En temps normal, j'aurais applaudit son sarcasme mais là, ça commence à m'énerver.

Zut, Jasper retrouve tes couilles et montre-lui de quoi tu es capable !

Je souffle un bon coup et la vois perdre patience. Mais pour le moment elle ne bouge pas et me fixe, me prenant surement pour un idiot, ce que je suis surement en sa présence.

Est-ce que la sorcière m'aurait enlevé mes neurones au moment de la transformation ? Non mais Major assume tes actes un peu...

- Mais il lui faut dix minutes pour s'en remettre. On est pas dans la merde... souffle-t-elle.

Malgré moi, je souris en coin, elle me fait rire. Elle a l'air si forte mais je sais par expérience que les gens réagissent comme cela pour se défendre. Elle doit souffrir à l'intérieur mais je ne vais pas lui en parler. Elle se braquerait et fuirait définitivement.

Mais pendant mes divagations personnelles, elle a fait demi-tour pour partir. Dans un dernier recourt, je l'attrape par le poignet gauche et veux la retourner face à moi mais elle le fait elle-même en voulant surement, me mettre une gifle. Heureusement que j'ai des réflexes pour esquiver son coup.

- Lâche-moi, grogne-t-elle furieuse son regard planté dans le mien.

Doucement je la lâche et m'attends à la voir partir mais nous n'avons pas bougé. Nous sommes proches l'un de l'autre mais sans aucun contact. On aurait presque pu voir des flammes dans ses yeux.

- Tu as de très jolis yeux, disais-je sans vraiment m'en rendre compte.

En quelques secondes, ses yeux deviennent rieurs pour au final me rire vraiment au visage.

- Woua, moins original, tu meurs.

Elle va pour essuyer ses larmes de joie mais mon pouce s'est retrouvé sur sa joue pour l'enlever, elle m'a laissé faire. Ses yeux me déstabilisent.

- Deux fois que l'on se parle et deux fois que tu pleures. Je vais finir par croire que je suis un monstre, dis-je amusé par ma blague qui ne fait rire que moi.

Normal, je suis le seul de nous deux à connaitre mon passé sanguinaire.

- Et bien tu es le seul à avoir eu ce privilège, dit-elle avec un sourire timide.

C'est la première fois que je la vois sourire normalement ou que tout simplement elle n'est plus sur la défensive. Par contre elle change de comportement rapidement c'est perturbant.

- Et tu voulais quoi ? me demande-t-elle plus gentiment.

- Et bien... Euh... Je...

Elle me frappe doucement sur la tête.

- Aïe ! Pourquoi tu as fait ça ? m'insurgeais-je choqué.

En plus d'un siècle, personne n'avait osé me frapper, ou du moins certaines personnes l'avaient fait mais elles avaient fini avec un bras ou une jambe en moins et si j'étais de bonne humeur je leur arrachais la tête. Mais elle, je serais incapable de lui arracher un cheveu.

Parfois Alice était tellement énervante que j'aurais pu lui arracher un doigt ou deux, ou peut-être même la langue, ça aurait fait des vacances à tout le monde...

- Pour te reconnecter les neurones, et apparemment ça marche ! se moque-t-elle amusée. Tu devrais te faire soigner, parce que ça peut être grave ! Rajoute-t-elle amusée.

- Je n'ai pas de souci, en dehors du fait qu'une jolie fille me fait perdre tous mes moyens.

- Je sais. Je suis beaucoup trop parfaite pour toi. Se moque-t-elle.

Je sens qu'avec cette fille je n'aurai jamais le dernier mot. Enfin jusqu'à ce que je comprenne son fonctionnement, si je le découvre un jour.

- Ne m'oblige pas à te re frapper Whitlock !

- Non pitié ! dis-je à mon tour amusé.

Ma gêne à son apogée, je me lance.

- Il y a un match la semaine prochaine, et je voudrais bien que tu y viennes.

Non, non, je ne suis pas du tout de mauvaise foi.

Je la vois faire la moue me retenant de poser mes lèvres sur les siennes. Dès qu'elle est prêt de moi, je ne peux pas m'empêcher de la vouloir encore plus proche.

Est-ce qu'elle se rend compte de sa sensualité ? Elle l'aurait surement mal pris si j'osais m'approcher d'elle et j'aurais vraiment fini avec son poing ou son genou bien placé.

Et mon dieu cela fait mal, qu'on soit vampire ou humain. Finalement je préfère une gifle, bien qu'à la différence où les femmes vampires m'avaient frappé, je le sentirai...

- Très bien. Je viendrai.

Elle tourne les talons et commence à partir.

- Bella ! l'appelais-je. Tu es la seule à avoir eu ce privilège.

Elle me sourit avant de revenir vers moi et de se mettre sur la pointe des pieds.

- Alors merci, murmure-t-elle.

Elle claque un bisou sonore sur ma joue avant de partir. Je n'ai jamais dit à une de mes ex qu'elle avait de beaux yeux, le rouge n'étant pas ma couleur préférée. Et je n'aime pas les yeux d'Alice, il ne vont pas avec la couleur de ses cheveux, il y a trop de contraste... Je ne vais pas dire que le marron est ma couleur favorite, ne voulant pas tomber encore plus dans les clichés.

OoO

- Oh du calme Jasper ! Tu es une vraie pile ! se moque Jerad.

- Pire qu'une fille ! rajoutait Alex. Ce n'est que notre premier match de la saison !

- Ce n'est pas pour ça, expliquais-je calmement en enfilant mon tee shirt.

- Oh oh ! Il y a une fille derrière tout ça ! sourit Alex.

- Ah c'est bien que tu aies oublié la tigresse. Alors qui est-ce ? Demande Jerad.

- Ladite tigresse en question.

Mes trois amis en ont la bouche grande ouverte, alors que je suis amusé et fier qu'elle ait dit oui, parce que vu leur tête ça n'arrive pas souvent.

- ET ELLE A DIT OUI ? Demandent-ils en cœur.

Je souris comme - soyons honnête - un idiot.

- Oh bah merde ! souffle Alex.

Nous partons nous échauffer sur le terrain, l'autre équipe n'est pas très douée selon le coach. Je ne suis pas très attentif, mes yeux sont rivés sur les gradins à la recherche de Bella. Même si je ne la vois pas, je sens que quelque chose va partir en sucette.

Le match débutait et je ne l'avais pas encore vue.

- Whitlock ! CONCENTRE-TOI ! dit le coach.

Je me concentre sur le match l'oubliant quelques minutes. A la mi-temps nous dominons le jeu comme l'a prédit le coach. Mais je ne peux pas m'empêcher de regarder vers les gradins, il y a notre fan club avec des filles complètement folles furieuses avec en tout et pour tout UN neurone. J'en frissonne rien que d'y penser. Mais quelques places plus loin, il y a ma Bella assise, me fixant avec un sourire amusé. Je vais lui faire un signe mais une main toute sauf féminine s'est posée sur sa cuisse.

Je fronce les yeux et regarde qui est avec MA Bella... Bon elle n'est pas la mienne mais ce n'est qu'un simple détail, ok, il n'en est pas un, mais bon... Ce type est aussi carré que peut l'être Emmett mais en blond et en plus il a le culot de lui prendre la main. Elle me fixe un sourire en coin collé sur ses magnifiques lèvres, allant même jusqu'à hausser les épaules.

Cet espèce de crétin va même jusqu'à lui dire quelque chose à l'oreille la faisant sourire. Sourire qui me rend encore plus accro à cette fille mais me rend aussi fou. Je ne sais pas si c'est positif ou négatif. Je suis à la fois irrité par elle mais aussi attiré. Qu'est-ce que les humains peuvent être compliqués, je pourrais en avoir mal à la tête à essayer de mon comprendre.

Le match reprend, je suis déchainé. Il ne faut pas se trouver sur mon chemin ce qui nous a fait gagner haut la main.

Je la vois se lever avec le type qui ne la lâche pas. Je serre la mâchoire évitant de faire sortir ma colère. Mais après tout, je ne n'ai aucun droit sur elle et nous ne sommes rien l'un pour l'autre, alors pourquoi je me sens trahi ? Réaction stupide vu que nous n'avons échangé que quelques mots.

Ils passent à côté de nous, lui ayant posé son bras sur les épaules de ma Bella, elle sourit tranquillement comme si elle était à sa place. Le type m'a même parlé.

- Joli match.

Pour toute réponse, j'ai grogné. Jackson et les autres m'ont rejoint alors qu'elle part.

- La tigresse a encore frappé, commente Alex, légèrement déçu.

La tigresse en question tourne sa tête vers nous. Je m'attends à voir son air moqueur mais non, son visage ne montre quasiment rien. Elle me fixe juste sur quelques pas avant de tourner la tête vers son copain qui lui parle. Elle sourit en le frappant gentiment.

- Au moins elle est venue et ça c'est une première, commente Jerad.

Mais je ne l'écoute quasiment pas. Moi aussi je m'en vais pour aller prendre une douche. J'ai besoin de me vider la tête mais je sais que j'en serais incapable, étant incapable de me la sortir de la tête.

Je ne me souvenais pas que les sentiments des humains étaient aussi forts. C'est perturbant.

Mais ce qui l'est encore plus, c'est que je sais que je me trouve ici pour elle. La sorcière aurait pu m'envoyer n'importe où dans le monde, alors pourquoi ici ? Pourquoi dans CE lycée ? Pourquoi ?

- Alors pas trop déçu ? me demande une voix féminine.

Je me retourne brusquement vers cette voix, je la connais bien. J'aurais préféré que ce soit Bella dans les vestiaires mais après tout si ELLE est là, elle peut peut-être m'aider.

- Joli, dit-elle me détaillant rapidement de la tête aux pied.

J'attrape rapidement une serviette pour cacher ce qu'elle a déjà vu. Mais je m'inquiète aussi, les autres ne doivent pas la voir.

- Tu es seul, répond-elle à mes pensées.

Je me suis perdu dans mes pensées aussi longtemps ? Je deviens une vraie gonzesse, que du blabla et pas d'action. Zut ! Je suis un mec, je dois agir et réfléchir ensuite ! Enfin à quelques détails près.

- Tu devrais t'accrocher, explique-t-elle.

- Pourquoi elle ?

- Elle ne te plait pas ? Demande-t-elle légèrement étonnée avant de devenir amusée.

Au moins mes pensées tordues concernant Bella l'amusent.

- Bien sûr que si, sourit-elle.

- C'est dur, me lamentais-je comme un gamin de 10 ans.

- Si cela avait été simple, tu n'aurais pas aimé.

Je médite quelques secondes. C'est vrai, cela est plus drôle, bien que ma patience commence à s'effilocher.

- Pourquoi me la faire rencontrer humain ? J'aurais pu la trouver vampire, proposais-je.

Cela m'aurait quand même un peu aidé.

- Ton destin est écrit depuis ta naissance. Ta transformation en vampire, tes rencontres avec Maria et Alice. Ton vœu. La rencontre avec Bella. Tes décisions futures et toute la suite de ta vie ainsi que la sienne, explique-t-elle. Et non, tu ne l'aurais pas croisée si tu avais été vampire. C'est ta destinée d'être ici.

Mon cerveau tourne à cent à l'heure.

- Mais les visions d'Alice changent.

- Si elle buvait du sang humain, elle verrait directement ce qu'il se passerait dans le futur. Mais ça n'arrivera jamais. Le destin est écrit, il ne change pas. Même les décisions prises, et leur changement, tout a été écrit et cela depuis des milliers d'années.

- Pourquoi me dire cela ? Vous ne dites jamais rien au hasard.

Elle me sourit mystérieusement.

- Je sais je sais... soufflais-je. Je verrai plus tard.

Un son amusé est sorti de sa gorge.

- Et vous ne pouvez pas me donner des indices même avec vos phrases codées ?

Elle penche la tête sur le côté avant d'ouvrir la bouche.

- Accroche-toi si tu la veux vraiment sinon passe à autre chose.

Et bien sûr après cela elle disparait et moi je ne suis pas plus avancé. Je sais juste que c'est elle enfin jusqu'à sa dernière phrase. J'aurais mieux fait de me taire...

OoO

A suivre...

 

5

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Attention Whitlock, encore une mauvaise note et plus de foot, dit le prof.

Génial, quand la semaine commence mal elle ne peut que mal finir... Moi qui finalement étais content de me retrouver ici, je le suis beaucoup moins. J'enchaine les mauvaises notes, enfin surtout dans une matière, mais je pense que le prof ne m'aime pas trop.

Ça devait être un geek au lycée surement traumatisé par les sportifs et rejeté par les filles. Était-il obligé de décharger sa rancœur sur moi ? Je n'y suis pour rien.

Blanc dans ma tête.

Je viens vraiment d'avoir ce genre de pensées ? Oh mon dieu, oui. Je deviens vraiment un ado humain qui a la haine contre le monde entier ?

Pour me remettre les idées en place je me frappe la tête contre mon casier. Je ne veux pas devenir comme EUX. Je suis peut-être dans un corps de 17 ans mais mon cerveau est le mien, avec toute mon expérience. Je me demande si le corps d'Edward a toujours des pulsions de jeune homme de 17 ans ?

Je me sors vite de la tête ma famille pour me concentrer sur ma vie. Je suis là pour ça, pour moi.

Je relève la tête de mon casier pour aller déjeuner, mais Bella la tigresse se trouve sur mon chemin, je l'évite depuis une semaine et je compte bien continuer, n'ayant pas digéré le coup du match bien que nous ne nous étions rien promis. Je suis un homme fier et n'y peux rien. Mon orgueil en a pris un coup.

Bien sûr, perdu dans mes pensées, je ne l'ai pas vu se mettre en travers de mon chemin, et lui rentre dedans. Heureusement que je ne marche pas vite et qu'elle a des réflexes ? Moi aussi par la même occasion. Elle se raccroche à mon tee shirt en tombant en arrière, ma main se retrouve sur sa hanche droite et l'autre dans le bas de son dos. Je suis légèrement penché en avant et du coup, elle en arrière. Logique.

Je crains pour ma santé mentale, que mon visage soit trop proche du sien. Mes yeux sont à sa portée, et je ne veux pas qu'elle lise en moi, pourtant je sens qu'elle me regarde mais je ne veux pas lire en elle et ne pas créer de problème - surtout pour moi - alors que nous sommes au milieu du couloir avec pleins de spectateurs. Je me recule rapidement, toujours en faisant attention à ce qu'elle soit stable sur ses pieds. Une fois sur, je ne m'attarde pas prêt d'elle, voulant toujours la fuir.

- Tu fais la gueule Whitlock ? me demande-t-elle en me rejoignant.

- Non, grognais-je enfonçant mes mains dans mes poches.

Si je fais la gueule mais pas forcément contre elle, mais plutôt contre moi. Moi qui ai osé me faire des films, mes amis m'avaient pourtant prévenu. Le fait d'avoir été un vampire pendant plusieurs décennies me laissent quelques séquelles. Avant aucune fille ne m'aurait dit non, mais maintenant je dois la mériter... Parce que malgré les phrases énigmatiques de la sorcière je suis sûr que c'est elle. Je ne veux pas une autre fille.

Elle fait demi-tour mais se retourne vers moi.

- Oh fait, joli match ! M'a-t-elle dit.

Pourtant j'ai toujours ce goût amer dans la bouche.

OoO

Le weekend m'a fait du bien, je me suis éloigné de cette situation, essayant de ne pas tout dramatiser comme une vraie gonzesse que je suis en train de devenir. Si je ne me voyais pas nu tous les soirs en prenant la douche, j'aurais pensé que mes couilles avaient fui. Pourtant elles sont bien là et en bon état de fonctionnement. Je ne suis qu'un homme - humain ou vampire - qui fantasme sur une créature parfaite à mes yeux. Et bien sûr j'ai eu la réaction physique à mes pensées, il a bien fallu que je soulage mon énorme problème en pensant à ma tigresse.

Mais le plaisir et l'évasion de mon esprit est fini, je dois affronter mon nouvel enfer, mon prof de biologie. Je pense même à sécher les cours. Après tout, ce n'est pas comme si je n'avais jamais passé mon diplôme.

Je me suis quand même vautré sur ma chaise, au moins mon comportement est parfaitement adapté à ma vie d'humain et suit son cours, soporifique à souhait. Si je n'étais pas bien éduqué, je baillerai ouvertement. Foutu rêve érotique qui perturbe mes nuits.

OoO

Bella s'assoie à mes côtés, moi qui espérais être au calme dans cette bibliothèque, surtout après cette matinée. Il est vrai qu'en entrant dans cette pièce je ne savais pas si je voulais y dormir ou y travailler.

Je garde les yeux rivés sur mon livre, l'ignorant au maximum. Et oui je suis finalement un élève discipliné et travailleur.

- Sincèrement Whitlock, tu t'attendais à quoi en m'invitant à ce match ? me demande-t-elle.

- Je ne sais pas, soufflais-je, les yeux fixés sur mon livre de biologie humaine, je ne veux pas la regarder.

Matière ou j'ai des difficultés... A se demander pourquoi...

- Tu sais, je ne vais pas tout plaquer pour tes beaux yeux sous prétexte que tu m'invites à un match.

- Mais tu es venue. Pourquoi ? demandais-je perdu.

Elle haussait les épaules avant de me répondre.

- Je n'étais jamais venue alors disons par curiosité.

Je me sens flatté et le prends pour un compliment. Elle était quand même venue, c'est ce qui comptait à mes yeux. Bella se lève et dépose un bout de papier sous mes yeux avec une adresse. Je la regarde étonné, enfin sa jupe plissée et ses magnifiques jambes. Je lève rapidement les yeux vers elle, ne voulant pas qu'en plus elle me prenne pour un pervers, la liste de mes défauts est suffisamment longue comme cela.

Je hausse un sourcil, complètement perdu.

- Chez moi à 18 heures. Amène tes cours et sois pas en retard, ordonne-t-elle.

J'ai son adresse !

- Et qui me dit que tu vas m'aider et pas me couler un peu plus ? demandais-je en croisant les bras.

Elle se penche vers moi, montrant son léger décolleté, que je m'efforce de ne pas regarder et le gros pervers que je suis me lèche les lèvres. Elle l'a surement vu mais ne m'en tient pas rigueur.

« Parce que je suis douée avec le corps humain. » souffle-t-elle à mon oreille.

Malheureusement pour moi un grognement est sorti de ma gorge alors qu'elle pouffe de rire. Ce n'est pas de ma faute si sa phrase a un PUTAIN de double sens.

OoO

Bordel Whitlock, déstresse, on croit à ton premier rendez-vous avec la fille de tes rêves.

Ok, la fille y est mais le premier rendez-vous... A bien y réfléchir et à scanner mes quelques décennies de vie, c'est ce qui ressemble le plus à un rendez-vous... Je ne sais pas si on peut dire que c'est pathétique ou non. Après tout, les vies vampiriques et humaines sont complètement différentes. Au moins chez les vampires c'est plus simple. Pas autant de chichi.

Merde.

Parfois ma vie me manque. Puis sincèrement je ne vois pas pourquoi je panique comme un âne, vu que ce n'est même pas un rendez-vous. Pathétique.

Je n'ai qu'à sonner devant cette magnifique demeure, pourtant depuis 5 minutes le courage me manque. Heureusement que personne ne m'a entendu arriver. Enfin j'imagine mais vu que je suis quelqu'un qui a la poisse, j'entends quelqu'un pouffer de rire derrière moi.

Brusquement je me retourne en position d'attaque, mais pour un vampire. Oups, une petite boulette, qui j'espère ne sera pas remarquée par... Je détaille l'homme en face de moi, à mon avis, les 70 ans passés mais qui garde une présence indéniable.

- Tu comptes rester sur le perron encore longtemps ? se moque-t-il.

Je sens son regard sur moi, c'est déstabilisant comme s'il arrivait à lire en moi et découvrait les plus petits secrets. Malgré moi, je baisse même les yeux et même sans le voir, je le sens sourire.

A ce moment, la porte s'ouvre en grand sur une femme dans la tranche d'âge de l'homme en face de moi.

- Bon tu as fini de jouer avec notre invité, oui ou non ? Réprimande-t-elle ce qui doit être son mari.

- Oui M'dame, souffle l'homme en baissant les yeux.

Quoi qu'on en dise, les femmes sont le sexe fort et nous tiennent par la peau des couilles.

- Franchement à ton âge, tu n'as pas honte de te moquer d'un jeune homme qui a l'air tout à fait charmant ! Le pauvre, l'espionner depuis qu'il est arrivé pour ensuite lui faire peur !

Génial, de mieux en mieux.

- Il ne grandira jamais ! souffle-t-elle. Entrez jeune homme, Bella est dans le salon sur ta droite.

- Merci madame.

Je suis encore plus gêné, alors je fuis rapidement loin de ces deux personnes pour le moins bizarres.

- Il est comme moi. J'en suis presque sûr ! entendis-je l'homme murmurer à sa femme.

Je n'ai rien compris à cette phrase mais peut-être n'y a-t-il rien à comprendre. J'entre dans le salon indiqué par la dame, espérant ne pas m'être trompé.

- Tu es en retard Whitlock ! grogne sa voix.

Et bien non, je suis dans la bonne pièce.

- J'ai croisé deux personnes charmantes en chemin. Expliquais-je.

Je veux camoufler mon stress.

- Charmantes ? répète-t-elle surprise. Les gens les prennent plutôt pour des personnes âgés folles.

- Ah ah ! Il a dit qu'on était charmant ! Tu vois qu'il est gentil ! rigole la vieille dame.

- Eh ! s'insurge l'homme. Je n'ai jamais dit le contraire, je le trouve un peu stressé, c'est tout ! Boude-t-il en croisant les bras.

Sa femme - enfin je suppose - l'embrasse sur la joue.

- Allons, laissons-les travailler. » sourit la femme.

- Vous travaillez, je suis beaucoup trop jeune pour être grand père ! pouffe le vieil homme, accompagné de sa femme. Une blague que seulement eux doivent connaitre.

Par contre je n'ai pas compris pourquoi il a fait un clin d'œil à Bella, qui s'est contentée de lever les yeux au ciel. Mais je commence à la cerner. Cela veut-il dire qu'elle ne serait pas indifférente à mon charme ? Quoi qu'il en soit je dois rester prudent. On ne se sait jamais avec mademoiselle la tigresse.

- Tu viens de rencontrer mes grands-parents, souffle-t-elle amusée. 50 ans de mariage et toujours amoureux. C'est trop flippant, frissonne-t-elle.

- En quoi ? Tu ne crois pas au véritable amour ?

A son âge on doit encore croire à l'amour. C'est comme si elle refusait ce sentiment qui peut rendre parfois si heureux.

- Non, dit-elle d'un ton ferme.

Pourtant je ferai tout pour lui prouver que cela est possible.

OoO

A suivre...

Les grands parents ? Vous les trouvez comment ?

Et la phrase que Jasper n'a pas compris ? Vous l'avez comprise ? Des hypothèses ?


 

6

Beta Zazalo

PDV BELLA

Notre dernière année, vivement la fin. Toujours les mêmes têtes, toujours les mêmes cons. Je ne veux qu'une chose, partir de ce lycée pour gosses de riche qui pètent plus haut que leur cul. Ils ne savent rien de la vie et ils en feront les frais dans quelques mois.

Mais je ne m'intéresse pas eux, les trouvant trop immature pour la plupart ou tout simplement sans neurones. Est-ce ma faute si j'aime les gens avec un minimum de conversation et de culture ? De plus ici ils manquent tous de personnalité. Et pourtant je ne juge pas les gens sans les connaitre. Tous fades et sans importance...

Enfin jusqu'à ce que je le vois, lui, le petit nouveau en dernière année.

Il est dans un salle vide en train de crier après je ne sais pas trop qui. En balayant la salle des yeux, je me suis aperçu qu'il était seul.

Je m'installe confortablement dans l'encadrement de la porte et le fixe amusée. Je ne vais pas tarder à rire.

- C'EST POUR CA QUE JE SUIS LA ? hurle-t-il.

J'avoue que je ne comprends pas grand-chose, mais je le trouve distrayant et cela est une première pour moi.

Mon rire sort malgré moi. En trois ans, je n'ai pas ri une seule fois au lycée... Wouah. Finalement je ne suis pas aussi cynique que je l'imaginais.

- Finalement, l'année ne va pas être aussi chiante que je le pensais, dis-je un sourire sur le visage.

Je le détaille rapidement avant de faire demi-tour et partir. Lui au moins, il n'a pas l'air comme les autres, j'espère seulement que ce n'est pas qu'une apparence. De plus il n'est pas désagréable à regarder.

OoO

Les jours suivant, je ne peux effacer mon sourire moqueur, repensant à sa crise dans la salle vide. Je n'arrive pas à me le sortir de la tête. Et fois de Swan, je m'arrangerai pour qu'il ne l'oublie jamais.

Oula...

Cela veut-il dire que je l'accepte près de moi ? Après tout, pour ce que j'en ai vu, il me plait assez. Ce que j'ai du mal à comprendre vu qu'il est le parfait stéréotype du mec que je déteste : populaire et joueur de foot. Pourtant je m'amuse avec lui et vois bien qu'il veut m'approcher, mais cela se mérite. Puis j'ai une réputation... Ok, je n'en ai rien à faire mais le point positif à cela c'est que j'ai la paix.

OoO

La nuit porte conseil m'a dit grand-père, conseil je ne suis pas, sinon j'aurais mal à la tête. Ce type me retourne le cerveau. Je ne sais pas pourquoi mais une part de lui m'attire et je n'aime pas spécialement ça.

Mais grand-père m'a dit : avant de le rejeter, essaye et si cela ne me plait pas, tu peux toujours aller voir ailleurs.

J'ai écouté, maintenant je l'attends à la sortie de l'entrainement.

- Dur entrainement ? Ai-je demandé.

Il me regarde étonnée, je suis une vraie girouette, je pars dans tous les sens à n'importe quel moment, mais c'est de sa faute, il me rend moitié folle.

- Tu... Tu...

Je ne peux pas m'empêcher de me moquer de lui, il a l'air d'un parfait crétin en face de moi. Finalement est-il aussi débile que la plupart de ses amis ? A voir son comportement, oui. Je suis déçue et m'attendais à mieux venant de lui. Pourquoi de lui, j'en sais foutrement rien mais c'est ainsi.

- Je pensais que tu étais différent, mais finalement je me suis trompée, soupirais-je en tournant les talons.

Pourtant grand-mère m'avait dit : Vis et arrête d'analyser.

Mais les faits sont là. Pourtant il m'a retenue, je vais pouvoir le tester. Et je commence maintenant en lui balançant tout ce que j'ai en tête. Je l'observe alors qu'il est perdu dans ses pensées, il dégage quelque chose mystérieux, comme s'il avait un passé assez douloureux.

Je le vois revenir peu à peu à lui, et ne peux vraiment pas me retenir.

- Et il lui faut dix minutes pour s'en remettre. On est pas dans la merde... Soufflais-je.

Il ne répond rien. Finalement il est vraiment idiot, je perds patience et commence à partir mais cet idiot me retient par le poignet, je me retourne pour lui en mettre une. Je n'ai pas été élevé par n'importe qui et malheureusement pour moi ou heureusement j'ai hérité de certains réflexes qui ne sont pas forcément bons. De plus je ne supporte pas que l'on me touche, enfin les personnes que je ne connais pas.

Une fois relâchée, je dois m'éloigner mais reste quasiment collée à lui Cette attraction entre nous me fait peur. Malgré ça, je suis vraiment furieuse.

- Tu as de très jolis yeux.

Et je n'ai pas pu m'empêcher de rire et de me moquer. Ce n'est pas très gentil, d'habitude je l'aurai juste ignoré mais lui, je n'y arrive pas alors je vais le faire fuir en me comportant comme une garce, bien que je n'ai pas spécialement d'expérience dans ce domaine. Mais à voir toutes celles de mon lycée cela n'a pas l'air compliqué.

Je pleure de rire devant sa banalité, il n'a vraiment rien trouvé de mieux à me dire ? Est-il finalement un gros naze qui drague les filles avec des phrases pré-faites ?

Mes bonnes résolutions qui consistent à l'ignorer se sont envolées quand son pouce a caressé ma joue. Pourquoi est-il gentil ? Je ne le comprends pas, j'ai beau essayé de regarder au fond de lui il reste mystérieux.

- Deux fois que l'on se parle et deux fois que tu pleures. Je vais finir par croire que je suis un monstre.

- Et bien tu es le seul à avoir eu ce privilège, lâchais-je sans vraiment savoir pourquoi.

Comme si je voulais qu'il me comprenne, qu'il sache qui je suis. Mais n'étant pas prête, non seulement parce que je ne le connais pas et n'accorde ma confiance qu'à peu de personne. Je ne sais pas si je peux la lui donner. Alors pour le détourner je change de sujet mais malheureusement ses quelques neurones semblent être repartis. Est-ce que c'est moi qui le rends ainsi ? Je ne me rappelle pas avoir déclencher ce genre de comportement chez qui que ce soit. Je sais que je suis plutôt mignonne mais pas au point de détourner le regard des hommes sur mon passage et cela me convient parfaitement.

Vu son étonnement à mes gentils coups, il n'a pas dû être frappé souvent. Il y en a qui ont eu de la chance, bien que je n'ai jamais été vraiment battue, disons qu'on ne m'a pas juste appris à parer les coups si j'en prenais...

Mais pourtant malgré son étonnement il ne reste pas moins mignon.

- Pour te reconnecter les neurones, et apparemment ça marche ! Tu devrais te faire soigner, parce que ça peut être grave ! Rajoutais-je amusée.

Le pauvre je ne suis pas gentille avec lui mais il a tellement peu de répartie que c'est facile de jouer.

- Je n'ai pas de souci, en dehors du fait qu'une jolie fille me fait perdre tous mes moyens.

- Je sais. Je suis beaucoup trop parfaite pour toi, me moquais-je pour cacher ma gêne.

Ok, c'est de bonne guerre, il m'a eue mais cela est bien plus intéressant. Enfin jusqu'à ce que je me retrouve à accepter son invitation au match mais je ne vais pas me plaindre et peux dire non. Puis cela serait instructif.

Mais je dois fuir avant qu'il me fasse faire des choses que je n'ai jamais faites pour qui que ce soit.

- Tu es la seule à avoir eu ce privilège.

- Alors merci, murmurais-je à son oreille lui déclenchant des frissons.

OoO

- Joli match, a commenté Zac, mon ami en passant près de Jasper.

Pourtant il n'a pas l'air heureux. Est-ce que c'est à cause de moi ? Pourtant je suis venue. Ok, j'ai été garce sur ce coup, je sais que Jasper ne voulait que moi, mais cela aurait fait évolué trop vite les choses entre nous, c'est comme si j'avais accepté un rendez-vous ou un truc du genre et je ne suis pas prête pour une relation sérieuse, même si ce qu'il veut de moi est assez abstrait.

En passant près de lui, je le fixe juste sur quelques pas avant de tourner la tête vers Zac qui me parle.

- Avoue qu'il te plait ! Murmure-t-il à mon oreille.

Je le frappe en souriant. Oui c'est vrai, à mes yeux il devient de plus en plus sexy et ça me fait moitié peur. Parce que s'attacher c'est prendre le risque de souffrir.

OoO

Non mais quelle grosse brute, je vais avoir mal au crâne ! Mais rien que pour le voir si près je veux bien avoir mal... Ces derniers jours Zac m'a gentiment fait la leçon sur mon comportement au match, alors je culpabilise un peu, mais pas de quoi m'empêcher de dormir.

Je dois me reculer mais il a pris la décision pour nous deux en me remettant sur mes pieds.

Mais je ne suis pas décidée à le laisser filer et emboite mes pas aux siens. A l'observer il me fait clairement la tête mais je n'arrive pas à lui en vouloir. Après tout nous sommes tous des ados avec des humeurs de chien. Je peux passer au-delà mais je veux quand même m'amuser alors je lui lance avant de le quitter :

- Oh fait, joli match !

OoO

Je l'ai enfin trouvé, caché dans la bibliothèque. Ah, elle ressemble à ça ? Ça manque de goût...

Je m'assoie à côté de Jasper qui m'ignore. Il a la rancune tenace. Nous avons un point commun.

- Sincèrement Whitlock, tu t'attendais à quoi en m'invitant à ce match ? Demandais-je.

Je veux le comprendre, je veux faire l'effort de le comprendre.

- Je ne sais pas.

- Tu sais, je ne vais pas tout plaquer pour tes beaux yeux sous prétexte que tu m'invites à un match.

- Mais tu es venue. Pourquoi ? Me demande-t-il perdu.

- Je n'étais jamais venue alors disons par curiosité.

Ce sont les premiers mots qui me sont venus à l'esprit. Je ne peux pas lui dire la vérité. Si ?

En tout cas il a l'air ravi de ma réponse. On peut dire de moi que je suis tordue mais lui aussi...

Je ne peux pas m'attarder ici et lui donne mon adresse, le prof m'a demandé de l'aider en biologie humaine. Mais je ne suis quand même pas venue pour rien, je suis flattée de son regard sur moi.

Il essaye de savoir si c'est un piège ou si je vais l'aider. Je peux comprendre sa réticence. Merde, j'arrive de mieux en mieux à le cerner. Est-ce que cela veut dire quelque chose ? Je ne suis pas douée pour ce genre de trucs.

- Parce que je suis douée avec le corps humain, l'ai-je allumé.

Son putain de grognement a fait grimper ma libido en flèche...

OoO

Il est à l'heure mais attend je ne sais pas trop quoi sur le perron et grand-père s'amuse beaucoup du comportement de Jasper. Et vu son sourire sadique il va s'amuser...

Pauvre Jasper il va rentrer dans une maison de fous malgré ça, j'aime cette famille tout du moins mes grands-parents.

Puis grand-mère s'en est mêlée. Je ne sais pas ce qu'ils se disent et pars dans le petit salon.

- Tu es en retard Whitlock ! Grognais-je pour l'embêter.

Il m'a étonnamment surprise en parlant de mes grands-parents. C'est vrai qu'ils sont des personnes atypiques et souvent incomprises des autres mais sont heureux ainsi, tant qu'ils restent ensemble le monde pourrait s'écrouler cela n'aurait pas eu d'importance. Dans un certain sens je les envie, leur amour est la chose la plus belle que je connaisse. Bizarre quand on sait que j'ai du mal avec les autres, pourtant je voudrais vraiment la même chose qu'eux, même si je ne le montre pas.

Je vois Jasper les regarder, il est gêné de leur comportement mais je vois qu'il les aime bien. Je suis contente de cela. J'espère juste que grand-père ne va pas sortir quelque chose qui me mettrait mal à l'aise mais bien sûr c'est trop demandé.

- Vous travaillez, je suis beaucoup trop jeune pour être grand père !

Et voilà !

- Tu viens de rencontrer mes grands-parents, soufflais-je amusée. 50 ans de mariage et toujours amoureux. C'est trop flippant, frissonnais-je pour changer de sujet.

J'espère qu'il va oublier la phrase de grand-père.

- En quoi ? Tu ne crois pas au véritable amour ? Demande-t-il.

- Non, dis-je d'un ton ferme.

Je veux me forcer à y croire, une partie de moi veut y croire mais je me sens déphasée par rapport à cela. Je me sens différente, comme si mon cœur attendait quelque chose de spécial. Mais quoi ?


 

PDV JASPER

Pourtant chez les vampires cela existe. Mais je ne peux décemment pas lui dire cela. Et encore moins, que c'est avec elle que je veux passer le reste de mon existence.

Mais je n'ai pas le temps de réfléchir plus à ça, qu'elle me colle un bouquin sous le nez. C'est dans ces moments que je regrette ma mémoire vampirique. Au moins je peux lui prouver que je ne suis pas idiot.

-Pourquoi ces cours ? Demandais-je.

Je veux faire une pause, n'en pouvant plus.

- Parce que le prof me l'a demandé, répond-elle.

Sa réponse me déçoit mais après tout, c'est Bella Swan la tigresse, l'inapprochable, je dois m'estimer heureux qu'elle m'adresse la parole.

- Pourquoi avoir accepté ? Demandais-je.

Elle n'est pas le genre de femme à faire ce qu'elle ne veut pas. Je la fixe attendant sa réponse, et pour la première fois elle a l'air mal à l'aise. Je jubile. Est-ce que j'ai finalement une chance avec elle ?

Son regard a vite retrouvé le mien et sa gêne disparue. Nous nous fixons, en silence, je ne veux pas détourner le regard et apparemment elle non plus.

- Oh, Jasper tu es encore là ! Nous interrompt, sa grand-mère. Tu vas bien diner avec nous ! sourit-elle

- Je ne veux pas déranger m'dame.

Elle sourit encore plus et me détaille comme son mari l'a fait.

- Mais non ! Puis Bella n'invite personne du lycée. D'habitude elle...

- C'est bon mamie ! On a compris !

Qu'est-ce que sa grand-mère allait dire ? Bella en tout cas est gênée. Décidément je préfère la voir en dehors du lycée elle enlève sa carapace.

- Non moi j'ai pas compris ! Dis-je pour enfoncer le clou.

C'est pour toutes les fois où elle m'a mis mal à l'aise. Bon ce n'était pas vraiment de sa faute mais j'aime obtenir vengeance.

- Allez à table !

Bella se lève d'un bon et part rapidement, sa grand-mère m'a attendu mais je l'ai quand même entendu parler à ma tigresse.

- Il doit être différent pour que tu le ramènes ici. Puis il est plutôt mignon ! Murmure-t-elle.

- N'est-ce pas ? A-t-elle murmuré.

Mais j'avais entendu et me retenais de me pavaner comme un paon.

OoO

A suivre...

Alors ? Bella ? Jasper ?


 

7

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Alors comme cela tu es nouveau ?

- Oui m'sieur. Répondis-je au grand-père de Bella.

- Et tu viens d'où ? Il me semble que tu as un accent qui vient du Texas, je me trompe ?

- Non non. Je suis né là-bas.

Ses questions peuvent sembler anodines mais la façon qu'il a de me détailler est perturbante. Comme s'il analysait chacun de mes mots. Comme si je cachais quelque chose.

La grand-mère de Bella a l'air de beaucoup s'amuser de notre situation et Bella a l'air très concentrée sur son assiette. Est-ce qu'elle écoutait ? Je l'espère.

- Tu as beaucoup voyagé ?

- J'ai déménagé quand mes parents sont morts.

Ce qui est à peu près vrai.

- J'ai été adopté et ma nouvelle famille voyageait beaucoup.

J'ai essayé de ne pas grimacer sur 'famille', j'apprécie les Cullen mais ils n'étaient pas ma famille. Alice m'a juste permis de les côtoyer. De toute façon avec mon passé je n'ai nul besoin de ce qu'ils me proposaient.

- Et vous êtes allé où ?

Ses questions me paraissent de plus en plus louches enfin surtout pour un vampire, un humain n'y verrait rien. Mais le souci majeur d'un vampire, c'est le déplacement, nous ne pouvons rester trop longtemps au même endroit.

- Un peu partout, dis-je évasivement.

- Au soleil ?

Je tique sur cette dernière question. Se peut-il qu'il soit lui-même un vampire avec un don ? Le don de devenir humain ? Ou quelque chose de semblable ?

Je fixe mon interlocuteur pour voir si mes déductions sont bonnes ou si je vire parano.

- Personnellement j'aime le soleil, soupire-t-il de plaisir. C'est bien de se balader dans les rues, découvrir de nouvelles cultures. Qu'en penses-tu ?

Je n'ai pas pu empêcher de sourire en coin, j'ai compris son petit manège, il veut que je gaffe ou que je lui mette la puce à l'oreille. Il ne peut pas être franc, sa femme et sa petite fille ne sont peut-être pas au courant, bien que j'ai un doute sur son épouse, ils sont vraiment très complices.

Et si je me trompe, il me prendrait sûrement pour quelqu'un de dérangé. En revanche si je suis subtile je pourrai vérifier mes théories.

- J'ai été allergique au soleil étant plus jeune. Je n'ai donc pas eu ce plaisir, répondis-je fier de moi.

Son grand père s'est mis à rire. Si on se prend tous les deux pour des fous, je ne sais pas comment finira notre conversation sans queue ni tête.

- Ok. Grand-père, tu as fait ta sieste aujourd'hui ? Tu as l'air fatigué, se moque Bella

Mais elle reste quand même sérieuse.

- Je vais très bien ma chérie, ton ami est instructif.

- Instructif ? Demande-t-elle étonnée. Je t'adore grand-père mais parfois tu es bizarre comme si tu cachais des choses.

Il ne lui a rien répondu, il lui cache quelque chose. Ma tigresse hausse les épaules avant de retourner à son assiette.

Je veux bien être son assiette, au moins j'aurai droit à un regard de sa part. Parce que c'est comme si je n'étais pas là. Son grand-père tousse gentiment. Oups, je suis pris en flagrant délit. Je me sens gêné mais sa grand-mère me couve du regard, comme si elle approuvait et son grand père faisait la navette entre Elle et moi.

- C'est vraiment de famille, grommelle-t-il pour lui-même.

Mais nous avons tout entendu. J'ai sûrement bien compris ce qu'il s'est passé et qui il était ou avait été.

Les deux femmes partent à la cuisine chercher le dessert. Bien que je n'ai pas vraiment faim, tout ceci me retourne l'estomac. Son grand père a compris qui je suis - enfin je suppose - et apparemment il sait ce que Bella peut être à mes yeux.

- Dis-moi jeune homme, cela te dirait de te faire un peu d'argent ? me propose le vieil homme.

- J'aurais besoin de quelqu'un pour tondre la pelouse et faire quelques trucs dans la maison, sourit-il.

Il n'ajoute rien d'autre mais ses yeux font la navette entre moi et Bella qui revient de la cuisine avec un framboisier.

- Mon dessert préféré. Quand j'ai arrêté mon régime spécial c'est la première chose que j'ai mangé, explique-t-il me fixant droit dans les yeux.

Ok, j'avais parfaitement saisi l'illusion. Pour lui faire comprendre j'avais rapidement hoché la tête.

- Et toi Jasper ? me demande innocemment sa femme.

Un peu trop innocente d'ailleurs.

- Quand j'ai quitté ma famille adoptive qui était végétarienne, j'ai mangé un hot dog, je voulais vraiment goûter ce truc.

Je ne suis pas sûr qu'ils aient compris.

- Alors Charles t'a parlé du travail ? Tu nous rendrais service, Bella n'aime pas tondre la pelouse, se moque gentiment sa grand-mère.

- Ehh ! S'insurge cette dernière. C'est le tracteur qui ne m'aime pas ! sourit-elle.

Je pouffe de rire et je me prends un gentil coup dans le bras, rien de nouveau, cette fille adore me frapper, mais le point positif c'est son sourire.

- Te moque pas, à chaque fois que je touche cette chose elle tombe en panne !

- Très bien, j'accepte, dis-je.

Elle est vraiment différente du lycée, je veux en découvrir plus sur cette fille. Bien que la tigresse me plait aussi.

- Parfait ! sourit son grand père. Tu commences Samedi matin à 10 heures.

- Oui M'sieur.

0o0

Bella m'accompagne pour ranger mes affaires.

- Tu es venu comment ? me demande-t-elle.

- A pied, répondis-je perdu.

- Tu veux que je te raccompagne ? Propose-t-elle mal à l'aise.

Je la regarde avec des gros yeux. Elle est gentille avec moi.

-Oh ça va ! Grogne-t-elle, Ne me regarde pas comme si j'avais un troisième œil sur le front !

Je reste planté là comme un con à la regarder s'éloigner. Heureusement pour moi je reprends vite mes esprits et lui cours après. Cela commence à devenir une vraie habitude.

- C'est très gentil à toi, dis-je une fois arrêté. J'ai juste été surpris. Tu ne m'as pas habitué à cela.

Je la vois réfléchir à sa réponse et m'apprête à encaisser sa remarque cinglante.

- Je voulais juste être gentille, dit-elle nonchalamment en haussant les épaules.

Elle n'est pas complètement honnête avec moi.

- Et ? insistais-je.

Elle souffle avant de répondre.

- Grand-mère m'a fait promettre d'être plus aimable avec toi. Elle pouffe de rire. Puis elle... Non je peux pas dire cela, tu dois déjà nous prendre pour des fous.

- Non non, vas-y, dis-moi, s'il te plait, suppliais-je à moitié de ma voix trainante.

- Très bien, tu l'auras voulu. Elle m'a dit que je ne le regretterai pas. C'est bizarre, hein ? Demande-t-elle incertaine.

Je réfléchis quelques secondes. Je sens son regard curieux sur moi.

- Pas tant que cela.

- Génial, soufflait-elle

Je ne sais pas si elle est amusée ou déprimée.

- Tu es aussi fou que mon grand-père.

- Est-un compliment ?

- Possible, sourit-elle. Maintenant peux-tu lâcher mon bras, s'il te plait ?

- Oh, oui ! Pardon.

- Merci, sourit-elle.

Je peux vite m'habituer à ses sourires bien que je ne sais pas si ma volonté à me retenir de lui sauter dessus allait tenir.

- Bonne nuit, dis-je me reculant d'elle.

- Bonne nuit, murmure-t-elle avant de m'embrasser sur la joue.

Elle aime soigner ses sorties parce qu'elle part toute fière d'elle. J'ouvre la porte pour sortir mais une voix d'homme arrête mon geste.

- Nous avons des choses à nous dire jeune homme.

Je referme la porte et le suis.

0o0

A suivre...

Alors alors ?


 

8

Beta Zazalo

PDV JASPER

Je referme la porte et le suis.

Je réprime un bâillement, c'est chiant d'être fatigué. Finalement être vampire a des points positifs. Je le savais déjà mais je n'y ai pas vraiment pensé depuis que j'ai rencontré Bella. Depuis que je suis avec elle, je n'ai pas vraiment pensé à ma condition d'avant.

- Assis, m'ordonne-t-il.

Je m'exécute, il reste debout à me fixer. Il m'a clairement mis en position de faiblesse mais pour aujourd'hui je vais laisser faire. Après tout j'ai le plus à perdre, je ne veux pas compromettre le peu de chance que j'ai avec Bella.

Les bras croisés sur son torse, il ne dit rien. Je ne bouge pas mais ne baisse pas non plus le regard. Je suis quand même le Major Jasper Whitlock... En humain.

- Qui es-tu ? Demande-t-il.

Je comprends le sens véritable de sa phrase mais je ne vais pas me dévoiler. Si cela se trouve, il n'est qu'un vieux fou qui a perdu la tête. Il peut s'imaginer des choses qui ne sont pas réelles. Je dois rester prudent dans mes réponses.

- Jasper Whitlock, répondis-je sans prendre de risque.

Il sourit, désabusé. Vu son attitude et la mienne, nous en aurons pour plusieurs heures mais je ne vais pas cracher le morceau. Je ne veux pas finir à l'asile ou cobaye dans un laboratoire, s'il s'avère n'être qu'un simple humain.

Cet homme me rend perplexe, parfois il agit comme moi, et parfois il agit juste comme un humain qui aime s'amuser sans se soucier des autres ou de son âge.

- Quel âge as-tu ?

- Dix-huit ans.

Ses questions continuent, je réponds la même chose qu'au diner. Des mensonges sans vraiment en être.

Après plusieurs minutes, il souffle avant de se laisser tomber sur son fauteuil.

- Avant, j'étais plus doué pour faire parler les gens, bougonne-t-il pour lui-même.

Mais j'ai tout entendu. Moi aussi j'étais doué pour faire parler les gens quand j'étais avec l'autre garce de Maria. Certes mon don m'aidait beaucoup, mais je sais me montrer imaginatif sans.

- Que faisiez-vous dans la vie ? demandais-je.

- Et toi ? Répond-il tout de suite.

C'est à mon tour de sourire mais je ne suis pas tombé dans le panneau.

- J'avais une boutique d'antiquité, expliquait-il.

Sérieux ? C'est ironique, n'est-ce pas ? Je le fixe, essayant de voir si oui ou non, c'est vrai. Son sourire moqueur répond à ma question.

- Je travaillais dans les jardins. Le soleil, la chaleur. Tu comprends ? Rajoute-t-il.

Je hoche la tête. Effectivement, je comprends.

- Et que veux-tu faire plus tard ?

- Je veux plein de chose mais je ne sais pas si je pourrai toutes les avoir, répondis-je énigmatique.

- Tu sais que nous pouvons y passer la nuit ?

- Je sais mais je crains que notre condition d'humain nous rattrape, dis-je amusé.

Nous pouffons de rire, tous les deux. Mes doutes concernant sa condition me frappent de plus en plus. C'est le genre de chose que seul un vampire trouve drôle.

- Quel âge avez-vous ? lui demandais je au culot.

Après tout j'ai 148 ans.

- Je crains que mon âge soit très avancé.

- Tout est dans la tête, peu importe le corps dans lequel nous nous trouvons.

- Très juste.

Nous nous fixons sans rien dire. La fatigue commence à se faire sentir mais je ne vais pas être le premier à lâcher prise.

- Très bien. Souffle-t-il. Nous pouvons tourner en rond pendant des heures et ni toi ni moi ne voulons cracher le morceau, au risque de se faire prendre pour un fou par la personne en face. N'est-ce pas ? »

- Effectivement, dis-je septique.

Je ne sais pas où il nous emmène.

- Très bien. De toute façon tout le monde me prend pour un fou, alors un de plus n'y changera pas grand-chose.

- Pourquoi les gens vous prennent-ils pour un fou ? demandais-je, lui coupant la parole.

Certes sa femme et lui sont atypiques mais fous ? Je ne comprends pas.

- Je suis toujours aussi jeune, seulement cela se voit moins, répond-il en souriant.

- Juste pour cela ?

- La plupart des gens on l'esprit fermé. Heureusement que ma petite Bella n'est pas comme ça.

J'ai le sentiment que sa dernière phrase est pour moi.

- Mais ne change pas de sujet jeune homme, me réprimande-t-il. Tu n'as pas assez d'expérience pour cela.

- Vous devez vraiment être très âgé alors.

Je ne dégonfle pas.

- Que veux-tu ? C'est ça d'avoir...

- Oh Jasper tu es encore là ? s'étonne la grand-mère de Bella qui entre dans le salon. Non mais tu vas le laisser tranquille ! se fâche gentiment la dame. Alors Mr tu ramènes ce jeune homme chez lui ET plus de questions ! Ordonne-t-elle.

- Oui M'dame. dit-il les yeux baissés.

0o0

Au final ni lui ni moi n'avons eu de réponses. La seule chose que j'avais c'était un mal de tête à force de me poser toutes ces questions. Dès que je le verrai samedi, je me jetterai à l'eau et soit je passerai pour un fou soit mes soupçons seront confirmés.

- Alors ? Tu n'as pas changé de ville ? me demande la tigresse.

Je lui jette un coup d'œil, elle est toujours aussi désirable peu importe ce qu'elle porte. J'aimais son attitude nonchalante, les mains dans les poches, un léger sourire. Sourire qui j'espère m'est destiné.

- J'aurais dû ? demandais-je perdu.

- Le dernier qui a subi un interrogatoire spécial grand-père a fui au fond du pays.

- Comme tu vois, je toujours là, tu ne tr débarrasseras pas de moi aussi facilement.

- J'ai vu que tu étais coriace et... Différent. Mais j'aime ça, me sourit-elle gentiment.

Elle va même jusqu'à me frapper gentiment le bras avec son épaule comme si nous étions amis.

- Et bien j'en suis flatté mademoiselle la tigresse.

- Mais n'en abuse pas Whitlock, sinon je te botte le cul ! souriait-elle en partant.

Bien sûr elle a parlé un peu fort et toutes les personnes présentes se sont retournées vers nous. J'ai envie de me pavaner mais je m'abstiens. Bella m'a fait un compliment, elle m'aime bien. C'est une révélation, notre relation est bizarre, je ne sais comment elle nous considère, je ne sais même pas si elle m'apprécie. Mais c'était avant.

0o0

- BORDELWHITLOCK ! hurle la douce voix féminine de la tigresse. VA TONDRE LA PELOUSE AILLEURS QUE SOUS MA FENETRE ! S'égosille-t-elle.


 

Je souris comme un con et repars plus loin, fier comme un paon. Cela fait une demi-heure que je tonds la pelouse.

- Faire enrager ma petite-fille ne fait pas partie du contrat jeune homme, sourit la grand-mère de Bella.

- Je sais M'dame, mais c'est plus drôle.

Sa grand-mère me regarde bizarrement. Entre elle et lui, je suis habitué.

- Mon idiot de mari veut te parler, encore.

- Bien m'dame.

Je pars garer le petit tracteur-tondeuse et le rejoins.

- Vas tu me confier ton secret ?

- C'est à double sens M'sieur, répondis-je.

- Tu ne lâcheras rien ?

- Et vous ?

J'avais dit que je lui dirai mais...

- Grand-père, grognait Bella en entrant dans le salon. Laisse mon copain de jeu tranquille ! se moquait-elle.

Elle joue à me faire tourner en bourrique et moi je ne suis qu'un pion entre ses mains. Mon égo de mâle dirait que je la laisse faire mais en vérité je ne suis qu'un homme faible face à elle.

Et la voir dans cette tenue très légère me rend encore plus fou. Bordel pourquoi porte-t-elle une nuisette ? Dieu merci elle n'est pas en dentelle et cache une partie de son corps. Le problème c'est qu'habillée ainsi je ne réponds plus de moi et veux bien être son pion encore des années...

- Je croyais que c'était moi ton copain de jeu ? demande une voix d'homme.

Homme qui entre dans le salon. Je l'ai déjà vu, au match.

- Je ne te savais pas jaloux, se moque Bella en le regardant.

Pourtant ma journée a bien commencé.

- Oh Zac, tu es là ? demande le grand-père. Tu n'as pas une famille avec qui passer du temps ? Grimace-t-il.

Finalement, ce n'est pas si mal.

Bella pouffe de rire alors qu'elle sort de la pièce.

- Grand-père ? L'appelle-t-elle.

- Oui ma chérie ?

- N'y a-t-il personne qui aurait garce à tes yeux ? Demande-t-elle.

- Si ma chérie.

Il me jette un coup d'œil mais je m'efforce de regarder ailleurs, et surtout loin du corps de Bella, j'aurais eu quelques difficultés à cacher mon problème. Avoir une érection devant sa famille ne fait pas partie de mes plans.

- Mais c'est à toi de voir qu'il est parfait pour toi.

- Encore une énigme, A plus tard ! sourit-elle.

Elle claque la porte.

- Elle s'en rendra compte, après tout sa grand-mère m'a bien reconnu.

- Reconnu ?

Je n'aurais pas employé ce mot à moins d'être un...

- Oui, dit-il simplement.

- Et si on passait aux choses sérieuses ? demandais-je las.

- Ah enfin ! Tu es coriace. Mais c'est bien. Il te faudra des tripes pour supporter Bella.

Je souris à cette idée.

- Et vu ton sourire idiot, cela ne te dérange pas.

- Non M'sieur, dis-je honnêtement.

Nous retournons dans le silence.

-Dit Charles, l'appelle la grand-mère de Bella. Tu ne trouves pas bizarre que Bella se promène en si petite tenue. Elle ne nous a pas habitués à cela !

Aucun de nous ne parle.

- Oh, je vois, soupirait-elle. Bon Jasper, Est-ce que, oui ou non, tu es un vampire devenu humain ?

- Éloïse ! s'insurgeait son mari.

- Quoi ? Vous alliez y passer des jours et des jours !

- Euh...

Ils me regardent attendant ma réponse.

- Oui, murmurais-je.

- Ah tu vois ! Je te l'avais dit, sourit Charles fier de lui. Depuis quand ? Et pourquoi ? Comment tu as fait ?

- Et vous ?

J'ai déjà dit que je suis un vampire en humain.

- J'avais fait un vœu, dit-il sur le ton de la confidence.

0o0

A suivre...

Voilà, c'est dit ! Alors ?
 

9

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Une sorcière ? ai-je demandé.

Se pourrait-il que ce soit la même que celle que j'ai recherchée pendant plusieurs mois.

- Oui. J'avais besoin de faire un break dans ma vie, expliquait-il. Puis mes quelques mois humains m'ont permis de rencontrer l'amour de ma vie, souriait-il en prenant la main de sa femme.

J'ai l'impression d'être de trop dans leur scène. Je me demande si les gens seraient comme moi en ce moment si je partageais un instant similaire avec Bella.

- Et depuis je ne l'ai plus jamais quittée.

- Pourtant tu as eu le choix, souriait-elle mélancolique.

- Regrettes-tu ? Que je t'ai choisie ? s'étonnait-il.

- Mais non idiot ! rigolait-elle en le frappant gentiment sur le bras. Je me souviens juste de cette journée magique, rajoutait Éloïse nostalgique.

- Et toi Jasper, sais-tu ce que tu vas faire à la fin de ton délai d'humanité ? me demandait Charles.

- J'essaye de ne pas me poser trop de questions, je me laisse vivre tranquillement, puis tout un tas de chose peuvent changer en quelques mois. Non ?

Éloïse me fixe attentivement.

- Tu es vraiment très mature, quel âge as-tu ? demandait-elle sérieuse.

- 148 ans M'dame.

- Oh mon dieu ! s'écriait-elle avant de se mettre à rire.

Je ne comprends pas pourquoi elle rit autant, son mari lui, semble avoir saisi le pourquoi du comment et boude.

- Tu es plus vieux que Charles, s'amuse-t-elle.

- Juste de 2 ans, bougonne le grand père. Comment veux-tu que je lui fasse la morale si jamais il fait du mal à ma petite fille ? Qui la protègera si ce n'est pas moi ?

- Laisse donc ta petite fille gérer sa vie toute seule. Elle a grandi et doit faire ses propres choix même si c'est douloureux.

- Moui, boude-t-il.

Nous parlons encore un peu de nos vies, il était comme moi, avait connu les guerres entre vampires, nous avions aussi croisé tous les deux certains vampires. Il a appris que je vivais avec les Cullen et que j'avais le même régime alimentaire qu'eux. Bien que parfois cela ne m'enchantait pas. Comme vivre avec eux. Mais ils m'avaient apporté une certaine paix intérieure.

0o0

- Woua ! Tu n'as pas fui la ville ! sourit Bella. Miracle !


 

Je marche dans le couloir sans rien dire, je n'ose pas la regarder, pourtant quand elle est près de moi, j'ai du mal à ne pas la regarder, je me sens obligé de faire cela. Comme l'avait dit son grand-père : on reconnait notre moitié et il est quasiment impossible de s'en détacher mais nous n'étions qu'amis, enfin je suppose.

Mes amis m'ont dit que ce n'était pas une bonne idée de faire CA mais je veux au moins essayer. Après tout, que se passerait-il de grave ?

Tout un tas de scénarios horribles défilent dans ma tête ou Bella me fuyait et m'évitait comme la peste. Ok, finalement ce n'est peut-être pas une bonne idée.

- Alors Jasper, tu portes des caleçons ou des Boxers ? Je t'avoue que j'ai une préférence pour les boxers, ça moule parfaitement vos attributs et ça m'excite carrément ! Gémit-elle à moitié.

Je me retourne brusquement vers elle. Il ne faut surtout pas qu'elle parle de sexe sinon je vais la prendre contre les casiers de ce couloir et montrer à tous qu'elle est à moi.

- Ah tu es revenu parmi nous, sourit-elle amusée.

- Tu... Qu'est-ce que... Tu... recommençais-je à bégayer, mes joues commençaient même à chauffer.

Bordel, j'étais en train de rougir... Pathétique Whitlock !

- Trop adorable, Souffle-t-elle en voyant mes joues.

Apparemment cela ne devait pas sortir de sa bouche, elle vient de plaquer ses deux mains sur son visage, choquée.

Finalement je vais peut-être oser. Si jamais elle était d'accord ? Bien qu'à ce que j' ai compris elle n' a jamais mis les pieds là-bas. Mes amis m'ont dit que j'étais suicidaire, dans un sens ils n'ont pas tort. Après tout je suis ami avec la tigresse, ce qui étonne encore tout le monde même après quelques semaines. Alors je me lance.

- Tu veux venir au bal de noël avec moi ? lâchais-je en la fixant.

Je n'avais jamais été aussi nerveux de toute ma vie. Heureusement que je ne la demandais pas en mariage...

Elle se stoppe net à ma question comme tous ceux qui avait entendu. Je vois même mes amis quelques mètres plus loin qui attendent la réponse négative. Finalement j'aurais peut-être pas dû. Je me décompose en la voyant reculer d'un pas. Mes crétins d'amis ricanent et vont même jusqu'à m'encourager pour ne pas me dégonfler.

Pourquoi trainais-je avec ? Ah oui, pour avoir de la normalité. Bella la tigresse est de retour. Elle fusille du regard mes amis. Déjà que cela n'était pas très bien engagé pour qu'elle dise oui mais là, c'était foutu.

- Non, claque-t-elle avant de faire demi-tour et de partir.

Là mes amis explosent de rire. Je les rejoins, dépité mais je n'ai pas dit mon dernier mot.

- Alors ça fait quoi de se faire botter le cul ? se moque Alex.

- On te l'avait dit ! rajoute Jackson. Cette nana est une putain de tigresse !

0o0

- Bella ! l'appelais-je en vain.

Elle est déjà dans sa voiture et part le plus rapidement possible. Deux jours que cela dure, elle m'évite comme la peste. Mais là j'en ai marre alors je pars chez elle.

- Oh Jasper ? C'est Bella que tu cherches ? Désolée mais elle n'est pas là, me dit sa grand-mère mal à l'aise.

Je ne veux pas le faire avec la gentille Éloïse mais je n'ai plus le choix. Je croise les bras sur ma poitrine en soufflant fortement et hausse un sourcil tout en la fixant.

- Foutu centenaire, grogne-t-elle avant de me laisser entrer.

Sauf que je ne sais plus où aller, je ne connais pas grand-chose de cette maison.

- La piscine, m'indique-t-elle.

Ça je sais où c'est.

-Oh Jasper ! m'hèle sa grand-mère. Je ne sais pas ce que tu lui as fait mais n'y va pas les mains vides.

Elle en a de bonne.

- Coquelicots, a-t-elle dit avant de partir.

J'ai mis un certain temps à comprendre. Après un détour par le jardin j'arrive devant elle, en maillot de bain. Bordel. Je vais mourir avant l'heure. Cette fille est une déesse.

Comme dans les films elle sort de l'eau au ralenti, enfin cela doit être mon cerveau qui est au ralenti. Ma tigresse me fusille du regard et enroule sa serviette autour de son corps.

- Que fais-tu là ? crache-t-elle. Je ne veux pas te voir ! Grogne-t-elle.

Je ne réponds rien et stupidement je lui tends les quelques fleurs fragiles. Au début j'ai pensé qu'elle ne les aimait pas mais son regard s'est adouci quelques secondes. Bien sûr elle ne les prend pas.

- Pourquoi tu ne veux pas ? demandais-je.

- Pourquoi ? crachait-elle. Pourquoi tu insistes ? Toi et tes potes vous êtes bien marrés ! Maintenant c'est fini ! crie-t-elle. TOUT EST FINI !

Je suis complètement perdu. De quoi parle-t-elle ?

- DEGAGE, hurle-t-elle.

- Non.

Elle me regarde étonnée. Je n'ai jamais haussé le ton avec elle mais là je veux des explications, je suis complètement perdu.

- Bordel Jasper ! Dégage ! Tu me sors par les yeux, Va-t'en, Tu t'es bien foutu de moi. Maintenant c'est fini !

- Hein ? Comment ? Non... dis-je perdu.

- Ton pari avec tes crétins de potes, articule-t-elle.

Elle tourne les talons pour partir.

- Ce n'était pas un pari et oui ce sont des crétins, commençais-je. Mais s'ils ont parié quoi que ce soit, je n'étais pas au courant.

Elle garde le dos tourné.

- Bella, la suppliais-je.

Quelques jours sans elle et je me sens vide.

- Je ne te crois pas. Finalement tu es comme les autres, souffle-t-elle abattue.

Je ne supporte pas qu'elle me pense comme les autres surtout que venant d'elle c'est une insulte. Ma tigresse hait les élèves de son lycée. Alors j'ai fait la chose la plus sensée qui passait par ma tête, je me suis rapproché d'elle pour me planter devant et rapidement je pose mes lèvres sur les siennes, je m'attends à ce qu' elle se recule mais elle se colle à moi et agrippe mon tee shirt. J'approfondis notre baiser, nos langues se caressent doucement, s'apprivoisant gentiment. Je pose mes mains sur ses hanches, j'ai besoin de son contact.

Nous nous séparons à bout de souffle.

- Tu dois me croire, murmurais-je la fixant.

Elle me détaille, ses mains remontent sur mon cou, ma nuque pour finir dans mes cheveux. Je m'attends à beaucoup de choses venant d'elle, un flot de paroles me rejetant, des cris, des insultes même une gifle mais CA je préfère largement.

Elle m'embrasse, elle m'embrasse ! Et je savoure ce baiser comme si c'était était le dernier.

- Je te crois, murmure-t-elle contre ma bouche. Mais ne me fais jamais un coup comme ça, sinon je te... v.

Je la fais taire en collant ma bouche contre la sienne.

- Je ne suis pas comme eux. Ok ?

Elle me sourit et se recule. Je me sens seul.

- BELLA ! l'appelle une voix d'homme.

Je me renfrogne. Il arrive toujours au bon moment celui-là.

- Jaloux ? se moque-t-elle.

- Non. Grognais-je. Va retrouver ton copain.

C'est à mon tour de tourner les talons, mes fleurs - légèrement abimées - dans les mains.

- Mon copain ? S'étonne-t-elle. Zac ?

Je ne la vois pas mais je l'imagine en train de sourire.

- As-tu déjà couché avec une de tes amies ? Moi c'est le cas ! Explique-t-elle.

-Non, répondis-je crispé me tournant vers elle.

J'ai quelques années d'expérience en matière de sexe mais mes conquêtes étaient limitées.

- Sérieux ? Demande-t-elle étonnée.

- Je ne suis pas comme les autres, soufflais-je la fixant.

Je n'ai jamais été aussi honnête envers elle qu'envers moi même.

- Ah Bella tu es là !

L'ami de Bella arrive sur la terrasse.

Au moins il n'est pas son copain mais je ne savais pas si je pouvais me réjouir. Bella me sourit et s'avance vers moi pour prendre délicatement les quelques fleurs que je lui avais cueillies.

- Merci, murmure-t-elle souriante. Je les adore.

Je souris fier comme un paon. Par contre Zac est bizarre, lui aussi sourit et regarde Bella avec attendrissement alors qu'elle sent les fleurs.

Ils partent tous les deux, avant qu'ils disparaissent je l'entends dire :

- Avoue Swan avoue ! rigole-t-il.

Je suis perdu.

0o0

A suivre...

Alors ? Ce baiser ?

10

Beta Zazalo

PDV JASPER

Je me pavane fier comme un paon dans les vestiaires après notre entraînement de foot.

- Punaise Whitlock ! Tu as quoi ce soir ? demande Alex.

- Il est déchaîné ! Tu as tiré ton coup ? rajoute Jackson, assez vulgaire.

- Qui est l'heureuse élue ? Swan la tigresse ? Non impossible, propose Jerad.

Je ne les écoute que d'une oreille, trop loin dans mon bonheur mais je souris encore plus en entendant son nom.

- SWAN ? crient-ils en cœur.

Je les regarde de travers, en tout cas leurs têtes méritent le détour.

- Pfff.

Je hausse les épaules, indifférent.

- Une autre fille ? Moi qui croyais que tu l'avais dans la peau, souffle Alex, perdu.

Ils partent à la recherche de la fille avec qui j'aurais couché. Je finis de m'habiller tranquillement.

- Bon les gars ? Qui vous dit que j'ai couché avec qui que ce soit ?

- Merde, se moque Jackson. Tu es impuissant !

- Hein ? demandais-je largué. Peu importe.

- Ouais, après tout il n'a couché avec personne depuis la rentrée, il a forcément des soucis ! dit Jerad.

- Ou il est puceau !

Finalement j'abandonne, Bella avait raison, mes potes sont des idiots avec deux neurones qu'ils doivent se partager... Mais avant de sortir je leur lâche la bombe.

- On se voit au bal !

- TU AS UNE CAVALIERE ? QUI ?

Mon dieu, pire que des filles... Vivement la fin de l'année, ils ne vont pas me lâcher mais rien ne changera mon état d'esprit. Elle avait dit OUI, je n'ai qu'une envie, c'est de passer une soirée complète avec ma douce. Mais je dois réfréner mes envies, le bal n'est que vendredi prochain c'est-à-dire dans une semaine.

Je vais graver dans ma mémoire le moment où elle a accepté.

FLASH BACK

Nous sommes en cours, et pour une fois, je suis relativement concentré sur ce travail à faire quand un objet non identifié atterrit sur ma tempe et ensuite sur mon bureau.

C'est dur d'être joueur de football américain et selon les filles, un beau gosse. Je n'allais pas non plus me plaindre. Je recevais régulièrement des mots venant de leur part surtout avec le bal qui arrivait à grand pas, mais si je n'y allais pas avec Bella, je n'irai pas.

Je tourne la tête à droite et à gauche pour voir qui est la folle qui me harcèle. Toutes les filles de ma classe travaillent, seule ma tigresse sourit mais ses yeux sont rivés sur sa copie. Elle a l'air très amusée. Sa lèvre torturée par ses dents me rend fou et avoir une érection en plein cours n'est pas ce qu'il y a de mieux. Mais après une claque mentale, je regarde la boulette de papier. Il n'y a qu'UN mot :

- Oui.

Je lève brusquement la tête vers elle qui me sourit timidement avant de baisser les yeux sur sa feuille et me renvoie un autre bout de papier.

- Ne me brise pas.

Je griffonne « Jamais » et lui renvoie

J'ai à peine vu son sourire rassuré que la cloche sonne. Nous sortons tous rapidement, je cours derrière elle, cela devient une habitude. Une fois à sa hauteur, je pose rapidement mes deux mains sur ses joues, j'ancre mon regard dans le sien.

- Jamais. Lui murmurait je. Je te promets.

- Ne fais pas de promesse que tu ne pourras tenir.

Je ne réponds rien et fixe avec désir ses lèvres. Son regard s'embrume, je ne dois pas être mieux. Pourtant aucun de nous deux ne bouge. J'en ai envie et elle aussi mais les démonstrations d'affection en public ne sont pas pour moi, et cela n'a jamais changé malgré les années.

Qu'est-ce qu'Alice avait pu me gonfler avec ça ! Ça ne la dérangeait pas, elle, si démonstrative et moi réservé. Dieu merci, tout cela était fini.

- Jasper ? Tu peux me lâcher, il faut que j'aille en cours.

- Oh, oui pardon, dis-je gêné.

Une fois ma jolie brune partie je réalise qu'elle avait accepté. C'est avec un grand sourire idiot que je repars en classe avec l'envie de sauter partout.

FIN DU FLASH BACK

- Pourquoi ce sourire, jeune homme ? me demande Éloïse, me voyant en train de travailler dehors. Tu attends la venue du Père Noël ?

- Vous croyez qu'il va me donner tout ce que je lui ai commandé ? demandais-je avec une voix de petit garçon

Elle rit.

Du jardin, je vois Bella dans le salon, elle a l'air triste.

- Tu restes déjeuner avec nous ? Le père de Bella est là pour le weekend, me demande la grand-mère, m' apportant un verre d' eau.

- Je ne crois pas avoir ma place à votre déjeuner.

- Cela fera plaisir à Bella.

Elle soupire tristement en regardant sa petite fille. A bien y réfléchir je n'ai jamais vu ses parents.

- Bella t'en parlera si elle le souhaite.

- Lisez-vous dans ma tête ? demandais-je étonné.

- Non non, sourit-elle. Juste perspicace.

- Tant mieux parce que je connais un télépathe et parfois c'est horrible de vivre avec lui.

J'en frissonne, Edward et moi sommes bons amis mais parfois son don pouvait être énervant sûrement comme le mien.

Finalement je reste pour le repas. Je rejoins Bella dans le salon, elle n'a pas bougé depuis tout à l'heure et son expression reste la même. Il y a quelque chose qui cloche dans cette famille, en dehors du fait que son grand père est un ancien vampire. J'ai bien compris que le père de Bella n'est pas souvent là, alors pourquoi ne passe-t-il pas plus de temps avec sa fille ? Et pourquoi ma tigresse est si triste ?

Doucement je m'assoie à côté d'elle, nous restons en silence attendant que le repas soit prêt. Je l'observe, elle m'a à peine regardé, semble ailleurs, loin de notre monde. J'ai beau chercher je ne trouve plus l'étincelle de vie qui la caractérise, comme si la tigresse n'avait jamais existé. Je suis triste pour elle.

C'est son grand-père qui vient nous chercher, lui aussi parait partager les sentiments de sa petite fille. Bella ne réagit pas. Je me lève et doucement je prends sa main pour la conduire dans la salle à manger. Notre contact semble la faire réagir.

- Jasper ? Tu es là depuis longtemps ? me demande-t-elle étonnée.

Je la regarde de travers.

- Tu es sûre que tu vas bien ? Tu n'es pas malade ?

- Non, non, murmure-t-elle.

Je m'approche et l'embrasse sur la joue.

- Je suis là si tu as besoin.

Je ne suis pas idiot, et me doute que cela a un rapport avec son père.

- Merci.

Elle me sourit doucement tout en me dévisageant me mettant presque mal à l'aise. Bien sûr, comme souvent nous somme dérangés et cette fois c'est un raclement de gorge impérieux qui nous sort de notre bulle. Je me tourne vers l'homme et le détaille. Un colonel. Il m'étudie rapidement et voit que je tiens la main de sa fille. Ne voulant pas me le mettre à dos - il me parait suffisamment hostile - je veux la lâcher mais sa prise sur ma main se raffermit. Son père ne l'a pas regardée une seule fois.

- Colonel Charlie Swan, se présente-t-il. Vous êtes ?

J'ai envie de lui répondre que je suis le Major Jasper Whitlock, le plus jeune des Etats-Unis mais cela n'aurait pas été correct.

- Jasper Whitlock, répondis-je pas plus aimable que ça.

- Bien. Passons à table. J'aime la ponctualité.

Et moi j'aimerais lui mettre mon poing dans la figure. Pauvre Bella, elle baisse encore plus la tête. Mon pouce caresse tendrement sa main.

Pendant le déjeuner, Bella n'a pas décroché un mot et son père n'a même pas essayé d'engager la conversation avec elle. En revanche, il me parle, me pose des questions, essaye même de me recruter. Je me suis retenu de ricaner, j'ai déjà donné et pour rien au monde je n'y retournerai même pas pour les beaux yeux de ma tigresse.

Les grands-parents de Bella paraissent également avoir peu d'intérêt pour lui, échangeant simplement quelques phrases de politesse

- Ce déjeuner fut délicieux, Éloïse, complimenta le Colonel.

- Merci, répondit-elle poliment.

- Bien. J'ai du travail. A plus tard. Éloïse, Charles, Jasper, Isabella, dit-il en les saluant.

Je viens de rêver ou il avait à moitié craché le nom de sa fille ? Ce type met mes nerfs à rude épreuve. J'aimerais lui faire manger ses médailles et autres décorations. Bien sûr il aurait subi quelques tortures made in Jasper avant.

Mon ange ne répond rien et préfère regarder ailleurs. On peut croire qu'elle est indifférente, je la sais délicate et fragile sous sa carapace et là elle se comporte comme au lycée en érigeant un mur.

J'aide gentiment à débarrasser la table, Bella s'est déplacée pour se placer devant une fenêtre et regarde devant elle. J'hésite à aller la voir, je ne veux pas la déranger, mais un soupir me décide à m'approcher d'elle

Sa voix m'a arrêté dans mon élan.

- Le plus drôle dans ce déjeuner, c'est que mon père t'a plus parlé en une heure qu'à moi en une année, murmure-t-elle triste sans me regarder.

Elle n'a pas bougé alors je la rejoins, me colle à elle, mon souffle dans ses cheveux.

- Pourquoi ?

- J'ai le malheur d'avoir des seins et un vagin. La grande déception de mon père.

Elle se retourne vers moi et me sourit tendrement avec toujours cette tristesse dans ses yeux je la prends dans mes bras m'attendant à un refus de sa part. Son visage se colle contre ma poitrine, ses bras se serrent autour de ma taille. Je lui caresse tendrement le dos et pose mon menton sur le haut de sa tête, profitant pleinement de notre étreinte.

- Il ne sait pas ce qu'il perd, murmurais-je.

Je veux la reculer de moi de peur de subir ses foudres - il ne faut pas abuser des bonnes choses - mais elle raffermit sa prise.

- Reste avec moi, murmure-t-elle.

- C'est comme tu veux ma belle.

0o0

A suivre...

11

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Il ne sait pas ce qu'il perd, murmurais-je.

Je veux la reculer de moi de peur de subir ses foudres - il ne faut pas abuser des bonnes choses - mais elle raffermit sa prise.

- Reste avec moi. » murmure-t-elle.

- C'est comme tu veux ma belle.

Nous avons passé la fin de l'après-midi ensemble, sans vraiment parler, et ma fin de journée est encore plus parfaite lorsqu'elle m'a demandé de rester dormir avec elle. Ses grands parent ont accepté sans mal ce qui a vraiment étonné Bella.

- Vous ne voulez pas que Zac dorme ici mais Jasper oui ?

- Tu ne vas pas bien ma puce.

Raison qui me paraissait bancale mais je ne vais pas m'en plaindre.


- Es-tu sûre de toi ? Demandais-je.

- Oui.

Elle est ferme dans ses positions. Mais commençant à la connaitre, je me méfie, et, ne voulant pas que le lendemain, elle me frappe pour que je sorte de son lit.

Oui, je ne suis pas rassuré de dormir avec celle qui hante mes rêves. Je suis bizarre et assume. De plus ça serait une première. Humain, je dormais seul. A cette époque, ça ne se faisait pas de dormir avec son ami, surtout quand c'était un homme et une femme.

- Tu ne veux pas dormir avec moi ?

- Si, je veux mais je sens que ça ne serait pas correct.

- Pourquoi ?

Voilà, je l'ai mise en colère et sans ouvrir la bouche.

- Oh puis, peu importe ! Je n'ai pas besoin de toi. Va-t'en !

- Tu es sûr ?

Nous avons passé une super après-midi même si son air triste ne la quittait pas. Le fait qu'elle restait collée à moi ne voulait rien dire. Ai-je mal interprété les signes ? Elle voulait que je reste et là elle me jette ?

- Oui, je vais très bien. Va-t'en !

Elle me tourne le dos et croise les bras en boudant.

- Très bien, je te laisse.

Elle se retourne brusquement vers moi.

- Ah bon ?

Je soupire.

- Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, même si tes grands parents ont accepté.

- Mais je veux.

- Ce n'est pas parce que tu veux, que tu as Bella.

-Je ne te comprends pas.

- Moi non plus, soufflais-je.

Ces quelques heures avec elle, nous ont rapprochés, j'en ai appris plus sur elle et inversement, bien que j'ai dû modifié légèrement la vérité.

- Alors pourquoi ?

Oui, pourquoi ? Lui dire que c'est nouveau pour moi et trop important.

- Whitlock, tu repars dans la lune !

- Parce que dormir avec quelqu'un est personnel.

Vu sa tête, je l'ai surement vexée.

- Pour toi, je suis quoi ? Une simple camarade de classe ?

- Non. Tu es plus que ça et tu le sais bien, alors ne me fais pas dire ce que je ne n'ai pas dit !

- Alors dors avec moi ! Je ne veux pas être seule.

- Eh bien demande à Zac.

Je vais regretter mes paroles. Après l'étonnement, elle passe à la colère.

- Non mais je rêve ! D'abord tu me fais une crise de jalousie pour le match.

Je regrette de lui avoir confié cela quelques heures plutôt.

- Et ensuite tu me rejettes ! Pourquoi ?

Elle est toute triste maintenant, je n'aime pas la voir ainsi alors je la prends dans mes bras. Elle colle son visage contre mon torse.

- Crois moi, je veux rester, mais tu n'as pas besoin de moi, tu es forte. De plus ça compliquerait les choses entre nous.

Et j'ai peur, mais je ne vais pas lui dire.

- Je me demande pourquoi ils t'ont autorisé à rester dormir ?

- Zac n'est jamais resté ?

- Non, ricane-t-elle. Il n'est pas trop apprécié, mais toi ils t'aiment bien.

- Moi aussi.

- Je ne comprends pas pourquoi, d'ailleurs, plaisante-t-elle.

- Eh !

Elle se recule de moi pour rire, je ne peux pas m'empêcher de sourire à mon tour.

- Je vais te laisser mais je passe demain si tu veux ?

- Tu peux dormir dans la chambre d'ami ?

- Pourquoi veux-tu que je reste ?

- Pourquoi ne le veux-tu pas ? Et la vérité !

Comment fait-elle pour lire en moi.

- Comment sais-tu ?

- Tu es différent et bizarre, comme grand père. Il cache toujours des choses un peu comme toi.

- Très bien. Je n'ai jamais dormi avec quelqu'un.

Ma tigresse le retour, elle se moque de moi.

- Sérieux ?

- Oui, boudais-je.

- Tu es trop chou Whitlock !

Elle m'embrasse sur la joue.

- Je suppose que tu veux passer la nuit avec une personne importe pour toi.

- Tu es importante Swan, n'en doute jamais.

Avant qu'elle continue ses divagations qui commencent à m'énerver, je pose mes lèvres sur les siennes. Sa langue rejoint rapidement la mienne. On s'arrête à bout de souffle.

- Ça, tu recommences quand tu veux.

Je souris fier de moi.

- Et il prend la grosse tête. Tu es bien un homme.

Oui, je suis un homme, pour le moment.

- Et toi tu souris.

- Merci, dit-elle après un petit moment. Normalement à la venue de mon père, je suis triste quelques jours mais quand tu es là, je vais tout de suite mieux, comme si tu me protégeais de tout.

- Je suis ravi d'être là pour toi.

Si j'étais encore un vampire je ronronnerais de plaisir. C'est dans nos instincts de protéger notre compagne.

Finalement je la laissais dormir seule.


Après cette soirée, nous nous sommes rapprochés encore plus, certes au lycée cela ne se voit pas, nous tenons à garder ça pour nous.

Ce que j'aime le plus, c'est nos baisers volés.

Est-ce qu'on sort ensemble, non, pas vraiment. Je sais juste que Zac reste son ami sans les extras. Je ne lui ai pas demandé, elle m'a dit que de toute façon, ils ne jouaient plus depuis que nous nous étions embrassés la première fois sur la terrasse.

Heureusement que je suis seul dans mon appartement, parce que je rendrais fou n'importe qui se trouvant à mes côtés. Ce soir c'est le bal et je sens que quelque chose va se passer, mais impossible de dire quoi. J'espère seulement que ce n'est pas les Cullen qui m'ont retrouvé, sinon je peux dire adieu à mes mois de tranquillité. A part eux, je ne vois pas qui pourrait être à ma recherche, depuis que je vis avec eux, j'ai coupé les ponts avec le peu d'amis que j'avais. Alice et sûrement les autres trouvaient que ce n'étaient pas des bonnes fréquentations, j'entends par là, qu'ils boivent du sang humain. Parfois j'envie mes anciens amis pour ça. C'est tellement dur d'être végétarien et pas très bon non plus. Si je choisis de redevenir vampire, finis les animaux et sûrement finis les Cullen. A bien y réfléchir, ils ne me manqueront pas tant que cela. Certes, je les apprécie mais la séparation n'a pas été douloureuse. Et même maintenant, je suis bien où je suis.

Quelqu'un frappe à ma porte. Bizarre personne ne connait mon adresse. Pourvu que...

Je pars quand même ouvrir et vois une apparition. Ma tigresse, en robe de soirée se tient devant moi. Un léger sourire aux lèvres mais elle semble gênée.

- Tu peux dire quelque chose, je me sens comme une potiche.

- Euh... Tu...

Elle soupire et croise les bras. Je fais surtout un humain pitoyable, je ne me souvenais pas que j'étais aussi peu doué pendant ma première humanité.

- Ok, je savais que tout ça était une connerie.

Mes neurones à nouveau connectés, je l'attire vers moi et l'embrasse délicatement.

- Tu es un ange tombé du ciel.

- Celle-là non plus, tu ne l'as jamais dite à personne ?

Je fais non de la tête et souris. Elle se retient de me sourire, j'espère qu'au fond d'elle, elle est heureuse d'être la première.

- Ce n'est pas moi qui devait passer te prendre ?

Bien que je ne maitrise pas complètement le sujet : bal de noël.

- Si si, mais je voulais voir où tu vivais !

Elle m'embrasse sur la joue avant d'entrer chez moi. Je ne la laisse pas s'attarder, pas besoin qu'elle découvre que je suis assez bordélique...

Je l'embrasse sur la joue et nous partons au bal.

- Tu es bizarre.

- Ah bon ?

Je me demande ce que j'ai encore fait.

- Tu es parfois si vieux jeu et parfois si moderne.

- Pourquoi ? Parce que tu conduis ?

- Ouais.

Je haussais les épaules.

Je regardais mais sans le voir, le paysage défiler. Sauf que j'ai vu une personne que je ne m'attendais pas à voir ici, dans ce coin ensoleillé du pays. J'ai l'impression que cette personne m'a aussi vu mais n'en suis pas sûr.

- Tout va bien ?

- Hein ? Euh oui. J'ai cru voir...

Je me repasse ma scène dans ma tête. Non c'est impossible.

- Ce n'est rien, j'ai cru reconnaitre une personne, mais c'est peu probable que soit elle.

- Pourquoi ? Elle aussi est allergique au soleil ?

Je la voyais clairement se moquer.

- Oui.

- Je trouve que c'est très courant.

- N'est-ce pas ?

Je souris, enfin j'essaye, ça doit plus ressembler à une grimace. Bella se gare.

- Tu es sûr ? On peut rentrer si tu ne te sens pas bien.

- Dans tes rêves ma tigresse.

J'adore la voir offusquer avec ce surnom.

- On va au bal.

- Bien, boude-t-elle.

Nous nous dirigeons vers la porte, mon bras autour de sa taille. Beaucoup de gens sont choqués de la voir ici et encore plus avec moi. Je me pavane fier d'avoir mon ange à mes côtés. Pourtant je ne profite pas, comme j'aurais dû le faire, de notre entrée remarquée. Le visage de la personne tourne dans ma tête.


A suivre...

12

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Il ne sait pas ce qu'il perd, murmurais-je.

Je veux la reculer de moi de peur de subir ses foudres - il ne faut pas abuser des bonnes choses - mais elle raffermit sa prise.

- Reste avec moi. » murmure-t-elle.

- C'est comme tu veux ma belle.

Nous avons passé la fin de l'après-midi ensemble, sans vraiment parler, et ma fin de journée est encore plus parfaite lorsqu'elle m'a demandé de rester dormir avec elle. Ses grands parent ont accepté sans mal ce qui a vraiment étonné Bella.

- Vous ne voulez pas que Zac dorme ici mais Jasper oui ?

- Tu ne vas pas bien ma puce.

Raison qui me paraissait bancale mais je ne vais pas m'en plaindre.

OoO

- Es-tu sûre de toi ? Demandais-je.

- Oui.

Elle est ferme dans ses positions. Mais commençant à la connaitre, je me méfie, et, ne voulant pas que le lendemain, elle me frappe pour que je sorte de son lit.

Oui, je ne suis pas rassuré de dormir avec celle qui hante mes rêves. Je suis bizarre et assume. De plus ça serait une première. Humain, je dormais seul. A cette époque, ça ne se faisait pas de dormir avec son ami, surtout quand c'était un homme et une femme.

- Tu ne veux pas dormir avec moi ?

- Si, je veux mais je sens que ça ne serait pas correct.

- Pourquoi ?

Voilà, je l'ai mise en colère et sans ouvrir la bouche.

- Oh puis, peu importe ! Je n'ai pas besoin de toi. Va-t'en !

- Tu es sûr ?

Nous avons passé une super après-midi même si son air triste ne la quittait pas. Le fait qu'elle restait collée à moi ne voulait rien dire. Ai-je mal interprété les signes ? Elle voulait que je reste et là elle me jette ?

- Oui, je vais très bien. Va-t'en !

Elle me tourne le dos et croise les bras en boudant.

- Très bien, je te laisse.

Elle se retourne brusquement vers moi.

- Ah bon ?

Je soupire.

- Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, même si tes grands parents ont accepté.

- Mais je veux.

- Ce n'est pas parce que tu veux, que tu as Bella.

-Je ne te comprends pas.

- Moi non plus, soufflais-je.

Ces quelques heures avec elle, nous ont rapprochés, j'en ai appris plus sur elle et inversement, bien que j'ai dû modifié légèrement la vérité.

- Alors pourquoi ?

Oui, pourquoi ? Lui dire que c'est nouveau pour moi et trop important.

- Whitlock, tu repars dans la lune !

- Parce que dormir avec quelqu'un est personnel.

Vu sa tête, je l'ai surement vexée.

- Pour toi, je suis quoi ? Une simple camarade de classe ?

- Non. Tu es plus que ça et tu le sais bien, alors ne me fais pas dire ce que je ne n'ai pas dit !

- Alors dors avec moi ! Je ne veux pas être seule.

- Eh bien demande à Zac.

Je vais regretter mes paroles. Après l'étonnement, elle passe à la colère.

- Non mais je rêve ! D'abord tu me fais une crise de jalousie pour le match.

Je regrette de lui avoir confié cela quelques heures plutôt.

- Et ensuite tu me rejettes ! Pourquoi ?

Elle est toute triste maintenant, je n'aime pas la voir ainsi alors je la prends dans mes bras. Elle colle son visage contre mon torse.

- Crois moi, je veux rester, mais tu n'as pas besoin de moi, tu es forte. De plus ça compliquerait les choses entre nous.

Et j'ai peur, mais je ne vais pas lui dire.

- Je me demande pourquoi ils t'ont autorisé à rester dormir ?

- Zac n'est jamais resté ?

- Non, ricane-t-elle. Il n'est pas trop apprécié, mais toi ils t'aiment bien.

- Moi aussi.

- Je ne comprends pas pourquoi, d'ailleurs, plaisante-t-elle.

- Eh !

Elle se recule de moi pour rire, je ne peux pas m'empêcher de sourire à mon tour.

- Je vais te laisser mais je passe demain si tu veux ?

- Tu peux dormir dans la chambre d'ami ?

- Pourquoi veux-tu que je reste ?

- Pourquoi ne le veux-tu pas ? Et la vérité !

Comment fait-elle pour lire en moi.

- Comment sais-tu ?

- Tu es différent et bizarre, comme grand père. Il cache toujours des choses un peu comme toi.

- Très bien. Je n'ai jamais dormi avec quelqu'un.

Ma tigresse le retour, elle se moque de moi.

- Sérieux ?

- Oui, boudais-je.

- Tu es trop chou Whitlock !

Elle m'embrasse sur la joue.

- Je suppose que tu veux passer la nuit avec une personne importe pour toi.

- Tu es importante Swan, n'en doute jamais.

Avant qu'elle continue ses divagations qui commencent à m'énerver, je pose mes lèvres sur les siennes. Sa langue rejoint rapidement la mienne. On s'arrête à bout de souffle.

- Ça, tu recommences quand tu veux.

Je souris fier de moi.

- Et il prend la grosse tête. Tu es bien un homme.

Oui, je suis un homme, pour le moment.

- Et toi tu souris.

- Merci, dit-elle après un petit moment. Normalement à la venue de mon père, je suis triste quelques jours mais quand tu es là, je vais tout de suite mieux, comme si tu me protégeais de tout.

- Je suis ravi d'être là pour toi.

Si j'étais encore un vampire je ronronnerais de plaisir. C'est dans nos instincts de protéger notre compagne.

Finalement je la laissais dormir seule.


Après cette soirée, nous nous sommes rapprochés encore plus, certes au lycée cela ne se voit pas, nous tenons à garder ça pour nous.

Ce que j'aime le plus, c'est nos baisers volés.

Est-ce qu'on sort ensemble, non, pas vraiment. Je sais juste que Zac reste son ami sans les extras. Je ne lui ai pas demandé, elle m'a dit que de toute façon, ils ne jouaient plus depuis que nous nous étions embrassés la première fois sur la terrasse.

Heureusement que je suis seul dans mon appartement, parce que je rendrais fou n'importe qui se trouvant à mes côtés. Ce soir c'est le bal et je sens que quelque chose va se passer, mais impossible de dire quoi. J'espère seulement que ce n'est pas les Cullen qui m'ont retrouvé, sinon je peux dire adieu à mes mois de tranquillité. A part eux, je ne vois pas qui pourrait être à ma recherche, depuis que je vis avec eux, j'ai coupé les ponts avec le peu d'amis que j'avais. Alice et sûrement les autres trouvaient que ce n'étaient pas des bonnes fréquentations, j'entends par là, qu'ils boivent du sang humain. Parfois j'envie mes anciens amis pour ça. C'est tellement dur d'être végétarien et pas très bon non plus. Si je choisis de redevenir vampire, finis les animaux et sûrement finis les Cullen. A bien y réfléchir, ils ne me manqueront pas tant que cela. Certes, je les apprécie mais la séparation n'a pas été douloureuse. Et même maintenant, je suis bien où je suis.

Quelqu'un frappe à ma porte. Bizarre personne ne connait mon adresse. Pourvu que...

Je pars quand même ouvrir et vois une apparition. Ma tigresse, en robe de soirée se tient devant moi. Un léger sourire aux lèvres mais elle semble gênée.

- Tu peux dire quelque chose, je me sens comme une potiche.

- Euh... Tu...

Elle soupire et croise les bras. Je fais surtout un humain pitoyable, je ne me souvenais pas que j'étais aussi peu doué pendant ma première humanité.

- Ok, je savais que tout ça était une connerie.

Mes neurones à nouveau connectés, je l'attire vers moi et l'embrasse délicatement.

- Tu es un ange tombé du ciel.

- Celle-là non plus, tu ne l'as jamais dite à personne ?

Je fais non de la tête et souris. Elle se retient de me sourire, j'espère qu'au fond d'elle, elle est heureuse d'être la première.

- Ce n'est pas moi qui devait passer te prendre ?

Bien que je ne maitrise pas complètement le sujet : bal de noël.

- Si si, mais je voulais voir où tu vivais !

Elle m'embrasse sur la joue avant d'entrer chez moi. Je ne la laisse pas s'attarder, pas besoin qu'elle découvre que je suis assez bordélique...

Je l'embrasse sur la joue et nous partons au bal.

- Tu es bizarre.

- Ah bon ?

Je me demande ce que j'ai encore fait.

- Tu es parfois si vieux jeu et parfois si moderne.

- Pourquoi ? Parce que tu conduis ?

- Ouais.

Je haussais les épaules.

Je regardais mais sans le voir, le paysage défiler. Sauf que j'ai vu une personne que je ne m'attendais pas à voir ici, dans ce coin ensoleillé du pays. J'ai l'impression que cette personne m'a aussi vu mais n'en suis pas sûr.

- Tout va bien ?

- Hein ? Euh oui. J'ai cru voir...

Je me repasse ma scène dans ma tête. Non c'est impossible.

- Ce n'est rien, j'ai cru reconnaitre une personne, mais c'est peu probable que soit elle.

- Pourquoi ? Elle aussi est allergique au soleil ?

Je la voyais clairement se moquer.

- Oui.

- Je trouve que c'est très courant.

- N'est-ce pas ?

Je souris, enfin j'essaye, ça doit plus ressembler à une grimace. Bella se gare.

- Tu es sûr ? On peut rentrer si tu ne te sens pas bien.

- Dans tes rêves ma tigresse.

J'adore la voir offusquer avec ce surnom.

- On va au bal.

- Bien, boude-t-elle.

Nous nous dirigeons vers la porte, mon bras autour de sa taille. Beaucoup de gens sont choqués de la voir ici et encore plus avec moi. Je me pavane fier d'avoir mon ange à mes côtés. Pourtant je ne profite pas, comme j'aurais dû le faire, de notre entrée remarquée. Le visage de la personne tourne dans ma tête.


A suivre...

13

Beta Zazalo

PDV JASPER

Nous nous dirigeons vers la porte, mon bras autour de sa taille. Beaucoup de gens sont choqués de la voir ici et encore plus avec moi. Je me pavane fier d'avoir mon ange à mes côtés. Pourtant je ne profite pas, comme je l'aurais dû, de notre entrée remarquée. Le visage de la personne tourne dans ma tête.


- Tu sais que je devrais être vexée ?

- Pourquoi ?

- Tu me traînes à ce bal pour ensuite partir loin.

Elle n'a pas tort, je suis avec elle, en train de danser mais je n'arrive pas à sortir son visage de ma tête. La sorcière m'a pourtant dit que personne ne peut me retrouver. A moins que ce soit le hasard ? Ça ne peut être que cela. Bizarre quand-même. Un vampire dans un coin ensoleillé ? Est-il stupide ?

Non ce n'est pas son genre.

- Withlock, je vais te botter le cul si jamais tu ne réponds pas !

Je lui souris.

- Tu y arriverais avec tes talons ?

Je me moque ce qui me vaux un coup dans le bras.

- Tu ne serais pas sadomasochiste ?

Elle me regarde choquée.

- Oh mon dieu ! Comment as-tu deviné ? Se moquait-elle, je rêve de te voir à quatre pattes en train de crier sous mes coups de fouet.

Je la regarde de travers alors qu'elle se moque clairement de moi. Je vais en faire des cauchemars. Dommage pour elle, j'aime garder le contrôle, même si la voir à califourchon sur moi en train de se déhancher est une bonne image.

- Withlock, tu bandes.

Je me recule de son corps.

- Même pas vrai.

Presque pas vrai. Foutu corps d'adolescent. C'est elle qui se rapproche de moi et me murmure à l'oreille.

- J'aime ça.

Ensuite elle m'embrasse sur la joue et se recolle à moi pour continuer de danser.

- Tu es déroutante.

- Je prends ça comme un compliment.

- Mais c'en est un, j'aime ta différence.

On se sourit complices.

- Tu ne vas rien me dire ?

Je la prends par la main et l'entraîne vers le bar.

- Je ne suis pas sûr, j'ai cru voir une vielle connaissance.

- Est-ce mal ?

- Tout dépend de ce qu'elle me veut.

- Tu vas la retrouver ?

- Non, elle me retrouvera si elle le veut, comme une sorte d'instinct.

Je rigole intérieurement en lui servant un verre. Ouais, un putain d'instinct qui nous a souvent sauvé les fesses plusieurs fois.

- Vous êtes proches ?

- On l'a été pendant un certain temps, mais on s'est perdu de vue.

- Pourquoi ?

- Il ne supportait pas mon ex-copine.

- Pourquoi ?

- Trop excentrique... Ouais c'est ça.

Ça parmi tant d'autre. Au début, elle était rafraichissante par ses émotions, toujours joyeuse et c'est ce dont j'avais besoin. Elle m'a aidé à me sortir de mes idées noires mais une fois en paix avec moi-même, elle pouvait être assez fatigante, bien que ce n'était pas méchant. Malheureusement elle ne s'en rendait pas compte et je ne sais pas si ça sera le cas un jour.

- Tu tiens toujours à elle ?

- Jalouse ?

- C'est toi qui as rompu, non ? Pourquoi le serais-je ?

Pas faux. Pourquoi arrive-t-elle a toujours mettre le doigt là où il faut ?

- De plus, la jalousie est un manque de confiance en soi et je n'en ai aucun.

- Alors je peux aller draguer ? Proposais-je.

- Essaye et je te coupe ce qui te sert de pénis, clair ?

Son regard menaçant me dissuade de faire quoi que ce soit, mais je sais comment la faire céder, la plupart du temps. Je crains qu'elle reste indomptée mais j'aime ça. Ça lui va tellement bien son air farouche.

- Oui M'dame !

Elle se mord la lèvre inférieure, je sais que mon accent texan lui plaît. Elle se cache derrière sa boisson.

- Salut Jasper et mademoiselle la tigresse, dit Jackson.

- Tu es toujours en vie mon pote ! Rajoute Alex.

Je voyais ma belle soupirer, blasée, d'ailleurs tout le monde à dû l'entendre n'étant pas discrète, sauf peut-être mes amis qui continuent de me parler. A moins qu'ils l'ignorent.

- Bon les mecs, ce n'est pas que je ne vous aime pas, enfin si, je ne vous aime pas, mais je garde Jasper uniquement pour moi ce soir.

Je rêve ou il y a un sous-entendu derrière sa phrase ?

- Aller Mr le joueur de foot populaire, viens danser avec moi !

Elle me prend la main et me tire loin de mes potes qui rigolent comme des cons et lancent des commentaires assez déplacés. Pourtant je ne leur en veux pas, ils ne sont que des ados et j'ai 148 ans, forcément que nous sommes différents. Alors pourquoi suis-je en osmose avec Bella ? Bien-sûr, elle est ma moitié, nous nous complétons, qu'importe la différence d'âge.

- Tes potes sont des...

Je la coupe ne voulant pas gâcher notre soirée.

- Tu veux rentrer ?

- Oui, s'il te plait.

Je lui prends la main et nous sortons, elle me laisse même conduire, prétextant avoir mal aux pieds.

- J'aime mes chaussures mais bordel, ce sont des tortionnaires.

Elle pose ses pieds sur la banquette sans se rendre compte que sa robe remonte sur ses cuisses.

- La route Withlock, sourit-elle.

Se rend-elle compte qu'elle est tout le temps désirable ?

- Ce n'est pas de ma faute si j'ai tout le temps envie de te regarder.

- Arrête ton blabla, sourit-elle. Oh non, ça non plus tu ne l'as jamais dit à personne ?

Elle me fixe clairement amusée.

- Non, et je n'ai jamais été ainsi avec une fille.

- Pathétique ?

Pendant qu'elle se moque de moi, je me renfrogne. Ce n'est pas de ma faute si je ne viens pas de cette époque et que ma façon d'être est forcément décalée par rapport à cette époque.

Je reviens sur terre, quand je sens ses douces lèvres sur ma joue pour ensuite dériver vers mon oreille.

- Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, j'aime ça, j'apprécie ta différence.

Son nez frôle mon oreille, mon cou me donnant des frissons. Je ne la vois pas, mais sens son sourire. Je déglutis avec difficulté. Elle m'embrasse la carotide. Je retiens un grognement et tente de trouver une position confortable pour mon érection, en vain.

- En fait j'aime tout chez toi et c'est flippant.

Son visage n'a pas bougé de mon cou.

- Et tu as l'intention de t'éloigner ?

Ma voix rauque trahit mon plaisir de me retrouver si près d'elle. Sans bouger sa tête de mon épaule, son index se promène dans mon cou, sans vraiment le toucher, elle descend légèrement sur ma clavicule mais est arrêtée par mon costume. Aucune femme ne m'a rendu aussi dingue juste avec quelques touchés. Je ne veux même pas imaginer ce que qu'il se passerait sans nos vêtements, je risque de me lâcher dans mon pantalon...

- Non, souffle-t-elle, je ne sais pas pourquoi, mais je m'en sens incapable.

Son visage remonte et m'embrasse sur le coin des lèvres et se remet à sa place brisant l'alchimie du moment. Mais dans un sens c'est mieux. Parce que je ne sais pas si j'aurais été capable de ne pas la prendre dans sa voiture.

- Quand grand-père m'a dit ça, je lui ai ris au nez, j'aurais pas dû, boude-t-elle.

- La sagesse de la vieillesse.

- Je dois avouer qu'il a souvent raison, comme s'il avait plus vécu que son âge.

Elle vise encore dans le mille mais pourtant elle ne s'y attarde pas. Je sais qu'à un moment je vais devoir lui dire la vérité mais je ne sais pas quand ni comment. Ce qui est sûr c'est que ça ne sera pas pour ce soir. J'ai comme un mauvais pressentiment.

Je me gare devant chez moi, ni elle ni moi ne parlons. Bella veut dire quelque chose, pourtant elle n'ose pas, ce n'est pas son genre.

- Merci.

Je m'attendais à tout sauf à ça. Elle me sourit doucement.

- Contrairement à ce que j'ai pu penser, j'ai passé une bonne soirée en ta compagnie et c'est bien, pour une fois d'être normale.

- Ça veut dire que tu acceptes de retourner à un bal ?

- Non ! Rigole-t-elle.

Je ne peux que sourire, d'accord avec elle même si nous avons passé une bonne soirée. Doucement je m'approche d'elle et l'embrasse sur la joue et lui souffle un bonne nuit. Nous pouvons être deux à jouer.

Je sors de la voiture, un sourire victorieux sur les lèvres. Pour une fois que j'ai le dernier mot mais c'est sans compter sur ma tigresse qui me rejoint dehors, toujours nus pieds. En deux pas elle m'a rejoint et pose sa bouche sur la mienne.

- Bonne nuit Withlock.

Elle me sourit, allumeuse, sachant très bien quel effet elle a sur moi.

- Tu sais que je t'aurai un jour Swan.

- Un jour...

Elle me fait un clin d'œil avant de partir. C'est toujours en souriant que je rentre chez moi. Ma joie retombe rapidement quand je vois une personne allongée confortablement sur mon canapé, ses deux mains derrière la tête, les jambes croisées, un sourire placardé sur le visage.

Au moins son sourire idiot retombe quand il a fini de me détailler.

- Alors ça, je ne m'y attendais pas !

Il se lève et me redétaille encore.

- Oui je suis humain. Tu vas t'en remettre, me moquais-je.

Je m'assoie en face, décontracté. Son regard ne me quitte pas.

- C'est... Merde ! Carrément flippant. Mais la vraie question c'est...


A suivre...

Alors qui est-ce ? Une idée ?

14

Beta Zazalo

PDV JASPER

- Alors ça, je ne m'y attendais pas !

Il se lève et me redétaille encore.

- Oui je suis humain. Tu vas t'en remettre, me moquais-je.

Je m'assois en face, décontracté. Son regard ne me quitte pas.

- C'est... Merde ! Carrément flippant. Mais la vraie question c'est qui est cette nana ?

Je me mets à rire. N'importe qui m'aurait demandé comment j'ai fait et pourquoi avoir choisi de redevenir humain mais lui non.

- Quoi ? Major, bordel, merde ! Arrête de te foutre de moi !

Je me calme.

- Tu n'as pas changé Peter.

Je pars m'asseoir, fatigué de ma super soirée avec ma tigresse.

- On ne peut pas en dire autant de toi !

Mon vieil ami retourne s'asseoir en face de moi sans me lâcher des yeux.

- A moins que tu aies l'intention de me bouffer, arrête de me regarder comme ça.

Il renifle.

- Désolé de te dire ça mais tu ne sens pas très bon, par contre cette fille...

- Essaye... le menaçais-je sans grand résultat.

Mon ami se marre.

- Va y, fous-toi de moi, je ne te dirai rien, boudais-je.

- C'est toujours aussi drôle de voir un humain nous menacer, surtout quand il sait pour notre nature.

Une fois sa phrase finie il rigole. J'attends quelques minutes que l'hilarité de Peter se calme.

- Et Charlotte ?

Je veux partir sur un sujet plus joyeux pour mon ami mais vu sa tête, je n'aurais peut-être pas dû...

- Et toi ? Finalement ce n'est pas une légende. Elle existe.

Que répondre.

- C'est perturbant de te voir en ado boutonneux ! Se moque-t-il.

Charlotte est loin de ses souvenirs.

- Eh ! M'insurgeais-je, je n'ai pas de boutons !

Un sourire moqueur apparait sur ses lèvres.

- Pourquoi ado ?

J'hésite à lui répondre, la sorcière n'a rien spécifié sur ce sujet, juste que je ne devais pas chercher les Cullen et qu'ils ne me trouveraient pas. Mais est-ce que j'ai le droit de parler de ça ? Je ne veux en aucun cas écourter mon temps avec ma tigresse, cela m'est trop précieux. Bien que je sais que je ne pourrai pas passer ma vie avec elle, sauf si je le décide. Mais elle ? Est-ce qu'elle le voudra ? Je ressens notre lien, parce que même si je suis humain, j'ai toujours cette part de vampire en moi qui reconnait sa compagne.

Et la transformer ? Le voudra-t-elle ? Voudra-t-elle quitter tout ce qu'elle a pour passer les siècles à venir avec moi ? Je sais que nous nous entendons bien, mais est-ce qu'elle a de réels sentiments à mon égard ? Son côté solitaire prend-il le dessus sur ses sentiments ? Et puis, elle aime tellement son indépendance, sa vie sauf le lycée mais qui aime ça ? Et moi, que ferais-je si elle ne voulait pas de moi ? La laisserais-je partir et continuerais-je ma vie ? Ou serais-je égoïste et la transformerais sans son avis ? Mon dieu, elle me le ferait payer... J'en frisonne d'horreur.

- De quoi as-tu peur Major ?

Je relève la tête et fixe mon ami. J'ai oublié qu'il était là.

- Je n'ai pas voulu avoir 17 ans, dis-je ne sachant pas vraiment par où commencer.

- Non ?

- Je voulais juste être humain.

- Combien de temps ?

- Un an.

- Cool, je vais pouvoir te faire boire et le filmer ! J'aurai un moyen de pression sur toi ! Pour l'éternité ! Dit-il machiavélique.

- Dans tes rêves !

Mon ami retourne dans ses pensées.

- Pose tes questions, tu en crèves d'envie.

Cela me fait du bien de retrouver mon ami, cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vus, et le revoir est agréable. C'est si simple d'être avec lui. Pas de prise te tête, on prend les choses comme elles viennent. C'est bien de ne pas tergiverser pendant des heures pour des futilités, on profite tout simplement de la vie.

- Pourquoi ce vœu ?

- Pourquoi pas, dis-je amusé.

Il grogne amusé et prend une moue boudeuse qui ne lui va absolument pas.

- Voilà ! Ça ne sert à rien que je te pose des questions si tu n'y réponds pas !

Je grimace à la voix de petite fille qu'il a prise.

- Carrément flippant ! Frissonnais-je.

Il sourit de toutes ses dents.

- Crétin, marmonnais-je.

- Sérieusement, dit-il en se redressant pour me fixer intensément.

Je ne le savais pas capable d'une tel chose. A moins que ce soit son côté vampire qui fait effet à l'humain que je suis ?

- Qui est-ce ?

Je soupire, amusé.

- Je me doutais bien que tu allais dériver vers ce sujet.

- Que veux-tu, dit-il grave, mon célibat me pèse, il me faut de la distraction.

Je le détaille mais ma vue d'humain ne me montre pas tout ce que je veux.

- C'est ma tigresse, dis-je nonchalant alors que je n'ai qu'une envie c'est de sourire comme l'idiot que je suis, mais cela ferait trop plaisir à mon ami, surtout que je reste en position d'infériorité face à lui.

Je m'attends à ce que mon monstre sorte mais non, tout reste calme en moi, j'ai juste oublié quelques secondes que je n'étais qu'humain et que j'ai la paix à l'intérieur de moi. Finis les tourments internes, finis les combats contre moi-même, il n'y a que moi et c'est assez bizarre à expérimenter. Cela ne m'était pas arrivé depuis ma transformation en humain, et pour cause, je n'avais pas croisé de vampire, enfin juste un ancien.

- Dans le genre de l'autre ?

Malgré moi, je les compare. De vrais contraires, Alice te pique un caprice pour avoir ce qu'elle veut ou tout simplement elle fait ce que bon lui semble sans te demander ton avis et ça avait le don de m'énerver. Combien de fois ai-je fait quelque chose contre mon gré ? Certes, si je ne voulais vraiment pas je pouvais mais j'ai toujours cette peur de me faire rejeter, parce qu'ils m'ont quand même apporté une certaine paix intérieure.

Et Bella, elle fait ce qu'elle veut, ne s'occupant pas des autres, tu veux suivre tu suis, tu ne veux pas tu restes. Tu as toujours le choix. Et mon dieu que j'aime ça, elle est calme et reposante.

Je ricane.

- Mon dieu, non.

Il me fixe encore, je me sens gêné.

- Peux-tu arrêter de me fixer ainsi ?

J'ai l'impression d'être une vierge effarouchée perturbée par le regard d'un homme. Peter ricane mais redevient sérieux.

- Pourquoi ? Redemande-t-il.

Il est mon plus vieil ami, je pourrais lui expliquer, mais une partie de moi veux garder ça pour elle. Toutes mes réflexions, toutes mes recherches, mes envies de faire ce choix, je n'ai envie que de les partager avec ma tigresse. Comme s'il n'y avait qu'elle qui pouvait me comprendre... Bien sûr idiot, elle est ta compagne.

- Pourquoi ce vœu ? Pourquoi ici ? Pourquoi cet âge ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi es-tu inscrit au lycée ? Et pourquoi mon don m'a conduit dans cet endroit plein de soleil ?


A suivre...

Alors ? Vous avez trouvé, en même temps ce n'était pas dur !

Vous en pensez quoi ?

15

Beta Zazalo

PDV JASPER

Il me fixe encore, je me sens gêné.

- Peux-tu arrêter de me fixer ainsi ?

J'ai l'impression d'être une vierge effarouchée perturbée par le regard d'un homme. Peter ricane mais redevient sérieux.

- Pourquoi ? Redemande-t-il.

Il est mon plus vieil ami, je pourrais lui expliquer, mais une partie de moi veut garder ça pour lui. Toutes mes réflexions, toutes mes recherches, mes envies de faire ce choix, je n'ai envie de les partager qu'avec ma tigresse. Comme si il n'y avait qu'elle qui pouvait me comprendre... Bien sûr idiot, elle est ta compagne.

- Pourquoi ce vœu ? Pourquoi ici ? Pourquoi cet âge ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi es-tu inscrit au lycée ? Et pourquoi mon don m'a conduit dans cet endroit plein de soleil ?

- Rien que ça ? Me moquais-je Tu n'en n'as pas d'autre en réserve ?

- Bordel, Major répond.

Je le vois se tortiller impatient. Malgré moi je ricane.

- C'est moi qui suis humain mais c'est toi qui a envie d'aller aux toilettes.

- Sérieux, tu vas aux toilettes ?

- Oui, dis-je levant les yeux au ciel, comme chaque humain et tout ce qui va avec.

- Là, je suis perdu, pourquoi vouloir ça ?

Je réfléchi quelques secondes, ne pouvant plus me défiler, je cherche la raison la plus honnête.

- Pour être en paix avec moi-même, sans mon don et m'éloigner de tout. Juste moi et moi. Revenir aux sources.

- Pourquoi ne pas revenir à ton époque ?

- Je n'y ai pas vraiment pensé, mais cette époque me va.

- Tu m'étonnes, moi aussi je veux bien côtoyer les humains et ta tigresse.

- Comme si elle pouvait vouloir de toi.

Enfin j'espère. Elle s'amuserait surement avec lui pour me rendre fou et le pire c'est que ça marcherait même si je connais mon ami et qu'il ne me ferait jamais un truc pareil.

- Qui sait ? Après tout je suis un vampire.

- Met des lentilles mon pote, parce que tu fais peur.

On ricane comme au bon vieux temps. Pendant que je me prépare un sandwich pour éviter de m'endormir, je réponds à ses autres questions.

- Le lycée ? Parce qu'elle y est. Et tout le reste découle de ça, mon âge, ma venue ici. Par contre pourquoi tu es là, je n'en sais rien, mais il y a surement une réponse.

- Foutu don.

- Qui nous a sauvé les fesses plus d'une fois.

- Es-tu en danger ?

- Pas aux dernières nouvelles.

J'étouffe un bâillement.

- Allez, bébé je vais aller te border ! Et demain tu me présentes à ta moitié.


- Punaise, jolie maison.

- Tu n'es pas sortable tu sais.

- Je confirme. Un ami vampire à toi ? Demande Charles qui vient de nous ouvrir la porte.

Peter est la bouche ouverte.

- Remets-toi mon pote.

- Je suis largué, dit-il.

- Ce n'est pas une première, me moquais-je.

J'entre après le grand père.

- Et il a quel âge celui-là ? Me demande-t-il tout bas.

J'essaye de cacher mon sourire, en vain.

- Moque-toi et je monte Bella contre toi.

Je le regarde horrifié ce qui fait rire les deux hommes.

- Il est plus jeune que vous.

- Ouf, dit-il en bombant le torse.

Mais nous n'avons pas le temps d'en parler plus que ma tigresse arrive avec de la farine sur le visage.

- Whitlock ! Tu es en retard.

- Parce qu'on avait rendez-vous ? Dis-je amusé.

Son doigt qui me menaçait se baisse.

- Je voulais te voir, dit-elle boudeuse.

Comme je résiste moi ? Certes je n'essaye pas trop non plus, et m'approche d'elle pour l'embrasser doucement. Je la sens sourire contre la bouche. Pour éviter de lui sauter dessus je me recule mais ne la lâche pas des yeux.

- Ils sont toujours dans leur bulle ? Demande Peter.

- Oui, et j'espère que ça va durer.

- Je n'ai jamais vu le major si heureux.

Ma tigresse brise notre lien et fixe mon ami.

- Major ?

Oups, je fusille mon meilleur ami vampire du regard. Je le vois réfléchir rapidement.

- Ouais, dit il se frottant la nuque, gêné, quand on était plus jeune, Jasper aimait bien se déguiser en Major de l'armée confédéré.

Elle le regarde septique puis me regarde, ou plutôt me déshabille du regard en se mordant la lèvre. Si elle continue de me fixer ainsi je ne réponds plus de moi. Déjà que j'ai du mal en temps normal à garder mes mains pour moi.

- Qu'as-tu fait pour avoir de la farine sur le visage, demandais-je.

Mon pouce vient enlever la farine, je ne prive pas pour caresser son visage si doux sous mes mains.

- J'ai voulu faire un gâteau.

- Et ?

- Je ne suis pas douée.

Malgré moi je souris, ce qui va me retomber dessus.

- Eh, te moque pas ! Dit-elle me frappant sur le bras.

- Tu es parfaite dans tous les autres domaines, me rattrapais-je.

- Ouais je sais.

Elle m'embrasse sur la joue et s'en va souriante.

- Tu l'as échappé Belle, se moque mon ami.

- J'ai entendu !

Charles les rejoint.

- Encore plus mignonne de près. Elle me plaît bien et elle va tenir tête tout en te laissant la liberté que tu n'avais pas avec l'autre naine. Elle me plait bien.

- Merci mais tu sais que ton accord, je m'en passe.

- Je sais bien, tu es instable major.

Pendant le diner, Peter essaye de discuter avec ma tigresse, mais elle est comme avec moi au début, distante. Mais je sens qu'elle l'aime bien, mon ami est comme ça, on s'attache vite à lui. Tant qu'elle ne s'attache pas trop.

Je deviens jaloux là ?

A la fin du diner, Peter nous annonce qu'il va rentrer à pied, faire un tour, en fait il va chasser mais ma Bella n'a pas besoin de l'entendre.

Une fois Peter parti, Bella me tire dans sa chambre sous le « Pas de bêtises !! » de son grand père. S'il ne rigolait pas, ça pourrait être crédible.

- Tu lui as lavé le cerveau ? Demande-t-elle en s'allongeant sur son lit.

- Euh... No... Non.

Pourquoi je redeviens stupide ? Ah oui, son tee shirt est remonté et laisse voir son ventre que j'ai envie de toucher.

- Génial, il recommence.

Je pars m'asseoir dans son fauteuil.

- Tu es en manque de claque Whitlock ?

- Tu vas me tuer, dis- je les yeux clos.

- Pourquoi, dit-elle près de mon oreille

Je sursaute et ouvre les yeux pour la voir quasiment sur moi, ce qu'elle ne tarde pas à faire en s'asseyant à califourchon sur moi. Ses bras viennent s'enrouler autour de mon cou, mes mains se posent naturellement sur ses hanches.

- Alors ? Souffle-elle sa bouche proche de la mienne.

- Comme si tu ne le savais pas, déglutis-je avec difficulté, la fixant avec envie.

- J'aime te l'entendre dire.

- Tu es narcissique.

- Hein ? Dit-elle choquée, je ne suis pas comme ça !

Je ricane, certes elle ne l'est pas mais j'aime la voir se renfrogner et s'énerver. J'aime aussi ses baisers quand je me fais pardonner. Je n'ai jamais autant aimé ma répartie même si quand je suis près d'elle mon cerveau se bloque.

- Un prêté pour un rendu ma tigresse.

- Mais je sais me faire pardonner.

Sur ces paroles pleines de promesse elle m'embrasse tendrement, sa langue demande l'ouverture de ma bouche que je lui accorde avec grand plaisir. Les sensations de sa langue sur la mienne me rendent complètement fou. Je ne pourrai jamais me lasser de ses baisers. Nous nous arrêtons à bout de souffle, son front se pose contre le mien.

J'aime la sentir proche de moi, elle n'est plus distance et s'ouvre à moi, pas forcément avec des mots mais ses gestes montrent ce qu'elle veut. Néanmoins je me demande pourquoi ce revirement, bien que ça ne me dérange pas.

- Non pas que je me plaigne mais tu es plus proche de moi, plus ouverte.

- Et ?

- Pourquoi tu es ainsi ?


A suivre...


CHAPITRES SUIVANTS

Date de dernière mise à jour : vendredi, 09 Novembre 2018

  • 17 votes. Moyenne 4.71 sur 5.

Commentaires

  • Lily
    • 1. Lily Le samedi, 07 Octobre 2017
    J aime beaucoup ta fic mais je reste sur ma fin car je ne peux pas acceder au chapitre 31. Bonne continuation pour tes autres fictions
  • hp-drago
    • 2. hp-drago Le vendredi, 18 Novembre 2016
    Merci pour tous vos commentaire.
    Pour accéder au chapitre 31, il suffit de cliquer sur "Chapitres suivants" à la fin du chapitre 30 et vous aurez la fin de l'histoire.
    Bisous
  • alira
    • 3. alira Le jeudi, 08 Septembre 2016
    bonjour,

    je n'arrive pas à lire la suite après le chapitre 30
    serait-il possible de résoudre ce problème

    merci
  • Aude33
    • 4. Aude33 Le mercredi, 30 Décembre 2015
    Salut hp-drago
    j'adore tes fic et je viens de finir celle là mais il n'y a rien après le chapitre 30, est ce que c'est normal? En tout cas bonne continuation pour tes prochaines histoires!
  • feeri29
    • 5. feeri29 Le dimanche, 11 Janvier 2015
    vivement la suite, j'adore tes histoires.
  • hp-drago
    • 6. hp-drago Le mercredi, 26 Novembre 2014
    coucou betty60140
    Voilà petit problème résolu ! Merci de me lire et relire.
    bisous bisous
  • betty60140
    • 7. betty60140 Le mercredi, 26 Novembre 2014
    Bonjour,

    J'ai déjà lu ton histoire et je l'adore je suis actuellement en train de la relire mais je ns pzut pas accéder aux derniers chapitres est ce normal?
    Bonne continuation
  • hp-drago
    • 8. hp-drago Le mardi, 15 Janvier 2013
    re coucou sandrine
    très heureuse que tu aimes cette histoire comme les autres

    xo
  • Sandrine
    • 9. Sandrine Le dimanche, 13 Janvier 2013
    voila de un jadore ton histoire de deux jadore ton histoire et de trois euh... bê... jadore ton histoire.
  • hp-drago
    • 10. hp-drago Le samedi, 29 Décembre 2012
    coucou Fuyuki
    merci pour ton commentaire ! je suis contente que tu aimes mon histoire

    bisous
  • Fuyuki
    • 11. Fuyuki Le lundi, 24 Décembre 2012
    vivement la suite
  • hp-drago
    • 12. hp-drago Le samedi, 24 Novembre 2012
    coucou julie !
    Je suis ravie que tu aimes ma fiction comme tout le site j'ai travaillé dessus pour que ça me plaise mais que ça convienne aussi au auteur qui poste ici

    bisous bisous
  • Julie
    • 13. Julie Le samedi, 24 Novembre 2012
    Trop cool j'adore ta fic ! J'ai trop hâte d'avoir un prochain chapitre ! Je la laisse dans mon top fic !
    Sinon de manière générale le blog est génial et tous tes OS et fictions sont géniaux, même si j'ai un petit faible pour celle-ci !
    Merci de nous faire partager ta passion, tes écrits et ton talent !
  • hp-drago
    • 14. hp-drago Le lundi, 05 Novembre 2012
    coucou Mathilde
    merci pour ton commentaire ! je suis contente que tu aimes mes histoires ca fait toujours plaisir de le savoir

    bisous bisous
  • Mathilde
    • 15. Mathilde Le lundi, 05 Novembre 2012
    Kikou loulou!
    J'adore ton histoire, je suis une fan de lecture et j'ai lu presque toute vos histoires. Je n'ai jamais laisser de commentaire et je m'en excuse. Vivement la suite! Bonne continuation, Une grande fan.
  • Paule
    • 16. Paule Le mercredi, 31 Octobre 2012
    Nickel , j'adore la suite et vivement la suite bonnes continuations
  • Paule
    • 17. Paule Le lundi, 29 Octobre 2012
    Pas mal , j'aime beaucoup cette nouvelle Bella , j'espère qu'ils finiront ensemble , qu'elle rencontrera les Cullens , que Jasper redevienne un vampire et qu'ils aient un enfant , enfin bref c'est mon idée . Merci de m'avoir envoyer l'adresse pour pouvoir lire l'histoire . J'espère pouvoir la suite bientot , c'est possible de m'envoyer un mail a chaque nouveau chapitre ? Vivement la suite ! Je me demande si ils vont aussi rencontrer les Volturis ? Enfin bref je te laisse faire , merci pour l'histoire est a bientot
  • hp-drago
    • 18. hp-drago Le mardi, 02 Octobre 2012
    Salut Shirosaki-Yuki
    merci pour ton commentaire, et Jasper ne va pas la lâcher de si tôt
    bisous
  • Shirosaki-Yuki
    • 19. Shirosaki-Yuki Le jeudi, 13 Septembre 2012
    Salut,
    Histoire très intéressante, un jasper accro et une bella au comportement mystérieux je dois dire. J'adore ^^

Voir plus de commentaires

×